Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesLa précarité, entre invention idé...

SynThèses

La précarité, entre invention idéologique et organisation de la dépossession

Thèse de doctorat en philosophie menée en cotutelle entre l’Université Grenoble Alpes et la Humboldt-Universität zu Berlin, soutenue le 26 octobre 2018 sous la direction d’Éric Dufour et Rahel Jaeggi
Mahaut Ritz

Texte intégral

1L’un des problèmes actuels de la notion de précarité, qui a constitué le point de départ de ma thèse, est dénoncé depuis quelques années par les sociologues opérant avec la catégorie comme étant devenue “floue”. On constate en effet l’existence d’une nébuleuse discursive autour de la précarité, liée notamment à l’extension du terme et en particulier à son internationalisation à l’aube des années 2000. Les discours sont divers car la phénoménologie de la précarité est plurielle, obligeant à se questionner sur des situations et des degrés distincts de précarité. Parallèlement, la précarité renferme une valeur axiologique qui explique la complexité de l’unité du concept : l’idée d’instabilité subie des conditions de travail et d’existence n’est pas unanime.

2Ma thèse ne cherche pas à opérer une révolution de la théorie sociale ni une révolution du social d’ailleurs, mais à éclairer le problème de la précarité, à en comprendre le sens en repartant des discours déjà formulés sur le sujet et en particulier celui des sociologues auxquels il faut attribuer cette catégorie savante pensée aujourd’hui à travers le prisme de l’exclusion, qui forge l’horizon d’interprétation que l’on a de la précarité. L’enjeu est critique : la crise du concept est d’autant plus grave qu’il existe bel et bien une réalité précaire qui, elle, n’est pas relative.

3Si l’on s’attache aux mots, il n’existe pas de précarité avant les années 1970 au cours desquelles est thématisé pour la première fois en France, par les syndicats et les sciences sociales proches du mouvement ouvrier, le problème de la qualité de l’emploi et de la flexibilité de la main-d’œuvre. Mais, dans les faits, la précarité existe dans les sociétés industrielles occidentales avant les années 1970 : l’ouvrage documentaire d’Engels, La situation des classes laborieuses en Angleterre en 1844, en est la preuve. Un tel constat mène à un autre : sciences sociales, politique et normativité historique et sociale s’entremêlent dans la notion de précarité.

4Suivant l’hypothèse de Robert Castel qualifiant la précarité de « vulnérabilité d’après les protections » dans Les métamorphoses de la question sociale, ce sont les attentes normatives des individus envers l’État et les institutions qui se sont modifiées au fil du temps : le développement après-guerre de la « société salariale », caractérisée par l’institution d’un statut de l’emploi et la gestion socialisée des risques, est à l’origine de ces nouvelles attentes. Celles-ci se trouvent contredites par les « réformes néolibérales » initiées dans les années 1970-1980, qui inaugurent la flexibilisation du travail et la privatisation de la protection sociale. En conséquence, on voit s’amorcer un refus critique de ces transformations sous le terme de « précarité ». Or, depuis les années 1980-1990, les sociologues français problématisent la précarisation à l’œuvre dans la société par le terme de « dissolution du lien social », pouvant aller jusqu’à l’« exclusion » complète des individus précaires hors de la société.

5Entre catégorisation du monde social (invention idéologique) et « précarité néolibérale », dont l’enjeu relève de l’état des ressources à disposition des précaires (revenus et protections), la thèse s’intéresse aux diverses approches de la précarité des années 1970 à aujourd’hui à l’aune d’une réflexion sur la critique sociale. En m’inspirant de critiques minoritaires de la précarité existantes, qui remettent en question le CDI comme garant de la « vie bonne », et en mettant en avant les limites du discours sociologique qui fait de la précarité un problème relatif à l’exclusion tel qu’on l’entend en miroir d’une idée d’intégration, je propose une autre compréhension du problème de la précarité aujourd’hui : le problème de la précarité du travail et de l’existence en général réside dans la dépossession des moyens d’existence qu’elle admet.

6Alors que le risque, face à la maladie, l’accident, la vieillesse, était pris en charge socialement, les politiques actuelles tendent à ôter à l’individu ses droits à la protection et à lui imposer de s’occuper lui-même de son cas. Autrement dit, le néolibéralisme incite de toutes parts les travailleurs à agir en sujets libres et autonomes sans leur donner accès aux conditions et aux moyens objectifs qui le permettraient. À la jonction entre néolibéralisation de l’assurance et de l’aide sociales, segmentation du collectif de travail et affaiblissement des « solidarités concrètes », la précarité actuelle rappelle la condition du « travailleur libre » de Marx, libéré des tutelles de l’Ancien Régime, mais libre de toute solidarité communautaire ou collective et de toute protection personnelle.

7Au-delà de l’enjeu critique, parler de dépossession appelle à une réappropriation sociale du monde. Ici, “social” n’a pas le sens abstrait de la réunion d’individus dans une entité formelle, mais plutôt celui qui pense des liens coopératifs et solidaires réels entre les hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mahaut Ritz, « La précarité, entre invention idéologique et organisation de la dépossession »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4956

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search