Navigation – Plan du site
SynThèses

Le Parti social-démocrate allemand et la justice sociale dans les années 1980. Une identité social-démocrate à l’épreuve de l’unification (1989-1990)

Thèse de doctorat en Études germaniques, soutenue le 2 février 2018, à Sorbonne Université ‒ Faculté des Lettres, Paris ‒ UMR SIRICE, sous la direction d’Hélène Miard-Delacroix
Sophie Bouiller

Texte intégral

1Cette thèse propose une analyse des notions de justice sociale et d’État-providence au prisme de la politique sociale telle qu’elle fut théorisée ou mise en œuvre par le Parti social-démocrate allemand (SPD) dans les années quatre-vingt et plus particulièrement lors du processus d’unification de la RFA et de la RDA en 1989-1990. L’étude de l’intervention de l’État, des apports programmatiques du SPD dans ce qu’il considérait être son domaine de prédilection et du consensus traditionnel, presque tacite, entre la CDU/CSU et le SPD sur la question sociale permet de mettre en lumière les spécificités du modèle social ouest-allemand et de cerner l’identité partisane de la plus ancienne formation politique d’Allemagne.

2À la fois parti d’opposition au Bundestag à Bonn depuis 1982 et parti au pouvoir dans certains Länder qui lui étaient traditionnellement acquis, le SPD se trouvait de fait dans une position ambiguë, propre au fédéralisme allemand. Tirant parti de cet ancrage local fort, les sociaux-démocrates mirent en avant leur expérience dans la gestion publique de crises économiques et sociales, à l’image des politiques volontaristes menées par Oskar Lafontaine en Sarre et Johannes Rau en Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour sauvegarder l’emploi au moment du démantèlement de l’industrie minière et sidérurgique. Parallèlement, afin de peser efficacement sur les réformes sociales initiées par le ministre du Travail Norbert Blüm (CDU) pour surmonter la crise de l’État-providence, le SPD adopta une stratégie alternant opposition stricte et coopération constructive avec le gouvernement d’Helmut Kohl. Ces deux attitudes antithétiques et pourtant concomitantes trouvèrent leur expression concrète au moment de la réforme du système de santé (1988) que ne cessa de critiquer Rudolf Dreßler, l’expert du SPD en matière de politique sociale, et de la réforme des retraites (1989) qui fit, quant à elle, plus largement consensus.

3Dans la seconde moitié des années quatre-vingt, au gré des congrès, les sociaux-démocrates engagèrent un travail de refondation programmatique de grande ampleur en vue de reconquérir le pouvoir en 1990. Cette analyse des discours idéologiques doublée d’une approche par les réseaux permet de faire émerger des acteurs moins connus et des centres décisionnels concurrentiels à l’origine d’une culture politique et de pratiques nouvelles et, ainsi, de redessiner les rapports de force au sein du SPD. Aux divisions générationnelles communément admises par la recherche se substitua une fracture entre une « aile sociale » adepte d’une politique traditionnelle ‒ dans la continuité d’un État-providence axé sur le système d’assurances sociales et donc sur l’emploi salarié ‒ et une « aile réformatrice », emmenée par Oskar Lafontaine, sensible aux valeurs post-matérialistes et « écosocialistes » telles que la transformation écologique de la société industrielle ou l’économie sociale et écologique de marché.

4En raison de son immédiateté, le processus d’unification de l’Allemagne (1989-1990) constitua un révélateur permettant de juger, à l’épreuve des faits, la validité des programmes et des discours sociaux-démocrates. L’afflux de citoyens allemands de RDA (Übersiedler ) et des pays du bloc de l’Est (Aussiedler) constitua un défi majeur dans la mesure où il fragilisa des équilibres sociaux déjà précaires et accentua la crise de l’État-providence en RFA. Malgré les propositions pragmatiques concrètes de Rudolf Dreßler pour, d’une part, améliorer l’union sociale entre la RFA et la RDA ‒ seul gage à ses yeux de paix sociale et de réussite de l’unité allemande ‒ et, d’autre part, transposer les expériences social-démocrates en Sarre et dans la Ruhr à la RDA, le SPD ne parvint ni à se faire entendre ni à imposer sa volonté de refonder l’État-providence en intégrant certains acquis sociaux est-allemands. Démuni face à l’irruption brutale de la question nationale et face à l’accélération d’événements qu’il ne maîtrisa pas, le parti montra une forme d’inadéquation fondamentale avec son temps remettant en cause tous les efforts fournis pour opérer un renouveau idéologique.

5Les polémiques et les réserves du candidat à la chancellerie, Oskar Lafontaine, sur l’emballement des coûts économiques et sociaux contribuèrent à entretenir la confusion concernant la position du SPD sur l’unité allemande. L’action des sociaux-démocrates fut certes guidée par l’impératif moral universel de justice sociale, mais ceux-ci ne parvinrent ni à lui donner un sens ni à en faire plus qu’un simple argument de campagne aux yeux des électeurs. Tiraillés entre tradition et modernité, ils ne se montrèrent pas à la hauteur de leurs ambitions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bouiller, « Le Parti social-démocrate allemand et la justice sociale dans les années 1980. Une identité social-démocrate à l’épreuve de l’unification (1989-1990) », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3510

Haut de page