Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesJustice et homosexualité sous le ...

SynThèses

Justice et homosexualité sous le national-socialisme. Étude comparée du pays de Bade et de l’Alsace

Thèse de doctorat en histoire contemporaine soutenue le 26 octobre 2018 à l’université de Strasbourg sous la direction de Catherine Maurer
Frédéric Stroh

Texte intégral

1Cette thèse d’histoire compare le traitement judiciaire de l’homosexualité masculine sous le national-socialisme en Bade, un territoire du “vieux Reich”, et en Alsace, territoire annexé de facto durant la Seconde Guerre mondiale. L’étude de cas est toutefois replacée dans les cadres nationaux (Allemagne, France) et dans le temps long (1803-1945) afin de pouvoir repérer les éventuelles spécificités régionales et prendre la mesure des continuités et des ruptures à l’œuvre entre la période national-socialiste et les régimes antérieurs. L’analyse ne se limite pas aux seuls verdicts des tribunaux, mais s’attache également à déterminer le profil, les discours, représentations et pratiques de l’ensemble des acteurs du processus judiciaire depuis les législateurs jusqu’aux juges en passant par la population, les policiers, les experts médico-légaux et les procureurs, sans omettre les inculpés. Cette étude interroge ainsi la construction d’un modèle répressif national anti-homosexuel et son transfert au-delà des frontières à la faveur de la guerre.

2Ce travail s’inscrit dans une historiographie germanophone des homosexualités en plein essor, se démarquant de la seule perspective victimaire pour rendre compte des multiples facettes de la vie et de la répression de l’homosexualité sous le national-socialisme, à l’image des travaux d’Alexander Zinn, et multipliant les études régionales tout en se limitant encore à la “vieille Allemagne”. Si l’historiographie francophone des homosexualités est relativement peu développée, nous poursuivons ici la voie ouverte entre autres par Florence Tamagne et Marc Boninchi sur les homosexualités dans l’entre-deux-guerres et sous Vichy. De part et d’autre du Rhin, mais particulièrement en France, cette thèse répond aussi à une demande de la société, soucieuse d’établir une mémoire de la répression anti-homosexuelle sur des bases scientifiques.

3Le corpus de sources est principalement constitué d’archives judiciaires et pénitentiaires contenant des enquêtes de police, des expertises médico-légales, des actes d’inculpation, des attendus de jugement, des fiches d’écrou et quelques ego-documents, tels que des lettres, des journaux intimes et des photographies. À cela s’ajoutent les archives des services de police, des services publics de santé, des centres psychiatriques, de l’administration civile allemande en Alsace, des ministères de la Justice français, badois et du Reich ainsi que les archives du ministère français de la Défense sur les victimes de guerre. Le tout est complété par un ensemble de publications juridiques (journaux officiels, codes pénaux, recueils de jurisprudence, etc.), médicales et statistiques, ainsi que par la presse régionale et homosexuelle.

4En dépit de la propagande officielle, de la radicalisation législative et de l’explosion numérique des condamnations, il apparaît que l’application du programme anti-homosexuel du “IIIe Reich” a été en partie entravée par le relatif manque d’engagement de la population et de la majorité des magistrats et policiers judiciaires, qui se différencièrent en cela des membres de la Gestapo, de la SS et des Gesundheitsämter. Malgré la crainte et la nécessité de développer des stratégies d’adaptation, certains “homosexuels” ont pu ainsi continuer à profiter d’“espaces de liberté” pour entretenir une sociabilité homosexuelle et se percevoir en dehors du seul horizon répressif, mais selon des proportions qui ont varié en fonction des groupes sociaux et des territoires.

5S’appuyant sur un travail statistique et cartographique, cette thèse démontre en effet l’existence d’une hétérogénéité régionale de la répression sous le national-socialisme, malgré l’unité législative et la centralisation du “IIIe Reich”, cependant sans lien avec les traditions anti-homosexuelles régionales ou les contextes politico-administratifs. Les provinces prussiennes et les grandes métropoles s’avérèrent les plus répressives d’Allemagne sous le national-socialisme, alors que ce furent le pays de Bade et les autres régions méridionales, loin de leur supposée tradition libérale en matière de mœurs, qui l’avaient été précédemment. De plus, il n’y a pas eu transfert exact du modèle répressif allemand en France annexée. La répression de l’homosexualité semble avoir été quasiment nulle en Moselle, tandis qu’elle a connu des temporalités et des configurations différentes, notamment des peines plus lourdes, en Alsace qu’outre-Rhin. Ce sont bien le profil et les décisions des acteurs répressifs qui ont déterminé sous le national-socialisme l’ampleur, l’intensité et les modalités régionales de la répression anti-homosexuelle en Allemagne comme dans les territoires annexés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Stroh, « Justice et homosexualité sous le national-socialisme. Étude comparée du pays de Bade et de l’Alsace »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/4964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.4964

Haut de page
  • Logo CIERA - Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search