Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesContinuités et divergences dans l...

SynThèses

Continuités et divergences dans la presse clandestine de résistants allemands et autrichiens en France pendant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple des réseaux du KPD, du KPÖ, des Revolutionäre Kommunisten et des trotskystes

Thèse de doctorat en études germaniques à l’Université Bordeaux Montaigne soutenue le 10 décembre 2018 sous la direction de Hélène Camarade
Cécile Denis

Texte intégral

1La résistance germanophone en France demeure méconnue, souvent réduite à l’échelle individuelle ou à un simple travail de renseignements effectué au bénéfice de la résistance française. Les recherches présentées dans cette thèse ont permis de mettre au jour les identités de près de 500 résistants “allemands” et “autrichiens” – alors que leur objectif était précisément de demeurer clandestins en officiant sous de fausses identités – et de recenser 17 journaux et 192 tracts qu’ils ont produits. La démarche utilisée dans le présent travail pour analyser ces informations se situe au croisement de différentes méthodologies, oscillant entre une approche sociologique centrée sur les acteurs (la prosopographie), l’analyse des conditions concrètes et matérielles pour la production de tracts et de journaux (les periodical studies) et l’analyse du discours.

2Contrairement à ce qu’affirmait l’historiographie est-allemande depuis les années 1970, l’étude de la presse clandestine et de ses auteurs révèle que cette résistance n’est pas uniquement l’œuvre de militants des partis communistes. Trois types de réseaux sont actifs : les organisations émanant des partis communistes alignées sur la ligne de Moscou – comme le Travail Allemand (TA) ou le Comité Allemagne libre pour l’Ouest (CALPO) pour ne citer que les plus connues –, les Revolutionäre Kommunisten (RK) et les trotskystes. Cette thèse présente les rapports et les relations de ces groupes avec les réseaux français. Elle réévalue notamment le rôle particulier des ressortissants autrichiens et des groupes de gauche non alignés sur la politique de la IIIe Internationale.

3Une première partie examine les productions de groupes initiés par les partis communistes. De 1941 à 1943, le Travail Allemand (TA) vise à restructurer les réseaux démantelés en 1939. À partir de 1943, les militants sont regroupés en fonction de leur nationalité dans de nouvelles organisations, le Comité Allemagne Libre pour l’Ouest (CALPO) et le Front autrichien de la Liberté (ÖFF), dont les objectifs consistent non pas à réaliser des projets nationaux – comme le choix de leur appellation pourrait le laisser penser – mais plutôt à étendre l’influence soviétique dans les États après la guerre.

4La deuxième partie est dédiée aux Revolutionäre Kommunisten (RK) qui, à l’origine, sont des communistes conseillistes autrichiens dénonçant toutes les autres forces politiques en présence. Notre travail dresse un portrait précis et inédit de ce groupe et de ses évolutions théoriques de 1935 à 1944.

5Une troisième partie est consacrée à l’étude de groupes trotskystes qui souhaitent concurrencer les organisations des communistes, mais qui ne disposent pas de moyens logistiques et matériels pour y parvenir. En outre, le réseau trotskyste germanophone – actif en France durant une année de juillet 1943 à juillet 1944 – est contraint d’arrêter brutalement ses productions suite à une vague d’arrestations.

6À l’origine, les trois réseaux participent d’une même logique en s’appuyant sur la pensée marxiste et en préconisant la fraternisation avec les soldats de l’armée d’occupation. Pour chacun d’eux, les messages transmis visent à définir le positionnement du groupe, à affirmer son existence et à recruter de nouveaux militants. Ainsi, les destinataires de ces textes ne sont pas uniquement les sympathisants potentiels parmi les soldats de la Wehrmacht, mais également les services de répression, les autres groupes de résistants et, enfin, les Alliés, à la fin du conflit. En dépit de ces similitudes, les trois groupes mènent des existences parallèles, voire entrent en concurrence. Cette rivalité résulte d’objectifs politiques antinomiques : tandis que les communistes cherchent à renverser le régime nazi pour rétablir les structures étatiques traditionnelles et accroître l’influence soviétique en Europe occidentale, les RK et les trotskystes étendent les enjeux de leur engagement à la lutte contre le “capitalisme”. Pour eux, l’issue de la Seconde Guerre mondiale entraînera inévitablement le soulèvement des peuples européens. La mission des RK et des trotskystes consiste alors à accompagner ces dynamiques révolutionnaires dans le but de détruire tous les fondements de la société traditionnelle – sur un plan économique mais aussi social. Ce point de bascule implique de penser une nouvelle société, de redéfinir son fonctionnement en questionnant des concepts tels que la démocratie, l’État ou encore la place et le rôle de ses membres – notamment des femmes et des enfants.

7Enfin, la vocation de cette thèse consiste également à constituer une base de données pour des recherches ultérieures et certains thèmes évoqués ici de manière transversale : la présence des femmes et des victimes de persécutions raciales au sein de la résistance ou encore l’iconographie de la presse clandestine, par exemple, pourront faire l’objet de développements plus spécifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Denis, « Continuités et divergences dans la presse clandestine de résistants allemands et autrichiens en France pendant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple des réseaux du KPD, du KPÖ, des Revolutionäre Kommunisten et des trotskystes »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4886

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search