Navigation – Plan du site
SynThèses

L’énoncé et son double. Recherches sur le marquage du travail de l’altérité en allemand

Thèse de doctorat en Linguistique, soutenue le 15 octobre 2016, à l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Martine Dalmas
Pierre-Yves Modicom

Texte intégral

1 Le concept de mot du discours recouvre un ensemble de formes souvent assimilées à des adverbes dont le sens porte soit sur la relation de celui qui parle à son propos, soit sur l'insertion de ce propos dans le co(n)texte, où par cotexte on entend le discours environnant, et par contexte, les éléments non-discursifs de la situation d’énonciation. Pour l'allemand, les taxonomies proposées distinguent entre particules modales, particules de focalisation, connecteurs et modalisateurs, classes présentant généralement un statut catégoriel flou et des contours poreux. C'est à travers cette « jungle » que nous esquissons un parcours étayé par des tests morphosyntaxiques et prosodiques, menés à partir d'occurrences relevées dans un corpus oral constitué par nous et dont les données sont confrontées avec celles du Deutsches Referenzkorpus.

2 Notre objectif est de construire des classes fonctionnelles fondées sur un ensemble de propriétés. Nous distinguons la sémantique lexicale, c'est-à-dire le signifié stable de chaque mot du discours (p.ex. schon), de la sémantique fonctionnelle, attachée par exemple à la réalisation de cette forme comme adverbial aspecto-temporel (schon~« déjà »), adverbial paradigmatisant (schon deswegen, weil...) ou particule modale (Ich glaube schon!). Nous nous appuyons sur le concept de travail de l'altérité, emprunté à D. Paillard et auquel nous donnons une valeur heuristique : le « travail de l'altérité » recouvre tout repérage de l'énonciation au sein d'un réseau de points de vue concurrents et induit la prise en compte d'autres propos possibles, qu'ils soient réalisés ou non en co(n)texte.

3 Un premier groupe de formes « perspectivales » comme jedenfalls, hingegen mais aussi leider ou bekanntlich ne peuvent figurer dans le domaine de la négation, ni dans celui d'un subordonnant hypothétique. Elles peuvent figurer entre le constituant initial d'un énoncé assertif et la forme finie du verbe, malgré la règle voulant qu'en allemand, dans un énoncé déclaratif, cette forme soit précédée d’un seul constituant. Cette structure semble associée à un changement de thème et à une relation d'opposition argumentative entre l'énoncé et d'autres propositions accessibles. L’étude des variations de sens selon la position des perspectivaux permet ensuite d’isoler l'invariant sémantique de plusieurs d’entre eux, et la valeur collective des perspectivaux en tant que classe. Cela conduit à développer la notion de « partialité du dire » due à Denis Paillard. L’énonciation est l'expression d'un point de vue partiel et partial, et coexiste avec d'autres points de vue, auxquels on pourrait allouer une part de validité ou de pertinence. Le concept d’adverbiauxs perspectivaux permettent d'expliciter le privilège de l'énonciation retenue vis-à-vis des solutions concurrentes.

4 D'autres adverbes (auch, sogar, nur...) occupent la fonction d’adverbial paradigmatisant (« particule de focalisation » dans l’usage anglo-saxon). Ils travaillent aussi l'altérité entre le propos et d'autres unités de sens appartenant à la même classe sémantique et syntaxique. Leur spécificité par rapport aux perspectivaux serait une question de portée, les paradigmatisants n’opérant que sur un constituant (Pierre dans Même Pierre est venu). Ces questions de portée occupent une place importante dans la 3e partie de la thèse. En réalité, la spécificité des paradigmatisants est sémantique : ils construisent une classe de solutions et procèdent au commentaire du choix paradigmatique selon un principe de hiérarchie argumentative à la O. Ducrot. La prosodie joue ici un rôle crucial, ce qui nous conduit à une étude des modelés prosodiques sur corpus.

5 Le jeu sur l'ajustement intersubjectif est définitoire de la troisième classe, celle des particules modales : ja, doch, eben…). Tandis que certaines sont proprement subjectives (p.ex. wohl), la plupart correspondent à un effort d'intersubjectivation du sens. L'emploi de particules modales intersubjectives est lié au calcul de la distribution des attitudes mentales entre deux instances dont nous montrons qu'on ne doit pas les définir comme les participants de l'acte de langage, mais comme des rôles modaux, un « évaluateur » responsable du jugement de validité sur un contenu et un « ratifieur » dont l'accord, qui d'un type de phrase à l'autre peut être tacite ou doit être explicité, est requis pour établir la validité intersubjective du propos. L'étude des particules modales est envisagée dans la perspective d'une variation par type d'acte de langage, même si en l’occurrence nous privilégions la notion d’acte locutoire empruntée à J. L. Austin. En retournant aux propositions formulées par G. Frege, nous étudions en particulier le rapport entre place du verbe, force et emploi des particules modales.

6 De ce panorama se dégage l'idée que toute énonciation peut être envisagée non comme communication d'un contenu propositionnel, mais comme (co-)construction d'un point de vue du locuteur sur le monde, qui n'épuise pas ce qu'il y aurait à dire de l'objet du discours ; toute énonciation est la saisie partielle d'un réel, construite dans le dialogue avec d'autres points de vue possibles en contexte et dans l'interaction avec l'autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Modicom, « L’énoncé et son double. Recherches sur le marquage du travail de l’altérité en allemand », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2579

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Modicom

pierre-yves.modicom@u-bordeaux-montaigne.fr, maître de conférences université Bordeaux Montaigne

Haut de page