Navigation – Plan du site
SynThèses

Une analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en Allemagne, en France et en Suède

Thèse de doctorat en géographie, mention géopolitique, sous la direction de Philippe Subra, soutenue le 18 mai 2017, Université Paris VIII
Teva Meyer

Texte intégral

1L’accident nucléaire de Fukushima a eu des répercussions politiques différentes dans la trentaine d’États exploitant un parc de centrales. Tandis que l’Allemagne décidait d’accélérer la sortie du nucléaire amorcée dix ans auparavant, la Suède abrogeait le moratoire introduit en 1981 sur la construction de nouveaux réacteurs et la France ne s’engageait qu’à diminuer marginalement la part du nucléaire. Trois pays européens, confrontés à un même évènement, prenaient ainsi trois directions opposées. Cette thèse propose de considérer ces choix comme le résultat de rapports de forces entre opposants et soutiens à l’énergie atomique s’affrontant pour contrôler l’usage du territoire. En s’appuyant sur la méthode de la géopolitique locale, cette recherche vise à mettre en évidence les rivalités de pouvoirs et les représentations qui structurent les systèmes d’acteurs dans chacun des pays, ainsi que les stratégies mises en œuvre. Il s’agit ici d’identifier en Allemagne, en France et en Suède les éléments ayant conduit à l’élaboration de politiques énergétiques diamétralement différentes.

2La première partie de cette thèse s’intéresse aux conflits déclenchés localement par la fermeture des centrales. Alors qu’en France l’optique d’un arrêt de la centrale de Fessenheim a structuré un mouvement d’opposition porté par les collectivités territoriales, en Allemagne la fermeture des centrales n’a pas déclenché de réactions identiques. En Suède, l’optique du remplacement d’une partie du parc nucléaire n’a soulevé aucune contestation. Les raisons de ces différences se trouvent dans les conditions de l’intégration territoriale des centrales dans chaque pays. En France et en Suède, la construction des réacteurs a entraîné de profondes mutations pour les communes qui les ont accueillies. En déclin démographique et économique, elles y ont trouvé une nouvelle source de dynamisme, voire d’identité. L’implantation des centrales en Allemagne est bien différente. Par choix politiques, mais aussi en raison des caractéristiques démographiques du pays, les centrales sont implantées dans des territoires bien plus peuplés où elles se dissolvent dans les dynamiques économiques, démographiques et politiques. De plus, les communes d’accueil ne bénéficient pas des largesses financières du nucléaire.

3La deuxième partie de ce travail s’attache à déconstruire les systèmes technopolitiques des énergies dans les trois pays étudiés. L’énergie est un système technopolitique, dans le sens où des acteurs l’utilisent pour atteindre des objectifs politiques. Les rôles donnés à l’énergie sont conditionnés par un ensemble de représentations propres à chaque pays. Si l’énergie est un outil privilégié dans les rivalités de pouvoirs entre États, le nucléaire et l’électricité n’y dérogent pas. Tandis qu’en France les systèmes énergétiques doivent assurer l’indépendance de la nation, en Allemagne ces derniers sont intégrés dans une stratégie d’interdépendance sécuritaire avec la Russie. En Suède, l’électronucléaire est promu comme un outil pour diminuer l’influence russe dans la Baltique. Les systèmes énergétiques sont également mobilisés pour répondre à des objectifs d’aménagement du territoire. En Suède, l’énergie doit répondre aux contraintes posées par la répartition des populations sur le territoire ainsi que par la nordicité vécue du pays. En Allemagne, les systèmes énergétiques s’intègrent dans l’objectif de rattrapages des inégalités spatiales héritées de la réunification. En France, l’énergie doit assurer l’objectif d’égalité territoriale consubstantielle au pacte républicain.

4La troisième partie de cette thèse souligne l’importance des dynamiques qui ont animé les systèmes d’acteurs dans les trois pays. L’Allemagne se singularise par la construction d’une coalition d’intérêts qui a amené des acteurs aux profils et à la nature entièrement différents à soutenir l’arrêt des centrales après la catastrophe de Fukushima. Cette coalition a été permise par la restructuration verticale et horizontale de la géographie des énergies. La physionomie du système d’acteurs suédois apparaît également unique. L’engagement des différents partis a entièrement changé depuis 1980 et l’antinucléarisme historique du parti centriste a disparu à mesure que cette formation perdait de son influence. Face à cela, les mouvements associatifs, concurrencés par d’autres enjeux environnementaux, n’ont pas réussi à enrayer le retour du nucléaire devant la pression des industriels énergointensifs. La France se démarque par la stabilité de son système. D’une part, le marché de l’électricité est resté dominé par un acteur hégémonique. De l’autre, l’industrie atomique a maillé finement le territoire renforçant ainsi son influence. Ce pouvoir est difficilement remis en cause par un mouvement antinucléaire divisé alors même que le soutien à l’énergie atomique est devenu un marqueur identitaire pour les partis de droite.

5La comparaison des cas français, allemand et suédois montre que les politiques énergétiques sont le produit d’un système mettant en relation acteurs, territoires et représentations géopolitiques. Les acteurs sont en rivalités pour l’usage du territoire afin d’y déterminer le choix d’une forme d’énergie. Ces acteurs, leurs positions, leurs stratégies, leurs relations, sont tous influencés par un ensemble de représentations, conscientes ou inconscientes, qu’ils projettent sur le territoire et mobilisent afin de convaincre. La modification des territoires par l’implantation des systèmes énergétiques vient renforcer ou modifier cet ensemble de représentations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teva Meyer, « Une analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en Allemagne, en France et en Suède », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 janvier 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2570

Haut de page

Auteur

Teva Meyer

meyer.teva@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page