Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16PerspectivesLa France, la République fédérale...

Perspectives

La France, la République fédérale d’Allemagne et l’Initiative de défense stratégique (1983-1986)

Lise Dubois

Résumés

Le projet américain d’Initiative de défense stratégique (IDS), aussi connu sous son surnom de « guerre des étoiles », a été un objet de discussions intenses entre la France et la République fédérale d’Allemagne (RFA) entre 1983 et 1986. L’article s’intéresse aux choix différents des deux alliés otaniens et partenaires européens sur la participation au programme de recherche américain. Il se fonde sur les archives diplomatiques allemandes inédites (Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland), ainsi que sur l’analyse de débats parlementaires, de discours et d’articles de presses français et allemands. L’article montre comment l’IDS a marqué le dialogue stratégique et politique entre les deux pays et signe la reconnaissance du besoin d’une autonomie spatiale européenne et d’un couple franco-allemand fort pour la porter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La seconde guerre froide est une période de renouveau des tensions des relations entre l’Ouest et l (...)
  • 2 Discours de Ronald Reagan, 23 mars 1983.

1Le 23 mars 1983, en pleine « seconde guerre froide »1, le président Reagan présente à la nation américaine son projet d’initiative de défense stratégique (IDS), afin de développer un bouclier destiné à protéger le territoire américain des missiles balistiques de longue portée soviétiques2.

2Le 26 mars 1985, le secrétaire à la Défense américain Caspar Weinberger rend publique une lettre par laquelle il invite les membres de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN, ainsi que la France, le Japon, Israël, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, à participer aux recherches de l’IDS et à répondre sous soixante jours (Le Monde, 28/03/1985).

  • 3 Dès 1989, le budget du programme est amputé par le gouvernement Bush et il est définitivement aband (...)
  • 4 L’Allemagne est divisée en deux pays depuis 1949.
  • 5 Les ministres français des Relations extérieures sont Claude Cheysson (1981-1984) et Roland Dumas ( (...)

3Si le projet en lui-même n’a pas abouti3, il a cependant marqué le dialogue politique entre la France et la RFA des années 19804. Il intervient à une période charnière dans les deux pays, mais également pour les relations franco-allemandes. François Mitterrand a été élu président en mai 1981 et son gouvernement constitue la première alternance politique de la Ve République. Helmut Kohl, candidat de la Christliche Demokratische Union (CDU), forme une coalition avec le Freie Demokratische Partei (FDP) en octobre 1982 et a mis fin à la coalition entre la gauche et le FDP en place depuis 1969. Ce dialogue est facilité par le lien personnel fort entre le président Mitterrand et le chancelier Kohl (Wirsching, 2006 : 516) et entre les ministres en charge des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher et Roland Dumas (Genscher, 1995 : 379 ; Dumas, 2013 : 30)5.

  • 6 Discours de François Mitterrand devant le Bundestag, 20 janvier 1983. La crise des euromissiles qui (...)
  • 7 Ce dialogue stratégique porte sur la question de l’extension de la garantie nucléaire française à l (...)

4L’IDS coïncide avec la crise des euromissiles au cours de laquelle la France montre sa solidarité avec la RFA : le président français soutient le chancelier Kohl qui affronte l’hostilité de l’opinion publique allemande en acceptant le stationnement sur le sol allemand de missiles américains de moyenne portée, face au déploiement des missiles soviétiques dans les pays du Pacte de Varsovie6. Le début des années 1980 correspond également à « une reprise du dialogue stratégique franco-allemand »7 (Soutou, 1996 : 371), au moment de la relance européenne qui consiste en un approfondissement politique et économique de la Communauté économique européenne (CEE) et débouche sur la signature de l’Acte Unique européen en 1986 (Pedersen, 1998 : 88).

  • 8 Sur les implications de l’IDS en matière de défense et de sécurité pour les relations franco-allema (...)
  • 9 Abrégés sous le sigle AAPD dans cet article.

5Les conséquences de l’IDS sur les relations franco-allemandes en matière de défense et de sécurité avaient déjà, durant les années 1980, suscité l’intérêt des chercheurs contemporains et ont été intégrées plus récemment dans une analyse de la construction européenne, sans toutefois que les aspects proprement spatiaux en soient l’objet principal8. Cet article se centre ainsi sur l’éclairage que donne l’IDS aux relations franco-allemandes en matière spatiale, de l’annonce du projet américain en 1983 à la signature de l’accord avec les États-Unis par la RFA en 1986. Il repose sur une analyse de sources multiples : les débats parlementaires de l’Assemblée nationale et du Bundestag, les discours des chefs d’État et membres du gouvernement, des articles de journaux, ainsi que sur les archives du ministère des Affaires étrangères allemand, ouvertes après 30 ans et publiées sous forme de recueil (Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland)9. Si « le spatial constitue le miroir de la relation politique entre la France et l’Allemagne depuis 1945, mais aussi de la construction de l’Europe dans son ensemble » (Venet, 2012 : 33), il importe de voir de quelle manière, entre 1983 et 1986, le programme de recherche américain a fait émerger entre la France et la RFA une réflexion politique, sous l’angle à la fois de la sécurité et de la technologie, sur l’avenir du couple franco-allemand, la relation aux États-Unis et l’autonomie européenne en matière spatiale.

La France et la RFA face à l’IDS

L’IDS et les projets spatiaux européens

  • 10 Le premier lancement d’Ariane 1 a lieu le 24 décembre 1979.
  • 11 Le premier Allemand dans l’espace est le citoyen de la RDA, Sigmund Jähn, en août 1978.

6La proposition américaine coïncide avec les négociations de plusieurs programmes de l’Agence spatiale européenne (European Space Agency, ESA). Créée en 1975, cette agence intergouvernementale regroupe en 1983 onze pays membres européens et le Canada comme membre associé ; son objectif est d’organiser la coopération en matière spatiale entre les pays européens. Son plus grand succès au début des années 1980 est le lanceur civil Ariane10. Cette fusée, proposée par la France et construite en partenariat avec les autres membres de l’ESA, marque la fin du monopole américain sur le lancement des satellites (Varnoteaux, 2003 : 58). La construction d’un nouveau modèle, Ariane 5, capable de placer des charges utiles plus lourdes en orbite basse, fait l’objet de négociations entre la France et la RFA (AAPD, 1984 : 895). Le président américain propose également le 25 janvier 1984 un projet de station spatiale internationale, « pendant civil » de l’IDS (Pasco, 2017 : 62), auquel se joint l’ESA en 1987 (Reinke, 2004 : 431). Les Européens font également leurs premiers pas dans l’espace. La France et la RFA y envoient leurs premiers hommes : Jean-Loup Chrétien en juin 1982, lors d’une mission franco-soviétique et Ulf Merbold dans le cadre de la coopération entre la NASA et l’ESA à l’automne 198311.

7Le début des années 1980 met ainsi les problématiques spatiales au cœur du dialogue stratégique et politique franco-allemand (Trischler, 2002 : 22).

Un nouveau défi pour la France et la RFA

  • 12 Ronald Reagan, op. cit.

8Les implications technologiques, économiques et scientifiques, mais aussi stratégiques ont mis l’IDS à l’agenda européen (Wirsching, 2006 : 519). Or l’IDS est, par nature, paradoxale (Willke, 1988 : 353) : elle incarne à la fois le paroxysme de la tension entre les deux blocs et la promesse de son dépassement. En effet, Reagan ne visait-il pas à rendre les armes nucléaires « obsolètes »12 ? Les Français et les Allemands, comme leurs partenaires européens, se préoccupent des conséquences d’un changement de la doctrine nucléaire américaine qui pourrait ramener les États-Unis à l’isolationnisme (Welck, 1984). L’IDS joue donc un rôle de révélateur de la dépendance vis-à-vis des États-Unis : elle concerne particulièrement la France et la RFA, respectivement premier et deuxième contributeur de l’ESA, dans un contexte économique encore marqué par la désinflation (Lappenküpper, 2016 : 173).

9Pour de Gaulle comme pour ses successeurs, l’espace est le moyen pour l’Europe de s’affirmer face aux États-Unis et à l’URSS (Varnoteaux, 2003 : 59). Troisième puissance spatiale et puissance nucléaire, la France a à cœur de maintenir son statut, d’où la crainte que l’IDS ne vienne décrédibiliser sa défense fondée sur la dissuasion (Moisi, 1985 : 318). La politique spatiale de la RFA, puissance civile (Maull, 1992), a été conçue par Adenauer comme un des axes de la Westbindung, c’est-à-dire comme le moyen d’assurer l’intégration du pays dans le camp occidental après la Seconde Guerre mondiale (Reinke, 2004 : 231). Selon certains chercheurs contemporains, comme Karl Kaiser, l’IDS montre à la RFA qu’il est temps de développer une stratégie propre, certes concertée avec les États-Unis et la France, mais qui ne soit pas seulement déterminée par eux (Frankfurter Allgemeine Zeitung, 30/10/1985).

10Désireux d’approfondir l’intégration européenne, les deux alliés des États-Unis font un choix différent concernant l’IDS.

Le refus français

  • 13 Article 15 de la Constitution de la Ve République ; décret du 14 janvier 1964.
  • 14 Allocution de François Mitterrand, président de la République, La Haye, 7 février 1984.
  • 15 Allocution de François Mitterrand devant la 38ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies (...)

11Mitterrand, en tant que chef des armées, peut décider seul de l’emploi de l’arme nucléaire13. En mars 1983, il charge Hubert Védrine, qui est alors son conseiller diplomatique, d’étudier la faisabilité de l’IDS (Chaput, 2014 : 118). Le président français, dans son discours prononcé à la Haye, le 7 février 1984, semble envisager un monde post-nucléaire14, comme Reagan à travers l’IDS (Lellouche, 1986 : 258). Cependant, l’avenir qu’il dessine pour l’Europe est celui de l’indépendance vis-à-vis des États-Unis, en soutenant la création d’une « Communauté européenne de l’Espace »15 qui poursuivrait des fins civiles et militaires. Pour Mitterrand, une intégration européenne plus poussée est nécessaire, afin de parvenir à s’imposer face aux deux superpuissances spatiales.

  • 16 Communiqué du ministère des relations extérieures sur l'utilisation militaire de l'espace, 12 juin (...)

12Redoutant les conséquences du projet sur la course à l’armement entre les États-Unis et l’URSS (Lellouche, 1986 : 258), la France présente ainsi, à la Conférence du désarmement le 14 juin 1984, cinq propositions destinées à limiter le développement de nouvelles technologies spatiales militaires16. Un accord entre les gouvernements français et américain est rapidement écarté, mais les entreprises françaises ont toutefois la possibilité de contracter avec la Strategic Defense Initiative Organization, chargée de coordonner le programme de recherche (Chaput 2014 : 149). L’opinion française est divisée sur l’IDS (Fenske, 1986 : 239) : les sympathisants du PCF sont défavorables à 74% au projet américain et ceux du PS à 50%, tandis qu’à l’UDF, 52% y sont favorables et au RPR, 61% (Le Monde, 19/11/1985).

  • 17 Conférence de presse de François Mitterrand à l’issue du sommet des pays industrialisés, Bonn, 4 ma (...)
  • 18 Assemblée nationale, compte-rendu de la séance du 7 mai 1985, p. 606.

13C’est à l’issue du sommet du G7, le 4 mai 1985 à Bonn, que Mitterrand annonce officiellement que la France ne se joindra pas à l’IDS17. L’hebdomadaire Der Spiegel se montre acerbe envers la politique de cavalier seul menée par Mitterrand, qui semble davantage liée à des questions de politique intérieure, à moins d’un an des élections législatives en France (Der Spiegel, 12/05/1985). Ce refus inquiète également l’opposition, comme le député RPR Jacques Baumel qui souligne les risques d’une rupture avec les États-Unis, mais aussi avec la RFA et appelle ainsi à une réflexion stratégique commune18.

Le « oui » allemand

14L’étude des archives diplomatiques montre que, dès mars 1983, l’Auswärtiges Amt (ministère des Affaires étrangères de la RFA) avait commencé à s’intéresser au projet américain, notamment à ses implications liées au traité Anti-ballistic Missile (ABM) de 1972 (AAPD 1983 : 409).

  • 19 Traduction : « vision d’avenir purement utopique ». Toutes les traductions de l’article sont de l’a (...)
  • 20 Le conseil de sécurité fédéral, présidé par le chancelier, coordonne la politique de sécurité et de (...)
  • 21 Bulletin der Bundesregierung, 29 mars 1985.
  • 22 Article 65 de la Loi fondamentale.
  • 23 Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 132ème séance, 18 avril 1985, p. 9717.

15Le 25 mars 1983, dans un entretien donné à la ZDF, le ministre allemand de la Défense Manfred Wörner qualifie le projet reaganien d’ « absolute Zukunftsmusik »19 (FAZ, 26/03/1983). Néanmoins, un groupe interministériel de travail sur l’IDS est créé le 20 février 1984 par le Bundessicherheitsrat20, afin d’élaborer une position commune du gouvernement sur la question (Reinke, 2004 : 264). Ce dernier émet un avis favorable le 27 mars 198521. Le 18 avril 1985, le chancelier allemand, à qui la Loi fondamentale (Grundgesetz) confère le droit de déterminer les orientations politiques générales22, se déclare « en principe » pour la proposition américaine qui est dans l’intérêt de la sécurité du bloc de l’Ouest23. La presse française montre le chancelier « tiraillé » (Le Monde diplomatique, 06/1985). Il s’agit en effet d’un oui conditionnel, soumis à l’assurance d’un non-découplage des États-Unis et de l’Europe, de la poursuite des négociations sur le désarmement et du maintien de la stratégie de riposte graduée (Kaiser, 1986 : 286).

  • 24 L’Ostpolitik, initiée sous Willy Brandt, est la politique de rapprochement avec le bloc soviétique, (...)
  • 25 Voir par exemple Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 140ème séance, 23 mai 1985, p. 1039 (...)

16La CDU-CSU soutient largement la participation au projet. Le FDP se montre plus sceptique : Genscher, issu de ce parti, y voit un risque pour l’Ostpolitik24 (Hanrieder, 1995 : 23) et donne la préférence au projet européen Eurêka (Brauch, 1987 : 201). Si le SPD semble au départ en interne favorable au projet américain (Kaiser, 1986 : 288-291), il finit par le rejeter complètement, rejoignant ainsi la position des Verts25. L’opinion publique demeure en majorité peu disposée à une participation au projet : les sympathisants de la CDU/CSU et du FDP y sont opposés à 47% et les sympathisants SPD et Verts à 78% (Frankfurter Rundschau, 06/04/1985).

17La Fédération de l’industrie allemande (Bundesverband der deutschen Industrie) se déclare favorable à un accord gouvernemental garantissant notamment les transferts de technologies (Brauch, 1987 : 212). Le ministre de l’Économie, Martin Bangemann, est ainsi chargé de la négociation de l’accord avec les États-Unis (FAZ, 14/12/1985). Il signe le 27 mars 1986 avec le secrétaire d’État américain Weinberger un accord composé de deux parties, l’une portant sur les transferts de technologies et l’autre traitant de la participation au programme de recherche (Kubbig, 1990 : 231). Le texte de l’accord, tenu secret, est révélé par l’Express de Cologne et relayé dans la presse (Der Spiegel, 20/04/1986).

18Ces décisions nationales se doublent d’un dialogue franco-allemand : l’échange, débuté dès mars 1983 (AAPD 1983 : 412), s’intensifie dès 1984, à mesure que le projet se structure aux États-Unis et que la réflexion interne en France et en RFA s’approfondit.

Un dialogue franco-allemand

Une réflexion commune sans position commune

19L’élaboration d’un groupe d’experts franco-allemands composé de membres des ministères des Affaires étrangères et de la Défense sur l’IDS témoigne ainsi d’une volonté de réflexion commune. Créé en 1984 sur proposition française (AAPD 1984 : 86), il lui revient d’en évaluer les aspects militaires, stratégiques, politiques et technologiques. Un premier rapport est présenté en février 1985, suivi d’un second en octobre 1986 qui se projette sur l’évolution jusqu’à l’an 2000 et après (AAPD 1986 : 1499). Selon la note du directeur ministériel von Ploetz, ce travail a permis un approfondissement des échanges sur la politique de sécurité : les positions se sont progressivement rapprochées pour s’accorder sur la faisabilité de systèmes défensifs spatiaux qui ne pourraient pas remplacer, même après 2000, l’arsenal offensif nucléaire (AAPD 1986 : 1500).

20L’espoir d’une coordination franco-allemande a été notamment émise par le ministre des Affaires étrangères de la RFA. Lors de son entretien avec le Premier ministre Laurent Fabius, le 23 mai 1985, Genscher rappelle sa réponse au secrétaire d’État américain Schultz : l’Allemagne ne peut accepter qu'une formulation commune de l’IDS avec la France (AAPD 1985 : 701). Dans un entretien entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense le 15 avril 1985 à Paris, il souhaite connaître la position française avant le 18 avril, date à laquelle l’IDS doit être débattue au Bundestag. : Dumas répond que le président est favorable à une réponse européenne (AAPD 1985 : 480).

21Ce dialogue entre les deux pays qui n’a pas abouti à une position de refus ou d’adhésion au projet américain permet de mettre au jour les craintes françaises.

La crainte d’un déséquilibre

  • 26 Annexe I du protocole n° II du Traité de Bruxelles portant création de l’Union d’Europe occidentale (...)

22La RFA a renoncé à la fabrication de l’arme nucléaire en 195426 et a adhéré en 1969 au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). La discussion entre les deux chefs d’État et les ministres à propos de l’IDS montre un président français préoccupé par un affaiblissement de la France, qui donnerait l’occasion à la RFA de se poser en grande puissance, spatiale, et remettrait en cause l’« équilibre des déséquilibres » (Hoffmann, 1990 : 504) qui régulait le rapport entre les deux pays : la RFA, privée de l’arme nucléaire, est la puissance industrielle, financière et économique en Europe, tandis que la France est la puissance diplomatique, militaire et agricole.

23Lors de sa visite à Paris les 22 et 23 mai 1985, Genscher a l’occasion de clarifier la position allemande devant le président français (AAPD 1985, 696). La discussion sur l'IDS a porté d'abord en RFA sur les éléments technologiques, reléguant les implications stratégiques au second plan. Sur ce point, il faut souligner que c’est inversement ce dernier aspect qui a été mis en avant en France. Genscher souligne que les Allemands n’ont nulle intention de changer le statut de leur pays par l’intermédiaire de l'IDS. La question de l’adhésion au projet américain préoccupe en effet le côté français. Dans un entretien entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, le 27 février 1986, Dumas demande si l’accord avec les États-Unis signifie une association de la RFA à leur projet stratégique. Les deux ministres allemands assurent qu’il n’en est pas question. Dumas constate ainsi que les positions française et allemande ne sont pas si éloignées, puisque les entreprises des deux pays peuvent participer au programme de recherche américain (AAPD 1986 : 314). 

  • 27 Traduction : « avec retenue ».

24Cet aspect est également évoqué dans l’entretien des deux chefs d’État du 8 novembre 1985 (AAPD 1985 : 1589). Pour Mitterrand, l’espace pourrait offrir à la RFA une garantie de sécurité autonome, sous le seuil nucléaire, ce qui éviterait un conflit avec l’URSS. Kohl corrobore cette analyse. Il indique que la participation de la RFA se fera « in zurückhaltender Form » 27(AAPD 1985 : 1594), c’est-à-dire sans financement de la part de l’État fédéral. Pour Mitterrand, l’espace ne doit pas être exclusivement américain ; selon Kohl, il doit être aussi européen. Et Mitterrand de conclure : si c’est européen, ce sera nécessairement franco-allemand.

25Malgré les craintes françaises, l’IDS a ainsi engendré une réflexion sur le statut des deux alliés otaniens autour d’un axe principal : celui de l’indépendance, politique, technologique et stratégique, de l’Europe.

Un projet européen de coopération technologique : Eurêka

  • 28 Le programme est toujours en vigueur.

26L’IDS rappelle aux Européens leur retard technologique par rapport aux États-Unis et au Japon, notamment dans le domaine de l’information et des communications (Kaiser, 1986 : 284). De là naît la proposition d’une coopération intergouvernementale européenne en matière de hautes technologies et comprenant donc les aspects spatiaux : Eurêka (European Research Coordination Agency) est créée le 17 juillet 1985 à Paris par les ministres des dix-sept États membres de la CEE et de l'Association européenne de libre-échange (AELE), ainsi que par les représentants de la Commission de la CEE28.

27À Paris, le 27 février 1985, les ministres des Affaires étrangères et de Défense s’accordent sur la nécessité d’une politique technologique européenne. Selon Dumas, il s’agit d’un moment crucial pour l’Europe puisse exister entre les deux blocs : « si l’Europe ne se saisit pas de ce défi, elle tombera dans une dépendance complète vis-à-vis des États-Unis et n’aura pas la force de s’affirmer face à l’URSS » (AAPD 1985 : 288).

  • 29 Au salon du Bourget le 31 mai 1985, Mitterrand déclare dans un entretien à la presse : « [..] le pr (...)
  • 30 Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 132ème séance, 18 avril 1985, p. 9737. Traduction : (...)

28Le 13 avril 1985, Genscher propose publiquement la création d’une communauté technologique européenne. Moins de trente heures après sa prise de parole, son homologue l’appelle pour lui proposer une initiative commune (Genscher, 1995 : 375). Dans son discours devant le Bundestag le 18 avril 1985, il déclare ainsi, avec un vocabulaire qui rappelle celui de Mitterrand29 : « […] Wir wollen ein Europa der Technologie, das mehr ist als Subunternehmer oder Lizenznehmer; kurz: Wir wollen ein Europa, das gleichberechtigt und gleichwertig mit den Vereinigten Staaten und Japan zusammenarbeiten kann […] »30. Selon lui, ce programme a une visée politique et économique : il doit permettre à l’Europe de rester compétitive dans le domaine des technologies de pointe.

29À cette vision d’une autonomie technologique s’ajoute la question des objectifs d’une politique spatiale européenne en matière de sécurité qui interroge l’avenir des deux pays et de l’Europe par rapport aux États-Unis.

L’autonomie stratégique européenne

30L’entretien du lac de Constance le 28 mai 1985, en amont du Conseil européen de Milan, est une étape vers la définition d’un besoin d’autonomie européenne dans le domaine spatial (AAPD 1985 : 705). Kohl décrit la CEE et l’OTAN comme les deux piliers de la politique étrangère allemande, dont la RFA a plus besoin que la France. Il se dit convaincu que l’IDS sera poursuivie quel que soit le gouvernement, mais exprime ses doutes sur sa réalisation effective. La question subsiste par ailleurs de savoir si les États-Unis accepteront un usage civil. Il insiste sur la compatibilité d’Eurêka avec l’IDS, puisque le projet européen embrasse toutes les hautes technologies de l’avenir. Aux yeux de Mitterrand, il faut éviter un découplage des États-Unis, sans toutefois priver l’Europe de tout pouvoir d’initiative : il s’agit d’une question d’équilibre des puissances.

31Ainsi, le 26 juin 1985 à Bonn, Genscher suggère de développer une discussion approfondie entre les deux pays sur les implications stratégiques de l'utilisation militaire de l'espace (AAPD 1985 : 896). Le 16 janvier 1986 à Baden-Baden (AAPD 1986 : 48), les deux chefs d’État évoquent la création d’un système de défense européenne contre les missiles de courte et de moyenne portée qui n’est pas sans rappeler le projet d’initiative de défense européenne (europäische Verteidigungsinitiative). Inquiets que l’IDS ne puisse garantir la sécurité du territoire européen (Reinke, 2004 : 272), certains parlementaires de la CDU-CSU comme Franz Josef Strauss et Alfred Dregger, mais aussi le ministre de la Défense Wörner avaient proposé en 1985 un projet de défense antimissile et anti-aérienne intégrée dans l’OTAN (Brauch, 1987 : 477). Le président français refuse l’intégration d’un tel système à l’IDS. Kohl approuve Mitterrand et exprime sa volonté que ce projet soit complémentaire de l’IDS. Il ajoute que l’État fédéral serait prêt à y apporter sa contribution financière (AAPD 1985 : 53).

32Cette convergence de vision se manifeste dans le discours des deux chefs d’État. Le 6 novembre 1986, à l’issue du 48ème sommet franco-allemand, Kohl affirme :

  • 31 Bulletin der Bundesregierung, 7 novembre 1986. Traduction : « L'Allemagne et la France sont aussi l (...)

« Deutschland und Frankreich sind auch auf dem Gebiet von Forschung und Technologie Schrittmacher einer europäischen Entwicklung […]. Heute besteht zwischen unseren beiden Ländern eine klare Übereinstimmung darüber, daß Frieden und Freiheit nur durch ein geeintes Europa und ein starkes Bündnis gesichert werden können. Dies ist ein großartiges Signal der Hoffnung für die Zukunft »31.

33Dans le discours de Kohl se dessine l’équilibre qu’il n’a cessé de soutenir face à son homologue, celui d’un équilibre entre la fidélité à l’alliance atlantique et l’engagement pour la construction européenne. Sur ce dernier point, il se rapproche de Mitterrand qui considère qu’une politique spatiale commune est une des pans indispensables de l’intégration européenne. Il déclare ainsi le 29 avril 1987 :

  • 32 Discours de François Mitterrand lors du 25ème anniversaire du Centre national d'études spatiales à (...)

« Le Président Kennedy avait évoqué l'idée d'une nouvelle frontière pour créer un mouvement de ferveur populaire autour du programme Apollo. La nouvelle frontière de l'ouest ne fait pas spécialement partie de notre héritage culturel à nous. Notre nouvelle frontière, à nous, Français et Européens, consiste à abolir les frontières à l'intérieur de notre Europe et à montrer comment nous pouvons affirmer notre identité nationale tout en construisant une réalité en même temps qu'un symbole, celui de l'Europe unie »32.

34L’IDS manifeste ainsi l’interdépendance des politiques spatiales française et ouest-allemande. Elle rend visible une attitude française paradoxale : le gouvernement français cherche à s’assurer que la RFA l’accompagne dans la création d’un contrepoids spatial aux États-Unis, mais semble craindre qu’elle ne vienne la supplanter comme la plus grande puissance spatiale européenne. Comme dans d’autres champs de la politique européenne (Soutou, 1996 : 388), elle veut rester à la tête du moteur franco-allemand. En effet, Kohl assume les ambitions spatiales civiles de la RFA. Le choix du gouvernement ouest-allemand de rejoindre l’IDS apparaît ainsi comme un choix politique et économique : la RFA manifeste moins un écartèlement que la volonté d’un équilibre entre la CEE et les États-Unis, ce que reflète le compromis trouvé entre l’attachement plus européiste porté par Genscher et le souhait de maintenir un ancrage atlantiste fort de la RFA. Malgré un choix différent face à l’IDS, les discussions entre les deux pays portent les traces d'une réflexion sur l'indépendance en matière spatiale par rapport aux États-Unis. L’IDS est un défi technologique lancé à l’URSS et interprété aussi de la sorte par la France et la RFA : c’est le sens de l’initiative intergouvernementale Eurêka.

35La vision esquissée dans les années 1980 de l’autonomie spatiale européenne demeure d’actualité. Ariane 6 qui succède à Ariane 5 doit être lancée en 2023, afin que l’Europe puisse rester compétitive face aux nouveaux acteurs, notamment privés comme SpaceX. La Communauté européenne de l’espace imaginée par le président Mitterrand s’est partiellement concrétisée avec le renforcement des compétences dans le domaine spatial civil de l’Union européenne et sa collaboration avec l’ESA depuis le Traité de Lisbonne (2007). En 2021 a été inauguré à Prague le siège de l’Agence pour le programme spatial européen (EUSPA) chargée de la gestion des programmes européens de navigation par satellite. Le système européen de défense antimissile, resté lettre morte à la fin de la guerre froide, a quant à lui trouvé une actualité nouvelle avec la guerre en Ukraine. L’Allemagne a annoncé en octobre 2022 sa volonté de se doter d’un bouclier antimissile européen (European Sky Shield Initiative) avec 16 autres pays membres et alliés de l’OTAN : la France ne s’est pas jointe à cette initiative.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

1. Recueils des archives diplomatiques allemandes

Pautsch, Isle Dorothee et al (2014) : Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1983, Berlin.

Pautsch, Ilse Dorothee et al (2017) : Akten Zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1986, Berlin.

Ploetz, Michael et al (2016) : Akten Zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1985, Berlin.

Taschler, Daniela et al (2015) : Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1984, Berlin.

2. Compte-rendu de l’Assemblée nationale et du Bundestag

Assemblée nationale, Compte rendu de la séance du 7 mai 1985.

Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 140ème séance, 23 mai 1985.

Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 132ème séance, 18 avril 1985.

3. Discours, communiqués et entretiens des chefs d’État et membres du gouvernement

Bulletin der Bundesregierung, 29 mars 1985.

Bulletin der Bundesregierung, 7 novembre 1986.

Communiqué du ministère des relations extérieures sur l'utilisation militaire de l'espace, 12 juin 1984.

Mitterrand, François (1983) : Discours devant le Bundestag, Bonn, 20 janvier 1983.

Mitterrand, François (1983) : Allocution prononcée devant la 38ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, New York, 28 septembre 1983.

Mitterrand, François (1984) : Allocution à La Haye, 7 février 1984.

Mitterrand, François (1985) : Conférence de presse à l’issue du sommet des pays industrialisés, Bonn, 4 mai 1985.

Mitterrand, François (1985) : Interview télévisée donnée à l’issue du salon du Bourget, 31 mai 1985. Archives INA [en ligne]. URL : https://fresques.ina.fr/mitterrand/fiche-media/Mitter00066/francois-mitterrand-et-la-technologie-entre-ids-et-eureka.html

Mitterrand, François (1987) : Discours prononcé lors du 25ème anniversaire du Centre national d'études spatiales à La Villette, Paris, 29 avril 1987.

Reagan, Ronald (1983) : Address on Defense and National Security, 23 mars 1983.

4. Articles de presse

Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Wörner: Zukunftsmusik », 26 mars 1983.

Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Argumente für eine deutsche Weltraumpolitik », 30 octobre 1985.

Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Bangemann soll mit Amerika über eine Mitarbeit deutscher Firmen an SDI verhandeln », 14 décembre 1985.

Frankfurter Rundschau, « Mehrheit gegen SDI », 6 avril 1985.

Le Monde, « M. Weinberger invite dix-sept pays à participer aux recherches sur l'initiative de défense stratégique », 28 mars 1985.

Le Monde, « Sondage SOFRES, « Le Monde », Europe 1 », 19 novembre 1985.

Le Monde diplomatique, « Le triangle allemand », juin 1985.

Der Spiegel, « Kleine Großmacht », 12 mai 1985.

Der Spiegel, « »Vor unbefugter Offenlegung schützen« », 20 avril 1986.

5. Textes juridiques

Article 15 de la Constitution de la Ve République.

Décret du 14 janvier 1964 relatif aux forces aériennes stratégiques.

Article 65 de la Loi fondamentale.

Sources secondaires

Baulon, Jean-Philippe (2011) : Les logiques d'une passion stratégique : les États-Unis et la défense antimissile, Hérodote, 140.1, p. 123-138.

Brauch, Hans Günter (1987) : SDI - The Political Debate in the Federal Republic of Germany, in: Hans Günter Brauch (dir.), Star Wars and European Defence. Implications for Europe: Perception and Assessments, New York, p. 166-233.

Chaput, Paul (2014) : La France face à l'Initiative de Défense Stratégique de Ronald Reagan : 1983-1986, Paris.

Dumas, Roland (2013) : La diplomatie sur le vif, Dialogues avec Bertrand Badie et Gaïdz Minassian, Paris.

Fenske, John (1986) : France and the Strategic Defence Initiative: Speeding up or Putting on the Brakes?, International Affairs, 62.2, p. 231-246.

Genscher, Hans-Dietrich (1995) : Erinnerungen, Berlin.

Freiherr von Welck, Stephan (1984) : Weltraumnutzung als politisches Konfliktpotenzial, Europa-Archiv, 24, p. 729-740.

Halliday Fred (1986) : The making of the Second Cold War, Londres.

Hanrieder, Wolfram F. (1995) : Deutschland, Europa, Amerika: die Auβenpolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949-1994, Paderborn.

Hoffmann, Stanley (1990) : La France dans le nouvel ordre européen, Politique étrangère, 3, p. 503-512.

Kaiser, Karl (1986) : L’IDS et la politique allemande, in : Karl Kaiser et Pierre Lellouche (dir.), Le couple franco-allemand et la défense de l'Europe, Paris, p. 281-296.

Kubbig, Bernd W. (1990) : « The SDI agreement between Bonn and Washington. Review of the first four years », Space Policy, 6.3, p. 231-247.

Lappenküper, Ulrich (2016) : Une communauté de destin en des temps turbulents : les relations franco-allemandes de 1982 à 1990, Allemagne d'aujourd'hui, 215.1, p. 173-194.

Lellouche, Pierre (1986) : La France, la SDI et la sécurité de l’Europe, in : Karl Kaiser et Pierre Lellouche (dir.), Le couple franco-allemand et la défense de l'Europe, Paris, p. 257-279.

Maull, Hanns W. (1992): Zivilmacht Bundesrepublik Deutschland. Vierzehn Thesen für eine neue deutsche Außenpolitik, Europa Archiv, 10, p. 269-278.

Moisi, Dominique (1985) : L'épreuve de la réalité, Politique étrangère, 2, p. 317-319.

Pasco, Xavier (2017) : Le nouvel âge spatial : de la Guerre Froide au New Space, Paris.

Pedersen, Thomas (1998) : Germany, France, and the integration of Europe: a realist interpretation, Londres/New York.

Reinke, Niklas (2004) : Geschichte der deutschen Raumfahrtpolitk. Konzepte, Einflußfaktoren und Interdependenzen 1923-2002, Munich.

Schotters, Frederike (2020) : Développer une identité européenne propre. La coopération franco-allemande en matière de sécurité et de défense européenne (années 1980), Relations internationales, 184.4, p. 25-37.

Soutou, Georges-Henri (1996) : L'alliance incertaine : les rapports politico-stratégiques franco-allemands 1954-1996, Paris.

Trischler, Helmuth (2002) : The “Triple Helix” of Space: German Space Activities in a European Perspective, Noordwijk.

Varnoteaux, Philippe (2003) : La naissance de la politique spatiale française, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 77.1, p. 59-68.

Venet, Christophe (2012) : L’Europe dans les étoiles. La relation franco-allemande dans le spatial, Dokumente/Documents. Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog/Revue pour le dialogue franco-allemand, p. 32-36.

Willke, Helmut (1988) : SDI: Die strategische Verteidigungsinitiative – 5 Jahre danach, Zeitschrift für Politik, 35.4, p. 353-364.

Wirsching, Andreas (2006) : Abschied vom Provisorium. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1982-1990, Stuttgart.

Haut de page

Notes

1 La seconde guerre froide est une période de renouveau des tensions des relations entre l’Ouest et l’Est (Halliday, 1986).

2 Discours de Ronald Reagan, 23 mars 1983.

3 Dès 1989, le budget du programme est amputé par le gouvernement Bush et il est définitivement abandonné en 1993 sous le gouvernement Clinton (Baulon, 2011 : 124).

4 L’Allemagne est divisée en deux pays depuis 1949.

5 Les ministres français des Relations extérieures sont Claude Cheysson (1981-1984) et Roland Dumas (1984-1986). Du côté allemand, le ministre des Affaires étrangères est Hans-Dietrich Genscher (1974-1992).

6 Discours de François Mitterrand devant le Bundestag, 20 janvier 1983. La crise des euromissiles qui a débuté 1977 prend fin en 1987 avec la signature du Traité sur les forces nucléaires intermédiaires.

7 Ce dialogue stratégique porte sur la question de l’extension de la garantie nucléaire française à la RFA et la coopération en matière d’armement conventionnel (Soutou, 1996 : 382).

8 Sur les implications de l’IDS en matière de défense et de sécurité pour les relations franco-allemandes : Kaiser, Karl et Pierre Lellouche (1986) : Le couple franco-allemand et la défense de l'Europe, Paris. Voir Schotters, Frederike (2020) : Développer une identité européenne propre. La coopération franco-allemande en matière de sécurité et de défense européenne (années 1980), Relations internationales, 184.4, p. 25-37.

9 Abrégés sous le sigle AAPD dans cet article.

10 Le premier lancement d’Ariane 1 a lieu le 24 décembre 1979.

11 Le premier Allemand dans l’espace est le citoyen de la RDA, Sigmund Jähn, en août 1978.

12 Ronald Reagan, op. cit.

13 Article 15 de la Constitution de la Ve République ; décret du 14 janvier 1964.

14 Allocution de François Mitterrand, président de la République, La Haye, 7 février 1984.

15 Allocution de François Mitterrand devant la 38ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, New York, 28 septembre 1983.

16 Communiqué du ministère des relations extérieures sur l'utilisation militaire de l'espace, 12 juin 1984.

17 Conférence de presse de François Mitterrand à l’issue du sommet des pays industrialisés, Bonn, 4 mai 1985.

18 Assemblée nationale, compte-rendu de la séance du 7 mai 1985, p. 606.

19 Traduction : « vision d’avenir purement utopique ». Toutes les traductions de l’article sont de l’auteur.

20 Le conseil de sécurité fédéral, présidé par le chancelier, coordonne la politique de sécurité et de défense du gouvernement.

21 Bulletin der Bundesregierung, 29 mars 1985.

22 Article 65 de la Loi fondamentale.

23 Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 132ème séance, 18 avril 1985, p. 9717.

24 L’Ostpolitik, initiée sous Willy Brandt, est la politique de rapprochement avec le bloc soviétique, et notamment la RDA.

25 Voir par exemple Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 140ème séance, 23 mai 1985, p. 10395 : le député vert Lange déclare que la militarisation de l’espace n’est pas une mesure défensive, mais un concept offensif.

26 Annexe I du protocole n° II du Traité de Bruxelles portant création de l’Union d’Europe occidentale, 23 octobre 1954.

27 Traduction : « avec retenue ».

28 Le programme est toujours en vigueur.

29 Au salon du Bourget le 31 mai 1985, Mitterrand déclare dans un entretien à la presse : « [..] le projet américain reste un projet obscur. On nous dit, participez comme sous-traitant, on ne nous dit pas que nous aurions part à la décision et nous ne savons même pas quelles seraient les sous-traitances […] ».

30 Deutscher Bundestag, Stenographischer Bericht, 132ème séance, 18 avril 1985, p. 9737. Traduction : « […] Nous voulons une Europe de la technologie qui soit plus qu'un sous-traitant ou un utilisateur de brevets ; en bref, nous voulons une Europe qui puisse coopérer sur un pied d'égalité avec les États-Unis et le Japon ».

31 Bulletin der Bundesregierung, 7 novembre 1986. Traduction : « L'Allemagne et la France sont aussi le moteur de l’évolution de l’Europe dans le domaine de la recherche et de la technologie [...]. Aujourd'hui, nos deux pays sont parfaitement d'accord sur le fait que la paix et la liberté ne peuvent être assurées que par une Europe unie et une Alliance forte. C'est un formidable signal d'espoir pour l'avenir ».

32 Discours de François Mitterrand lors du 25ème anniversaire du Centre national d'études spatiales à La Villette, 29 avril 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Dubois, « La France, la République fédérale d’Allemagne et l’Initiative de défense stratégique (1983-1986) »Trajectoires [En ligne], 16 | 2023, mis en ligne le 13 mars 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/9375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.9375

Haut de page

Auteur

Lise Dubois

Doctorante en science politique, Institut d’études de stratégie et de défense (IESD), Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search