Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesLe nouvel esprit du collectif. Le...

SynThèses

Le nouvel esprit du collectif. Les implications politiques et esthétiques des modes de production collectifs au théâtre dans les années 1960-1970 et au début du 21e siècle dans l’aire culturelle germanophone

Thèse de doctorat en études germaniques et études théâtrales menée en cotutelle entre l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et l’université de Hildesheim, soutenue le 13 septembre 2019 sous la direction de Florence Baillet et Annemarie Matzke
Vera Nitsche

Texte intégral

  • 1 Vorgriff auf den Sozialismus.

1Cette thèse a pour sujet les pratiques théâtrales collectives en Allemagne au tournant des années 1960-1970 et au début du 21e siècle. L’accent est mis sur “l’esprit du collectif”, c’est-à-dire sur les idées politiques et concepts esthétiques qui incitent les artistes de théâtre à pratiquer la création collective et à s’organiser en collectifs. Nous partons du principe que “l’esprit du collectif” s’est développé parallèlement aux mutations du monde du travail depuis la fin des années 1960, telles qu’elles sont décrites par exemple dans la publication de Luc Boltanski et Ève Chiapello : Le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski, Chiapello : 1999). Dans les années 1960-1970, les collectifs de théâtre étaient unanimement perçus comme la manière « d’anticiper le socialisme »1 (Theater Heute, 1974 : p. 61) par le biais du théâtre. Le discours actuel au sujet des collectifs est marqué par une hétérogénéisation des positions. Pendant que certains les considèrent comme l’avant-garde de la déréglementation néolibérale du paysage théâtral germanophone, d’autres voient se réaliser des nouvelles formes d’expression politique dans le fonctionnement collectif. La thèse cherche à lier la réflexion sur les pratiques d’organisation et de production aux concepts esthétiques des collectifs. En s’appuyant sur une méthodologie d’analyse de discours, la thèse fait ressortir “l’esprit du collectif” propre aux années 1960-1970 ainsi que celui qui caractérise bon nombre de formations collectives marquant le début du 21e siècle.

  • 2 Inseln im Kapitalismus. Le dramaturge Hans Laube dans une interview, dans : Theater heute Jahrbuch (...)
  • 3 allgegenwärtige ökonomische Anforderung der Arbeits- und Berufswelt.

2Les collectifs d’aujourd’hui et leurs prédécesseurs des années 1960-1970 présentent des différences patentes, mais aussi bien des continuités. Ainsi, la critique du fonctionnement de l’institution théâtrale, jugée autoritaire et hiérarchique, le refus de la division du travail, la remise en question du metteur en scène comme créateur individuel et de la conception de l’artiste comme génie (masculin) lient les collectifs d’aujourd’hui à leurs prédécesseurs. De même, la manière de travailler non hiérarchique, égalitaire et en autonomie reste une caractéristique constitutive du collectif. En revanche, les contextes et connotations liés aux différents concepts régissant le travail collectif ont changé fondamentalement. La rupture avec la théorie marxiste présente un changement net dans “l’esprit du collectif”. La perte de ce cadre de référence se traduit par une multiplication des perspectives. En effet, “le nouvel esprit” se distancie de la vision du collectif comme entité homogène et s’inscrit dans la logique d’un « être singulier pluriel » (Nancy : 1996). Si les collectifs des années 1968 étaient perçus comme des « îlots dans le capitalisme »2, les modes de production collectifs d’aujourd’hui sont souvent considérés comme étant paradigmatiques d’un fonctionnement néolibéral. Cette vision s’appuie sur l’idée d’un « capitalisme esthétique » tel qu’il est décrit par Andreas Reckwitz. Ce sociologue met en évidence les changements essentiels dans l’organisation et l’ethos du travail, qui transformeraient des revendications contre-culturelles comme l’autonomie ou la créativité en « exigences économiques omniprésentes dans le monde du travail »3 (Reckwitz, 2014 : p. 9). En conséquence, le fonctionnement des collectifs, se basant largement sur de telles idées, n’est plus perçu comme l’agissement d’une minorité révoltée, mais comme l’affirmation des tendances hégémoniques.

3Dans le discours actuel au sujet des collectifs de théâtre se confrontent plusieurs visions. Les concepts liés au collectif dans les années 1960-1970, toujours valables et opérationnels pour certains, se heurtent aux concepts, aux rhétoriques et aux schémas d’explication plus récents. Ceci est notamment le cas pour les discussions au sujet de la dimension politique du collectif et, plus globalement, pour les débats à propos d’un théâtre politique contemporain. Nous pouvons ainsi supposer que “le nouvel esprit du collectif” présente une formation hybride dans laquelle les perspectives et concepts plus anciens se superposent avec les nouveaux. Ainsi, “le nouvel esprit du collectif” s’inscrit dans une phase de transition dans laquelle les gens (de théâtre) sont à la recherche de nouveaux repères et récits pouvant guider et donner du sens à leurs activités.

Haut de page

Notes

1 Vorgriff auf den Sozialismus.

2 Inseln im Kapitalismus. Le dramaturge Hans Laube dans une interview, dans : Theater heute Jahrbuch 1974, 1974, p. 61.

3 allgegenwärtige ökonomische Anforderung der Arbeits- und Berufswelt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vera Nitsche, « Le nouvel esprit du collectif. Les implications politiques et esthétiques des modes de production collectifs au théâtre dans les années 1960-1970 et au début du 21e siècle dans l’aire culturelle germanophone »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4947

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search