Navigation – Plan du site
SynThèses

Les relations cinématographiques entre la France et la RDA : entre camaraderie et exotisme (1946-1992)

Thèse en histoire du cinéma menée sous la direction de Sylvie Lindeperg et de Matthias Steinle à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, soutenue le 22 mai 2018 à l’INHA
Perrine Val

Texte intégral

  • 1 Skyler Arndt-Briggs, Barton Byg, Andy Räder, Evan Torner et Michael Wedel (dir.), DEFA Internationa (...)

1En 2019, nous commémorerons le trentième anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Si la disparition de la RDA a entraîné avec elle la dissolution de la DEFA (Deutsche Filmaktiengesellschaft, la société étatisée de production et de distribution du cinéma en RDA), le cinéma est-allemand retient jusqu’à aujourd’hui l’intérêt de cinéphiles et de chercheurs allemands autant qu’étrangers. Depuis le développement de l’approche transnationale en histoire du cinéma, la DEFA bénéficie de nouveaux éclairages mettant en avant la pluralité de ses liens avec des cinématographies étrangères, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest1. Le modèle de normalisation qui en découle permet de briser l’isolement du cinéma est-allemand en le réinscrivant dans une histoire européenne du cinéma. L’étude des relations cinématographiques entre la RDA et la France a ainsi pour point de départ la circulation réelle bien que méconnue de films et de professionnels entre les deux pays, de 1946 à 1992 (dates de création et de dissolution de la DEFA).

  • 2 Les Aventures de Till l’Espiègle/Die Abenteuer des Till Eulenspiegel (Gérard Philipe, 1956), Les So (...)
  • 3 Derrière le Mur (Jacqueline Meppiel, Mario Marret, 1967) et Vivre en paix - RDA 1974 (Daniel Karlin (...)

2Cette thèse met en lumière la manière dont le cinéma constitua un espace de rencontre entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide. Initiés dès l’immédiat après-guerre par des professionnels du cinéma portés par un même esprit de camaraderie communiste, les échanges de films entre la France et la RDA se heurtent rapidement à l’actualité géopolitique et notamment à l’absence de liens diplomatiques officiels entre les deux États. Grâce à plusieurs figures de passeurs (telles que le documentariste Joris Ivens, l’actrice Simone Signoret ou les scénaristes Jeanne et Kurt Stern), des collaborations singulières aboutissent néanmoins, comme la réalisation de coproductions2, la diffusion de films de la DEFA au festival de Cannes et dans les ciné-clubs français ainsi que la participation régulière de Français au festival de Leipzig. Les relations cinématographiques franco-est-allemandes dépassent souvent le cadre binational et s’étendent à d’autres horizons. La Chine de Mao et la guerre d’Algérie constituent ainsi des espaces où se croisent les regards des cinéastes français et est-allemands. Si la France et son histoire inspirent plusieurs films à la DEFA, seuls deux documentaires français s’intéressent à la RDA, avant et après Mai 19683. Ce déséquilibre s’accentue encore à partir des années 1970. La reconnaissance officielle de la RDA par la France en 1973 s’accompagne de l’institutionnalisation des relations cinématographiques, qui simplifie la circulation des films de part et d’autre du Rideau de fer en même temps qu’elle en accroît l’asymétrie. Ce n’est qu’après la chute du Mur que la France s’intéressera davantage au sort de l’ex-RDA, en produisant plusieurs films sur l’après-1989 et en mettant la DEFA à l’honneur dans le cadre de rétrospectives.

  • 4 Benedict Anderson, Imagined communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, Londr (...)
  • 5 Der Krieg der Mumien/La Guerre des Momies (1974), Ich war, ich bin, ich werde sein/J’étais, je suis (...)

3L’exploration des relations de la DEFA avec la France démontre le rôle identitaire assigné au cinéma en RDA et la manière dont cinéma et nation s’inter-définissent. La perspective transnationale souligne le lien fort entre la capacité du cinéma à représenter les mythes nationaux et la nation envisagée comme une « communauté imaginée »4. Tout au long de ses contacts avec la France, la DEFA alterne entre revendication de l’identité antifasciste de la RDA et repli sur soi. La France apparaît simultanément comme un lieu de reconnaissance potentiel et d’accès à une plus grande légitimité sur la scène internationale, mais également comme la menace d’une ignorance de l’identité nationale est-allemande. Force est de constater que les plus grands succès rencontrés par des films de la DEFA en France le furent précisément en raison de la non-prise en compte de leur nationalité. Sterne/Zwezdy/Étoiles (Konrad Wolf, RDA-Bulgarie, 1959), Die gefrorenen Blitze/Et l’Angleterre sera détruite (János Veiczi, 1967) et le cycle chilien du Studio H&S5 en constituent autant d’exemples. Respectivement considérés comme bulgare, français (ou européen) et chilien, ces films est-allemands sont ceux qui rencontrèrent le plus d’écho auprès des spectateurs français, mais aussi ceux dont la provenance fut toujours floue. Cette absence de reconnaissance de l’identité est-allemande en France perdure jusqu’en 1989. La RDA persiste pourtant dans sa volonté de se démarquer de la RFA en faisant fi des déséquilibres flagrants dans son rapport à la France et en cherchant à se placer sur un même pied d’égalité. Ironie de l’Histoire, cette reconnaissance n’arrivera qu’après la chute du Mur. Redécouverte à partir des singularités qui caractérisent sa production (les Märchenfilme, les Stacheltierfilme et les Kaninchenfilme notamment), la DEFA bénéficie aujourd’hui en France d’une visibilité certes réduite, mais néanmoins à souligner. Davantage considérée comme une parenthèse dans l’histoire du cinéma allemand, la DEFA est parfois encore perçue à travers le filtre de ses différences plutôt qu’à travers celui de ses similitudes avec les autres cinématographies européennes.

Haut de page

Notes

1 Skyler Arndt-Briggs, Barton Byg, Andy Räder, Evan Torner et Michael Wedel (dir.), DEFA International. Grenzüberschreitende Filmbeziehungen vor und nach dem Mauerbau, Wiesbaden, Vs Verlag, 2012.

2 Les Aventures de Till l’Espiègle/Die Abenteuer des Till Eulenspiegel (Gérard Philipe, 1956), Les Sorcières de Salem/Die Hexen von Salem (Raymond Rouleau, 1957), Les Misérables/Die Elenden (Jean-Paul Le Chanois, 1957-1958) et Les Arrivistes/Trübe Wasser (Louis Daquin, 1960).

3 Derrière le Mur (Jacqueline Meppiel, Mario Marret, 1967) et Vivre en paix - RDA 1974 (Daniel Karlin, 1974).

4 Benedict Anderson, Imagined communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, Londres, New-York, Verso, 2006.

5 Der Krieg der Mumien/La Guerre des Momies (1974), Ich war, ich bin, ich werde sein/J’étais, je suis, je serai (1974), El Golpe Blanco/Le coup d’État blanc (1975) et Eine Minute Dunkel macht uns nicht blind/Une minute d’obscurité ne nous aveugle pas (1976).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Val, « Les relations cinématographiques entre la France et la RDA : entre camaraderie et exotisme (1946-1992) », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3622

Haut de page

Auteur

Perrine Val

perrineval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page