Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15EchosLes rapports de pouvoir en littér...

Echos

Les rapports de pouvoir en littérature : Introduction

Sarah Carlotta Hechler, Claire Mélot et Claire Tomasella

Texte intégral

  • 1 Les rapports de pouvoir peuvent être envisagés comme un système complexe de mécanismes et d’effets (...)
  • 2 Sur la proximité entre les notions d’hégémonie culturelle et de violence symbolique, voir également (...)

1Le présent dossier rassemble des contributions issues d’une journée d’étude intitulée « Les rapports de pouvoir en littérature : manifestations et mises en scène des formes de stigmatisation, de domination et de résistance dans l’espace littéraire », qui s’est tenue les 6 et 7 mai 2021. Les rapports de pouvoir1 vont en partie renvoyer ici aux inégalités objectives d’accès à l’expression littéraire, ainsi qu’aux processus de mises à distance qui touchent certains individus ou groupes sociaux, et leurs œuvres, à l’intérieur de l’espace littéraire. Partant du principe que la pratique littéraire n’est pas détachée du monde social, ce dossier s’inscrit dans une tradition qui a exploré la tension entre rapports de force matériels et rapports de sens symboliques. La domination symbolique a été pensée par plusieurs intellectuels, notamment Antonio Gramsci à travers le concept d’hégémonie culturelle (Gramsci, 1996 ; Saïd, 1997) et Pierre Bourdieu avec celui de pouvoir symbolique2 (Bourdieu, 1977b). Ce qui rapproche l’hégémonie culturelle et le pouvoir symbolique est qu’ils opèrent tous deux tant à l’échelle nationale qu’internationale (Casanova, 2008 ; Saïd, 1997 ; Ducournau, 2017) par l’entremise de la domination d’une classe, d’un groupe social ou d’une nation qui impose son arbitraire culturel sous la forme d’un ordre symbolique à des dominés, et plus généralement à l’ensemble d’une société.

  • 3 Tous deux imprégnés par la pensée de Max Weber, les concepts d’hégémonie culturelle et de pouvoir s (...)
  • 4 Gisèle Sapiro introduit ce concept en le distinguant de celui d’idéologie et le définit comme « eng (...)

2La domination symbolique, travaillée par la dialectique de la domination sociale dont elle n’est pas un simple décalque (Grignon et Passeron, 2015 : 26), relève alors de processus indirects3. Cette autonomie des rapports de force d’ordre symbolique est néanmoins relative dans la mesure où les frontières entre domaine politique et culturel sont poreuses et que ces sphères peuvent s’influencer l’une l’autre. C’est ce qu’exprime Pierre Bourdieu, pour qui la transformation des rapports de pouvoir d’une sphère à l’autre engendre leur invisibilisation (Bourdieu, 1977b : 411). En postulant à la fois l’autonomie et la dépendance des rapports de pouvoir d’ordre symbolique à l’égard des rapports de force matériels, l’enjeu a été, d’une part, de prendre en considération la spécificité du champ littéraire pour mieux comprendre les formes de domination, de stigmatisation et d’engagement qui y ont cours. Il s’est agi, d’autre part, d’envisager la fonction idéologique des rapports de force symboliques, soit d’un côté l’imposition d’un ordre culturel dans le cadre de la domination sociale et, de l’autre, la lutte que des individus et groupes sociaux engagent afin de prendre part à l’élaboration des discours et des représentations. À cet égard, la littérature peut être envisagée comme véhiculant des « vision[s] du monde4 » susceptibles de défier, voire de subvertir l’ordre social existant (Sapiro 2021 : 1). Ce dossier rend compte des stratégies déployées, notamment par des écrivain·e·s, dans cette lutte symbolique, qui est aussi une lutte politique, dans la mesure où « les conflits proprement esthétiques sur la vision légitime du monde, c’est-à-dire, en dernier ressort, sur ce qui mérite d’être représenté et sur la bonne manière de le représenter, sont des conflits politiques (suprêmement euphémisés) pour l’imposition de la définition dominante de la réalité et, en particulier, de la réalité sociale » (Bourdieu, 1977a : 29).

  • 5 L’écrivaine qualifie ultérieurement cette manière d’écrire d’« écriture de la distance » (Ernaux, 2 (...)
  • 6 Louisa Yousfi consacre par exemple des chapitres de son livre aux écrivains Kateb Yacine et Chester (...)
  • 7 « Tout l’enjeu consiste à trouver les mots et les phrases les plus justes […] » (Ernaux, 2011 [2003 (...)
  • 8 Sur la différence entre l’« engagement d’écriture » d’Ernaux et la « littérature engagée » de Sartr (...)
  • 9 Lukács critique cette position car elle renvoie à la même opposition sur laquelle la littérature bo (...)

3L’affrontement des rapports de force matériels et culturels par des moyens littéraires peut passer par un retournement du stigmate, une forme d’appropriation de la marque symbolique négative opérée par la culture dominante, et par une résistance à l’intégration dans cette culture. Cela est exprimé par Annie Ernaux lorsqu’elle introduit l’« écriture plate » dans La Place (1983 : 24)5, ou lorsqu’elle déclare dans Une femme vouloir « rester, d’une certaine façon, au-dessous de la littérature » (Ernaux, 1987 : 23). De manière semblable, mais au sujet de la condition postcoloniale, Louisa Yousfi explore dans son essai Rester barbare (2022a) le potentiel de résistance dans la littérature et le rap6 qui se manifeste dans une remise en question des structures hégémoniques non seulement au niveau du contenu, mais aussi à travers la forme. Il s’agit ainsi de trouver la forme et le mot juste7 pour défier les structures de représentation dominantes. Ces « engagements d’écriture » remettent en cause l’opposition entre forme et contenu sur laquelle s’est en partie structuré le champ littéraire au 19e siècle (Bourdieu, 1998), à la différence de la notion sartrienne de « littérature engagée » (Sartre, 1948) dans laquelle la finalité politique ou éthique de l’écriture prévaut sur la dimension formelle8. À cet égard, on peut évoquer, en ce qui concerne l’aire germanophone, la Tendenzliteratur (« littérature de tendance ») qui rejette les préoccupations de forme pour favoriser la fonction sociale de la littérature (cf. Lukács, 1961 [1932] : p. 112)9.

  • 10 Gisèle Sapiro distingue dans son article quatre pôles d’écrivain·e·s dans la littérature française  (...)

4Dans le contexte français d’après-guerre, à la suite des débats sur la « littérature engagée », la littérature a été conçue comme « dégagée » (Etiemble, 1955) ou « neutre » (Blanchot, 1955). Or, après une phase durant laquelle les réflexions formelles étaient prédominantes, notamment dans le mouvement littéraire du Nouveau roman, les problématiques sociales semblent revenir et se renouveler en littérature depuis les années 1990 (cf. Asholt, 2013 ; Messling, 2019 : 19–20). La question d’un ‘retour du réel’ ou d’un ‘retour du politique’ comporte pourtant le risque d’opposer à nouveau, quelque peu schématiquement, contenu et forme. Dans son analyse des « continuités et ruptures » des « formes d’engagement des écrivains », Gisèle Sapiro observe un ‘engagement esthétique10’ dans la littérature française contemporaine qui opère par une dénaturalisation de la violence symbolique (Sapiro, 2021 : 4). Elle constate ainsi une re-politisation de la littérature qui se distingue du roman à thèse par l’invention de nouvelles formes d’écriture restituant la perspective des dominés (Ibid : 14). Plusieurs contributions de ce dossier montrent en effet comment des réflexions sur des rapports de pouvoirs sociaux s’entrelacent avec des questionnements formels dans des œuvres littéraires, mais aussi dans des textes sociologiques ou ethnographiques.

5Ce dossier réunit huit contributions de jeunes chercheur·es de culture scientifique française et allemande, issu·e·s de la littérature comparée, de la sociologie et de la philosophie. En focalisant son attention sur l’articulation entre littérature et société, il interroge à la fois les manifestations de domination et de résistance sur les multiples terrains que sont l’espace littéraire, les biographies et les écritures, ainsi que les croisements entre littérature et sciences sociales.

La littérature comme lieu de pouvoir et de contre-pouvoir

6Diverses formes du pouvoir dans la sphère sociale et littéraire ont été explorées par les auteur·e·s des contributions, considérant d’un côté les rapports de force qui ont cours dans l’espace social et se répercutent dans le monde des lettres et, de l’autre, ceux qui sont propres à cet univers.

  • 11 Forgé sur le concept d’invisibilité sociale avancé par la théorie critique, celui d’inaudibilité de (...)
  • 12 La notion de subalternité cherche à décrire la situation où, du fait de sa condition subordonnée, u (...)

7Dans son article consacré à Romain Gary, Sébastien Viron rend ainsi compte des déformations et stigmatisations (Goffman, 1975) qui ont marqué symboliquement l’écrivain. Ces visages défigurés ont été formés dans l’accueil critique de ses romans et à partir d’éléments biographiques plus ou moins fantasmés concernant ses origines étrangères, sa carrière militaire ou sa vie privée. Le pouvoir peut se manifester également en négatif, à travers l’« inaudibilité11 » des voix des subalternes12 au sein du monde littéraire, ce qu’illustre l’article d’Élise Huchet consacré à la démarche de Gayatri Chakravorty Spivak. La philosophe et critique littéraire indienne mobilise notamment des méthodes d’analyse déconstructivistes, postcoloniales et féministes pour rendre visibles les mécanismes de constitution et de maintien de canons littéraires. Les voix inaudibles en littérature ne sont pas seulement celles qui n’ont pas eu accès à l’expression littéraire ou à une place dans l’histoire officielle, mais peuvent également être celles des écrivain·e·s qui ont perdu de leur force en raison d’une consécration oscillante et réversible à travers le temps. Ainsi, Alexia Rosso montre de quelle manière l’écrivaine germanophone Auguste Hauschner, dont les écrits fictionnels et critiques ont fait l’objet au tournant du 20e siècle d’une réception labile et multiple, à l’intersection de diverses catégories génératrices de différence, a été par la suite effacée de l’histoire des lettres. Cette disparition est alors éclairée en articulant étude des mutations du champ littéraire et approche intersectionnelle.

8Si la littérature se révèle, au fil des contributions, le lieu où l’exercice du pouvoir est dévoilé et mis en scène, elle est dans le même temps l’endroit où des résistances à ce pouvoir peuvent être expérimentées. Ainsi, c’est en partie sur ce terrain que Romain Gary « casse les gueules » qui lui ont été faites. Sébastien Viron montre plus généralement les ressorts psychologiques, ludiques, médiatiques et littéraires que l’écrivain a employés afin de reconquérir une identité et un visage changeant et multiple, dans une superposition de masques et de postures auctoriales. Cela passe alors par le retournement du stigmate, l’écriture sous pseudonyme et le rapprochement de Gary de certains de ces personnages, grâce auxquels ce dernier peut à la fois se montrer et se cacher.

9Les ressources propres de la littérature qui font appel à l’imagination des lecteurs·trices sont également mises en lumière dans l’article d’Élise Huchet. Sans présupposer que les textes puissent garantir vérité ou authenticité, ni revendiquer une fonction de la littérature comme seul lieu d’expression des sujets politiques, Spivak pointe la capacité de la littérature à mobiliser les ressources de la fiction. Celles-ci sont susceptibles de garantir un contre-espace ouvert, où la parole d’individus marginalisés peut être entendue. En proposant une théorie de l’imagination à « la portée esthétique, éthique et politique » qui s’appuie sur les outils de l’étude littéraire critique postcoloniale, Spivak insiste sur la capacité d’écoute qui rendrait possible une « rencontre éthique » (E. Huchet). De la même manière, l’article d’Élise Huchet rappelle la tâche dévolue par Butler et Spivak à la traduction postcoloniale : ne plus cacher les difficultés posées par la transposition d’une langue à l’autre, mais faire de celles-ci des outils de transformation tant de la langue cible que de la langue source, ce qui permettrait ainsi une « mise en relation véritable de l’hétérogène » (cf. E.Huchet).

10D’une autre manière, l’entrelacement entre invention formelle, d’un côté, et combat social de l’autre, est aussi au cœur de la contribution de Julia Dettke qui rend compte du « saut dans le vide » d’instances narratrices engagées dans différentes configurations de domination où elles inventent de nouvelles manières de parler afin de s’exprimer. L’article examine ainsi les stratégies textuelles qui contrent les asymétries de pouvoir à travers différentes époques et aires géographiques – dans des textes de Denis Diderot, d’Annie Ernaux et de Patrick Chamoiseau. Ces démarches d’« auto-autorisation poétique » (J. Dettke) des instances narratrices hétérogènes auraient ceci en commun : elles dépassent l’affrontement isolé des structures de domination par une ouverture en direction d’un collectif de lecteur·trice·s.

Entre littérature et sociologie, entre vie et écriture

  • 13 « Wiederentdeckung der Sozialität der Künste » (Soziopolis, 2021).

11Selon la rédaction du portail d’information en sciences sociales Soziopolis, une « redécouverte de la socialité des arts » se manifeste actuellement13. En ce sens, on peut observer d’un côté un intérêt renforcé en sciences sociales pour la saisie du social en littérature (cf. par exemple Farzin, 2019). Il convient d’ajouter que, de l’autre côté, la littérature semble s’emparer de plus en plus explicitement depuis les années 1980 des sciences sociales. À cet égard, Dominique Viart constate, en se référant à la littérature française contemporaine, une « irruption insistante et concertée des diverses sciences humaines dans la littérature fictive » (Viart, 2006 : 202).

12Dans ce dossier, il s’est moins agi d’examiner cet intérêt respectif entre littérature et sciences sociales que d’analyser leurs manières divergentes et similaires d’appréhender le monde social. Ainsi, des contributions ont interrogé l’opposition entre la littérature, qui appartiendrait au domaine de la fiction, et les sciences sociales qui seraient à même de décrire la réalité. Marc Ortmann questionne en ce sens dans son article les différentes formes de représentation de la société en littérature et en sociologie. Partant du constat que l’objet social n’est accessible que par le langage, il s’intéresse surtout à la dimension narrative des textes sociologiques, qu’il fait reposer sur la distinction entre fiction et littérarité. Cette dimension narrative est également au centre de la contribution de Daniel Ellwanger, qui analyse quant à lui un texte ethnographique, On the Run : Fugitive Life in an American City (2014) d’Alice Goffman. En s’intéressant aux stratégies narratives qui rendent visibles les « arts de faire » de groupes marginalisés tels que Michel de Certeau les a conçus, Daniel Ellwanger montre comment la description ethnographique de Goffman s’approche des pratiques concrètes à la marge sans leur imposer une trop grande théorisation.

13Le potentiel d’une écriture d’expériences concrètes au lieu d’une théorisation abstraite est également exploré dans la contribution d’Elena Stingl. L’article montre comment les conditions de travail et les structures de pouvoir peuvent être saisies dans le Journal d’usine de Simone Weil, dont est proposée une lecture comme « écriture ouvrière ». Souhaitant connaître la réalité du monde du travail ouvrier et rendre compte de ses logiques, la philosophe opéra, de la même manière que d’autres « établis » (Linhart, 1981), une incursion temporaire dans le monde de l’usine. En mettant en avant la condition ouvrière dans son écriture, Weil exclut des éléments autobiographiques – elle ne tient compte dans ses publications ni de sa socialisation bourgeoise, ni de la dimension genrée de son expérience ouvrière (cf. E. Stingl).

14Tandis que certaines tentatives de rendre compte de logiques sociales font donc partiellement abstraction de la condition située de l’écrivain·e, des approches qu’on peut qualifier, en empruntant une formule d’Annie Ernaux, d’« auto-socio-biographiques », interrogent les manifestations de structures de pouvoir dans les biographies de leurs auteur·e·s. Aussi bien des écrivain·e·s (Ernaux ; Louis, 2014) que des sociologues (Bourdieu, 2004 ; Hoggart, 1989 ; Eribon, 2018 ; Lagrave, 2021) y ont ainsi cherché des traces de l’ordre social et des systèmes de classements incorporés. Décrivant les trajectoires sociales de leurs auteur·e·s, ces approches ‘auto-socio-biographiques’ considèrent ainsi moins l’individu comme entouré par le monde social que comme traversé par celui-ci. Cela est illustré par la notion d’habitus telle que la définit Bourdieu qui constitue souvent une référence implicite ou explicite de ces textes. Ces quêtes trouvent alors leur point de départ dans l’expérience de la mobilité sociale qui peut être appréhendée au moyen du concept d’habitus clivé (Bourdieu, 2004 : 127). À cet égard, Jan Knobloch propose de lire la Vie de Henri Brulard de Stendhal comme une ‘auto-socio-biographie’ avant la lettre, en mettant l’accent sur les dispositions sociales en tension chez Stendhal qui, à la différence des ‘transfuges de classe’ (cf. Bourdieu, 2004 : 109), n’a pas expérimenté de mobilité sociale ascendante. Examinant l’analyse narrée du social que l’écrivain du 19e siècle déploie dans un texte autobiographique basé sur la mémoire, Jan Knobloch remet en question le caractère novateur des écritures ‘auto-socio-biographiques’. Néanmoins, force est de constater que l’intérêt actuel pour de telles formes fait surgir une ré-interrogation du rapport entre littérature et société. Celle-ci appelle à prendre plus spécifiquement en compte les liens entre littérature et sciences sociales, ainsi que les catégorisations que cette démarche implique – ce que nous avons tenté de faire dans ce dossier.

Haut de page

Bibliographie

Asholt, Wolfgang (2013) : Un renouveau du réalisme dans la littérature contemporaine ?, in : Lendemains - Études comparées sur la France, 38.150/151, p. 22–35.

Blanchot, Maurice (1955) : L’Espace littéraire, Paris.

Bourdieu, Pierre (1977a) : La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques, Actes de la recherche en sciences sociales, 13.1, p. 3–43.

Bourdieu, Pierre (1977b) : Sur le pouvoir symbolique, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 32.3, p. 405–411.

Bourdieu, Pierre (1980) : L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région, Actes de la recherche en sciences sociales, 35.1, p. 63–72.

Bourdieu, Pierre (1998) : Les Règles de l’art  : genèse et structure du champ littéraire, Paris.

Bourdieu, Pierre (2004) : Esquisse pour une auto-analyse, Paris.

Burawoy, Michel (2012) : La domination culturelle  : quand Gramsci rencontre Bourdieu, Contretemps [en ligne], consulté le 7.05.2019. URL : https://www.contretemps.eu/domination-culturelle-quand-gramsci-rencontre-bourdieu/.

Casanova, Pascale (2008) : La République mondiale des Lettres, Paris.

Ducournau, Claire (2017) : La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone, Paris.

Eribon, Didier (2009) : Retour à Reims, Paris.

Ernaux, Annie (1983) : La Place, Paris.

Ernaux, Annie (1987) : Une femme, Paris.

Ernaux, Annie (2005) : Épilogue. Raisons d’écrire, in : Pascal Durand (dir.), Le Symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, Liège, p. 361–365.

Ernaux, Annie (2011 [2003]) : L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet. Paris.

Etiemble (1955) : Littérature dégagée, 1942-1953. Hygiène des lettres II, Paris.

Farzin, Sina (2019) : Literatur als Quelle und Methode soziologischer Zeitdiagnose, in : Heiner Hastedt (dir.), Deutungsmacht von Zeitdiagnosen. Interdisziplinäre Perspektiven, Bielefeld, p. 137–148.

Fort, Pierre-Louis et Violaine Houdart-Merot (dir.) (2015) : Annie Ernaux. Un engagement d’écriture, Paris.

Goffman, Erving (1975) : Stigmate  : Les usages sociaux des handicaps, Paris.

Gramsci, Antonio (1996), Cahiers de prison, Paris.

Grignon, Claude et Jean-Claude Passeron (2015) : Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris.

Hoggart, Richard (1989) : A Local Habitation : Life and Times, 1918-1940, Oxford.

Jeanpierre, Laurent (2011) : Bourdieu ou Gramsci ? Une fausse alternative pour les études culturelles, in Pascale Casanova (dir.), Des littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, Paris, p. 73-95.

Lagrave, Rose-Marie (2021) : Se ressaisir : Enquête autobiographique d'une transfuge de classe féministe, Paris.

Linhart, Robert (1981) : L’Établi, Paris.

Louis, Edouard (2014) : En finir avec Eddy Bellegueule, Paris.

Marx, Karl et Friedrich Engels (1968) : L’Idéologie allemande, I, « Feuerbach », Paris.

Merle, Isabelle (2004) : Les Subaltern Studies, Genèses, 3, p. 131–147.

Messling, Markus (2019) : Universalität nach dem Universalismus. Über frankophone Literaturen der Gegenwart, Berlin.

Soziopolis, die Redaktion (2021) : Literatur beobachten, SOZIOPOLIS [en ligne], consulté le 30.05.2022. URL : https://www.soziopolis.de/literatur-beobachten.html.

Sartre, Jean-Paul (1981 [1948]) : Qu’est-ce que la littérature, Paris.

Said, Edward W. (1997) : L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris.

Sapiro, Gisèle (2018) : Les Écrivains et la politique en France, Paris.

Sapiro, Gisèle (2021) : Les formes d’engagement des écrivains : continuités et ruptures, Elfe XX-XXI [en ligne], consulté le 30.05.2022. URL : https://journals.openedition.org/elfe/4015.

Viart, Dominique (2006) : Fictions critiques. La littérature contemporaine et la question du politique, in : Sonja Florey, Jean Kaempfer, Jérôme Meizoz (dir.), Formes d’engagement littéraire - 15e-21e siècles, Lausanne, p. 185–204.

Yousfi, Louisa (2022a) : Rester barbare, Paris.

Yousfi, Louisa (2022b) : « ‘Plus je me gavais de culture légitime, plus je ressentais une impuissance à écrire’ (Rester Barbare) », interview par Johan Faerber, in : Diacritik [en ligne], 4 avril 2022, consulté le 30 mai 2022 : https://diacritik.com/2022/04/04/louisa-yousfi-plus-je-me-gavais-de-culture-legitime-plus-je-ressentais-une-impuissance-a-ecrire-rester-barbare/

Haut de page

Notes

1 Les rapports de pouvoir peuvent être envisagés comme un système complexe de mécanismes et d’effets de hiérarchisation, liés à une hégémonie politique ou une exploitation économique dans la tradition marxiste ou à un rapport de commandement dans la tradition wébérienne (Grignon et Passeron, 2015 : 26, 41).

2 Sur la proximité entre les notions d’hégémonie culturelle et de violence symbolique, voir également Jeanpierre, 2011 et Burawoy, 2012.

3 Tous deux imprégnés par la pensée de Max Weber, les concepts d’hégémonie culturelle et de pouvoir symbolique constituent des alternatives à celui d’idéologie proposé par Karl Marx, qui postulerait un reflet entre infrastructure et superstructure et une homologie entre rapports de force et rapports de sens, cf. Marx, 1968 : 75–78, cité dans Grignon et Passeron, 2015 : 218.

4 Gisèle Sapiro introduit ce concept en le distinguant de celui d’idéologie et le définit comme « englob[ant] des schèmes de perception et de jugements esthétiques et éthico-politiques plus flous, tout en établissant un rapport entre monde possible de la fiction et monde réel, qui est une des conditions de la communication avec le lecteur » (Sapiro, 2021 : 1).

5 L’écrivaine qualifie ultérieurement cette manière d’écrire d’« écriture de la distance » (Ernaux, 2005 : 363), s’éloignant ainsi de l’auto-application de schèmes de valeur dominants.

6 Louisa Yousfi consacre par exemple des chapitres de son livre aux écrivains Kateb Yacine et Chester Himes ainsi qu’aux rappeurs Booba et du binôme PNL.

7 « Tout l’enjeu consiste à trouver les mots et les phrases les plus justes […] » (Ernaux, 2011 [2003] : 35). Voir également à ce sujet l’interview de Louisa Yousfi publié dans Diacritik où elle évoque par rapport à une littérature ‘politique’ le « souci constant du juste [...] : le mot juste, la forme juste » en liant cette démarche à l’idée de la justice (Yousfi, 2022b).

8 Sur la différence entre l’« engagement d’écriture » d’Ernaux et la « littérature engagée » de Sartre, voir Fort et Houdart-Merot 2015 : 7.

9 Lukács critique cette position car elle renvoie à la même opposition sur laquelle la littérature bourgeoise s’appuie en faisant primer la forme sur le contenu (cf. Lukács, 1961 [1932] : 112–113).

10 Gisèle Sapiro distingue dans son article quatre pôles d’écrivain·e·s dans la littérature française : les pôles esthètes, notables, avant-gardes et polémistes (Sapiro, 2018 : 83–106). Ceux-ci correspondraient alors à des figures idéaltypiques (Sapiro, 2021 : 3) d’engagement. Concernant le pôle esthète contemporain qui se serait fortement féminisé, la sociologue se réfère par exemple aux œuvres d’Annie Ernaux (cf. Ibid : 4, 7–9).

11 Forgé sur le concept d’invisibilité sociale avancé par la théorie critique, celui d’inaudibilité des subalternes est proposé par Élise Huchet qui le met en œuvre pour penser l’« accès inégal des sujets sociaux à la parole », à partir des travaux sur la capacité à entendre et être entendu développés par Spivak.

12 La notion de subalternité cherche à décrire la situation où, du fait de sa condition subordonnée, un individu ou ses actions sont rendus invisibles, inaudibles, inopérantes. À partir des années 1980, les Subaltern Studies ont fortement contribué à actualiser cette notion dans une perspective postcoloniale.

13 « Wiederentdeckung der Sozialität der Künste » (Soziopolis, 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Carlotta Hechler, Claire Mélot et Claire Tomasella, « Les rapports de pouvoir en littérature : Introduction »Trajectoires [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 27 juin 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/7197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.7197

Haut de page

Auteurs

Sarah Carlotta Hechler

Articles du même auteur

Claire Mélot

Claire Tomasella

Articles du même auteur

  • Un cinéma sous étiquettes [Texte intégral]
    Enjeux de la catégorisation des films de réalisateurs immigrés et descendants d’immigrés en France et en Allemagne (1980-2018)
    Paru dans Trajectoires, 13 | 2020
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search