Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15PerspectivesEnseigner, voir et comprendre l’a...

Perspectives

Enseigner, voir et comprendre l’archéologie et l’histoire de l’art

Les gypsothèques universitaires françaises et l’empire allemand
Soline Morinière

Résumés

L’enseignement supérieur français connaît à la fin du 19e siècle une profonde mutation. S’appuyant sur des modèles étrangers, elle permet de repenser la science française en quête de réaffirmation. Pour l’archéologie, l’adoption du système allemand semble la meilleure option, encouragée par les missions pédagogiques françaises en Allemagne et les discours portés par les universitaires français sur la scène publique. La formation de collections d’étude, en particulier les musées de moulages, s’inscrit dans ce processus de transfert culturel.

Haut de page

Texte intégral

1Dernier jalon de la refonte globale du système scolaire français amorcée sous le Second Empire, la réforme de l’enseignement supérieur est véritablement mise en œuvre par la Troisième République. Résultat de quatre ans d’enquête, la statistique de l’enseignement supérieur est présentée le 15 novembre 1868 par le ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy (Duruy, 1868) : pour les sciences philologiques et historiques, il encourage le développement de nouveaux domaines d’étude comme la géographie et l’archéologie au sein des facultés de lettres, et promeut les missions pour étudier « la science moderne » en Allemagne, en Angleterre ou aux États-Unis. L’attraction de ces pays étrangers, clairement assumée, pose tout naturellement un certain nombre de questions sur les enjeux, les acteurs et les modalités d’un transfert culturel, les processus d’appropriation – ou de rejet – et l’évolution du système français consécutivement. C’est sur la base de cette méthodologie fondée sur l’analyse des dynamiques matérielles et intellectuelles, que s’est développé depuis les années 1980 le courant de la recherche sur les transferts culturels sous l’impulsion de Michel Espagne et de Michael Werner (Espagne, 1987 ; Joyeux-Prunel, 2003 ; Espagne, 2013 ; Lüsebrink, 2017). Nous tenterons ici de l’appliquer à un cas d’étude particulier : celui de la constitution des collections universitaires, et plus particulièrement des musées de moulages – aussi nommés gypsothèques –, formées comme corolaire des enseignements d’archéologie et d’histoire de l’art.

  • 1 La revue internationale de l’enseignement, qui prend la suite du bulletin de la Société pour l’étud (...)
  • 2 Ces sources ont été identifiées dans le cadre d’une thèse de doctorat menée de 2012 à 2018 à l’univ (...)

2Nombreuses sont les missions ordonnées par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts français pour les études littéraires, considérées comme le « maillon le plus faible de l’enseignement supérieur français » (Charle, 1994 : 24-25). Nous retiendrons pour cet article les trois principales missions relatives à l’archéologie et à l’histoire de l’art : Maxime Collignon (1881-1882), Frédéric Montargis (1887) et Paul Vitry (1897) dont les rapports ont été publiés dans la Revue internationale de l’enseignement1 (Collignon, 1882 ; Vitry, 1898) ou au Journal officiel (Montargis, 1887)2. Leur échelonnement dans le temps permet de percevoir l’évolution des enjeux, des mentalités et des rapports de force, tout en questionnant le statut et l’importance du modèle allemand dans la transformation du système universitaire français. Les relations franco-allemandes ainsi étudiées – par le prisme français – témoignent indubitablement d’une volonté politique forte et d’un objectif précis : pour la jeune Troisième République, qui se met en place non sans quelques difficultés, il s’agit de restaurer le prestige de la France après la défaite contre l’armée prussienne et la chute du Second Empire. Si les années 1860-1870 montrent une réelle prise de conscience, le choc psychologique causé par le conflit accélère la réforme de l’enseignement supérieur français et l’orientation s’établit autour d’un contre-modèle largement inspiré de l’étranger, et tout particulièrement d’Allemagne (Charles, 1994 : 21).

Une science en construction

3En 1868, quand paraît la statistique de l’enseignement supérieur, les facultés de lettres françaises offrent à leurs élèves l’étude de cinq disciplines traditionnelles : histoire, philosophie, littératures ancienne, moderne et étrangère. La dichotomie de l’enseignement supérieur oppose les facultés, ayant pour « but principal l’enseignement des vérités acquises » aux autres établissements (École normale supérieure, Collège de France, École française d’Athènes, etc.) qui ont pour objectif « d’exciter l’esprit d’invention, et de propager des découvertes nouvelles » (Jourdain, 1867 : 155). Ce parti-pris explique le délai relativement long avant l’introduction de cours d’archéologie, puis d’histoire de l’art, au sein des facultés de lettres françaises.

4Pour autant, des hauts responsables d’institutions culturelles françaises, comme Félix Ravaisson, conservateur des antiques au musée du Louvre, Eugène Guillaume, directeur de l’École des Beaux-arts de Paris ou encore Albert Dumont, directeur de l’École française de Rome, militent pour la création d’un enseignement de l’archéologie dans les facultés (Dumont, 1875). Pour eux, les facultés sont un maillon essentiel du redressement scientifique et culturel de la France : cette ambition doit s’appuyer sur toutes les institutions d’enseignement supérieur et non plus seulement sur les écoles spéciales. Investissant la sphère publique au moyen de discours et d’articles, ils contribuent à modifier la perception binaire imposée par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts : entériné par la loi de finances du 22 décembre 1875, le projet de développement de l’enseignement supérieur prévoit la création de quatre chaires d’archéologie dans les facultés des lettres de Paris (décret du 6 mars 1876), de Bordeaux et Lyon (décret du 3 octobre 1876) ainsi qu’à Toulouse (décret du 1er novembre 1876). Y sont nommés d’anciens membres des écoles françaises d’Athènes et de Rome : Georges Perrot, Maxime Collignon, Gustave Bloch et Albert Lebègue. L’intégration de l’enseignement archéologique au sein des universités françaises (définitivement appelées ainsi à partir de 1896) est donc tributaire de l’action de différents types d’acteurs : des personnalités scientifiques influentes capables d’infléchir l’opinion publique et celle de l’État ; le ministère, dans son rôle de promoteur de la réforme de l’enseignement supérieur, qui impose juridiquement et matériellement cette nouvelle discipline ; et les enseignants qui contribuent à la promotion de cette science à l’échelon territorial et dans les milieux scientifiques.

5Sous l’appellation officielle « archéologie » ou « antiquités grecques et latines », l’enseignement archéologique en France est le reflet d’une science en construction : la définition du périmètre d’étude est variable, mais principalement centré sur l’histoire de l’art antique (Morinière, 2021 : 4-6). La diffusion rapide de ce nouvel enseignement au sein des facultés de lettres pose rapidement la question des modalités pratiques. Or, l’archéologie classique est enseignée depuis longtemps en Allemagne où presque toutes les universités ont formé à cet usage des collections d’étude que l’on envie à l’étranger (Conestabile, 1874 : 367 ; Dumont, 1875 : 419). La présence à Rome de l’Instituto di corrispondenza archeologica – transformé en institut archéologique allemand en 1871 – favorise les échanges franco-allemands (Gran-Aymerich, 2012) ; de même que la création de l’institut archéologique allemand d’Athènes, inauguré en 1874 alors que M. Collignon se trouvait encore sur place. Loin de mettre fin aux échanges scientifiques, la concurrence engendrée par l’affirmation des identités nationales – exacerbée par le conflit franco-prussien de 1870-1871 – provoque une amplification notable des relations entre les deux pays. Les échanges entre savants français et étrangers nourrissent la réflexion comme le prouve le témoignage de G. Perrot : invité par Karl Bernhard Stark à l’université de Heidelberg, le savant français confesse qu’il aurait commis plus d’une fois le « péché d’envie » vis-à-vis des installations universitaires allemandes (Perrot, 1880 : 519) dont K. B. Stark donne un aperçu dans son article « Über Kunst und Kunstwissenschaft auf deutschen Universitäten » paru en 1873 (Stark, 1873 : 20, 44-45).

Trois missions officielles en faveur de l’archéologie et de l’histoire de l’art : acteurs et enjeux

6Les voyages en Allemagne de M. Collignon, F. Montargis et P. Vitry s’insèrent dans une série de missions commanditées ou appuyées par le ministère de l’Instruction publique ayant pour but d’évaluer de manière critique le système universitaire allemand (Charle, 1994 : 22-23). Les deux premiers rappellent dans l’introduction de leurs rapports la charge qui leur est confiée. M. Collignon se place sous le patronat du ministre lui-même, tandis que F. Montargis est mandaté par Edmond Turquet, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et aux Beaux-arts, dans le cadre d’une vaste enquête sur les musées, les industries et associations d’art industriel en Europe (Laurent, 1999 : 283-287). Quant à P. Vitry, il adresse son rapport au directeur de l’enseignement supérieur Louis Liard, en poste de 1884 à 1902. Les observations recueillies à l’occasion de ces voyages doivent permettre au ministère de prendre les mesures nécessaires au développement et au bon fonctionnement des enseignements nouveaux de l’archéologie, de l’histoire de l’art et des collections d’étude associées.

7Ces trois chargés de mission correspondent au profil général des boursiers envoyés par le ministère à l’étranger (Charle, 1994 : 27) : universitaires âgés de moins de 35 ans, ces esprits jeunes et critiques sont les principaux porteurs de la réforme. M. Collignon et F. Montargis sont d’anciens élèves de l’École normale, agrégé de lettres pour l’un, de philosophie pour l’autre. Le premier intègre l’École française d’Athènes avant d’obtenir un poste à la Faculté des lettres de Bordeaux pour les antiquités grecques et latines. Le second soutient trois ans après sa mission ses thèses de doctorat sur L’esthétique de Schiller et De Platone musico à la Sorbonne et devient professeur de philosophie. P. Vitry suit en revanche un parcours différent en se dirigeant, après une licence ès lettres à la Sorbonne, vers l’École pratique des Hautes Études et l’École du Louvre dont il sort diplômé en 1897.

8Si l’objectif principal de ces missions est de pouvoir mesurer les possibilités concrètes d’application en France du système étranger, la situation est plus difficile dans le domaine des humanités où les traditions sont fortement ancrées (Charle, 1994 : 26-27). Cette jeune génération doit donc se battre pour réussir à intégrer non seulement de nouvelles disciplines littéraires et historiques, mais aussi de nouvelles façons d’enseigner. En 1881-1882, M. Collignon est chargé spécifiquement d’étudier l’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans les universités allemandes ; en 1887, F. Montargis s’intéresse plutôt à l’organisation de l’enseignement de l’art dans ces mêmes structures tandis que P. Vitry, en 1897, s’attache exclusivement aux musées d’enseignement, et tout particulièrement aux musées de moulages antiques et modernes. Deux disciplines connexes sont ainsi concernées : l’archéologie et l’histoire de l’art. Les premiers enseignements archéologiques, introduits en 1876, font en effet la part belle à l’histoire de l’art grec antique, ce qui explique l’objet du premier rapport dédié à l’archéologie classique. Cet enseignement, bien implanté dans les quatre facultés de lettres qui ont bénéficié de la création d’une chaire, tarde encore à intégrer les autres centres d’enseignement supérieur en province. C’est par l’archéologie qu’apparaît ensuite progressivement l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval et moderne (Therrien, 1998), timidement au tournant des années 1880-1890 et de manière plus marquée et pérenne entre 1892 et 1905. Le rapport de F. Montargis en 1887 fait donc office de précurseur, à une date où peu de facultés de lettres s’intéressent à cette discipline. Les intitulés des rapports de M. Collignon et de P. Vitry mentionnent également le plus important des outils pédagogiques mis en place pour ces enseignements dans le système voisin : les collections de moulages, que F. Montargis ne manque pas de signaler aussi dans son rapport. L’accent mis sur ces musées universitaires montre l’attention particulière que leur porte l’administration française, bien qu’ils ne soient pas le seul support d’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Si les rapports de M. Collignon et F. Montargis font l’éloge des gypsothèques universitaires pour les disciplines qu’ils sont chargés d’analyser, le compte-rendu présenté par P. Vitry permet une synthèse générale des musées – universitaires ou non – utilisés pour l’enseignement de l’archéologie classique et pour l’histoire des arts des périodes médiévale et moderne. En 1897, il s’agit en effet de faire le point sur les collections d’étude formées dans les facultés de lettres françaises, de renforcer leur développement et renouveler leur orientation.

Une vision partielle de l’espace germanique

  • 3 Ces voyages précédents avaient donné lieu à des articles publiés dans le bulletin de la Société pou (...)

9Ces trois missions offrent un panorama incomplet de l’état du système universitaire allemand pour les domaines choisis. Elles sont en effet ciblées sur quelques villes dont le choix n’est jamais explicité. M. Collignon visite les universités de Munich, Berlin et Halle. F. Montargis choisit Bonn, Leipzig, Heidelberg et Strasbourg, mais s’appuie également sur ses voyages antérieurs aux universités de Göttingen, Berlin et Munich3. P. Vitry semble en revanche vouloir être plus exhaustif en citant plus d’une quinzaine de collections allemandes et autrichiennes (Strasbourg, Leipzig, Berlin, Dresde, Cassel, Heidelberg, Karlsruhe, Mayence, Francfort, Weimar, Gotha, Hildesheim, Brunswick, Würzburg, Vienne, Magdeburg et Nuremberg).

10La perception de l’autre est ainsi limitée par la géographie mais aussi par les contraintes de programmation des voyages. En effet, les missionnés vont devoir intégrer cette charge supplémentaire dans un emploi du temps déjà bien défini par les leçons à suivre ou à donner. M. Collignon réalise son voyage pendant les vacances scolaires, ce qui ne lui permet pas d’évaluer la nature des cours : il fonde ainsi ses observations sur ses échanges avec ses homologues allemands, les programmes de cours qu’il a pu récupérer et l’examen des installations universitaires. Il en est de même pour P. Vitry qui effectue son déplacement en juillet, août et septembre 1897. La période choisie n’est donc pas propice à une observation concrète du système universitaire voisin en pleine activité. Seul F. Montargis choisit le mois de mai, et peut ainsi assister à certaines leçons, ce qui nourrit davantage son discours.

Entre admiration et critique

11L’analyse de ces missions est essentielle pour évaluer, à partir de la vision de ces Français du système universitaire voisin, l’impact réel du modèle allemand dans les mesures mises en œuvre par le gouvernement de la Troisième République (Charle, 1994 : 22-23). Cette observation de l’autre s’inscrit dans une dynamique d’attraction et de rejet, dont rendent compte les rapports : C. Charle définit ainsi le caractère ambivalent de ces écrits par la nécessité de ces universitaires de confirmer le bienfondé de leurs missions et de proposer des mesures concrètes d’application en France d’éléments tirés de leurs observations sur le terrain tout en gardant un esprit critique sur les dérives ou sur l’impossible transposition complète du système allemand. Il s’agit avant tout « de se mettre à l’école de l’Allemagne pour la battre sur son propre terrain », d’autant que l’idéal humboldtien de l’université allemande est alors en pleine crise (Charle, 1994 : 30).

12Les rapports de 1882 et 1887, qui portent autant sur l’enseignement que sur les outils pédagogiques associés, présentent tout d’abord une critique quantitative et qualitative des cours dispensés en faveur des disciplines d’archéologie classique et d’histoire de l’art que l’auteur associe aussi à l’esthétique. Ils insistent sur le nombre total de cours pour appuyer la création de nouvelles chaires dans les facultés françaises et sur la liberté des professeurs quant au contenu et au nombre de cours. M. Collignon analyse également la forme de l’enseignement, partagée entre des cours publics, des cours privatim et des exercices pratiques. Si les leçons ex professo concordent avec la forme traditionnelle de l’enseignement supérieur français, les cours pratiques permettent de familiariser les étudiants avec les sources et la méthodologie nécessaire pour les décrire, les analyser et les critiquer. Ils présentent, en y attachant la même importance, les outils pédagogiques rassemblés pour ces deux disciplines qui reposent sur l’étude de monuments figurés. L’un et l’autre clament la nécessité de ces collections d’étude en comparant la situation au modèle des sciences : F. Montargis reprend la citation du professeur Kraus de Fribourg-en-Brisgau, « Instituer un enseignement de l’art sans œuvres d’art serait aussi raisonnable et profitable que d’établir une école de botanique dans un pays où le bon Dieu n’a fait pousser ni herbe ni fleurs » (Montargis, 1887 : 628) alors que M. Collignon écrit qu’« une chaire d’archéologie doit être pourvue d’une collection de moulages, comme une chaire de chimie doit être complétée par un laboratoire » (Collignon, 1882 : 264). Le rapport de P. Vitry va également dans ce sens en renversant la perspective puisqu’il débute ainsi : « Tout musée, à vrai dire, doit être une œuvre d’enseignement : nulle part cela n’a été mieux compris qu’en Allemagne ». Tous trois affirment que les collections d’étude sont présentes dans presque toutes les universités allemandes, et que certaines d’elles s’appuient également sur des musées publics situés à proximité et remarquablement bien dotés, souvent dirigés par les professeurs eux-mêmes (par exemples Dresde et Berlin). L’étendue et l’aménagement des espaces alloués à ces musées universitaires suscitent l’envie des missionnés Français. Ils louent l’ordre et la méthode du classement des œuvres, transposition en trois dimensions des leçons théoriques, mais sont également sensibles à l’aspect général des lieux tout empreint d’esthétique.

13Les années qui séparent les rapports de M. Collignon, F. Montargis et P. Vitry sont intéressantes à divers points de vue. D’une part elles constituent une suite d’état des lieux des gypsothèques allemandes et de leur évolution, d’autre part elles rendent compte d’une sélection différente des collections présentées comme des modèles à suivre. M. Collignon pose le musée des moulages de l’université de Munich comme principal modèle. Créé depuis moins de quinze ans et dirigé par Heinrich Brunn (Schmölder-Veit et Schröder-Griebel, 2019), il comprend une dizaine de salles et présente déjà plusieurs centaines de tirages en plâtre, accompagnés de photographies et de planches gravées. Il est toutefois évincé par la gypsothèque de l’université de Bonn dans le rapport de F. Montargis, qui rappelle que ce musée « passe aujourd’hui pour le mieux installé » (Montargis, 1887 : 628) et auquel il consacre un long paragraphe descriptif et admiratif. La création de l’université de Bonn en 1818 procède d’une situation similaire à Strasbourg en 1872. Dans des provinces récemment enlevées à la France, la Prusse puis l’Empire allemand visent deux objectifs : d’une part, installer aux portes de la France une vitrine du système universitaire allemand, d’autre part contribuer à la germanisation de la nouvelle province (Marc, 2017 : 16-19). L’université de Bonn comprend donc dès l’origine une gypsothèque qui se pose en concurrente directe du musée de Berlin (Schröder-Griebel, 2020) et dont les vues anciennes montrent le soin apporté à l’aménagement intérieur du musée (fig. 1).

Fig. 1 : Parthenonsaal, Akademisches Kunstmuseum Bonn, um 1885 © Akademisches Kunstmuseum Bonn

14L’impact psychologique du musée universitaire de Bonn sur les Français n’est donc pas négligeable : il mêle l’amertume et l’humiliation à l’envie et l’admiration. Il en est de même, et de manière encore plus exacerbée, vis-à-vis de l’université de Strasbourg citée par F. Montargis et P. Vitry. Ce dernier souligne la qualité et l’ampleur du musée fondé par Adolf Michaelis. Dans le palais universitaire inauguré en 1884, le professeur allemand a réussi à réserver une enfilade de salles et galeries couvrant plus de 1500 m² pour exposer une histoire de la sculpture antique grecque et romaine (fig. 2) attisant ainsi la convoitise des Français et devenant l’un des principaux modèles pour la France (Marc, 2017).

Fig. 2 : Vue en direction de la salle hellénistique depuis l'Hermessaale, Gypsothèque de l’Institut d’archéologie classique de l’université de Strasbourg, entre 1887 et 1897 © Université de Strasbourg

15De toutes les collections citées par P. Vitry, le musée de Dresde retient son attention car il est l’un des seuls à remplir son rôle à la fois pour l’histoire de l’art antique et moderne. La collection compte en 1897 près de 3500 tirages en plâtre : la partie consacrée à l’Antiquité organisée par l’archéologue Georg Treu, responsable des fouilles d’Olympie de 1875 à 1881, comprend notamment deux vastes salles consacrées à Olympie et au Parthénon (fig. 3) ; mais la part réservée aux périodes médiévales et moderne est loin d’être minorée (fig. 4).

Fig. 3 : Hermann Krone, Parthenon-Saal, aus dem Photoalbum zur Dresdner Abgußsammlung, 1891 © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Foto : Hermann Krone

Fig. 4 : Hermann Krone, Michelangelo-Saal, Dresdner Kgl. Abguss-Sammlung, 1891. © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Foto : Hermann Krone

16Les seules autres collections relatives à l’art médiéval et moderne à trouver grâce aux yeux de P. Vitry sont celles de Karlsruhe – qui possèdent des reproductions des portails de Moissac et de Rouen – ainsi que celles de Nuremberg et de Munich, centrées sur l’art allemand rhénan et septentrional pour la première, de l’Allemagne du sud pour la seconde, à la manière de ce qui est fait à Paris au musée de sculpture comparée. Cette spécialisation régionale qui semble assez importante en Allemagne est largement plébiscitée par le savant français qui conclut de cette manière :

« En résumé, si nous cherchons à condenser le résultat de nos observations, à part les réserves que nous avons cru devoir faire, c’est une idée excellente que celle appliquée en Allemagne, de créer, à côté des universités, des sortes de musées rétrospectifs de moulages modernes qui vulgarisent les grandes œuvres, ou permettent de rassembler les productions les plus intéressantes de la région immédiatement avoisinante » (Vitry, 1898 : 536).

17Les universités allemandes ont ainsi privilégié l’art antique, mais disposent, pour l’art moderne des ressources d’autres musées. La situation est très différente en France où les musées provinciaux sont davantage dédiés à la peinture. Confronté à l’impossibilité d’appliquer en France le modèle allemand, P. Vitry suggère une alternative : les universités françaises pourraient en effet pallier ce déficit en formant des musées de moulages d’œuvres médiévales et modernes. Certaines d’entre elles ont déjà des salles consacrées à ces périodes, en particulier Montpellier (fig. 5), Paris et Toulouse, il suffirait de les généraliser.

Fig. 5 : Salle Michel Ange, université de Montpellier, sans date © Musée des Moulages, Université Paul-Valéry Montpellier 3

L’influence de ces missions sur la transformation des facultés de lettres entre 1880 et 1914

18Ces trois rapports, issus d’une commande officielle de l’administration, ont un impact certain sur la création des gypsothèques universitaires en France qu’il est désormais possible d’évaluer suite à une étude globale sur la genèse de ces collections (Morinière, 2018). Le ministère, à travers les directeurs de l’enseignement supérieur successifs (A. Dumont, L. Liard et C. Bayet), impulse, dans les années qui suivent le premier rapport, des mesures visant à favoriser d’une part la multiplication des enseignements, qui bénéficie à l’archéologie puis à l’histoire de l’art et, d’autre part, l’installation de collections d’étude : création d’une ligne budgétaire dédiée à la formation et à l’enrichissement du matériel pédagogique, octroi de subventions et souci constant d’espaces dédiés dans les projets de construction d’édifices universitaires. La validation de tous les projets de construction de « Palais de Facultés » par le ministère lui permet en effet d’augmenter de manière proportionnelle au fil des ans la place accordée à ces musées d’étude. Il demande expressément en 1886 la transformation d’une cour en musée de moulages au Palais universitaire de Bordeaux, un des premiers projets finalisés, car la salle prévue pour les collections est jugée trop petite (fig. 6). Dans tous les projets suivants (Montpellier, Paris, Lille, Lyon) la place dévolue à ces collections ne cesse de croître et la surface du musée d’art antique de l’université de Lyon se rapproche tellement de celle de l’université de Strasbourg que les Allemands sont eux-mêmes admiratifs : « J’avais l’honneur d’en parler naguère à Strasbourg avec M. Michaelis, le créateur du Musée de moulages modèle ; le vénéré maître s’étonnait qu’en si peu d’années, Lyon eût pu rassembler une telle collection, si riche et si bien choisie » écrivait en 1904 Paul Perdrizet, enseignant à l’université de Nancy, dans la Revue critique d’Histoire et de Littérature.

Fig. 6 : Jules-Alphonse Terpereau, Musée d’Archéologie de la faculté des lettres de Bordeaux, ca. 1886 © Université Bordeaux Montaigne

19Confortant la position de F. Montargis, le rapport de P. Vitry marque par l’importance croissante de l’histoire des arts médiéval et moderne. Si le choix de cette mission indique la prépondérance du modèle allemand dans les esprits, le bilan est toutefois plus nuancé : « il nous faut reconnaître que nous n’avons pas trouvé dans les Universités allemandes aucune collection semblable à celles qui existent pour l’antique » (Vitry, 1898 : 531), ce qui l’encourage à proposer des modèles hors université. Les actions menées par Georges Leygues, ministre de l’Instruction publique en 1894-1895 puis de 1898 à 1902, et par Charles Bayet, directeur de l’enseignement supérieur de 1902 à 1914 pour le développement des collections et des enseignements dans les facultés de lettres, répondent à cette volonté de favoriser la formation de collections d’études pour les périodes récentes. En 1899, le ministre demande ainsi à la sous-commission du musée de sculpture comparée de dresser une liste d’une dizaine d’œuvres phare de la sculpture française du 12e au 15e siècle, qui est envoyée en 1901 aux musées de province et aux universités (Morinière, 2018 : I, 289). Pour les inciter à accepter l’offre, le ministère décide de prendre à sa charge le coût de production des tirages en plâtre, l’établissement n’ayant à payer que les frais d’emballage et de transport. Durant son directorat, C. Bayet poursuit le développement des sections médiévales et modernes ainsi que l’orientation régionale des musées universitaires, rejoignant ainsi le vœu de P. Vitry. Il le déclare publiquement lors de l’inauguration de la collection Didelot au musée des moulages de l’université de Montpellier en 1904. La nomination à Lille de François Benoît, historien de l’art, en remplacement de l’helléniste Gustave Fougère marque aussi le début d’une transformation complète du musée universitaire lillois. À Lyon, une collection de tirages en plâtre d’œuvres médiévales et de la Renaissance est formée sous la direction d’Henri Focillon à partir de 1913.

20La médiatisation des rapports de M. Collignon et de P. Vitry dans la Revue internationale de l’enseignement permet de diffuser le message et les conclusions auprès d’un réseau ciblé et homogène d’universitaires, et non plus seulement de l’administration centrale. Celui de F. Montargis paraît quant à lui au Journal officiel de la République française, signe de l’importance de cette mission et d’une volonté de diffusion plus limitée aux instances administratives. La publication et la diffusion de ces rapports achèvent de convaincre le corps professoral et lui donne matière à appuyer ses desiderata : la création de cours d’archéologie et d’histoire de l’art et la formation de collections d’étude dans les facultés des lettres sont un des leitmotiv des deux dernières décennies du 19e siècle. Le rapport de M. Collignon est cité par exemple par Charles Diehl dans sa leçon d’ouverture du cours d’archéologie de la faculté des lettres de Nancy en 1888 (Diehl, 1888 : 41-42) et le modèle munichois influence effectivement la formation et le catalogue du musée des moulages de la faculté des lettres de Montpellier par Ferdinand Castets (Castets, 1890). Ce n’est d’ailleurs sûrement pas sans raisons que le premier des musées archéologiques universitaires français, inauguré en 1886, est celui de la faculté des lettres de Bordeaux (Lagrange, Miane, 2011) et ce, bien que M. Collignon soit depuis parti à Paris, suppléer G. Perrot à la chaire d’archéologie de la Sorbonne. Pour former les musées de Lyon et de Paris, M. Holleaux et M. Collignon font tous deux le voyage à Strasbourg et ce dernier pose finalement la gypsothèque strasbourgeoise comme le modèle type d’un musée universitaire allemand. Il en fournit le plan à l’architecte chargé de la construction de la Nouvelle Sorbonne et dans son projet pour un institut d’art et d’archéologie qui ne verra le jour qu’après son décès (fig. 7).

Fig. 7 : [Maxime Collignon], Plan de la gyposthèque de l’université de Strasbourg, ca. 1896. Archives nationales, 20030410/8 © Soline Morinière

21Ces rapports de mission marquent autant d’étapes de la réforme du système universitaire français : l’apparition de l’enseignement de l’archéologie puis de l’histoire de l’art et l’importance de collections de moulages pour ces disciplines. Ils sont tous unanimes : du point de vue des enseignements d’archéologie et d’histoire de l’art, et des collections formées pour cet usage – en particulier les gypsothèques – l’empire allemand est très en avance sur la France et doit, à ce titre, servir de référence. Ces publications et les missions dont elles sont issues sont à considérer comme des « véhicules » d’un transfert culturel, pour reprendre les termes de M. Espagne (Espagne, 1987 : 980). Impulsées par l’État, elles sont confiées à une nouvelle génération d’universitaires, plus favorable à la critique et au changement, et donc plus apte à contribuer à la réforme du système. Les mesures mises en œuvre à l’issue de ces missions montrent l’impact de ces rapports par l’application concrète des idées défendues et l’adoption des modèles proposés. Les années 1875-1905 sont ainsi marquées par l’essor et l’affirmation de ces disciplines et du principe de collections d’études dans les facultés de lettres françaises, qui procèdent tant de l’impulsion donnée par le ministère de l’Instruction publique que de l’engagement de la communauté universitaire dans ce combat qui vise, à l’instar de la réforme générale de l’enseignement supérieur français, à redonner à la France un rang intellectuel majeur sur la scène internationale. Ces missions ne sont toutefois pas la seule composante des relations franco-allemandes autour de ces questions, même si elles en sont l’instrument politique le plus manifeste. Parallèlement, nourris parfois par ces voyages ou par d’autres, par des rencontres antérieures ou par une diffusion des publications allemandes en France, il existe des échanges directs entre universitaires français chargés de la création de ces collections d’étude et leurs homologues allemands, révélés par les correspondances scientifiques ou par des mentions explicites dans les catalogues de collection ou dans leurs autres écrits. Le rôle joué par l’université de Strasbourg a ainsi pu être précisé par ces biais : elle constitue une véritable plaque tournante des relations transnationales entre France, Allemagne, Italie et au-delà. La circulation des idées et des conseils facilitent l’importation du modèle allemand en France.

22Les facultés de lettres françaises sont cependant loin d’avoir les moyens de s’élever au même niveau que les universités allemandes : elles n’ont ni le budget ni la place pour acquérir autant de reproductions. Ici se pose la limite de la France dans la transposition souhaitée du modèle allemand des collections universitaires, en particulier celles dévolues à l’art antique. Dans le paysage français, les facultés de lettres se répartissent ainsi en deux catégories : celles qui ont réussi à former un vrai musée des moulages comptant plusieurs centaines de pièces, souvent à la faveur de projets édilitaires (Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Paris, Toulouse) et celles qui arrivent tout juste à rassembler quelques dizaines de tirages en plâtre (Aix-en-Provence, Besançon, Caen, Dijon, Grenoble, Poitiers, Rennes). Face à ces quatorze collections universitaires françaises d’inégale importance, auxquelles s’ajoutent quelques collections publiques, l’enquête menée par Aby Warburg en 1909 dénombre 109 gypsothèques en Allemagne, avec parfois plus d’un millier de reproductions (2271 à Berlin, 1600 à Munich) (Marchand, 1996 : 112) : dans ce domaine, la France est encore loin de supplanter sa voisine.

Haut de page

Bibliographie

Blühm, Andreas (1996) : In living history. A short history of colour in sculpture in the 19th century, in : Blühm, Andreas (dir.), The Colour of Sculpture (1840-1910), Zwolle, p. 25-41.

Castets, Ferdinand (1890) : Catalogue du musée de moulages, Montpellier.

Charle, Christophe (1994) : La république des universitaires (1870-1940), Paris.

Collignon, Maxime (1882) : L’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans les universités allemandes, Revue internationale de l’enseignement, 3, p. 256-270.

Collignon, Maxime (1898) : La polychromie dans la sculpture grecque, Paris.

Conestabile, Giancarlo (1874) : Scavi, monumenti, musei e insegnamento, Nuova antologia di scienze, lettere ed arti, 27, p. 345-384.

Diehl, Charles (1888) : Cours d’archéologie. Leçon d’ouverture, Annales de l’Est, p. 20-43.

Dumont, Albert (1875) : Les moulages du musée du Louvre, Gazette des Beaux-arts, 11.2.215, p. 415-427.

Duruy, Victor (1868) : Rapport à Sa Majesté l’Empereur sur l’enseignement supérieur (1865-1868, Bulletin administratif de l’Instruction publique, 10.191, p. 574-619.

Espagne, Michel (1987) : La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914), Annales. Economies, sociétés, civilisations, 42e année, 4, p. 969-992.

Espagne, Michel (2013) : La notion de transfert culturel, Revue Sciences / Lettres, 1, en ligne : https://journals.openedition.org/rsl/219

Gran-Aymerich, Ève (2012) : L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité » de la science franco-allemande, Revue germanique internationale, 16, p. 13-28.

Jourdain, Charles (1867) : Recueil de rapports sur les progrès des lettres et des sciences en France : rapport sur l’organisation et les progrès de l’instruction publique, Paris.

Joyeux-Prunel, Béatrice (2003) : Les transferts culturels. Un discours de la méthode, Hypothèses, 1, p. 149-162.

Knoll, Kordelia (1994) : Das Albertinum vor 100 Jahren – die Skulpturensammlung Georg Treu, Dresde.

Laurent, Stéphane (1999) : Les arts appliqués en France. Genèse d’un enseignement, Paris.

Lechat, Henri (1903) : Catalogue sommaire du musée des moulages pour l’histoire de l’art antique, Lyon.

Lüsebrink, Hans-Jürgen (2017) : Les transferts culturels : theorie, méthodes d’approche, questionnements, in : Gin, Pascal, Goyer, Nicolas, Moser, Walter (dir.), Transfert. Exploration d’un champ conceptuel, Ottawa, p. 25-48.

Marc, Jean-Yves (2017) : Le Kunstarchaäologisches Institut de Strasbourg : un modèle pour l’université française ?, in : Lagrange, Marion (dir.), Université & Histoire de l’art : Objets de mémoire (1870-1970), Rennes.

Marchand, Suzanne (1996) : Down from Olympus : archaeology and philhellenism in Germany, 1750-1970, Princeton.

Montargis, Frédéric (7 février 1887) : Rapport au ministre de l’Instruction publique sur l’organisation de l’enseignement de l’art dans les universités allemandes, Journal officiel de la République française, 37, p. 625-630.

Morinière, Soline (2018) : Laboratoires artistiques. Genèse des collections de tirages en plâtre dans les universités françaises (1876-1914), thèse de doctorat, Bordeaux (Université Bordeaux Montaigne).

Morinière, Soline (2021) : Enseigner l’archéologie dans les facultés des lettres françaises (1876-1900) : la question de l’instrumentum pédagogique, in : Le Goff, Armelle, Demeulenaere-Douyère Christiane (dir.), Enseignants et enseignements au cœur de la transmission des savoirs, Paris.

Perrot, Georges (1880) : Les études d’archéologie classique depuis Winckelmann jusqu’à nos jours, Revue des deux mondes, 40, p. 516-555.

Schmölder-Veit, Andrea & Schröder-Griebel, Nele (2019) : Lebendiger Gips. 150 Jahre Museum für Abgüsse Klassischer Bildwerke München, Munich.

Schröder-Griebel, Nele (2020) : Berlin und Bonn. Strategien von Aufbau und Aufstellung der Abgusssammlungen, in : Haak, Christina, Helfrich, Miguel, Casting. Ein analoger Weg ins Zeitalter der Digitalisierung. Ein Symposium zur Gipsformerei der Staatlichen Museen zu Berlin, Heidelberg, p. 41-51.

Stark, Karl Bernhard (1873) : Über Kunst und Kunstwissenschaft auf deutschen Universitäten, Heidelberg.

Therrien, Lyne (1998) : L’histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris.

Vitry, Paul (1898) : Musées d’enseignement en Allemagne – Musées de moulages antiques et modernes, Revue internationale de l’enseignement, 35, p. 529-537.

Haut de page

Notes

1 La revue internationale de l’enseignement, qui prend la suite du bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur, a pour but de diffuser les travaux menés sur les établissements d’enseignement étrangers. L’empire allemand y est particulièrement bien représenté, comme l’annonce Ernest Lavisse dans l’avant-propos du premier bulletin, en 1878 : « au moment où les institutions étrangères, celles de l’Allemagne surtout, nous sont proposées comme des modèles, il fallait voir si ces modèles peuvent être imités en France, dans quelle mesure, avec quelles précautions, après quelles réformes préalables […] »

2 Ces sources ont été identifiées dans le cadre d’une thèse de doctorat menée de 2012 à 2018 à l’université Bordeaux Montaigne et portant sur la genèse et le rôle des collections de tirages en plâtre universitaires françaises (Morinière, 2018). Qu’il me soit ici permis de remercier toutes les personnes sollicitées pour la préparation de cet article ou rencontrées lors du voyage d’étude en Allemagne, en juin 2012, dans les principales universités allemandes citées comme modèles.

3 Ces voyages précédents avaient donné lieu à des articles publiés dans le bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Parthenonsaal, Akademisches Kunstmuseum Bonn, um 1885 © Akademisches Kunstmuseum Bonn
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 2 : Vue en direction de la salle hellénistique depuis l'Hermessaale, Gypsothèque de l’Institut d’archéologie classique de l’université de Strasbourg, entre 1887 et 1897 © Université de Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 3 : Hermann Krone, Parthenon-Saal, aus dem Photoalbum zur Dresdner Abgußsammlung, 1891 © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Foto : Hermann Krone
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 4 : Hermann Krone, Michelangelo-Saal, Dresdner Kgl. Abguss-Sammlung, 1891. © Skulpturensammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Foto : Hermann Krone
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende Fig. 5 : Salle Michel Ange, université de Montpellier, sans date © Musée des Moulages, Université Paul-Valéry Montpellier 3
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Fig. 6 : Jules-Alphonse Terpereau, Musée d’Archéologie de la faculté des lettres de Bordeaux, ca. 1886 © Université Bordeaux Montaigne
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Fig. 7 : [Maxime Collignon], Plan de la gyposthèque de l’université de Strasbourg, ca. 1896. Archives nationales, 20030410/8 © Soline Morinière
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/7565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soline Morinière, « Enseigner, voir et comprendre l’archéologie et l’histoire de l’art »Trajectoires [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 26 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/7565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.7565

Haut de page

Auteur

Soline Morinière

Docteure en histoire de l’art, Université Bordeaux Montaigne (UR 538 Histoire de l’Art Centre François-Georges Pariset) / Chargée d’études documentaires, Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search