Navigation – Plan du site
SynThèses

Raison, délire et critique. Psychanalyse et critique de la raison chez Adorno et Horkheimer

Thèse de doctorat en philosophie, soutenue le 11 juin 2018 à l’ENS Paris, en cotutelle avec l’Université Goethe de Francfort, sous la direction de Marc Crépon, Axel Honneth et de Gérard Raulet.
Agnès Grivaux

Texte intégral

1La critique de la raison déployée par Theodor W. Adorno et Max Horkheimer à partir des années quarante vise à appréhender des phénomènes politiques et sociaux inédits, autour d’un questionnement directeur : au moment où se déploie une rationalisation sociale croissante, un irrationalisme virulent prépare l’irruption du fascisme en politique et l’adhésion aveugle des masses à un chef. Peut-on interpréter cet irrationalisme indépendamment de la rationalisation sociale ou doit-on supposer que cette dernière a joué un rôle dans le déploiement de l’irrationalisme qu’elle doit désormais combattre ? Si Adorno et Horkheimer questionnent la possible immanence de la déraison et de la raison à l’aide de sources philosophiques (Kant, Hegel, Nietzsche, Lukács) et sociologiques (Weber), notre hypothèse principale soutient qu’ils ne peuvent proposer de réponse sans avoir recours à un autre dispositif théorique, celui de la psychanalyse freudienne. Ils sont ainsi conduits à élaborer un croisement singulier entre critique de la raison et psychanalyse.

2Pour étayer cette hypothèse, nous faisons droit à un motif jusqu’à présent sous-interprété, celui de délire ou de folie de la raison. Ce motif est souvent rapporté à une stratégie rhétorique d’exagération. Nous montrons pourtant qu’une lecture non métaphorique de ce motif est possible et même nécessaire à la compréhension des causes et des symptômes de cette déraison. En effet, cette déraison ne se manifeste pas sous n’importe quelle forme : elle renvoie à la prégnance, au niveau social, de phénomènes psychologiques de l’ordre de la psychose, tels les mécanismes de projection paranoïaque identifiant un groupe à persécuter, les croyances et préjugés délirants, la dépersonnalisation schizophrénique. En outre, l’intrication de ces logiques pulsionnelles, normalement hétérogènes au social, avec des logiques politiques et historiques, fait signe vers des causes qui semblent ne pouvoir être réduites à la seule histoire, mais qui engagent plutôt le rapport entre histoire et nature, société et pulsions.

3Pour justifier cette hypothèse, nous établissons, par une démarche génétique, que ce croisement entre psychanalyse et critique de la raison est au cœur des préoccupations d’Adorno et de Horkheimer dès leurs premiers travaux. Formés par la controverse du psychologisme et la question du rapport entre théorie de la connaissance et psychologie, Adorno et Horkheimer entendent en effet produire une articulation rigoureuse entre ce qui relève du psychologique et ce qui s’en démarque, d’abord dans le champ général de la connaissance, puis dans ce champ particulier qu’est la théorie sociale matérialiste. Ils affirment alors la nécessité d’un usage circonscrit de la psychologie, qui ne contredit pas la démarche matérialiste : la psychanalyse, qui a pour objet les pulsions inconscientes, permet de prendre en charge les phénomènes sociaux liés à l’importance croissante du psychisme individuel, autrement incompréhensibles.

4Une fois établie la plausibilité du croisement entre psychanalyse et théorie de la connaissance, reste à préciser le sens non métaphorique du délire de la raison. Une étude micrologique de la Dialectique de la raison est établie. Le délire de la raison nomme la déraison sociale qui, malgré la rationalisation, peut mener au déploiement d’une paranoïa collective, instrumentalisée par les tenants d’une politique fasciste à des fins d’extermination. Cette déraison découle d’une contradiction inhérente à la logique structurant la société. Trouvant son origine dans un affect, la terreur face à la surpuissance de la nature, qu’elle symbolise pour le dominer, cette logique vise à s’émanciper de la nature pour permettre la conservation de soi, alors même que cette conservation constitue une fin naturelle par excellence. Cette contradiction se poursuit dans l’individu, forcé de réprimer sa nature pulsionnelle pour survivre. Elle aboutit à une aporie : les sociétés qui se donnent comme finalité première la conservation de soi sont précaires en ce qu’elles semblent structurellement incapables de satisfaire les besoins de chacun de ses membres et qu’elles répriment leurs pulsions.

5Nous montrons alors comment le croisement entre psychanalyse et critique de la raison éclaire les moyens par lesquels contrer ce délire de la raison. En déplaçant de manière critique les concepts psychanalytiques hors de leur champ, un autre concept de raison peut être développé, susceptible d’accueillir la dimension naturelle de l’existence sans la dominer ou la réprimer. Ce concept met en avant l’expressivité, l’imagination, le principe de plaisir dans la pensée. Il est décisif pour le déploiement d’approches critiques et utopiques du social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Grivaux, « Raison, délire et critique. Psychanalyse et critique de la raison chez Adorno et Horkheimer », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3561

Haut de page

Auteur

Agnès Grivaux

agnes.grivaux@univ-nantes.fr

Haut de page