Navigation – Plan du site
SynThèses

De Prague à Riga : Stratégies de mise en place du soft power de l’Union européenne dans les États du Partenariat oriental

Doctorat en Histoire des relations internationales et de l’Europe, sous la direction de Françoise Thom, soutenu le 07 décembre 2016 à l’université Paris-Sorbonne (Sorbonne Université)
Michael Eric Lambert

Texte intégral

1La lente dégradation des relations entre l’Union européenne et la Russie dans l’espace post-soviétique - conflit en Transnistrie (1992), Guerre de Géorgie (2008), annexion de la Crimée (2014), conflit dans l’Est de l’Ukraine (2015) - s’explique par les pressions exercées par les protagonistes sur les membres du Partenariat oriental.

2En raison de la lutte d’influence entre l’Europe et la Russie pour le contrôle économique et militaire de la mer Noire et du Caucase, l’appartenance à un ensemble géopolitique plus vaste est devenue un impératif pour des pays comme l’Ukraine et la Moldavie qui ne parviennent pas à incarner une troisième voie sur le continent.

3Poursuivant sa logique d’influence et d’expansion, la Russie post-Guerre froide adopte une approche coercitive depuis plusieurs années - hard power et guerre hybride - face à une Europe dont l’influence repose essentiellement sur son soft power et sur celui des États membres, notamment de l’Allemagne, de la Pologne et de l’Estonie.

4Cette thèse analyse la structure du soft power intra-européen et remet en perspective les travaux de la Harvard Kennedy School qui propose une analyse similaire des stratégies de la politique d’influence d’une Fédération (les États-Unis) et d’une Confédération (l’Union européenne). Ce travail explique la singularité du soft power de l’Union européenne, ses mutations depuis le lancement du Partenariat oriental, et propose une réflexion sur les nouvelles composantes de l’influence de la Russie avec la guerre hybride, l’instrumentalisation des réfugiés, et le lancement de l’Union (Économique) Eurasiatique.

5Cette thèse propose dès lors une nouvelle lecture de ce que sont le soft power et le smart power de l’Europe dans les États du Partenariat oriental (Moldavie, Ukraine, Biélorussie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan), les États de facto/partiellement reconnus (Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du Sud, Karabakh, Est de l’Ukraine) et les mécanismes qu’utilise la Russie pour contrebalancer l’influence européenne dans l’espace post-soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Eric Lambert, « De Prague à Riga : Stratégies de mise en place du soft power de l’Union européenne dans les États du Partenariat oriental  », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2568

Haut de page