Navigation – Plan du site
SynThèses

Les premiers pas de la raison chez Hegel

Thèse de doctorat en philosophie soutenue le 29 juin 2018 à Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Jean-François Kervegan
Mariana D’Acri Soares

Texte intégral

1L’objectif de la recherche est de suivre le chemin parcouru par Hegel dans l’élaboration de sa conception de la raison dans certains de ses premiers écrits jusqu’à la Phénoménologie de l’esprit et ainsi de bien présenter sa formation dans ses premiers pas. Sur ce chemin, nous nous demandons si la conception de la raison demeure au fond la même.

2Premièrement, nous réalisons une étude génétique, c’est-à-dire que nous analysons ses premiers écrits – dans la période qui va de Stuttgart (1785-1788) jusqu’à Francfort (1800). Nous montrons que Hegel a toujours conçu la raison différemment de l’entendement et que la conception qu’il en a correspond à son idéal de l’unité, l’unité de l’universel et de l’individualité, son idéal de jeunesse. Il la comprenait comme quelque chose de plus grand que l’homme et nous montrons aussi que, pendant cette période, c’était dans la religion que le jeune Hegel saisissait sa réalisation. Notre étude conduit à une compréhension de cet idéal comme un idéal esthético-politique dans la mesure où le jeune Hegel voit dans sa réalisation son projet de reconstruction de la totalité de la vie – y compris les questions politiques, sociales, morales et religieuses – saisie ainsi comme la réalisation de la beauté en tant qu’expérience vécue.

3Ensuite, nous étudions le développement de l’élaboration de cette conception de la raison à Iéna, où Hegel commence à construire son système philosophique. C’est à Iéna que la religion cesse d’être le lieu où la raison peut se réaliser et la philosophie vient occuper cette position.

4L’écrit intitulé La différence entre les systèmes philosophiques de Fichte et Schelling (1801) dans lequel Hegel inaugure cette nouvelle phase de sa pensée est ainsi l’objet de notre deuxième chapitre. Dans ce texte, Hegel fait ses premiers pas dans l’élaboration de la conception de la raison en tant que raison spéculative. Ce chapitre montre comment Hegel y parvient à partir d’une critique de la philosophie de Fichte et, en même temps, d’une appréhension et aussi d’une rupture avec celle de Schelling. Il montre comment Hegel conçoit la philosophie comme l’autoproduction de la raison et comment, dans cette autoproduction, elle engendre l’absolu en tant que l’unité des opposés. La thèse centrale du texte est que cette unité est un mouvement qui sépare et réunifie à la fois. La scission (Entzweiung) dont il parle et qu’il envisage de supprimer (aufheben) va prendre un caractère spéculatif dans ce qu’il appelle la lutte entre l’entendement et la raison.

5Dans le troisième chapitre, nous donnons continuité à l’étude de la formation de la raison spéculative à travers une analyse de la critique de Hegel à la philosophie de Kant présente dans l’article Foi et savoir (1802). Dans cette critique, le dessein de Hegel est de révéler la présence du spéculatif dans la philosophie kantienne et de montrer que, malgré cela, celle-ci ne l’atteint pas, car elle fait de la finitude un absolu. Dans la conclusion de cet article, Hegel analyse le développement historique de la raison quand il parle d’une nouvelle ère de la philosophie qui naît pour unir ce que les philosophies modernes n’ont pas réussi à faire, à savoir réconcilier par le mouvement de la suppression (Aufhebung) l’infini et le fini, l’homme et Dieu.

  • 1 G.W.F HEGEL, Phänomenologie des Geistes, HW 2, p. 194 ; Phénoménologie de l’esprit, trad. B. Bourge (...)

6Le dernier chapitre est consacré à exposer la conception de la raison dans la Phénoménologie de l’esprit (1807). Nous nous concentrons plutôt sur l’exposé de la « raison active » et suivons le chemin parcouru par la conscience de soi dans sa quête de la réalisation vraie de cette raison. Hegel nous montre comment ce trajet est formé par des relations injustes qui, à leur manière, pensent avoir accompli l’unité du Soi et de l’être, de l’universel et de l‘individualité. Ainsi, à la fin de ce chapitre, nous montrons comment Hegel, en dialoguant avec la philosophie pratique de Kant, expose ce qu’il comprend par une action vraiment juste, par une vraie loi morale dans la réalisation de l’unité de la raison dans ce qu’il appelle la « vie d’un peuple »1. Nous voyons ainsi se dessiner une raison intersubjective en tant qu’idéal réalisable. En effet, l’objectif de Hegel ici est de montrer la présence de la « substance éthique » dans l’effectivité, de montrer comment cette substance se réalise de façon vraie dans une action juste de la conscience de soi dans le monde ; une action qui n’est autre que la réalité effective de la raison en tant qu’unité de l’universel et de l’individualité.

7De cette façon, nous pouvons constater que, malgré certains changements, l’assise ontologique de la conception de la raison chez Hegel demeure la même, dans la mesure où celle-ci signifie la réalisation de l’unité de l’individuel et de l’universel soit dans la vie pratique des hommes soit dans la philosophie comme pensée spéculative en quête de la vérité. Elle ne serait plus un idéal esthético-politique, mais plutôt un idéal éthico-politique en tant qu’un idéal réalisable.

Haut de page

Notes

1 G.W.F HEGEL, Phänomenologie des Geistes, HW 2, p. 194 ; Phénoménologie de l’esprit, trad. B. Bourgeois, Paris, Vrin, 2006, p. 323.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariana D’Acri Soares, « Les premiers pas de la raison chez Hegel », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3545

Haut de page

Auteur

Mariana D’Acri Soares

mari.dacri@gmail.com

Haut de page