Navigation – Plan du site
SynThèses

Pratiques citationnelles dans Les derniers jours de l’humanité de Karl Kraus. Enjeux esthétiques et idéologiques du redire

Thèse de doctorat en Études germaniques, sous la direction de Jacques Lajarrige (Université Toulouse-Jean Jaurès), soutenue le 30 novembre 2018 sous la direction de Jacques Lajarrige
Hélène Floréa

Texte intégral

1Les derniers jours de l’humanité (1922) de l’Autrichien Karl Kraus sont le récit de la Première Guerre mondiale, fruit de la faillite morale de la civilisation européenne incarnée par l’Empire habsbourgeois. Ce travail en propose une lecture par le prisme de la citation, envisagée ici comme arme de combat idéologique, principe de composition dramaturgique et parti-pris esthétique. L’hétérogénéité des discours cités, qui représentent environ 20 % du volume de la pièce, a dicté le choix d’une approche interdisciplinaire opérant la synthèse entre narratologie, dialogisme bakhtinien et linguistique énonciative. Cette perspective élargie met en évidence les principes d’écriture suivants : radicale polyphonie, brouillage énonciatif et imbrication mutuelle de la réalité dans la fiction. Parallèlement, l’identification des emprunts citationnels, le traçage des sources et la caractérisation des régimes de ré-énonciation révèlent le fonctionnement autarcique et circulaire de l’économie des discours. Quelles que soient leur nature et leur origine, ceux-ci tendent en effet à fusionner en un discours unique, dont le sujet se voit démis de l’empire qu’il croit exercer sur sa parole au profit d’une normativité qu’il contribue ainsi à édifier et consolider. Il apparaît dès lors que la critique portée par le montage citationnel excède le champ du discours pour embrasser la civilisation moderne dans son ensemble, régie par un double principe de domination et de massification.

2Le premier chapitre théorise et problématise la notion de citation, inféodée à celle de polyphonie. La réflexion s’articule autour des notions d’itération, indissociable de toute communication langagière ; de sujet, dont le dédoublement polyphonique brouille l’identité ; de domination et de pouvoir, envisagés comme les véritables enjeux de toute citation. Le cheminement argumentatif esquisse lentement les contours de la triangulation instaurée par la citation entre citant, cité, citataire.

3Le deuxième chapitre décrit l’économie citationnelle qui préside à l’architecture dramatique des Derniers jours, confrontant la diversité des sources citées à celle des personnages fictionnels citants. La mise en évidence de schémas de ré-énonciation récurrents met ainsi en lumière le partage du travail discursif entre les personnages, c’est-à-dire la mise en littérature du document d’archive.

4Le troisième chapitre explore les mécanismes de convergence des discours, qui abrogent toute individualité au profit d’un collectif illusoire. C’est en effet un système d’itération généralisé que révèle la pièce, dénonçant cette parole vide et sans sujet qu’est la citation. L’action dramatique se déploie ainsi sous la forme d’un re-dire généralisé étonnamment dépourvu de sur-énonciateur. La radicale hétérogénéité énonciative de l’œuvre opère ainsi un déplacement du centre de gravité de la satire dont elle est le support, reléguant au second plan la critique de la presse, qui n’est qu’un maillon de cette chaîne de répétition, et non la source du discours dominant.

5Le quatrième chapitre, enfin, confronte la notion de citation à celle de réalisme, en interrogeant la dimension documentaire de l’œuvre. Est-elle le fait des seules citations ? Celles-ci sont-elles garantes de vraisemblance ? Il apparaît que Les derniers jours sont le lieu d’une forme de réalisme que l’on pourrait appeler réalisme augmenté. Les citations n’ont pas vocation à mettre en archive les événements, mais les discours qui ont été tenus sur lesdits événements, discours certes réels, mais qui relèvent bien souvent de la fiction en cela qu’ils sont en eux-mêmes déjà une mise en scène de la réalité. Ce sont précisément ces artifices discursifs que le montage citationnel a vocation à démasquer.

6Ces quatre chapitres trouvent leur prolongement et leur complément dans le volume d’annexes. Initialement conçues pour alléger le volet descriptif de la thèse et étayer les développements de ses quatre chapitres, elles ont également été pensées à destination des spécialistes de Kraus, notamment des biographes et des critiques généticiens, de sorte qu’elles peuvent être appréhendées indépendamment. Elles synthétisent et compilent sous forme de tableaux simplifiés une partie des données brutes recueillies dans le cadre du repérage citationnel. Elles offrent également un aperçu des textes originaux ayant fourni matière à citation, notamment la poésie de guerre et les encarts publicitaires. Enfin, un corpus réduit de dix scènes, sélectionnées pour la variété des procédés de recomposition fictionnelle, figure visuellement le travail de réécriture opéré par la mise en fiction du matériau citationnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Floréa, « Pratiques citationnelles dans Les derniers jours de l’humanité de Karl Kraus. Enjeux esthétiques et idéologiques du redire », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3554

Haut de page

Auteur

Hélène Floréa

helene.florea@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page