Navigation – Plan du site
Perspectives

Communication et déplacement de population en temps de guerre : Les évacuations de la région frontalière franco-allemande (1939/1940)

Maude Williams

Résumés

Lorsqu’en septembre 1939 la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l’Allemagne, plus d’un million de personnes frontalières ont déjà été transférées vers l’intérieur de leur pays respectif. L’évacuation de la région frontalière représente un défi important et non des moindres dans le domaine de la communication pour les deux États. Du côté des évacués, leurs moyens de communication et leurs sources d’information disparaissent : ni journal, ni radio de la région évacuée et pas de courrier. Leur aspiration à recevoir des nouvelles de leurs lieux abandonnés les pousse alors à développer leurs propres réseaux d’information. Les rumeurs et avant tout les rumeurs de pillages se développent et ont une influence néfaste sur leur moral. Les deux États essayent d’endiguer ces rumeurs mais en vain. Les propagandes autour de la « communauté du peuple » (Volksgemeinschaft) en Allemagne et de « l’union nationale » en France n’ont pas l’effet escompté sur les évacués. Ceux-ci remettent en question ces « communautés imaginaires » et consolident le lien de leur « communauté de lieu », renforcée par l’expérience de l’évacuation.

Haut de page

Texte intégral

1Alors même qu’en septembre 1939 la France et la Grande-Bretagne s’apprêtent à déclarer la guerre à l’Allemagne, plus d’un million de personnes sont évacuées de la région frontalière franco-allemande à partir du 1er septembre 1939.

Figure 1. Carte de l’évacuation de la région frontalière franco-allemande 1939/1940

Maude Williams

  • 1 Le projet ayant défini les évacuations en ces termes a été financé par l’Agence Nationale de la Rec (...)

2À la charnière entre mesure de coercition et de protection, les évacuations ont pour but de laisser le champ libre aux militaires dans la zone frontière et de protéger la population des attaques aériennes et terrestres qui pourraient la menacer. Elles sont temporaires, ordonnées et encadrées par les autorités aussi bien civiles que militaires et concernent une population en mouvement dans son propre pays (Lemmes et al., 2014 : 16)1. Comme tout mouvement de population, les évacuations de septembre 1939 engendrent une désorganisation et une rupture dans la vie quotidienne des personnes concernées qui s’effectue à plusieurs niveaux. Au dépaysement culturel, s’ajoutent des problèmes d’insertion professionnelle, d’hébergement, d’alimentation mais également de communication influençant fortement le moral de la population évacuée (Forcade et al., 2018).

3L’objectif de cet article est d’analyser les différents flux d’informations circulant dans la sphère des évacués afin de rendre compte de la tension entre informations étatiques et individuelles. L’étude de plus de 20 collections privées de lettres, de carnets de guerre, de journaux intimes et de mémoires, ainsi que le dépouillement du contrôle postal mais aussi des dossiers de police dans les deux pays permet de retracer les canaux de communication de la population évacuée et les informations qui y sont véhiculées. À partir de ce travail de reconstruction il est alors possible de mettre en lumière la confrontation des narratifs étatiques avec les informations circulant dans les cercles des évacués et d’en observer les conséquences sur le moral de ceux-ci. De plus, en comparant la situation des évacués allemands et français, il est possible de questionner l’influence de la nature du régime politique sur la communication étatique et la circulation des rumeurs dans une société en guerre.

4Pour ce faire, l’analyse se concentre ici sur une rumeur ayant touché aussi bien les évacués allemands que français pendant la période de la « drôle de guerre » : les pillages des zones évacuées. La rumeur en tant qu’objet d’étude historique est très peu répandue pour la Seconde Guerre mondiale en comparaison avec l’historiographie abondante de la Grande Guerre. En 1921, Marc Bloch tentait déjà de questionner historiquement la « fausse nouvelle », d’en identifier les traits et de la considérer comme un biais vers une histoire des mentalités (Bloch, 1921). Depuis, de nombreux ouvrages ont paru, mettant particulièrement en avant les rumeurs des atrocités de guerre, et tâchant de poursuivre la voie vers l'étude des représentations mentales des sociétés en guerre (Taëb, 2002 ; Horne, Kramer, 2005). Nourri de ces études sur la Grande Guerre, cet article élargit ces réflexions aux rumeurs du début de la Seconde Guerre mondiale en France et en Allemagne.

5Dans un premier temps nous traiterons du déroulement des évacuations afin de comprendre les enjeux de communication lors de ces évènements. Dans un deuxième temps, nous mettrons en lumière les mécanismes de diffusion et effets de la rumeur des pillages dans la sphère des évacués pour enfin aborder le comportement médiatique et communicationnel des gouvernements allemands et français face à ces rumeurs de guerre. Ainsi, il sera possible de mettre en lumières les échanges verticaux (ascendants et descendants) et horizontaux ainsi que leurs rapports de force.

L’évacuation : déracinement, perte de repères et intégration

Planifications, départs et trajets

  • 2 Zone située des deux côtés de la frontière entre les lignes de fortification (ligne Maginot et lign (...)

6Suite à la Première Guerre mondiale et aux mouvements incontrôlés des populations du Nord de la France fuyant les territoires occupés (cf. Nivet, 2004), le gouvernement et l’armée française élaborent pendant l’entre-deux-guerres, de 1926 à 1939, des plans d’évacuation pour la population située à la frontière franco-allemande dans la « zone rouge »2. N’ayant pas été confrontée au même problème durant le premier conflit mondial et inspirée par une idéologie de sacrifice, la planification militaire allemande des évacuations se fait de manière plus tardive vers 1936-1938 (Williams, 2015 : 91–94). Les premières évacuations françaises entrent en vigueur avec la mobilisation générale du 2 septembre 1939. À Strasbourg, les derniers habitants quittent la ville le 3 septembre au matin. En Allemagne, après des ordres contradictoires d’Hitler, les premiers départs officiels se déroulent le 3 septembre 1939. Quelques jours auparavant cependant, des départs volontaires ont eu lieu et dans quelques localités, les autorités national-socialistes procèdent à des évacuations sans en avoir reçu l’ordre officiel (Williams, 2013 : 119).

  • 3 Collection EDEFFA (Universität des Saarlandes), témoignages recueillis par Eva Kübler, doctorante à (...)

7Les voyages vers les régions d’accueil se font majoritairement en train. Aux différentes étapes du voyage, les évacués reçoivent des soins, des ravitaillements en nourriture, fournis en France par la Croix Rouge et en Allemagne par le « secours populaire nationale-socialiste » (Nationalsozialistische Volkswohlfahrt – NSV). Pendant ce trajet ponctué de plusieurs haltes et de nombreuses heures d’attente, les évacués sont dépourvus de toute sphère privée et s’épuisent rapidement (Département de la Moselle, 2009 : 17-33). Ils sont également coupés de leurs réseaux d’informations habituels et ne possèdent que très peu d’indications sur la suite de leur voyage, sur sa durée et sa destination. Selon leur pays, leur milieu social, leur sexe, mais aussi selon leur âge, les évacués vivent cette expérience de manière différente mais tous sont très affectés, comme le reflète la majorité des témoignages sur cette période3.

L’accueil dans leur nouvel habitat

8Arrivés dans les zones d’accueil, les évacués sont répartis dans différents lieux d’hébergement : chez des particuliers, dans des habitations réquisitionnées au préalable par les autorités ou bien encore dans des lieux publics comme par exemple des écoles lorsque les évacués sont trop nombreux. Alors que les autorités françaises et allemandes avaient essayé dans leurs plans d’évacuation de maintenir la cohésion des villages, des communes et des villes à évacuer, lors de l’évacuation ces plans s’avèrent vains. Les possibilités d’hébergement étant trop peu nombreuses, les évacués sont dispersés dans des villes, villages et hameaux différents. (Hiegel, 1983 : l17-173) Les relations de voisinages ainsi rompues par l’évacuation, les évacués tentent par la suite de se rapprocher de leurs connaissances et des centres urbains, non sans provoquer des problèmes de gestion pour les autorités dans les deux pays (Williams, 2018 : 367-380). De l’État et des associations caritatives diverses, les évacués reçoivent des ustensiles de cuisine, des couvertures, mais aussi des vêtements, des chaussures et autres objets nécessaires à leur intégration dans leur nouvel habitat (cf. Williams, 2014 ; Lauer, Hofmann, 2014). Parallèlement aux difficultés matérielles, les différences culturelles entre la population d’accueil et évacuée apparaissent.

  • 4 Archives Départementales Dordogne (désormais AD Dordogne), 3 X 28, En Dordogne, Rapport du contrôle (...)
  • 5 Archives Départementales Vienne (désormais AD Vienne), 101 W 6, Le Chef du Centre départemental d’i (...)
  • 6 Service historique de la Défense (désormais SHD), 28 N 52, Groupe d’armée N° 3, État-Major, 2ème Bu (...)
  • 7 Thüringische Hauptstaatsarchiv Weimar (Abk. ThHStAW), ThMinI, W 15, Brief der Philomene W. an die R (...)
  • 8 Landeshauptarchiv Saarbrücken (désormais LA Saarbrücken), LRA IGB 54, LRA IGB/Reg.ref. Hemmer an Re (...)

9Pour les Alsaciens et les Lorrains, le choc culturel dans le Sud-Ouest n’est pas négligeable. Les plus âgés d’entre eux ne parlent que l’allemand ou un dialecte germanique (alsacien ou francique lorrain aussi appelé « Platt », terme générique désignant les dialectes parlés dans la partie germanophone de la Moselle). Cette barrière linguistique représente un problème majeur pour la communication et la bonne entente entre les évacués et leurs hôtes. Aux oreilles de ceux-ci, les dialectes alsacien et lorrain sonnent comme la langue allemande, celle de l’ennemi, rendant ainsi suspects tout évacué parlant le dialecte. Les évacués sont alors insultés de « Boches » sur les marchés et sont considérés comme des étrangers4 : on les dénonce pour avoir porté des propos anti-français et défaitistes5 et des rumeurs circulent à leur propos, comme par exemple une histoire racontant que les évacués auraient fêté l’anniversaire d’Hitler dans un bar (Boswell, 2001 : 203). Une réelle méfiance naît vis-à-vis des évacués au sein de la population du Sud-Ouest. Les évacués quant à eux se sentent rejetés par cette population avec laquelle ils ont si peu en commun6. Du côté allemand, la situation est similaire, bien que plus modérée. Les Sarrois sont considérés dans les zones d’accueil comme des « têtes de Français » (Franzosenkopf), des « Français de la Sarre » (Saarfranzosen) du fait du rattachement tardif de la Sarre au « Reich » en 1935 (cf. Bommersbach, 2005)7. Bien que moins intense que pour les Alsaciens et Lorrains en France, la suspicion autour des Sarrois est tout de même réelle et se ressent dans les relations qu’entretiennent certains évacués avec certaines populations des régions d’accueil8.

  • 9 Landeshauptarchiv Speyer (désormais LA Speyer), T65, Z3422, An Propagandaleiter Pg. Trampler, Beric (...)

10La culture religieuse joue également un rôle dans ces différences culturelles et cette incompréhension entre les deux populations, aussi bien en France qu’en Allemagne. En France, la population évacuée est majoritairement composée de protestants et de catholiques pratiquants, tandis que la population du Sud-Ouest est majoritairement athée voire anticléricale (Passera et al., 2010 : 26). En Alsace-Lorraine, les enfants ont des cours de religion et les religieux et religieuses pourvoient dans de nombreux cas à l’enseignement, ce qui est incompréhensible voire inacceptable pour les « Français de l’Intérieur ». En Allemagne, l’évacuation a mélangé les communautés religieuses qui étaient séparées. Certains Sarrois, fortement catholiques, sont logés chez des habitants protestants et inversement, ce qui engendre certaines frictions9.

11Deux traditions, deux cultures s’affrontent ainsi dans les régions d’accueil, et révèlent des dissensions au sein de la population des deux pays, alors même qu’en ce temps de guerre les gouvernements tentent de rassembler toute leur population pour l’effort de guerre.

Réseaux d’information

Séparation des moyens habituels de communication

12À ce contexte difficile pour les évacués s’ajoute la coupure de tous leurs moyens de communication habituels. L’éloignement forcé de leur région les sépare d’une part de tous leurs médias régionaux (radio, journaux) et de leurs proches restés dans la zone non évacuée ou évacués vers une autre destination. Ils sont notamment inquiets du sort de leur maison, de leur appartement ou de leurs terrains abandonnés :

  • 10 « Le mal du pays arriva, et avec lui la peur pour ceux qui sont restés à la maison. Vivent-ils enco (...)

« Heimweh kam auf und mit ihm Angst um die Zu-Hause-Gebliebenen. Lebten sie noch ? Was kann sich nicht alles inzwischen an der deutsch-französischen Grenze getan haben ? Stehen unsere Häuser noch, da unser Ort doch nur zwei Kilometer von der deutsch-französischen Grenze entfernt liegt10 ? » (Biewer, 2007 : 54)

13Souvent séparés de leurs proches des suites de l’évacuation, les évacués des deux pays perdent contact avec les personnes qui leur sont chères. Ne disposant pas immédiatement d’une nouvelle adresse, ils ne reçoivent plus de nouvelles de leurs proches ainsi que des hommes stationnés au front.

  • 11 AD Vienne, 101 W 6, Le Chef du Centre départemental d’information de la Vienne, Poitiers, à Monsieu (...)

14Une fois arrivés dans leurs zones d’accueil, les évacués cherchent leurs repères ce qui passe notamment par la recherche de connaissances et l’activation de certains réseaux. Ils désirent être informés sur le sort de leur communauté et de leurs biens abandonnés. Pour cela, ils parcourent les environs, changent de nombreuses fois de localités et essayent de se rapprocher des centres urbains où les informations circulent plus abondamment et de manière accélérée11. Ces déplacements ne sont pas sans poser des difficultés aussi bien aux autorités allemandes que françaises qui n’arrivent que très rarement à contrôler ces flux de personnes et les informations qu’elles communiquent.

Les vecteurs privilégiés des rumeurs

15Pour assouvir leur soif d’information, les évacués développent ou renforcent des voies de communication existantes et les adaptent à leur nouvelle situation. Afin d’expliquer les mécanismes qui sous-tendent ce processus, il convient de se concentrer sur la préoccupation principale des évacués : la recherche d’information sur le devenir de leurs biens abandonnés (maison, terrain, bétail).

  • 12 Archives départementales du Bas-Rhin, (désormais AD Bas -Rhin), 98 AL 283, Actes de pillage commis (...)

16Depuis leur départ, les évacués ne reçoivent aucune information officielle concernant l’état de leur maison, ni par les autorités locales ni par les journaux qui n’évoquent que très rarement les villages de la frontière. Ils effectuent alors une recherche effrénée pour la moindre nouvelle, engendrant de nombreuses rumeurs. Par rumeur il faut entendre une « information qui n’a pas été infirmée ou confirmée par les autorités étatiques et qui se développe dans un corps social » (Kapferer, 1998 : 20). Ce sont notamment des rumeurs de pillages qui, bien qu’elles existent dans les deux pays, se développent de deux manières différentes et sont gérées différemment par les deux gouvernements. Des pillages sont effectivement perpétrés dans les zones évacuées des deux côtés de la frontière aussi bien par des civils que des militaires, notamment dans les trois premiers mois de guerre. Bien que ne disposant pas de chiffres sur la proportion de ces pillages, il est possible d’affirmer qu’en France, à part Strasbourg, aucune localité n’a été épargnée (Hiegel, 1983 : 335-347)12. Les pillages des soldats, souvent sous l’emprise de l’alcool, prennent la forme de mise à sac : les portes, les meubles sont détruits, les lits souillés et les objets répandus sur le sol s’ils n’ont pas été volés. En Allemagne, des pillages ont également lieu, mais dans une moindre mesure : les détériorations de biens sont moins courantes et les soldats se contentent de récupérer les vivres et ustensiles qui pourraient améliorer l’ordinaire (Backes, 2011 : 41 ; Williams, 2018 : 495-500).

17En France, c’est par le biais des lettres de soldats de la ligne Maginot que circulent dans un premier temps les rumeurs de pillages. Bien que des soldats non concernés par les évacuations en fassent le récit, ce sont les Alsaciens et Lorrains qui évoquent le plus fréquemment ces méfaits, comme dans cet extrait de lettre interceptée par le contrôle postal en novembre 1939 :

  • 13 SHD, 27 N 69, Contrôle postal, Aux Armées, Note pour le commandement, Dépouillement des rapports de (...)

« Je suis allé à Nimling encore une fois pour me chercher une couverture. Maintenant ma chérie je ne retourne plus à Nimling parce que quand je vois cette maison ça me donne le cafard, tout est pillé par les soldats13. »

  • 14 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Diverses lettres d’évacués.
  • 15 AD Bas -Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une réfugiée du Bas-Rhin en Haute-Vienne à Monsieur Chautemps, 18 (...)
  • 16 AD Bas -Rhin, 98 AL 283, Bürger à Petite Rosselle. Lettre à « Monsieur le Président », 11.10.1939.
  • 17 Bundesarchiv/Militärarchiv (désormais BA/MArch), RH14/44, Ld. Sch. Batl. V/XII, Lowicz, an das Bata (...)
  • 18 Ibid.

18À travers leurs lettres, les soldats alsaciens et mosellans ne peuvent s’empêcher d’exprimer leur désarroi et leur tristesse. Ces nouvelles venues du front affectent grandement les évacués à l’arrière. Des expressions de tristesse se retrouvent également dans les journaux intimes et les correspondances des évacués. La colère et avant tout la peur d’avoir également été victime de pillages y sont également présentes14. Les lettres qu’ils reçoivent des soldats les poussent parfois à l’action et ils se rendent illégalement vers leur maison abandonnée15. Si ces informations sont prises avec tant de sérieux c’est que les évacués ont une confiance aveugle dans les dires des hommes au front (maris, frères, pères), témoins directs des pillages, qui font figure d’autorité16. En Allemagne, les soldats ne jouent pas ce rôle prédominant de médiateur de l’information en ce qui concerne les pillages. Ceci s’explique par le fait que la majorité des soldats sarrois et badois se trouvent sur le front Est et ne peuvent eux-mêmes constater les pillages et diffuser l’information à leur famille17. C’est d’ailleurs l’inverse qui se produit. Les femmes allemandes évacuées ayant eu vent des pillages par d’autres canaux rapportent la nouvelle à leur mari sur le front Est18.

  • 19 AN Paris, F 23/228, Ministère des finances, Palais de justice à Périgueux, Observations résumées d’ (...)
  • 20 « Bericht zur innenpolitischen Lage (Nr.13) » du 08.11.1939, in : Boberach (1984), p. 440.
  • 21 Hessisches Staatsarchiv Darmstadt, (désormais HStAD), G.15/1033, Der Reichsstatthalter in Hessen – (...)
  • 22 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une réfugiée du Bas-Rhin en Haute-Vienne à Monsieur Chautemps, 18. (...)
  • 23 Collection EDEFFA, Témoignage A. K. du 12.07.2011 par Nicholas Williams.
  • 24 Collection EDEFFA, Tagebuch A. R., le 09.09.1939.

19Dans les deux pays cependant, la grande mobilité des évacués est déterminante quant à la diffusion des rumeurs de pillages. La frontière franco-allemande restant calme, nombreux sont ceux qui retournent dans leurs maisons après quelques semaines pour récupérer des effets personnels. En France, même si les retours des évacués ne sont pas quantifiés, les autorités alsaciennes et lorraines sur place les qualifient de « chaque jour très nombreux », ce qui retient leur attention ainsi que celle du Vice-Président du Conseil19. En Allemagne, un rapport du « service de sécurité » (Sicherheitsdienst) du 8 novembre 1939 fait quant à lui état de 80 % d’habitants revenus dans leur village évacué20. Dans les deux pays les retours suivent un schéma identique. Les évacués utilisent des trains en direction des zones frontalières non évacuées où la circulation y est autorisée puis font le reste du chemin à pied, à vélo ou en voiture en se faisant aider par des amis vivant dans les zones encore habitées21. Les évacués des deux pays bravent ainsi les autorités qui tentent de restreindre ces mouvements, les interdisent, mais ne peuvent entièrement les contrôler (Williams, 2018 : 502-509). Lors de ces voyages, évacués français et allemands prennent connaissance des pillages22. En retournant auprès des leurs dans les régions d’accueil, les évacués diffusent ces rumeurs autour d’eux, par le biais de lettres mais surtout de conversations privées. Ces échanges ont lieu majoritairement dans les cafés, les gares, mais également dans les églises23 qui constituent des lieux de rendez-vous privilégiés où les évacués se retrouvent pour se raconter les dernières nouvelles de leur « petite patrie » ou de leur « Heimat ». Un groupe de Sarrois se retrouvait par exemple au « Café Weber »24 pendant que les Bitchois se donnaient rendez-vous dans ce qui, de par leur fréquentation, était devenu le « Bitchbar » à Sigogne en Charente (Seiwert, 2010 : 147). Par leurs échanges de courrier et surtout par leur mobilité, les évacués développent un réseau d’information allant du soldat au front aux évacués dispersés dans les zones d’accueil, en passant par la population jouxtant la zone évacuée.

Interactions entre État et population évacuée

Rumeurs et émotions

20Dans les zones d’accueil, au front et dans les zones avoisinantes, les rumeurs se répandent rapidement d’un endroit à l’autre par le biais des lettres des évacués aussi bien en France qu’en Allemagne : en Allemagne par exemple, il ne suffit que d’une semaine pour que la nouvelle des pillages se répande à l’intérieur d’une communauté d’évacués en Thuringe. Le fils, qui était parti chercher des affaires dans la maison abandonnée, revient auprès de sa famille et raconte ce qu’il a vu à sa mère et sa sœur qui diffusent avec lui la nouvelle aux autres évacués par lettres et lors de rencontres au café (Nikolaus, 1995 : 14). Frustration, colère mais surtout tristesse dominent le champ des sentiments exprimés par les évacués :

  • 25 « Lorsque nous aperçurent notre maison, à cet instant notre cœur s’arrêta presque de battre. Le jar (...)

« Als wir unser Haus erblickten, in diesem Augenblick blieb uns das Herz fast stehen. Der Garten, das Haus. […] Unter Jammern betrat ich das Haus. Die Türen waren aufgerissen, sämtliche Zimmer waren in größter Unordnung, sowie Speicher und Keller. [...] Es war so unfreundlich25. »

  • 26 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une évacuée du Bas-Rhin en Haute-Vienne, à Monsieur Chautemps, 18. (...)

« Ce n’est pas triste, ça, dites, plus encore que triste. Je vous demande si nous serions dédommagés de ce pillage et quand car ma mère se fait tant de peine, qu’elle ne mange plus et ne dort plus26. »

  • 27 SHD, 27 N 69, Contrôle postal. Note pour le commandement, 01.11.1939.

21Au cœur de ces lettres, c’est le sentiment de violation de l’intimité et de la confiance qui se fait entendre. L’incursion d’étrangers dans la sphère privée et la détérioration des maisons et des biens par des troupes françaises sont ressenties comme une trahison. Le lieu de vie étant violé, leur vie intime leur semble mise à nue. De plus, tout comme l’aspect émotionnel, la valeur symbolique des pillages dépasse l’aspect matériel et les évacués s’indignent que ce soient des Français qui aient fait cela : « C’est une honte d’avoir agi ainsi. Chez nous tout aurait été́ fracturé. Je croyais trouver cela chez les ‘prussiens’, ces ‘salauds’, mais chez nous c’est la même chose27. » Ces pillages, en tant que violation de l’intime, mènent à une remise en cause de leur confiance envers la France. Les rumeurs de pillages sont également révélatrices des mentalités de la population alsacienne vis-à-vis de l’ennemi et de la France. La citation ci-dessus est significative pour une grande partie des évacués : Pour ce soldat du Nord-Est il n’est pas étonnant que le Prussien puisse piller, cela correspond à sa représentation de l’Allemand, tandis qu’il est surpris et déçu de la réaction française. En creux, on entend donc la confiance de ce soldat, une confiance abimée désormais, dans le gouvernement et l’armée française.

  • 28 Collection EDEFFA, Lettre de la famille H. à la famille V. et S., Noël 1939.
  • 29 Gesetz gegen heimtückische Angriffe auf Staat und Partei und zum Schutz der Parteiuniformen, Reichg (...)
  • 30 AN Paris, Fond Moscou, 20010216/279.
  • 31 AD Bas-Rhin, 98 AL 283. Cinq cas d’interrogatoire sont présent dans ce fond d’archive.

22Dans leurs lettres, les évacués ne semblent pas se préoccuper de la censure, ils perçoivent leur effroi comme légitime. En Allemagne, les lettres des évacués regorgent de plus de plaintes contre le Parti et notamment la NSV car celle-ci ne délivre pas d’objets ni de nourriture en quantité suffisante selon les évacués28. Certaines lettres expriment également des critiques ouvertes aux soldats de la Wehrmacht bien que les auteurs en connaissent les risques29. Des suites de l’évacuation, les évacués allemands remettent en question la communauté du peuple (« Volksgemeinschaft ») (cf. Bajohr, Wildt, 2009), sans toutefois douter de l’engagement d’Hitler pour la cause des évacués. En France, les plaintes des évacués alsaciens et lorrains se font également nombreuses dans leurs lettres30. À travers elles, ils laissent parfois transparaitre un sentiment antifrançais. Si le courrier est lu par le contrôle postal et la police mise au courant, une enquête est menée avec interrogatoire de l’expéditeur31. Ainsi, une femme alsacienne ayant mis en cause dans sa lettre les soldats français dans les pillages de villages évacués et ayant exprimé des sentiments autonomistes voire pro-allemands se voit obligée de justifier ses propos lors d’un interrogatoire à la gendarmerie de Poitiers :

  • 32 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Interrogatoire au sujet d’une lettre écrite par une dame Muller, Spéciale, (...)

« Le jour où j’ai écrit cette lettre j’étais très démoralisée parce que j’avais entendu dire que les soldats français ne se gênaient pas pour piller nos logements à St. Avold. Je savais notamment qu’on avait pénétré chez moi et que la porte était restée ouverte. C’est sous l’emprise du mécontentement que j’ai écrit ma lettre32. »

  • 33 AD Bas-Rhin, 98 AL 283.

23Ces expressions d’insatisfaction et de désarroi se retrouvent dans les cinq procès-verbaux du contrôleur général de la Sûreté Nationale de Limoge33. Même si proportionnellement au nombre de réfugiés les déclarations antipatriotiques des Alsaciens en public sont peu nombreuses, ces rumeurs de pillages créent un climat de suspicion qui nuit aux Alsaciens mais également à l’armée française et enfin à « l’union nationale ». De plus, ces rumeurs sont révélatrices des représentations imaginaires de certains cercles de la population évacuée (autonomistes, pro-allemands) chez qui l’annonce des pillages trouve un terrain fertile. Dans les communautés évacuées, aussi bien allemandes que françaises, émerge un sentiment d’appartenance à une communauté non pas nationale, mais régionale – une communauté de lieu – (cf. Tönnies, 1887), unie par les liens de l’évacuation, et allant à l’encontre de la propagande étatique.

Les États face aux rumeurs

  • 34 La différence est à constater entre les « Reichszeitungen » (Berliner Börsen Zeitung, Münchner Ne (...)

24Aussi bien en France qu’en Allemagne, l’État tente pendant la guerre d’assurer la cohésion de la nation en tentant d’influencer les médias d’une part et à travers des discours et communiqués à la population d’autre part. En Allemagne, il s’agit de renforcer l’idée de « Volksgemeinschaft », en France, l’idée d’«  union nationale ». Les gouvernements restent donc en alerte face aux informations qui pourraient créer des perturbations à l’intérieur du pays. Suivant les directives du Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda (RMVP), les médias nationaux allemands taisent les mesures d’évacuation afin de préserver l’image d’une Allemagne ne fuyant devant rien. Au contraire, les journaux régionaux, dont la marge de manœuvre est plus grande, évoquent les évacuations et mettent en avant le sacrifice de la population34. En France, les médias français vont aux devants des directives du Commissariat Général à l’Information et utilisent l’évacuation pour renforcer l’unité et la solidarité nationale en félicitant les engagements de la population et du gouvernement envers les évacués, premières victimes de la guerre (cf. Williams, 2017).

25Divergeant dans leur traitement médiatique de l’évacuation, les gouvernements allemands et français gèrent également différemment la question des rumeurs de pillages à laquelle ils sont tous les deux confrontés. Jusqu’en novembre 1939, aucune déclaration n’est faite en France sur ce sujet. Lorsque le 5 novembre Camille Chautemps s’exprime, il reste extrêmement prudent quant au choix de ses mots :

  • 35 AD Dordogne, PER 225, Strasbourg en Périgord, Camille Chautemps a parlé aux réfugiés d’Alsace et de (...)

« Je vous fais la promesse que sur ces foyers, notre armée veillera avec une attention et une fermeté de tous les instants, et s’il est arrivé que parfois certains dommages, difficiles à éviter dans les premières heures, ont été causés à vos biens, ne doutez pas que la constatation en sera faite et que la légitime réparation qui vous est due ne vous sera pas marchandée35. »

  • 36 AD Bas-Rhin, 98 AL 283. Ce fond détient plus d’une cinquantaine de plaintes d’évacués adressées à C (...)
  • 37 98 AL 283, Le Préfet du Bas-Rhin à Monsieur le Vice-Président du Conseil, 18.10.1939.

26Ce discours vague, sous-entendant de possibles dévastations et indemnisations, engendre une réaction contraire à celle voulue par le gouvernement. En effet, une vague de plaintes et de demande d’indemnisation de la part des évacués déferle par courrier dans le cabinet du Vice-Président Édouard Daladier et dans le service de Camille Chautemps36. De plus, sur place, les évacués se plaignent régulièrement aux contrôleurs et au personnel administratif les encadrant37.

  • 38 NSZ-Rheinfront, Tod den Plünderern ! Wieder ein Volksschädling vor dem Sondergericht Kaiserslautern (...)
  • 39 Volksschädigungsverordnung (VVO) vom 5. September 1939, in : Reichsgesetzblatt, Teil I, Nr.168, 06. (...)

27En Allemagne, la méthode est toute autre. L’État s’efforce, dès le début des évacuations au niveau local, de donner une explication aux pillages. Des articles de presse présentent les pillards comme des marginaux, nuisant à la « Volksgemeinschaft »38 et punis par la peine de mort par le gouvernement. Ces articles, très récurrents pendant les mois d’octobre et de novembre 1939 dans les journaux régionaux voisins des localités évacuées, visent à rassurer une population inquiète et veut lui insuffler le sentiment que l’État la protège et la défend contre les « ennemis de la nation »39. Toutefois, ces articles posent plus de questions qu’ils n’en résolvent, et entrent en contradiction avec ce qu’ont appris les évacués par leurs canaux d’information personnels.

28Malgré leurs efforts, les deux États restent impuissants face à la diffusion des rumeurs et ne peuvent les enliser : ils n’arrivent pas à limiter la mobilité des évacués, ne peuvent censurer tout leur courrier provenant du front et surtout sont incapables de contrôler les conversations privées. Cependant, outre les lettres et discussions houleuses avec certains représentants de l’autorité, les plaintes des évacués ne conduisent ni en France ni en Allemagne à une situation ingérable par les autorités.

29Lors des évacuations, qui affectent gravement le moral des évacués, les moyens de communication et d’information des personnes évacuées changent radicalement. La presse régionale n’étant plus accessible, elle est remplacée par une communication accrue de bouche à oreille et une correspondance épistolaire renforcée. Les conditions de vie difficiles ainsi que les rumeurs de pillages éloignent les évacués de sentiments nationaux promus par les deux États et les poussent à se refermer sur une communauté plus restreinte, celle de l’évacuation. C’est dans cette communauté que les échanges d’informations se font par le biais de lettres et de conversations. Les évacués, très mobiles, recueillent de nombreuses rumeurs révélatrices de leurs mentalités et leur état d’esprit, qu’ils colportent dans les divers lieux où ils se rendent. Contre cette diffusion d’informations officieuse, les deux États sont impuissants. Bien qu’ils essayent d’endiguer les rumeurs à leur manière, leurs tentatives sont vaines et ne font que renforcer les évacués dans leur méfiance envers l’État. Ainsi, l’étude des flux d’informations au sein d’un groupe d’individus précis nous amène à revoir l’impact de la propagande et de la communication officielle des États auprès des populations en guerre et met l’accent sur l’existence de réseaux parallèles d’informations pesant lourd sur le moral des populations.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Braunschweiger Tageszeitung

Berliner Börsen Zeitung

Hannoverscher Kurier

National-Zeitung

NSZ-Rheinfront

Kölnische Zeitung

***

Le Courrier du Centre

La Petite Gironde

***

La Petite Gironde

Le Matin

***

Bundesarchiv-Filmarchiv Koblenz, Die deutsche Wochenschauen, Nr. 516, 22.07.1940

Stadtarchiv Bamberg, K8, Nr. 9205 II

Landesarchiv Speyer, T65, Z3422

Bundesarchiv/Militärarchiv Freiburg im Breisgau, RH14/44

Thüringische Hauptstaatsarchiv Weimar (Abk. ThHStAW), ThMinI, W 15

Landesarchiv Saarbrücken, LRA IGB 54

Landesarchiv Speyer, T65, Z3422

Niedersächsisches Landesarchiv Staatsarchiv Wolfenbüttel (Abk. NLAWo), 128 Neu Fb2 Nr. 4470

***

Service historique de la Défense, 27 N 69

Archives Nationales, F 23 / 228 ; Fond Moscou, 20010216/279 ;

Archives Départementales Dordogne, PER 225, Strasbourg en Périgord

Archives Départementales Bas-Rhin, 98 AL 283

Archives Départementales Gers, R 1436

Archives Départementales Dordogne, 3 X 28

Archives Départementales Vienne, 101 W 6

***

Collection EDEFFA

Références bibliographiques

Anderson, Benedict (1991) : Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Londres (Verso).

Backes, Klaus (2011) : Leben Und Sterben Am Westwall. Edingen-Neckarhausen (Ralf Fetzer).

Bajohr, Frank et Michael, Wildt (2009) : Volksgemeinschaft : Neue Forschungen zur Gesellschaft des Nationalsozialismus. Frankfurt am Main (Fischer).

Biewer, Maria (2007) : Ein Leben lang im Dreiländereck Deutschland, Frankreich, Luxemburg : neun Jahrzehnte lang scharf nachgedacht und Selbsterlebtes geschildert aus hellen und ganz dunklen Tagen. Aachen (Helios).

Bloch, Marc ([1921] 2012) : Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Paris, (Allia).

Bommersbach Karoline, dir. (2005) : 13. Januar 1935 : der Kampf um die Saar - 70 Jahre danach ; Dokumentation einer Veranstaltungsreihe ; redigierte Textfassungen. Saarbrücken (Stiftung Demokratie Saarland).

Boswell, Laird (2001) : « Fissures dans la nation française  : les réfugiés Alsaciens et Lorrains en 1939 - 1940 », in : Lagarrigue, Max, dir. : 1940. La France du repli, l’Europe de la défaite. Toulouse, (Privat), p. 197–208.

Boberach, Heinz (1984) : Meldungen aus dem Reich. Die geheimen Lageberichte des Sicherheitsdienstes der SS 1938-1945. Herrsching (Pawlak).

Département de la Moselle, dir. (2009) : Un exil intérieur  : l’évacuation des Mosellans de septembre 1939 à octobre 1940. Lyon (Libel).

Forcade, Olivier et al., dir (2018) : Exils intérieurs  : Les évacuations à la frontière franco-allemande, Paris (PUPS).

Giraudoux, Jean (1987) : Messages du continental : allocutions radiodiffusées du commissaire général à l’Information (1939-1940). Paris, (Grasset), p. 81–84.

Groh, Maria (2009) : « Der Herrgott war noch unser einziger Trost. Aus dem Tagebuch von Maria Groh », in : Ommersheimer Dorfchronik, dir : Zeitzeugen Zweiter Weltkrieg, Bd. 2. Mandelbachtal (Arbeitskreis Dorfgeschichte), p. 80–91.

Kapferer, Jean-Noël (1998) : Rumeurs. Le plus vieux média du monde. Paris (Seuil).

Kramer, Alan et Horne John (2005) : Les atrocités allemandes 1914. Paris (Tallandier).

Lauer, Christine et Hofmann Frank Matthias (2014), « Seelsorge in der ‚Roten Zone‘ 1938-1945 und in den Evakuierungsgebieten 1939 und 1940 », Pfälzisches Pfarrerblatt, 9, p. 274-291.

Lemmes, Fabian et al., dir. (2014) : Evakuierungen im Europa der Weltkriege - Les évacuations dans l’Europe des guerres mondiales - Evacuations in World War Europe. Berlin (Metropol).

Meyer, René (1989) : « L’évacuation, une tragédie frontalière », Saisons d’Alsace, 105, p. 37-133.

Nikolaus, Barbara (1995) : « Tagebuch von Barbara Nikolaus, geb. Rödel, Erfweiler-Ehlingen (1. September 1939 – 6. November 1940) », in : Bernard Becker, dir. : Tagebücher und Erlebnisberichte aus dem Zweiten Weltkrieg (1939-1945), St. Ingbert (F.X.Demetz), S. 8–20.

Nivet, Philippe (2004) : Les réfugiés français de la Grande guerre, 1914-1920 : les "Boches du Nord“. Paris (Economica).

Nolzen, Armin (2012) : « Planung und Durchführung der ‚Freimachungen‘ an der westlichen Reichsgrenze 1939/40 », in : Jochen Oltmer, dir. : Nationalsozialistisches Migrationsregime und „Volksgemeinschaft“, Paderborn (Ferdinand Schöningh), p. 243-263.

Passera, Françoise, et al., dir (2010) : La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : Atlas Historique. Paris (Fayard).

Seiwert, Rémy (2010) : Papy, mamie, raconte-moi l’exode de 1939-1940. Roma, (Arti’Grafiche).

Taïeb, Emmanuel (2002) : « Des rumeurs de guerre », Quaderni, 49, p. 5-16.

Tönnies, Ferdinand (1886) : Gemeinschaft und Gesellschaft. Leipzig (Fues)

Williams, Nicholas John (2018) : An ‘Evil Year in Exile’ ? The Evacuation of the Franco-German Border Areas in 1939 under Democratic and Totalitarian Conditions. Berlin (Metropol).

Williams, Nicholas (2015) : « Les évacuations de 1939 en Moselle et en Sarre  : cadres et plans stratégiques pour la prise en charge des populations civiles », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 128, p. 91–104.

Williams, Nicholas (2013) : « Grenzen der ‚Volksgemeinschaft‘. Die Evakuierung 1939/40 in Deutschland und Frankreich », Zeitschrift für die Geschichte der Saargegend, 60, p. 113-126.

Williams, Maude (2014) : « La communauté catholique d’Alsace-Lorraine face aux évacuations (septembre 1939 - juin 1940) », Annales de l’Est, 2, p. 203-224.

Williams, Maude (2017) : « Guerre de mots et d’images », in : Olivier Forcade et al., Exils intérieurs  : Les évacuations à la frontière franco-allemande. Paris (PUPS), p. 137-150.

Haut de page

Notes

1 Le projet ayant défini les évacuations en ces termes a été financé par l’Agence Nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Il a débuté en 2011 et s’est clôturé en 2016. Il réunissait quatre universités : Paris-Sorbonne (Paris IV), Eberhard Karls Universität Tübingen, Ruhr-Universität Bochum et Universität des Saarlandes. C’est dans ce contexte que s’inscrit cet article.

2 Zone située des deux côtés de la frontière entre les lignes de fortification (ligne Maginot et ligne Siegfried) et la frontière.

3 Collection EDEFFA (Universität des Saarlandes), témoignages recueillis par Eva Kübler, doctorante à l’Université de la Sarre dans le cadre du projet de recherche EDEFFA.

4 Archives Départementales Dordogne (désormais AD Dordogne), 3 X 28, En Dordogne, Rapport du contrôleur du service des évacués, 16.01.1940.

5 Archives Départementales Vienne (désormais AD Vienne), 101 W 6, Le Chef du Centre départemental d’information de la Vienne, Poitiers, à Monsieur le Général Commandant à la 9ème Région militaire (S.C. Etat-Major – 2ème Bureau) à Tours, 27.03.1940.

6 Service historique de la Défense (désormais SHD), 28 N 52, Groupe d’armée N° 3, État-Major, 2ème Bureau, La guerre et le problème alsacien (Bulletin du Centre d’Études européennes du 5 septembre au 8 novembre 1939), 10.12.1939.

7 Thüringische Hauptstaatsarchiv Weimar (Abk. ThHStAW), ThMinI, W 15, Brief der Philomene W. an die Reichskanzlei des Führers, 12.10.1939.

8 Landeshauptarchiv Saarbrücken (désormais LA Saarbrücken), LRA IGB 54, LRA IGB/Reg.ref. Hemmer an Reichskommissar für das Saarland, Bericht über die persönlichen Eindrücke im Bergungsgebiet, 02.01.1940.

9 Landeshauptarchiv Speyer (désormais LA Speyer), T65, Z3422, An Propagandaleiter Pg. Trampler, Bericht und Stellungnahme zum Problem Räumung und Bergung, 31.10.1939.

10 « Le mal du pays arriva, et avec lui la peur pour ceux qui sont restés à la maison. Vivent-ils encore ? Il a pu s’en passer des choses entre temps à la frontière franco-allemande. Est-ce que nos maisons sont encore debout, alors que notre village se situe qu’à deux kilomètres de la frontière franco-allemande ? », trad. de l’auteure.

11 AD Vienne, 101 W 6, Le Chef du Centre départemental d’information de la Vienne, Poitiers, à Monsieur le Commissaire Général à l’Information, 15.11.1939 ; Stadtarchiv Bamberg, K8, Nr. 9205 II, Gendarmerie - Kreis Ebermannstadt an Landrat in Ebermannstadt, Betreff : Lagebericht für September 1939, 29.09.1939.

12 Archives départementales du Bas-Rhin, (désormais AD Bas -Rhin), 98 AL 283, Actes de pillage commis par des militaires dans les régions évacuées.

13 SHD, 27 N 69, Contrôle postal, Aux Armées, Note pour le commandement, Dépouillement des rapports de Contrôle Postal reçus les 13 et 14 octobre), 14.10.1939.

14 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Diverses lettres d’évacués.

15 AD Bas -Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une réfugiée du Bas-Rhin en Haute-Vienne à Monsieur Chautemps, 18.11.1939.

16 AD Bas -Rhin, 98 AL 283, Bürger à Petite Rosselle. Lettre à « Monsieur le Président », 11.10.1939.

17 Bundesarchiv/Militärarchiv (désormais BA/MArch), RH14/44, Ld. Sch. Batl. V/XII, Lowicz, an das Bataillon, betreff : Stimmung der Kompanie infolge der durch die Evakuierung hervorgerufenen Missstände, 10.11.1939.

18 Ibid.

19 AN Paris, F 23/228, Ministère des finances, Palais de justice à Périgueux, Observations résumées d’un rapide voyage de Saverne à Strasbourg le 11 novembre 1939, 15.11.1939.

20 « Bericht zur innenpolitischen Lage (Nr.13) » du 08.11.1939, in : Boberach (1984), p. 440.

21 Hessisches Staatsarchiv Darmstadt, (désormais HStAD), G.15/1033, Der Reichsstatthalter in Hessen – Landesregierung – Abteilung III, Darmstadt, 31.10.1939 ; AN, F23/228, Le Préfet de la Moselle au Ministre de l’Intérieur, 16.01.1940.

22 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une réfugiée du Bas-Rhin en Haute-Vienne à Monsieur Chautemps, 18.11.1939.

23 Collection EDEFFA, Témoignage A. K. du 12.07.2011 par Nicholas Williams.

24 Collection EDEFFA, Tagebuch A. R., le 09.09.1939.

25 « Lorsque nous aperçurent notre maison, à cet instant notre cœur s’arrêta presque de battre. Le jardin, la maison […]. En lamentation j’entrai dans la maison. Les portes étaient fracassées, toutes les pièces étaient en grand désordre ainsi que le grenier et la cave. […] C’était tellement inhospitalier. », trad. de l’auteure, Groh, Maria (2009) : « Der Herrgott war noch unser einziger Trost. Aus dem Tagebuch von Maria Groh », in : Ommersheimer Dorfchronik, dir : Zeitzeugen Zweiter Weltkrieg, Bd. 2., Mandelbachtal (Arbeitskreis Dorfgeschichte), p. 88.

26 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Lettre d’une évacuée du Bas-Rhin en Haute-Vienne, à Monsieur Chautemps, 18.11.1939.

27 SHD, 27 N 69, Contrôle postal. Note pour le commandement, 01.11.1939.

28 Collection EDEFFA, Lettre de la famille H. à la famille V. et S., Noël 1939.

29 Gesetz gegen heimtückische Angriffe auf Staat und Partei und zum Schutz der Parteiuniformen, Reichgesetzblatt 1934 I, p. 1269.

30 AN Paris, Fond Moscou, 20010216/279.

31 AD Bas-Rhin, 98 AL 283. Cinq cas d’interrogatoire sont présent dans ce fond d’archive.

32 AD Bas-Rhin, 98 AL 283, Interrogatoire au sujet d’une lettre écrite par une dame Muller, Spéciale, Chef de Service, Poitiers, 18.11.1939.

33 AD Bas-Rhin, 98 AL 283.

34 La différence est à constater entre les « Reichszeitungen » (Berliner Börsen Zeitung, Münchner Neueste Nachrichten, Frankfurter Zeitungen, Kölnische Zeitungen, Deutsche Allgemeine Zeitung) et les „Heimatzeitungen“ des régions évacuées (Hamburger Tageblatt, Pfälzer Anzeiger, Der Führer et avant tout le NSZ-Rheinfront).

35 AD Dordogne, PER 225, Strasbourg en Périgord, Camille Chautemps a parlé aux réfugiés d’Alsace et de Lorraine, 12.11.1939.

36 AD Bas-Rhin, 98 AL 283. Ce fond détient plus d’une cinquantaine de plaintes d’évacués adressées à Camille Chautemps ou Édouard Daladier.

37 98 AL 283, Le Préfet du Bas-Rhin à Monsieur le Vice-Président du Conseil, 18.10.1939.

38 NSZ-Rheinfront, Tod den Plünderern ! Wieder ein Volksschädling vor dem Sondergericht Kaiserslautern, 06.10.1939.

39 Volksschädigungsverordnung (VVO) vom 5. September 1939, in : Reichsgesetzblatt, Teil I, Nr.168, 06.09.1939, p. 1679.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de l’évacuation de la région frontalière franco-allemande 1939/1940
Crédits Maude Williams
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/3225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maude Williams, « Communication et déplacement de population en temps de guerre : Les évacuations de la région frontalière franco-allemande (1939/1940) », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3225

Haut de page

Auteur

Maude Williams

Post-doctorante, histoire, Universität des Saarlandes, Maude.fagot@gmail.com

Haut de page