Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesRéenchanter le monde ? Formes et ...

SynThèses

Réenchanter le monde ? Formes et enjeux poétologiques du surnaturel dans le roman français contemporain. Antoine Volodine, Sylvie Germain, Alain Fleischer, Marie NDiaye, Christian Garcin

Thèse de doctorat, Romanische Philologie – Lettres modernes, Universität Regensburg – Université Paris Nanterre, le 07 octobre 2019
Anne-Sophie Donnarieix

Texte intégral

1La thèse de doctorat porte sur les résurgences du surnaturel dans le roman français depuis les années 1980. Prenant le contre-pied d’une époque tournée vers des idéaux scientifique, rationaliste et positiviste, le merveilleux et l’irrationnel s’invitent dans de nombreux textes fictionnels et problématisent par leur présence anachronique et déconcertante les modalités de notre rapport au monde. Louvoyant en outre entre les genres traditionnels du merveilleux, du fantastique ou du réalisme magique, ces incidences surnaturelles réactivent un héritage littéraire certain tout en le subvertissant, invitant ainsi à repenser la pertinence d’outils théoriques qui peinent à appréhender la singularité des écritures contemporaines. À la lecture des romans d’Antoine Volodine, de Sylvie Germain, d’Alain Fleischer, de Marie NDiaye et de Christian Garcin, le travail poursuit un double objectif : mettre en valeur la spécificité des formes du surnaturel contemporain, et comprendre les enjeux pluriels et complexes auxquels il répond.

2Le travail est structuré en quatre parties. La première, guidée par une approche théorique et méthodologique, entreprend de définir plus avant le surnaturel comme outil analytique, en construisant notamment sa définition autour du concept sociologique de « cadre de référence » (Erving Goffman) et en revenant sur les catégories génériques qui l’ont le plus exploité au fil de l’histoire littéraire. Les résurgences contemporaines du surnaturel sont ensuite replacées dans un contexte sociohistorique fortement marqué par le processus de « désenchantement du monde » (Max Weber, Marcel Gauchet) qui, s’il contribue à reléguer les domaines du religieux et de la magie à des catégories de second rang, s’accompagne aussi d’une remise en cause du rationalisme et d’une certaine nostalgie du sacré.

3L’analyse empirique des œuvres s’ouvre ensuite sur l’hypothèse d’un surnaturel compris comme élargissement du réel : des procédés de défamiliarisation (ontologiques, cognitifs, énonciatifs) au brouillage des supports référentiels et au brassage syncrétique des imaginaires, les romans donnent à voir un monde dont les frontières s’étirent pour embrasser les rivages de l’imaginaire. Le surnaturel participe alors, paradoxalement, d’une visée réaliste : tourné vers une pensée non dichotomique, il permet d’expérimenter au plus proche les incohérences et les mystères du quotidien et fait de l’irrationalité et de la magie des instruments épistémologiques qui explorent le réel par son versant fantastique.

4La troisième partie revient plus spécifiquement sur le rapport complexe du surnaturel à l’Histoire. Imprégné du souvenir lancinant des guerres mondiales, des génocides, des utopies déchues ou des révolutions avortées, le surnaturel s’invite dans le texte pour donner corps à la hantise collective ou pour créer par le merveilleux des espaces de refuge compensatoires. Sous l’égide des figures mélancoliques de Lazare et d’Orphée, il met en scène une “esthétique du suaire” qui travaille jusque dans la chair des mots la marque figurale d’un passé traumatique. Entre le ressassement obsessionnel et la tentation d’un chant créateur, l’emploi du surnaturel se révèle particulièrement symptomatique d’une époque qui cherche à la fois à dire la hantise et à panser la mémoire de ses morts.

5La quatrième partie se tourne enfin vers la déstabilisation des corps. Pressés d’un côté par le caractère monstrueux et inhumain (ou trop humain) des désastres historiques et, de l’autre, par la nécessité de repenser les frontières biologiques et éthiques de l’être humain à l’ère du posthumanisme, les romans ne cessent de convoquer, comme à contre-emploi, des figures magiques ancestrales, tantôt garantes d’une unité perdue, tantôt révélatrices d’une dissolution originaire. À travers les scènes de métamorphoses, de disparitions, de démultiplications, ou par le biais de la figure hybride du chamane, le surnaturel s’inscrit dans un courant de réticence humaniste, aux antipodes du fantasme prométhéen ou du surhomme nietzschéen. Hantés par la dégradation physique, le morcellement des corps, la fragmentation des voix, les romans déploient un espace de projection inquiet mais dynamique qui puise dans la magie, notamment chamanique, des outils énonciatifs et structurels insolites pour interroger le rapport de l’humain à son corps, à la communauté et au monde.

6C’est donc sur le constat d’un réenchantement paradoxal et critique que se termine l’analyse. Car si les textes du corpus mettent en scène un surnaturel capable de poétiser et d’exalter le monde pour en faire une source renouvelée d’émerveillement, ils s’articulent aussi autour d’une visée plus sombre où le surnaturel, à la fois nostalgique et désabusé, vient dire la perte du lien magique qui unit l’homme au monde et faire le deuil douloureux des mythes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Donnarieix, « Réenchanter le monde ? Formes et enjeux poétologiques du surnaturel dans le roman français contemporain. Antoine Volodine, Sylvie Germain, Alain Fleischer, Marie NDiaye, Christian Garcin »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4894

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search