Navigation – Plan du site
Non ! Nein ! Manifestations et traductions du refus

Comment en vient-on à refuser le service militaire en Suisse

Analyse de récits d’objecteurs des années 1960 et 1970
Niels Rebetez

Résumés

Les objecteurs au service militaire s’y opposent pour des raisons diverses : religieuses, éthiques, politiques. Mais comment en viennent-ils à poser cet acte ? Autrement dit, comment devient-on objecteur ? Cet article, basé sur une analyse empirique de récits d’objecteurs ayant refusé de servir dans l’armée suisse dans les années 1960 et 1970, montre que l’éducation religieuse, les sociabilités amicales et militantes, ainsi que le contexte historique, représentent des facteurs-clés dans la trajectoire biographique de ces hommes, permettant d’expliquer le développement d’une opposition à l’armée, traduite ensuite dans un acte de refus frontal du service militaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Refuseur » serait la traduction plus appropriée car il décrit l’acte (refuser le service militair (...)

1Les recherches récentes de la sociologie interactionniste sur le militantisme ont mis en évidence la dimension diachronique et cumulative de l’engagement. En fonction du « contexte et [d]es circonstances propres aux trajectoires personnelles » (Fillieule, 2003 : [1]) et non d’une condition innée, un individu peut développer des prédispositions à s’engager et franchir, ou non, ce pas. Appliquée au cas du refus du service militaire, cette assertion permet de comprendre pourquoi certains individus deviennent des objecteurs1 et d’autres non, autrement dit dans quelles conditions et circonstances un individu élabore une conviction d’opposition au service militaire et la transforme ensuite en acte de refus de servir dans l’armée.

  • 2 Inscrite dans l’art. 18 de la première Constitution fédérale de 1848, stipulant que « [t]out Suisse (...)

2Dans le cas de la Suisse, il n’y a à ce jour pas de recherche consacrée à cette question. Les contributions existantes relèvent plus d’une histoire institutionnelle ou juridique du refus de servir que d’une histoire des objecteurs à proprement parler. On ignore comment, depuis l’instauration en 1848 de l’obligation de servir pour tous les citoyens suisses de sexe masculin dans l’armée fédérale2 – qui coïncide avec l’avènement de la Suisse moderne – certains hommes astreints au service militaire en viennent à refuser celui-ci, même si la pertinence de cette question a déjà été relevée (Möcklin, 1998 : 7, 89).

3Le présent article propose d’y répondre à travers une analyse empirique de ce processus. Il est étudié à partir d’une recherche historique actuellement en cours portant sur la période des années 1960 à 1996. Elle est conçue comme un projet d’histoire orale inspiré de méthodes sociologiques, en particulier l’entretien compréhensif (Kaufmann, 2014) et le récit de vie (Bertaux, 2010), pour la conception et la conduite des entretiens. La combinaison de méthodes historiques et sociologiques offre une approche dynamique et processuelle, à la fois dans le temps et dans les liens entre parcours individuel et contexte historique.

  • 3 Art. 81 du Code pénal militaire (CPM) suisse de 1927. Il prévoit des peines de trois jours minimum, (...)

4La rencontre avec d’« anciens objecteurs » permet de se détacher d’une histoire macrosociologique du phénomène du refus de servir, comme pourrait l’être par exemple une histoire institutionnelle (débats parlementaires, réformes juridiques), de placer le point de vue des acteurs au centre de la recherche et d’accéder à des informations qui n’ont pas, ou peu, laissé de traces – comme justement le processus menant au refus. La période couverte est caractérisée par le fait que le refus de servir est puni pénalement3 et qu’il n’existe pas d’alternative au service militaire, un service civil de remplacement n’existant pas avant 1996.

  • 4 La recherche finale prévoit une trentaine d’entretiens.
  • 5 À titre indicatif, le nombre de condamnations pour refus de servir est inférieur à 100 par année ju (...)
  • 6 Terminologie issue du Code pénal militaire, plus précisément de ses articles 82, 83 et 84.

5L’article présente une analyse exploratoire de cinq entretiens4 réalisés avec d’« anciens » objecteurs nés entre la fin des années 1930 et le milieu des années 1950, qui ont donc été adolescents dans les années 1950 à 1970 et qui ont refusé le service militaire dans les années 1960-1970. L’article se concentre sur cette période car celle-ci est sensible pour l’armée, qui est la cible, à partir des années 1960, de critiques inédites dans l’histoire de la Suisse moderne, avec des prémisses remontant aux années 1950. Portées par une minorité de citoyen·ne·s, elles suscitent néanmoins des débats passionnés. Elles s’expriment en particulier contre les velléités du Conseil fédéral, sous l’impulsion des élites militaires, de doter la Suisse de l’arme nucléaire, velléités ouvertement formulées en 1958 (Giugni et Passy, 1997 : 63 ; Bretscher-Spindler, 1997 : 297). En réaction, un Mouvement suisse contre l’armement atomique est créé la même année (en allemand Bewegung gegen die atomare Aufrüstung) (idem). Au plan politique encore, le budget de l’armée est attaqué au parlement fédéral par des députés, mais également par des citoyen·ne·s. L’exemple qui a le plus marqué les mémoires est l’initiative populaire Chevallier, du nom du journaliste de radio qui l’a initiée, Samuel Chevallier. Lancée en 1954, elle demande une réduction de 50% des dépenses militaires pour l’année 1956, en faveur d’œuvres d’entraide (Praz, 1996 : 173). Elle est cependant déclarée nulle par le parlement fédéral (idem). De son côté, le service militaire est touché par une désaffection, voire un rejet, grandissant. Ainsi, les critiques s’accompagnent d’une hausse considérable du nombre d’objecteurs au service militaire, comme en témoignent les statistiques des condamnations des tribunaux militaires5. Les sanctions pour insoumission, désertion et absence injustifiée6 suivent la même tendance, témoignant d’un mouvement de désintérêt ou de contestation plus large. Cette dernière s’exprime également à travers des comités de soldats, qui éclosent à l’intérieur de l’armée. Leurs initiateurs exigent avant tout une démocratisation de l’armée et un assouplissement des règles de la discipline militaire. Enfin, l’augmentation du nombre d’objecteurs est parallèle à une médiatisation et à une visibilisation sans précédent du refus de servir, contribuant à en faire un problème public (Garraud, 1990; Hassenteufel, 2010).

6L’analyse des entretiens avec d’anciens objecteurs montre comment, dans le contexte contestataire des années 1960 et 1970, certains hommes en sont venus à refuser le service militaire. Il ne s’agit pas de s’intéresser directement à leurs motivations pour refuser le service militaire, mais au contexte d’émergence et de développement d’une opposition à celui-ci.

Un « terreau favorable »

7L’étude des parcours individuels considérés ici met en évidence que le questionnement face à l’institution militaire débute tôt dans la biographie, durant l’adolescence et parfois même dès l’enfance. À ce stade, trois éléments ressortent particulièrement des entretiens.

8Premièrement, les futurs objecteurs sont marqués de façon précoce – directement ou indirectement – par une image négative de l’armée ou de la guerre, en particulier de la Seconde Guerre mondiale (même s’ils ne l’ont pas vécue eux-mêmes). Plusieurs racontent l’expérience que leur père, mobilisé durant le dernier conflit mondial, leur a transmise, ou ce qu’ils en ont perçu par eux-mêmes. Par exemple, Thomas, né en 1951 et dont le père a travaillé en Belgique dans les années 1950, se souvient avoir été ébranlé en voyant les stigmates de la guerre dans la ville de Liège où il vivait :

« [À] Liège c’était encore une ville détruite. Ils n’avaient pas reconstruit beaucoup, je me rappelle vraiment très bien, physiquement, encore maintenant je peux m’imaginer. Il y avait […] des tas de maisons détruites ou des maisons qui étaient complètement bourrées d’obus comme on peut voir dans les films là, avec des grands trous et cetera. Ça ça m’avait choqué. Je ne savais pas trop ce que c’était la guerre mais je voyais cette destruction quand même de bâtiments […]. »

9À cette expérience de la guerre, racontée par un père ou appréhendée à travers l’une de ses conséquences physiques, s’ajoute un élément qui revient plusieurs fois dans les entretiens : les films. Plusieurs futurs objecteurs mentionnent un film sur la guerre ou la Shoah qu’ils ont vu alors qu’ils étaient (pré-)adolescents et qui les a fortement marqués. Ils en parlent spontanément durant l’interview, sans qu’une question à ce sujet leur ait été posée. En particulier, « Nuit et brouillard » (réal. Alain Resnais, 1956) est évoqué par plusieurs informateurs. Un autre a été « perturbé » par « Le jour le plus long » (1962) sur le Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, vu à treize ans. Un autre encore évoque un film sur la bombe atomique visionné au début des années 1970, quand il avait quinze ans, et qui l’avait « effrayé ». Ce constat est révélateur de l’importance des médias visuels dans la construction d’une image de ce qu’est ou peut être la guerre, dans un contexte où la mémoire de la Seconde Guerre mondiale est encore vivace et les tensions de la Guerre froide sont fortes.

10Deuxièmement, le contexte spécifique de la Suisse des années d’après-guerre représente un aspect également important pour ces mêmes objecteurs nés dans les années 1930 à 1950. Conditionné par l’environnement international et la peur des « rouges », le climat intérieur est, d’après eux, pesant. Les années 1950 en Suisse sont caractérisées par un « fort isolationnisme intellectuel et politique » (Jorio, 2010) et l’armée bénéficie d’une aura très favorable, notamment car elle a fait figure, pour les autorités politiques et militaires, d’Überlebensversicherung (assurance de survie) pendant la guerre (Tanner, 1997 : 317). Le rôle protecteur de l’armée est l’objet d’un consensus national dans l’immédiat après-guerre, couplé à la continuation de la geistige Landesverteidigung (défense nationale spirituelle), initiée dans les années 1930 en réaction au communisme, et à la montée du fascisme italien et du nazisme allemand. Promouvant l’intégration intérieure et l’exclusion des éléments « étrangers », elle étend la défense hors du seul cadre de l’armée (culture, économie) (Jorio, 2010). Après la Seconde Guerre mondiale, la défense nationale spirituelle est réactivée. Elle s’éloigne toutefois d’une mission d’affirmation des valeurs démocratiques pour se concentrer sur la défense, aboutissant à un repli intérieur marqué et à un anticommunisme virulent (idem). Ce discours officiel des autorités suisses, partagé par une partie importante de la population, plonge cependant certains des informateurs dans le doute, voire la méfiance. Ceci est particulièrement fort dans le récit de François (né en 1946) :

« […] je me rappelle d'années où, pour moi comme adolescent, je sentais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, et que le pays dans lequel je vivais vivait dans le mensonge. […] une forme d'hypocrisie qui était extrêmement difficile à assumer. […] Cette pression d'Etat, que ça ne se dit pas, ça ne se fait pas, on est né Suisse on doit être soldat. C'est l'autorité avec un grand A, le gouvernement sait mieux pour toi […]. Donc c'était une situation assez désagréable pour un adolescent parce qu'on a l'impression qu'on sait des choses, mais on n'a même pas le droit de les dire. Par rapport à l'idéologie ambiante de l'époque. Il faut vraiment s'en rappeler. La Suisse avait réussi à se défendre grâce à sa glorieuse armée aux frontières, Punkt Schluss [point final]. C'était ça qu'on devait croire. »

11Le type d’expérience racontée par François révèle le développement d’une défiance vis-à-vis des institutions. Elle est perceptible, même si de manière moins explicite, dans d’autres entretiens et elle aura plus tard une incidence dans l’élaboration d’une opposition à l’armée et au service militaire.

  • 7 Branche du protestantisme apparue au 19e siècle au Royaume-Uni, puis implantée en Suisse, en partic (...)

12Troisièmement, l’éducation religieuse joue un rôle important pour plusieurs des objecteurs rencontrés. L’un a grandi dans une famille darbyste7 et deux autres ont un père pasteur. L’éducation protestante a eu une profonde influence sur l’un d’eux. Le commandement « Tu ne tueras point » en particulier lui « a beaucoup posé de problèmes, en comparaison de la société que nous vivions autour de nous » et ce commandement était « absolu » pour lui. La réflexion autour de ces préceptes engendre des questionnements sur la légitimité du service militaire ou encore l’usage de la violence, qui s’accorde difficilement avec l’obligation de servir sous les drapeaux. Quant à l’objecteur darbyste, plus que des principes bibliques, c’est l’éducation reçue qui forge une incompatibilité avec le service militaire :

« En tout cas moi j’avais la façon de penser qu’il y avait, je faisais partie des sauvés et des élus, et puis que tous les autres ils étaient, pour le moment, perdus. D’accord. Alors je pense que… L’effet mouton de l’armée ne pouvait pas bien prendre, vu cette éducation. » (Félix, né en 1952).

13L’appartenance à un groupe religieux minoritaire et strict, comme les darbystes ou les témoins de Jéhovah pour lesquels le refus de faire le service militaire est une condition nécessaire pour continuer d’appartenir à la communauté, crée dès l’enfance un sentiment d’être « à la marge » de la société. Ce dernier engendre un rapport aux obligations non religieuses, étatiques notamment, moins étroit ou impératif que pour les personnes, majoritaires, qui ne vivent pas dans ces communautés. On retrouve cette manière particulière d’être au monde, dans une moindre mesure, chez les informateurs marqués par une éducation religieuse protestante (de l’Église officielle). Dans les deux cas, que ce soit au nom de valeurs religieuses ou d’une vision singulière du monde, refuser le service militaire se conçoit comme l’expression d’une cohérence entre des valeurs et leur mise en pratique.

14Ces différents éléments – représentation négative précoce de l’armée ou de la guerre, climat national intérieur lourd, éducation religieuse – se retrouvent, parfois combinés, dans tous les entretiens. Ils créent ce qu’on pourrait appeler un « terreau favorable » sur lequel se construit une opposition ultérieure au service militaire, sans que celle-ci ne soit toutefois mécanique, car d’autres éléments d’importance doivent encore être soulignés.

Sociabilités adolescentes : le collectif et l’appartenance

15Le facteur déterminant qui se dessine ensuite, durant l’adolescence, est le cercle de sociabilité hors du cadre familial. Parmi les cinq informateurs, quatre sont le seul membre de la famille à avoir refusé le service militaire. Aucun ne dit avoir été encouragé à refuser l’armée par un·e/des membre(s) de sa famille. Ce qui les amène à prendre cette décision relève bien plus des fréquentations et contacts en dehors du cercle familial, même si nous avons vu plus haut que la socialisation et l’éducation familiale jouent un rôle non négligeable dans le développement embryonnaire d’une attitude d’opposition aux institutions. Comme l’écrit Lilian Mathieu dans sa recherche sur « Les ressorts sociaux de l’indignation militante », « la trajectoire et la socialisation des agents […] les a dotés de dispositions critiques, d’appétences protestataires et d’une sensibilité [à certains] enjeux » (Mathieu, 2010 : 303).

16Si l’on revient aux futurs objecteurs du service militaire, les pairs du même âge jouent, pour une part importante d’entre eux, un rôle central dans le processus menant à un rejet de l’armée. Les groupes de pairs sont des lieux où la question du service militaire se pose et se discute, souvent plusieurs années avant le recrutement, comme le racontent plusieurs informateurs. Certains parlent déjà de ce thème avec des camarades d’école, mais ce sont surtout les amis (qui ne fréquentent pas forcément le même établissement scolaire) qui sont prépondérants dans ce processus.

17Pour certains d’entre eux, la fréquentation d’un groupe de jeunes du même âge va de pair avec un engagement militant. En particulier durant les années 1960 et 1970, être membre d’un groupe militant (de gauche) est un facteur important dans l’élaboration d’une opposition à l’armée et au service militaire. Espace d’échanges, de théorisation, d’influences mutuelles et de co-construction d’une posture critique vis-à-vis de l’État et de ses institutions, dont l’armée, les groupes militants constituent un lieu privilégié de développement d’une opposition au service militaire. D’autres facteurs propres à cette période ont également joué un rôle important pour certains objecteurs. Plusieurs évoquent en particulier la lecture de littérature de la non-violence et y voient un lien d’influence avec leur décision ultérieure.

  • 8 Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a plus d’objecteurs qui posent leur acte de façon individuelle et/ (...)
  • 9 Bibliothèque de la Ville de la Chaux-de-Fonds, Archives du Centre Martin Luther King, Rassemblement (...)

18Dans ce cadre, les années 1960 représentent une rupture historique significative et durable dans le phénomène du refus de servir en Suisse. Elle s’observe par la forte augmentation du nombre d’hommes condamnés pour ce motif par la justice militaire dès la fin de cette décennie. On observe alors une proportion beaucoup plus importante, par rapport à la situation antérieure, d’objecteurs politisés et militants. Avec l’aide d’allié·e·s, ils transforment le refus de servir en un acte collectif et militant, et qui dépasse la question du service militaire8. Ainsi, dès cette période charnière, une part importante d’entre eux expriment, à travers leur contestation de l’armée, une critique d’un « modèle traditionnel suisse » du consensus, de la neutralité et de la défense armée. En outre, ils adoptent une stratégie de visibilisation et de médiatisation du phénomène dans la sphère publique, cherchant à imposer le thème dans l’agenda politique afin de pousser les autorités à proposer une solution au refus de servir, en particulier en mettant en place un service civil comme alternative au service militaire. L’une des conséquences de cette visibilisation (et visibilité) nouvelle du refus de servir est qu’elle réduit l’impression d’isolement et rend l’opposition à l’armée pensable puisque de plus en plus d’hommes font le pas du refus, incitant donc d’autres à faire de même. Et ce d’autant plus qu’ils peuvent compter sur le soutien de réseaux et d’organisations militantes qui mettent en place des permanences de conseil pour les candidats au refus. Plusieurs groupes de soutien sont ainsi créés dès les années 1960, comme par exemple un fonds d’aide financière en 1965 ou le Rassemblement des objecteurs de conscience (ROC), basé à Genève, en 19699.

  • 10 Dans une perspective de « carrière » militante, il serait également pertinent de voir s’ils poursui (...)
  • 11 Créé en 1920, notamment par le Suisse Pierre Cérésole, le Service civil international est une organ (...)

19Il est intéressant de noter qu’une majorité des informateurs rencontrés avaient des activités engagées avant leur refus de servir10. Trois des cinq interviewés ont ainsi participé à des chantiers du Service civil international (SCI)11. Un autre élément intéressant qui ressort de leur récit est leur attirance, bien avant le service militaire, pour les voyages, de préférence sac au dos et avec presque rien en poche. Cet intérêt pour la découverte d’autres régions du monde peut être interprété comme une continuation de leur socialisation familiale ou adolescente. Elle leur donne une ouverture au monde qui entre en conflit avec le principe de défense nationale, comme le raconte Louis (né en 1938) :

« […] je continue de penser surtout après avoir vu cette planète un tout petit peu, je pensais qu’alors vraiment [il accentue ce mot] il n’y a aucune raison de croire que celui qu’on ne connaît pas c’est notre ennemi […]. Donc j’étais conforté ».

20Ces futurs objecteurs sont donc, avant leur appel pour le recrutement, déjà intégrés dans des organismes collectifs, souvent militants, ou ont une expérience de l’Autre qui ne s’accorde pas avec l’idée de défiance ou de protection vis-à-vis de l’Etranger.

21À cela il faut ajouter que la dimension collective du refus de servir est déjà perceptible à l’intérieur des cercles et des groupes amicaux ou militants. La visibilisation et la médiatisation vers l’extérieur, amorcée dès les années 1960, est le reflet d’une « collectivisation » qui commence au niveau interpersonnel : on discute à plusieurs de la position à prendre face au service militaire, on a éventuellement des amis ou des connaissances qui ont refusé et qui partagent leur expérience, on peut décider d’objecter à plusieurs. Même sans être militant, l’échange précoce avec des pairs sur la question du service militaire montre déjà une position commune, où la remise en cause de l’obligation de servir dans l’armée peut s’exprimer et être acceptée. Pierre (né en 1955) le raconte ainsi :

« J'avais des connaissances donc en apprentissage ou bien c'était des gens qui étaient des amis d'école aussi, on a évolué ensemble […] et puis déjà dans ces années-là avant qu'on arrive disons au stade d'être enrôlé dans l'armée, on avait déjà discuté, on avait débattu sur les thèmes comme ça et c'est vrai que notre position était justement […] cette attitude [de non-violence], on ne voulait pas participer disons à ce qui était vraiment comme ça... On pensait qu'il y avait vraiment quelque chose qui était, qu'on pouvait faire et puis qu'on pouvait peut-être changer, un état d'esprit. »

22Dans ce contexte, refuser le service militaire devient un enjeu, implicite, (de confirmation) d’appartenance à un groupe.

Passer à l’acte

23Les différents éléments décrits ci-dessus mettent en évidence la manière dont la trajectoire de futurs objecteurs du service militaire s’initie et se développe dans l’enfance et l’adolescence. Il reste à s’intéresser plus précisément au passage à l’acte, à la façon dont « une disposition à se traduit par une action effective ou par l’inaction » (Fillieule, 2001 : 199).

  • 12 Mis à part sur la période 1992-1996 où les objecteurs reconnus par la justice militaire (avec motif (...)

24On a vu plus haut que leur trajectoire et leur socialisation ont créé une prédisposition à une opposition à l’armée. Refuser de servir dans l’armée entraîne cependant des coûts élevés : condamnation pénale, peine de prison12, potentielles difficultés professionnelles (perte d’une place de formation ou d’un emploi, difficulté à en (re)trouver un·e, voire interdiction professionnelle dans certains cas). Il faut donc s’interroger sur ce qui pousse un individu, en plus des prédispositions déjà évoquées, à poser cet acte de refus malgré son caractère a priori très coûteux. Trois éléments peuvent être avancés pour l’expliquer.

25Premièrement, traduire une conviction d’opposition au service militaire en acte permet d’être cohérent avec soi-même et de respecter ses valeurs personnelles. Deuxièmement, la valeur d’un engagement n’est pas uniquement liée à son appréciation par l’individu qui s’engage, mais la cause à la base de l’engagement fait aussi l’objet d’un jugement dans les différentes sphères qui entourent l’individu : d’autres objecteurs, le groupe de pairs, la société dans son ensemble. Dans le contexte suisse et sur la période étudiée, la désapprobation vis-à-vis du refus de servir dans l’armée est forte parmi les autorités politiques et militaires, et est partagée dans une large mesure par la population. Toutefois, à partir des années 1960 les objecteurs peuvent compter sur des allié·e·s et des co-objecteurs qui associent comme eux une valeur positive à l’acte du refus de servir, plus que dans la situation antérieure. Le caractère plus collectif du refus permet une diffusion plus large d’une valeur positive attribuée à cet acte, en tout cas dans les groupes d’appartenance proches (pairs du même âge, communauté religieuse, groupe militant). Refuser le service militaire est donc valorisé dans certains cercles, contrebalançant en partie le coût pénal et éventuellement professionnel du refus. Troisièmement, plusieurs objecteurs ont exprimé le fait qu’ils espéraient à travers leur acte faire pression sur les autorités politiques pour introduire un service civil, notamment en s’opposant en groupe. Leur vision dépasse leur cas individuel : ils voient leur refus comme un acte avec une visée à long terme et qui doit, du moins l’espèrent-ils, ouvrir la voie aux générations suivantes. Cette argumentation est perceptible chez ceux qui sont engagés dans des groupes où les dimensions collective et militante sont prégnantes.

Davantage d’objecteurs romands

  • 13 Les Tessinois italophones se trouvent entre les deux, mais plus proches de la courbe des Romands.

26Un dernier élément, plus macrosociologique, en lien avec notre problématique mérite d’être soulevé ici : statistiquement, il y a une disproportion significative des objecteurs suisses selon qu’ils viennent de Suisse alémanique ou de Suisse romande. Ainsi, les Romands (francophones) sont proportionnellement beaucoup plus nombreux à refuser le service militaire que les Alémaniques (germanophones)13. Pourquoi est-on davantage susceptible de refuser le service militaire si l’on est Romand que si l’on est Alémanique ?

  • 14 Sachant que les tribunaux militaires de division sont « linguistiques » : un objecteur francophone (...)
  • 15 Les tribunaux militaires dépendent de l’État fédéral, mais l’exécution des peines relève des canton (...)

27L’hypothèse avancée à ce stade de la recherche est que le discours dominant et la répression envers les objecteurs du service militaire sont plus durs en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. Elle pourra être testée de plusieurs manières, complémentaires. D’un côté, une analyse du volume des peines prononcées contre des objecteurs selon le tribunal qui les a condamnés14 pourra montrer s’il y a des différences significatives entre tribunaux. De l’autre, un examen de l’application des peines15 permettra d’examiner si une certaine souplesse existe dans les cantons romands par rapport aux cantons alémaniques. Plusieurs exemples rencontrés jusqu’à présent dans des archives, disparates pour l’instant, semblent indiquer que les cantons romands exécutent les peines de manière plus souple que les cantons alémaniques, parfois jusqu’à l’extrême limite du droit. Ils sont par ailleurs plus proactifs pour proposer des réformes allégeant la peine des objecteurs au plan politique fédéral au cours de la deuxième moitié du 20e siècle.

28L’analyse empirique de récits d’objecteurs présentée dans cet article montre le processus que ceux-ci ont suivi, depuis l’élaboration d’une opposition à l’armée à la déclaration ouverte de leur refus d’y participer, et les facteurs qui ont influencé leur trajectoire. Ces facteurs relèvent de plusieurs sphères (familiale, amicale, militante) et étapes biographiques (enfance, adolescence, début de l’âge adulte), et sont pour certains fortement liés au contexte historique du moment (conservatisme de la Suisse des années 1950, mouvements contestataires des années 1960 et 1970).

29Ainsi, si les objecteurs ont des motivations pour refuser le service militaire (la non-violence, le fait de considérer l’armée comme une institution aliénante ou au service de « la classe bourgeoise dominante », etc.), la prise en considération de leurs parcours et de son contexte sont au moins aussi importants pour comprendre comment et pourquoi ils en sont venus à poser cet acte de refus. Les résultats présentés ici montrent ainsi que même dans un contexte empreint de fort conservatisme, comme c’est le cas dans la Suisse des années 1950, certains individus développent des inclinations non-conformistes. Imprégné de celles-ci, leur parcours de vie participe ensuite à influencer le phénomène du refus de servir avant même la vague contestataire des années 1960-1970. La prise en compte du parcours biographique comme processus montre ainsi la pertinence de l’étudier en amont des transformations fondamentales qu’il vit dans la décennie 60. Les résultats finaux de l’analyse de ces récits permettront également d’expliquer la différence entre les Romands et les Alémaniques, différence souvent relevée dans la littérature sur la Suisse mais dont l’explication résiste encore.

30Pour toutes ces raisons, les récits de vie sont une source d’une grande valeur pour mettre au jour ces processus et évolutions, palliant ainsi l’absence de sources écrites.

Haut de page

Bibliographie

Bertaux, Daniel (2010) : Le récit de vie. Paris (Armand Colin), coll. « L’enquête et ses méthodes », 3e éd.

Blandenier, Jacques (2005) : « Darbysme », in : Dictionnaire historique de la Suisse, en ligne : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F11438.php.

Bretscher-Spindler, Katharina (1997) : Vom heissen zum kalten Krieg. Vorgeschichte und Geschichte der Schweiz im Kalten Krieg 1943-1968. Zurich (Orell Füssli).

Fillieule, Olivier (2001) : « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, 51.1, p. 199-215.

Fillieule, Olivier (2003) : « Devenir militants », Sciences humaines, n° 144, en ligne sur le Serveur académique lausannois : https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_40490.P001/REF.

Garraud, Philippe (1990) : « Politiques nationales : élaboration de l’agenda », L’Année sociologique, 40.3, p. 17-41.

Giugni, Marco et Florence Passy (1997) : Histoires de mobilisation politique en Suisse. De la contestation à l’intégration. Paris (L’Harmattan).

Hassenteufel, Patrick (2010) : « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics », Informations sociales, 157.1, p. 50-58.

Jenni, Karin (2008) : Zivildienst als Friedensdienst. Die Tätigkeiten des SCI für einen anerkannten Zivildienst. Université de Fribourg (mémoire de master en histoire contemporaine).

Jorio, Marco (2010) : « Défense spirituelle », in : Dictionnaire historique de la Suisse, en ligne : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F17426.php.

Kaufmann, Jean-Claude (2014) : L’entretien compréhensif. Paris (Armand Colin), coll. « L’enquête et ses méthodes », 3e éd.

Mathieu, Lilian (2010) : « Les ressorts sociaux de l'indignation militante. L'engagement au sein d'un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière », Sociologie, 3.1, p. 303-318.

Möcklin, Emanuel (1998) : Militärdienstverweigerung. Über die Ursachen der Militärdienstverweigerung in der Schweiz. Eine explorative Studie. Université de Zurich (travail de licence en sociologie).

Praz, Anne-Françoise (1996) : Scooters, spoutniks et prospérité. La Suisse de 1950 à 1959. Prilly/Lausanne (Eiselé).

Tanner, Jakob (1997) : « Militär und Gesellschaft in der Schweiz nach 1945 », in : Frevert, Ute, dir.: Militär und Gesellschaft im 19. und 20. Jahrhundert. Stuttgart (Klett-Cotta), p. 314-341.

Haut de page

Notes

1 « Refuseur » serait la traduction plus appropriée car il décrit l’acte (refuser le service militaire, en allemand « (Militär)Dienstverweigerer »), mais le mot n’est pas utilisé dans la langue française. C’est donc le terme d’« objecteur » qui est utilisé ici pour décrire l’acte du refus de servir, mais sans a priori sur les convictions qui sous-tendent celui-ci.

2 Inscrite dans l’art. 18 de la première Constitution fédérale de 1848, stipulant que « [t]out Suisse est tenu au service militaire ».

3 Art. 81 du Code pénal militaire (CPM) suisse de 1927. Il prévoit des peines de trois jours minimum, trois ans maximum pour l’emprisonnement et d’un jour minimum, trois mois maximum pour les arrêts répressifs (nuits et weekends en prison, travail à l’extérieur durant la journée). Les arrêts répressifs sont réservés aux objecteurs religieux ou, dès 1967, éthiques. Les peines prononcées vont en général de trois à six mois, mais certains tribunaux ont prononcé des peines allant jusqu’à dix-huit mois.

4 La recherche finale prévoit une trentaine d’entretiens.

5 À titre indicatif, le nombre de condamnations pour refus de servir est inférieur à 100 par année jusqu’en 1966 (122 cette année-là), puis il explose : en 1970 on en compte 175, 352 en 1972, 520 en 1975, avant de diminuer dans la deuxième moitié des années 1970, mais sans atteindre le niveau d’avant les années 1960 (367 en 1976, 391 en 1978).

6 Terminologie issue du Code pénal militaire, plus précisément de ses articles 82, 83 et 84.

7 Branche du protestantisme apparue au 19e siècle au Royaume-Uni, puis implantée en Suisse, en particulier dans sa partie romande, le darbysme est caractérisé par « une interprétation littérale de la Bible, le rigorisme moral, le refus du contact avec d'autres Églises et l'abstention d'engagement politique » (Blandenier, 2005).

8 Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a plus d’objecteurs qui posent leur acte de façon individuelle et/ou qui ne sont pas engagés comme militants.

9 Bibliothèque de la Ville de la Chaux-de-Fonds, Archives du Centre Martin Luther King, Rassemblement des objecteurs de conscience (ROC) : 1969-1972, D.SC/OC.010, « Pourquoi un mouvement d’objecteurs », [1971 ?], p. 2.

10 Dans une perspective de « carrière » militante, il serait également pertinent de voir s’ils poursuivent cet engagement après leur condamnation, s’ils l’abandonnent ou s’orientent vers de nouvelles activités.

11 Créé en 1920, notamment par le Suisse Pierre Cérésole, le Service civil international est une organisation promouvant la paix à travers des chantiers de travail internationaux, volontaires et bénévoles. En Suisse, les membres du SCI ont par ailleurs milité pour l’introduction d’un service civil (sur cette question, voir Jenni, 2008).

12 Mis à part sur la période 1992-1996 où les objecteurs reconnus par la justice militaire (avec motifs religieux ou éthiques) sont condamnés à des travaux d’intérêt général.

13 Les Tessinois italophones se trouvent entre les deux, mais plus proches de la courbe des Romands.

14 Sachant que les tribunaux militaires de division sont « linguistiques » : un objecteur francophone sera toujours jugé dans un tribunal francophone, un objecteur germanophone dans un tribunal germanophone.

15 Les tribunaux militaires dépendent de l’État fédéral, mais l’exécution des peines relève des cantons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Niels Rebetez, « Comment en vient-on à refuser le service militaire en Suisse », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2529

Haut de page

Auteur

Niels Rebetez

niels.rebetez@unifr.ch, doctorant en histoire contemporaine, Université de Fribourg (CH)

Haut de page