Navigation – Plan du site
SynThèses

Au-delà du Sonderweg. L’historiographie de la République fédérale d’Allemagne entre l’historisme et les sciences sociales (1949–1989)

Thèse de Doctorat en études germaniques, soutenue le 21 avril 2018 à Sorbonne Université sous la direction de Gérard Raulet
Benjamin Pinhas

Texte intégral

1Cette thèse analyse l’évolution de l’historiographie de la République fédérale d’Allemagne et, plus particulièrement, l’affirmation de la nouvelle histoire sociale à la lumière du rapport complexe que les historiens ouest-allemands ont entretenu avec l’historisme et la tradition historique allemande. On s’efforce de montrer dans quelle mesure les réorientations méthodologiques sont allées de pair avec l’émergence de nouvelles interprétations de l’histoire nationale et des singularités de son évolution politique et sociale jusqu’au national-socialisme. On porte également une attention particulière au problème de la continuité de l’historiographie allemande entre la République de Weimar et la République fédérale d’Allemagne.

2C’est pourquoi la première partie de cette étude examine l’influence que Hans Rosenberg (1904–1988) et Eckart Kehr (1902–1933), qui avaient rompu dès la fin de la République de Weimar avec l’histoire des idées pratiquée par Friedrich Meinecke (1862–1954), ont exercée sur les historiens ouest-allemands dans les années 1960. En effet, l’œuvre historiographique de Hans Rosenberg a occupé une importance stratégique dans la mesure où elle associait une entreprise de réinterprétation critique de l’histoire allemande-prussienne à l’introduction de méthodes d’analyse empruntées aux sciences sociales et économiques. Or, les principaux modèles d’interprétation auxquels Rosenberg eut recours pour mener à bien son interprétation critique de l’histoire prussienne et qu’il a approfondis au cours de son exil aux États-Unis étaient en réalité déjà présents dans les travaux qu’il avait rédigés à l’époque de la crise finale de la République de Weimar. La comparaison avec les articles du juriste Ernst Fraenkel (1898–1975) et ceux de l’historien Eckart Kehr est, à cet égard, éclairante : tous les trois collaborèrent à la revue théorique de la social-démocratie Die Gesellschaft et cherchèrent, dans le contexte des cabinets présidentiels et de la désintégration du parlementarisme, à mettre en évidence les origines politiques et sociales de la crise institutionnelle de la République de Weimar. Les trois intellectuels partageaient l’idée selon laquelle l’autonomisation de la bureaucratie et l’illusion d’un pouvoir neutre soustrait à l’influence des partis et des intérêts particuliers, qui caractérisaient selon eux la crise institutionnelle de Weimar, trouvaient leur origine dans l’histoire politique et sociale de l’État prussien.

3La seconde partie analyse le rôle que l’histoire structurelle a joué dans la transformation de l’historiographie allemande après la Seconde Guerre mondiale et dans la genèse de la nouvelle histoire sociale. On s’efforce de montrer que l’histoire structurelle [Strukturgeschichte], dont Theodor Schieder (1908–1984) et Werner Conze (1910–1986) furent les représentants les plus notables, ne rompait pas avec l’historisme d’une manière aussi radicale et polémique que le faisaient Rosenberg et Kehr. La volonté de transformer progressivement l’historisme, et non de rompre avec cette tradition, coïncide, chez Theodor Schieder, avec une interprétation de l’histoire allemande qui était, dans le contexte politique et intellectuel de la RFA des années 1950 et 1960, beaucoup plus consensuelle que celle de Rosenberg. Conze et Schieder poursuivent la tradition de l’historisme allemand lorsqu’ils défendent le principe national comme un élément constitutif de la modernité politique et sociale et lorsqu’ils prêtent au problème des nationalités une importance cruciale dans leur interprétation de l’histoire européenne contemporaine.

4La troisième partie étudie les défis méthodologiques et idéologiques auxquels la nouvelle histoire sociale critique, qui émergea dans les années 1960 sous l’impulsion décisive de Hans-Ulrich Wehler (1931–2014), dut faire face. Wehler reçut l’enseignement de Theodor Schieder, dont il fut l’étudiant à l’université de Cologne, mais il fut également très fortement influencé par Hans Rosenberg, avec qui il entretint des rapports étroits. La « science sociale historique », que Wehler concevait comme une science d’intégration, fut toutefois rapidement soumise à la concurrence qu’exercèrent les nouvelles formes d’histoire culturelle, qu’il s’agisse de l’histoire du quotidien qui prit son essor à partir de la seconde moitié des années 1970 ou des recherches influencées par le poststructuralisme français ou par les Cultural Studies britanniques : la concurrence entre ces deux orientations disciplinaires a conduit, au cours de la décennie 1980, à une réflexion nouvelle sur les singularités de l’histoire allemande et à la remise en question de la valeur heuristique du Sonderweg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Pinhas, « Au-delà du Sonderweg. L’historiographie de la République fédérale d’Allemagne entre l’historisme et les sciences sociales (1949–1989) », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3589

Haut de page