Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesL’automobile, un motif du cinéma ...

SynThèses

L’automobile, un motif du cinéma allemand

Thèse de doctorat en études germaniques et en études cinématographiques menée en cotutelle entre l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et la Goethe-Universität zu Frankfurt am Main, soutenue le 13 novembre 2018 sous la direction de Florence Baillet et Vinzenz Hediger
Louise Dumas

Texte intégral

1Lautomobile, un motif du cinéma allemand se propose de poser les premiers jalons d’une esthétique de l’automobile au cinéma à l’exemple du cinéma allemand. Une première partie esthétique et médiologique avance la thèse que le lien entre automobile et cinéma est à penser sur le mode de la réflexivité. Premièrement, le motif automobile est d’abord une réflexion du cinéma. La voiture en mouvement évoque le cinématographe : percé de différentes fenêtres, rétroviseurs et autres écrans de contrôle, le véhicule est une manière de représenter la caméra mobile tandis que les roues et le ruban d’asphalte évoquent la machinerie du projecteur et le déroulement de la pellicule lors de la projection. Pour le passager, spectateur d’un paysage défilant sous ses yeux, la voiture peut tenir lieu de cinéma : comme la salle obscure, elle donne à voir des images d’un monde dont le passager-spectateur est tout de même isolé, voire protégé. Tour à tour cinéma ou caméra, appareil de projection ou d’enregistrement, l’automobile apparaît comme un reflet du cinéma. Deuxièmement, le motif automobile permet bien souvent d’introduire une réflexion sur le cinéma. À travers le motif de l’automobile, le cinéma se réfléchit en appareil, c’est-à-dire en machine, mais aussi en mode d’appréhension du sensible et en médium. Parce que le motif automobile renvoie au cinéma, il est porteur d’une appétence, d’une « Lust », qui fait signe vers un avenir radieux, car appareillé.

2La deuxième partie étudie l’automobile comme motif narratif. En partant du potentiel réflexif du motif, on peut montrer qu’il prend souvent (dans les films où la voiture a une importance déterminante) la valeur d’un « signe énonciatif » au sens que Christian Metz donne à ce terme. De plus, l’automobile et ses mouvements imposent un rythme au récit filmique auquel ils donnent aussi une structure. Elle fait ainsi le lien entre deux pôles fondamentaux du cinéma de fiction : l’attraction et la narration, le spectaculaire et le récit. Cette dualité culmine dans le motif de l’accident, qui génère autant de suspense que d’images sensationnelles. La question de la narration filmique conduit à s’intéresser au thème de la route. Celle-ci est une catégorie à la fois spatiale (la route comme lieu matériel et comme itinéraire) et temporelle (la route comme expérience, en tant qu’elle est ou a été parcourue), ce qui permet de mettre en évidence que la narration filmique établit une correspondance entre espace et temps. Le dispositif de vision se fait ainsi dispositif de récit et de mise en scène. Enfin, l’automobile induit ainsi la construction d’un espace filmique qui pose, en creux, la question du cinéma national, et en particulier du cinéma allemand. Les itinéraires des personnages qui arpentent l’espace allemand sont aussi une manière de raconter l’histoire de l’Allemagne en documentant son espace à l’aide d’une voiture-caméra. Dans ce rapport à l’espace et à l’automobile, on peut discerner une manière pour les films de notre corpus de se définir comme allemands par rapport au standard hollywoodien.

3La troisième partie aborde le motif automobile à travers les notions de personnage, de stéréotype et de genre cinématographique. Force est donc de constater que l’automobile n’est pas cantonnée à un genre ni à une époque. L’automobile peut-elle se constituer en motif dans tous les genres ? Ou le motif automobile produit-il un genre de film ? Peut-on ainsi parler de car movie comme de road movie ? De Autofilm comme de Heimatfilm ou de Trümmerfilm ? Peut-on passer du motif au genre ? L’automobile semble propice à effectuer ce passage : motif iconographique, narratif, réflexif, elle rend en outre au motif sa signification étymologique de cause motrice. Finalement, le car movie serait un film dans lequel : 1) le cinéma, au travers du thème de l’automobile, se réfléchit en tant que médium ; 2) l’automobile apparaît comme un dispositif de récit (qu’elle en soit un leitmotiv ou un « signe énonciatif ») ; 3) est posée la question de la place de la femme au cinéma.

4Sans doute la réflexivité du motif explique-t-elle, du moins en partie, sa récurrence dans des œuvres matricielles, qui marquent la naissance d’un genre (la Tonfilmoperette, le Heimatfilm) ou d’un courant (le Nouveau cinéma allemand, l’« École de Berlin »). Elle suggère en tout cas la possibilité d’une autre historiographie du cinéma allemand. À travers l’étude du motif automobile, on peut finalement esquisser les contours d’une histoire du cinéma allemand par lui-même. Cette histoire médiologique ne serait pas uniquement corrélée à l’histoire sociale et politique du pays ; loin de tout déterminisme, elle témoignerait d’un certain optimisme envers le médium en dépit des catastrophes qui ont jalonné le 20e siècle – siècle de l’automobile et siècle du cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dumas, « L’automobile, un motif du cinéma allemand »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4902

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search