Navigation – Plan du site
SynThèses

Togo allemand – Dahomey français. Les relations transcoloniales à l’apogée de l’impérialisme européen

Thèse de doctorat en civilisation allemande, soutenue le 27 novembre 2017 à l’université Aix-Marseille et Universität Tübingen sous la direction de Nicole Colin-Umlauf
Isabell Scheele

Texte intégral

1La thèse s’inscrit dans le champ de recherche actuel sur les relations entre les puissances européennes dans les espaces coloniaux et cherche à remédier au déficit d’études croisées franco-allemandes sur la colonisation. En examinant les relations transcoloniales à l’exemple du Togo allemand et du Dahomey français pendant la période coloniale allemande (1884-1914), ce travail porte la focale sur les processus d’échanges ainsi que sur les perceptions et appréciations des acteurs allemands et français (fonctionnaires coloniaux, militaires, représentants des maisons de commerce, missionnaires, « indigènes »). La constellation des acteurs inclut d’autre part des représentants de l’État et de la société civile, situés dans l’Empire allemand et dans la Troisième République.

2Le corpus d’archives (issu de l’administration et des sociétés de mission) est complété par des sources éditées et par des ego-documents imprimés et non-imprimés d’origine diverse : des travaux de recherche et des écrits de diffusion scientifique (y compris des rapports d’expédition et de voyage) ainsi que des articles de presse. Ce corpus est composé à moitié de sources allemandes et françaises (ainsi que de sources africaines et britanniques). Cette composition franco-allemande justifie, parmi d’autres méthodes auxquelles l’étude a recours, l’approche de l’histoire croisée et des transferts.

3L’étude se compose de trois grandes parties, qui maintiennent tout du long une perspective transcoloniale. La première partie traite du partage de l’espace et de la délimitation frontalière, un processus qui a été marqué par différents conflits. L’idéologie coloniale a donné naissance à un impératif d’appropriation territoriale ainsi qu’aux étapes successives de la prise de possession allemande et à la mise en place du protectorat du Togo, d’abord dans la région côtière, puis dans l’arrière-pays. Dans ce processus de partage de l’espace sont intervenus les acteurs étatiques sur le terrain (sans oublier les « indigènes »), les gouvernements et autorités au sein de l’Empire allemand et de la France, ainsi que, entre ces deux camps, les partisans de la colonisation et de l’impérialisme, issus de la société civile. La deuxième partie est fondée sur une perspective comparatiste. Elle est consacrée à la mise sur pied des structures étatiques (administration, armée/ police, justice/ droit, douanes) et infrastructurelles ainsi qu’aux activités des sociétés missionnaires au Togo et au Dahomey. La troisième partie procède de nouveau à un changement de perspective. Elle examine les conflits militaires survenus dans la région étudiée (peu nombreux et marginaux avant 1914). Les deux premiers chapitres de cette partie sont consacrés à deux conflits des années 1890 : la guerre française contre le royaume « indigène » du Danxomé et un conflit franco-allemand. Dans ces deux affaires, les deux partis en présence, notamment les gouvernements à Berlin et à Paris, ont cherché à désamorcer le conflit. Le deuxième conflit autour de la guerre contre le Danxomé permet d’illustrer l’attitude active des « indigènes », également problématisée à d’autres endroits de l’étude. L’exemple du Danxomé met en lumière la stratégie poursuivie par ce royaume, visant à instrumentaliser les rivalités franco-allemandes. Le dernier chapitre de cette troisième partie retrace la défaite allemande au Togo, trois semaines après le début des hostilités de la Première Guerre mondiale. La rapide défaite allemande est due à des erreurs tactiques et à un soutien manquant du côté de la population ; les soldats « indigènes » par exemple ont massivement déserté.

4Le travail de thèse cherche notamment à mettre en évidence deux points : premièrement, les raisons d’un développement plus lent au Togo qu’au Dahomey ; deuxièmement, les avis et les jugements concernant ce retard, qui a été souvent et durement critiqué par les acteurs allemands. Il apparaît clairement que le Togo n’était en aucun cas une « colonie modèle », contrairement à l’étiquette dont on l’a affublée pendant et après la période coloniale. Cette incohérence est notamment liée au sous-financement du Togo par le Reich et aux priorités de ce dernier : les colonies étaient censées en très grande partie subvenir elles-mêmes à leur financement.

5Sur le terrain, les relations franco-allemandes étaient certes empreintes de cordialité, jonchées de coopération et valorisées par l’impératif de la solidarité entre Blancs. Il n’en reste pas moins que les colonisateurs allemands et français se percevaient les uns les autres comme des rivaux. À Berlin et à Paris, la prévention d’un conflit franco-allemand en Afrique a, du moins avant les crises du Maroc (1905 et 1911), été érigé en priorité, ce qui a freiné les rivalités locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabell Scheele, « Togo allemand – Dahomey français. Les relations transcoloniales à l’apogée de l’impérialisme européen », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3601

Haut de page

Auteur

Isabell Scheele

isabell.scheele@gmail.com

Haut de page