Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesConcevoir l’historicité. L’histoi...

SynThèses

Concevoir l’historicité. L’histoire et les différentes formes de temporalité chez Hegel et Schelling

Thèse de doctorat en philosophie soutenue le 4 juin 2019 à Sorbonne Université sous la direction d’Emmanuel Cattin
Raphaël Authier

Texte intégral

1L’objectif de ce travail a été de préciser la manière dont Hegel et Schelling comprennent l’histoire à partir d’une interrogation ontologique sur les différentes formes de temporalité. L’histoire (entendue comme Geschichte et non comme Historie, comme res gestae et non comme historia rerum gestarum) ne semble pouvoir être adéquatement décrite qu’à condition de la confronter au moins au temps naturel, voire à l’ensemble des temporalités possibles. Il ne s’est donc pas agi d’étudier les thèses interprétatives que Hegel et Schelling ont pu défendre dans la perspective d’un examen de l’histoire du monde telle qu’elle a eu lieu, mais de préciser leur définition et leur usage du concept d’histoire. C’est l’historicité, le caractère de ce qui est historique, et la manière dont elle est expliquée qui ont constitué l’objet de notre recherche. La différence est à la fois une différence d’extension (puisque l’historicité de la conscience ou celle de l’absolu jouent un rôle au moins aussi important que celle des sociétés) et une différence de compréhension (puisque la caractérisation de l’historicité en général est plus large que la caractérisation de l’historicité des sociétés organisées sur une grande échelle).

2Nous sommes partis d’une analyse visant à déterminer la ou les définitions du concept d’histoire dans le corpus hégélien et schellingien. Deux volets se sont distingués chez Hegel : la Phénoménologie de l’esprit, d’une part, qui propose une série de définitions successives du terme d’histoire, tout au long du parcours de la conscience, et les textes consacrés à l’esprit objectif d’autre part, dans l’Encyclopédie des sciences philosophiques, les Principes de la philosophie du droit et les Leçons sur la philosophie de l’histoire. Ils permettent de définir l’histoire comme un mouvement d’évolution (de la conscience en particulier ou de l’esprit en général), et de la définir comme l’évolution propre à certaines sociétés dotées de caractéristiques spécifiques (l’existence d’un État, la présence d’une historiographie). Chez Schelling, il est possible de distinguer trois grands ensembles : les textes où se fait nettement sentir l’influence des écrits kantiens sur l’histoire et où domine l’idée que l’histoire serait à la philosophie pratique ce que la nature est à la philosophie théorique (de 1797 à 1802), les textes où Schelling abandonne progressivement la perspective pratique kantienne concernant l’histoire, pour définir uniquement celle-ci comme le mouvement de révélation de l’absolu (de 1803 à 1815) et ceux de la « dernière philosophie », où il définit l’histoire comme un mode de temporalité particulier qu’il s’agit de comprendre par distinction d’un niveau relativement préhistorique et d’un niveau absolument préhistorique (de la fin des années 1810 aux années 1850).

3Cette première direction de recherche nous a paru buter dans les deux cas sur le problème du rapport entre l’histoire (conçue comme un certain type d’évolution) et le temps. Dans une deuxième partie, il a donc fallu analyser trois types de temporalité différents : premièrement, la temporalité naturelle (celle des processus physiques et biologiques observables dans la nature), deuxièmement, la temporalité de la conscience subjective finie et, troisièmement, ce qu’on pourrait appeler temporalité pure ou temporalité absolue (qui correspond, chez Schelling, à l’idée d’une temporalité logique qui constituerait en quelque sorte le noyau ou le fondement ontologique des autres formes de temporalité et, chez Hegel, d’un côté, à la question de savoir quels instruments la Science de la logique nous offre pour comprendre la temporalité et, d’un autre côté, à la question de savoir de quelle façon la temporalité affecte encore les niveaux les plus élevés de l’esprit, à savoir la religion et la pensée philosophique). L’un des points de tension les plus intéressants se trouve dans le constat suivant : autant Hegel tend à opposer nettement le temps (rapporté à la nature) et l’histoire (rapportée à l’esprit), à tel point qu’il refuse l’idée d’une « histoire de la nature », autant Schelling refuse cette répartition des rôles et tente de comprendre que la temporalité et l’historicité se distribuent dans tous les phénomènes, aussi bien naturels que spirituels (c’est-à-dire qu’on pourrait concevoir une historicité de la nature tout autant qu’une temporalité de l’esprit).

4Une fois déployés les résultats de cette analyse des différentes formes de temporalité, la troisième partie de la thèse a tenté de revenir sur la question de l’historicité, afin de reposer plus précisément la question de départ, de souligner le rôle essentiel que cette question de l’historicité a joué pour l’architecture interne des systèmes idéalistes et pour la postérité de leur pensée et, enfin, de souligner l’enjeu posé par ce corpus pour la définition contemporaine du concept d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Authier, « Concevoir l’historicité. L’histoire et les différentes formes de temporalité chez Hegel et Schelling »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4861

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search