Navigation – Plan du site
SynThèses

Berlin(s) à l’écran de 1961 à 1989. Essai de topographie cinématographique. La représentation de Berlin divisé dans les cinémas est- et ouest-allemands

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles, soutenue le 12 décembre 2016, à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, sous la direction de Laurent Véray
Diane Barbe

Texte intégral

1De 1961 à 1989, le Mur, en « territorialisant » la Guerre froide, a fait de Berlin une cité in se sans pareille. C’est cette ville singulière, telle qu'elle a été représentée au cinéma, que ma thèse d'études cinématographiques interroge en invitant le lecteur à entrer dans ces deux espaces urbains saisis par les caméras, à les parcourir en faisant l'expérience de la ville à l'écran, pour tenter de mieux appréhender cet objet complexe et kaléidoscopique. Le tissu de représentations issues des cinématographies est- et ouest-allemandes s’est imposé comme un matériau à observer, disséquer, décrypter, en ce qu’il a participé à la fabrication identitaire de Berlin-Est et Berlin-Ouest en produisant un discours sur le territoire. Les expressions cinématographiques des identités urbaines ainsi données à voir sont au cœur de cette étude.

2Portée par l’intention de « comprendre-avec-le cinéma » la ville, selon l’expression d’Antoine Gaudin dans son ouvrage L’espace cinématographique (2015), elle vise à questionner la manière dont ces films, par la singularité de l’expérience cinématographique, deviennent matière à penser et repenser le champ de la connaissance sur Berlin. L’essai de topographie cinématographique ici mené s’est appuyé sur un protocole construit par et pour l’objet étudié, à la croisée de différents observatoires disciplinaires. Avec une approche géo-centrée, c’est-à-dire considérant l’espace urbain observé comme l’enjeu thématique central des longs métrages analysés, la démarche choisie a convoqué des champs historiographiques divers. Un positionnement quant à la ville filmée a été échafaudé en empruntant des éléments de méthode à la discipline historique, à la sociologie, aux études urbaines et aux études cinématographiques, permettant d’établir une grille de lecture pour l’analyse du corpus de sources.

3Cette étude transdisciplinaire repose sur l’analyse empirique de soixante-dix-sept longs métrages de fiction « à » et « sur » Berlin, s’insérant dans un inventaire de cent soixante-quatorze productions rassemblées dans un catalogue, présentant l'originalité d'être inédit en langue française. Si chaque œuvre a été soumise à un travail de relevé topographique systématique et à une observation particulière, un deuxième niveau d’analyse a permis une lecture croisée mettant en évidence l’hétérogénéité et la singularité de chaque film tout en le considérant comme tramant un tissu de représentations, invitant à penser de manière diachronique et synchronique l’image filmée de Berlin.

4Quatre grands champs d’analyse, perméables les uns aux autres, ont guidé l’étude des longs métrages choisis en s’attachant aux éléments qui composent l’espace urbain filmé : les lieux emblématiques, les architectures anciennes et modernes d’un Berlin connu ; les lieux communs de la ville, la matière des rues, l’habitat et l’habiter ; les mouvements urbains enregistrés par la caméra et révélant l’expérience de la ville par les personnages des récits ; enfin la représentation du Mur de Berlin et la manière dont le motif frontalier évolue dans l’appréhension de cet espace urbain limité et divisé. Un ensemble de cartes – cartes d’inventaire et de type quantitatif – ont été réalisées retranscrivant les résultats de l’analyse de manière chronologique et les évolutions dans la mise en image de l’espace.

5Le dialogue de ces cartes avec le contenu de l’étude empirique du corpus offre le cadre à l’interprétation de ces portraits filmés berlinois, des discours attachés à la ville et de leur évolution, venant ébranler certains présupposés et stéréotypes. Si dans les années 1960, les films de fiction célèbrent la métropole moderne telle une vitrine et spatialisent les réussites de leur système respectif, la décennie qui suit amorce une complexification de ces deux vitrines politiques en détournant notamment l’image touristique de la ville et en questionnant les emblèmes de la modernité. Dans un mouvement presque synchrone dans les années 1980, un certain nombre de longs métrages de fiction est- et ouest-berlinois composent à l’écran un territoire au service d’une critique de leurs sociétés respectives.

6Les longs métrages étudiés façonnent une identité urbaine cinématographique qui se dessine autour de trois figures communes aux deux parties de la ville : le palimpseste, l'archipel et la matrice. Si, à l’écran, Berlin-Est et Berlin-Ouest apparaissent comme des îlots distincts, aux différences marquées, aux identités plurielles, leur pratique et leur appropriation par les personnages des récits filmés provoquent des points de rencontre et donnent à voir des similitudes, non pas des analogies, mais des parallèles. Les rapprochements permis par une observation comparatiste du corpus de films étudié invitent à considérer Berlin comme une méta-ville, englobant deux espaces urbains, que la frontière scinderait en deux entités autonomes et cependant proches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Barbe, « Berlin(s) à l’écran de 1961 à 1989. Essai de topographie cinématographique. La représentation de Berlin divisé dans les cinémas est- et ouest-allemands », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2560

Haut de page

Auteur

Diane Barbe

diane.barbe@gmail.com, IRCAV - Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Haut de page