Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14SynThèsesLa mode en série : essor de la co...

SynThèses

La mode en série : essor de la confection et de la grande distribution vestimentaires. Le système de la mode à Berlin des années 1880 à 1914

Thèse de doctorat en études germaniques soutenue le 26 juin 2020 à l’ENS de Lyon
Philipp Jonke

Texte intégral

1Cette thèse en civilisation germanique explore l’histoire socio-économique et culturelle de la mode industrielle berlinoise à la fin du XIXe siècle. Les trois décennies précédant la Première Guerre mondiale se caractérisent par l’essor de la production sérielle de vêtements selon des tailles standardisées (confection) et de la grande distribution (grands magasins – Warenhäuser – et magasins spécialisés – Kaufhäuser) à Berlin, capitale du nouvel Empire allemand fondé en 1871. La transition vers une économie industrielle et capitaliste proposant une alternative aux vêtements confectionnés sur mesure constitue alors un changement majeur au niveau de la mode allemande, que ce travail retrace tant sur le plan du paysage urbain et de la diversification des couches sociales touchées par la mode que sur celui des normes véhiculées par les textes et les illustrations de la presse de mode allemande.

2La notion de « système de la mode » sert à décrire, dans cette thèse, l’organisation de la mode berlinoise à partir des interactions entre la production en série, la vente par la grande distribution et la société. L’étude analyse donc les mutations introduites par deux acteurs économiques – la confection et la grande distribution – dans un système caractérisé par l’interaction nécessaire entre trois acteurs principaux : la production, la distribution et la société. Elle apporte ainsi aussi bien un éclairage historique sur les changements de la mode liés à la confection et à la grande distribution au tournant de 1900 qu’un cadre théorique, fondé sur les écrits de penseurs contemporains, qui définit la mode par l’interaction permanente entre trois acteurs différents et toujours changeants. Le renouvellement des modes s’explique alors par les mutations des acteurs eux-mêmes.

3La reconstitution historique procède en trois temps en exploitant une documentation diversifiée et fragmentée, reconstituée à partir des seules traces héritées d’un secteur principalement juif, démantelé trente ans après la période étudiée. Ainsi, les revues économiques, les études sociales du secteur publiées avant 1914, les journaux de mode Der Bazar, Die Modenwelt, Illustrierte Frauen-Zeitung, Die Dame et Die Praktische Berlinerin, la revue spécialisée Der Konfektionär, et la revue des arts décoratifs Deutsche Kunst und Dekoration, les annuaires de Berlin, les encyclopédies et manuels de bienséance allemands, les réclames et enfin les quelques documents des magasins conservés encore aujourd’hui reflètent un secteur économique en pleine mutation : la confection en série propose désormais des vêtements soumis aux changements saisonniers de la mode, la distribution attire un nombre croissant de clients aux profils divers et la politique prend les premières mesures coercitives face à cette évolution d’envergure. Ce contexte économique et politique amène la redéfinition de la place faite aux différentes couches sociales dans le système de la mode et un changement en profondeur du paysage de la ville, comme en témoigne la répartition géographique de 69 magasins berlinois. Une deuxième partie se focalise donc sur les couches sociales du point de vue de leur participation aux renouvellements vestimentaires saisonniers et met en lumière, ce faisant, les spécificités d’une société allemande hiérarchisée, d’une bourgeoisie montante et d’une classe moyenne qui gagne l’accès à de nombreuses nouveautés. Les prix affichés dans la presse par les enseignes berlinoises fournissent, à ce titre, l’image d’une mode qui s’ouvre aux couches moins fortunées de la capitale. Enfin, cette visibilité accrue de la mode par le biais des magasins et les multiples possibilités d’acquérir des modes à prix modérés entraînent une lente évolution des normes sociales et genrées, traitée dans la troisième partie. Ces normes s’appliquent désormais à la femme de la haute bourgeoisie tout comme à celle des couches moyennes. Une analyse de textes spécialisés, d’ouvrages littéraires et de l’abondante documentation iconographique de la presse de mode fait ressortir cette transition.

4Cette thèse retrace ainsi les mutations introduites par la confection et la grande distribution dans le système de la mode berlinois. Elle fournit une contribution à l’histoire économique, urbaine et culturelle de Berlin et complète les recherches sur l’histoire de la mode allemande par une monographie centrée sur les spécificités de la mode industrielle de l’Allemagne wilhelmienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philipp Jonke, « La mode en série : essor de la confection et de la grande distribution vestimentaires. Le système de la mode à Berlin des années 1880 à 1914 »Trajectoires [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/6468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.6468

Haut de page

Auteur

Philipp Jonke

Articles du même auteur

  • Off the Rack [Texte intégral]
    The Production of Fashionable Female Bodies in Early 20th Century Berlin
    Paru dans Trajectoires, 14 | 2021
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search