Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesDes lectures aux poèmes : Étude s...

SynThèses

Des lectures aux poèmes : Étude sur la bibliothèque de Paul Celan en 1967

Thèse de doctorat en littérature allemande soutenue le 4 décembre 2018 à la Faculté des Langues et Cultures Étrangère de l’Université de Nantes sous la direction de Werner Wögerbauer
Clément Fradin

Texte intégral

1 Les interrogations formulées par Peter Szondi (« Eden », 1972) et reprises par Jean Bollack (Poésie contre poésie, 2001) sur le statut des références dans la poésie de Paul Celan ont irrigué la très riche histoire de la recherche celanienne en soulignant la dimension critique de cette écriture. Elles ont récemment trouvé une nouvelle actualité grâce à une série de travaux d’édition et de commentaires qui ont considérablement enrichi et renouvelé la connaissance du réseau référentiel (en particulier Wiedemann, 2005/2018). Les débats autour de son rôle dans la compréhension ajustée des poèmes ne sont pour autant pas clos alors même qu’aux références classiques ou canoniques répond un ensemble qu’on découvre toujours plus hétéroclite et apparemment arbitraire ou contingent.

2 Appuyée sur cette base doxographique et une reconstruction chronologique aussi précise que possible des lectures de Celan pendant une année particulièrement significative pour étudier les rapports entre lecture et écriture, cette thèse reprend les options interprétatives majeures – et contradictoires – qui sont en discussion dans la philologie celanienne afin de remettre au centre la logique productive du conflit d’interprétation qui a disparu au profit d’un certain relativisme interprétatif. La logique même de la poésie celanienne, qui prend position de manière réactive et analytique et s’appuie sur des éléments extérieurs divers pour avancer dans son projet, implique en retour une prise de position philologique et interprétative située sur le même plan.

3 L’année 1967 a d’abord été choisie pour ses caractéristiques biographiques : un long enfermement de Celan à Sainte-Anne qui entraîne une documentation accrue des lectures, notamment à travers une datation presque systématique des ouvrages lus. À cela vient s’ajouter l’impossibilité pour Celan de revenir au domicile conjugal après sa sortie et, par conséquent, une séparation d’avec sa bibliothèque parisienne telle qu’il l’avait reconstituée à partir de 1948, date à laquelle il s’établit à Paris. Les livres lus en 1967 ont ainsi connu des destins particuliers, dans leur provenance mais aussi dans leur présence ultérieure au sein de la collection. Les thématiques des lectures traduisent du reste les soucis personnels de l’auteur pendant cette année : un travail documentaire portant sur les traces de lecture dans les livres propose alors, dans une approche praxéologique, une phénoménologie des traces de lecture comme ensemble de signes cohérent et évolutif au sein de l’univers matériel des livres qui s’appuie sur une systématique des gestes de lecture et de leurs traces en les confrontant aux éléments biographiques disponibles.

4 Les lectures mobilisées dans les poèmes de 1967 sont faites sur des supports divers (presse quotidienne et hebdomadaire, livres de poche, éditions bibliophiles, ouvrages scientifiques ou de vulgarisation, etc.), qui ont trait à des domaines très variés (sciences humaines, géologie, médecine, psychanalyse, actualités politiques, technique automobile, etc.) et sont pour la plupart documentées dans le fonds d’archives. À partir de l’étude des poèmes et de leurs dossiers génétiques, comme aussi des correspondances et des carnets de notes personnels de Celan, il a cependant fallu élargir le spectre des références, certes avant tout identifiables à partir des traces de lecture ou par la présence d’un livre dans la collection de l’auteur, à l’univers plus vaste (et en principe infini) de la bibliothèque « virtuelle » de Celan, c’est-à-dire les lectures qui n’existent plus que sous une forme référentielle, dans les poèmes.

5 En ce sens, le rapport entre la lecture – thématisée (notamment autour du verbe lesen et ses déclinaison), comme les livres (à travers les multiples formes prises par la racine Buch), dans l’œuvre – et l’écriture s’est trouvé interrogé sous de multiples angles dans un travail qui se propose en définitive d’aider les lecteurs à saisir et à situer sur les plans philologiques et herméneutiques les tensions productives entre le jeu des références et l’expression poétique particulière.

6 Le questionnement des notions de source, de contextualisation et de resémantisation, l’opposition structurante à travers la « grille de lecture » celanienne entre langage spécialisé et langage particulier, le problème de l’unicité de la référence à l’extermination dans la diversité de l’horizon référentiel général, mais aussi le rapport de Celan au lyrisme et surtout la discussion autour des catégories esthétiques d’Erlebnisgedicht et d’« occasionnalité » (Gadamer) qui a amené finalement à envisager la poésie celanienne sous l’angle de la circonstance (Gelegenheitsgedicht), donnent le cadre conceptuel aux lectures des poèmes. Cinq études, suivant une progression chronologique et s’appuyant sur des références inédites pour neuf poèmes de Fadensonnen (Unverwahrt, Draußen, Wer gab die Runde aus ?, Heddergemüt) et Lichtzwang (Klopf, In den Dunkelschlägen, Streubesitz, Für den Lerchenschatten, Schalltotes Schwestergehäus), permettent ainsi de distinguer différents types de référentialité à l’œuvre dans la poésie celanienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Fradin, « Des lectures aux poèmes : Étude sur la bibliothèque de Paul Celan en 1967 »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4911

Haut de page

Auteur

Clément Fradin

post-doctorant Translitterae, CNRS/PSL, fradin.cle@gmail.com

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search