Navigation – Plan du site
SynThèses

Aristocratie et communautés religieuses aux marges septentrionales du royaume de France (fin IX- début XIIsiècles) : le cas du diocèse de Noyon

Thèse en histoire médiévale, soutenue le 16 juin 2017 à l’Université de Lille (Université de Lille et Université Libre de Bruxelles) sous la direction de Michèle Gaillard et d’Alain Dierkens
Paul Chaffenet

Texte intégral

1Dans le diocèse de Noyon de la fin du IXau début du XIIsiècles, les politiques religieuses épiscopales (en Noyonnais) et comtales (en Vermandois) ont été jusque-là perçues comme continuellement structurées et homogènes. Or, dans l’espace étudié, les rapports entre les aristocrates et les églises s’inscrivent-ils réellement dans des sociétés politiques polarisées par le prince, que ce dernier soit évêque de Noyon, comte de Vermandois ou encore châtelain ? L’étude des comportements ecclésiaux de l’ensemble des aristocraties locales permet une compréhension plus affinée des recompositions des pouvoirs locaux.

2L’enquête a permis d’établir d’une part les évolutions contrastées des politiques religieuses aristocratiques, d’autre part la coexistence de multiples environnements séculiers entretenus par diverses communautés religieuses correctement documentées.

3Jusqu’au milieu du XIsiècle, évêques de Noyon et comtes de Vermandois (Nibelungen puis Herbertides) s’associent progressivement aux églises susceptibles d’assurer leur prestige, mais dans des cadres spatiaux largement restreints à Noyon et Saint-Quentin. En Noyonnais, l’éloignement de l’autorité royale, la disparition du pouvoir comtal (avérée au début du Xsiècle) et l’acquisition de droits comtaux (au début du XI) ont été reconnus comme les principaux facteurs de l’essor de la seigneurie épiscopale. Il convient d’ajouter la marginalisation des aristocraties rurales du pagus Noviomensis (guère impliquées en faveur des églises) et une réorganisation progressive du paysage religieux de la cité épiscopale. Pour ce faire, les évêques contrôlent et dotent le chapitre cathédral et l’abbaye Saint-Éloi de Noyon. Seule la partie orientale du Vermandois est dans un premier temps documentée. Les Nibelungen puis les premiers Herbertiens, engagés dans des jeux politiques étendus au nord de la Francie occidentale, ne se servent pas vraiment de l’abbatiat laïque de Saint-Quentin comme instrument de pouvoir. En revanche, dans la seconde moitié du Xsiècle, le resserrement de l’autorité princière sur le castrum Saint-Quentin et ses abords favorise l’émergence d’une Église comtale vermandisienne : un regain d’intérêt pour la fonction abbatiale saint-quentinienne et la (re)fondation d’abbayes suburbaines (Saint-Quentin-en-L’Île, Saint-Prix) en sont les premières manifestations. L’intégration de l’abbaye bénédictine Notre-Dame-Sainte-Hunégonde d’Homblières (réformée depuis 949) à ce système ecclésial n’est patente qu’à partir des années 980 : après avoir constitué un réseau éclaté de partenaires laïques (jusqu’en Soissonnais et en Laonnois), les moines hombliérois entrent à leur tour dans l’aire d’influence du comte qui devient leur principal bienfaiteur.

4Les liens entre les aristocraties de second rang et les communautés religieuses doivent alors être nuancés. Ni les chanoines du chapitre cathédral de Noyon, ni les moines de Saint-Éloi ne parviennent véritablement à provoquer l’amitié de laïcs issus de la vassalité épiscopale. Les avoueries canoniales et monastiques (liées aux églises précitées) ne sont pas non plus un moyen d’épanouissement des pouvoirs séculiers. En Vermandois, si l’abbaye d’Homblières est devenue un pôle majeur de la géographie sacrée du pouvoir comtal, elle demeure aussi un lieu de multiples sociabilités aristocratiques qui peuvent s’exprimer en dehors du cercle étroit des fidélités princières. La restauration monastique du Mont-Saint-Quentin, portée à bout de bras par le seigneur Robert Ier de Péronne à partir de 1028, participe à l’efflorescence châtelaine en Péronnais. Mais les moines montois sont en quête de leur propre identité et construisent (inventent ?) le souvenir d’une première restauration comtale qui remonterait à la fin du Xsiècle. Ce semblant de discours monastique suggère qu’en Vermandois l’idée d’une politique religieuse comtale homogène est partiellement influencée par des écrits cléricaux qui ordonnent voire idéalisent leur passé ainsi que leur environnement aristocratique.

5Après la décennie 1040, le comte de Vermandois voit sa domination ecclésiale s’effriter. Au tournant des XIe et XIIsiècles, l’extinction de la lignée herbertienne au profit d’une branche capétienne a au nombre de ses effets la redirection des libéralités comtales au profit notamment de moines et de chanoines réguliers qui peuvent être extérieurs au diocèse de Noyon. Certes, dans les années 1100-1120, se produit un retour du pouvoir princier en Péronnais, d’où une attention momentanée envers le Mont-Saint-Quentin et le chapitre Saint-Fursy de Péronne. Il n’empêche que l’atonie de l’Église comtale du Vermandois profite aux évêques de Noyon soucieux de reprendre en main l’ensemble les églises de leur diocèse, par exemple au moyen de chartes de cessions d’autels à un certain nombre d’abbayes et de chapitres. Pourtant, l’épiscopat ne paraît pas en mesure d’influencer durablement les attitudes religieuses de l’aristocratie châtelaine. Les seigneurs de Ribemont, de Chauny et de Thourotte, ou encore les châtelains de Noyon tentent de se forger des horizons ecclésiaux individualisés et à voies multiples. Mais aucun d’entre eux n’érige les destinataires de ses bienfaits en centres religieux privatisés. En dépit du relatif maintien des politiques religieuses épiscopales, il faut constater l’incapacité des évêques à organiser autour de leur personne une ecclesia Noviomensis dictant la spiritualité des élites laïques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chaffenet, « Aristocratie et communautés religieuses aux marges septentrionales du royaume de France (fin IX- début XIIsiècles) : le cas du diocèse de Noyon », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3539

Haut de page