Navigation – Plan du site
Non ! Nein ! Manifestations et traductions du refus

Non à la fin de la neutralité ?

Enjeux de la politique de sécurité autrichienne depuis les années 1990
Laure Gallouët

Résumés

La Seconde République d’Autriche est un État neutre depuis 1955. Depuis la fin de la Guerre froide, le contexte international s’est radicalement transformé, mais l’Autriche refuse d’abandonner son statut d’État neutre, même s’il peut paraître obsolète. Quel rôle joue la neutralité dans la politique de sécurité et de défense autrichienne depuis les années 1990 ?

Haut de page

Texte intégral

1« La neutralité est de facto un concept de politique de sécurité du 19e siècle, ce n’est pas une réponse aux questions de sécurité et de défense du 21e siècle » (Der Standard, 2011a). Cette déclaration d’Othmar Karas, alors député européen membre de l’ÖVP (parti conservateur autrichien) réanima au début des années 2010 le débat sur la neutralité, question sensible s’il en est sur la scène politique autrichienne. Si l’on compare le contexte et les dispositions juridiques entourant la proclamation de la neutralité autrichienne de 1955 avec la politique menée par l’Autriche ces dernières décennies, une rupture apparaît. Celle-ci est particulièrement visible depuis le début des années 1990 et notamment en 1995, année où l’Autriche devint membre de l’Union européenne et s’engagea dans le Partenariat pour la paix de l’OTAN. Ces deux décisions paraissent difficilement conciliables avec une stricte application de la neutralité établie en 1955 et posent la question d’un statut qui serait de facto devenu suranné. Si tel est le cas, nous pouvons nous demander pourquoi ce caractère obsolète ne se traduit pas également par un abandon de jure.

2Le contexte international actuel a certes énormément évolué depuis les années 1950, le débat sur un éventuel abandon de la neutralité refait régulièrement surface dans la presse et les déclarations de responsables politiques de tous bords, mais la Seconde République d’Autriche ne semble pas prête à abandonner son statut d’État neutre. Nous pouvons donc nous demander quel rôle joue la neutralité dans la politique de défense et de sécurité menée par l’Autriche depuis la chute du Rideau de fer. Dans quelle mesure les réinterprétations successives des droits et des devoirs d’État neutre témoignent-elles du refus de renoncer à ce statut ? Ce refus peut-être compris comme une opposition active ou un déni plus passif, tantôt protestation, absence de volonté, ou ajournement. Tout d’abord, les dispositions juridiques de 1955 établissent une neutralité dite classique dont il ne saurait guère être question depuis les années 1990. Les choix stratégiques autrichiens incarnent un refus d’abandonner le statut d’État neutre et une volonté de s’engager davantage à l’international, ce qui implique plusieurs réinterprétations des (in)compatibilités liées à la neutralité. Enfin, le refus d’abroger la neutralité semble devenu tacite et repose sur un consensus à la fois social et politique. Le refus se manifeste donc à plusieurs niveaux, qu’il convient de distinguer dans ce qui suit.

Vers une obsolescence de la neutralité de 1955 ?

Fondements juridiques de la neutralité autrichienne

  • 1 Bundesgesetzblatt 211/1955 (Journal Officiel de la République d’Autriche)

3Ce n’est qu’après une longue phase de sortie de guerre et d’occupation militaire que fut réglée la « question autrichienne ». Les négociations avec l’URSS aboutirent au Mémorandum de Moscou du 15 avril 1955, faisant référence à une « neutralité suivant le modèle suisse », que s’engagea à proclamer la délégation autrichienne, une fois la souveraineté recouvrée. Tout d’abord accueillie avec méfiance par les autres Alliés, cette déclaration facilita la signature du Traité d’État autrichien le 15 mai 1955 entre les États-Unis, l’Union soviétique, la Grande-Bretagne, la France et l’Autriche. Après le départ des troupes alliées, le Parlement autrichien vota « de son propre chef » la loi constitutionnelle sur la neutralité de l’Autriche, le 26 octobre 19551. Ce texte établit la neutralité permanente (« immerwährende Neutralität ») que l’Autriche s’engage à défendre avec « tous les moyens à sa disposition », renonçant à adhérer à toute alliance militaire et à accueillir toute base militaire étrangère sur son sol.

4La brièveté de ce texte laisse place à l’interprétation, établissant certes une neutralité militaire, sans faire référence à une neutralité économique ou idéologique. La neutralité autrichienne repose également sur la Convention (V) de la Haye concernant les droits et les devoirs des puissances et des personnes neutres en cas de guerre sur terre (1907). Le Mémorandum de Moscou, le Traité d’État et la loi constitutionnelle sur la neutralité constituent ce que le diplomate et juriste Franz Cede qualifie de « triangle magique » (2007 :23). Si certains voient dans le Mémorandum de Moscou une simple déclaration de principe non contractuelle, d’autres y voient un pactum de contrahendo, une monnaie d’échange pour la signature du Traité d’État. Le juriste Alfred Verdross (1978 : 29-30) adopte une position médiane:

« Il serait cependant erroné que d’en conclure que le Mémorandum de Moscou n’ait pas de valeur juridique. Il constitue la première de toute une série de mesures et de décisions qui ont abouti à la reconnaissance de la neutralité permanente de l’Autriche, comme la question des garanties de l’intégrité et de l’inviolabilité du territoire autrichien par les quatre grandes Puissances […]. Par conséquent, on ne pourra se rallier aux auteurs qui affirment que la neutralité permanente de l’Autriche est uniquement ancrée dans la loi sur la neutralité du 26 octobre 1955 et que, de ce fait, elle pourrait être modifiée de façon unilatérale par notre État. »

Spécificités et interprétations de la neutralité autrichienne

5La neutralité permanente de l’Autriche, tout comme celle de la Suisse, fait partie du droit constitutionnel, mais également du droit international. Nonobstant le statut contractuel ou non du Mémorandum de Moscou, la notification de la neutralité autrichienne aux autres États l’inscrit en effet dans le droit international. Ce n’est pas le cas pour des États comme la Suède ou la Finlande, qui ont pu abandonner une stricte doctrine de neutralité depuis les années 2000 (Hauser, 2015 :31-38), sans forcément renoncer à un non-alignement (« Bündnisfreiheit »).

  • 2 La Suisse adhéra à l’Organisation des Nations Unies en 2002.

6Ces considérations posent la question de la légitimité d’une interprétation unilatérale par l’Autriche de sa neutralité. Elle se refusa à une lecture univoque des dispositions juridiques de 1955 et se livra à plusieurs réinterprétations de sa neutralité, particulièrement depuis les années 1990. On distingue d’une part le droit de la neutralité, qui comprend les dispositions juridiques adoptées, les droits et devoirs qui en découlent, et d’autre part la politique de neutralité, qui désigne les mesures prises pour défendre la neutralité et la rendre crédible. La politique de neutralité autrichienne s’oriente fortement vers l’international : l’Autriche adhéra aux Nations-Unies dès 1955, se distinguant dès le début de son voisin helvétique2, et au Conseil de l’Europe en 1956. Elle développa par la suite une politique d’accueil de sièges d’organisations internationales et une lecture extensive des droits et devoirs liés à son statut avec une véritable « politique de neutralité active » dans les années 1960-1970, notamment sous l’influence de Bruno Kreisky, ministre des Affaires étrangères de 1959 à 1966 puis chancelier fédéral de 1970 à 1983. L’Autriche s’engagea dans des missions internationales de maintien de la paix dès 1960 avec l’Opération des Nations Unies au Congo.

7La fin de la Guerre froide changea la donne et l’interprétation autrichienne du droit de la neutralité se fit de plus en plus flexible, ce qui s’explique entre autres par la probabilité plus faible de l’irruption de conflits militaires conventionnels et la volonté de se rapprocher des Communautés européennes. Depuis les années 1990, la neutralité classique paraît appartenir à un autre temps, mais l’Autriche refuse d’abandonner (officiellement) son statut d’État neutre. Si le droit de la neutralité demeure, il est néanmoins difficile de parler de politique de neutralité autrichienne depuis les années 1990.

Attachement de la population à la neutralité

  • 3 Heldenplatz est une place située entre la Neue Burg et le Volksgarten, à Vienne, où Adolf Hitler an (...)

8Une des principales raisons expliquant ce refus est qu’elle est devenue un des piliers de la Seconde République. En effet, « la population accorde une importance de premier ordre à la neutralité. On préfère conserver ce statut, même si on en attend moins d’avantages que par le passé » (Neuhold, 1992 :107). Après les cinglantes défaites subies lors des deux guerres mondiales, la République alpine avait besoin de valeurs positives et fédératrices pour ne pas commettre les erreurs de la Première République. Une véritable mythologie de la neutralité a été mise en place, la faisant aller de pair avec la souveraineté recouvrée, une garantie de sécurité et une identité autrichienne. L’Autriche, autoproclamée première victime des nazis selon la « théorie de la victime » (« Opferthese »), s’affranchit de son passé récent grâce au Traité d’État et à la loi sur la neutralité, qui constituent des lieux de mémoire anti-Heldenplatz3. Les réussites de la Seconde République sur la scène internationale, la prospérité économique, l’impression de sécurité et la (re)fondation d’une identité autrichienne sont autant de valeurs positives attribuées à la neutralité, ce qui explique son ancrage rapide et profond dans la société autrichienne.

9Cela est confirmé par des sondages menés par la revue de la Société des études de sciences sociales (SWS-Rundschau) en 1991, où 80% des sondés voient en la neutralité un « élément indispensable à l’État autrichien » (Neuhold, 1992 : 91). Hanspeter Neuhold (1992 : 96) cite d’autres sondages menés par des quotidiens comme Der Standard ou Die Presse en 1990 qui évaluent entre 86 et 91% le taux d’Autrichiens souhaitant le maintien la neutralité. « C’est parce que nous l’avons déjà depuis longtemps » est la raison la plus invoquée (92% des sondés) pour justifier cet attachement, ce qui montre bien la force de l’habitude et de la tradition.

10Des sondages plus récents, comme celui publié par Der Standard (2011b), montrent que cet attachement n’échappe pas à quelques contradictions, au risque de passer pour irrationnel. Si 70% des personnes interrogées se disent pour le maintien de la neutralité, 53% des sondés se prononcent pour une coopération de la Bundesheer avec d’autres armées, même si ces deux affirmations sont incompatibles. La neutralité autrichienne semble être devenue une valeur en soi, ce qui explique qu’on la fasse évoluer sans en changer le nom. On identifie donc ici une première raison du refus d'abandonner la neutralité, à savoir l’attachement par tradition ou habitude.

Refus de choisir entre neutralité et coopération internationale

Compatibilité de la neutralité avec l’intégration européenne

  • 4 Le Traité d’État interdit à l’Autriche de prendre part à toute alliance économique ou politique don (...)

11Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alois Mock, remit une demande d’adhésion à la Communauté économique européenne le 14 juillet 1989. Il s’agissait d’une nouvelle étape dans le processus de rapprochement de l’Autriche des Communautés européennes, entamé dès les années 1960. Cette demande, adressée au président du Conseil des Communautés européennes, insistait sur le maintien de la neutralité permanente autrichienne. Or, une adhésion européenne ne semblait compatible ni avec le Traité d’État4 ni avec une stricte application de la neutralité. Le juriste Karl Zemanek (2007 : 210) résume, non sans ironie, ce refus de choisir entre intégration européenne et neutralité : « C’est ainsi que naquit la formule magique qui agit jusqu’à aujourd’hui : Nous entrons dans l’UE, mais nous restons neutres. »

  • 5 BGBl. Nr. 1013/1994.

12Cependant, la Commission européenne exprima ses doutes quant à la compatibilité de cette clause de neutralité avec le développement d’une politique étrangère commune, renforcée notamment par le traité de Maastricht de 1992. Au fil des négociations, la clause de neutralité fut donc abandonnée par l’Autriche (Zemanek, 2007 : 209-211). Elle devint officiellement membre de l’Union européenne en 1995, peu après l’ajout dans la loi constitutionnelle autrichienne de l’article 23f5. Celui-ci permet à l’Autriche de participer à la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), qui n’entre donc juridiquement pas en conflit avec la neutralité autrichienne. Cet article fut modifié et complété notamment en 1998 et en 2010 (article 23j) (Hauser, 2015 : 27), afin de s’adapter aux évolutions européennes suite aux traités d’Amsterdam (1997) et de Lisbonne (2007). Ces deux traités renforcent la politique de défense et de sécurité commune (PDSC) avec la définition des « missions de Petersberg » et la possibilité d’interventions militaires européennes.

13L’adhésion à une union supranationale dans les domaines économique et politique a entraîné une compréhension de plus en plus réduite du droit de la neutralité, qui se retrouve limité à sa composante militaire. La participation à une Europe de la Défense est plus difficilement conciliable avec le statut d’État neutre.

Politique de sécurité autrichienne et système de sécurité collective

14L’adhésion de l’Autriche aux Nations Unies en 1955 montre sa volonté de prendre part à un système de sécurité collective. Dans le cadre de sa politique de « bons services », l’Autriche intervient dans des missions de maintien de la paix sous mandat de l’ONU depuis les années 1960. Au regard de la neutralité autrichienne, cela pose la question de la valeur accordée à la Charte de l’ONU et aux décisions du Conseil de sécurité. Comme le souligne notamment Gunther Hauser (2014 : 10), l’article 103 de la Charte des Nations Unies prévoit la primauté de ses décisions sur les autres dispositions. Le Conseil de Sécurité ne peut certes pas forcer un État membre à participer à une réponse militaire, mais les clauses d’assistance font émerger une tension entre sécurité collective, solidarité et neutralité.

15En 1995, l’Autriche ne devint pas seulement membre de l’Union européenne, mais elle adhéra également au Partenariat pour la paix de l’OTAN, choix que firent également d’autres États neutres européens comme la Suisse, la Suède, la Finlande et l’Irlande. Ce statut de partenaire permet le renforcement de la coopération internationale et la participation à des missions de l’OTAN, sans pour autant contrevenir à la neutralité.

16Ce refus de choisir entre solidarité et neutralité et la tension qui en résulte s’exprima de façon particulièrement aiguë en regard de la réaction de la communauté internationale face aux conflits en Irak ou au Kosovo. L’autorisation de survoler le territoire neutre et d’y faire transiter des armes, fût-ce en accord avec les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU, entre en conflit avec le droit de la neutralité et la loi sur le matériel de guerre (« Kriegsmaterialgesetz »), qui a elle aussi été amenée à évoluer : le gouvernement et le Parlement définissent quel matériel a le droit de transiter par l’Autriche.

Réduction à la composante militaire et à un reliquat lexical

17L’adhésion de l’Autriche à l’Union européenne et aux systèmes de sécurité collective de l’ONU et de l’OTAN a été accompagnée de vifs débats entre juristes mais aussi entre personnalités politiques. La lecture de plus en plus restrictive de la neutralité et sa réduction à la composante militaire, voire la tentation d’une abrogation de la neutralité, ne vont pas sans accusation d’atteinte à la Constitution et de violation de la neutralité et du droit international. La baisse de la probabilité de conflits militaires conventionnels en Europe et la hausse des conflits asymétriques comme le terrorisme échappent au champ d’application d’une neutralité dite « classique » définie par la Convention de la Haye et obligent à une collaboration internationale renforcée. La neutralité autrichienne est réduite à son noyau dur, Franz Cede parle de « doctrine de l’avocat » (2005 : 531).

18Si la neutralité est de facto devenue obsolète, pourquoi ne pas l’abandonner de jure ? Les responsables politiques autrichiens refusent de reconnaître une inadéquation entre la neutralité et la stratégie de sécurité et de défense adoptée par l’Autriche depuis plusieurs décennies. La petite République alpine se livre à des réinterprétations de sa neutralité et de ses (in)compatibilités, c’est une périlleuse « gymnastique de la neutralité », comme la nomme Michael Gehler (ORF, 2015). L’abandon d’une neutralité classique telle qu’elle a été conçue au début de la Guerre froide ne fait plus débat, ni au sein de la classe politique, ni au sein de la population, elle a laissé place à une neutralité dite « différenciée ». Cette évolution au fil des années témoigne d’une appréhension dynamique de la neutralité, mais aussi de l’attachement au terme de neutralité, qui semble devenu plus important que la réalité qu’il recouvre.

19À l’occasion des négociations concernant l’adhésion européenne ou des discussions sur la possibilité pour l’Autriche de faire partie de l’OTAN, des personnalités politiques de premier plan comme le président Thomas Klestil soulignèrent le caractère obsolète de la neutralité, y voyant plus un vestige du passé que le futur de la politique de sécurité et de défense autrichienne. En 2001, les déclarations du chancelier Wolfgang Schüssel, mettant sur le même plan la neutralité, les lippizzans de l’École espagnole d’équitation de la Hofburg et les Mozartkugeln, une confiserie autrichienne typique, ont déclenché un tollé (Der Standard, 2001). La lecture de la presse de la Seconde République permet de se rendre compte que la neutralité permanente produit un débat non moins permanent, à défaut d’être particulièrement constructif.

Une neutralité différenciée, et après ?

Un non-débat politique : lignes des principaux partis

20La neutralité donne lieu à des débats politiques réguliers et récurrents, ne serait-ce qu’en mai et en octobre, à l’occasion des commémorations du Traité d’État et de la loi sur la neutralité permanente. Ces débats ne changent guère depuis des décennies, même si les lignes des principaux partis ont quelque peu évolué. Traditionnellement, le parti social-démocrate (SPÖ) défend la neutralité, alors que le parti conservateur (ÖVP) a tendance à privilégier d’autres stratégies. Au début des années 2000, le gouvernement de coalition entre l’ÖVP et le FPÖ (parti d’extrême droite) se prononça pour une adhésion à l’OTAN et un abandon de la neutralité. Or, pour ce faire, il faudrait une majorité des deux-tiers au Parlement, sans compter les réticences de la population autrichienne attachée à la neutralité. En 2003, le député des Verts Peter Pilz fut accusé de briser un tabou en proposant l’abandon de la neutralité (Der Standard, 2003), ligne depuis abandonnée par le parti. Le FPÖ, tout d’abord opposé à la neutralité, en est devenu le fervent défenseur, non sans contradictions. En janvier 2017, le chef du parti, Heinz-Christian Strache, s’est prononcé à la fois pour un maintien de la neutralité et la constitution d’une armée européenne dotée, qui plus est, d’armes nucléaires, afin de se rendre indépendante de l’OTAN (Die Presse, 2017). Les débats sur la neutralité qui ont cours depuis les années 1990 relèvent davantage d’une politique politicienne, ou, comme le résume Oliver Rathkolb, c’est un « débat sur la neutralité dans le vide de la politique intérieure » (2015 :308). L’ouvrage de Gerald Schöpfer (2015) donne un bon aperçu des récentes prises de position publiques.

21À l’heure actuelle, il n’existe pas de véritable débat de fond sur la pertinence ou non d’abandonner le statut d’État neutre. Les partis politiques majeurs refusent d’adopter une ligne constante qui ne soit pas en demi-teinte. Ils semblent tout au plus s’accorder à conserver la neutralité et à exercer une solidarité avec les États partenaires de l’Autriche, pendant que la situation le permet. Cela est également lié au fait que la neutralité est devenue un élément identitaire autrichien et a même acquis le statut de « religion séculaire » (De Gruyter, 2014). Le refus d’abandonner la neutralité relève davantage du tabou rhétorique que d’une véritable opposition, comme le montre la souplesse dans la définition pratique.

De la subtilité des dénominations et du droit autrichien

  • 6 BGBl. 60/1974.
  • 7 BGBl. 153/1998.
  • 8 BGBl. 134/2002 : « Verbotene Unterstützung von Parteien bewaffneter Konflikte ».

22L’abandon d’une neutralité classique au profit d’une neutralité différenciée s’est faite peu à peu et de façon assez discrète. L’Autriche s’abstient de toute sanction militaire envers des acteurs étatiques, mais elle peut désormais prendre part à des sanctions économiques, c’est la différence entre la neutralité intégrale et la neutralité différenciée. Ce concept même incarne à la fois le refus d’abroger la neutralité et une politique de demi-mesures. Les réinterprétations de la neutralité semblent davantage dépendre des gouvernements en place que des analyses de juristes, mais ceux-ci sont mis à contribution pour justifier les réinterprétations successives du droit de la neutralité. Les articles 23f/j de la Constitution permettent à l’Autriche de participer pleinement à la PESC et à la PSDC et limitent de façon conséquente le champ d’action de la neutralité. Elle n’est pas abrogée, mais ne s’applique pas pour autant. Il y aurait ainsi une neutralité à deux vitesses (au minimum) avec une distinction entre intérieur et extérieur de l’Union européenne. De même, de subtiles modifications ont été apportées au Code pénal. L’article 320 ne fait plus nommément mention de la neutralité. Le terme « atteinte à la neutralité » (« Neutralitätsgefährdung ») dont il était question en 19746 ou en 19987 a disparu en 20028 pour laisser place à un autre titre : « Interdiction du soutien de partis engagés dans des conflits armés ». Cela entre en écho avec la Doctrine de sécurité et de défense adoptée en 2001 par le gouvernement de coalition ÖVP-FPÖ, pour qui l’Autriche n’était plus neutre mais sans alliance (« allianzfrei »). Or, dans la Stratégie de sécurité de 2013, impulsée par le ministre des Affaires étrangères Michael Spindelegger (ÖVP), le terme de neutralité refait son apparition à trois reprises et définit la ligne du ministère jusqu’à aujourd’hui.

23Le bureau de droit international, actuellement sous la direction de Helmut Tichy, est rattaché à ce ministère et s’assure de la compatibilité juridique de la politique de sécurité autrichienne avec les textes en vigueur. Le choix des dénominations employées dans les textes n’est pas anodin. La neutralité permanente de l’Autriche n’est activée qu’en cas de « guerre », terme défini dans le droit international à la Haye en 1907. Les conflits asymétriques, les attaques terroristes et la réponse armée contre des acteurs non-étatiques ne sont pas désignés comme une « guerre » et n’impliquent donc pas l’activation de la neutralité, ce qui permet à l’Autriche de participer à des coalitions internationales contre le terrorisme (Tichy, 2017 : 160-164). La Seconde République fait ainsi partie de la Coalition internationale contre l’ « État islamique ».

Report sine die d’une redéfinition de la neutralité

24Malgré de nombreuses prises de position publiques et publications universitaires sur la fin de la neutralité voire sa « mort » (Unterberger, 1995), terme qui révèle on ne peut mieux la personnification à l’œuvre, les instances autrichiennes ne semblent pas prêtes à abroger le statut d’État neutre. Un consensus social et politique tacite permet de repousser à plus tard cette décision. Proposer l’abrogation de la neutralité serait un « suicide politique » (Rathkolb, 2012). Dès que des voix s’élèvent en ce sens, référendum et échéance électorale sont brandis comme des menaces pour y couper court. Ainsi, rien ne change, du moins jusqu’à l’émergence de la prochaine crise intérieure ou extérieure. Plus qu’un tabou émerge ici un refus catégorique, dirigé non pas contre l’abrogation du devoir de neutralité, mais contre un alignement politico-militaire qui éliminerait l’option de neutralité.

25Cela est manifeste quand on se pose la question des futurs choix stratégiques de l’Autriche, qui fait face à de nouveaux défis sécuritaires, dépeints notamment dans le Livre blanc et dans la revue Fokus, publiés par le ministère de la Défense (Fokus, 2015). Une adhésion à l’OTAN, sérieusement envisagée au début des années 2000, ne semble plus vraiment d’actualité, ni pour l’OTAN, ni pour l’Autriche, qui a peut-être laissé passer sa chance de définir conséquemment sa politique de défense et de sécurité. La ligne actuelle consiste à encourager le développement d’une défense européenne commune, sans pour autant y jouer un rôle moteur, préférant aviser le temps venu.

26Ce refus d’avoir un débat de fond amenant à redéfinir les contours de la neutralité ou à avoir le courage politique de renoncer officiellement au statut d’État neutre pourrait s’avérer très problématique en cas de crise majeure. Après les attaques terroristes à Paris en novembre 2015, l’article 42/7 du traité de l’Union européenne a été invoqué pour la première fois, faisant appel à la clause d’assistance mutuelle. L’Autriche a apporté son soutien à la France, mais la question de la compatibilité entre solidarité et neutralité reste délicate. L’article 51 de la Charte des Nations Unies fixe la légitime défense individuelle ou collective en cas d’« agression armée » et une clause de solidarité est également définie par l’article 222 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. La « clause irlandaise » contenue dans l’article 42/7 permet aux États neutres de fournir l’aide qu’ils estiment compatibles avec leur statut, mais ne fait pas disparaître cette tension.

27Les bouleversements survenus sur la scène internationale depuis les années 1990 et les nouveaux défis sécuritaires poussent à une réactualisation de la politique de sécurité d’États comme l’Autriche. La Seconde République se refuse à redéfinir ou à mettre un terme à sa neutralité, préférant se livrer à de périlleux exercices de réinterprétations de ce terme, au risque de le vider de sa substance. Alors que la théorie de la victime, le modèle de l’État-providence et le partenariat social sont peu à peu remis en cause, la neutralité est devenue un pilier politique et identitaire, faisant figure de symbole autrichien inattaquable. Les instances autrichiennes s’opposent à un choix entre neutralité et solidarité, au risque de perdre en visibilité, voire en crédibilité sur la scène internationale. Tout comme le souligne Gerhard Jandl (2015), actuellement responsable des questions stratégiques au sein du ministère des Affaires étrangères, il ne suffit pas à l’Autriche de clarifier ce qu’elle est capable ou a le droit de faire, encore faudrait-il qu’elle définisse ce qu’elle veut. La mise en place d’une Coopération structurée permanente de la Défense de l’UE pourrait bien constituer le prochain défi pour l’Autriche.

Haut de page

Bibliographie

Bundeskanzleramt / Bundespressedienst (2013) : Österreichische Sicherheitsstrategie. Sicherheit in einer neuen Dekade – Sicherheit gestalten. Vienne (Bundeskanzleramt Österreich).

Cede, Franz (2007) : « Neutralität und Staatsvertrag », in : Hummer, Waldemar, dir. : Staatsvertrag und immerwährende Neutralität Österreichs : Eine juristische Analyse. Vienne (Verlag Österreich), p. 21-30.

Cede, Franz (2005) : « Staatsvertrag und Neutralität aus heutiger Sicht », in : Rauchensteiner, Manfried, Robert Kriechbaumer, dir. : Die Gunst des Augenblicks : neuere Forschungen zu Staatsvertrag und Neutralität. Vienne (Böhlau), p. 519-536.

De Gruyter, Caroline (2014) : « Austrian Acrobatics in Europe », in : Carnegie Europe, 05/11/2014, http://carnegieeurope.eu/2014/11/05/austrian-acrobatics-in-europe-pub-57137 (page consultée le 30 mai 2017).

Der Standard (2011a) : « VP-EU-Abgeordneter Karas: Neutralität "Konzept des 19. Jahrhunderts" », Der Standard, 16/01/2011, http://derstandard.at/1293370771682/Wehrpflichtdebatte-VP-EU-Abgeordneter-Karas-Neutralitaet-Konzept-des-19-Jahrhunderts (page consultée le 30/05/2017).

Der Standard (2011b) : « Mehrheit glaubt nicht an Fortbestand der Neutralität », Der Standard, 20/02/2011, http://derstandard.at/1297818475209/Umfrage-Mehrheit-glaubt-nicht-an-Fortbestand-der-Neutralitaet (page consultée le 12/09/2017).

Der Standard (2003) : « Am Ende keine Neutralität mehr », Der Standard, 08/12/2003, http://derstandard.at/1503072/Am-Ende-keine-Neutralitaet-mehr (page consultée le 12/09/2017).

Der Standard (2001) : « Lipizzaner, Mozartkugeln und Neutralität sind passé », Der Standard, 26/01/2001, http://derstandard.at/757663/Lipizzaner-Mozartkugeln-und-Neutralitaet-sind-passe (page consultée le 30/05/2017).

Die Presse (2017) : « Strache: Atomwaffen sollten Teil einer EU-Armee sein », Die Presse, 26/02/2017, http://diepresse.com/home/innenpolitik/5175411/Strache_Atomwaffen-sollten-Teil-einer-EUArmee-sein (page consultée le 30/05/2017).

Enos-Attali, Sophie (2005) : « 1955-2005 : cinquante ans de “neutralité” autrichienne. Retour sur la politique étrangère et de sécurité de l’Autriche », Revue d’Allemagne 37.4, p. 549‑561.

Fokus (2015) : Unsichere Welt – Sicheres Heer : Sicherheitspolitische Vorschau 2016. Vienne (Bundesministerium für Landesverteidigung und Sport).

Gehler, Michael (2015) : Modellfall für Deutschland? : Die Österreichlösung mit Staatsvertrag und Neutralität 1945-1955. Innsbruck, Vienne (StudienVerlag).

Hauser, Gunther (2015) : Neutralität und Bündnisfreiheit in Europa – Sicherheitspolitische Herausforderungen für neutrale und bündnisfreie Staaten in Europa zu Beginn des 21. Jahrhunderts. Opladen, Berlin, Toronto (Verlag Barbara Budrich).

Hauser, Gunther (2014) : Das europäische Sicherheits- und Verteidigungssystem und seine Akteure. 7e éd., Vienne (Bundesministerium für Landesverteidigung und Sport).

Hilpold, Peter (2010) : Solidarität und Neutralität im Vertrag von Lissabon – unter besonderer Berücksichtigung der Situation Österreichs. Bern, Vienne (Nomos, facultas.wuv).

Hummer, Waldemar, dir. (2007) : Staatsvertrag und immerwährende Neutralität Österreichs : Eine juristische Analyse. Vienne (Verlag Österreich).

Jandl, Gerhard : « Österreich zwischen Können, Müssen, Wollen », Die Presse, 16/04/2015, p. 26.

Liebhart, Karin (2001) : « Transformation and Semantic Change of Austrian Neutrality: Its Origins, Development and Demise », Contemporary Austrian Studies, 9, p. 7‑36.

Luif, Paul et Hanspeter Neuhold, dir. (1992) : Das außenpolitische Bewusstsein der Österreicher : Aktuelle internationale Probleme im Spiegel der Meinungsforschung. Österreichisches Institut für Internationale Politik, Vienne (Braumüller).

Majer, Diemut (1987) : Neutralitätsrecht und Neutralitätspolitik am Beispiel Österreichs und der Schweiz. Heidelberg (R. v. Decker, C. F. Müller).

Neuhold, Hanspeter (1992) : « Die dauernde Neutralität Österreichs in einem sich wandelnden internationalen System », in : Luif, Paul et Hanspeter Neuhold , dir. (1992) : Das außenpolitische Bewusstsein der Österreicher : Aktuelle internationale Probleme im Spiegel der Meinungsforschung. Österreichisches Institut für Internationale Politik, Vienne (Braumüller), p. 87-108.

ORF (2015) : « Doppeltes Jubiläum », News ORF, 26/10/2015, http://orf.at/stories/2305630/2305776/ (page consultée le 30/05/2017).

Rathkolb, Oliver (2015) : Die paradoxe Republik : Österreich 1945 bis 2015. Vienne (Zsolnay).

Rathkolb, Oliver (2012) : « Österreich war nie neutral », Der Standard, 26/10/2012, http://derstandard.at/1350259233572/Rathkolb-Oesterreich-war-nie-neutral (page consultée le 30/05/2017).

Rauchensteiner, Manfried et Robert Kriechbaumer, dir. (2005) : Die Gunst des Augenblicks : neuere Forschungen zu Staatsvertrag und Neutralität. Vienne (Böhlau).

Schöpfer, Gerald, dir. (2015) : Die österreichische Neutralität : Chimäre oder Wirklichkeit? Graz (Leykam).

Stourzh, Gerald (2007) : « Wichtige Meilensteine in den Verhandlungen über den Staatsvertrag », in : Hummer, Waldemar, dir. : Staatsvertrag und immerwährende Neutralität Österreichs : Eine juristische Analyse. Vienne (Verlag Österreich), p. 3-19.

Stourzh, Gerald (2005) : Um Einheit und Freiheit : Staatsvertrag, Neutralität und das Ende der Ost-West-Besetzung Österreichs 1945-1955. 5e éd., Vienne, Graz (Böhlau).

Tichy, Helmut, Konrad Bühler, Philip Bittner et Ulrike Köhler (2017) : « Recent Austrian practice in the field of international law – Report for 2016 », ZÖR, 72, p. 121-168.

Türk, Helmut (1997) : Österreich im Spannungsfeld von Neutralität und kollektiver Sicherheit. Vienne (Verlag Österreich).

Unterberger, Andreas (1995) : « Die Neutralität ist tot. Des Kaisers neue Kleider und die österreichische Sicherheit », in : Khol, Andreas, Günther Ofner et Alfred Stirnemann, dir. : Österreichisches Jahrbuch für Politik : Eine Publikation der Politischen Akademie der Österreichischen Volkspartei. Munich (Verlag für Geschichte und Politik), p. 535-548.

Verdross, Alfred (1978) : La neutralité permanente de l'Autriche. Vienne (Verlag für Geschichte und Politik).

Verdross, Alfred (1967) : Die immerwährende Neutralität der Republik Österreich. 3e éd., Vienne (Österreichischer Bundesverlag für Unterricht, Wissenschaft und Kunst).

Zemanek, Karl (2007) : « Immerwährende Neutralität in der österreichischen Staatspraxis », in : Hummer, Waldemar, dir. : Staatsvertrag und immerwährende Neutralität Österreichs : Eine juristische Analyse. Vienne (Verlag Österreich), p. 197-212.

Haut de page

Notes

1 Bundesgesetzblatt 211/1955 (Journal Officiel de la République d’Autriche)

2 La Suisse adhéra à l’Organisation des Nations Unies en 2002.

3 Heldenplatz est une place située entre la Neue Burg et le Volksgarten, à Vienne, où Adolf Hitler annonça l’Anschluss de l’Autriche devant une foule majoritairement enthousiaste.

4 Le Traité d’État interdit à l’Autriche de prendre part à toute alliance économique ou politique dont ferait partie l’Allemagne (article 4).

5 BGBl. Nr. 1013/1994.

6 BGBl. 60/1974.

7 BGBl. 153/1998.

8 BGBl. 134/2002 : « Verbotene Unterstützung von Parteien bewaffneter Konflikte ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Gallouët, « Non à la fin de la neutralité ? », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2517

Haut de page

Auteur

Laure Gallouët

laure.gallouet@gmail.com, Doctorante en Études germaniques, Université Toulouse II Jean Jaurès, CREG (EA 4151)

Haut de page