Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16SynThèsesLes Représentations de la Suède e...

SynThèses

Les Représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815) 

Thèse en études germaniques et histoire moderne, soutenue le 11 novembre 2022 à Sorbonne Université en co-tutelle avec l’Universität Greifswald, sous la direction de Gérard Laudin et de Michael North
Margot Damiens

Texte intégral

1Cette thèse de doctorat se consacre aux représentations des pays scandinaves (la Suède, le Danemark et leurs territoires continentaux) dans un corpus composé de récits de voyage ainsi que d’ouvrages de géographie et de statistique parus en langue allemande entre la fin de la Grande guerre du Nord (1700-1721) et les guerres napoléoniennes (1806-1815). Ce faisant, elle va à contre-courant des tendances de la recherche sur les représentations du Nord en se focalisant sur la période antérieure à celle qui retient le plus souvent l’attention (le XIXe siècle et suivants) et sur un corpus essentiellement non littéraire qui n’a encore été que peu voire pas exploité. Son objectif est de contribuer à l’archéologie des savoirs du Nord en observant les évolutions des représentations du Nord scandinave et en en identifiant la nature et les causes.

2Ce travail de recherche met en avant deux spécificités. Spécificité temporelle, d’une part, en cela qu’il fait ressortir le XVIIIe siècle comme tournant quantitatif et qualitatif pour les représentations du Nord de l’Europe. La masse d’informations disponibles augmente fortement, gagnant en précision et en actualité. Dans le même temps, les jugements de valeur portés sur cet espace connaissent un renversement, les représentations jusqu’alors majoritairement négatives devenant plus positives. D’autre part se dégage une spécificité spatiale, liée au corpus envisagé : un corpus de langue allemande portant sur le Nord scandinave, un espace à la fois très proche (en vertu des territoires qu’il partage avec le Saint-Empire romain germanique) et très éloigné (si l’on pense par exemple à la Laponie).

3Pour mieux appréhender ces spécificités, l’analyse s’appuie non seulement sur les recherches portant sur les représentations, sur l’imagologie et sur la cartographie mentale mais aussi sur les concepts développés par les études sur les frontières, en particulier ceux d’espace frontalier et de borderscape.

4Les deux premiers chapitres consistent en une première application de ces concepts. Le terme d’espace frontalier est ainsi essentiel pour comprendre et caractériser l’espace de production des œuvres du corpus (chapitre 1). La majorité des auteurs écrivant en allemand sur les pays scandinaves au XVIIIe siècle sont des lettrés évoluant au sein d’un vaste espace frontalier englobant le nord du Saint-Empire et le tiers sud des pays scandinaves, espace caractérisé par de nombreux échanges. Forts de leurs compétences linguistiques et de leurs connaissances, ces lettrés se positionnent comme intermédiaires, membres de l’élite cosmopolite des Lumières apportant une contribution spécifique sur un espace présenté comme méconnu.

5Le chapitre 2, quant à lui, mobilise le concept de borderscape pour s’intéresser à la façon dont les frontières territoriales sont représentées dans les textes du corpus. Il met en avant la complexité très variable de ces espaces (allant de la frontière presque inexistante entre la Poméranie prussienne et la Poméranie suédoise au vaste borderscape reliant le Saint-Empire et le Danemark) ainsi que les nombreux aspects présentés comme étant constitutifs d’une frontière : liens de souveraineté, régime administratif, judiciaire ou monétaire, taxation, mais aussi langue, niveau de vie, niveau de développement économique, pratiques agricoles et industrielles, etc.

6Sur la base de ces deux chapitres, la perspective est élargie en lien avec le constat que les phénomènes de frontiérisation observés dans les textes du corpus ne concernent pas que les frontières territoriales mais les pays scandinaves dans leur ensemble : ils sont représentés comme frontière entre le même et l’autre, entre le proche et le lointain, entre le connu et l’inconnu – mais aussi et surtout entre espace « civilisé » et espace qui le serait moins voire ne le serait pas. Dès lors, les chapitres 3 à 6 adoptent une structure thématique pour aborder les divers aspects évoqués dans les descriptions : représentations de la nature des pays scandinaves, de leur développement (agricole, industriel, culturel), de leurs systèmes politiques et enfin de leurs habitants. Sur ces différents sujets, les auteurs du corpus ne cessent de positionner et repositionner les pays scandinaves par rapport à l’Europe « civilisée » : tantôt ils l’y incluent, tantôt ils l’en excluent, tantôt ils les décrivent comme étant en train de la rejoindre, intégrant la narration de leur développement au XVIIIe siècle dans celle, plus large, du récit téléologie de l’histoire de l’humanité, élément central de l’idéologie des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Damiens, « Les Représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815)  »Trajectoires [En ligne], 16 | 2023, mis en ligne le 13 mars 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/trajectoires/9695 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trajectoires.9695

Haut de page

Auteur

Margot Damiens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search