Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closAppel à communication du n° 13 : ...

Appel à communication du n° 13 : "Marges et Déviances"

Call for papers for n° 15: “Terrorism”
Convocatoria de artículos para el n° 15: “Terrorismo”

Dévier de la norme, qu’elle soit sociale ou littéraire, revient toujours à interroger celle-ci, à mettre en question sa validité ou les conditions de son existence, et les possibilités qu’ouvre un passage à sa marge. Au sens étymologique, dévier signifie « s’écarter du droit chemin » : la déviance implique un écart qui n’est peut-être pas de l’ordre de la transgression, terme qui évoque le franchissement délibéré d’une limite. Entre subversion assumée et simple dérive, la déviance questionne ou provoque la norme à partir de ses marges. Au-delà de la figure récurrente de l’artiste marginal, dans quelle mesure peut-on parler d’écriture ou d’art déviants ?

C’est par exemple aux marges de la société que les auteurs de la Beat Generation ont cherché de nouvelles pistes formelles et thématiques : Jack Kerouac, dans Sur la route, invente « la prose spontanée », technique d’écriture inspirée du jazz be-bop, la musique underground des Noirs américains dans les années 40. Mais dévier de la norme peut aussi être un moyen de s’y confronter brutalement, de créer un hiatus : c’est le cas de Jean Genet, apologiste des voleurs et des traîtres, qui décrit amours homosexuelles et vies des voyous dans une langue d’un classicisme confinant à la préciosité : il propose ainsi un choc brutal entre la norme de la langue et la déviance du propos. La déviance se fait alors provocation : dans le sens que nous révèle son étymologie, du latin provocare, « appeler dehors, faire venir », la déviance est alors le moyen de faire bouger les repères ordonnés que la norme maintient.

La présence de la marginalité dans l’œuvre artistique donne également un espace de visibilité à des individus que la société tâche de garder loin des regards. Le mouvement surréaliste, en s’intéressant aux travaux de ceux que l’on appelait encore des « aliénés », a ainsi œuvré dans le sens de ce dévoilement et dans celui d’une mise en question de la notion de « normalité », dans la société comme dans l’écriture.

Car dévier de la norme revient à s’écarter du champ du communément admis, mais aussi du communément compris : la réception d’auteurs comme Antonin Artaud ou William Burroughs, dans un premier temps censurés, puis encensés comme brillamment novateurs, est révélatrice d’un processus de reconnaissance parfois long, et dont le cheminement passe par une réévaluation de la norme elle-même.

L’écrivain « déviant » est ainsi dans la posture contradictoire du « marginal reconnu ». Cet état-limite questionne à la fois la notion de déviance dans la société et le statut du littéraire comme autorité : la littérature intègre-t-elle le marginal ou tend-elle vers la marge ? L’écrivain déviant, par définition marginal, ou pour reprendre le terme du sociologue Howard Becker, « désobéissant », en exposant via l’écrit littéraire sa position subversive, s’inscrit dans un processus de reconnaissance et d’institutionnalisation littéraire. Quel pouvoir de subversion conservent aujourd’hui les écrits de Villon, de Sade ou d’Henry Miller ? La notion de « déviance », comme la « norme » elle-même, est relative à un espace culturel, mais aussi à un temps donné : elle interroge les modes de constitution du commun et de la communauté, et la capacité de la littérature à faire bouger les lignes de partage entre le dedans et le dehors, le centre et la marge, le normal (la loi, le code, la règle) et le pathologique (leur dérèglement ou dérivation). La littérature est-elle un lieu privilégié de revendication de la transgression ou un organe de régulation de la marginalité ? On en vient alors à penser à la fois le statut sociologique du fait littéraire tout autant que l’imaginaire littéraire de la déviance ; la marginalité étant « cachée » dans la société, elle ouvre alors de nouvelles pistes à la fiction.

Ce sujet, qui se veut largement ouvert, n’est exclusif d’aucune période ni d’aucun genre littéraire (roman, nouvelle, théâtre, poésie, etc.), et peut ouvrir à des comparaisons avec les arts plastiques ou le cinéma : seule la perspective comparatiste est requise. Les propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur, doivent être envoyées avant le 22 octobre 2011 en fichier Word ou Rtf à l’adresse : lgcrevue@gmail.com. Les articles retenus seront à envoyer pour le 15 décembre 2011. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol.

  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search