Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesLoin des Lumières. Approche philo...

SynThèses

Loin des Lumières. Approche philosophique de Voyage au bout de la nuit, Bagatelles pour un massacre et Mea culpa de Louis-Ferdinand Céline

Thèse de doctorat en littératures françaises et comparée menée en cotutelle entre Sorbonne Université et l’université de Hambourg, soutenue le 26 octobre 2018 sous la direction de Silke Segler-Meßner et Jean-François Louette
Maxim Görke

Texte intégral

1Plus que jamais, les débats que suscite le personnage de Louis-Ferdinand Céline s’apprêtent à prendre le pas sur la réception de son œuvre littéraire. Soumis à une lecture souvent approximative, imprégnée d’a priori, ses écrits sont régulièrement victimes d’une mise en perspective déformée, car abordés à rebours. Donnant la priorité à une approche en accord avec le développement chronologique de l’œuvre, ce travail de thèse, à travers l’étude des deux textes majeurs (et en quelque sorte antipodiques) que sont Voyage au bout de la nuit (1932) et Bagatelles pour un massacre (1937)auxquels s’ajoute logiquement Mea culpa (1936), souvent considéré comme une préface du second –, repense les écrits du premier Céline à partir du climat intellectuel qui accompagne leur gestation ; climat de crise ontologique, en réalité, provoqué par l’expérience de la Grande Guerre. Plus concrètement, l’analyse proposée montre que la trame sous-jacente de l’imaginaire célinien se nourrit aussi d’une contestation radicale envers la philosophie des Lumières.

2Partant du constat de vivre une « époque de misère », et en tenant compte de la visée philosophique que Céline réclame pour son texte, la première partie de l’étude démontre à quel point l’imaginaire de Voyage au bout de la nuit s’appuie sur une conception de l’histoire qui impute aux Lumières le malaise ontologique contemporain. Le mépris de leurs enseignements se manifeste autant par un rabaissement continu de certaines notions clés associées à celui-ci que par le recours à une symbolique détournant volontairement quelques-unes de leurs vertus vedettes. Il s’affiche également dans l’importance que Céline accorde à une écriture émotive, c’est-à-dire peu rationaliste. Et plus particulièrement dans une poétique de la dissolution qui oscille entre tentation du néant et désir d’anéantissement. Enfin, la contestation des Lumières s’exprime aussi à travers une architecture romanesque qui valorise la subjectivité et remet volontairement en question le cadre spatio-temporel du récit.

3La deuxième partie du travail, consacrée à l’analyse de Bagatelles pour un massacre, montre que si la contestation des Lumières reste le fil d’Ariane de l’imaginaire célinien, les conséquences que l’auteur en tire pour son entreprise littéraire ne sont désormais plus les mêmes. Davantage ancré dans le présent, Bagatelles pour un massacre intègre en effet le rejet des Lumières dans une lecture politico-sociale péjorative, mêlant contestation vindicative (être « à l’ultime désagréable ») et revendication prolétarienne (« être du peuple »). Sur le plan thématique, cette réorientation de l’œuvre s’exprime par une insistance toute particulière sur le motif de la confrontation dont les répercussions littéraires s’agencent autour d’au moins quatre lignes de démarcation : une opposition esthétique (« raffiné »/» non raffinés »), une confrontation économique (« l’exploité »/» l’exploiteur »), un antagonisme racial (« juifs »/» aryens »), une discordance ethnique (« l’autochtone issu du peuple »/» le bourgeois enjuivé »). D’un point de vue stylistique, l’ambition contestataire de Bagatelles pour un massacre se fait jour dans un important penchant pour la démesure, qui donne naissance à un idiolecte souvent elliptique, pourtant pas démuni de valeur littéraire. Enfin, sur le plan narratif, Céline cherche à inscrire Bagatelles pour un massacre au plus profond de la parole populaire (au sens sociologique du terme) en rattachant le texte autant à la tradition paralittéraire qu’à l’héritage pamphlétaire du 19siècle.

4L’évident tournant que prend alors l’œuvre célinienne de Voyage au bout de la nuit à Bagatelles pour un massacre conduit, dans un dernier temps, à questionner plus concrètement la publication intermédiaire qu’est Mea culpa. Ce n’est en effet qu’à partir de ce court texte de circonstance et de son impulsion antihumaniste (alliant anthropologie négative et conception de l’histoire comme dégradation) que se mettent en place les dispositions pour appréhender la radicalisation, linguistique et thématique, préalablement démontrée. À la fois prolongation de l’interrogation ontologique débutée dans Voyage au bout de la nuit et accentuation d’une invective socio-politique qui atteint son premier sommet dans Bagatelles pour un massacre, Mea culpa se place ainsi à la jonction de ces deux versants qui caractérisent les écrits céliniens de l’entre-deux-guerres et qui sont l’abstrait et le concret, la métaphysique et l’idéologie.

5Dès lors, les réflexions menées dans ce travail de thèse contribuent à démontrer la continuité intellectuelle de l’œuvre célinienne, à réfuter la notion de “hiatus”, laquelle, trop souvent encore, oppose écrits romanesques et diatribes pamphlétaires, et, finalement, à réaliser l’insertion des écrits de Céline dans l’histoire des idées occidentales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxim Görke, « Loin des Lumières. Approche philosophique de Voyage au bout de la nuit, Bagatelles pour un massacre et Mea culpa de Louis-Ferdinand Céline »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4924

Haut de page

Auteur

Maxim Görke

gorke@unistra.fr

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search