Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14PerspectivesPour une définition de la tendanc...

Perspectives

Pour une définition de la tendance verte sur les réseaux sociaux

Approche franco-allemande
Louise Atkinson

Résumés

En analysant 52 comptes Instagram, français et allemands, et les blogs qui y sont rattachés, cet article cherche à proposer une définition des publications dédiées à la vie saine sur les réseaux sociaux numériques (healthy living blogs). L’étude pose également la question des différences locales qui peuvent apparaître dans les manifestations de la tendance green.

Haut de page

Texte intégral

1Heaven Lynn healthy, Living the healthy choice, Eat sleep green, Ana in green, Healthy Clemsy, les blogueuses qui écrivent sous ces pseudonymes sont issues de la même tendance. Les mots-clés healthy et green renvoient, en Allemagne et en France, à une catégorie de publications, celles qui cherchent à inspirer leur lectorat à mener une vie plus saine et plus respectueuse de l’environnement. Les personnes habituées aux réseaux sociaux numériques se représentent sans doute le genre de billets que l’on trouve sur ces pages personnelles : des photographies de plats végétariens, de bols de muesli ou de puddings de graines de chia, des portraits de femmes minces et souriantes, en pleine nature et des articles sur les méfaits du lait de vache ou du gluten.

2S’il est possible de se faire une idée, même vague, de ce que recouvre une telle catégorie de comptes Instagram ou de blogs, il n’existe pas de définition satisfaisante, pas plus que de désignation consacrée pour cette tendance. En effet, la littérature la plus riche à ce sujet aborde le phénomène sous la désignation healthy eating blogs (littéralement : blogs consacrés à l’alimentation saine) en en proposant une définition succincte et immédiatement critique. En nous appuyant sur un corpus de 52 profils français et allemands issus de ce mouvement, nous allons mettre à l’épreuve cette première caractérisation afin de proposer d’autres approches des blogs et des comptes Instagram dédiés à la vie saine.

Un mouvement qui inspire la méfiance

3Le but des articles traitant des healthy eating blogs est le plus souvent de déterminer si ces pages peuvent effectivement aider leur lectorat à mieux manger, ou si elles représentent au contraire un danger pour leur santé physique et mentale. Ainsi, dans « Exploring women’s beliefs and perceptions about healthy eating blogs: a qualitative study », Véronique Bissonnette-Maheux et al. définissent la catégorie de publications en ces termes (2015 : 2) :

« Healthy living blogs have been defined as personal webpages devoted to sharing an individual’s healthy lifestyle for the purpose of providing an example of “healthy living” to others. There is no standard definition of a healthy eating blog written by an RD; therefore, for the purpose of this study, we defined it as an interactive webpage written by a dietitian promoting the overall improvement of dietary habits (not focused on a specific diet-related disease). »

4On remarque ici que les chercheuses incluent dans cette catégorie uniquement les blogs rédigés par des diététiciennes et diététiciens. La définition ci-dessus est une reprise de celle que l’on trouve dans « A content analysis of healthy living blogs: Evidence of content thematically consistent with dysfunctional eating attitudes and behaviors », une étude de Leah Boepple et Joel Kevin Thompson parue un an plus tôt (2014 : 363) : « Healthy Living Blogs are personal webpages devoted to sharing an individual’s healthy lifestyle, for the purpose of providing an example of "healthy living" to others. »

5Cette caractérisation concise comporte des éléments de définition fondamentaux : il s’agit de comptes personnels, tenus par des individus – principalement des femmes – qui mettent en scène leur mode de vie et dont le but premier est de servir d’exemple à une communauté de lectrices. Le fait de rendre sa vie personnelle publique a donc pour objectif de se constituer en figure de guide ou de conseillère.

  • 1 Le chiffre est tiré de l’article : « Put “clean eating” on your wellness radar today. - Free Online (...)

6La dénomination clean eating sites a également cours pour désigner les pages personnelles faisant la promotion de la vie saine. Le clean eating, littéralement l’alimentation propre, regroupe tous les régimes basés sur l’exclusion de groupes d’aliments considérés comme “impurs” ou “malsains” (Nevin, Vartanian, 2017 : 1). Elle désigne le fait de privilégier les aliments naturels, sans produits chimiques ou conservateurs, non raffinés ou transformés et concerne 40% des jeunes entre 18 et 30 ans au Royaume-Uni (Allen et al., 2018 : 2)1. Or, c’est cette dimension restrictive du clean eating qui cristallise l’inquiétude des scientifiques. Dans un article au titre explicite, « Instagram use is linked to increased symptoms of orthorexia nervosa » (« l’usage d’Instagram est lié à l’augmentation des symptômes d’orthorexie »), Pixie Turner et Carmen Lefevre font de l’encouragement à restreindre son régime alimentaire l’élément central de la dangerosité de ce genre de contenus sur la plateforme Instagram (2017 : 278). De fait, la recherche de la meilleure alimentation possible est souvent assimilée à l’orthorexie, un trouble du comportement alimentaire théorisé par Steven Bratman en 1997 qui se manifeste par l’obsession de manger sainement.

  • 2 Fitspiration est la contraction de « fitness » et « inspiration » et désigne des publications motiv (...)

7Nombre d’auteurs expriment ainsi leur défiance vis-à-vis de l’exposition de personnes à risques, jeunes ou souffrant de troubles du comportement alimentaire, à des comptes les encourageant à diaboliser certaines nourritures sur la base d’arguments non-scientifiques (Allen et al. 2018 : 2). Une estime de soi diminuée, une attitude négative vis-à-vis de la nourriture et des symptômes de troubles du comportement alimentaire sont autant de conséquences néfastes citées par la critique (Boepple et Thompson, 2014 : 362). D’autres relèvent également le manque de légitimité des personnes tenant ces pages, qui n’ont pour la plupart aucune qualification dans le domaine de la nutrition (Dickinson et al., 2018 : 2). En effet, la frontière entre les comptes faisant la promotion d’une alimentation plus saine et ceux faisant l’apologie de la minceur est poreuse, comme en témoigne la littérature sur la dangereuse proximité entre fitspiration et thinspiration2 (voir ici Simpson et Mazzeo, 2016 ou Tiggemann et Zaccardo, 2015). La manifestation la plus extrême de telles entreprises de contrôle de son corps et de son alimentation sur les réseaux sociaux est sans doute le mouvement “pro-ana”, pour pro-anorexique (voir ici Casilli, 2010 : 196), qui a motivé la proposition d’un projet de loi pour l’interdiction de l’apologie de l’anorexie sur Internet en 2008.

  • 3 L. Z. Bloom, « Consuming Prose: The Delectable Rhetoric of Food Writing », College English, vol. 70 (...)

8Dans cette littérature critique, les blogs dédiés à la vie saine sont considérés comme une sous-catégorie des sites de recettes de cuisine et relèveraient donc du food writing, de l’écriture culinaire (Burton, 2016 : 2). Lynn Bloom, dans « Consuming prose : the delectable rhetoric of food writing », dénombre environ 150 millions de blogs culinaires (food blogs) en ligne3. :

« There are (more or less) 151 million food blogs, from those reeking of monumental bad taste and narcissism to commercial sites promoting cookbooks to succulent commentary by good cooks and professional food writers. »

9Par ailleurs, s’il fallait les situer, d’après cette première définition, dans la typologie des blogs mise en place par Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Téterel (2006 : 49), les blogs dédiés à la vie saine relèveraient du type 3 « amateurisme, réputation, professionnalisme » dans lequel l’énonciateur « fait montre de capacités et de compétences spécifiques pour afficher une facette (et souvent une seule) de son identité. ». La blogueuse healthy telle qu’elle est caractérisée dans la littérature critique cherche donc avant tout à fonder un collectif autour de valeurs (l’alimentation propre, la minceur) et à se voir encouragée dans sa pratique. La plateforme lui sert à diffuser ses idées et non à mettre en scène une recherche d’elle-même ou une interrogation de son intériorité.

Une définition insuffisante lorsqu’on l’applique à un corpus européen (France/ Allemagne)

10Les healthy eating blogs, ou les pages Instagram du même type, seraient donc des comptes personnels, principalement tenus par des femmes amatrices de nutrition saine (sans qualifications ni diplômes), où ces dernières affichent leurs prétendues compétences et partagent leurs recettes pour inspirer d’autres personnes – principalement d’autres femmes – à suivre leur exemple. La communauté qui se forme autour de ce type de contenus se construirait alors sur des valeurs communes comme la minceur ou la diabolisation de certains aliments, ce qui justifierait de considérer cette sphère des réseaux sociaux avec inquiétude. Afin de montrer les limites d’une telle définition critique, nous allons chercher à l’appliquer à un corpus franco-allemand constitué de 52 profils issus de la plateforme Instagram (26 français et 26 allemands), dont les propriétaires tiennent également un blog. En analysant le profil des rédacteurs et des rédactrices, la nature des images publiées et les thématiques abordées sur ces pages, nous verrons que si la définition explicitée ci-dessus s’applique partiellement, elle ne suffit pas à recouvrir la complexité du phénomène. Le choix de deux pays frontaliers, proches mais présentant des cultures culinaires distinctes, doit également permettre d’observer d’éventuelles différences nationales dans la manifestation d’une tendance numérique.

Corpus et collecte

11Dans un premier temps, nous avons collecté, via le moteur de recherche interne à la plateforme Instagram, des comptes dont le titre ou la description contenaient les termes healthy, gesund, nachhaltig, vegan, grün, green, plant (pour plant based), yoga et clean. Pour être éligibles, les profils d’utilisateurs Instagram retenus devaient remplir quatre conditions : ne pas être tenus par des marques ou des boutiques et ne pas promouvoir un produit – être donc personnels – appartenir à des personnes allemandes ou françaises, ou résidant sur ces territoires, renvoyer vers un blog et bénéficier d’une visibilité suffisante (au moins 2000 abonné.es). Tous les profils du corpus sont gérés par des individus identifiables, parfois par des couples, qui livrent des contenus associés à une ou des identités numériques personnelles et des idées présentées comme propres à leurs rédacteurs et rédactrices.

12Afin d’obtenir un aperçu qualitatif des pages personnelles retenues, nous avons relevé les six dernières publications de chaque page Instagram au 23 août 2020, avant de classer chaque image dans l’une de 18 catégories prédéfinies : préparation alimentaire ou produit fait maison, portrait (en intérieur ou en extérieur), paysage, citation inspirante, autopromotion etc. Par ailleurs, en nous fondant sur les informations et les mots-clés collectés dans les billets “à propos” (aussi nommés about et about me) de chaque blog, nous avons constitué un profil pour chaque rédactrice ou rédacteur ainsi qu’un relevé de tous les termes qu’ils et elles associent à une alimentation saine (“végétarien”, “sans gluten”, “non transformé”, “cru” etc.). Enfin, en considérant les rubriques proposées par chaque page personnelle, nous avons émis une liste des principales thématiques abordées.

Des caractéristiques communes

  • 4 La plupart des personnes qui tiennent les blogs dont il est question ici sont des femmes. Dans la s (...)

13Il apparaît tout d’abord que le profil des personnes qui tiennent ce type de page est très uniforme. Conformément à la définition explicitée en (I), il s’agit majoritairement de jeunes femmes4. Beaucoup ont une profession en rapport avec la nutrition, le web, ou sont professeures de yoga. En effet, l’échantillon allemand compte trois couples hétérosexuels, un homme et 22 femmes. Le corpus français est pour sa part uniquement constitué de femmes. L’âge des rédactrices s’étale de 18 à 50 ans mais la majorité d’entre elles a entre 22 et 36 ans : 19 se trouvent dans cette tranche d’âge du côté allemand, 22 du côté français. Par ailleurs, 15 blogueuses sur 26 ont une profession liée à la santé, à la nutrition, au yoga ou au web côté allemand, 16 du côté français.

14L’étude qualitative des publications sur les comptes Instagram confirme cette uniformité, qui se manifeste par le style des photographies. Les images de plats végétariens ou végans habilement mis en scène se mêlent aux portraits souriants, le plus souvent en extérieur. Tout baigne dans une lumière blanche, les assiettes sont colorées et toujours agrémentées de vert. Dans les deux corpus, nous observons une alternance entre les photographies d’aliments (plats “maison”, produits naturels ou fruits et légumes) et les portraits de la blogueuse mince, heureuse, et proche de la nature (c’est-à-dire le résultat de ce régime alimentaire). En effet, sur les 156 images de l’échantillon allemand, 50% montrent de la nourriture, 56% du côté français. Le reste se partage majoritairement entre des portraits (22% du corpus français et 32% du corpus allemand) et des paysages (6% des images dans les deux échantillons). Les portraits sont surtout pris en extérieur (80% des portraits français et 65% des allemands). Cette préférence pour les prises de vues en plein air distingue ce type de publication majoritairement féminine de celles dévolues à la décoration d’intérieur ou aux cosmétiques, en mettant en scène la jeune femme dans la nature et en la sortant de l’espace domestique.

Alimentation saine et clean eating

  • 5 J. Lopez, « July Healthy Cooking », sur July Healthy Cooking, s. d. (en ligne : https://julyhealthy (...)

15De même, ces personnes semblent partager une même idée de ce que signifie manger sainement, tant et si bien que certaines blogueuses se passent de préciser plus amplement ce qu’elles entendent par “sain”. Dans son billet “à propos”, la blogueuse julyhealthycooking dit être une « amoureuse de la Healthy Life » et de la « Healthy Food » et évoque le slow food, sans plus de précisions5. Il faut parfois se pencher sur les recettes proposées pour cerner ce qu’une autrice considère comme bon pour la santé. Il ressort de notre corpus que, sans être citée, la dénomination clean eating pourrait s’appliquer ici, conformément à la définition des healthy eating blogs citée plus haut. Le fait de bien se nourrir passe en effet par l’exclusion d’un aliment ou d’un groupe d’aliments. Ainsi, les blogs verts associent l’idée d’alimentation saine au fait de cuisiner sans viande (80% des comptes allemands et 61% des français), ou même sans produits d’origine animale (57% des blogs des deux nationalités), sans sucre (30% des blogs allemand le mentionnent, 19% des blogs français) ou sans gluten (présent dans 38% des blogs français et 19% des comptes allemands).

16Notons ici que le fait que certaines blogueuses présentent le fait d’exclure ces aliments comme meilleur pour la santé ne signifie pas qu’elles sont complètement végétariennes ou véganes, ou qu’elles ne consomment jamais de gluten ni de sucre. Mais la récurrence de ces caractéristiques indique que ces pages tendent vers un même idéal alimentaire qui se construit par opposition à la cuisine occidentale industrialisée, riche en protéines animales, en farine de blé raffinée et en sucre. Le « modèle d’excellence physique », le « projet corporel » (Casilli, 2010 : 206) auquel aspire cette sphère d’Internet est le même.

Du healthy eating blog au blog vert

17L’analyse de notre échantillon fait ressortir une diversité thématique qui n’est pas prise en compte par la définition critique des healthy eating blogs. Ces pages personnelles abordent, pour la plupart, la nutrition et les cosmétiques naturelles mais également les manières de suivre un mode de vie écologique au sens large (en allemand nachhaltig), incluant la mode durable (ou fair fashion), le voyage respectueux de l’environnement, le zéro déchet (ou zero waste) et le fait de faire soi-même ou de recycler le plus possible (do it yourself ou DIY). Il se dessine un profil-type de blogs et de comptes Instagram, où l’on trouve, outre des recettes, au moins une de ces autres thématiques. De ce fait, les sites qui nous intéressent ne sont pas de simples collections de recettes “saines” et il semble insuffisant d’en faire une sous-catégorie des food blogs ou de l’écriture culinaire (Burton, 2016 : 2). C’est pourquoi nous préférons choisir la dénomination green ou “vert”, très utilisée sur ces pages et qui recouvre à la fois la vocation écologique de ces autrices et leur recherche d’un mode de vie sain.

18Par ailleurs, dans leurs posts sur Instagram comme dans leurs billets de blogs, ces jeunes femmes documentent les détails de leur vie quotidienne et font part de leurs états d’âme et de leurs opinions. La prise de contact avec la lectrice ou le lecteur passe non seulement par le partage de conseil, mais aussi par une exposition de sa propre subjectivité. Le principe définit par Dominique Cardon s’applique ici de manière exemplaire : « Sur les réseaux sociaux de l'Internet, l'exposition de soi est donc la principale technique relationnelle. » (2011 : 142). La communauté de la blogueuse est invitée à participer à sa quête d’une vie meilleure et se fait le témoin de ses progrès. La place que tiennent l’individualité et l’intimité de l’émettrice dans ces publications – illustrée notamment par l’usage selfie sur Instagram – semble indiquer que nous nous trouvons face à un rapport émetteur/ public de « type 1 », un « partage des intériorités (Cardon, Delaunay-Téterel, 2006 : 30). C’est-à-dire dans une énonciation intimiste, héritée du journal intime du XIXe siècle, où le sujet se représente dans son environnement le plus familier.

19La généralisation de tels récits sur soi, autrefois réservés au confessionnal ou à la psychanalyse, s’inscrit selon les auteurs dans un processus de « diffusion et de désectorisation des formes d'écoute dans les sociétés occidentales » (Ibid : 31). Alors que dans le type 3, l’identité de l’énonciateur se construit sur une catégorie stable et précise, le blog de type 1 accompagne des moments d’interrogation existentielle, des changements de trajectoire dans la biographie des individus. Or, les pseudonymes qu’ont emprunté certaines de ces productrices de contenu : justine kept calm and went vegan, camille se lance, Nachhaltigkeit warum nicht, nous indiquent bien que l’écriture numérique sert à accompagner et à ancrer une révolution de la vie quotidienne. Antonio Casilli applique le concept sociologique de « rupture biographique » pour décrire un tel changement d’itinéraire de vie permis par les réseaux sociaux numériques (2010 : 148). L’affichage de soi et la création d’une identité virtuelle, d’un avatar idéalisé, peut être un vecteur de libération et de cheminement vers soi. En rendant ses choix de vie publics, en s’entourant d’une communauté toujours en attente de nouvelles, la blogueuse s’engage plus fermement dans la voie vers la “bonne” vie. Tout ce qu’elle publie participe à la cohérence de son identité numérique. Ainsi, considérer les conseils et les recettes proposées sur les blogs verts isolément, sans prendre en compte le récit de soi dans lesquelles ils s’insèrent, revient à ignorer une caractéristique fondamentale de la publication sur les réseaux sociaux.

Une tendance globale, des différences nationales

20L’étude du corpus fait également apparaître des différences entre sa partie allemande et sa partie française. Si l’on retrouve bien les mêmes thématiques sur de nombreuses pages, elles n’ont pas la même importance dans chaque corpus. En effet, la nutrition et l’alimentation sont les sujets les plus abordés quel que soit le pays (57% des blogs français proposent des billets à ce sujet, 46% des blogs allemands) mais les sujets secondaires diffèrent. La beauté notamment, est très présente sur les pages française (la moitié ont une rubrique à ce sujet), c’est la seconde catégorie la plus importante alors qu’elle n’est abordée que dans un quart des blogs allemands. De même, alors que la même proportion de rédactrices dans chaque échantillon a des enfants (huit sur 26), la maternité et la grossesse sont surtout thématisées du côté français. Ces deux éléments semblent indiquer une tendance des blogs verts français à être plus proches de la presse de conseil traditionnellement consacrée aux femmes (type magazines féminins) que leurs homologues allemands. Une remarque qui demande à être vérifiée à l’aune d’un corpus plus important.

21Par ailleurs, le relevé des publications sur la plateforme Instagram fait ressortir une plus grande variété du type d’images publiées dans l’échantillon français. En effet, alors que les photographies figurant autre chose que de la nourriture, un portrait ou un paysage ne représentent que 9% de la collection allemande, elles constituent 18% du corpus français. Les citations à vocation inspirante, les illustrations et autres figurations artistiques sont plus présentes chez les blogueuses françaises, qui semblent ainsi laisser davantage de place à l’expression de leur individualité. Cette différence illustre encore une fois la nature hybride de ces profils : la vocation de guide pratique est intimement mêlée à la mise en scène du partage d’une intériorité.

22La troisième différence notable concerne le régime alimentaire des blogueuses. Nous avons vu que l’exclusion de la viande ou des produits d’origine animale, du sucre et du gluten se retrouvaient dans l’ensemble du corpus. Or, il apparaît que le “sans gluten” est plus présent sur les pages françaises de notre corpus (dix blogs proposent des recettes sans gluten, contre cinq côté allemand), alors que seules trois rédactrices se disent intolérantes dans leur billet autobiographique. Les blogueuses françaises précisent également plus volontiers qu’elles préfèrent les produits issus de l’agriculture biologique (dans 38% des pages contre 23% pour les allemandes). Mais ce qui distingue réellement les nationalités est la corrélation, ou son absence, entre l’identité alimentaire des rédactrices et les recettes qu’elles proposent. Des deux côtés de la frontière, le fait de ne pas manger de viande ou de produits d’origine animale est associé à un mode de vie sain et écologique et les blogs verts regorgent de recettes végétariennes et véganes. Néanmoins, sur 26 blogueuses françaises, deux se disent “flexitariennes”, neuf sont véritablement végétariennes et sept sont complètement véganes. Chez les rédactrices du côté allemand en revanche, seules deux mangent potentiellement de la viande, alors que sept sont végétariennes et que 17 se disent véganes. Dans notre échantillon, on observe donc que le végétarisme et le véganisme sont perçus comme un engagement bien moins strict du côté français, où les recettes alternatives apparaissent davantage comme un moyen d’amener de la variété dans la cuisine quotidienne.

  • 6 En 2018. Voir « Unsere Genossenschaft - Über uns - Reformhaus® », s. d. (en ligne : https://www.ref (...)
  • 7 Voir aussi Barlösius, Eva, „Alles Vergangenheit? Lebensreformerische Spuren in unserer Zeit – eine (...)
  • 8 Source : Agence BIO/ AND International, Agreste dans « Les chiffres clés – Agence Bio », s. d., p.  (...)

23La forte prédominance des végétariennes et des véganes convaincues dans le corpus germanophone s’explique peut-être par l’implantation plus importante et plus ancienne du mode de vie naturel (naturgemäß) en Allemagne. Alors que la première épicerie biologique parisienne ouvre en 1948 (La Vie Claire, fondée par Henri-Charles Geffroy), les alternatives végétariennes et les produits bios sont disponibles dans les Reformhäuser allemands depuis le milieu du XIXe siècle. L’enseigne perdure aujourd’hui par une coopérative éponyme comptant plus de 800 magasins6. Une autre trace de la particularité historique allemande vis-à-vis du mode de vie sain se retrouve dans les quelques occurrences du terme vollkorn (15% des rédactrices l’associent à leur définition d’une alimentation saine). L’intérêt pour les aliments végétaux non-transformés est un héritage du régime Vollwert initié par Werner Kollath (1892-1970). Dans notre corpus, le couple qui tient le vollwertblog en est notamment adepte7. Le fait que les blogueuses françaises insistent plus volontiers sur le choix de produits issus de l’agriculture biologique, plutôt que sur une alimentation purement végétarienne, fait écho à l’essor spectaculaire du bio en France durant la dernière décennie. Le marché alimentaire biologique est passé de 6,6 milliards d’euros et 2015 à 11,9 milliards en 2019 et les surfaces dédiées au bio ont doublé sur la même période8. Cette évolution s’est accompagnée de la diffusion d’un discours publicitaire associant les concepts de « vie saine » et « d’alimentation biologique », une idée qui est ici largement reprise chez les rédactrices françaises.

Dépasser la question de l’utilité

Replacer les blogs verts dans une perspective historique

24Bien que subtiles, les différences régionales entre les blogs et comptes green en France en et Allemagne nous montrent que si l’on peut les définir comme des pages personnelles dédiées au partage du mode de vie sain d’un individu (« personal webpages devoted to sharing an individual’s healthy lifestyle », Bissonnette-Maheux et al., 2015 : 2), ce qui est associé au “sain” (healthy) varie selon les territoires. Le modèle dominant semble bien être celui du clean eating et donc de l’exclusion de certains aliments ou groupes d’aliments, mais ce concept ne suffit pas à recouvrir toutes les motivations qui sont à l’œuvre dans le choix d’un mode de vie healthy. Alors que la littérature anglo-saxonne se concentre sur la question de la minceur, nous pouvons observer que la perte de poids est une thématique minoritaire dans notre corpus comparée à l’amélioration globale de l’état de santé (le sien ou celui de sa famille), à la protection de l’environnement ou plus généralement à une quête éthique et morale. Les articles critiques que nous avons cités partent du postulat que l’objectif du blog ou du compte Instagram est de fournir un exemple de vie saine (« providing an example of healthy living to others », Ibid), ce qui motive un questionnement autour de l’efficacité ou de la nocivité de ce type de contenus. Or, pour sortir de l’aporie du “pour ou contre les blogs verts” et proposer une définition plus apaisée du mouvement, la dimension personnelle de ces pages (« personal webpages ») doit prendre le pas sur leur fonction de guide, qui est peut-être plus inspirante qu’injonctive.

  • 9 C. Lasch, Das Zeitalter des Narzissmus, s. l., 1980 ; Richard Senett, Verfall und Ende des öffentli (...)

25Les blogs et comptes verts sont d’abord des « récits réflexifs d'entreprises d'autocontrôle » (Cardon, Delaunay-Téterel, 2006 : 32), et une variante des journaux intimes numériques, avant d’être une version dégradée des revues diététiques. Les valeurs qui sont à l’œuvre dans cette démarche : la nécessité du travail sur soi et la quête du “moi authentique” peuvent être considérées comme un héritage de la pensée alternative de gauche, dont Sven Reichardt décrit la naissance dans les années 1970 (Reichardt, 2014 : 57-68). L’historien souligne que la représentation du moi comme un espace intérieur, qu'il s'agirait d'explorer, n'est nullement évidente et explique comment le milieu alternatif de l'époque a contribué à sa diffusion. L'essor du fitness, du jogging, du yoga et l'intégration d'éléments de la culture New Age chez les précurseurs de nos blogueuses a par ailleurs été analysé par Christopher Lasch comme une manifestation de l'égoïsme d'une société de poseurs narcissiques. Richard Senett parle de « tyrannie de l'intimité » pour caractériser l'obligation de révéler son moi intérieur qui se met alors en place et qui trouve son apogée dans notre usage quotidien des réseaux sociaux9.

  • 10 «Wenn die Fotografen der Jugendbewegung derartige Abbildungen schufen, legten sie ganz bewusst nur (...)

26Replacer la tendance green dans l'histoire des modes de vie alternatifs qui lui ont donné naissance nous paraît indispensable pour poser sur elle un regard qui ne soit pas biaisé par la méfiance instinctive qu'inspire tout phénomène nouveau. A l'instar de ce que nous évoquions ci-dessus au sujet des Reformhäuser, il est possible de remonter plus loin encore dans l'histoire pour retracer une généalogie esthétique du mouvement. Les mises en scènes de corps sveltes et jeunes, dans une nature intacte, que nous avons rencontrées sur Instagram ne sont pas sans rappeler les photographie qu'un artiste comme Julius Groß a faites des Wandervögel. Il s'agit là aussi d'images idéales, de Wunschbilder (Mogge, 1991 : 26-27) qui nous suggèrent une réalité alternative, plus radieuse, en sélectionnant soigneusement ce qui est montré10.

Prendre en compte la culture propre aux réseaux sociaux numériques

27Les publications critiques vis-à-vis de la blogosphère verte posent la question de la légitimité de leurs autrices à prodiguer des conseils nutritionnels. Dans « Are clean eating blogs a source of healthy recipes? », Dickinson et al. relèvent ainsi que la plupart des rédactrices n’ont pour seule expertise que leur passion pour la cuisine (2018 : 2) : « Clean eating blogs are not usually authored by people qualified to give individual nutrition advice, with the majority of bloggers writing because of their passion for food. »

28En effet, nous avons pu observer que majorité des pages de notre corpus ne sont pas tenues par des nutritionnistes ou des diététiciennes. Or, cette légitime inquiétude est manifeste du fait que les auteurs appliquent aux réseaux sociaux des critères qui leur sont étrangers. La culture de l’amateurisme et les stars self made sont des éléments fondamentaux de l’émergence des médias sociaux. Même si les “célébrités ordinaires” qui naissent sur Instagram ou YouTube demeurent insérées dans les médias de masse traditionnels (Burgess, Green, 2018 : 23-24) – par les contrats publicitaires, la publication de livres ou autres – le pacte de lecture passé avec leur communauté est spécifique aux réseaux sociaux. Les lectrices des blogs verts ne viennent pas simplement y chercher une collection de recettes saines ou des conseils nutritionnels, elles s’attachent à la personnalité de la rédactrice, s’insèrent dans un réseau de femmes qui exposent leur quotidien et s’en inspirent pour cultiver leur propre intériorité partagée. S’il est impossible de résumer en quelques lignes ce qui motive l’engagement d’un lectorat sur les réseaux sociaux numérique, celui-ci est, quoi qu’il en soit, plus esthétique que pratique, plus le fait d’une construction identitaire que d’une pure et simple recherche d’informations. 

29La définition des blogs et comptes Instagram verts comme un sous-genre des food blogs et de la littérature de conseils diététiques omet une dimension essentielle de cette forme d’écriture numérique majoritairement féminine : le partage d’une intériorité et l’affichage de soi. Sortir de l’aporie de la critique d’une sphère des réseaux sociaux accusée de promouvoir l’orthorexie suppose de la considérer dans une perspective historique, qu’il s’agisse de l’histoire des récits autobiographiques de réforme de soi, de celle des mouvements alternatifs du XXe siècle ou de celle des réseaux sociaux numériques. Nous proposons de définir les blogs et comptes Instagram green ou “verts” comme un sous-genre du journal intime numérique dans lequel la construction de l’identité en ligne passe par l’affichage d’une attitude de consommation écologiquement et sanitairement responsable. Enfin, certaines caractéristiques du mode de vie “vert” qui y est mis en scène peuvent varier selon l’histoire personnelle de l’émettrice et son pays d’origine.

Haut de page

Bibliographie

Allen Michelle, Kacie M. Dickinson et Ivanka Prichard, « The Dirt on Clean Eating: A Cross Sectional Analysis of Dietary Intake, Restrained Eating and Opinions about Clean Eating among Women », Nutrients, vol. 10, no 9, septembre 2018, p. 1266.

Bissonnette-Maheux Véronique, Véronique Provencher, Annie Lapointe, Marilyn Dugrenier, Audrée-Anne Dumas, Pierre Pluye, Sharon Straus, Marie-Pierre Gagnon et Sophie Desroches, « Exploring Women’s Beliefs and Perceptions About Healthy Eating Blogs: A Qualitative Study », Journal of Medical Internet Research, vol. 17, no 4, 8 avril 2015 (DOI : 10.2196/jmir.3504).

Bloom Lynn Z., « Consuming Prose: The Delectable Rhetoric of Food Writing », College English, vol. 70, no 4, National Council of Teachers of English, 2008, p. 346-362. JSTOR.

Boepple Leah et Joel Kevin Thompson, « A content analysis of healthy living blogs: Evidence of content thematically consistent with dysfunctional eating attitudes and behaviors », International Journal of Eating Disorders, vol. 47, no 4, 2014, p. 362-367.

Burgess Jean et Joshua Green, Youtube: online video and participatory culture, Cambridge, UK; Malden, MA, Polity Press, 2018.

Burton Katelyn Leigh, You are what you eat: Investigating food discourse and digitally-mediated identities, Ph.D., Rhode Island, University of Rhode Island, Etats-Unis, 2016.

Cardon Dominique, « Réseaux sociaux de l’Internet », Communications, vol. 88, no 1, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, 2011, p. 141-148.

Cardon Dominique et Hélène Delaunay-Téterel, « La production de soi comme technique relationnelle », Réseaux, no 138, no 4, Lavoisier, 1er décembre 2006, p. 15-71.

Casilli Antonio A., Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2010.

Dickinson Kacie M., Michelle S. Watson et Ivanka Prichard, « Are Clean Eating Blogs a Source of Healthy Recipes? A Comparative Study of the Nutrient Composition of Foods with and without Clean Eating Claims », Nutrients, vol. 10, no 10, 1er octobre 2018, p. 1440.

Mogge Winfried et Julius Groß, Bilder aus dem Wandervogel-Leben: die bürgerliche Jugendbewegung in Fotos von Julius Groß; 1913 -1933, Köln, Verl. Wiss. und Politik, 1991.

Nevin Suzanne M. et Lenny R. Vartanian, « The stigma of clean dieting and orthorexia nervosa », Journal of Eating Disorders, vol. 5, no 1, 25 août 2017, p. 37.

Patriarche Geoffroy et Marie Dufrasne, « Penser la diversité des pratiques médiatiques », Réseaux, n° 187, no 5, La Découverte, 25 novembre 2014, p. 195-232.

Reichardt Sven, Authentizität und Gemeinschaft: linksalternatives Leben in den siebziger und frühen achtziger Jahren, Suhrkamp Berlin, 2014.

Simpson Courtney C. et Suzanne E. Mazzeo, « Skinny Is Not Enough: A Content Analysis of Fitspiration on Pinterest », Health Communication, vol. 32, no 5, 4 mai 2017, p. 560-567.

Tiggemann Marika et Mia Zaccardo, « “Exercise to be fit, not skinny”: The effect of fitspiration imagery on women’s body image », Body Image, vol. 15, septembre 2015, p. 61-67.

Turner Pixie G. et Carmen E. Lefevre, « Instagram use is linked to increased symptoms of orthorexia nervosa », Eating and Weight Disorders - Studies on Anorexia, Bulimia and Obesity, vol. 22, no 2, 1er juin 2017, p. 277-284.

« Les chiffres clés – Agence Bio », sans date (en ligne : https://www.agencebio.org/vos-outils/les-chiffres-cles/ ; consulté le 20 décembre 2020).

« Unsere Genossenschaft - Über uns - Reformhaus® », sans date (en ligne : https://www.reformhaus.de/ueber-uns/unsere-genossenschaft/ ; consulté le 14 septembre 2020).

Haut de page

Notes

1 Le chiffre est tiré de l’article : « Put “clean eating” on your wellness radar today. - Free Online Library », s. d., p. 3.
(en ligne : https://www.thefreelibrary.com/Put+%22clean+eating%22+on+your+wellness+radar+today.-a0301872361 ; consulté le 4 mai 2020)

2 Fitspiration est la contraction de « fitness » et « inspiration » et désigne des publications motivant à faire du sport. Le terme est apparu par opposition à la tendance thinspiration qui célébrait la minceur, voire la maigreur.

3 L. Z. Bloom, « Consuming Prose: The Delectable Rhetoric of Food Writing », College English, vol. 70, no 4, National Council of Teachers of English, 2008, p. 348-349. « Il y a (plus ou moins) 151 millions de blogs culinaires, de ceux nauséabonds de mauvais goût et de narcissisme, aux sites commerciaux promouvant des livres de cuisine, aux succulents commentaires émis par de bons cuisiniers et des écrivains culinaires professionnels. » [traduction de l’autrice].

4 La plupart des personnes qui tiennent les blogs dont il est question ici sont des femmes. Dans la suite de cet article, et conformément à l’accord de majorité, tous les termes qui se rapportent à elles seront donc au féminin.

5 J. Lopez, « July Healthy Cooking », sur July Healthy Cooking, s. d. (en ligne : https://julyhealthycooking.com/ ; consulté le 2 août 2020).

6 En 2018. Voir « Unsere Genossenschaft - Über uns - Reformhaus® », s. d. (en ligne : https://www.reformhaus.de/ueber-uns/unsere-genossenschaft/ ; consulté le 14 septembre 2020).

7 Voir aussi Barlösius, Eva, „Alles Vergangenheit? Lebensreformerische Spuren in unserer Zeit – eine essayistische Annäherung.", in K. Wolbert, Die Lebensreform, Häusser, Darmstadt, 2001, p. 588.

8 Source : Agence BIO/ AND International, Agreste dans « Les chiffres clés – Agence Bio », s. d., p. 2-3. (en ligne : https://www.agencebio.org/vos-outils/les-chiffres-cles/ ; consulté le 20 décembre 2020)

9 C. Lasch, Das Zeitalter des Narzissmus, s. l., 1980 ; Richard Senett, Verfall und Ende des öffentlichen Lebens. Die Tyrannei der Intimität, Francfort, 1994. Cités dans Reichardt, 2014 : 63, note 114.

10 «Wenn die Fotografen der Jugendbewegung derartige Abbildungen schufen, legten sie ganz bewusst nur bestimmte Ausschnitte aus der sie umgebenden Wirklichkeit vor: Wunschbilder, Visionen aus einer als besser erinnerten Vergangenheit in eine als besser erhoffte Zukunft.», W. Mogge et J. Groß, Bilder aus dem Wandervogel-Leben: die bürgerliche Jugendbewegung in Fotos von Julius Groß ; 1913 -1933, Köln, Verl. Wiss. und Politik, 1991, p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Atkinson, « Pour une définition de la tendance verte sur les réseaux sociaux »Trajectoires [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/6078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.6078

Haut de page

Auteur

Louise Atkinson

Doctorante en études germaniques, CEREG, Université Paris Nanterre

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search