Navigation – Plan du site
Non ! Nein ! Manifestations et traductions du refus

Refuser l’amputation dans l’Europe napoléonienne

Armée napoléonienne, armée autrichienne 1805-1813
Nebiha Guiga

Résumés

L’époque napoléonienne voit la croissance des effectifs militaires, entraînant un nombre plus grand de blessés, une utilisation de plus en plus massive de l’artillerie et donc des blessures plus graves. Dans ce contexte, les chirurgiens militaires recourent largement à l’amputation. Cette opération, alors en débat, est parfois refusée par les blessés. Cet article étudie les modalités de ces refus.

Haut de page

Texte intégral

1Dominique-Jean Larrey (1766-1842), chirurgien en chef de la Garde impériale puis de la Grande Armée, est connu pour son plaidoyer en faveur d'une amputation rapide après les combats visant à augmenter les chances de survie des blessés, ainsi que pour sa prescription fréquente de l’opération. Larrey est non seulement un praticien mais aussi un théoricien de la chirurgie de son époque avec des positions très arrêtées sur les débats de son temps. Dans ses Mémoires et campagnes, on distingue notamment un « mémoire sur l’amputation ». Il y énonce les différentes circonstances dans lesquelles l’intervention doit être selon lui pratiquée et propose également une méthode opératoire adaptée à chaque situation. Pour justifier sa position, il détaille les cas d’officiers et de soldats ayant refusé l’amputation dont il raconte la mort par infection ou la guérison particulièrement difficile (Larrey, 1812 : 471–474).

  • 1 L’ouvrage cité ici aborde brièvement la question du refus de l’amputation dans l’armée anglaise apr (...)

2La lecture des mémoires de Larrey nous amène à poser la question du refus de l’amputation dans les armées européennes à l’époque napoléonienne. Dans presque tous les cas, le maintien du refus empêche l’amputation. En effet, à l’ère de la chirurgie sans anesthésie, l’accord et même la participation du patient sont nécessaires pour la mener à bien. L’opéré doit rester le plus immobile possible malgré la douleur, adopter une position particulière voire stopper sa propre hémorragie (Stanley, 20031) .

3Dans notre article, le verbe refuser est pris dans son sens actif de « ne pas accepter ». Nous considérons les soldats blessés comme des acteurs sociaux, jouant un rôle dans des structures comme la hiérarchie militaire et le rapport patient/médecin. C'est ainsi la capacité d'agir vis-à-vis de ces structures qui est au coeur de notre analyse. Le concept de capacité d’agir provient de débats scientifiques anglo-saxons. Il s’agit d’une des traductions possibles du terme agency. Nous n’entrerons pas ici dans les nombreuses controverses qui l’entourent. Il nous faut néanmoins préciser l’acceptation dans laquelle nous l’utilisons. Discutée dans de nombreux champs de la sociologie – on citera par exemple les travaux d’Anthony Giddens (Giddens, 1984) - la question du rapport entre structure et capacité d’agir a été particulièrement développée dans le domaine des études de genre, notamment dans les travaux de la philosophe américaine Judith Butler (Butler, 2006). Dans son article « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », la sociologue française Monique Haicault définit ce concept de la manière suivante :

« Née de la question repensée par Butler des différences sexuelles de genre, agency
concerne donc l’humain, sa capacité à agir par-delà les déterminismes qui font, disait
Merleau-Ponty, 'qu’il est agi par des causes hors de lui', sa capacité à se conformer
certes, mais également celle de résister, de jouer et déjouer, de transformer (Haicault, 2012 : 12) . »

4À partir d’études de cas de refus d’amputation, nous chercherons à préciser la relation des soldats aux personnels qui les soignent. L’époque napoléonienne est riche en évolutions en terme d’effectifs des troupes et de tactique militaire avec une importance croissante de l’artillerie (Muir, 1998). Les blessures sont donc plus nombreuses et plus graves ce qui pose un problème majeur aux services de santé souvent sous-dimensionnés et entraîne des évolutions dans les pratiques (Sandeau, 2004). L’exemple des refus de l’amputation doit nous permettre de déceler les évolutions de la relation médecin-patient aux armées. Cette approche implique que les raisons du refus de l’amputation ne seront pas au cœur de notre article. Il nous appartiendra néanmoins de les interroger quand elles permettent de mieux comprendre les refus des soldats.

5Les sources utilisées pour traiter cette question seront principalement des mémoires napoléoniens et autrichiens de soldats, officiers, médecins ou non-combattants ayant refusé leur amputation ou ayant été témoins d’un tel refus. Leur utilisation pose plusieurs problèmes – d’abord celui de leur authenticité, surtout du côté français (Tulard, 1991), mais aussi celui de leur caractère littéraire. Écrits souvent des décennies après les faits, il faut les étudier en tenant compte des aléas de la mémoire et de la reconstruction par la mise en récit (Petiteau, 2012). Nous utiliserons de nombreuses sources françaises. Il nous faudra aussi rendre compte de la rareté des sources autrichiennes.

  • 2 Le colloque Combattre, souffrir mourir dans les armées de la révolution et de l’Empire, qui s’est t (...)

6Cet article s'inscrit dans l’historiographie de l’expérience combattante. Ce champ, ouvert d’abord par des historiens anglo-saxons (Keegan, 1993), a été exploré en France avec des études portant initialement sur la Première Guerre mondiale (Becker et Audoin-Rouzeau, 2003). Pour ce qui est de la période napoléonienne, on compte des études sur la tactique (Muir, 1998), le quotidien des soldats (Forrest, 2014), la santé mentale des combattants (Houdecek, 2013) ou des impacts au long terme de l’expérience combattante (Calvet, 2010). Ces études construisent une « anthropologie historique des guerres de l’Empire » (Petiteau, 2005). Elles sont complétées par des travaux d’archéologues sur les charniers des batailles impériales (Drévillon, 2009). Ces problématiques de l’expérience combattante ont aussi été développées outre-Rhin, avec notamment des études précises sur les ego-documents (Schulze, 1992), mais aussi des études sur la vie quotidienne des soldats (Kroll, 2006) ou la dimension européenne de la guerre (Planert, 2009). Notre article cherche à apporter une réflexion sur les soldats blessés en sortant de la stricte question des souffrances, par ailleurs récemment abordée dans un colloque à Marseille2, pour poser la question de leur rôle en tant qu’acteurs sociaux dans le rapport à leur corps.

7Après un rapide tour d’horizon des débats médicaux autour de la question de l’amputation au début de XIXe siècle en Europe, nous présenterons plusieurs études de cas qui illustrent les modes de refus de cette opération.

L’amputation sur le champ de bataille, un débat médical en Europe

    • 3 Une question plus technique, que nous n’abordons pas ici car elle a un impact moindre sur les refus (...)
    • 4 Le chiffre a été avancé au colloque précédemment cité Combattre, souffrir mourir dans les armées de (...)

    À l’époque napoléonienne, la question de l’amputation des soldats fait débat. Deux questions principales3 se posent aux chirurgiens qui doivent prendre la décision d’opérer ou non, alors que l’opération reste très risquée, près de la moitié des blessés amputés ne survivant pas4.

  1. La première question est de savoir dans quels cas amputer : la blessure peut-elle, avec les moyens matériels souvent limités dont disposent les chirurgiens, être soignée sans opérer ?Deux positions s’affrontent : certains chirurgiens prônent une opération même dans des cas où une sauvegarde du membre serait possible afin de tenir compte de l’impossibilité d’assurer des soins réguliers et complexes (Larrey, 1812), quand d’autres privilégient la conservation du membre (Siebold, 1814).

  2. L’autre question est de savoir quand opérer : faut-il attendre les « premiers accidents » pour amputer ou une amputation rapide est-elle préférable pour sauver la vie du blessé (Larrey, 1812) ?

  3. Ces débats, qui ont parfois lieu sur le champ de bataille, influent sur la perception des chirurgiens par les soldats. L’amputation devient la principale caractéristique du chirurgien dans leurs représentations, en particulier dans l’armée napoléonienne (Lejeune, 1896 : 325). Les chirurgiens autrichiens ont en effet la réputation d’amputer moins souvent que leurs confrères du reste de l’Europe (Cadet de Gassicourt, 1818 : 326–327). Ces représentations ont une incidence sur les modalités du refus de l’amputation par les blessés militaires.

Refuser l'amputation ou de la capacité d'agir – études de cas

Statut des médecins et capacité d’agir des soldats : France, Autriche

  • 5 Notre déchiffrage en cours des nombreux mémoires manuscrits conservés aux Kriegsarchiv de Vienne n’ (...)

8Avant de nous pencher sur divers cas de refus d’amputation, notons d’abord un déséquilibre de sources entre la France et l’Autriche : les récits autrichiens de refus d'amputation sont absents5. Les mémoires d’Autrichiens ou d’Allemands du Sud sont certes globalement moins nombreux que les mémoires français, du fait d’une forme de monopolisation de la mémoire par les Prussiens à la suite des guerres de libération (1813-1815) (James, 2011). Mais ce facteur ne semble pas permettre à lui seul d’expliquer cette disparité. Nous émettons l’hypothèse qu’elle provient de la différence de statut des chirurgiens entre les deux armées qui laisse une plus grande marge de manœuvre aux blessés français. Dans les armées françaises, le statut de ce personnel de santé est précaire, comme le souligne Jacques Sandeau dans son article sur les services de santé aux armées :

« Ce ne sont pas des militaires de carrière mais des personnels commissionnés temporairement, ce qui veut dire, qu'une fois la guerre terminée, ils sont remerciés sans pension ni retraite. Ce ne sont pas non plus des militaires assimilés à des officiers ; ils n'ont pas droit au port de l'épaulette et sont peu respectés dans les corps de troupe et auprès des états-majors.(Sandeau, 2004 : 22) »

9Dans l’Empire des Habsbourg le statut des médecins chirurgiens est, depuis le XVIIIe siècle, plus assuré. Ils disposent d’équivalences de grades claires, sont pleinement considérés comme des militaires même si l’on fait parfois appel au renfort de médecins civils, intégrés à l’armée tout en conservant une forme d’autonomie en matière de gestion des hôpitaux (Moerchel, 1984).

10Comme nous le verrons, les blessés français utilisent le statut particulier des chirurgiens et les débats entre ces derniers pour éviter l’amputation. Ces refus restent cependant plutôt exceptionnels, et pour mieux en comprendre les enjeux et les limites, il nous faut présenter les attitudes les plus courantes vis-à-vis de l’amputation.

Acceptation de l’amputation et ethos militaire

  • 6 « L’homme qui avait perdu sa jambe avait la présence d’esprit, comme elle tenait encore par quelque (...)

11La nécessité de l’amputation comme moyen de sauver la vie du blessé semble assez largement acceptée, du moins par les mémorialistes. Le plus souvent, l’amputation est considérée comme une mise à l’épreuve du courage du soldat qui prolonge celle du champ de bataille. Dans les récits de médecins en particulier, la bravoure des opérés qui supportent l’amputation sans se plaindre est soulignée (Renoult, 1862 : 102). Cette présentation est cohérente avec l’ethos guerrier de l’époque (Vigarello et Courtine, 2011), qui accorde une large place à la capacité de surmonter la douleur sans la montrer. Parfois, l’amputation est même demandée par le blessé, notamment lorsque la blessure est particulièrement douloureuse (Thiébault, 1893 : 491). D’autres soldats s’étonnent et s'inquiètent de ne pas être amputés (Chevillet, 2004 : 256). Nous avons même relevé un cas d’auto-amputation. Il s’agit de blessés autrichiens, et la scène est décrite par Albrecht Adam, peintre bavarois qui, en 1809, suit l’armée française en campagne : « Der Mann, welcher sein Bein verloren, hatte die Geistesgegenwart, dasselbe, weil es noch an einigen Fleischteilen hing, mit einem Messer abzuschneiden (Adam, 1886 : 63)6. » Nous n’avons bien sûr pas les moyens de confirmer ou d’infirmer la véracité factuelle de cette description. Il est néanmoins intéressant de noter que cette action est considérée comme une preuve de « présence d’esprit », ce qui témoigne de l’imprégnation de la perception de l’amputation comme opération salutaire.

12Cela n’empêche pas les cas de refus d’amputation par des blessés que nous allons examiner à présent .

Refus frontal ou capacité d’agir physique : des patients armés

13Il existe plusieurs stratégies pour s’opposer à l'amputation. Le refus peut être frontal, appuyé par les armes dont disposent les soldats. Ainsi, le chirurgien originaire de Saumur Urbain Fardeau raconte dans ses mémoires le cas d’un de ses élèves, blessé à Austerlitz, qui refuse fermement toute opération :

« L'un de mes élèves, La Chapelle, fils de médecin de Caen, reçut dans la jambe gauche le dernier boulet de l'ennemi. Trois pouces [8cm] du tiers inférieur droit du péroné du côté gauche furent enlevés. La malléole (cheville) resta en place. Dans la consultation, l'oncle Mortéreux voulut lui amputer la jambe. Le malheureux jeune homme [refusait et] s'était armé de deux rasoirs qu'il tenait cachés dans son lit pour se défendre au besoin. Le chirurgien lui dit : "Je suis chirurgien en chef du Premier corps de la Grande Armée. Vous appartenez à l'Empereur que je représente ici. Vous devez obéir quand je vous ordonne de vous laisser amputer par moi." » (Fardeau, 1999 : 169)

14Le blessé, ici un aide-chirurgien qui connaît probablement assez bien les risques et les modalités d’une amputation, la refuse en utilisant ses rasoirs comme une arme. Son refus est d’autant plus ferme qu’il se sait soutenu par son professeur, généralement opposé à l’amputation. Sa connaissance des débats médicaux est donc un point d’appui pour son refus de l’opération. Il a en cela une position qui lui donne une plus grande marge de manœuvre que celle dont disposerait un simple soldat. Son manque de confiance envers l’opérateur qui lui est imposé est aussi un facteur important dans son refus. Notons que la tentative de Mortéreux d’imposer sa décision comme un ordre, au titre d’une relation militaire hiérarchique, échoue. Fardeau qualifie Mortéreux pour cette raison d’« insolent » (Fardeau, 1999 : 169). Le mode de résolution du conflit est l’appel à une autorité médicale supérieure, ici Percy, et un débat académique entre Fardeau et le chirurgien qui souhaite amputer. Ce débat tourne à l’avantage de Fardeau. Cela est assez prévisible : dans ses mémoires, le chirurgien saumurois se présente sous un jour positif. Le caractère factuel du débat, rédigé dans les années 1840, soit trente ans après, est discutable. La façon de présenter ce refus est cependant intéressante puisqu’elle nous informe sur la capacité d’agir d’un blessé qui se situe en bas de l’échelle hiérarchique du corps médical. Le blessé connaît suffisamment les risques de l’amputation et le chirurgien qui doit l’amputer pour exprimer un refus particulièrement ferme. Sa position ne lui permet cependant pas d’imposer son refus par la simple requête, comme sont en mesure de le faire des officiers dont nous analyserons le cas plus bas. Sa capacité d’agir est également physique, il menace toute personne qui voudrait l’amputer, forçant ses supérieurs à reconsidérer leur décision.

15Nous trouvons aussi des cas de refus, qui, sans être explicitement armés, sont catégoriques, notamment dans le cas de l’aide de camp du général Pajol, Hubert-François Biot, qui refuse obstinément qu’on opère son général pour lequel il manifeste dans ses mémoires beaucoup d’affection (Biot, 1901 : 125). Le capitaine Bertrand livre une description d’une situation semblable. Le 14 septembre 1813, il est blessé à de nombreuses reprises à coups de sabre et fait prisonnier par les Russes. Evacué vers Prague, il est soigné par des chirurgiens « allemands » (peut-être autrichiens ou prussiens) et « français » (peut-être des prisonniers comme lui) (Bertrand, 1909 : 229). Il écrit :

« Un des coups de sabre que j'avais au bras gauche tournait à mal. [...] Le médecin-chef vint me demander de consentir à l'amputation de mon bras. Sur mon refus formel, il ne craignit pas de m'avertir que je courrais le risque de mourir bientôt. Comme tous ceux que je voyais amputer mourraient par hémorragie au bout de deux ou trois jours, je maintins énergiquement mon refus, et bien m'en prit ! ! ! [...] C'est ainsi que, grâce à Dieu, je conservai mon bras, dont je me sers encore parfaitement aujourd'hui (48 ans après) sauf par les temps très humides (Bertrand, 1909 : 231). »

  • 7 Nous avons recensé un cas d’opération réalisée par surprise, consistant à retirer des chairs mortes (...)

16Ici, c’est la peur de mourir qui paraît être à l’origine du refus d’amputation exprimé par Bertrand. Il ne fait pas confiance au médecin-chef, qui a pourtant une position élevée dans la hiérarchie médicale. Il est possible que la mauvaise réputation qu'il attribue plus tôt aux chirurgiens « allemands » (Bertrand, 1909 : 229) ait aussi joué un rôle. Les points d’exclamation utilisés dans le récit marquent manifestement l’énergie du refus. Le médecin tente de persuader le blessé de souscrire à l’opération en utilisant toute son autorité médicale mais il échoue. L’amputation n’est pas imposée contre le gré du malade – nous n’avons jusqu’ici trouvé aucun exemple où cela aurait été le cas7. Dans ces deux exemples, la capacité d’agir des blessés est physique, elle est due au fait qu’ils disposent d’armes et savent difficile, voire impossible, l’entreprise d’une opération contre leur gré, car la chirurgie est encore pratiquée sans anesthésie (Stanley, 2003).

Prise en compte des débats sur l’amputation et choix du chirurgien

17Dans d’autres situations (Fardeau, 1999 : 172 ; Fenech, 2001 : 89 ; Pouget, 1895 : 159), le refus de l’amputation s’exprime différemment. Moins catégorique, il repose sur la mise en opposition de plusieurs chirurgiens et s'appuie sur les débats relatifs à l'opportunité de l'amputation évoqués plus haut qui permettent de choisir son praticien et d’échapper ainsi à l’opération sans opposition directe au corps médical. Penchons-nous plus précisément sur le cas du général Camas et d’un aide de camp, rapporté par le chirurgien maltais Eugène Fenech :

« Le général de brigade commandant d'artillerie, baron Camas, et un autre aide de camp du général en chef vinrent me trouver dans un caisson vide d'artillerie. Le général avait eu les muscles fléchisseurs de la cuisse droite emportés par un boulet [...]. L'aide de camp avait perdu sa jambe gauche. Je les fis transporter à l'ambulance de la Garde impériale où se trouvait M. Larrey. J'amputai le dernier et je le fis porter de suite à Leipzig. M. Larrey voulut en faire autant au général Camas, mais celui-ci s'y refusa préférant mourir avec sa jambe, que s'en retourner en France avec un membre de moins. M. Larrey insista mais M. Camas, en me serrant la main, me dit : "Docteur, ne m'abandonnez pas entre les mains de votre chef ; pansez-moi pour le moment ; je ferai venir ma voiture et me mettrai dedans, et je m'en tirerai comme je pourrai" (Fenech, 2001 : 88–89). »

18Fenech accède au souhait du général, qui survit. L’aide de camp, qui demeure anonyme, n’est qu'à peine mentionné. Nous n’avons aucune information sur son avis à propos de l’opération qu'on lui a pratiquée. Il est probable que la différence de grade ait joué un rôle et ce à deux niveaux. Au moment de l’opération d’abord, on écoute sans doute moins les souhaits d’un aide de camp que ceux d’un général. Au moment de la rédaction du mémoire par Fenech surtout : un mémorialiste ne consigne par écrit que ce qui lui semble digne d’être remémoré. Là encore, la blessure d’un général a plus de poids que celle d’un aide de camp. La motivation du refus du général semble ici être le souhait de garder son intégrité physique. La manière dont il refuse montre qu’il a probablement conscience des débats sur l’amputation, suffisamment pour comprendre que d’autres chirurgiens que Larrey, qui est connu pour être très favorable à l'amputation, accepteront plus facilement de ne pas opérer. Et en effet, si Fenech pratique assez souvent l’amputation, il n’est pas nécessairement opposé à une tentative de conserver un membre dans certains cas (Fenech, 2001 : 85). Le général joue probablement aussi de la position subalterne de Fenech, visiblement flatté d’avoir la confiance d’un haut gradé quand son supérieur ne l’a pas. Il est d’ailleurs possible que l'expression « abandonne[r] dans les mains de votre chef » provienne plus de Fenech lui-même que du général.

19Nous avons néanmoins un exemple d’utilisation par un blessé souhaitant échapper à l’amputation des différentes structures hiérarchiques (militaires et médicales) et des débats internes à la médecine militaire. Il s’agit d’une autre forme de la capacité d’agir d’un acteur social. La position hiérarchique dans l’armée semble jouer un rôle dans la possibilité de refuser l’amputation et dans la manière de le faire. Nous n’avons pas recensé d’exemple de simple soldat refusant l’amputation, même s’il est fort possible qu’il s’agisse là d’un effet de source, les mémoires de simple soldats étant plutôt rares, et les chirurgiens étant moins susceptibles de raconter leur histoire. Pour les officiers, l’absence de grade pour les chirurgiens leur donne une marge de manœuvre.

20*****

21Les formes de refus de l’amputation par les officiers et soldats des armées de l’époque napoléonienne sont hétérogènes. De l’opposition armée au choix du chirurgien, la capacité d’agir des acteurs sociaux que sont les soldats blessés prend des formes diverses selon leur grade, leur statut social et les types de personnels médicaux auxquels ils sont confrontés : du barbier ou Feldscherer au chirurgien en chef de la Grande Armée. Ces modes d’action variés sont le reflet d’évolutions et de disparités géographiques dans le statut des médecins militaires : relativement bien intégrés dans la hiérarchie militaire pour les chirurgiens autrichiens, leur place est plutôt bien garantie dans la Garde impériale française, beaucoup plus précaire ailleurs.

22Le refus d’amputation est un marqueur des relations complexes entre les chirurgiens et leurs patients. Il montre la position délicate de personnels de santé confrontés à des blessures graves, souvent en sous-effectifs et dont la formation laisse parfois à désirer. Il montre aussi une publicité croissante des débats médicaux et des tensions entre autorités médicales en cours de reconstitution sur de nouvelles bases (Léonard, 1981) et structures hiérarchiques de l’armée dont les officiers font amplement usage pour éviter l’opération.

23Ces refus semblent toutefois plutôt constituer l’exception que la règle, ce qui est remarquable dans un contexte d’opération sans anesthésie où opérer sans le consentement du patient est dans la pratique très difficile sinon impossible. Les cas étudiés ne doivent donc pas faire ignorer le nombre d’amputations acceptées voire demandées : l'intervention est considérée comme nécessaire, y compris par les soldats. Si des études sur des périodes antérieures seraient bienvenues pour vérifier cette hypothèse, nous pouvons voir dans cette adhésion à l'amputation un signe de l’affirmation croissante d’une chirurgie en pleine évolution et qui impose son discours.

1

2

3

4

5

6

7

Haut de page

Bibliographie

Adam, Albrecht (1886) : Albrecht Adam. (1786-1862) Aus dem Leben eines Schlachtenmalers. Selbstbiographie nebst einem Anhange. Stuttgart (Cotta).

Becker, Annette et Stéphane Audoin-Rouzeau (2003) : 14-18, retrouver la Guerre. Paris (Folio).

Bertrand, Vincent (1909) : Mémoires du Capitaine Bertrand (Grande armée, 1805-1815), recueillis et publiés par le colonel Chaland de La Guillanche, son petit-fils. Angers (Siraudeau).

Biot, Hubert-François (1901) : Campagnes et garnisons. Souvenirs anecdotiques et militaires du colonel Biot, aide de camp du général Pajol. Paris (Vivien).

Butler, Judith (2006) : Défaire le genre. Paris (Amsterdam).

Cadet de Gassicourt, Charles-Louis (1818) : Voyage en Autriche, en Moravie, et en Bavière fait à la suite de l’armée française pendant la campagne de 1809. Paris (L’Huillier).

Calvet, Stéphane (2010) : Destins de braves  : Les officiers charentais de Napoléon au XIXe siècle. Paris (Les Indes savantes).

Chevillet, Jacques (2004) : Ma vie militaire. Paris (La Boutique de l’Histoire).

Drévillon, Hervé, dir. (2009) : Les ombres de l’Empire  : approches anthropologiques, archéologiques et historiques de la Grande Armée. Paris (Musée de l’armée).

Fardeau, Urbain (1999) : Chirurgien-Sabreur. Grasse (Cheminements).

Fenech, Eugène (2001) : Mémoires d’un officier de santé maltais dans l’armée française. Paris (La Vouivre).

Forrest, Alan (2014) : Au service de l’Empereur. Paris (Vendémiaire).

Giddens, Antony (1984) : The Constitution of Society. Cambridge (Polity Press).

Haicault, Monique (2012) : « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », Rives méditerranéennes, 41, p. 11-24.

Houdecek, François (2013) : « Blessures psychiques des combattants de l’Empire. Sources d’étude et premières approches », Napoleonica. La Revue, 17, p. 55–65.

James, Leighton (2011) : « Die Koalitionskriege (1792-1815) in der österreichischen Erinnerungskultur am Beispiel der “Tagebücher” der Husarenoffiziers Michael Freiherr », in Cole Laurence, Christa Hämmerle et Martin Scheutz, dir. : Glanz-Gewalt-Gehorsam Militär und Gesellschaft in der Habsburgermonarchie (1800 bis 1918). Essen (Klartext Verlag), p. 221–242.

Keegan, John (1993) : Anatomie de la Bataille. Paris (Robert Laffont).

Kroll, Stefan (2006) : Soldaten im 18. Jahrhundert zwischen Friedensalltag und Kriegserfahrung : Lebenswelten und Kultur in der kursächsischen Armee, 1728-1796. Paderborn (Schöningh).

Larrey, Dominique-Jean (1812) : Mémoires de chirurgie militaire et campagnes. Paris (J. Smith).

Lejeune, Louis-François (1896) : Mémoires du général Lejeune. Tome 2  : En prison et en guerre. Paris (Firmin-Didot).

Léonard, Jacques (1981) : La médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Paris (Aubier).

Moerchel, Joachim (1984) : Das österreichische Militärsanitätswesen im Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus. Francfort-sur-le-Main (Lang).

Muir, Rory (1998) : Tactics and the experience of battle in the age of Napoleon. New Haven et Londres (Yale University Press).

Petiteau, Natalie (2005) : « Pour une anthropologie historique des guerres de l’Empire », Revue d’histoire du XIXe siècle. Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, 30, http://rh19.revues.org/1013 [consulté le 10 août 2017].

Petiteau, Natalie (2012) : Ecrire la mémoire  : les mémorialistes de la Révolution et de l’Empire. Paris (Les Indes savantes).

Planert, Ute, dir. (2009) : Krieg und Umbruch in Mitteleuropa um 1800 : Erfahrungsgeschichte(n) auf dem Weg in eine neue Zeit. Paderborn (Schöningh).

Pouget, François-René (1895) : Souvenirs de guerre du général Baron Pouget, publiés par Mme de Boisdeffre, née Pouget. Paris (Plon, Nourrit et Cie).

Renoult, Adrien-Jacques (1862) : Souvenirs du docteur Adrien-Jacques Renoult. Paris (Jouaust).

Sandeau, Jacques (2004) : « La santé aux armées. L’organisation du service et les hôpitaux. Grandes figures et dures réalités », Revue du souvenir napoléonien, 450, p. 19–37.

Schulze, Winfried (1992) : « Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte ? Vorüberlegungen fur die Tagung “Ego-Dokumenten”‘« , in Lundt, Bea, Helma Reimöller et Ferdinand Seibt, dir. : Von Aufbruch und Utopie. Perspektiven einer neuen Gesellschaftsgeschichte des Mittelalters. Cologne (Böhlau), p. 417–450.

Siebold, Johann Barthel von (1814) : Einige Erinnerungen an Deutschlands operierende Militär-Ärzte über die wichtigsten Momente, welche bei Amputationen, und nachher beim Verbände beherzigt werden müssen. Wurtzbourg (Stahel).

Stanley, Peter (2003) : For fear of pain, British surgery, 1790-1850. New York (Rodopi).

Thiébault, Paul (1893) : Mémoires du général baron Thiébault. Paris (Plon).

Tulard, Jean (1991) : Nouvelle bibliographie critique des mémoires sur l’époque napoléonienne écrits ou traduits en français. Genève (Droz).

Vigarello, Georges et Jean-Jacques Courtine (2011) : Histoire de la virilité. Tome 2, Le triomphe de la virilité, le XIXe siècle. Paris (Seuil).

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage cité ici aborde brièvement la question du refus de l’amputation dans l’armée anglaise après l’époque napoléonienne. Il la présente comme une incidence rare, imputée à la crainte de la part de soldats de ne plus pouvoir travailler.

2 Le colloque Combattre, souffrir mourir dans les armées de la révolution et de l’Empire, qui s’est tenu à la faculté de médecine de Marseille (27-28 avril 2017), a abordé la question de la souffrance combattante.

3 Une question plus technique, que nous n’abordons pas ici car elle a un impact moindre sur les refus d’amputation, se pose également. Elle concerne le choix de la méthode opératoire : amputation en lambeau ou circulaire, au niveau de l’articulation (amputation « à l’article ») ou dans la continuité du membre.

4 Le chiffre a été avancé au colloque précédemment cité Combattre, souffrir mourir dans les armées de la révolution et de l’Empire par Julien Blanco, présentant les travaux de Francisco Exterberria de l’Institut de Criminologie à San Sebastien dans une communication intitulée : « Des restes humains de la Guerre d’Indépendance espagnole (1808-1813), à proximité du Camino Real reliant la France et l’Espagne. » Une publication est prévue.

5 Notre déchiffrage en cours des nombreux mémoires manuscrits conservés aux Kriegsarchiv de Vienne n’a pas pour le moment permis de trouver de contre-exemple.

6 « L’homme qui avait perdu sa jambe avait la présence d’esprit, comme elle tenait encore par quelques morceaux de chairs, de la couper avec un couteau » (traduction de l’auteure).

7 Nous avons recensé un cas d’opération réalisée par surprise, consistant à retirer des chairs mortes d’un pied blessé. L’opéré dit ne s’être rendu compte de l’opération, non douloureuse, qu’une fois l'intervention terminée (Pouget, 1895 : 166). Par ailleurs il s’agit d’une étape dans un ensemble de soins auxquels le blessé avait consenti. La question de la douleur et de la conscience du patient devant rester immobile sont donc un facteur empêchant les opérations forcées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nebiha Guiga, « Refuser l’amputation dans l’Europe napoléonienne », Trajectoires [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/2582

Haut de page

Auteur

Nebiha Guiga

nebiha.guiga@ehess.fr, doctorante en histoire, EHESS (Paris) / Ruprecht-Karls Universität (Heidelberg)

Haut de page