Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14SynThèses« Le combat pour une parole libre...

SynThèses

« Le combat pour une parole libre ». La sémantique de la liberté de la presse et la censure dans les débats français et allemands autour de Charlie Hebdo (2015-2017)

Thèse en études germaniques soutenue le 19 novembre 2020 à Sorbonne Université et à l’université de Bonn
Anna Gvelesiani

Texte intégral

1Les attentats contre Charlie Hebdo en 2015 ont donné lieu à de nombreux débats publics en France et en Allemagne. L'attaque du magazine satirique a en particulier déclenché un débat sur les concepts de la liberté de la presse et de la censure. Ce débat s’inscrivait dans un discours plus large, dans lequel plusieurs complexes thématiques ont été négociés. Cette analyse porte sur les journaux ayant le plus grand tirage en Allemagne et en France, afin de rendre visible le réseau de textes mentionné ci-dessus. L’étude part du principe que la presse joue un rôle constructiviste dans les sociétés ; il s’agit donc de retracer les interprétations et les sujets les plus largement couverts sur la base des articles de journaux dans la période allant de 2015 à 2017.

2La question de savoir comment les journaux parlent de la liberté de la presse et de la censure implique également une question sur les cadres d'interprétation que ces textes diffusent. De cette façon, les positions qui se situaient sur un spectre entre le slogan bien connu « Je suis Charlie » et l’opposition « Je ne suis pas Charlie » sont devenues visibles. La sémantique historique de chaque moment est liée à cette visibilité des positions. Les références à la liberté de la presse et à la censure se situent dans un espace virtuel, une carte mentale qui est constituée et consolidée par les textes. Cette carte montre les dimensions des continuités et des césures historiques, en particulier depuis les Lumières. Cette dimension a été illuminée dans le contexte des discussions actuelles autour de Charlie Hebdo, grâce à la sémantique historique.

3Pour cette raison, l'analyse du corpus a été précédée d’une partie historique, indispensable pour faire ressortir les références et les cadres de référence identifiés dans les analyses des textes. En effet, ces références sémantiques et les continuités historiques qui y sont liées ont été dégagées des textes dans la mesure où elles restent à ce jour des éléments centraux pour la construction de groupes internes et externes.

4Sur la base de ces éléments fondamentaux, les analyses pouvaient être insérées et interprétées dans leur contexte historique. La méthode d’analyse linguistique du discours a permis d’identifier systématiquement le lexique, les métaphores et l'argumentation utilisés dans le corpus et donc de déterminer le caractère exemplaire du réseau de textes, ce qui a rendu visibles les complexes thématiques. Alors que, la première semaine, les discussions se sont concentrées sur les thèmes de l’identification et de la solidarité, cela a conduit directement à l’interprétation des événements comme une atteinte à la liberté de la presse. C’est sur cette base qu’a été établi le cadre d'interprétation majoritaire, qui a ensuite été adapté à partir de différentes perspectives et lignes rédactionnelles. Cela a conduit à la lecture d’une unité française sous l’égide du concept de la République, lecture qui a à son tour déclenché des débats sur l’appartenance républicaine. Dans le cas de l'Allemagne, cette base d’identification s’étendait au-delà de la France à un espace européen. Cela s'est accompagné d’une dichotomisation en groupes internes et externes basée sur le concept de la liberté de la presse. Elle a été interprétée comme une valeur centrale européenne que les terroristes ne partageaient pas. La caractérisation du groupe étranger était largement basée sur l’affiliation religieuse dans la majorité des interprétations. Cela s’est accompagné d’une dévalorisation de l'islam en tant que religion rétrograde, « pré-éclairée » (« voraufgeklärt ») et violente, et en tant que menace pour l’Europe. Cette lecture, surtout sur la base des documents conservateurs des deux pays, s'inscrit dans le récit d'une incompatibilité fondamentale d’un « Occident » fantasmé avec l’islam et d’un conflit militaire entre les deux parties. Charlie Hebdo est devenu une référence politiquement pertinente pour la question de l'appartenance européenne. En raison notamment de l’appropriation immédiate de cette lecture par les groupes de droite, une résistance s'est brièvement manifestée dans les journaux examinés, qui ont insisté sur la distinction entre l’islam et la terreur islamique.

5Néanmoins, l’interprétation d’une vision binaire du monde a pu prévaloir à long terme, comme l’ont confirmé les attentats de novembre 2015. Les attentats de Paris ont été interprétés comme une nouvelle manifestation d’un conflit fondamental. Ainsi, comme cela était encore le cas deux ans après les attentats, le cadre d’interprétation majoritaire a été préservé, les débats et les interprétations ont eu tendance à se répéter en fonction des événements. À cet égard, on peut affirmer que, si les événements de janvier 2015 ont représenté une césure dans les débats allemands et français sur la liberté de la presse et sur la censure, ces débats se sont également inscrits dans un contexte plus large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gvelesiani, « « Le combat pour une parole libre ». La sémantique de la liberté de la presse et la censure dans les débats français et allemands autour de Charlie Hebdo (2015-2017) »Trajectoires [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/6455 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.6455

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search