Navigation – Plan du site
SynThèses

« Wanderung » et « Wanderschaft » : le voyage pédestre dans la littérature non fictionnelle de langue allemande entre 1770 et 1850

Thèse de doctorat en Études germaniques, sous la direction de Gérard Laudin, (Université Paris IV – Sorbonne), soutenue le 21 janvier 2017
Arlette Kosch

Texte intégral

1Au sein de la recherche en littérature des voyages, le voyage pédestre reste un domaine peu exploré. L’objectif de ce travail est de définir ce que représentent les vocables Wanderschaft et Wanderung dans la littérature non fictionnelle de langue allemande entre 1770 et 1850 - période charnière pour le Saint Empire et l’Autriche, troublée par des bouleversements sociaux, économiques et géopolitiques ainsi que par des conflits armés. Ces deux concepts désignent tout voyage effectué majoritairement à pied, mais peuvent aussi prendre des sens métaphoriques, essentiellement religieux. Par l’analyse aussi bien synchronique que diachronique du réseau lexical, ainsi qu’à l’aide d’une approche pluridisciplinaire intégrant littérature, linguistique, théologie, historiographie, arts visuels, musique et journalisme, il a été possible d’établir quelles fonctions de l’ambulation ces termes recouvrent en les replaçant dans leur contexte global. Les sources primaires comprennent plusieurs centaines de relations viatiques, de guides, de documents du fort privé, d’autobiographies et de périodiques. Elles émanent de deux couches sociales distinctes : l’élite cultivée et les Compagnons.

2Le premier chapitre vise à déceler si les termes Wanderschaft et Wanderung, ainsi que leur réseau lexical, existaient déjà entre le Moyen Age et la fin du 18e siècle et dans quel contexte ils étaient employés, pour mieux évaluer leur évolution après 1770.

3Le deuxième chapitre examine la naissance et l’évolution du voyage pédestre, la Wanderung, au sein de l’élite cultivée entre 1770 et 1850, ses diverses fonctions, ainsi que l’impact de relations viatiques d’un nouveau type sur l’opinion publique. Aux environs de 1770, la soif de voyager de l’élite cultivée va entre autre l’amener à copier le Tour des Compagnons en signe de protestation et d’indépendance. Les gebildeten Stände, dont la constitution progressive dénote un changement des structures sociales existantes et un tournant idéologique, forment un groupe spécifique au sein de la société d’ordres. Se démarquant de la noblesse, ses membres conquièrent à pied dans les vastes espaces de l’Europe ou du Moyen-Orient une liberté de mouvement et de décision qu’ils réclament en vain dans le contexte socio-politique. Ils choisissent une forme subversive de déplacement qui sous-entend la critique d’une société considérée comme trop hiérarchisée et sclérosée, et instituent l’image inverse de ceux qui avancent (au sens propre et figuré). Cette rébellion se remarque jusque dans l’habillement des piétons, pratique et naturel et non plus le signe extérieur d’appartenance à une couche sociale. Pouvant durer jusqu’à plusieurs mois, le voyage pédestre est donc réservé à ceux qui possèdent un support financier et une certaine liberté de mouvement ; la mise en texte du journal de voyage est généralement programmée.

4La Wanderung promeut entre autres la valorisation de la marche et du corps, le respect et l’amour de la nature (qui, comme aux siècles précédents, permet de se sentir plus proche du Créateur), l’épanouissement de tous les sens (pour retrouver une unité intérieure), la convalescence physique et psychique. Elle est également utilisée comme outil éducatif, aussi bien par des établissements scolaires progressistes que par les adultes désireux d’atteindre la maturité kantienne. Elle facilite aussi une meilleure connaissance des divers Etats du Saint-Empire ou de l’Empire autrichien, favorisant ainsi l’unité nationale. Elle va bientôt symboliser une vive résistance à l’accélération du temps, incarnée par l’industrialisation et l’extension de nouveaux moyens de transport. Vers 1840, elle se transforme en loisir de masse récréatif et parallèlement, se virtualise. Après le voyage imaginaire spatial et temporel au sein d’un Landschaftsgarten, la découverte des grandes métropoles européennes transpose la Wanderung en milieu urbain, où bientôt fleurissent ses succédanés: les panoramas. Les voyages pédestres se développent aussi dans le microcosme intimiste des pièces d’une demeure ou de jardins, et dans la virtualité des gravures, des papiers peints panoramiques et des jeux de société.

5Le troisième chapitre se penche sur la Wanderschaft des Compagnons, un phénomène public et social, qui implique une acquisition de savoirs et de savoir-faire au cours d’un Tour pédestre d’au minimum trois ans, avant de devenir maître artisan. Le fait que le terme continue à être utilisé métaphoriquement dans un contexte théologique montre son profond ancrage dans la conscience collective. Les rites et objectifs séculaires du Tour restent inchangés jusque vers 1830, puis son déclin s’amorce pour des raisons économiques provoquant un changement des structures sociales: la Wanderschaft devient obsolète. La publication des journaux de voyage de Compagnons revalorisera passagèrement l’image de ce groupe social méprisé.

6Le quatrième chapitre examine la réception de la Wanderung et de la Wanderschaft dans les journaux, périodiques et almanachs, la littérature pour la jeunesse, les arts visuels et la chanson populaire des pays germanophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arlette Kosch, « « Wanderung » et « Wanderschaft » : le voyage pédestre dans la littérature non fictionnelle de langue allemande entre 1770 et 1850 », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2566

Haut de page