Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros13SynThèsesCommunauté et révolution chez Gus...

SynThèses

Communauté et révolution chez Gustav Landauer

Thèse de doctorat en philosophie soutenue le 15 décembre 2018 à l’École normale supérieure de Lyon sous la direction de Michel Senellart
Anatole Lucet

Volltext

1Il y a plus d’un siècle, le penseur et anarchiste Gustav Landauer (1870-1919) était considéré comme « l’agitateur le plus important du mouvement révolutionnaire radical » en Allemagne. Si l’on se souvient parfois de sa participation à la République des conseils de Bavière et de son assassinat par les troupes contre-révolutionnaires, l’écho suscité par son œuvre s’est rapidement estompé. Son corpus, massif et hétéroclite, connaît pourtant un vif regain d’intérêt aujourd’hui.

2Sa génération fit les frais et la critique de rapides transformations sociales, économiques et culturelles. Landauer chercha à concevoir – dans la pensée et dans l’action – le modèle d’une nouvelle alliance, non autoritaire, articulant les aspirations individuelles et l’esprit de solidarité présent en chacun. Dans la vie politique et intellectuelle de l’Allemagne wilhelmienne, l’auteur se signale par son opposition à l’organisation impériale comme à la social-démocratie d’obédience marxiste. Contre la politique de la table rase et contre la croyance en un progrès nécessaire de l’humanité, Landauer estime que le changement doit être impulsé par l’intervention des individus et des groupements dans le cours de l’histoire. Plus que la simple insurrection individuelle, il explore le potentiel révolutionnaire de la communauté vécue tout en théorisant la nécessité des révolutions pour faire communauté. Son socialisme culturel est une tentative pour susciter, ici et maintenant, la création de nouveaux rapports entre les êtres humains.

3Ses analyses constituent une entrée privilégiée dans les problématiques majeures de son époque, qu’elles soient politiques, sociales, littéraires ou philosophiques. Cette monographie resitue la réflexion de Gustav Landauer dans les débats de son temps et discute de ses implications pour une pensée et une action émancipatrice jusqu’à nos jours. La thèse s’articule autour des deux axes sur lesquels se structure la pensée de Landauer : si la communauté permet de penser l’essence statique de la vie partagée, c’est la révolution qui inscrit la vie humaine dans une dynamique sans cesse renouvelée.

4La première partie, « Communauté », s’ouvre sur une étude des rapports de l’individu et de la communauté, visant à comprendre le rôle spécifique que l’individu singulier peut jouer dans une société marquée tant par l’atomisation que par la massification des rapports et des structures sociales. Le concept landauerien d’« esprit » (Geist), qui relie les individus entre eux ainsi que chacun à la communauté, est analysé (en partie à l’aide d’outils textométriques) afin de démontrer la possibilité d’une perspective qui ne soit ni individualiste ni collectiviste sur la société (chapitre I). Vient ensuite une étude des formes de communauté contemporaines de Landauer : l’analyse de ses conceptions de l’État, de la nation et du peuple, de la classe et de la famille permet d’identifier ses critères de la bonne « vie partagée » (Mitleben). On y découvre le primat d’une conception relationnelle de la société, ainsi que les forces et limites d’un paradigme organiciste (chapitre II). Dans sa quête des structures habitées par l’esprit de communauté, Landauer critique les religions instituées, mais juge le matérialisme insuffisant : c’est dans une forme d’athéisme mystique qu’il trouve certaines des modalités de sa théorie du lien. Les réussites et les échecs de ses multiples expérimentations communautaires lui permirent de conceptualiser l’« alliance » (Bund), expression d’un lien émancipateur et immanent, seul à même de faire tenir la communauté sans contrainte (chapitre III).

5Pour comprendre comment le penseur de la communauté situe son action, la partie « Révolution » étudie sa conception de l’histoire et du changement social et culturel. En faisant de la révolution le moteur de l’histoire, Landauer chercha ce qui pouvait raviver les liens sociaux face à l’inertie du temps, et il conçut un modèle historiographique fondé sur l’expérimentation au présent (chapitre IV). Mais la possibilité même d’une libre intervention dans le cours de l’histoire pose problème au philosophe : pour qu’une volonté de changement existe, encore faut-il qu’il soit possible de se projeter vers un futur autre, d’envisager une rupture avec l’existant. La liberté créatrice se révèle dans la combinaison d’idéalisme et de réalisation concrète que propose Landauer (chapitre V). Le dernier chapitre est consacré à l’étude de ces paroles qui empêchent ou qui permettent le changement : la philosophie du langage est mobilisée de manière à comprendre la puissance émancipatrice des mots. La conception artiste de la société défendue par Landauer donne alors tout son sens à l’expression d’un socialisme culturel (chapitre VI).

6Les questions soulevées dans cette thèse et adressées à l’œuvre de Gustav Landauer peuvent contribuer à la compréhension de son époque, et jeter un éclairage nouveau sur certains problèmes qui n’ont pas fini de constituer un défi pour la pensée comme pour l’action.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Anatole Lucet, „Communauté et révolution chez Gustav Landauer“Trajectoires [Online], 13 | 2020, Online erschienen am: 30 März 2020, abgerufen am 23 Juni 2021. URL: http://journals.openedition.org/trajectoires/4946; DOI: https://doi.org/10.4000/trajectoires.4946

Seitenanfang

Autor

Anatole Lucet

anatole.lucet@ens-lyon.fr

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search