Navigation – Plan du site
SynThèses

La notion de simplicité comme concept de création dans la musique contemporaine en Allemagne : positionnement entre source et légitimation

Thèse en Musicologie, soutenue le 05/12/2016 à Sorbonne Université sous la direction de Marc Battier
Viviane Waschbüsch

Texte intégral

1La notion de simplicité comme concept de création dans la musique contemporaine du XXe et XXIe siècle en Allemagne et le positionnement de cette notion entre sources primaires et légitimations artistiques est un sujet fort complexe, qui a été repensé dans cette thèse en se démarquant des nombreux articles journalistiques qui ont été publiés sur la « Nouvelle Simplicité » allemande.

2Cette thèse propose une approche transversale entre différentes disciplines : musicologie historique, musicologie analytique (analyse des œuvres et génétique de l’œuvre) et sociologie des arts (analyse socio-économique et analyse sociologique de la trajectoire de l’œuvre). Les compositeurs de la « Nouvelle Simplicité » sont à l’origine d’un courant compositionnel très large réintégrant les formes musicales traditionnelles dans une interprétation nouvelle, réactivant la fonction de la polarité des consonances et des dissonances et de la tonalité dans la musique contemporaine. La notion de « simplicité » et les idées qui ont émergé de ce concept ont ainsi été un catalyseur qui a participé à l’établissement de la postmodernité musicale en Allemagne.

3La question de savoir si la notion de « simplicité » a été un concept de création et a réellement existé a pu être clarifiée par la découverte du premier manifeste de cette génération datant de 1976 et signé par H.-J. von Bose, W. Rihm et D. Müller-Siemens. Le deuxième texte paru dans Neue Zeitschrift für Musik en 1979 peut être interprété comme le deuxième manifeste de cette génération. Enfin, s’ajoute, en 1981, l’ouvrage d’Otto Kolleritsch, qui contient les textes de W. Rihm et M. Trojahn, mais aucun autre compositeur de cette génération n’est invité à écrire un article.

4Les jeunes compositeurs vont communiquer entre eux afin de travailler et faire évoluer leur concept esthétique et musical. Ces idées communes, concernant notamment la notion du concept de création artistique en lien avec la « simplicité », vont non seulement aboutir à des œuvres en référence les unes aux autres mais également à une nouvelle stylistique de cette génération qui va chercher à se distinguer de l’avant-garde des années 1970. Ces œuvres ont toutes en commun qu’elles s’interrogent sur la réalisation d’une forme musicale historique et que chaque compositeur apporte une réponse esthétique et formelle différente à cette question dans ses œuvres. Cette récurrence des mêmes sujets a permis de mettre en évidence un lien esthétique entre les œuvres et surtout un courant musical commun qu’il fallait catégoriser. Les théories concernant la postmodernité musicale du musicologue C-S. Mahnkopf et ses quatre catégories de la postmodernité musicale ont été prises en compte ici : la postmodernité polystylistique, ironique, hybride et transparente.

5Grâce à ces catégories, la réalisation musicale de la notion de « simplicité » a pu être repensée et replacée dans un contexte plus large qui est celui de la postmodernité musicale. Les idées communes des trois signataires du premier manifeste ont finalement abouti à un courant musical plus vaste, que l’on peut caractériser de première postmodernité allemande. Ce courant généré tout d’abord par le « groupe des trois », composé de trois membres de la génération de la « Nouvelle Simplicité » (H-J. von Bose, D. Müller-Siemens et W. Rihm), et le « groupe des six », composé de six membres de la génération de la « Nouvelle Simplicité » (H-J. von Bose, H-Chr. von Dadelsen, D. Müller-Siemens, W. Rihm, W. von Schweinitz et M. Trojahn), a eu une forte influence musicale et sociétale.

6Toutefois, la génération de la « Nouvelle Simplicité » et ses idées et concepts a rapidement disparu avec la chute du mur de Berlin et les changements culturels et politiques induits par ce bouleversement. D’autres facteurs ont joué un rôle dans la dissolution du groupe de compositeurs, comme l’éloignement géographique des protagonistes en raison des différents postes qu’ils ont occupés. De plus, de nombreux préceptes énoncés par la génération de la « Nouvelle Simplicité » avaient été réalisés musicalement au fur et à mesure, comme le consensus du rapport consonance – dissonance et la réintégration d’harmonie tonales dans le langage musical contemporain. Il n’y avait à partir du début des années 1990 plus d’idées communes à défendre. En outre, les évolutions politiques et la création d’une nouvelle Akademie der Künste Berlin, qui fusionnait en fait l’Akademie der Künste Berlin est et ouest a finalement contribué à la dissolution des idées communes de la génération de la « Nouvelle Simplicité » et a conduit à des prises de position opposées entre deux des signataires du premier manifeste de cette génération de compositeurs : W. Rihm n’a pas participé au débat et H-J. von Bose s’est retiré de l’Akademie der Künste Berlin en même temps que plusieurs autres artistes tels que G. Ligeti et G. Baselitz. Ceci marque la définitive de la collaboration de cette génération de compositeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviane Waschbüsch, « La notion de simplicité comme concept de création dans la musique contemporaine en Allemagne : positionnement entre source et légitimation », Trajectoires [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/3627

Haut de page

Auteur

Viviane Waschbüsch

vwaschbuesch@gmail.com

Haut de page