Navigation – Plan du site
SynThèses

Identités en exil. L’exemple des exilés de langue allemande en Bolivie (1933-1945)

Thèse de doctorat en Études germaniques soutenue le 13 décembre 2017 à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 sous la direction d’Anne Saint Sauveur-Henn
Katell Brestic

Texte intégral

1Victimes des persécutions du régime national-socialiste, près d’un demi-million d’Allemands et d’Autrichiens furent contraints à l’exil entre 1933 et 1945, en Europe puis outre‑mer. Plusieurs milliers d’entre eux trouvèrent refuge dans la république andine de Bolivie. Dans le cadre de notre étude, nous avons analysé la crise identitaire provoquée par la rupture de l’exil chez les personnes concernées ainsi que les stratégies identitaires individuelles et collectives qu’elles mirent en place pour tenter de la dépasser.

2Les persécutions subies par les exilés en raison de leur opposition à la politique du régime national-socialiste ou de leur judéité (que cette dernière fût revendiquée ou assignée) entraîna leur exclusion d’un espace national puis étatique auquel ils pensaient jusqu’à présent appartenir. Leur arrivée en Bolivie, pays alors le plus pauvre du continent sud-américain qui sortait d’une guerre ravageuse contre le Paraguay et présentait une structure sociale encore semi-coloniale, aggrava la crise identitaire, d’autant que les conditions géographiques et climatiques définies par les altitudes élevées de l’Altiplano rendaient difficile, voire impossible pour certains, la simple acclimatation. Certes, la Bolivie fut l’un des derniers pays à maintenir ouvertes ses frontières dans l’optique d’accueillir des immigrés qui auraient pu participer à la colonisation agricole du pays ; les difficultés spécifiques des nouveaux arrivants, confrontés dans la république andine à un environnement socio-culturel très éloigné de celui qu’ils connaissaient en Europe et qui n’offrait que peu de repères identificatoires, s’avérèrent néanmoins plus importantes que dans la plupart des autres destinations de l’exil.

3Les exilés de langue allemande en Bolivie n’eurent de contacts qu’avec une toute petite partie de la population bolivienne, constituée des élites politiques et intellectuelles sensibilisées au sort des réfugiés européens. Les échanges avec les populations amérindiennes (80 % de la population totale du pays dans les années quarante), sur lesquelles les nouveaux arrivants portèrent un regard dépréciatif et tinrent un discours d’exclusion, furent elles extrêmement rares et limitées.

4Ainsi, devant l’impossibilité d’une acculturation rapide et la montée d’un sentiment hostile - parfois teinté d’antisémitisme- d’une partie de la population et de la classe politique, les exilés germanophones en Bolivie se replièrent sur un entre-soi reconstitué sur place et durent activer des mécanismes de défense et de (re)construction identitaire qu’ils mirent en place au sein d’espaces interstitiels transnationaux. Ces espaces symboliques furent productifs et nourrirent la vie sociale et culturelle des exilés en offrant des lieux de sociabilité rappelant l’Europe ainsi que de nouvelles figures d’identification, mises en scène lors de soirées théâtrales ou proposées dans un cadre associatif. Dans ce contexte, la dés-identification à l’Allemagne et la question du sionisme devinrent prépondérantes pour les exilés allemands (désignés) juifs. La problématique du lien à l’Allemagne fut également au centre des préoccupations des exilés autrichiens qui mirent en place leurs stratégies de (re)construction identitaire autour de la représentation d’une Autriche idéalisée, culturellement et politiquement indépendante de l’Allemagne.

5Il en fut autrement de l’engagement politique dans l’exil bolivien : comme dans les autres destinations où des opposants au régime national-socialisme trouvèrent refuge, l’exil dit politique se structura en associations partisanes dont les contours oscillèrent au gré des conflits individuels ou collectifs particulièrement virulents en Bolivie, et des évolutions générales des organisations-mères, mais toujours « le regard tourné vers l’Allemagne ». Cet espace de « l’exopolitie » (Stéphane Dufoix) n’était donc pas transnational mais trans-étatique et ne se construisait que dans l’éphémère, avec la perspective d’une rémigration dans une Allemagne libérée que les exilés politiques pensaient pouvoir ré–intégrer sans se poser la question de leur appartenance à cette Allemagne post-national-socialisme.

6Les stratégies identitaires des exilés de langue allemande en Bolivie furent donc mises en place dans un cadre socio-culturel particulier qui ancra dans la durée la crise provoquée par l’exil et définit le cadre et la nature des processus de (re)construction identitaire qui reposaient sur la question du lien à maintenir ou non à l’Allemagne ainsi que sur celle d’un sentiment d’appartenance palliatif à (re)définir, de manière différente, parfois divergente, en fonction du profil des exilés avant la rupture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katell Brestic, « Identités en exil. L’exemple des exilés de langue allemande en Bolivie (1933-1945) », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3531

Haut de page

Auteur

Katell Brestic

katell.brestic@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Haut de page