Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13SynThèsesNeues Deutschland – neues Deutsch...

SynThèses

Neues Deutschland – neues Deutschlandbild? Selbstdarstellung und Rezeption der Berliner Republik in Frankreich von 1990 bis in die Gegenwart

Thèse de doctorat en histoire contemporaine et en études germaniques menée en cotutelle entre la Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg et l’université de Strasbourg, soutenue le 13 décembre 2018 sous la direction d’Edgar Wolfrum et d’Emmanuel Béhague
Jean-Samuel Marx

Texte intégral

1La réunification ne transforma pas uniquement l’Allemagne sur le plan intérieur, mais eut également d’importantes répercussions sur sa place en Europe et dans le monde : elle recouvra sa pleine souveraineté et abandonna progressivement son abstinence militaire au cours des années 1990. Parallèlement à cela, l’État allemand s’employa à défendre avec plus de vigueur ses intérêts en Europe et tenta de développer un rapport moins complexé à son passé national-socialiste. Ces évolutions, de même que le changement générationnel au sommet de l’État suite aux élections législatives de 1998, eurent un impact non négligeable sur l’autoreprésentation de la République fédérale ainsi que sur sa perception à l’étranger. Il fut ainsi beaucoup question de “normalité”, de “normalisation” ainsi que d’une “nouvelle conscience de soi” allemande dans le discours public.

2L’objectif de mon travail de thèse était d’analyser l’autoreprésentation de la jeune République de Berlin et sa réception en France de 1990 à nos jours. La question centrale était de savoir quelle image l’État allemand a cherché à donner de lui-même à l’étranger, comment celle-ci a été perçue dans le monde politique et les médias français et comment caractériser, de manière plus générale, l’image de l’Allemagne en France. Enfin, j’ai voulu mettre en évidence les évolutions concrètes sur la période d’analyse, les facteurs permettant de les expliquer ainsi que de déterminer dans quelle mesure il existe une corrélation entre l’autoreprésentation de l’Allemagne et sa réception. Quelles conclusions peuvent être tirées au terme de mon travail ?

3Tout d’abord, l’autoreprésentation de l’État allemand a connu une évolution importante au cours des années 1990. Conséquence logique de la distance temporelle croissante avec la Seconde Guerre mondiale et, plus encore, de la réunification, elle s’est amplifiée et accélérée avec le changement de gouvernement et l’accession au pouvoir d’une nouvelle génération à l’automne 1998. Dans le même temps, les responsables politiques allemands de la majorité ou de l’opposition accordent une grande importance à expliquer leur position personnelle et celle de leur pays à la population française : à travers des interviews ou des tribunes publiées dans les médias français, ils s’emploient à “rassurer” les Français, écarter d’emblée tout malentendu ou, dans le cas des représentants de l’opposition, présenter une image alternative à celle donnée par le pouvoir en place. Sur des sujets considérés comme sensibles, des différences peuvent ponctuellement être observées dans le discours des dirigeants allemands selon qu’ils s’adressent à un public allemand ou français. Enfin, mon travail a permis de faire apparaître que l’autoreprésentation de l’Allemagne comme nation confiante en elle-même, normalisée et émancipée du passé ne s’accompagne pas toujours des actes correspondants. De fait, malgré d’incontestables avancées, l’Allemagne a toujours du mal à traduire en actes concrets sa responsabilité accrue, ce qui est parfois source de problèmes dans les relations avec la France et la construction européenne.

4Concernant la réception, en France, de l’autoreprésentation allemande et plus généralement de la République de Berlin, on peut tout d’abord constater que cinq grands thèmes dominent sur l’ensemble de la période d’analyse : la peur d’une nouvelle “exception allemande”, la crainte d’une hégémonie allemande en Europe, la peur d’une rupture de l’Allemagne avec l’Europe et avec les relations privilégiées avec la France, l’Allemagne réunifiée comme nation normalisée et enfin l’omniprésence du passé national-socialiste. Ensuite, si l’on observe bel et bien un changement progressif dans l’image de l’Allemagne en France depuis 1990, force est de constater que celui-ci n’est ni linéaire, ni figé : d’anciennes peurs et d’anciens ressentiments, que l’on pouvait croire définitivement disparus, réapparaissent ainsi dans le contexte de crises, telles que celle de l’euro à partir de 2009-2010. Par ailleurs, l’attitude française à l’égard de l’Allemagne n’est pas d’abord une question générationnelle ou de politique partisane. D’autres facteurs jouent un rôle bien plus important : le rapport à la construction européenne et à la mondialisation, mais aussi le regard porté par la France sur elle-même. En effet, la France projette souvent sur l’Allemagne ses propres difficultés et inquiétudes. Dans ce contexte, il est intéressant de constater que les attentes de la France à l’égard de son partenaire ne sont pas dénuées de contradictions et sont en opposition avec des composantes centrales de l’identité, de la culture et des traditions allemandes. Cela entraîne des conflits et une incompréhension mutuelle, comme en témoignent les débats sur la politique étrangère et de sécurité européenne et ceux sur l’avenir institutionnel de l’Union européenne. En dépit de ces difficultés, les relations avec l’Allemagne continuent à être considérées comme primordiales en France et aucun autre pays au monde ne fait l’objet d’une couverture médiatique aussi importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Samuel Marx, « Neues Deutschland – neues Deutschlandbild? Selbstdarstellung und Rezeption der Berliner Republik in Frankreich von 1990 bis in die Gegenwart »Trajectoires [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/5284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.5284

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search