Navigation – Plan du site
SynThèses

La guerre des filles de Bohême dans les littératures tchèque et germanophone, entre romantisme et Biedermeier. Féminité et construction nationale dans la réécriture des mythes fondateurs

Thèse en littérature allemande et tchèque soutenue le 1er juin 2018 à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université sous la direction de Xavier Galmiche et de Gérard Laudin
Jean Boutan

Texte intégral

1La légende de la fondation de Prague par la prophétesse Libuše et, à sa mort, de la rébellion des femmes de Bohême contre l’autorité masculine au cours d’une sanglante « guerre des filles » a subi dans la première moitié du xixe siècle, au moment de la redécouverte des mythes fondateurs dans les pays d’Europe centrale, un processus de réécritures en langues tchèque et allemande, visant à assigner à ces personnages féminins leur place dans l’œuvre de construction nationale.

2C’est à l’œuvre de Clemens Brentano Die Gründung Prags (1814) qu’il faut faire remonter l’introduction du romantisme dans le traitement du motif légendaire tchèque. Ce courant apporte avec lui une nouvelle définition de la nation, mais aussi une redéfinition du genre selon un principe de polarité. Les nouvelles conceptions romantiques présentent à leurs débuts des tendances émancipatrices opérant un renversement des rapports entre centre et périphérie, remettant en cause la hiérarchie classique entre les nations et les langues, aussi bien que la vision androcentrique des rapports de genre à l’époque des Lumières : car la détermination théorique de la différence entre les sexes conduit à donner une place centrale à la féminité au sein des problématiques et des thématiques du mouvement.

3La parution de l’œuvre à la fin de l’année 1814 coïncide avec le début de l’époque du Biedermeier en Autriche, qu’on fait habituellement remonter au Congrès de Vienne. Cette évolution parallèle des deux courants tels qu’ils se manifestent dans le corpus des réécritures des légendes de Bohême permet de considérer la circulation des motifs de Libuše et de Vlasta au sein de la littérature centre-européenne dans un rapport de concurrence entre romantisme et Biedermeier. Cette approche permet en outre de déterminer la relation « négative » ou « paradoxale » de la littérature tchèque au modèle allemand du romantisme, à l’exemple du manuscrit de Zelená hora, dont la prétendue découverte en 1817 survient près de deux ans après la parution du drame de Brentano. Si on le lit comme un texte du xixe siècle s’inscrivant dans la tension entre ces deux courants de la littérature centre-européenne, le manuscrit tend à la fois à se démarquer de l’esthétique romantique illustrée par Die Gründung Prags et à situer le personnage de Libuše au centre d’un discours anti-allemand. Le manuscrit de Zelená hora serait donc né de la concurrence entre le romantisme brentanien et le modèle plus ancien de Herder, lui-même auteur d’un Volkslied sur Libuše et référence majeure pour la littérature des pays habsbourgeois.

4La circulation du motif de la reine fondatrice et des amazones entre plusieurs traditions littéraires détermine dès lors différents types de féminité selon la culture nationale de l’écrivain et selon l’usage interne ou externe qui en est fait dans la construction des nations européennes : à travers le romantisme, le personnage de l’amazone devient emblématique de la Bohême à l’étranger, tandis que Libuše s’impose comme un symbole national dans la société tchèque évoluant sous le régime de Metternich d’après le Congrès de Vienne.

5En Bohême, ce processus montre ce qu’Ute Planert, au sujet de l’espace germanophone, a appelé la « politisation du sexe féminin » au cours des xixe et xxe siècles. La congruence entre les enjeux de l’émancipation nationale et de l’émancipation des femmes que traduit cette évolution décisive dans les sociétés modernes trouve là une expression propre à l’Europe centrale pluriethnique dans la différenciation nationale entre deux motifs littéraires de la féminité, à savoir cette figure de la fondatrice Libuše qui tend à s’imposer de manière exclusive dans la réécriture tchèque du passé mythique de la Bohême et la figure de l’amazone Vlasta, très appréciée dans le romantisme allemand qui y reconnaît certaines de ses problématiques liées à la représentation de la femme, ainsi qu’à la lutte et à la révolte contre l’ordre établi. Cette différenciation prend dans le contexte de la montée des antagonismes nationaux la tournure d’une opposition entre Tchèques et Allemands, mais elle a déjà lieu au sein de l’espace germanophone, dans la divergence entre romantisme et Biedermeier, auquel on peut aussi rapporter la grande majorité de la littérature tchèque de cette période. La formation progressive de deux traditions nationales à partir de la référence contrastée à la pensée des Lumières – ordre ancien pour les uns, lieu d’une résistance à la réaction metternichienne pour les autres – assure la transition entre la constitution de différents motifs littéraires et une typologie de la féminité à la fin de ce parcours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Boutan, « La guerre des filles de Bohême dans les littératures tchèque et germanophone, entre romantisme et Biedermeier. Féminité et construction nationale dans la réécriture des mythes fondateurs », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3519

Haut de page

Auteur

Jean Boutan

jean.boutan@gmail.com

Haut de page