Navigation – Plan du site
Perspectives

Les droits de l’homme, un instrument politique au service de l’Ostpolitik des chrétiens-démocrates dans les années 1980

Lise Blondeel

Résumés

Durant les années 1970, les droits de l’homme deviennent un concept dominant de la politique internationale. Faire appel aux droits de l’homme, c’est se servir d’une notion à géométrie variable, d’une expression qui peut véhiculer des idées très différentes même si intrinsèquement sa portée se veut universelle. Dans le contexte de la dernière décennie de la guerre froide, les chrétiens-démocrates et chrétiens-sociaux (CDU/CSU) s’emparent souvent de la thématique des droits de l’homme à des fins politiques. Le présent article se propose de définir les raisons ainsi que les moyens utilisés par la CDU/CSU pour justifier et légitimer cette instrumentalisation dans le cadre de leur politique envers les pays de l’Est.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment les différents articles de l’ouvrage collectif dirigé par Jan Eckel (Eckel, 2012).

1Dans l’histoire récente des droits de l’homme, les années 1970 sont la décennie durant laquelle ils deviennent un concept dominant de la politique internationale1. Cette évolution est à inscrire dans le contexte de la guerre froide. Les droits de l’homme jouent alors un rôle majeur, notamment dans le cadre des conférences sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) de 1975 à la fin des années 1980.

2La recherche historique sur les droits de l’homme connaît actuellement un plein essor. Jusqu’à présent, les travaux se sont surtout concentrés sur l’émergence de cette thématique. L’analyse du discours sur ce sujet privilégie souvent le niveau diplomatique ou le niveau de la société civile (Frei et Weinke, 2013). À l’intérieur de la configuration créée par la guerre froide, les camps politiques les plus variés se sont appropriés la langue des droits de l’homme. Il semble donc intéressant de comprendre les raisons de ces prises de position politiques et d’analyser les usages qui en ont été faits.

3Faire appel aux droits de l’homme, c’est invoquer une notion à géométrie variable, employer une expression qui peut véhiculer des idées très différentes même si intrinsèquement ils ont une vocation universelle. Il s’agit d’un vecteur souvent utilisé et instrumentalisé dans le discours politique. Ainsi les accords d’Helsinki signés le premier août 1975, à la fin de la première CSCE, servent de référence et de moyen de légitimation aux dissidents dans les pays de l’Est, mais également de cadre à partir de 1985 au nouveau gouvernement soviétique pour justifier ses réformes.

4L’Union chrétienne-démocrate composée au plan fédéral des deux « partis frères » (Schwesterparteien) de la CDU et de la CSU forme au Bundestag un seul groupe parlementaire. Elle fait du discours sur les droits de l’homme une composante primordiale de son Ostpolitik. Le rappel des droits de l’homme est l’un des rares éléments qui lui permette, lors de son retour au gouvernement, d’affirmer la continuité de sa politique depuis l’ère Adenauer sans paraître pour autant renier l’Ostpolitik de W. Brandt, politique qu’elle avait pourtant vivement critiquée dans l’opposition.

5Pour les chrétiens-démocrates, la question des droits de l’homme concerne en premier lieu la politique allemande, mais aussi le soutien à apporter tant aux dissidents poursuivis dans les pays de l’Est qu’aux Allemands vivant dans certains anciens territoires de l’Est notamment en Roumanie et en URSS. Nous nous proposons donc d’analyser la signification dans la politique du parti de ce recours aux droits de l’homme. Il s’agira de définir les moyens utilisés pour justifier et légitimer ce discours tant au sein du parti qu’auprès de l’opinion publique et de distinguer des nuances, perceptibles au sein de la CDU et entre la CDU et la CSU. Pour mener cette analyse, nous travaillerons à partir d’un corpus issu des archives politiques de la CDU et de celles de la CSU, constitué essentiellement des publications officielles du parti, d’un ensemble de comptes-rendus provenant du travail parlementaire des députés chrétiens-démocrates et des archives personnelles de l’un des experts du parti pour la politique extérieure, Werner Marx, le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement, particulièrement actif sur la question des droits de l’homme.

6Nous nous proposerons de montrer en quoi les droits de l’homme se situent au cœur de l’Ostpolitik de la CDU/CSU, d’esquisser les raisons multiples qui poussent la CDU/CSU à mettre en avant les droits de l’homme et d’analyser dans quelle mesure on peut considérer que cet instrument politique contribue à renforcer l’unité de l’Union chrétienne-démocrate.

Les droits de l’homme au cœur de l’Ostpolitik de la CDU/CSU

7Le rôle fédérateur et mobilisateur des droits de l’homme permet au gouvernement Kohl de justifier son action tant à l’intérieur de la RFA que dans les relations internationales. L’insistance sur le non-respect des droits de l’homme tout particulièrement en Union soviétique et en RDA souligne les différences entre la démocratie à l’Ouest et la dictature à l’Est, c’est-à-dire qu’elle justifie la représentation idéologique des chrétiens-démocrates. Il s’agit de délégitimer les pays du bloc soviétique. Ainsi les chrétiens-démocrates réaffirment leur ancrage à l’Ouest, rassurent leurs alliés et se présentent comme les partenaires allemands les plus fiables. C’est également dans ce domaine qu’ils obtiennent quelques résultats concrets comme l’amélioration des contacts humains entre les deux Allemagne.

  • 2 Erklärung der Bundesregierung von Helmut Kohl, Deutscher Bundestag, Plenarprotokoll 9/121, 13.10.19 (...)
  • 3 Ce reproche fait à l’Ostpolitik social-libérale est souvent repris comme contre-exemple, notamment (...)
  • 4 « Mauer, Stacheldraht,Schießbefehl und Schikanen », cité par exemple en mai 1983 lors du congrès du (...)
  • 5 Protokoll der Fraktionssitzung Nr. 10/78, 22.10.1985 : ACDP 8-001- 1075/1, p.3.

8En 1982, l’objectif principal de la politique extérieure en Europe de la CDU/CSU consiste à mener une politique active de maintien de la paix garantissant la sécurité et la liberté2. La volonté de défendre et de maintenir les droits de l’homme constitue un élément central de cette politique, seule jugée à même d’amener une « réelle détente »3. La politique de détente des gouvernements antérieurs est estimée illusoire car elle tendait à minorer la dangerosité de l’URSS et les différences entre les systèmes occidental et oriental. Les droits de l’homme sont mentionnés dans tous les textes programmatiques et discours des principaux dirigeants de l’Union chrétienne-démocrate, qu’il s’agisse des programmes de la CSU ou de la CDU, des discours de politique générale devant le Parlement, ou des documents d’informations publiés par le(s) parti(s). Ils sont d’abord mis en avant dans le cadre de la politique allemande (Deutschlandpolitik). Dans les années 1980, la CDU/CSU considère toujours que la RFA représente la partie libre du peuple allemand et qu’elle a à l’égard des Allemands vivant en RDA ou dans les anciens territoires de l’Est une responsabilité particulière, qu’il est de son devoir de défendre leurs droits et libertés. Cette position s’inscrit dans la continuité de l’ère Adenauer avec la RFA comme seule représente légale de l’Allemagne (Alleinvertretungsanspruch). Ainsi, les chrétiens-démocrates s’appliquent à dénoncer publiquement les atteintes faites aux droits de l’homme en RDA notamment à la frontière entre les deux Allemagne en soulignant les chicanes rencontrées par les voyageurs, le caractère inhumain du mur, des barbelés, et de l’ordre de tirer donné aux gardes-frontières de la RDA. La mention de ces quatre éléments devient une formule consacrée dans les discours d’Helmut Kohl4. C’est pour cette raison aussi que la CDU/CSU refuse d’accepter l’une des principales exigences que E. Honecker présente en octobre 1980 à Gera comme une condition à la normalisation des relations entre la RFA et la RDA. Elle refuse de fermer la centrale de Salzgitter chargée de recenser les violations des droits de l’homme commises en RDA. C’est une des revendications que des personnalités importantes du parti social-démocrate (SPD), comme Egon Bahr, l’un des instigateurs de l’Ostpolitik de W. Brandt, ou Hans-Jochen Vogel, le chef de l’opposition au Bundestag depuis sa défaite face à H. Kohl aux élections de 1983, sont prêtes à accepter dès 1984. Afin d’atténuer la division, toutes les mesures permettant d’améliorer les rapports humains entre les deux Allemagne sont au centre de la politique allemande menée par le gouvernement. La multiplication des échanges, des voyages, l’augmentation du nombre d’Übersiedler – ces Allemands de RDA venant s’installer en République fédérale – sont autant d’éléments avancés, par exemple par Franz Josef Strauß ou Alfred Dregger, pour souligner les succès obtenus par le gouvernement en matière de politique allemande5.

  • 6 Lettre de remerciement en date du 18.11.1983 adressée par la société à W. Marx ; lettre de H-D. Gen (...)
  • 7 De nombreux articles sont publiés par l’organe de presse du parti à partir de 1988, par exemple : W (...)

9Dès avant son retour au pouvoir, la CDU avait annoncé qu’elle souhaitait améliorer les rapports et la coopération avec l’URSS, tout en réaffirmant la différence fondamentale de système entre l’Est et l’Ouest. En conséquence, le rappel du respect nécessaire des droits de l’homme est un élément déterminant des relations germano-soviétiques. Les principales déclarations internationales citées sont alors la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, la convention européenne des droits de l’homme de 1950 et l’acte final de la conférence de la CSCE d’Helsinki. La CDU/CSU cite comme exemple emblématique de non-respect des droits de l’homme en Union soviétique la question des dissidents poursuivis et la question des Russes allemands qui demandent à quitter le territoire de l’URSS et qui n’y sont pas autorisés. Dans les discussions au sommet, il s’agit d’un thème qui est très souvent abordé par les dirigeants ouest-allemands exigeant de l’Union soviétique qu’elle respecte la troisième corbeille de l’acte final d’Helsinki. L’un des exemples les plus connus est l’engagement des chrétiens-démocrates en faveur du couple Sakharov, assigné à résidence à Gorki par le régime soviétique. W. Marx, soutient les différentes initiatives organisées en faveur de ce couple. Tout comme H. Kohl a lancé un appel à ce sujet au gouvernement soviétique, le ministre des Affaires étrangères H.-D. Genscher aborde cette problématique lors de ses discussions en mai 1984 à Moscou avec son homologue russe A. Gromyko. Le Parlement adopte le 25 mai 1984 une résolution commune aux groupes parlementaires de la CDU/CSU, du FDP et du SPD, demandant la libération d’Andreï Sakharov et d’Elena Bonner6. Longtemps, ces rappels semblent rester lettre morte. La première déclaration allant dans le sens d’un respect de la troisième corbeille d’Helsinki est tenue par M. Gorbatchev en décembre 1988 devant l’assemblée générale des Nations Unies (Rey, 2007). Les réactions des chrétiens-démocrates ne se font pas attendre et se distinguent par leur prudence. Les droits de l’homme sont alors avancés comme pouvant être l’élément prouvant la bonne volonté du côté soviétique mais à la condition expresse qu’un progrès réel puisse être constaté dans les faits7.

10À Madrid, Stockholm, Ottawa ou Berne, le processus de la CSCE est l’occasion de discuter des droits de l’homme avec les pays du bloc de l’Est. Les députés chrétiens-démocrates surveillent donc avec attention les résultats obtenus et sont en permanence à la recherche d’informations précises sur la manière dont ces rencontres se passent. L’objectif affiché est de se servir du processus de la CSCE pour lutter contre la division de l’Europe.

  • 8 Lettre de W. Marx à Annemarie Renger du 23 avril 1985, Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A250
  • 9 Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A253.

11Différents députés chrétiens-démocrates s’engagent aussi au sein d’associations en faveur de la défense des droits de l’homme, par exemple dans le Groupe international de parlementaires pour les droits de l'homme en Union soviétique (IPG), dans l’Union interparlementaire (UIP) ou dans le comité Helsinki allemand créé le 23 février 1984. Ce dernier perçoit d’ailleurs une aide financière du ministère des Affaires étrangères, 25 000 DM lui sont accordés pour l’année 19858. Il s’agit souvent de députés de la CSU et de l’aile droite de la CDU comme Claus Jäger, fervent défenseur de la réunification, ou d’experts de l’Ostpolitik et de la politique allemande comme Eduard Lintner ou W. Marx. L’intransigeance à l’égard des systèmes totalitaires de W. Marx et son rôle actif en faveur de la défense des droits de l’homme sont particulièrement reconnus par les organismes de défense des droits de l’homme9.

12Les droits de l’homme sont donc indispensables à l’Ostpolitik des chrétiens-démocrates. Leur utilisation reste néanmoins ambiguë.

Un instrument politique polymorphe

  • 10 Déclarations de A. Dregger, Protokoll der Fraktionssitzung Nr. 10/08, 14.06.1983 : ACDP 8-001-1070/ (...)

13Les droits de l’homme se situent à l’articulation de la politique duale menée par le gouvernement de coalition CDU/CSU et FDP. On retrouve d’un côté le pragmatisme, la volonté de continuer à développer la coopération économique, technique et culturelle avec l’URSS ou la RDA et de l’autre la distance normative présente dans le discours officiel avec les régimes du bloc de l’Est (Hacke, 2004 : p. 305 ; Winkler, 2006 : p. 603). Les paramètres auxquels la République fédérale est confrontée sont bien connus : guerre froide, appartenance à l’OTAN, pérennité des droits et responsabilités des puissances de Potsdam sur Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, position géostratégique des territoires allemands au cœur du continent européen et au point de contact entre les deux blocs (Miard-Delacroix, 2016 : p. 3). La politique étrangère de l’Allemagne de l’Ouest y compris celle en faveur des droits de l’homme reste soumise à de fortes contraintes d’adaptation et les déclarations sur les droits de l’homme sont rédigées en fonction du contexte international (comme lors de la conférence de Madrid de la CSCE en pleine crise des euromissiles)10.

  • 11 Deutscher Bundestag, Drucksache 10/3537.
  • 12 Kurzprotokoll der Arbeitsgruppe Außenpolitik (AG12), 7.02.1984 : ACDP 08-001- 558/1, p. 30.
  • 13 Protokoll der Fraktionssitzung Nr.10/74, 10.09.1985 : ACDP 08-001-1075/1, p. 54 ; Kurzprotokoll AG (...)

14L’analyse de la genèse de la question écrite (große Anfrage) sur la politique des droits de l’homme en date du 21 juin 1985 permet de montrer également en quoi le recours aux droits de l’homme relève de stratégies politiques fines11. Ce projet est approuvé sans discussion par le groupe parlementaire de la CDU/CSU en 1984. La députée Ingeborg Hoffmann (CDU) de la circonscription de Soltau en Basse-Saxe est à l’initiative de cette question au gouvernement et la défend à de nombreuses reprises devant ses collègues. En février 1984, le président du groupe de travail sur la politique extérieure, le député Hans Klein (CSU), indique que l’objectif principal de cette question est de contrer le reproche selon lequel les chrétiens-démocrates feraient une différence dans le traitement de la problématique des droits de l’homme selon qu’il s’agisse des pays de l’Est ou du « Tiers-monde »12. Il est question de montrer clairement en quoi la politique des droits de l’homme menée par le gouvernement et par la CDU/CSU est équilibrée car les droits de l’homme sont abordés sous un angle universel. Le soin apporté au traitement de la question à l’échelle mondiale se voit dans la version définitive du texte au nombre des accords internationaux cités et à la multiplicité des questions posées à partir d’une division du monde en zones géographiques. Malgré tout, dès l’introduction, le fait que les efforts du gouvernement se portent en premier lieu sur la garantie des droits des citoyens allemands ou des personnes d’origine allemande est présenté comme allant de soi. Les questions portant sur l’Europe de l’Est, le processus de la CSCE et la RDA figurent également en bonne position13. Ce document soutenu aussi par le FDP est déposé quelques jours avant le grand débat sur les droits de l’homme prévu le 27 juin 1985 au Parlement. Nous sommes alors peu de temps après la fin de la conférence des experts de la CSCE qui s’est tenue à Ottawa du 7 mai au 17 juin 1985 et qui s’est conclue sans la signature d’un document final.

  • 14 Nachlass Marx, Werner : ACSP 01-356- A253.

15D’autre part, plusieurs initiatives en faveur de dissidents soviétiques sont jugées finalement peu profitables et rejetées par les députés de la CDU/CSU. Ainsi Johann Baptist Gradl, qui n’est alors plus député mais toujours président de la confédération du parti de l’Exil-CDU, déconseille à W. Marx de lancer une initiative pour décerner le prix Nobel de nouveau à des dissidents tout simplement car le gouvernement doit s’entendre en politique avec Moscou14. Il s’agit en effet de continuer à développer des liens, de réinvestir économiquement l’Europe de l’Est. Dans les années 1980, indépendamment du climat général, seules les relations commerciales avec l’URSS se développent relativement bien (Hacke, 2004 : p. 316). Le projet de gazoduc européen conclu en 1983 est un des projets moteurs des relations commerciales germano-soviétiques.

  • 15 Geißler, Heiner : « Menschenrechtsverletzungen in der Sowjetunion nicht verschweigen » : Deutschlan (...)

16Sur le plan intérieur de la confrontation avec le SPD, les droits de l’homme sont aussi un instrument politique. Cette question permet aux chrétiens-démocrates de se démarquer du SPD jugé trop complaisant envers les régimes autoritaires du bloc communiste, minimisant la dangerosité de la politique soviétique. Il est souvent question dans les débats au sein du groupe parlementaire de la CDU/CSU d’élaborer des stratégies pour montrer à l’opinion publique que sa politique est différente de celle du SPD. L’insistance sur les droits de l’homme doit montrer la solidité des principes et des positions des chrétiens-démocrates, à la différence de ceux du SPD qui ne seraient qu’opportunistes et/ou qui seraient trop infléchis par des pressions soviétiques15. Se différencier du SPD, cela signifie aussi pour les chrétiens-démocrates réaffirmer avec force la politique d’ancrage à l’Ouest de la République fédérale : les chrétiens-démocrates récusent donc le concept avancé par le SPD de partenariat de sécurité (Sicherheitspartnerschaft), car il suppose un équilibre, une mise au même niveau des deux blocs (Herkendell : 2012, p. 86). En septembre 1985, à l’approche des élections législatives de 1987, Heiner Geißler, le secrétaire général de la CDU, présente au groupe parlementaire de la CDU/CDU une action en faveur des droits de l’homme à mener l’année suivante. Il s’agit au fond d’une manœuvre pour mettre le SPD dans l’embarras et le forcer à infléchir sa politique. Pour H. Geißler, la politique extérieure est l’un des domaines qui va jouer un rôle primordial dans la campagne électorale. Il est donc nécessaire de tirer avantage d’être le parti au gouvernement, même si le SPD profite toujours de réseaux développés quand il était au pouvoir pour multiplier au maximum les contacts avec les Allemands de l’Est et les Soviétiques (Herkendell, 2012 : p. 87-88).

  • 16 Protokolle der Fraktionssitzung Nr. 10/07, 07.06.83 et Nr. 11/15, 13.10.1987 : ACDP 08-001-1070/2, (...)

17Par ailleurs, le rappel fréquent des droits de l’homme permet à la CDU/CSU de revendiquer la continuité avec une politique menée depuis les débuts de la République fédérale en renouant avec une conception des droits de l’homme qui s’inscrit dans une tradition chrétienne conservatrice, telle qu’elle a été ancrée dans la loi fondamentale de la RFA et telle qu’on a pu l’observer à l’époque de Konrad Adenauer. La loi fondamentale est au cœur de plusieurs déclarations publiques défendant la politique du gouvernement sur les droits de l’homme. Il s’agit alors de tenter de faire oublier l’opposition chrétienne-démocrate à l’Ostpolitik de W. Brandt et de contrer le SPD de H-J. Vogel. Le non-respect du droit à l’autodétermination et à la libre circulation constituait un des principaux points de désaccords sur lesquels reposait la virulente critique des chrétiens-démocrates envers l’Ostpolitik des gouvernements sociaux-libéraux. Lors des vives discussions au sujet des traités de l’Est, l’inexistence de contreparties concernant l’amélioration du respect des droits de l’homme était toujours mise en avant (Grau, 2005 : p. 144). L’insistance sur les droits de l’homme et la relative amélioration des contacts humains entre les deux Allemagne permettent de faire oublier les autres points de désaccord qui concernaient les questions d’ordre juridique et la question des frontières. D’autre part H. Kohl, comme A. Dregger, replace avec constance cette politique en faveur des droits de l’homme dans un cadre européen. Ainsi une autre manifestation de continuité avec l’ère Adenauer est soulignée16.

18Le discours sur les droits de l’homme est donc un instrument politique polymorphe au service de l’Union tant au niveau de la stratégie externe envers les pays du bloc soviétique et du SPD que de la stratégie interne au parti.

Un des vecteurs de l’unité de l’Union chrétienne-démocrate

  • 17 Bericht zur Lage der Nation von Helmut Kohl, Deutscher Bundestag, Plenarprotokoll 10/122, 27.02.198 (...)
  • 18 Graf Huyn, 10.09.1981 : ACSP LG-9. WP 18 ; note pour F. Zimmermann 20.09.1982 : ACSP LG-9. WP 18-18 (...)
  • 19 Kurzprotokoll AG 12, 19.05.1987 : ACDP 08-001-541/1, p. 40.
  • 20 Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A253.

19Sur les questions des droits de l’homme et de leurs utilisations, on observe des nuances entre la CSU et la CDU et au sein-même de la CDU. Les députés de la CSU et quelques députés de l’aile droite de la CDU, ceux qui souhaitent une défense des intérêts allemands plus active, demandent au gouvernement de dénoncer plus vigoureusement les violations des droits de l’homme sans toutefois faire des propositions concrètes17. Des documents présentant la politique extérieure de la CSU justifient encore en 1981 le refus de l’accord final d’Helsinki, d’autres indiquent fin 1982 qu’aucun partenariat n’est possible en matière de politique de sécurité avec l’Union soviétique tant que les droits de l’homme sont bafoués18. L’accent est mis sur le droit d’avoir une patrie (Heimatrecht) afin de pouvoir défendre l’intérêt de tous les Allemands, de la nation allemande. Les membres les plus actifs de ce groupe sont : H. Hupka, député et employé permanent d’une association qui représente les expulsés et qui a quitté le SPD en 1972 en opposition à l’Ostpolitik du gouvernement Brandt pour rejoindre la CDU, H. Czaja (CDU), le président du groupe des députés des réfugiés et expulsés, E. Lintner (CSU) et Hans Graf Huyn (CSU), ancien diplomate. Mais ce groupe est plutôt minoritaire et n’a pas beaucoup d’influence sur la politique menée. Ainsi, en mai 1987, les députés du groupe de travail de politique extérieure préfèrent opter pour la présidence de la sous-commission pour les droits de l’homme et l’aide humanitaire, délaissant par là-même la présidence de la sous-commission pour la politique européenne. Ils empêchent la nomination de H. Czaja à ce poste : celui-ci n’obtient que cinq voix et c’est son collègue Friedrich Vogel qui est élu19. Au sein de ce petit groupe, on peut percevoir des tensions intrapartisanes notamment entre H. Czaja et H. Hupka. W. Marx se plaint notamment des vives critiques que H. Czaja lui a adressées parce qu’il avait proposé l’entrée de H. Hupka au comité d’Helsinki allemand avant la sienne.20

20Mais malgré les ambiguïtés relevées, les textes et les discussions au sein de la CDU/CSU manifestent une communauté de valeurs défendues par le parti. La question des droits de l’homme est fédératrice, elle permet d’intégrer les membres plus à droite de l’Union. Elle ne fait jamais l’objet de débat au sein du groupe parlementaire de la CDU/ CSU, ce qui est pourtant régulièrement le cas en matière de sécurité.

21Cette communauté de valeurs s’alimente du contexte de réactivation apparente de la guerre froide au début des années 1980. L’anticommunisme continue d’être un des éléments fondateurs, mobilisateurs et unificateurs de l’Union chrétienne-démocrate (Zolleis, 2008 : p. 263).

22Pour la CDU/CSU, rappeler l’importance du respect des droits de l’homme, cela signifie défendre un ensemble de valeurs fondamentales s’articulant autour des notions de paix, de liberté, de droit à l’autodétermination et de libre circulation. Mais les raisons qui ont poussé la CDU/CSU à mettre en avant la thématique des droits de l’homme sont plus immédiates, pragmatiques, politiques : maintenir la cohésion du parti, se démarquer de ses adversaires politiques (SPD), faciliter le réinvestissement économique de l’Europe de l’Est. En définitive, on peut considérer que, dans cette dernière décennie de la guerre froide, la politique des droits de l’homme sert de contrepoint à la politique de sécurité.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives politiques de la CDU à Sankt Augustin (ACDP)

ACDP 8-001 : Protokolle der Fraktionssitzungen

de ACDP 8-001-1068/2 à ACDP 8-001-1090/3

ACDP 8-001 : Protokolle der Sitzungen des CDU/CSU-Fraktionsvorstandes

de ACDP 8-001-1513 à ACDP 8-001-1517

ACDP 8-001 : Protokolle der Arbeitsgruppensitzungen

de ACDP 8-001-410/2 à ACDP 8-001-546/2

ACDP 01-356 : Nachlass Marx, Werner

Archives politiques de la CSU à Munich (ACSP)

ACSP LG-9. WP

Bestand CSU-Arbeitskreis Deutschland- und Außenpolitik (DAP)

ACSP NL Strauß : Nachlass Strauß, Franz Josef

Littérature secondaire

Bösch, Frank (2002) : Macht und Machtverlust. Die Geschichte der CDU. Munich (Deutsche Verlags-Anstalt).

Bozo, Frédéric (2005) : Mitterand, la fin de la guerre froide et l'unification allemande, de Yalta à Maastricht. Paris (Odile Jacob).

Creuzberger, Stefan (2009) : Westintegration und Neue Ostpolitik. Die Außenpolitik der Bonner Republik. Berlin (be.bra Verlag).

Eckel, Jan, dir. (2012) : Moral für die Welt ? Menschenrechtspolitik in den 1970er Jahren. Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht).

Grau, Andreas (2005) : Gegen den Strom. Die Reaktion der CDU/CSU-Opposition auf die Ost-und Deutschlandpolitik der sozial-liberalen Koalition 1969-1973. Düsseldorf (Droste Verlag).

Gros, Jürgen (1998) : Politikgestaltung im Machtdreieck Partei, Fraktion, Regierung : zum Verhältnis von CDU-Parteiführungsgremien, Unionsfraktion und Bundesregierung 1982-1989 an den Beispielen der finanz-, Deutschland- und Umweltpolitik. Berlin (Duncker & Humblot).

Hacke, Christian (1975) : Die Ost-und Deutschlandpolitik der CDU/CSU, Wege und Irrwege der Opposition seit 1969. Cologne (Verl. Wiss. und Politik).

Haftendorn, Helga (2001) : Deutsche Außenpolitik zwischen Selbstbeschränkung und Selbstbehauptung :1945-2000. Munich (Deutsche Verlags-Anstalt Stuttgart).

Hansen, Jan (2016) : Abschied vom Kalten Krieg ? Die Sozialdemokraten und der Nachrüstungsstreit (1977-1987). Berlin, Boston (De Gruyter Oldenbourg).

Herkendell, Michael (2012) : Deutschland Zivil- oder Friedensmacht ? - Außen- und sicherheitspolitische Orientierung der SPD im Wandel (1982-2007). Bonn (Dietz).

Hoffmann, Stefan-Ludwig, dir. (2010) : Moralpolitik : Geschichte der Menschenrechte im 20. Jahrhundert. Göttingen (Wallstein Verlag).

Frei, Norbert et Annette Weinke, dir. (2013) : Toward a New Moral World Order ? Menschenrechtspolitik und Völkerrecht seit 1945. Göttingen (Wallstein Verlag).

Fröhlich, Stefan (2001) : « Auf den Kanzler kommt es an » : Helmut Kohl und die deutsche Außenpolitik. Persönliches Regiment und Regierungshandeln vom Amtsantritt bis zur Wiedervereinigung. Paderborn, Munich, Vienne, Zurich (Ferdinand Schöningh).

Korte, Karl-Rudolf (1998) : Deutschlandpolitik in Helmut Kohls Kanzlerschaft : Regierungsstil und Entscheidungen 1982-1989. Stuttgart (Deutsche Verlags-Anstalt).

Lemke, Michael (1992) : CDU/CSU und Vertragspolitik der Bundesrepublik Deutschland in den Jahren 1969 - 1975 : Kontinuität und Wandel christdemokratischer Ost- und Deutschlandpolitik. Sarrebruck (Dadder).

Martens, Stephan (1998) : La politique à l’Est de la République fédérale d’Allemagne depuis 1949 – Entre mythe et réalité. Paris (Presses universitaires de France).

Miard-Delacroix, Hélène (2016) : « Sous le signe de la stabilité et de la sécurité : quelle stratégie pour l’Allemagne fédérale en Europe dans les années 1980 ? », Allemagne d'aujourd'hui, 215, p. 2-6.

Rey, Marie-Pierre (2007) : « Gorbatchev et la ‘Maison Commune Européenne’. Une opportunité manquée ? », La lettre de l'Institut François Mitterrand, 19, http://www.mitterrand.org/Gorbatchev-et-la-Maison-Commune.html, 12 novembre 2017.

Rudolph, Karsten (2004) : Wirtschaftsdiplomatie im Kalten Krieg die Ostpolitik der westdeutschen Großindustrie, 1945-1991. Francfort-sur-le-Main, New York (Campus).

Schneider, Georg S. (2012) : Alois Mertes (1921-1985) : das außenpolitische Denken und Handeln eines Christlichen Demokraten, Düsseldorf (Droste).

Schwarz, Hans-Peter (2012) : Helmut Kohl, eine politische Biographie. Munich (Deutsche Verlagsanstalt).

Stark, Hans (2004) : Kohl, l´Allemagne et l´Europe, la politique d´intégration européenne de la République fédérale 1982-1998. Paris (L´Harmattan).

Saal, Yuliya von (2014) : KSZE-Prozess und Perestroïka in der Sowjetunion : Demokratisierung, Werteumbruch und Auflösung 1985-1991. Munich (Oldenbourg).

Winkler, Heinrich August (2000) : Der lange Weg nach Westen, volume 2 : Deutsche Geschichte vom ‚Dritten Reich‘ bis zur Wiedervereinigung. Munich (Verlag C.H. Beck).

Wirsching, Andreas (2006) : Abschied vom Provisorium, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, 1982-1990. Munich (Deutsche Verlags-Anstalt).

Zimmer, Matthias (1992) : Nationales Interesse und Staatsräson Zur Deutschlandpolitik der Regierung Kohl 1982 – 1989. Paderborn (Ferdinand Schöningh).

Zolleis, Udo (2008) : Die CDU : Das politische Leitbild im Wandel der Zeit. Wiesbaden (VS Verlag für Sozialwissenschaften).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les différents articles de l’ouvrage collectif dirigé par Jan Eckel (Eckel, 2012).

2 Erklärung der Bundesregierung von Helmut Kohl, Deutscher Bundestag, Plenarprotokoll 9/121, 13.10.1982, p. 7213–7229.

3 Ce reproche fait à l’Ostpolitik social-libérale est souvent repris comme contre-exemple, notamment par la CSU : Arbeitsgruppe V der CSU-Landesgruppe : Materialien zur Deutschland-, Außen- und Sicherheitspolitik, Teil I : ACSP NL Strauß PV 16433, p.20.

4 « Mauer, Stacheldraht,Schießbefehl und Schikanen », cité par exemple en mai 1983 lors du congrès du parti à Cologne ou lors du discours de H. Kohl pendant la visite de Erich Honecker en République fédérale le 7 septembre 1987.

5 Protokoll der Fraktionssitzung Nr. 10/78, 22.10.1985 : ACDP 8-001- 1075/1, p.3.

6 Lettre de remerciement en date du 18.11.1983 adressée par la société à W. Marx ; lettre de H-D. Genscher à W. Marx du 15 juin 1984, Nachlass Marx, Werner, 01-356-A 225 ; Deutscher Bundestag, Plenarprotokoll 10/72, 25.05.1984, p. 5111B-5114B ; Drucksache 10/1473.

7 De nombreux articles sont publiés par l’organe de presse du parti à partir de 1988, par exemple : Wimmer, Willy (1988) : « Mauer und Blockgrenze vertragen sich nicht mit dem 'gemeinsamen Haus Europa'- Das 'neue Denken' erfordert ein neues Handeln », DUD, n°114, 42, p. 2.

8 Lettre de W. Marx à Annemarie Renger du 23 avril 1985, Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A250

9 Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A253.

10 Déclarations de A. Dregger, Protokoll der Fraktionssitzung Nr. 10/08, 14.06.1983 : ACDP 8-001-1070/2, p.14.

11 Deutscher Bundestag, Drucksache 10/3537.

12 Kurzprotokoll der Arbeitsgruppe Außenpolitik (AG12), 7.02.1984 : ACDP 08-001- 558/1, p. 30.

13 Protokoll der Fraktionssitzung Nr.10/74, 10.09.1985 : ACDP 08-001-1075/1, p. 54 ; Kurzprotokoll AG 12, 18.06.1985 : ACDP 08-001- 518, p. 43.

14 Nachlass Marx, Werner : ACSP 01-356- A253.

15 Geißler, Heiner : « Menschenrechtsverletzungen in der Sowjetunion nicht verschweigen » : Deutschland Union Dienst, n°94, 21.05.86, p. 3-4.

16 Protokolle der Fraktionssitzung Nr. 10/07, 07.06.83 et Nr. 11/15, 13.10.1987 : ACDP 08-001-1070/2, p.18 et 08-001-1083/1, p. 2.

17 Bericht zur Lage der Nation von Helmut Kohl, Deutscher Bundestag, Plenarprotokoll 10/122, 27.02.1985, p. 9009–9017 ; ACSP : LG 9 WP 18.

18 Graf Huyn, 10.09.1981 : ACSP LG-9. WP 18 ; note pour F. Zimmermann 20.09.1982 : ACSP LG-9. WP 18-18/2.

19 Kurzprotokoll AG 12, 19.05.1987 : ACDP 08-001-541/1, p. 40.

20 Nachlass Marx, Werner, ACDP : 01-356-A253.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Blondeel, « Les droits de l’homme, un instrument politique au service de l’Ostpolitik des chrétiens-démocrates dans les années 1980 », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2547

Haut de page

Auteur

Lise Blondeel

lise.blondeel@laposte.net, Doctorante en Études Germaniques (civilisation allemande) Lille 3 / Humboldt Universität Berlin

Haut de page