Navigation – Plan du site
Perspectives

La ville contre la nature

Eugène Dabit et la question de l’urbanisation des banlieues parisiennes (Villa Oasis ou les faux bourgeois, Faubourgs de Paris)
Matthias Kern

Résumés

Le présent article propose d’appréhender l’imaginaire littéraire de la banlieue afin de comprendre la façon dont les écrivains et les intellectuels participent à la stigmatisation de la banlieue parisienne, perçue comme un espace de marginalisation sociale. Afin d’y aboutir, les analyses ont recours à l’œuvre d’Eugène Dabit, écrivain prolifique revisitant l’écriture réaliste pendant l’entre-deux-guerres, et esquissent une réponse à partir de sa mise en scène de la banlieue en tant que produit d’un urbanisme qui élimine toute trace de nature. Ainsi son roman Villa Oasis ou les faux bourgeois et son recueil d’essais Faubourgs de Paris dévoilent l’interdépendance entre les interactions du quotidien, la nature et les traditions populaires. Dans l’œuvre de Dabit, la banlieue est une forme d’habitat contre nature et l’espace d’une paupérisation insidieuse qui menace également les rapports sociaux entre les habitants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il suffit de penser à Une partie de campagne (1881) de Maupassant. Dans Le Diable au corps (1923) d (...)

1Il n’existe pas une seule banlieue parisienne. Un abîme sépare les formes d’habitat que l’on trouve à Fontainebleau et à la Courneuve ; Bobigny se distingue clairement de Saint-Germain-en-Laye par sa composition sociale. Néanmoins, le terme de banlieue évoque un imaginaire social qui fait oublier la richesse de certaines communes et qui définit la banlieue comme un terrain d’inégalités sociales et de ségrégation raciale, de criminalité et de pauvreté (Castañeda 2012 : 164). Par conséquent, la banlieue devient un symbole de la marginalisation et apparaît dans la plupart des représentations artistiques du xxe siècle comme « la ceinture empoisonnée de la capitale moderne » (Morel : 223-224). Dans la littérature française, cet imaginaire stéréotypé de la banlieue perçue comme « zone indécise » (Fourcaut/Flonneau 2007 : 39) se manifeste déjà à partir du xixe siècle et crée une forme de pittoresque urbain de la délinquance et de la marginalité des « zoniers » ; simultanément, une autre mise en scène de la banlieue persiste, assumant la fonction de terrain de détente et de rencontre avec la nature, à destination des parties de campagne des citadins aisés1. Au tournant du siècle, cette mise en scène idyllique de la banlieue perd de son importance.

  • 2 La notion de « peuple » est toujours mise entre guillemets dans cet article afin de signaler qu’il (...)

2C’est à partir de l’entre-deux-guerres, après la destruction des fortifications et l’annexion de l’ancienne zone militaire autour de Paris, que l’on trouve de plus en plus fréquemment la proche banlieue dans l’œuvre des écrivains français mais aussi dans les débats au sein de la sphère publique : désormais, la banlieue devient un enjeu prépondérant ; l’état délabré des habitats et la montée des partis de gauche autour de Paris incite les intellectuels à prendre position (Cannon 2015 : 182-185). À partir de cette période, l’image de la « banlieue rouge » (Fourcaut 1992) et la mise en récit de la condition ouvrière prédominent. Au niveau politique, la situation de la banlieue est considérée comme une « crise urbaine » (Fourcaut 2000 : 147) qui engendre un discours sur le malheur de la vie en banlieue, soutenu par des hommes politiques, des journalistes, des écrivains et des missionnaires. Le sort des mal-lotis, ayant construit leur pavillon dans les nouveaux lotissements sans voirie ou eau courante, le développement des syndicats et des mouvements ouvriers et, enfin, la crise économique conduisent à l’identification des habitants de banlieue avec le « peuple »2 français (Robert/Tartakowski 1999 : 13). Le discours sur la banlieue prend de l’envergure et l’imaginaire de la banlieue dangereuse se met en place.

  • 3 L’existence d’une littérature écrite par et pour des ouvriers est débattue à partir de 1928 dans le (...)

3Dans ce contexte, un des portraits les plus ambigus de la banlieue se trouve dans l’œuvre littéraire d’Eugène Dabit. Auteur prolifique pendant les années 1930, jouissant du soutien d’André Gide et de Roger Martin du Gard, Dabit devient l’un des auteurs les plus connus de son temps. Ancien apprenti serrurier, peintre sans véritable succès, Dabit publie en 1928 chez Denoël son premier roman, L’Hôtel du Nord, qui le place au centre des débats autour du roman populiste et de la littérature prolétarienne3. Si ce premier roman est son plus grand succès, d’autres ouvrages comme les romans Villa Oasis ou les faux bourgeois (1932) et La zone verte (1935) ou les recueils d’essais Faubourgs de Paris (1933) et Ville-Lumière (1987) s’intéressent de plus près à la vie en banlieue. Dans Villa Oasis et dans l’un des essais de Faubourgs de Paris, « Grande banlieue sud », l’écrivain établit un antagonisme entre la ville et la nature qui le conduit à représenter la banlieue comme un terrain déchiré en voie de dégradation. Les tentatives des « faux bourgeois » de s’installer dans la nature induisent la catastrophe dans Villa Oasis ; dans « Grande banlieue sud », en revanche, les lotissements défectueux détruisent la nature et effacent les traces de l’histoire. Dans les deux cas, Eugène Dabit exprime ses réticences face au « rêve pavillonnaire » (Faure 1991 : 176) en opposant les modes de vie urbains à l’image de la nature. La création d’une telle polarité entre l’urbain, associé aux concepts de « bourgeoisie », « modernité », « individualisme » et « consumérisme », et le naturel, lié aux « traditions », au « silence », à la « vie en commun » et à la « sympathie », identifie la banlieue à un espace mitoyen entre ces deux pôles, en passe de perdre sa propre identité face à l’urbanisation de la périphérie.

  • 4 L’approche puise donc dans plusieurs sources : d’une part, l’analyse part de la conception de « cul (...)

4Cet article cherche à appréhender l’imaginaire littéraire de la banlieue à partir de ces deux ouvrages de Dabit et insiste sur la manière dont la banlieue y devient le terrain d’opposition entre ville et nature. Les analyses poursuivent, à cet effet, une approche relevant de l’histoire culturelle qui ne prétend pas considérer les ouvrages littéraires comme des documents historiques, mais comme des mises en récit d’un imaginaire social de la banlieue4. Afin de saisir cette dimension, les analyses se focaliseront d’abord sur Villa Oasis et la manière dont le locus amœnus du pavillon y devient un piège mortel. Ensuite, je m’intéresserai aux essais de l’auteur où la destruction de la nature va de pair avec la disparition des coutumes populaires de la périphérie. L’opposition entre ville et nature dans l’œuvre de Dabit montre, par ce biais, la transformation de l’imaginaire de la banlieue : auparavant espace de loisir, elle devient peu à peu une annexe inquiétante de la ville.

La nature contre l’ascension sociale : Villa Oasis ou les faux bourgeois

5Le roman Villa Oasis ou les faux bourgeois esquisse à travers ses deux protagonistes Irma et Julien Monge un certain type social que Dabit appelle les « faux bourgeois » et qui se distingue par le désir d’ascension sociale aux dépens de toute forme de solidarité. Hélène, âgée de 19 ans, arrive d’Italie chez sa mère biologique Irma, qui l’a laissée enfant chez une amie, et son père biologique. Entre-temps, Irma s’est mariée avec Julien, copropriétaire d’un hôtel douteux ; tous deux se sont enrichis et offrent désormais une vie confortable à Hélène. Mais celle-ci, atteinte de tuberculose, décède. Julien rénove d’abord leur appartement, mais il décide finalement de vendre sa part de l’hôtel et d’acheter une villa en banlieue, proche de Fontainebleau, afin de permettre à sa femme d’oublier sa fille. Le bonheur de la vie campagnarde se transforme vite en solitude. Irma est toujours hantée par l’image de sa fille et se noie accidentellement dans le bassin du jardin. Julien, esseulé, porté sur la boisson, meurt peu après dans le jardin de sa villa.

6Il convient de relever deux éléments dans ce résumé : d’abord, les époux ne réussissent pas à établir un rapport stable avec leur entourage ; puis, ils se retirent dans la nature, mais celle-ci devient finalement leur tombeau. Il semble que l’individualisme et l’arrivisme qui caractérisent les deux personnages principaux ne se concilient pas avec la nature, pis encore, la nature semble s’opposer activement au style de vie des Monge. Une analyse du roman montrera que les mêmes actions qui isolent le couple des autres rapports sociaux en banlieue s’opposent également à la nature.

7Chacune des actions des deux époux est motivée par la volonté de parvenir ou de s’enrichir. Au moment d’entrer dans leur appartement, Julien est avide de montrer à sa belle-fille Hélène les « belles choses » (Dabit 1932 : 19) dont est composé le décor de leur appartement parisien. Irma annonce à sa fille au début du roman qu’elle « veu[t] devenir quelqu’un, tu en profiteras » (ibid. : 20) et regarde « fièrement leur chambre dont elle avait créé peu à peu le décor […]. Elle lui montrerait aussi le service de porcelaine et l’argenterie ; les bibelots curieux qui emplissaient la vitrine ; le linge fin dont était bourrée l’armoire ; et ses vêtements, et ses bijoux. Que dirait sa fille d’un luxe pareil ? » (ibid. : 21-22). Julien autant qu’Irma se définissent à partir de leur richesse et la possession de bibelots dans leur appartement, qui attestent de leur succès social (Macho Vargas 2010 : 141). De ce point de vue, les Monge représentent le stéréotype du couple bourgeois qui se définit à partir du décor choisi de son intérieur, comme l’a montré Walter Benjamin (Benjamin 1989 : 67-69).

8Mais le désir bourgeois de « posséder » entre en conflit avec leurs tentatives de construire une vie familiale et avec l’établissement d’un foyer au sein de la nature. Avant d’arriver chez sa mère, Hélène a contracté la tuberculose. Les réactions d’Irma et de Julien à propos de l’état de santé de leur fille sont peu empathiques : Irma a peur de « respirer […] les microbes » (Dabit 1932 : 63), Julien constate énervé que « pour cette petite, gentille mais insignifiante, il avait un tas de complications dans son existence » (ibid. : 73). Le désir de réussite sociale ne permet pas aux deux protagonistes d’établir un véritable lien avec Hélène. Certes, Irma porte le deuil de sa fille, mais sa tristesse la renvoie toujours à elle-même : « elle vivait avec l’idée obsédante de la maladie et de la mort » (ibid. : 91). L’égoïsme l’emporte sur l’idéal de la vie de famille. Cette attitude se retrouve également dans d’autres contextes sociaux : à titre d’exemple, les époux sont d’accord que « les pauvres […] en général [sont] responsables de leur misère » : « Qu’ils nous laissent finir nos jours tranquillement » (ibid. : 141), s’exclament-ils. Le manque de respect et d’amour des personnages transparaît également dans le fait qu’Irma se soit mariée avec Julien uniquement parce qu’« elle avait flairé une affaire » (ibid. : 92).

9Afin de mettre fin au deuil de son épouse, Julien décide de s’installer avec Irma en banlieue. Au départ, ce déménagement semble améliorer l’état d’Irma : « Elle avait fait rapidement le tour de la maison […]. Elle ne rêvait pas. Tout ce qu’elle voyait, touchait, lui appartenait ; elle était chez elle jusqu’à la fin de ses jours, à l’abri, avec des rentes qui la faisaient l’égale des bourgeois de ce pays » (ibid. : 125-126). La joie d’être propriétaire et de s’élever finalement au niveau de la bourgeoisie garantit en partie le bonheur d’Irma. Une autre partie du bonheur se trouve dans la vie campagnarde : « Elle adorait la nature – enfant n’avait-elle pas vécu à la campagne ? » (ibid. : 132). Mais ce cadre idyllique se transforme rapidement en cauchemar à cause du bassin d’eau qui se trouve dans le jardin et qu’Irma considère dès le début comme dangereux (ibid. : 119). Par la suite, le bassin « lui [renvoie] l’image d’Hélène » (ibid. : 170) et Irma recommence à penser à la mort. Afin de se réapproprier l’espace du jardin (Macho Vargas 2010 : 144), elle exige de Julien d’assécher le bassin, mais il échoue. Alors qu’elle passe une nuit seule dans la villa, elle entend un bruit, descend dans le jardin et tombe dans l’eau ; le lendemain, son mari la trouve noyée. Suivant le point de vue d’Irma qui « dans la nature […] lisait des signes, des présages, en découvrait les secrets » (Dabit 1932 : 170), c’est la nature qui tue Irma : elle qui a toujours essayé de s’enrichir et de gravir l’échelle sociale, qui s’est défaite de sa fille et qui n’a pas réussi à rétablir un lien avec elle, est ainsi obligée de se soumettre au pouvoir de la nature. La nature condamne Irma pour ses exploits.

10Le cas de Julien est similaire. Après la mort de son épouse, Julien cherche d’abord à reprendre son travail à Paris, mais il n’y rencontre plus le même succès. Aigri, il se retire dans sa villa et s’aperçoit enfin qu’« il avait cru s’élever et réussir, et voilà, il avait gâché sa vie pour un faux idéal, il aurait dû rester tout bonnement ouvrier » (ibid. : 237). Se reposant dans le jardin après y avoir travaillé, Julien meurt d’une insolation. Dans le cas de Julien, la trahison de ses origines s’associe donc à l’impuissance face à la nature qui reconquiert le jardin.

  • 5 Pour Ette, la littérature est à la fois le terrain d’expérience et de simulation d’un choix de prat (...)

11En inscrivant le roman d’Eugène Dabit dans le cadre du « ZusammenLebensWissen » ou de la « convivance5 », il apparaît ainsi que la nature prend dans le roman le rôle de symbole de l’ordre établi et des traditions : Julien et Irma, deux ambitieux qui veulent à tout prix gravir l’échelle sociale, se sont « dénaturés » et leurs actions, au moment d’emménager dans leur pavillon, ne visent qu’à s’approprier l’espace et à prendre le pouvoir sur la nature. Mais la nature se venge : elle tue les deux protagonistes et Julien réalise trop tard que son ambition l’a éloigné de son sort « naturel » qui lui aurait porté bonheur (Schilling 2002 : 343). La nature dépasse ainsi la fonction de décor pour la mort des « faux bourgeois » : elle prend le rôle de symbole de la vie morale, à rebours de leurs aspirations d’ascension sociale.

La nature contre l’urbanisation : « Grande banlieue sud »

12Dans « Grande banlieue sud », Eugène Dabit traite de son séjour à Montlhéry, à 25 km de Paris, où il a travaillé au manuscrit de Villa Oasis ; dans son essai, il se met en scène comme garçon de café, écart des faits biographiques que son tuteur Roger Martin du Gard a fortement critiqué (Bardel 1986 : 82). Mélangeant réalité et fiction, l’essai offre un panorama sur les transformations que les banlieues parisiennes subissent à cette époque : avant d’arriver à Montlhéry, Dabit s’étonne de l’absence de nature dans la proche banlieue et du foisonnement de petits lotissements (Dabit 1933 : 103). Une fois arrivé sur place, en revanche, il monte à la tour du château et gagne une vue d’ensemble de la banlieue :

« Du sommet, j’ai découvert un pays neuf. […] Je voyais la route de Perray-Vaucluse et les lotissements qui la bordent ; la région de Corbeil, de Melun, avec les fins pylônes de la station radiotélégraphique de Sainte-Assise ; la région d’Etampes et celle de La Ferté-Allais, avec des routes luisantes ; une campagne très douce et vieille, peuplée de villages, de fermes, pleines de vergers en fleurs, vallonnée, boisée, partagée, caressée par des mains d’hommes. Toutes les traces du passé. De place en place des églises, des cimetières, des arbres qui en voilent les rides. Une terre à une échelle humaine, à l’image d’une race et d’un temps » (ibid. : 109-110).

13Si l’écrivain remarque à nouveau les lotissements, la vue d’en haut lui dévoile aussi des zones plus campagnardes où la nature est plus visible. Il convient de souligner que la nature y apparaît dans une communion harmonieuse avec les villages et les fermes ; l’agriculture est décrite comme une « caresse ». La vue de la campagne et de ses villages culmine ainsi dans une fusion d’un autre ordre : la nature inclut les manifestations du passé, elle est le foyer de la civilisation. La campagne exprime l’identité de la « race » française et de son histoire. En outre, le quotidien des habitants de cette banlieue verte dépend davantage des saisons : alors qu’à Paris, « aux mêmes heures, je prenais le métro, je traversais des rues, je respirais des odeurs suffocantes » (ibid. : 128), Dabit se rend compte des changements du rythme de vie dans la banlieue. De cette manière, Dabit lie l’image de la nature à celle du temps – et à la tradition : en effet, Montlhéry abrite pendant l’été une fête foraine avec des baraques démodées qui attirent un public varié.

14A l’opposé de ce quotidien villageois, la vie urbaine semble insupportable à Dabit, comme le suggère déjà la citation antérieure. L’écrivain constate très vite qu’il ne peut plus vivre à Paris : « Le bruit m’étourdit, les odeurs m’écœurent. J’ai l’esprit et les jambes d’un malade. Je crois que je vais étouffer entre ces hommes, qu’ils ne me laisseront aucune place, la petite place dont j’ai besoin pour vivre. […] Ma ville a changé, elle est plus menaçante, inhumaine, presque monstrueuse » (ibid. : 118). Alors que la campagne autour de Montlhéry est marquée par les saisons, le rythme de vie plus lent permet une vie plus tranquille. Paris, en revanche, se montre chez Dabit toujours en mouvement et grouillant de gens. Si la vie y est plus agitée, la citation précédente montre que le quotidien y reste pourtant toujours le même, ce qui souligne l’absurdité de l’agitation à Paris. La vie urbaine apparaît de cette manière comme un péril alors que la vie à la campagne offre non seulement plus de tranquillité, mais aussi un contact plus amical avec l’entourage : l’écrivain connaît tous les clients du café et est considéré comme un habitant régulier du village de banlieue (ibid. : 110) ; en ville, en revanche, il doit s’habituer à « bousculer une femme pour monter vivement dans un autobus » (ibid. : 133). La vie campagnarde se distingue donc par l’importance de la « convivance » et de la sympathie, tandis que l’urbain se démarque par sa grossièreté.

15Mais « Grande banlieue sud » décrit surtout la disparition de la campagne et de ses pratiques de vie. Dès le début de l’essai, Dabit annonce qu’il « voi[t] les signes de [l]a mort » (ibid. : 107) de la nature en banlieue et repère les raisons de cette mort dans la lente urbanisation des terrains de banlieue. Le lotissement et la construction des pavillons seraient la raison principale de cette disparition : « Autour de ces villas, l’espace libre se resserre. […] Pour réaliser un vieux rêve, ils ont créé des villages dont l’avenir est misérable ; ils n’ont su qu’asservir bourgeoisement la terre, l’enlaidir, la partager » (ibid. : 117). Le rêve d’être propriétaire de son propre pavillon en banlieue, partagé par beaucoup de citadins de l’époque (Fourcaut 1993 : 445), conduit à la destruction de la campagne pour plusieurs raisons : les lotissements sont trop petits et la densité de population augmente rapidement ; les citadins que Dabit désigne comme ‘bourgeois’ ne comprennent pas comment s’occuper de la terre. Ainsi, à cause des lotissements et de la construction des pavillons, la banlieue se transforme lentement en un terrain de misère, dont l’identité campagnarde est corrompue par l’influence de la capitale. En effet, Dabit note aussi que le style de vie en banlieue change : le quotidien de beaucoup d’habitants est marqué par les allers-retours vers le centre pour le travail, les citadins vont seulement en banlieue pour s’y amuser pendant l’été et créent des nuisances sonores avec leurs voitures, et les nouveaux passe-temps, le phonographe et le cinéma, sont apportés de la capitale. Dabit déplore ce développement qui efface les particularités des villages aux environs de Paris et atteste ainsi de la transformation de la banlieue.

La banlieue entre urbanisation et nature

16Les deux ouvrages d’Eugène Dabit illustrent donc la même étape de la transformation de la banlieue : si elle n’a pas encore perdu son aspect idyllique et sa fonction de lieu de loisir que les citadins visitent dans le cadre de leurs parties de campagne, le lotissement progressif des terrains et la construction des pavillons attirent de plus en plus de citadins et transforment, par la suite, les pratiques de la vie quotidienne. Dans les deux cas, l’imposition des logiques urbaines s’avère un échec : dans Villa Oasis ou les faux bourgeois, Dabit emprunte la perspective de l’intérieur et montre comment la volonté de s’approprier l’espace des parvenus parisiens s’oppose à la nature dans leur jardin ; afin d’illustrer les prétentions de ses « faux-bourgeois », qui n’acceptent ni le cours « naturel » de leur vie, ni l’emprise de la nature sur leur terrain, il les laisse mourir en affrontant la nature. Dans son essai, en revanche, Dabit représente la nature comme victime de l’urbanisation qui écartèle la nature en petits lotissements sans aménagement. Avec la nature disparaissent aussi les modes de vie campagnards et les formes de sociabilité dont il est témoin à Montlhéry.

  • 6 C’est notamment la volonté de préserver la nature et le caractère régional des villages qui doit co (...)

17Autrement dit, les deux œuvres plaident pour un rapport plus conscient à l’environnement au sens large : l’environnement ne comprend pas uniquement la campagne et la nature, mais aussi l’habitat traditionnel, les villages, les traditions populaires et les rapports sociaux. Un tel plaidoyer pour un changement du rapport à l’environnement s’inscrit bien dans l’esprit de l’entre-deux-guerres et peut être comparé aux mouvements de la Lebensreform en Allemagne6. L’œuvre de Dabit présente une critique semblable de certains développements de la modernité comme l’urbanisation, mais aussi le capitalisme et l’ascension sociale.

  • 7 Dans ce contexte, on peut penser aux représentations de la banlieue et des cités dans des films com (...)

18Elle présente, en outre, la transformation des environs de Paris : la campagne autour de la capitale est déjà appelée « banlieue » chez Dabit, mais cette banlieue n’est pas encore annexée par la ville. Dabit ne signale que les premiers indices d’une transformation de la banlieue en « villages dont l’avenir est misérable ». De ce point de vue, elle représente une contribution importante à l’imaginaire de la banlieue qui sera par la suite de plus en plus perçue comme le résultat inquiétant d’un urbanisme ayant échoué. Des contemporains de Dabit signalent déjà la paupérisation de la périphérie urbaine : chez Francis Carco et Pierre Mac Orlan, la périphérie parisienne est le foyer de la « pègre » et des « bas-fonds » (Kalifa 2013 : 255-268), pour Louis-Ferdinand Céline, la commune de Rancy abrite la misère tant économique que morale de la ville. Un grand nombre de romans de la période contribuent par conséquent à la stigmatisation de la périphérie parisienne. Ainsi la littérature s’empare-t-elle du discours sur « la crise des banlieues » (Stébé 2010) et se tourne-t-elle vers la représentation de ses problèmes sociaux et politiques ; ces représentations littéraires contribuent à leur tour à l’imaginaire qui est continuellement développé et réactualisé dans les créations culturelles7. Dans ce cadre, si la banlieue est associée au mal dans l’imaginaire collectif (Angelil/Siress 2012 : 58), un regard sur l’œuvre d’Eugène Dabit montre que la mise en place de ce poncif est le résultat d’un processus historique.

Haut de page

Bibliographie

Angélil, Marc et Cary Siress (2012): « The Paris banlieue: peripheries of inequity », in: Journal of international affaires 65.2, p. 57-67.

Cannon, James (2015) : The Paris zone. A cultural history. 1840-1944. Farnham (Ashgate).

Castañeda, Ernesto (2012) : « Places of stigma : Ghettos, barrios and banlieues », in : Hutchinson, Ray et Bruce D. Haynes, dir. : The ghetto. Contemporary global issues and controversies. Boulder (Westview), p. 159-190.

Castoriadis, Cornelius (1975) : L’Institution imaginaire de la société. Paris (Seuil).

Chapman, Rosemary (1992) : Henry Poulaille and proletarian literature, 1920-1939. Amsterdam (Rodopi).

Dabit, Eugène (1932) : Villa Oasis ou les faux bourgeois. Paris (Gallimard).

Dabit, Eugène (1933) : Faubourgs de Paris. Paris (Gallimard).

Ette, Ottmar (2010) : ZusammenLebensWissen. List, Last und Lust literarischer Konvivenz im globalen Maßstab. Berlin (Kadmos).

Fourcaut, Annie et Mathieu Flonneau (2007) : « Les relations entre Paris et les banlieues, une histoire en chantier », in : Fourcaut, Annie, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau, dir. : Paris/banlieues. Conflits et solidarités. Historiographie, anthologie, chronologie 1788-2006. Grâne (Créaphis), p. 9-43.

Fourcaut, Annie (2000) : La banlieue en morceaux. La crise des logements défectueux en France dans l’entre-deux-guerres. Grâne (Créaphis).

Fourcaut, Annie (1993) : « Du lotissement au quartier. Le cas de la banlieue parisienne dans l’entre-deux-guerres », Mélanges de l’École française de Rome 102, p. 441-457.

Fourcaut, Annie (1992) : « Banlieue rouge, au-delà du mythe politique », in : Fourcaut, Annie, dir : Banlieue rouge, 1929-1960. Années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d’essai des modernités. Paris (Autrement), p. 12-37.

Kalifa, Dominique (2013) : Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire. Paris (Seuil).

Lemonnier, Léon (1929) : Manifeste du roman populiste. Paris (Jacques Bernard).

Link, Fabian (2016) : « Peuple (Volk) et race (Rasse) », in : Christin, Olivier, dir. : Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines 2, p. 71-85.

Morel, Jean-Pierre (1992) : « ”A travers les banlieues passe le ciment en fleurs” », in : Fourcaut, Annie, dir. : Banlieue rouge, 1929-1960. Années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d’essai des modernités. Paris (Autrement), p. 222-241.

Macho Vargas, Azucena (2010) : « A propos des espaces dans Villa Oasis d’Eugène Dabit », in : Roman 20-50 50, 137-146.

Nünning, Ansgar (2013) : « Wie Erzählungen Kulturen erzeugen : Prämissen, Konzepte und Perspektiven für eine kulturwissenschaftliche Narratologie », in : Strohmaier, Alexandra, dir. : Kultur – Wissen – Narration. Perspektiven transdisziplinärer Erzählforschung für die Kulturwissenschaften. Bielefeld (transcript), 15-54.

Ouellet, François et Véronique Trottier (2013) : « Présentation », in : Études littéraires 44.2 : Populisme pas mort. Autour du Manifeste du roman populiste de Léon Lemonnier, 7-18.

Péru, Jean-Michel (1991) : « Une crise du champ littéraire français. Le débat sur la littérature prolétarienne (1925-1935) », in : Actes de la recherche en sciences sociales 89, 47-65.

Popovic, Pierre (2008) : Imaginaire social et folie littéraire. Le second Empire de Paulin Gagne. Montréal (Presses de l’Université de Montréal).

Poulaille, Henry ([1930] 1986) : Nouvel Âge littéraire. Bassac (Plein Chant).

Robert, Jean-Louis et Danielle Tartakowsky : « Le peuple et Paris », in : Robert, Jean-Louis et Danielle Tartakowsky, dir. : Paris le peuple. XVIIIe-XX e siècle. Paris (Publications de la Sorbonne), p. 7-18.

Rohkrämer, Thomas (2016) : « Modernisierungskrise und Aufbruch. Zum historischen Kontext der Lebensreform », in : Carstensen, Thorsten et Marcel Schmid, dir : Die Literatur der Lebensreform. Kulturkritik und Aufbruchstimmung um 1900. Bielefeld (transcript), p. 27-42.

Schilling, Derek : « La grande banlieue d’Eugène Dabit. Essai de géopoétique historique », in : Poétique 131, p. 331-355.

Stébé, Jean-Marc (1999) : La crise des banlieues. Paris (PUF).

Haut de page

Notes

1 Il suffit de penser à Une partie de campagne (1881) de Maupassant. Dans Le Diable au corps (1923) de Raymond Radiguet, le terrain de banlieue est aussi le théâtre d’une idylle campagnarde.

2 La notion de « peuple » est toujours mise entre guillemets dans cet article afin de signaler qu’il s’agit d’un terme idéologiquement chargé, désignant à la fois l’unité nationale et l’ensemble des classes opprimées (Link 2016 : 73-75), mais qui doit être repris à cause de son usage fréquent dans la littérature de l’entre-deux-guerres.

3 L’existence d’une littérature écrite par et pour des ouvriers est débattue à partir de 1928 dans les pages de l’hebdomadaire Monde d’Henri Barbusse (Chapman 1992 : 53-60). A partir de la rentrée littéraire 1929, le jeune romancier Léon Lemonnier lance avec l’aide du critique littéraire du Temps André Thérive le Manifeste du roman populiste qui prône une littérature des « petites gens, [d]es gens médiocres qui sont la masse de la société, et dont la vie, elle aussi, compte des drames » (Lemonnier 1929 : 60) sans vouloir créer un art de classe. Le critique libertaire Henry Poulaille s’oppose ardemment à ce mouvement avec sa conception de la littérature prolétarienne dans Nouvel Âge littéraire (1930). Cf. aussi Péru 1991 et Ouellet/Trottier 2013.

4 L’approche puise donc dans plusieurs sources : d’une part, l’analyse part de la conception de « culture » comme l’ensemble d’imaginations, formes de pensée, sensibilités, valeurs et significations telle qu’elle a été esquissée dans la narratologie culturelle de Nünning (2013 : 28). Dans le sillage d’une définition de l’imaginaire social comme horizon de possibilité de la création personnelle (Castoriadis 1975 : 8), la sociocritique s’est servie, d’autre part, de ce terme et le comprend comme « composé d’ensembles interactifs de représentations corrélées, organisées en fictions latentes, sans cesse recomposées par des propos, des textes, des chromos et des images, des discours ou des œuvres d’art » (Popovic 2008 : 24). Je reprends cette définition d’imaginaire social et m’intéresse à la façon dont un discours littéraire sur la banlieue se crée et s’intègre dans la culture française.

5 Pour Ette, la littérature est à la fois le terrain d’expérience et de simulation d’un choix de pratiques sociales de la vie en commun ; le savoir préexistant du lecteur, éveillé par association pendant la lecture, se combine avec les simulations du texte littéraire de sorte que celui-ci représente l’ensemble des logiques sociales qui peuvent coexister simultanément. La lecture de la littérature engendrerait ainsi un « ZusammenLebensWissen » (Ette 2010 : 62). Cette approche de la nature a été reprise dans un contexte franco-allemand dans le Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes en 2010 et y est appelé « convivance ».

6 C’est notamment la volonté de préserver la nature et le caractère régional des villages qui doit conduire à un changement de pensée fondamental commun aux mouvements de la Lebensreform (Rohkrämer 2016 : 30-32) et aux œuvres de Dabit.

7 Dans ce contexte, on peut penser aux représentations de la banlieue et des cités dans des films comme 2 ou 3 choses que je sais d’elle (1967) de Jean-Luc Godard ou La Haine (1995) de Mathieu Kassovitz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Kern, « La ville contre la nature », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 06 février 2019, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3266

Haut de page

Auteur

Matthias Kern

Doctorant en littérature francophone à la Technische Universität Dresden, en cotutelle avec l’EHESS, mkern@ehess.fr

Haut de page