Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15PerspectivesSalomon Reinach et Adolf Michaeli...

Perspectives

Salomon Reinach et Adolf Michaelis : une belle entente franco-allemande

Alix Peyrard

Résumés

Salomon Reinach et Adolf Michaelis, éminents archéologues et conservateurs de musées, participent, de part et d’autre du Rhin, à la professionnalisation que connaît l’archéologie au tournant du 20e siècle. Partageant un même goût pour la muséologie et l’Altertumswissenschaft, ils se montrent désireux de s’éloigner de la philologie de leurs débuts et défendent avec conviction la transmission des savoirs touchant à la science archéologique et à l’histoire de l’art. Leur correspondance qui s’étend sur une vingtaine d’années (1888–1910) rend compte de cette coopération scientifique. Alors que les nationalismes gagnent l’Europe, les deux savants maintiennent une « belle entente » franco-allemande au sein d’un vaste réseau qui n’exclut pas pour autant les débats scientifiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salomon Reinach est directeur de la Revue Archéologique depuis 1903 et directeur du Musée des antiq (...)

1Dans la Revue Archéologique de juillet-décembre 1910, Salomon Reinach (1858–1932) rendant hommage à son collègue Adolf Michaelis (1835–1910) reconnaît « une dette de gratitude qui [lui] est commune avec beaucoup d’archéologues » envers « cet homme excellent, un des derniers représentants, avec MM. Conze et Helbig, de la vieille et vaillante école dont l’Institut archéologique de Rome était le centre » (Reinach, 1910 : 148). Adolf Michaelis, « bon humaniste », d’une « probité scrupuleuse » qui « n’a jamais sacrifié aux modes du temps » (Reinach, 1910 : 148) ne pouvait que susciter l’admiration de Salomon Reinach1 « qui dès son plus jeune âge » avait appris « que le travail, avec sa méthode et sa continuité, constitue la plus belle discipline de l'esprit humain » (Ricci, 1933 : 2).

2Marqués par le poids de l’Altertumswissenschaft, les deux hommes connaissent les liens étroits qu’entretient la science archéologique naissante avec la philologie. Adolf Michaelis, recueilli après la mort de son père par son oncle Otto Jahn (1813–1869), étudie auprès de celui-ci, éminent professeur de philologie et d’archéologie à l’université de Leipzig. Salomon Reinach, « séduit par des maîtres prestigieux : Jules Chantepie […], Michel Bréal […], Edouard Tournier et Henri Weil » (Duchêne, 2009 : XV), avait opté lui aussi pour des études de philologie. Élève à l’École normale supérieure, il avait travaillé à la rédaction d’un manuel de philologie (Reinach, 1880 : II). Mais l’un et l’autre, au cours de leur carrière respective, ont fait évoluer cet héritage pour l’adapter à des convictions fortes et empreintes des nouveaux enjeux de la science archéologique. Parmi ceux-ci, il convient de relever l’importance accordée à l’enseignement et à la transmission des savoirs que les deux archéologues défendirent dans un contexte politique parfois peu propice aux rapprochements internationaux.

  • 2 Il conserve cette chaire jusqu’en 1907.

3Quand Michaelis (fig. 1) obtient la chaire d’archéologie à la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg en 18722, sa volonté est d’y poursuivre sa carrière de professeur, mais aussi d’y développer des pratiques nouvelles, issues de son expérience et de ses propres conceptions de la pédagogie.

Fig. 1 Portrait d’Adolf Michaelis en 1872, collection « Images d’Alsace »,

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M.40.287,16 https://catalogue.bnf.fr/​ark :/12148/cb419295542.

4À ce titre, « l’éclatement de la philologie » dans la future université de Strasbourg (Richez, 2017 : 212), la place nouvelle donnée aux sciences de l’Antiquité et l’opportunité qui lui est offerte d’ouvrir un musée de moulages expliquent la décision de Michaelis de s’installer à Strasbourg. Ce goût pour la pédagogie s’accompagne d’une passion pour la muséographie, déjà pratiquée avec succès à Tübingen en tant que directeur du musée archéologique de l’université et de sa collection de moulages (Siebert, 1996 : 262), sans oublier ses nombreuses études des grandes collections européennes. Alors qu’il commence à mettre en place à Strasbourg ce musée qui doit constituer l’un des instruments clefs de son Lehrapparat, Michaelis entre en contact régulièrement avec l’attaché de conservation (depuis 1886), puis conservateur et directeur du Musée des antiquités nationales (à partir de 1902), Salomon Reinach (fig. 2), à qui il commande des moulages pour agrandir sa collection universitaire.

Fig. 2 Portrait de Salomon Reinach en 1886, photographe Alphonse Liebert (1827–1914),

Bibliothèque nationale de France, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1807, https://catalogue.bnf.fr/​ark :/12148/cb405870925.

  • 3 Membre de l’École française d’Athènes, Salomon Reinach effectue des fouilles à Myrina (1880–1882), (...)
  • 4 Salomon Reinach a enseigné à l’École du Louvre et écrit de nombreux manuels de vulgarisation. Corné (...)

5L’archéologue français, qui après quelques années de fouilles en Grèce puis en Tunisie3, se concentre sur la mise à disposition du public des dernières découvertes archéologiques et des instruments nécessaires à sa diffusion, s’intéresse lui aussi aux questions de pédagogie4 et de muséographie. Adolf Michaelis et Salomon Reinach peuvent ainsi être assimilés à ce que Jean-Yves Marc nomme « les archéologues-muséographes » (Marc, 2013 : 23).

  • 5 La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg conserve la correspondance active de Salom (...)
  • 6 Épigraphiste français. Professeur au Collège de France.
  • 7 Philologue allemand, professeur à l’université de Göttingen puis de Berlin (Gran-Aymerich, 2001 : 1 (...)

6Pour rendre compte de cette proximité, nous avons choisi d’utiliser la correspondance que les deux savants échangèrent, pendant plus de vingt ans entre 1888 et 1910, conservée dans les fonds de la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence, du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg5. Nous « partons de l’hypothèse que les échanges épistolaires entre savants, loin de constituer un genre mineur où primerait l’anecdotique, jouent un rôle important pour la construction des savoirs » (Jacob, 2008 : 7). Support d’une circulation des savoirs, mais aussi reflet des sociabilités savantes, ces correspondances constituent une source de connaissance du contexte scientifique et rendent compte des relations complexes des archéologues après la guerre franco-allemande de 1870 (Gran-Aymerich, 2012 : 13). Alors que Michaelis et Reinach échangent leur premiers courriers à la fin des années 1880, « l’amertume » persiste chez certains savants qui ne pardonnent que tardivement à Theodor Mommsen ses propos nationalistes dans son manifeste Agli Italiani. Pourtant, les collaborations savantes entre Allemands et Français ne manquent pas (Ungern-Sternberg, 1997 : 55). « La belle internationalité de la science franco-allemande » n’est pas morte après 1870 (Gran-Aymerich, 2012 : 13). La contribution de René Cagnat6 (1852–1937) à plusieurs volumes supplémentaires du Corpus Inscriptionum Latinarum et ses échanges avec Johannes Schmidt (1843–1901) et Hermann Dessau (1856–1931) en sont une preuve. Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff7 (1848–1931) n’a pas manqué de rappeler dans la préface de ses Mémoires comment après la maladie de l’épigraphiste Jules Delamarre (1867–1909) les inscriptions d’Amorgos furent complétées par lui-même et le travail conjoint de Friedrich Hiller von Gaertringen (1864–1947) et de Bernard Haussoullier (1852–1926) afin de mener à terme le volume des Inscriptiones Graecae (Ungern-Sternberg, 1997 : 57).

7Portée par les travaux fondateurs de Michel Espagne sur « [la] place structurelle de la référence allemande dans le développement des sciences de l’homme » (Espagne, 2013 : 1), cette étude de la correspondance entre Michaelis et Reinach doit aussi beaucoup aux travaux initiés par Ève Gran-Aymerich et Jürgen von Ungern-Sternberg. Elle permettra de nourrir la réflexion sur « la fabrique de la science » en évoquant la participation de Salomon Reinach à la constitution du Lehrapparat du musée de Strasbourg, puis en étudiant la résonance des travaux et des centres d’intérêts des deux archéologues, sans omettre les oppositions qui ont néanmoins pu marquer leurs recherches.

Une « belle entente » au service des musées

  • 8 Celle-ci a été étudiée par Gabrielle Feyler dans sa thèse de doctorat : Le fonds de photographies a (...)
  • 9 (Traduction de l’auteur). « Eine zusammenhängende Reihe historischer Reliefs vom Titusbogen bis zur (...)
  • 10 (Traduction de l’auteur). « In [seinem] Museum einen “römischen Gang” einzurichten ».
  • 11 (Traduction de l’auteur). « Außerordentliche Bewilligung ».
  • 12 En 1861, Napoléon III ordonne l’exécution d’un jeu de moulages de la colonne. En 1886, les moulages (...)
  • 13 Reinach Salomon, La colonne Trajane, Paris, Leroux, 1886.

8Prenant modèle sur l’université de Göttingen qui avait acquis, dès la fin du 18e siècle, un musée des moulages, l’université de Strasbourg, voulue par l’Empereur pour le nouveau Reichsland d’Elsass-Lothringen, se devait d’être une arme promotionnelle de la culture allemande et de se doter d’un matériel pédagogique digne de celle-ci (Morinière, 2015 : 79 et Marc, 2017 : 250). Si la collection de moulages d’Adolf Michaelis est aujourd’hui mieux connue grâce aux nombreux travaux qui ont porté sur sa constitution (Siebert, 1996. Simon, 2006. Marc, 2012 et 2013. Morinière, 2015), la photothèque8 et la bibliothèque qu’il constitua en complément sont, elles aussi, remarquables par leur richesse. Pour compléter cet ensemble, Michaelis s’enquit souvent des larges connaissances de Reinach. Dans le premier catalogue dressé en 1897 par Michaelis pour rendre compte des différents moulages de son musée, plus de 1700 pièces sont recensées dans les douze salles et galeries de celui-ci. Les moulages d’œuvres grecques prédominent, et seule une petite salle (Römisches Zimmer) est dédiée à la sculpture romaine. Michaelis indique ainsi dans cette première édition du Führer durch das archäologische Museum der Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg que, dans cette salle, nombre des bustes exposés ne sont que des compléments des salles précédentes (Michaelis, 1897 : 92). Mais en 1901, il signale que de nouveaux espaces ont été gagnés pour l’art romain au sein de la gypsothèque et il espère l’existence prochaine d’une « série cohérente de reliefs historiques, de l'Arc de Titus à la Colonne de Marcus, ainsi qu'une sélection adaptée d'objets romains »9 (Michaelis, 1901 : 5). En 1903, la situation semble favorable à une exposition plus importante des moulages romains comme il l’indique à Salomon Reinach, dans son courrier du 27 mai. Le conservateur du musée universitaire de Strasbourg y évoque clairement sa volonté et surtout la possibilité de « concevoir “ un couloir romain” dans [son] musée »10 et ce grâce à une « autorisation exceptionnelle »11 qu’il ne précise pas. Celle-ci lui permet d’envisager l’exposition du moulage d’une œuvre majeure de l’époque romaine : la colonne Trajane. Connaissant l’existence du jeu de moulages de la colonne détenu par le Musée des antiquités nationales12, ainsi que le petit ouvrage de Reinach consacré à la frise qui la recouvre13 (Galinier, 1997 : 202), Michaelis s’adressa à ce dernier pour l’aider dans sa nouvelle entreprise d’aménagement.

  • 14 (Traduction de l’auteur). « Bei Ihrem hiesigen Aufenthalt ».
  • 15 Michaelis mentionne les scènes suivantes : la mort de Décébale, le combat avec Jupiter, l’embarquem (...)

9La correspondance des deux archéologues au cours de l’année 1903 permet de comprendre les conditions de la constitution de cette nouvelle galerie. Le conservateur de Strasbourg peut compter sur la connaissance que Reinach a du musée, comme l’indique la mention « lors de votre séjour ici »14 dans le courrier du 27 mai 1903. Lors de cette visite, Reinach semble avoir précisé à Michaelis qu’il pourrait obtenir des moulages de la colonne Trajan à Saint-Germain à des prix bon marché. Faisant suite à cette proposition, Adolf Michaelis demande six scènes de la colonne Trajane15 pour sa nouvelle galerie, sans omettre de joindre le schéma de la disposition qu’il a imaginée ainsi que les dimensions précises dont il dispose afin que Reinach puisse répondre au mieux à son questionnement (fig. 3).

Fig. 3 Strasbourg, lettre d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach du 27 mai 1903.

Musée d’Archéologie nationale, Centre des archives, fonds de correspondance ancienne, dossier Michaelis

  • 16 BNUS, Ms.5.354, Ms.5.355.
  • 17 Conservateur du musée universitaire de Lyon de 1899 à 1925.
  • 18 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Fonds Adolf Michaelis, L.A.S de Henri Lechat à (...)
  • 19 BNUS, Ms 5.3.55, 14.
  • 20 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Fonds Adolf Michaelis, L.A.S de Henri Lechat à (...)

10Salomon Reinach n’est naturellement pas le seul conservateur auquel s’adresse Michaelis pour la constitution de son musée universitaire. Il ne manque pas d’ailleurs de signaler à son confrère ses autres commandes de moulages auprès des musées de Berlin. Le dépouillement de la correspondance relative à l’achat de moulages conservée à la Bibliothèque universitaire et nationale de Strasbourg16 confirme le large réseau des institutions auxquelles s’adresse Adolf Michaelis. Nous avons ainsi retenu le courrier d’Henri Lechat17 (1862–1925), qui indique à Michaelis, le 13 novembre 1900, que le buste de « l’Aphrodite à la Colombe » vient d’être moulé et qu’il « fera publier à ce sujet une note dans le prochain numéro de l’Anzeiger ou du Jahrbuch »18 en indiquant le prix. Sollicité par l’archéologue allemand et connaissant sa recherche constante de moulages, le conservateur du musée universitaire de Lyon affirme « avoir tenu à [l]’avertir directement […] le premier »19. C’est Henri Lechat, encore, qui adresse Adolf Michaelis à Salomon Reinach pour que l’archéologue allemand puisse disposer du moulage de Jupiter Heliopolitanus, qu’il cherche à Lyon alors qu’il est à Saint-Germain-en-Laye, preuve d’une « belle entente » franco-allemande au sein du réseau d’Adolf Michaelis20.

  • 21 Cichorius Conrad, Die Reliefs des Traiansäule, Berlin, Reimer, 1896.
  • 22 Fröhner Wilhelm, La colonne Trajane, Paris, De Mourgue, 1865.

11Au sein de ce réseau, la communication ne se fait, cependant, pas toujours sans difficultés pratiques. Alors que Adolf Michaelis se réfère à l’ouvrage de Cichorius (1863–1932)21dans ses premiers courriers relatifs aux moulages de la colonne Trajane, il est contraint, dans les lettres suivantes, de donner la correspondance des scènes dans l’ouvrage de Fröhner22 à Reinach, qui ne dispose pas de l’ouvrage évoqué par Michaelis. L’absence de l’ouvrage de Cichorius dans la bibliothèque de Salomon Reinach n’est pas relevée sans une pointe d’ironie de la part de Michaelis à l’égard de celui qu’il présente comme un détracteur des grands formats. Après quelques incompréhensions et retards dont se fait l’écho la correspondance des deux savants, les moulages sont livrés à l’Institut d’archéologie classique de Strasbourg, comme en témoigne la facture adressée par le Musée des antiquités nationales (fig. 4).

Fig. 4 Facture correspondant aux moulages de la colonne Trajane demandés par Adolf Michaelis

BNUS, Fonds Adolf Michaelis, Ms. 5.355, 506.

  • 23 Reinach Salomon, La muséographie en 1895, Paris, H. Welter, 1895.
  • 24 (Traduction de l’auteur). « Gute Katalogen auch kleinerer Sammlungen ». Aix-en-Provence, Bibliothèq (...)

12Ces détails pratiques sont aussi l’occasion pour Reinach et Michaelis d’évoquer la mise en valeur de leur musée. Dès 1895, Adolf Michaelis félicitait Salomon Reinach pour la rédaction de son ouvrage de muséographie23 et saluait sa volonté de vouloir « de bons catalogues même pour les plus petits musées »24. De fait, les deux hommes s’appliquèrent à rééditer régulièrement les catalogues de leur musée respectif et Reinach confirma en 1909 dans son article « Musées, bibliothèques et Hypogées » paru dans la Revue archéologique sa proximité de vue avec les pratiques muséales allemandes (Reinach : 1909 a : 268).

Bibliothèques et échanges scientifiques

13Cette « belle entente » entre Reinach et Michaelis a aussi été mise au service de leur bibliothèque privée et de celles de leur institution respective. L’importance de ces bibliothèques est soulignée indirectement par les échanges qu’entretiennent l’archéologue nancéen Paul Perdrizet (1870–1932) et René-Jean (1879–1951), bibliothécaire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie voulue en 1908 par le couturier et collectionneur Jacques Doucet (1853–1929). Pour constituer ce lieu d’études, capable de satisfaire les recherches scientifiques des savants, Perdrizet propose à Doucet l’achat de la bibliothèque de Michaelis, que ce dernier pense à vendre. Parmi les nombreux courriers que l’archéologue nancéen fait parvenir à René-Jean, nous avons retenu les correspondances du 18 septembre 1908 et 12 septembre 1910, qui affirment avec force l’intérêt d’une telle acquisition :

  • 25 Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595, Nancy, lettre du 18 septembre 1908.

« Vous savez mon opinion : la bibliothèque de Michaelis est incomparable, elle contient, pour l’histoire de l’archéologie et de l’art, du XVIe s. à nos jours, des ouvrages de toute première rareté, dont la valeur intrinsèque est encore augmentée par le fait qu’ils forment série. Comprenez-moi bien : il ne s’agit pas de livres sur l’art des XVIe, XVIIe, XVIIIe s., mais de livres publiés aux XVIe, XVIIe, & c., sur l’art ancien, sur les fouilles & monuments d’Italie, spécialement sur les statues antiques trouvées à Rome »25.

  • 26 Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 686, Munich, lettre du 12 septembre 1910.

« J’attache une importance extrême à l’achat de la bibliothèque Michaelis. Il est évident qu’étant donné les acquisitions que vous avez déjà faites, la bibliothèque Michaelis ne sera plus aussi intéressante pour vous qu’elle l’aurait été il y a 2 ans. Mais il faut songer à autre chose. À l’effet à produire sur les archéologues, qui croient tous, sur la foi de S. Reinach, que cette bibliothèque est extraordinaire »26.

14C’est dans le fonds de la bibliothèque Méjanes que l’on peut trouver des références à la richesse de la bibliothèque privée de Salomon Reinach. Dans une lettre, René-Jean le remercie des dons que celui-ci fait à sa nouvelle bibliothèque, tandis que dans une autre Jacques Doucet souligne la rareté des livres offerts par le savant français :

« Cher maître,

  • 27 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S de René-Jean à Salomon Reinach, (...)

Grand merci. Je suis confus de votre générosité ; vous amputez votre bibliothèque à notre profit, nous allons prendre votre place …prenez garde ! et devenir plus riche que vous »27.

  • 28 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S de Jacques Doucet à Salomon Rei (...)

« Je viens de voir le bel album de Tôchon d’Annecy dont vous avez bien voulu enrichir les collections de la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Je suis confus que vous vous priviez ainsi d’un livre d’une aussi grande rareté en même temps que très flatté des constantes marques de bienveillance que vous apportez à l’œuvre que j’ai entreprise »28.

15Instrument connexe du Lehrapparat, les bibliothèques des institutions, que dirigent les deux savants sont au centre de leur préoccupation. Ainsi, la place accordée à la bibliothèque dans le Catalogue illustré du musée des antiquités nationales au château de St-Germain-en-Laye est révélatrice de son rôle au sein du musée. En effet, elle est signalée à l’usage du visiteur au même titre que les salles des antiquités. Pourvue de nombreux plans, photographies et « quelques précieuses séries de publications scientifiques », « la principale richesse de la bibliothèque consiste dans des séries de mémoires archéologiques et de tirages à part, souvent publiés à très petits nombres d’exemplaires » (Reinach, 1921 : 374).

  • 29 Reinach Salomon, Description raisonnée du musée de Saint-Germain-en-Laye : bronzes figurés de la Ga (...)
  • 30 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S d’Adolf Michaelis à Salomon Rei (...)
  • 31 Hamdy Bey Osman et Reinach Théodore, Une nécropole royale à Sidon, Paris, Leroux, 1892–1896.
  • 32 Michaelis Adolf Die archäologischen Entdeckungen des neunzehnten Jahrhunderts, Leipzig, E. A Seeman (...)

16On comprend mieux que la correspondance entre Salomon Reinach et Adolf Michaelis fasse une place importante aux échanges de livres, signe du désir commun de compiler l’ensemble des connaissances disponibles en histoire de l’art et archéologie et de les mettre à la disposition des étudiants ou d’autres savants. Le 18 novembre 1894, Michaelis mentionne la réception du catalogue des bronzes de Saint-Germain29 et loue « la manière dont [Reinach l’a] traité et la richesse des illustrations », ce qui – affirme-t-il – lui donnera l’occasion de « recevoir des instructions multiples de sa part » sur « un contenu [qui] dépasse en partie le cadre de [s]es connaissances »30. Toujours soucieux de se procurer des ouvrages récents pour sa bibliothèque, Michaelis sollicite Reinach en 1893 pour l’obtention de l’ouvrage publié par son frère et Hamdi Bey31. De son côté, il fait parvenir à l’archéologue français « ses Entdeckungen »32, alors que Salomon Reinach l’avait encouragé à plusieurs reprises à publier ses cours dispensés à Strasbourg. C’est auprès du conservateur de Saint-Germain-en-Laye qu’il s’enquiert aussi en avril 1906 des erreurs que pourrait contenir le volume.

17Outre cette volonté constante d’échanges, la correspondance montre le désir des deux hommes de faire connaître leurs publications respectives dans les colonnes des revues scientifiques nationales. Ainsi Michaelis évoque à plusieurs reprises l’écho qu’il entend donner aux Chroniques d’Orient de Reinach en Allemagne. Il rédige en novembre 1891 un article mentionnant la sortie du premier tome des Chroniques (les années 1883 à 1890) dans le Literarisches Zentralblatt für Deutschland de Friedrich Zarncke, professeur de philologie à Leipzig. Le 28 décembre 1890, il avait déjà fait part de sa volonté de s’adresser à l’éditeur de Reinach afin de faire connaître à un large public allemand les Peintures de vases antiques recueillies par Millin (1808) et Millingen (1813) publiées et commentées par Salomon Reinach (Reinach, 1891), indiquant à nouveau un compte rendu dans le Literarisches Zentralblatt für Deutschland.

  • 33 « Vous ne m’avez jamais écrit un mot sur mes Archäologischen Entdeckungen, ne les auriez-vous pas r (...)
  • 34 Michaelis Adolf, Die Lücken im Parthenonfries, Die Archäologische Zeitung, 1885.

18Si Reinach évoque sa « dette » envers Michaelis, il ne semble pas toujours avoir présenté les ouvrages de son homologue dans les revues scientifiques françaises avec le même empressement que le savant allemand. Celui-ci lui en fait la remarque dans son courrier du 12 avril 1906, cachant à peine sa déception derrière une question de politesse33. La Revue archéologique et son directeur Salomon Reinach n’ont consacré aucun article à l’ouvrage de Michaelis Die archäologischen Entdeckungen des neunzehnten Jahrhunderts. Mais on retrouve dans la Revue critique d’histoire et de littérature en 1907, un long article de Reinach saluant « cet excellent livre » qu’il a consulté « comme un manuel […] presque comme un ami » (Reinach, 1907 : 141). Outre les qualités de l’ouvrage, Reinach loue aussi celles de l’homme : « le travail de Michaelis annule [celui de ses devanciers] parce qu’il est l’œuvre d’un savant de grande lecture, de vieille expérience et – ce qui ne gâte rien – d’une bienveillance qui le porte à chercher et à retenir dans l’œuvre des archéologues du 19e siècle, les services rendus plutôt que les fautes » (Reinach, 1907 : 141). Enfin cette reconnaissance se lit aussi dans les nombreuses références faites par Reinach dans son Répertoire des reliefs grecs et romains (Tome 1, II). Il y souligne l’importance des recherches de Michaelis sur le Parthénon (Der Parthenon, 1871) qui « est et restera l’ouvrage capital » sur le sujet (Reinach : 1909b : 24), y rappelle les emprunts fréquents faits aux Strassburger Antiken (1901) et aux articles de Michaelis parus dans Die Archäologische Zeitung34 pour le Tome I du Répertoire, alors que, pour le Tome II, il recourt régulièrement aux Ancient marbles in Great Britain (1882).

Des tensions persistantes entre archéologies française et allemande

19Outre la correspondance de Lechat, que nous avons précédemment évoquée, nos recherches nous ont permis de retrouver des courriers entre Étienne Michon (1865–1939) ou Antoine Héron de Villefosse (1845–1919) et Adolf Michaelis faisant état d’une relation professionnelle suivie et appréciée. L’article d’Étienne Michon (1865–1939) dans le Journal des Savants de 1907 sur l’ouvrage de Michaelis Die archäologischen Entdeckungen des neunzehnten Jahrhunderts est à ce titre révélateur, de même que sa lettre du 11 juin 1907 adressée en retour des remerciements de Michaelis pour cet article :

  • 35 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, fonds Adolf Michaelis, lettre d’Étienne Michon (...)

« En passant en retour à votre suite, ces découvertes, j’ai pensé en effet que l’occasion était bonne de plaider la cause de l’histoire de l’archéologie et avec elle de la muséographie. Votre nom et vos travaux m’y invitaient tout naturellement puisque vous êtes le maître incontesté de ces études et que vous avez rendu des services que, pour ma part au moins, je ne pourrais pas oublier »35.

20Est-ce à dire que les tensions qui avaient persisté au lendemain de la guerre de 1870 avaient totalement disparu, faisant oublier les propos de Theodor Mommsen ? Peut-on penser que, malgré la situation géopolitique parfois tendue entre la France et l’Allemagne en ce début de 20e siècle, les relations scientifiques des savants ne pâtissaient pas des regains de nationalismes visibles ?

  • 36 Archéologue allemand, à l’origine des premières fouilles organisées à Olympie (Gran-Aymerich, 2001  (...)
  • 37 Archéologue et épigraphiste, directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912.
  • 38 Archéologue allemand, directeur de l’Institut archéologique allemand d’Athènes (1912–1920 et 1930–1 (...)

21Si à l’exemple d’Adolf Michaelis, Ernst Curtius (1814–1896)36 salue les grands programmes de fouilles de l’École française Athènes à Délos et à Delphes, y voyant une « émulation » pour le jeune Institut allemand d’Athènes, on ne peut manquer de voir dans la décision prise par Albert Dumont (1842–1884), directeur de l’École française d’Athènes, de fonder le Bulletin de correspondance hellénique, une réponse à la parution des Athenische Mitteilungen (1876). C’est bien une « guerre polie, voilée sous des formes qui évitent toute apparence de polémique » (Gran-Aymerich, 1992 : 181) que se livrent Français et Allemands en Grèce. Cette émulation a pu donner lieu à de belles coopérations (Ungern-Sternberg, 2017 : 185), à l’image de celle de Maurice Holleaux37 et Georg Karo38, mais elle aussi à l’origine de vives tensions lorsque l’épigraphiste Hans Pomtow (1859–1925) fait paraître ses propres recherches sur Delphes alors que la France négocie une convention de fouilles avec la Grèce (1889).

22Les échanges entre Michaelis et Reinach sont aussi le reflet de cette situation complexe et des antagonismes plus anciens. En revenant à deux reprises dans son article sur les membres de l’École d’Athènes et la primauté de certaines de leurs découvertes (Reinach, 1907), Salomon Reinach entend affirmer la place de l’archéologie française, parfois considérée comme dépassée par l’archéologie allemande. Ce n’est sans doute pas sans arrière-pensées aussi que le conservateur du Musée des antiquités nationales signale « quelques menues erreurs » dans « les recherches préhistoriques et protohistoriques » (Reinach, 1907 : 143) indiquées par Michaelis, alors que la science germanique y avait prêté une attention bien antérieure à la France. Tout comme Michaelis n’a pas voulu établir une « histoire [de l’archéologie] où le chauvinisme scientifique aurait pu si facilement s’insinuer » (Reinach, 1907 : 142), Reinach n’a pas voulu raviver d’anciens débats. L’un et l’autre s’attachent pourtant à défendre le riche passé de l’histoire archéologique de leur pays.

23À ces tensions viennent parfois se greffer des différences méthodologiques dont la correspondance fait régulièrement état. Là encore, si les deux hommes ne s’opposent pas frontalement sur ces questions, leurs remarques montrent l’existence de contentieux non résolus. Parmi ceux-ci, le format des ouvrages d’archéologie et la place de la photographie sont régulièrement évoqués. Ainsi Reinach s’élève dans de nombreux écrits et courriers contre les formats de grande taille et les nombreuses photographies des ouvrages allemands qui rendent les prix de ceux-ci exorbitants. Il leur préfère des formats plus petits, plus maniables et plus aptes à remplir des services précieux auprès des étudiants et des chercheurs.

24« Archéologues-muséographes », Salomon Reinach et Adolf Michaelis ont souvent été assimilés à de nouveaux humanistes, épris tout à la fois d’histoire de l’art et désireux d’affirmer la place nouvelle de l’archéologie au sein du monde universitaire. Leur correspondance reflète non seulement l’importance de leurs connaissances, mais aussi un désir commun de partager leur savoir pour faire progresser la science. Cette vocation les a conduits à entrer en contact avec de nombreux savants à travers le continent européen afin d’enrichir leurs travaux des développements les plus récents et de constituer ainsi un véritable réseau scientifique, constamment sollicité. Mais celui-ci n’est pas exempt de tensions et ne peut s’affranchir du contexte international. En 1910, le savant allemand Adolf Michaelis s’éteint, laissant intacte « sa dette » auprès de Salomon Reinach, à la veille d’un Premier conflit mondial qui vint bouleverser les réseaux scientifiques européens les plus solides, à l’image de la relation entre Maurice Holleaux et Georg Karo rompue par la guerre (Ungern-Sternberg, 2017 : 203).

25La circulation des savoirs archéologiques, envisagée à travers les relations épistolaires entre Salomon Reinach et Adolf Michaelis, qui a été le cœur de cette étude, constitue un premier axe de réflexion dans le cadre d’une recherche doctorale plus large visant à mettre en lumière les interactions scientifiques de la famille Reinach avec les archéologues germaniques.

Haut de page

Bibliographie

Duchêne, Hervé (2009) : [préface] in : Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions, la Flèche, p. I–LXXXI.

Espagne, Michel (2013) : La notion de transferts culturels, Revue Sciences/Lettres, p. 1.

Galinier, Martin (1997) : La colonne Trajane et les pouvoirs européens : reproductions et imitations, in : Actes des rencontres internationales sur les moulages, Montpellier, p. 201–209.

Gran-Aymerich, Ève et Gran-Aymerich Jean (1992) : La création des Écoles françaises d'Athènes, Rome et Madrid, Communications, 54, p. 181

Gran-Aymerich, Ève (2001) : Les chercheurs du passé : aux sources de l’archéologie (1798–1945), Paris

Gran-Aymerich, Ève (2012) : L’archéologie européenne à Rome, de 1829 à 1875 : la « belle internationalité » de la science franco-allemande, Revue Germanique Internationale, 16, p. 13–28.

Jacob, Christian (2008) : Le Miroir des correspondances, in : Corinne Bonnet et Véronique Krings (dir.), Ecrire et s’écrire sur l’Antiquité, Grenoble, p. 7–17.

Marc, Jean-Yves (2012) : Les collections de l’Institut d’archéologie classique de l’Université de Strasbourg, Collegium Beatus Rhenanus EUCOR Newsletter 15, p. 5–7.

Marc, Jean-Yves (2013) : Adolf Michaelis, Un pionnier de l’archéologie classique en Europe, Collegium Beatus Rhenanus EUCOR Newsletter 16, p. 20–23.

Marc, Jean-Yves (2017) : Le musée de l’Institut d’archéologie classique, in : Roland Recht (dir.), Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880–1930, p. 250–259.

Michaelis, Adolf (1897) : Führer durch das Archäologische Museum der Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg, Strasbourg.

Michaelis, Adolf (1901) : Festgabe für die archäologische Section der XLVI. Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner dargeboten von dem Kunstarchäologische Institut der Kaiser-Wilhelms-Universität Strassburg, Strasbourg.

Morinière, Soline (2015) : La gypsothèque de l’université de Strasbourg : quand les statues parlent d’elles-mêmes, Archimède : archéologie et histoire ancienne, 2, p. 78–93.

Reinach, Salomon (1880) : Manuel de philologie classique, Paris.

Reinach, Salomon (1891) : Peintures de vases antiques recueillies par Millin (1808) et Millingen (1813) publiées et commentées par Salomon Reinach, Paris.

Reinach, Salomon (1907) : Adolf Michaelis, Die archäologischen Entdeckungen des neuzehnten Jahrhunderts, Revue critique d’Histoire et de Littérature, 18, p. 141–144.

Reinach, Salomon (1909), Musées, bibliothèques et Hypogées, Revue archéologique, 14, p. 267–270.

Reinach, Salomon (1909) : Répertoire de reliefs grecs et romains, Tome premier, E. Leroux

Reinach, Salomon (1910) : Nécrologie d’Adolf Michaelis, Revue Archéologique, 4.16, p. 148–152.

Reinach, Salomon (1921) : Catalogue illustré du musée des antiquités nationales au château de St-Germain-en-Laye, Paris, p. 374

Ricci Seymour, de (1933) : Nécrologie de Salomon Reinach, Revue des Etudes juives, 94.187, p. 2.

Richez, Jean-Claude (2017) : Lieux et figures du savoir, in : Roland Recht (dir.), Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880–1930, p. 208–218.

Siebert, Gérard (1988) : La collection de moulages de l’Université de Strasbourg, Le moulage, Actes du colloque international du 10–12 avril 1987, Paris, p. 215–221.

Siebert, Gérard (1996) : Michaelis et l’archéologie française, Bulletin de correspondance hellénique, 120, p. 261–271.

Simon, Erika (2006) : Adolf Michaelis. Leben und Werk, Sitzungsberichte der wissenschaftlichen Gesellschaft an der Goethe-Universität Frankfurt am Main XLIV.

Ungern-Sternberg (von), Jürgen (1997) : Die späte römische Republik. La fin de la République romaine. Un débat franco-allemand d’histoire et d’historiographie, Rome.

Ungern-Sternberg (von), Jürgen (2017) : Les chers ennemis Deutsche und französiche Altertumswissenschaftler in Rivalität und Zusammenarbeit, Stuttgart.

Archives

Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, boîtes 51, 88, 108.

Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595 ; 144, 3, 686.

Saint-Germain-en-Laye, centres d’archives du Musée d’Archéologie nationale, fonds de correspondance ancienne, L.A.S d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach, Strasbourg, 27 mai 1903.

Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Fonds Adolf Michaelis, Ms.5.355, 14–15 ; Ms. 5.350.

Haut de page

Notes

1 Salomon Reinach est directeur de la Revue Archéologique depuis 1903 et directeur du Musée des antiquités nationales depuis 1902.

2 Il conserve cette chaire jusqu’en 1907.

3 Membre de l’École française d’Athènes, Salomon Reinach effectue des fouilles à Myrina (1880–1882), Délos (1882) et dans les îles grecques avant de rejoindre la commission archéologique de Tunisie, sous la direction de Joseph Tissot (1883–1885).

4 Salomon Reinach a enseigné à l’École du Louvre et écrit de nombreux manuels de vulgarisation. Cornélie ou le latin sans pleurs (1912), Eulalie ou le grec sans larmes (1911) et Sidonie ou le français sans peine (1913).

5 La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg conserve la correspondance active de Salomon Reinach avec Adolf Michaelis.

6 Épigraphiste français. Professeur au Collège de France.

7 Philologue allemand, professeur à l’université de Göttingen puis de Berlin (Gran-Aymerich, 2001 : 1244)

8 Celle-ci a été étudiée par Gabrielle Feyler dans sa thèse de doctorat : Le fonds de photographies anciennes de l’Institut d’archéologie classique de Strasbourg (Fonds Adolf Michaelis), Strasbourg 2, 1993.

9 (Traduction de l’auteur). « Eine zusammenhängende Reihe historischer Reliefs vom Titusbogen bis zur Marcussäule nebst einer geeigneten Auswahl römischer Statuen ».

10 (Traduction de l’auteur). « In [seinem] Museum einen “römischen Gang” einzurichten ».

11 (Traduction de l’auteur). « Außerordentliche Bewilligung ».

12 En 1861, Napoléon III ordonne l’exécution d’un jeu de moulages de la colonne. En 1886, les moulages reproduits par galvanoplastie sont installés dans les fossés du château de Saint-Germain-en-Laye (Galinier, 1997 : 201).

13 Reinach Salomon, La colonne Trajane, Paris, Leroux, 1886.

14 (Traduction de l’auteur). « Bei Ihrem hiesigen Aufenthalt ».

15 Michaelis mentionne les scènes suivantes : la mort de Décébale, le combat avec Jupiter, l’embarquement à Ancône, le sacrifice sur le pont du Danube, la scène avec Luna et l’incendie du camp des légionnaires romains.

16 BNUS, Ms.5.354, Ms.5.355.

17 Conservateur du musée universitaire de Lyon de 1899 à 1925.

18 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Fonds Adolf Michaelis, L.A.S de Henri Lechat à Adolf Michaelis, Lyon, 13 novembre 1900, Ms 5.3.55, 14.

19 BNUS, Ms 5.3.55, 14.

20 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Fonds Adolf Michaelis, L.A.S de Henri Lechat à Adolf Michaelis, Lyon, 17 novembre 1905, Ms.5.355, 15.

21 Cichorius Conrad, Die Reliefs des Traiansäule, Berlin, Reimer, 1896.

22 Fröhner Wilhelm, La colonne Trajane, Paris, De Mourgue, 1865.

23 Reinach Salomon, La muséographie en 1895, Paris, H. Welter, 1895.

24 (Traduction de l’auteur). « Gute Katalogen auch kleinerer Sammlungen ». Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach, Strasbourg, 11 août 1895, boîte 108, feuillet 31.

25 Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595, Nancy, lettre du 18 septembre 1908.

26 Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 686, Munich, lettre du 12 septembre 1910.

27 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S de René-Jean à Salomon Reinach, Paris, 7 octobre, boîte 88, feuillet 7.

28 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S de Jacques Doucet à Salomon Reinach Paris, 18 juin 1912, boîte 51, feuillet 5.

29 Reinach Salomon, Description raisonnée du musée de Saint-Germain-en-Laye : bronzes figurés de la Gaule romain, Paris, Firmin-Didot, 1895.

30 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach, Strasbourg, 18 novembre 1894, boîte 108, feuillet 23.

31 Hamdy Bey Osman et Reinach Théodore, Une nécropole royale à Sidon, Paris, Leroux, 1892–1896.

32 Michaelis Adolf Die archäologischen Entdeckungen des neunzehnten Jahrhunderts, Leipzig, E. A Seeman, 1906.

33 « Vous ne m’avez jamais écrit un mot sur mes Archäologischen Entdeckungen, ne les auriez-vous pas reçues ? ». Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Fonds Salomon Reinach, L.A.S d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach, Strasbourg, 12 avril 1906, boîte 108, feuillet 129.

34 Michaelis Adolf, Die Lücken im Parthenonfries, Die Archäologische Zeitung, 1885.

35 Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, fonds Adolf Michaelis, lettre d’Étienne Michon à Adolf Michaelis Paris, 11 juin 1907, Ms. 5.350, f. 283–285.

36 Archéologue allemand, à l’origine des premières fouilles organisées à Olympie (Gran-Aymerich, 2001 : 730)

37 Archéologue et épigraphiste, directeur de l’École française d’Athènes de 1904 à 1912.

38 Archéologue allemand, directeur de l’Institut archéologique allemand d’Athènes (1912–1920 et 1930–1936).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Portrait d’Adolf Michaelis en 1872, collection « Images d’Alsace »,
Crédits Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M.40.287,16 https://catalogue.bnf.fr/​ark :/12148/cb419295542.
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/8089/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Fig. 2 Portrait de Salomon Reinach en 1886, photographe Alphonse Liebert (1827–1914),
Crédits Bibliothèque nationale de France, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1807, https://catalogue.bnf.fr/​ark :/12148/cb405870925.
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/8089/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/8089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 3 Strasbourg, lettre d’Adolf Michaelis à Salomon Reinach du 27 mai 1903.
Crédits Musée d’Archéologie nationale, Centre des archives, fonds de correspondance ancienne, dossier Michaelis
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/8089/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Crédits Fig. 4 Facture correspondant aux moulages de la colonne Trajane demandés par Adolf Michaelis
URL http://journals.openedition.org/trajectoires/docannexe/image/8089/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alix Peyrard, « Salomon Reinach et Adolf Michaelis : une belle entente franco-allemande »Trajectoires [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 21 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/8089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.8089

Haut de page

Auteur

Alix Peyrard

Doctorante en Archéologie/Chargée d’études et de recherche, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg/Institut national d’histoire de l’art

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search