Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14SynThèsesLe concept de perfectibilité chez...

SynThèses

Le concept de perfectibilité chez Georg Forster, vecteur d’une critique interne des civilisations européennes ?

Thèse de doctorat en études germaniques soutenue le 12 octobre 2020 à l’ENS de Lyon, sous la direction d’Anne Lagny
Emmanuel Hourcade

Texte intégral

1Le concept rousseauiste de perfectibilité, chargé d’une dimension polémique et critique dès sa création, connaît une postérité importante dans l’espace germanique des secondes Lumières. Ce travail de doctorat a été consacré à l’étude de la perfectibilité dans l’œuvre de Georg Forster (1754-1794), explorateur, naturaliste, philosophe et révolutionnaire.

2Forster joue un rôle important dans l’organisation, la constitution et la transmission des savoirs, il assume une position de médiateur dans les grands problèmes de son temps. Il se place ainsi à la croisée de différents réseaux, entre un public cultivé et un public plus populaire. Il a également fourni l’occasion, au moins en partie, à la rédaction de certains textes fondateurs, notamment les textes sur les races de Kant.

3Cette étude a eu pour point de départ l’hypothèse selon laquelle la perfectibilité est un élément structurant de la pensée de Forster et le vecteur d’une critique interne des civilisations européennes. La vérification de cette hypothèse a imposé la constitution d’un corpus étendu et divers : l’activité scientifique de Forster s’étend à un grand nombre de domaines de la connaissance, tels que l’histoire, la morale, les sciences naturelles et politiques. Cependant, Forster déploie le plus souvent ses conceptions propres en annexe d’autres ouvrages, ou bien dans des écrits de circonstance. Cela a imposé une reconstitution de la conception de la perfectibilité de Forster au sein d’un ensemble, à partir de remarques ponctuelles. Cette reconstitution a permis de mettre en évidence une gestation progressive des concepts de perfectibilité et de perfectionnement, qui s’affermissent au fil du temps, de leur découverte empirique par le jeune Forster au cours de son voyage autour du monde à leur systématisation et conceptualisation dans des textes ultérieurs. Il a été possible de déterminer que même les domaines de la pensée de Forster qui ne relèvent pas de la science de l’homme accordent une place importante à la perfectibilité.

4La perfectibilité est centrale pour la définition de la nature humaine chez Forster, dans la mesure où elle lui permet de définir la nature humaine sans avoir recours aux instincts. Elle assure ainsi à l’homme une certaine liberté dans le cadre du déterminisme naturel. Si Forster reprend certaines idées de Herder, de Blumenbach ou de Buffon, il s’en distingue délibérément dans ce qu’il fait de ces idées. Pour Forster, la perfectibilité joue un rôle d’articulation entre différentes notions qui ont une influence sur la nature humaine : la nature et la culture, le général et le particulier, la raison et le sentiment, la liberté et la nécessité.

5Forster pense la perfectibilité dans son rapport immédiat au perfectionnement effectif des peuples qu’il côtoie. Elle est pour lui un instrument des Lumières, une grille de lecture pour mieux comprendre un peuple dans son milieu. Puisque Forster est convaincu de l’universalité de la nature humaine, la question du dénominateur commun de tous ces peuples se pose : qu’est-ce qui définit l’humanité ? Existe-t-il une moralité humaine universelle ? Quelles facultés sont présentes chez tous les peuples ?

6Or Forster ne s’efforce pas de constituer un système moral ou métaphysique, mais se pose ces questions dans la pratique, dans le contexte de la rencontre avec ces peuples. Ces questions revêtent une forme d’urgence, inséparable des conditions de la rencontre : il s’agit de comprendre le comportement de ces peuples, mais aussi de les défendre contre des préjugés ou des abus réels de la part des Européens. Par le contraste qu’elle fait apparaître entre ce que pourraient être les Européens et ce qu’ils sont réellement, la perfectibilité permet à Forster de jeter un regard critique sur les civilisations européennes et de dénoncer le décalage entre la perfectibilité à laquelle les peuples européens pourraient prétendre et le degré d’incurie dans lequel vit la majeure partie de la population. À ce titre, la perfectibilité de Forster a eu une influence directe sur sa conviction qu’il est indispensable d’agir sur la société pour effacer ce décalage. De fait, on assiste à une ouverture de la perfectibilité sur le champ de l’action, d’abord dans le domaine de la pédagogie, puis de l’action politique.

7Ce travail de doctorat s’est doublé d’un travail de traduction : si les textes de la période révolutionnaire de Forster ont été traduits en français au cours des trente dernières années, c’est bien moins le cas de ses autres textes, en particulier ceux consacrés à son anthropologie ou à ses conceptions philosophiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Hourcade, « Le concept de perfectibilité chez Georg Forster, vecteur d’une critique interne des civilisations européennes ? »Trajectoires [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/6464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.6464

Haut de page

Auteur

Emmanuel Hourcade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search