Navigation – Plan du site

AccueilSéminairesDes copies originales (N° 22 | 2017)Traduction, émancipation et subve...Restitutions coraniques en questi...

Traduction, émancipation et subversion de l’original

Restitutions coraniques en question et imaginaires du Coran

Soufian Al Karjousli

Résumés

Le message coranique est aujourd’hui diffusé à partir d’un texte de référence qui fait office de texte original. Issu d’une sélection opérée sous le règne du calife Uthman, ce dernier fait l’objet d’une multitude d’interprétations dont une bonne part valorise une sacralité à travers une lecture atemporelle. Celles qui, au contraire, cherchent à restituer les sens du message coranique travaillent à réintégrer les héritages historiques, linguistiques, culturels et politiques et proposent donc une recontextualisation de ce message. Les traductions données intègrent alors la spécificité d’un message sans texte premier figé et une autre copie originale peut même être proposée. Après avoir posé la question de l’invention, de l’imaginaire du Coran et montré comment son ré-assemblage pouvait être explosif, nous en proposons une lecture polysémique porteuse de tolérance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Soufian Al Karjousli « Le Coran, ‘Parole divine’ et ‘Livre’ : entre esthétique, religieux et p (...)
  • 2 Régis Blachère, Le Coran, Maisonneuve et Cie, Paris, 1949, 536 p.
  • 3 Zarzur Adnan, Le Coran et ses textes, Damas, éd. Khaled b. al-Walid, 1980, p. 104.

1Le traducteur/interprète du texte coranique est incontestablement influencé par sa propre quête, par ses représentations et par l’air du temps. Il traduit ou interprète ce qu’il a compris ou ce que son époque lui impose comme mode de pensée ou de lecture, tout en tentant de « coller » le plus possible au texte. Certaines tentatives sont jugées comme sacrilèges car elles bouleversent un existant, bousculent le sacré établi et interpellent l’imaginaire collectif, le déstabilisent même en proposant des écritures et des lectures au-delà du texte figé dans une succession convenue de mots, de versets et de sourates. Tout traducteur laisse ses empreintes sur le texte qu’il est censé traduire. Chacune des traductions est donc fille d’un traducteur, d’une époque, voire d’un mode de pensée. La traduction du texte coranique n’échappe pas à cette règle. C’est pourquoi chaque traduction du Coran est spécifique. Elle reflète le positionnement de chaque traducteur. Ce dernier peut travailler pour faire, avant tout, ressortir le caractère poétique du texte, mais il peut aussi faire le choix de mettre en avant plutôt le contenu du discours coranique en valorisant le sens des interprétations religieuses, en en privilégiant l’aspect politique ou encore en se lançant dans un travail de re-contextualisation. Contextualiser le texte coranique en le reliant au contexte sociétal et chronologique est une option possible, mais délicate. L’engagement du traducteur se fait dans ce cas sur le plan linguistique et selon un point de vue méthodologique de contextualisation historique adopté depuis longtemps dans la pensée européenne pour les textes fondateurs du christianisme, mais plus rarement dans la culture arabo-musulmane et particulièrement quand il s’agit du Coran1. Se glisser alors dans le sillage de l’historicisation et de la contextualisation sociétale est finalement un positionnement philosophique qui n’est pas du tout anodin. Les propositions de traductions et d’interprétations sont reçues avec plus ou moins d’enthousiasme, plus ou moins de critiques et provoquent parfois des soubresauts dont l’ampleur avait été insoupçonnée. Certains musulmans ou interprètes, notamment ceux qui sont attachés à une lecture littérale, dénient au traducteur sa qualité s’il n’a pas traduit/interprété les termes coraniques comme attendus par eux (dans le sens littéral) ou parce que ce que la traduction/interprétation se fait sur ce qu’ils considèrent être une création ou un ajout, puisque le texte de départ n’existe pas comme tel en arabe ou que le terme n’est pas directement visible dans le texte de référence. En réalité, le traducteur/interprète chevronné ne s’arrête pas bien sûr à la traduction littérale. En prenant de la distance, il ne traduit ou n’interprète pas toujours ce qui est « écrit » et qui sert de légitimation absolue et exclusive aux littéralistes. Les deux exemples suivants de stratégies de traductions illustrent ce type de choix pensé et justifié de valoriser le texte en mettant en évidence le sens qui est fait par certains linguistes et islamologues. Ainsi, Régis Blachère2, célèbre traducteur du Coran, s’est-il lancé dans un travail tout autant remarquable qu’osé dans le contexte d’un monde musulman majoritairement peu enclin à la contextualisation du texte coranique. En 1949, il a réorganisé les sourates du texte coranique selon l’ordre chronologique. Il a donc décidé une classification des sourates en modifiant l’ordre dans lequel elles se trouvent dans le manuscrit d’Uthman (mushaf Uthman), texte considéré comme référence quasi absolue, qui est le plus couramment utilisé et qui a la particularité de classer les sourates de la plus longue à la plus courte. En effet, le Coran, parole coranique, n’a jamais été retranscrit au moment du passage au texte écrit, manuscrit, selon l’ordre chronologique dans lequel les versets auraient été révélés3. Régis Blachère avait donc décidé de le retrouver en en proposant une version chronologique. Il est ainsi parti d’un texte qui, selon ses détracteurs, « n’existe pas ».

  • 4 Al Karjousli Soufian, « Esthétique et littérature coranique : récitations, prose et poétique du Cor (...)

2Le deuxième cas que nous allons aborder est celui de la position des traducteurs qui intègrent des éléments qui n’existent pas. Ils proposent en fait d’élucider les « trous » grammaticaux qui apportent un souffle poétique indéniable à ce grand texte littéraire et opèrent comme une sorte de magie littéraire, mais en rendent le sens plus compliqué, plus énigmatique. Les traducteurs qui prennent cette option travaillent à découvrir les sens cachés et intègrent dans leur traduction les non-dits, les sous-entendus, dont l’explicitation leur semble nécessaire à la compréhension. Ils se lancent également dans l’interprétation des métaphores ou autres figures stylistiques poétiques4 pour restituer au mieux la portée du message du texte coranique. Ils considèrent donc qu’ils sont, en quelque sorte, devant un texte à trous ou à symboles qu’ils ont le devoir de décrypter pour le rendre compréhensible. Dans les deux cas, les traducteurs veulent restituer du sens au texte coranique. Ils acceptent d’en être de véritables interprètes et d’en proposer une exégèse.

Quand l’ordre sème le désordre : invention, imaginaire ou réassemblage explosif ?

  • 5 Sami Aldeeb, Le Coran selon l’ordre chronologique d’après les documents de l’Azhar, avec l’écriture (...)

3Quand, en 1949, Régis Blachère, traducteur incomparable du texte coranique, propose sa traduction dans un ordre se calant sur la chronologie de la prédication, il se place dans cette lignée des traducteurs/interprètes qui recherchent la proximité la plus grande avec le message transmis. Dans l’introduction à son ouvrage, il écrit d’ailleurs que « dans une certaine mesure, on peut dire que nous lisons aujourd’hui le Coran à l’envers puisque les premiers textes, les plus longs, sont de façon générale formés de révélations parvenues à Mahomet vers la fin de sa prédication ». Mieux traduire était donc son objectif. Au moment de la publication, cette mise à l’endroit du texte coranique a eu l’effet d’une bombe dans le monde musulman. Ce n’est que soixante ans plus tard que le centre islamique d’Al Azhar en Égypte, garant de la légitimité de ce qui peut se faire et de ce qui ne peut pas se faire, a admis la démarche de Régis Blachère, sans s’y référer d’ailleurs, mais en publiant en arabe un Coran dans l’ordre établi par le troisième calife Uthman, en indiquant à chaque fois en haut de la sourate l’ordre chronologique des sourates. Depuis, d’autres tentatives ont commencé à émerger comme celle de Sami Aldeeb5 qui a récemment réorganisé et publié les sourates coraniques suivant l’ordre chronologique.

  • 6 Suyûti, Jalâl Ad-Din Abd Al-Rahmân b. Abi Bakr (As-), Al-itqân fi ulûm al-qur’ân (« La perfection d (...)

4Chaque lecture, interprétation, ou traduction transmet donc une « vision » du texte coranique qui présente plusieurs visages. Le traducteur est libre de choisir celle qui lui paraît la plus adaptée ou la plus juste à ses yeux. Cette démarche des traducteurs contemporains n’est finalement pas très éloignée de celle des grands interprètes classiques du texte coranique en arabe qui suivaient les recommandations d’un des hadiths6. Ces recommandations poussent chacun à choisir le visage le plus favorable de ce grand texte fondateur de religion :

  • 7 Muhammed Abed Ejabir, Multaqa ahel et tafsir, http://vb.tafsir.net/tafsir24079/#.VOy9By4wAvI.
  • 8 On a adopté pour les citations en arabe une transcription simplifiée. 

القرآن ذلول وله وجوه
فاحملوه على أحسنه7
Al qurân dhaluûl wa lhu wujûh
Fa
hmiluhu ala ahsanihi8
Le Coran est maniable, et il a plusieurs visages
Abordez-le par le meilleur d’entre eux.

5À l’heure de la globalisation, la pensée arabo-musulmane dominante s’appuie sur un texte coranique décontextualisé imposé il y a pratiquement quinze siècles.

Contextualisation ou atemporalité

  • 9 Sami Aldeeb, Le Coran selon l’ordre chronologique d’après les documents de l’Azhar, op. cit.

6En effet, le « Coran » auquel il est habituellement fait référence aujourd’hui correspond à une réorganisation du texte coranique, faite d’abord sous le règne du troisième calife Uthman (576-656), puis sous le pouvoir du gouverneur de l’Irak, Al-Hajjâj ben Yûsuf ath-thaqafi (661-714). La transmission orale du message coranique, tel qu’il aurait été récité par le Prophète dans l’ordre chronologique de sa vie, des révélations et de ses prédications, a été remplacée par un texte dont l’organisation et la mise en page répondent à un mode de pensée jugé plus moderne au premier siècle de l’hégire, mais qui surtout conforte un pouvoir : c’est avant tout une décision politique prise après la mort du Prophète. Curieusement, la déconnexion du texte coranique de son contexte historique est peu, pour ne pas dire pas, mise en évidence de nos jours, à part quelques tentatives de travaux vite marginalisés9. Il semble pourtant indispensable de rétablir une réflexion sur le rôle des temporalités, de l’histoire et des contextes géopolitiques et géographiques de la constitution du « Coran d’Uthman » pour restituer les sens. Dans sa majorité, la pensée musulmane reste pourtant fermée à cette idée de re-contextualisation historique. Certains acceptent d’expliquer que le rôle de la place temporelle du verset coranique et, donc, le lieu de la révélation, ont un impact essentiel sur le sens précis des versets, mais seule une toute petite poignée d’interprètes va jusqu’à proposer un reclassement des versets coraniques en fonction de leur époque de révélation. C’est dans cette entreprise audacieuse que s’était donc lancé Régis Blachère en 1949 pour sa première proposition de traduction du Coran. Il a, à cette occasion, proposé un tableau de concordance des sourates.

Concordance du classement des sourates

7Les chiffres romains indiquent le classement de la Vulgate, et les chiffres arabes le classement dans la traduction de Régis Blachère de 1949 :

I                     46

XXX                 76

LX                    104

LXXXVIII           21

II                    93

XXXI                84

LX                    112

LXXXIX               42

III                   99

XXXII              71

LXI                   100

XC                       40

IV                 102

XXXIII             105

LXII                   96

XCI                      7

V                  116

XXXIV              87

LXIII                106

XCII                    14

VI                  91

XXXV                88

LXIV                 95

XCIII                    4

VII                 89

XXXVI               62

LXV                  103

XCIV                   5

VIII                97

XXXVII              52

LXVI                 111

XCV                    10

IX                 115

XXXVIII            61

LXVII                 65

XCVI                   1,32

X                    86

XXXIX               82

LXVIII                51

XCVII                  29

XI                   77

XL                     80

LXIX                  24

XCVIII                94

XII                  79

XLI                    72

LXX                   33

XCIX                  11

XIII                 92

XLII                  58

LXXI                  53

C                         13

XIV                78

XLIII                 63

LXXII                 64

CI                        12

XV                 59

XLIV                 55

LXXIII                34

CII                      31

XVI               75

XLV                  73

LXXIV                2,36

CIII                     6

XVII              74

XLIV                 90

LXXV                  27

CIV                     39

XVIII            70

XLVII                98

LXXVI               34bis

CV                      41

XIX               60

XLVIII              110

LXXVII               25

CVI                     3

XX                 57

XLIX                 114

LXXVIII              26

CVII                    8

XXI               67

L                       56

LXXIX                 20

CVIII                   38

XXII             109

LI                      49

LXXX                  17

CIX                     45

XXIII             66

LII                     22

LXXXI                 18

CX                     113

XXIV           107

LIII                   30

LXXXII                15

CXI                     37

XXV              68

LIV                   50

LXXXIII              35

CXII                    44

XXVI             58

LV                    28

LXXXIV              19

CXIII                   47

XXVII            69

LVI                   23

LXXXV               43

CXIV                   48

XXVIII          81

LVII                  101

LXXXVI              9

XXIX             83

LVIII                108

LXXXVII             16

8Cette proposition de réorganiser les sourates coraniques selon l’ordre chronologique a non seulement été très majoritairement rejetée par le monde arabo-musulman, mais qui plus est, elle a été marginalisée par les arabisants. Pourtant, cette traduction de 1949 a ré-ouvert de nouvelles pistes d’interprétation. Régis Blachère a montré lui-même indirectement par son travail que, selon le classement adopté, les compréhensions étaient différentes. L’exemple des interdictions développé ci-après le montre. Les littéralistes interprètent ces essais comme de totales déviances puisque ce Coran « n’existe pas ». Cette entreprise serait donc diabolique, jugement repris par les salafistes. La mise « hors du temps » est un pilier essentiel de l’idéologie portée par l’islam radical.

Une levée de bouclier générale contre le Coran chronologique

9La marginalisation d’une telle œuvre pose problème, si on est a priori convaincu que les musulmans sont désireux de pouvoir lire ou réciter le Coran comme le faisait leur Prophète. Il semble en fait que la résistance à l’ordre chronologique d’un texte coranique reconnu dans sa version d’Uthman légitime la pensée dominante et les intérêts de ceux qui la maintiennent. Elle est finalement garante du contrôle social en islam. Elle évite toute remise en question en renforçant la sacralité d’un texte dont le message reste incompréhensible par une « simple lecture » du commun des musulmans. Le Coran décontextualisé chronologiquement est davantage codé et les codes sont distillés de façon très encadrée. Il faut les décrypter pour en saisir le sens. Ceux qui en détiennent les codes proposent un parcours pédagogique construit et légitimé par le pouvoir en place depuis des siècles. Ainsi, traditionnellement, l’enseignement islamique a toujours valorisé le caractère pédagogique contenu dans le discours coranique en insistant par exemple sur la graduation et la validation des interdictions divines. Les interdictions auraient été validées après des discussions sur lesquelles les pédagogues traditionnels du Coran reviennent. Ils insistent sur différents aspects montrés comme positifs ou négatifs pour finalement légitimer les interdictions. Cet ordre pédagogique construit au fil des siècles trouve sa légitimation dans l’ordre du « Coran de Uthman » auquel se réfèrent exclusivement les arguments des pédagogues. La transmission des codes conforte des piliers qui donnent de la visibilité à l’islam, opèrent comme autant de repères faciles pour le commun des croyants et encadrent les pratiquants. L’ordre historique des versets remet au contraire en cause un certain nombre d’interdictions et sème le doute sur des principes édictés comme fondamentaux. Certaines interdictions pourraient par exemple être levées par un texte coranique expliqué dans l’ordre chronologique puisqu’elles auraient été annulées plus tardivement. Les dernières prédications feraient donc foi puisque révélées chronologiquement après. La sourate « Les troupeaux » en est une bonne illustration. Elle porte le n° 6 selon l’ordre du classement de la Vulgate, tandis que selon le classement chronologique pris dans la traduction de Régis Blachère (1949), elle se retrouve à la 91ème place. Les versets 118 et 119  de cette sourate apportent une liberté au pratiquant en lui permettant de manger de tout en invoquant le seul nom de Dieu : « Si vous croyez à ces signes, mangez ce sur quoi le nom de Dieu a été invoqué » (sourate « Les troupeaux, versets 118, 119). Il est alors permis de plaider pour faire tomber les « interdictions » alimentaires puisque si le nom de Dieu est invoqué, l’interdiction tombe. La restitution de l’ordre chronologique devient à l’évidence un danger puisqu’il donne à ces versets descendus tardivement le pouvoir « d’effacer » les autres. L’ordre chronologique remet donc en cause un certain nombre de conceptions qui sont justement les conceptions institutionnelles et dominantes du licite et de l’illicite. L’ordre chronologique devient clairement une menace.

10La seule garantie de la perpétuation des stéréotypes dominants, notamment de ceux autour de l’interdit / illicite ou du permis / licite en l’islam est de continuer à suivre le « Coran non chronologique ». C’est, pour l’instant d’ailleurs, le seul à exister dans la langue arabe, une langue que certains n’hésitent pas à sacraliser, déniant ainsi tout droit à des versions traduites, et notamment celles qui ne respecteraient pas l’ordre, à exister. Seule « la » version « révélée en langue arabe » serait « vraie » et aurait donc droit d’existence. Tout autre texte coranique, tel celui du reclassement dans un ordre qui suit le temps chronologique de la délivrance des versets, est suspecté de déviance. S’il existe grâce à Régis Blachère à travers la traduction, « il n’existe pas » aux yeux de l’ordre établi depuis Uthman.

11Interprètes et traducteurs sont le plus souvent en accord sur le fait que les représentations autour des interdits de l’islam ont été durcies par la coupure chronologique qui a projeté hors du temps des conseils coraniques très contextualisés. Cette mise hors temporalité du Texte a permis de calcifier les interprétations dominantes de ces interdictions, du coup devenues quasiment sacrées et non discutables. Le débat est ainsi clos. Le religieusement correct opère comme force de vérité. Les pouvoirs politiques se succèdent en les entérinant. Ces évidences, qui n’en sont pas, sont finalement relayées non seulement par les politiques, mais aussi par les multimédias et passent même dans de nombreux manuels scolaires, devenant des fondamentaux de l’éducation en tant que « vérités neutres ». Dans leur grande majorité, interprètes et traducteurs du Coran se glissent dans le moule du texte validé et ne se risquent pas ou très marginalement sur le chemin de l’interprétation d’un texte originellement rétabli dans sa chronologie historique grâce au tableau des équivalences synthétisé par Régis Blachère il y a plus d'un demi-siècle. La force du texte politique imposé par le calife et validé par les religieux fait force de loi puisqu’il est le seul disponible en arabe et légitimé. Toute autre recomposition n’a pas d’existence. Les propositions de réagencement historicisé du discours coranique soulève les foudres du pouvoir et les foules dans les rues. Travailler sur les formes littéraires et grammaticales originales du texte coranique pour en élucider les sens cachés amène à suggérer qu'il faudrait y replacer des mots qui n’existent pas. C'est cette entreprise de recherche sémantique qui nous servira de deuxième exemple.

Réintégrer l’historisation, la polysémie et interpréter les « trous » du texte coranique pour favoriser la tolérance

  • 10 Al Karjousli Soufian, La polysémie et le Coran, thèse à la carte, diffusion Anrt, 2005.

12La recherche de contextualisation amène à proposer des traductions de vocables non écrits et à émettre des suggestions pour les formulations non explicites dans le texte coranique. Le Coran comprend beaucoup de non-dits et de sous-entendus qui se lisent dans ce que je nomme les « trous » du texte coranique d’origine. Ils participent à l’esthétique et renforcent la portée symbolique du texte. Pour interpréter non-dits et sous-entendus, les traducteurs mobilisent leur savoir linguistique, leur intuition, mais se laissent guider également le plus souvent par des « prêts-à-penser » véhiculés comme norme de reconnaissance d’une identité musulmane étroitement balisée. La recherche d’équivalent ne peut se faire dans un mot à mot et oblige donc pour trouver la formulation équivalente à éclaircir ce qui est sous-entendu et n’est pas écrit et à convoquer la polysémie des vocables et expressions écrites10. Cela conduit à interpréter les formes littérales du texte source en traduisant parfois ce qui n’est ni dit ni écrit pour apporter le sens souhaité au texte cible. C'est l’occasion rêvée de transmettre au maximum par ce biais les pistes qui sont porteuses d’ouverture à autrui et de tolérance, toutes deux inscrites dans l’âme du texte coranique. Les traducteurs et interprètes ont depuis longtemps pointé les particularités linguistiques du texte coranique, telles que ces non-écrits et sous-entendus, et ils ont chacun proposé leur interprétation. Réintégrer l’historicisation amène à proposer un « original du Coran mis à jour » pour qu’il puisse mettre à portée de ses lecteurs la richesse de sa polysémie. Les traductions sont également l'occasion de mettre en évidence la pluralité du texte coranique.

13Nous illustrerons ce phénomène à travers l’analyse des interprétations dominantes sur les interdits dans l’islam, puis nous proposerons une lecture plus ouverte des versets sélectionnés. En effet, les interdits coraniques tels que majoritairement compris actuellement ont été construits en grande majorité par une interprétation rigide qui ne tient pas compte des possibles sous-entendus du texte coranique ou par des propositions d’équivalents restrictifs pour des non-écrits coraniques là même où on pourrait au contraire entrevoir des permissions. La compréhension institutionnalisée de l’islam est figée sur des stéréotypes pourtant dépassables. Il existe donc des marges de compréhension et d’ouverture dans un monde actuel de plus en plus cosmopolite où il paraît urgent de désactiver les conflits socio-identitaires. Pour désamorcer les stéréotypes dominants au sujet des « interdits dans l’islam », repris aussi bien dans le monde musulman qu’en dehors par l’islam mondialisé, il convient de s’engager dans les respirations offertes par ces « trous » du texte coranique. La fixation de ces interdits, plus précisément au sujet de l’interdiction du porc et de l'alcool, a été favorisée par la lecture d’un texte coranique non chronologique, auquel aucune respiration n’a été laissée, et surtout par un texte tronqué. Des portions de texte n’existent plus, car elles ne sont plus diffusées, ou si peu... C'est d’ailleurs souvent parce que le contexte des bribes de versets est coupé que l’ouverture sur des compréhensions moins strictes disparaît. Nous tentons ci-après, à partir d’exemples précis de versets, d’insister sur une partie des respirations qui sont indispensables à une lecture permissive du texte coranique.

  • 11 Al Karjousli Soufian, La représentation de l’islam à travers les manuels d’histoire en France depui (...)

14De la sourate cinq (La Table servie, Al Mâida), verset trois, il est souvent gardé la version courte, à titre de justification des interdits. Elle est par exemple la plus souvent utilisée dans les manuels scolaires d’histoire de cinquième11. C'est une sourate qui date d’après l’Hégire et avant d’être classée comme cinquième sourate, elle se situait en 116e position. En voici la version réduite la plus diffusée :

  • 12 Le nom de traducteur n’est jamais cité dans les manuels scolaires.

Le sang, la chair du porc, les animaux tués par quelque chute ou d’un coup de corne, ce qui a été sacrifié sur les autels des idoles ; tout cela vous est défendu […]12

15Le cliché sur l’interdit alimentaire du porc sort de cette sélection courte, qui n’a aucunement tenu compte des différents sens possibles pour deux vocables au moins, indiqués en gras. L’étymologie du terme arabe khanzir traduit rapidement ici par « porc », renvoie au sens de « mauvaise odeur », ce qui permet de proposer une tout autre traduction. Nous reviendrons plus loin sur le deuxième terme dont la polysémie n’est pas activée ici (« défendu »).

16Dans les traductions / interprétations complètes du Coran, on trouve généralement le verset trois ainsi traduit :

  • 13 Traduction collective faite par la Présidence Générale des Directions des Recherches Scientifiques, (...)

Vous sont interdits
La bête
trouvée morte,
le sang,
la chair de porc,
ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah,
la bête étouffée,
la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne,
et celle qu’une bête féroce a dévorée –
sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte
(vous sont interdits aussi la bête) qu’on a immolée sur les pierres dressées,
ainsi que de procéder au partage par tirage au sort au moyen de flèches.
Car cela est perversité.
Aujourd’hui, les mécréants désespèrent de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez-Moi.
Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous.
Si quelqu'un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché ... alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux13.

17C’est donc aussi une compréhension restrictive qui est diffusée. Proposer une interprétation plus ouverte amène à réintégrer la polysémie et à interpréter les sous-entendus de ce même verset. La traduction ci-après que nous proposons s’appuie sur la version intégrale du verset et plaide pour entrer dans la nuance des termes utilisés, ce qui nous a permis d’être beaucoup moins catégorique. Les caractères gras ont été ajoutés là où la polysémie permet de préférer un vocable cible qui laisse plus de liberté au pratiquant. Des crochets ont été ajoutés là où on observe les « trous », sous-entendus, non-dits du texte coranique.

  • 14 Animaux morts que les Arabes consommaient par tradition.
  • 15 Cela fait référence à la viande séchée qui était commercialisée par les juifs. Le verset est plutôt (...)
  • 16 Musnad Ahmad ibn Hanbal, Musnad Ahmad, éd. Muassaset ar risala, 2001, hadith (n° 5836) et rééd. aus (...)
  • 17 Nous insistons ici sur « la version de Muhammad de l’islam », car le Coran parle de l’islam d’Abrah (...)

Vous sont déconseillés [les animaux]14 morts,
حُرِّمَتْ عَلَيْكُمُ : الْمَيْتَةُ [من الحيوان عُرفاً]
hurimat alaykum al myitata [mina-l hayawân urfan]
[Boire] le sang,
وَالْدَّمُ [ شُربَهُ ]
wad damu [churbahu]
[Acheter] la chair [de mauvaise odeur]15,
وَ[ال]لَحْمُ الْخِنْزِيرِ[المجفف ذو الرائحة النتنة بسبب المقاطعة لتجارة اليهود لهذا اللحم]
wa [l ]lahmul-khinziri [al mujaffaf dhûl râyha anatyna bisabab al muqâta’a li tityjârati l al yahûd lihadha al lahm]
[consommer] tout ce qui a été tué [comme offrande] sous l’invocation d’un autre nom que celui de Dieu,
وَ [ لا تأكلواً] مَا أُهِلَّ لِغَيْرِ اللّهِ بِهِ [ كقرباناً]
wa [lâ takulû ]mâ uhilla li ghayri-il Allâhi byhi[kaqurbânan]
[ne pas] manger les [animaux] suffoqués,
Wal munkhaniqatun [akluhâ]
وَالْمُنْخَنِقَةُ [أكلها]
[la graisse des animaux] assommés,
wal mawqudhatun [chahmuhâ]
وَ الْمَوْقُوذَةُ [ شحمها]
[la vente de la bête qui a] chuté
wal mutaradyiatun [bayuhâ]
وَ الْمُتَرَدِّيَةُ [ بيعها]
ou [est morte à la suite] d’un coup [de corne] ;
wan natyhatun [dhabhuhâ]
وَ النَّطِيحَةُ [ ذبحها]
[Ne touchez pas] ceux qui ont été entamés par une bête féroce,
wa [la talmisou ]mâ akala [minhu-s] sab’u
و[لا تلمسوا] ما أكلَ[ منه] السبعُ
À moins que vous ne les ayez purifiés par une saignée ;
Wa [lâ talmysû] mâ akala [mynhu] as sab‘
illâ mâ dhakkaytum
إِلاَّ مَا ذَكَّيْتُمْ
[N’achetez pas] ce qui a été immolé aux autels des idoles16 ;
[wa lâ tachtarou mâ dhubiha[taqarruban lil asnâmi] ala- n nusbi
و [لا تشتروا] ما ذُبحَ [تقربا للأصنامِ ] على النُصبِ
[Prendre des décisions] en consultant des flèches est une impiété.
wa ann tastaqsimu [istikhâratan]bil azlâmi dhalikum fisqun
وَأَن تَسْتَقْسِمُواْ [ استخارة ] بِالأَزْلاَمِ ذَلِكُمْ فِسْقٌ
Aujourd’hui le désespoir attend ceux qui ont renié [Dieu] [de vous faire quitter] votre religion ; ne les craignez point, craignez-moi.
al yuma yaysa-l ladhyna kafaru [ ann yukhrikum ] min dynikum fala takhchuhum wakhchauni
اليومَ يئسَ الذينَ كفروا[ باللهِ] [أن يخرجوكم] من دينكم فلا تخشوهم واخشون
Aujourd’hui, J’ai complété pour vous votre religion,
al yauma akmaltu lakum [bil qurân]dynakum
الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ [ بالقرآن ] دِينَكُم
et accompli pour vous [avec le Coran] Mon bienfait.
wa atmamtu alykum [ bil qurân] nimati
وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ [بالقرآن] نِعْمَتِي
Et J’accepte [la version de Muhammad de] l’islam comme une religion pour vous17.
wa radytu lakumu-l islama[al muhammadi] dynan
وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلاَمَ [المحمدي] ديناَ
Si quelqu’un est contraint par une nécessité [de manger, de boire ce qui a été cité]
faman idtarra fy makhmasatin [an yakula aw an yachraba mimâ dhakarnâ]
فَمَنِ اضْطُرَّ فِي مَخْمَصَةٍ [أن يأكل أو أن يشرب مما ذكرنا ]
sans tentation par le péché
ghayra mutajanifin li ithmin [ an sâbiqi taamud]
غَيْرَ مُتَجَانِفٍ لِّإِثْمٍ [ عن سابق تعمد ]
alors, Dieu est Pardonneur et Miséricordieux.
fa inna l-lâha ghafûrun rahym
فَإِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
[سورة المائدة 5 ] آية 3

  • 18 Ibn Manzûr, Al-Andalusi, Lisân al-Arab (« La langue des Arabes »), éd. 1882, rééd. 1979, édition ré (...)

18Dans cette version complète du troisième verset de la sourate « la table servie », la polysémie du vocable source hurima, qui est le pivot de l’interprétation, nous a permis de proposer le vocable cible « déconseillé », alors que c’est le terme « défendu / interdit » qui est plébiscité par la version courte la plus médiatisée… Le recours à la polysémie nous a également permis de proposer de retourner à l’étymologie proposée pour le vocable arabe khinziri que nous proposons de traduire par « mauvaise odeur » et non « porc » comme choisi dans la version courte et par la plupart des interprétations / traductions. En effet, le grand dictionnaire Lisân al arab (« la langue des arabes) donne lui-même cette piste18.

  • 19 Al Karjousli, Soufian, La représentation de l’islam à travers les manuels d’histoire en France, op. (...)

19La mise à l’écart de morceaux du verset dans la version courte19, le découpage, le saucissonnage opéré tuent la diversité apportée par le verset dans son entièreté. Le texte qui est tombé aux oubliettes est finalement un texte « qui n’existe plus » pour la grande majorité des musulmans. Ces oublis volontaires de la part des préparateurs de l’islam normé restreignent les possibilités de compréhension. Leur redonner vie est un enjeu important de la pluralité dans la pensée arabo-musulmane. L’exemple le plus emblématique de ce verset en est certainement la fin qui enseigne : « Si quelqu’un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché alors, Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. »

20À chacun, selon sa conscience, d’interpréter ce qui relève de la contrainte ou de la nécessité. Le défi de l’ouverture à l’autre passe aussi par là. La nécessité de partager les mêmes valeurs pour faire société peut donc permettre, sans souci d’être puni par Dieu, de consommer ce que consomment ceux qui accueillent ou ceux qui organisent… Cela donne à réfléchir sur la soi-disant exigence de proposer des repas halal que se sont imposée certaines communes françaises au nom du respect de l’autre. N’est-ce pas au contraire plébisciter une lecture étroite d’un texte coranique bien plus permissif et enfermer les élèves dans une identité communautaire inventée ?

21Les versets 92 et 93 de cette même cinquième sourate (ex-116e sourate) reviennent sur la question de la consommation du vin, autre tabou chez bien des musulmans. La traduction la plus courante généralement reprise par les médias est :

  • 20 Ibid.

Ô croyants!, le vin,
Les jeux de hasard,
Les statues sont une abomination inventée par Satan ;
Abstenez-vous en et vous serez heureux.
Satan désire exciter la haine entre vous par le vin et le jeu ;
Il désire vous éloigner du souvenir de Dieu et de la prière20.

22Il est intéressant d’introduire les places des « trous » qui ponctuent le texte coranique dans ces versets. Ils sont indiqués ci-dessous également entre crochets, d’abord dans la traduction, puis dans le texte arabe :

Ô croyants !, le vin[…],
les […] jeux de hasard,
les […] statues sont une abomination inventée par Satan ;
Abstenez-vous en et vous serez heureux […].
Satan désire exciter la haine entre vous par le vin et le jeu ;
il désire vous éloigner du souvenir de Dieu et de la prière.
يا ايُها الذينَ امنوا إنما الخمرُ [... ]
و[ … ]الميسرُ
و[ … ]الانصابُ
و[ … ]الازلامُ
رجسٌ من عَمل الشيطان فاجتنبوهُ لعلكم تُفلحونَ...
إِنَّمَا يُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَن يُوقِعَ بَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةَ وَالْبَغْضَاء
فِي [ … ]الْخَمْرِ وَ[ … ]الْمَيْسِرِ
وَيَصُدَّكُمْ عَن ذِكْرِ اللّهِ وَعَنِ الصَّلاَةِ
فَهَلْ أَنتُم مُّنتَهُونَ.
آية 90
سورة المائدة 5
Yâ ayuh l-la dhna amanû innama al-khamru […]
wal […] maysiru
wal
[…] anssâbu
wal
[…] azlâmu
[…]rijsun min amali ch-chaytani fajtanibuhu la allakum tuflihhna
Innama yurydu -ech-chaytân ann yuqia baynakum al adâwata wal baghdâ
Fyl
[….] khamri
Wal
[….] maysiri
Wa ya
sudukum an dhikri-l lâhi wa ani-s salati [….] fahal antum muntahun

23Voici notre traduction du verset complet intégrant les « trous ». Ces « trous » correspondent à une forme d’expression elliptique de la langue arabe qui intègre facilement des « non-dits », « non écrits », quand la compréhension va de soi. Les excès de l'époque (ivresse, emprise des jeux…) étaient connus de tous. La décontextualisation actuelle fait que ce qui était autrefois compris ne l’est plus. Cela profite à une interprétation radicale dominante. Donner des éléments de compréhension est donc actuellement nécessaire :

Ô les croyants ! L’alcool, [dans le cas de la dépendance]
[la dépendance aux] jeux de hasard,
[L’adoration pour] les pierres dressées [à d’autres divinités que Dieu],
[vos décisions prises selon] les flèches [de divination],
[Tous] sont des abominations, œuvre de Satan.
Satan attise la haine et l’agressivité entre vous à travers [l’alcoolisme] et [la dépendance vis-à-vis des] jeux de hasard
Écartez-vous de ceci, afin que vous réussissiez.
Est-ce que vous allez en finir ?
Le même verset en arabe avec ces précisions réintroduites :
يا ايُها الَّذينَ آمنوا إنما الخمرُ [في حالة الادمان]
و [الإدمان على لعب] الميسر
و [تقديم القرابين] للأَنصَاب
و[التقرب] للأزلام
[كلهم] رجس من عمل الشيطان فاجتنبوهُ لعلكم تفلحون
إِنَّمَا يُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَن يُوقِعَ بَيْنَكُمُ الْعَدَاوَةَ وَالْبَغْضَاء فِي [ الإدمان على ] الْخَمْرِ
وَ [الإدمان على لعب ] الْمَيْسِرِ
وَيَصُدَّكُمْ عَن ذِكْرِ اللّهِ وَعَنِ الصَّلاَةِ[ لهُ ]
فَهل أنتم مُنتهون؟
سورة المائدة آية 90 و91

24De nombreuses sources reviennent sur le problème de la consommation d’alcool et leur étude fine aboutit au constat que les recommandations se sont succédé pour limiter la consommation de l’alcool et non l'interdire. Les quelques versets qui sont compris comme versets interdisant l’alcool ne sont que des versets contre l’abus de l’alcool qui demandent d’avoir pitié pour notre corps, car des débordements avaient empêché certains croyants d’accomplir leurs rites religieux quotidiens, les empêchant de faire leurs prières à cause de l’alcool, ou les amenant à faire leurs prières en étant saouls et en racontant n’importe quoi durant ce moment de recueillement. D’autres versets ont clairement pour but de condamner l’alcoolisme. Il ne s’agit donc pas d’une interdiction de l’alcool par une abstinence totale, mais bien d'une limitation de sa consommation par la modération.

25Les histoires d’excès de consommation étaient connues puisque certaines avaient été reprises par le Prophète de l’islam lui-même. Le texte coranique ne reprend pas ce contexte qui est rapporté en revanche par des hadiths. Les « non-dits » du Coran à ce niveau peuvent donc être réexpliqués par les commentateurs et intégrés pleinement dans les interprétations.

26Ne pas restituer le texte non écrit, mais sous-entendu pour tous ceux qui savent à quel type de situations concrètes font référence ces recommandations dans une société où il existait bien sûr des débordements, implique une lecture très restrictive. Au contraire la prise en compte des « trous » du texte coranique permet de relativiser et de centrer le discours sur une limitation des excès.

27Le texte coranique a toujours été source d’innovations. Il est lu et récité à l’endroit, à l’envers. Il est approprié par les récitants, psalmodié, chanté sur des vocalises différentes. Les interprètes, traducteurs, commentateurs ont produit de très nombreuses études. Certaines appropriations et interprétations ont fait et continuent à faire débat, certaines à être condamnées. Tous y cherchent le fameux miracle coranique. Les imaginaires du Coran sont très nombreux et suscités par le souffle poétique de ce grand texte littéraire, mais aussi par le fait qu’il est fondateur de religion. L’interprétation donne un espace de liberté qui peut s’exprimer à travers les traductions, en faisant surgir l’autre original du Coran, non pas celui figé par Uthman et instrumentalisé par la pensée radicale, mais un original à portée de compréhension et doté de prescriptions comprises comme recommandations fonctionnant comme garde-fous aux excès dont ceux de l’intolérance et du dogmatisme. Certaines restitutions coraniques sont innovantes, notamment celles qui proposent de recontextualiser le texte coranique et de lui redonner la plénitude de la dimension d'ouverture qu’il est capable de transmettre. Elles réintègrent alors l’implicite, celui de l’intimité d’origine créée par la co-temporalité du discours prophétique et de son vécu, mais perdue par la distance à un passé désormais méconnu, celui d’un implicite champ de jeu de la langue arabe et qui appuie la poétique du Coran, celui enfin d’un implicite du champ laissé libre pour les interprétations de tout un chacun.

28Le texte non écrit peut donc participer à la liberté d’interpréter et de proposer. À chacun de faire ses choix. Seul le principe de la liberté des interprétations coraniques peut assurer cette entreprise et elle passe aussi par des lectures qui réintègrent des mots qui ne sont pas écrits.

Haut de page

Bibliographie

Aldeeb, Sami, Le Coran selon l’ordre chronologique d’après les documents de l’Azhar, avec l’écriture kufique et les conditions d’apparitions des sourates, Saint-Sulpice (Suisse), Centre de droit arabe et musulman, 2015.

Al Karjousli, Soufian « Le Coran, ‘Parole divine’ et ‘Livre’ : entre esthétique, religieux et politique », in  Milon, Alain, Perelman, Marc (éds), L’esthétique du livre, Paris, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 291-313.

Al Karjousli, Soufian La représentation de l’islam à travers les manuels d’histoire en France depuis 1957 et ses enjeux : entre l’universel et le local, mémoire de DEA en Sciences de l’éducation, Université de Caen, 2000, 206 p.

Al Karjousli, Soufian « Esthétique et littérature coranique : récitations, prose et poétique du Coran », in Actes du XXXVIe Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée (SFLGC), Littérature comparée et esthétique, MMSH, Université de Provence, Aix en Provence, http://ufr-lacs.univ-provence.fr/cielam/node/547.

Al Karjousli, Soufian La polysémie et le Coran, thèse à la carte, diffusion Anrt, 2005.

Blachère, Régis, Le Coran, Maisonneuve et Cie, Paris, 1949, 536 p.

Ibn Hanbal, Ahmad, Musnad Ahmad, éd. Muassaset Dâr Arisala, 2001, hadith (n° 5836) et rééd. par Muassassat Qurtuba, Le Caire, vol. 5,https://fr.scribd.com/.

Ibn Manzûr, Al-Andalusi, Lisân al-Arab (« La langue des Arabes »), éd. 1882, rééd. 1979, édition réalisée par Abdallah Ali al-Kabir, Muhammad Ahmad Hasab Allâh et Hâchim Muhammad al-Châdhili, Dâr al-maârif, Égypte, en 6 volumes : 1er vol. p. 1- 740, (أـ ج), 2e vol. p. 741- 1470, (ح ـ د), 3e vol. p. 1471 - 2174, (د ـ س ), 4e vol. p. 2175 - 3202, (ش ـ ع), 5e vol. p. 3203 - 4218, (غ ـ ل), 6e vol. p. 4219 - 4978, (م ـ ي ).

Muhammed Abed Ejabir, Multaqa ahel et tafsir, la rencontre des interprètes, http://vb.tafsir.net/tafsir24079/#.VOy9By4wAvI.

Suyûti, Jalâl Ad-Din Abd Al-Rahmân b. Abi Bakr (As-). 1995, Al-itqân fi ulûm al-qurân (« La perfection dans les sciences du Coran »), Dâr al-kutub al-ilmiyya, Beyrouth, 2 volumes : 1er vol. : 429 p., 2e vol. : 454 p.

Le Saint Coran, traduction collective faite par la Présidence Générale des Directions des Recherches Scientifiques, de l’Ifta, et de la prédication et de l’Orientation Religieuses, éd. Majma el malek Fahed, Médine, Arabie Saoudite, 1410 de l’Hégire.

Zarzûr Adnân, Al Corân wa nususuhu, (« Le Coran et ses textes »), Damas, éd. Khaled b. al-Walid, 1980.

Haut de page

Notes

1 Voir Soufian Al Karjousli « Le Coran, ‘Parole divine’ et ‘Livre’ : entre esthétique, religieux et politique », in Milon, Alain, Perelman, Marc (éds), L’esthétique du livre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 291-313.

2 Régis Blachère, Le Coran, Maisonneuve et Cie, Paris, 1949, 536 p.

3 Zarzur Adnan, Le Coran et ses textes, Damas, éd. Khaled b. al-Walid, 1980, p. 104.

4 Al Karjousli Soufian, « Esthétique et littérature coranique : récitations, prose et poétique du Coran », in Actes du XXXVIe Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée (SFLGC), Littérature comparée et esthétique, 31 octobre – 1er novembre 2009, MMSH, Université de Provence, Aix en Provence, http://ufr-lacs.univ-provence.fr/cielam/node/547.

5 Sami Aldeeb, Le Coran selon l’ordre chronologique d’après les documents de l’Azhar, avec l’écriture kufique et les conditions d’apparitions des sourates, Saint-Sulpice (Suisse), Centre de droit arabe et musulman, 2015.

6 Suyûti, Jalâl Ad-Din Abd Al-Rahmân b. Abi Bakr (As-), Al-itqân fi ulûm al-qur’ân (« La perfection dans les sciences du Coran »), Dâr al-kutub al-ilmiyya, Beyrouth, 1995, 2 volumes : 1er vol. : 429 p., 2e vol. : 454 p.

7 Muhammed Abed Ejabir, Multaqa ahel et tafsir, http://vb.tafsir.net/tafsir24079/#.VOy9By4wAvI.

8 On a adopté pour les citations en arabe une transcription simplifiée. 

9 Sami Aldeeb, Le Coran selon l’ordre chronologique d’après les documents de l’Azhar, op. cit.

10 Al Karjousli Soufian, La polysémie et le Coran, thèse à la carte, diffusion Anrt, 2005.

11 Al Karjousli Soufian, La représentation de l’islam à travers les manuels d’histoire en France depuis 1957 et ses enjeux : entre l’universel et le local, mémoire de DEA en Sciences de l’éducation, Université de Caen, 2000, 206 p.

12 Le nom de traducteur n’est jamais cité dans les manuels scolaires.

13 Traduction collective faite par la Présidence Générale des Directions des Recherches Scientifiques, de l’Ifta, et de la prédication et de l’Orientation Religieuses, éd. Majma el malek Fahed, Médine, Arabie Saoudite, 1410 de l’Hégire, p. 107.

14 Animaux morts que les Arabes consommaient par tradition.

15 Cela fait référence à la viande séchée qui était commercialisée par les juifs. Le verset est plutôt ici un appel à boycotter ce produit.

16 Musnad Ahmad ibn Hanbal, Musnad Ahmad, éd. Muassaset ar risala, 2001, hadith (n° 5836) et rééd. aussi par muéassassat Qurtuba, le Caire, vol. 5, https://fr.scribd.com/. Le hadith (n° 5836), datant du temps où Muhammad n’était pas encore Prophète et rapporté par Musnad Ahmad, dit que d’après le rapporteur Affân Wahib Musa, Salem aurait entendu Abdullah retransmettre un récit du Prophète selon lequel ce dernier aurait un jour invité Zayd bn Amru bn Nafil. Répondant à son invitation, Zayd aurait refusé de manger de la viande. Le futur Prophète, étonné, lui en aurait demandé la raison. Zayd lui aurait répondu : « à cause de vos habitudes à vous les Quraychites de sacrifier au pied des idoles les animaux. Moi je ne mange pas des animaux non sacrifiés au nom de Dieu. »

17 Nous insistons ici sur « la version de Muhammad de l’islam », car le Coran parle de l’islam d’Abraham, de l’islam de Moïse et de l’islam de Jésus.

18 Ibn Manzûr, Al-Andalusi, Lisân al-Arab (« La langue des Arabes »), éd. 1882, rééd. 1979, édition réalisée par Abdallah ‘Ali al-Kabir, Muhammad Ahmad Hasab Allâh et Hâchim Muhammad al-Châdhili, Dâr al-maârif, Égypte, en 6 volumes : 1er vol. p.1- 740, (أـ ج), 2e vol. p. 741- 1470, (ح ـ د), 3e vol. p. 1471 - 2174, (د ـ س ), 4e vol. p. 2175 - 3202, (ش ـ ع), 5e vol. p. 3203 - 4218, (غ ـ ل), 6e vol. p. 4219 - 4978, (م ـ ي ).

19 Al Karjousli, Soufian, La représentation de l’islam à travers les manuels d’histoire en France, op. cit.

20 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soufian Al Karjousli, « Restitutions coraniques en question et imaginaires du Coran »TRANS- [En ligne],  | 2017, mis en ligne le , consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/trans/1638 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.1638

Haut de page

Auteur

Soufian Al Karjousli

Soufian Al Karjousli est enseignant associé aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et chercheur associé à l’UMR 6173 CITERES (Tours). Islamologue, il a soutenu en 2005 une thèse intitulée « La polysémie et le Coran ». Il a récemment participé au programme BIBLIMOS sur les manuscrits arabes du Sahel, sous la direction de Sophie Caratini (CNRS), UMR CNRS 6173 CITERES Tours et à l’Histoire des traductions en langue française sous la direction d’Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, volume xixe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search