Navigation – Plan du site

Vers un partage postnormâle de la littérature

Heta Rundgren

Résumés

Qu’est-ce que le postnormâle ? Une pratique interventionniste qui rend lisible les formes du sexisme à l’œuvre dans les études littéraires, pour donner des outils à celleux qui voudraient œuvrer vers un partage plus inclusif de la littérature. Je définis d’abord ce que j’entends par intervenir en reliant cette manière de travailler à la théorie féministe et queere contemporaine. Je présente ensuite quatre modes d’intervention postnormâle : l’analyse des imaginaires genrés véhiculés par les outils littéraires, la mise en lumière du genre “masculin-neutre” lié aux acteurs de la communauté littéraire, l’invention de concepts qui rendent lisible le travail du normâle et la mise en lumière de pratiques de citation genrées. L’article se conclut sur l’évocation du concept d’expérience, avec un récit d’auto-fiction qui vise à situer ses autrices.

Haut de page

Texte intégral

Entre, interviens

  • Je remercie la fondation Koné (Koneensäätiö) qui a financé la thèse sur laquelle s’appuie cet artic (...)
  • 1 * Je remercie la fondation Koné (Koneensäätiö) qui a financé la thèse sur laquelle s’appuie cet art (...)

1Chez moi. Je suis debout devant ma bibliothèque et commence à retourner un par un les livres écrits par des auteurs hommes. Je reste, moi qui pourtant étudie la fiction féministe, avec peu de livres dans le bon sens. J’essaie de faire la même chosechezun.e libraire dans la section études littéraires, chez un.e collègue qui a fait ses études littéraires en France : le résultat est toujours aussi éclairant.Avec notre club de lecture, entre chercheuses en littérature, nous nous consacrons aux ouvrages écrits par les femmes. Ainsi commence une « expérience de lecture1 » plurielle et située, dont je souhaite partager avec toi quelques étincelles.

  • 2 En tant que blanche, je me dois de me situer justement en tant que telle ; et de me taire parfois. (...)
  • 3 Traduction de Clara Malraux, A room of one’s own,ch. 6 : « It is fatal for anyone who writes to thi (...)
  • 4 L’expression est d’Hélène Merlin-Kajman dans sa défense de la littérature où il s’agit : « de circo (...)

2Mais tu le savais peut-être déjà que tu lisais plutôt des hommes – et lors de tes études en littérature, plutôt des blancs que des noirs – du moins tu le soupçonnais. Tu trouves peut-être que ce n’est pas très grave, ou tu imagines qu’on « progresse », petit à petit. Ou tu restes peut-être légèrement irrité.e par l’idée de faire attention au genre, à la sexualité ou à la couleur de peau des auteurs. Le pluriel masculin te suffit, en fait, pour inclure tous ceux qui écrivent – on n’écrit pas avec son sexe ou sa race, te dis-tu. Peut-être es-tu capable de citer une femme blanche à ce sujet, Virginia Woolf, par exemple ? L’une des narratrices d’Une chambre à soi, Mary Beton/Seton/Carmichael, celle qui écrit grâce à un héritage colonial et dont Woolf se sert pour désigner les limites d’une certaine littérature blanche2, disait bien qu’« il est néfaste pour celui qui veut écrire de penser à son sexe3 ». S’attacher à cette question que tu qualifierais, en fin de compte, d’« identitaire » va à l’encontre de tes valeurs : pas besoin de répartir les « citoyens en démocratie4 » selon leur sexe/genre, leur race, leurs origines, leur religion, tout le monde est libre de participer à la même fraternité. Attaquons-nous plutôt aux vraies questions littéraires, te dis-tu.

3C’est ici que j’interviens, pour t’inviter dans un textespacetemps traversé de questionnements impurs, de rapports de pouvoir, de choses qui n’ont « rien à voir » avec « l’analyse littéraire » mais qui président à un partage que j’appellerai normâle. Si tu te sens récalcitrant.e ou dans l’inconfort, je t’assure que je suis moi aussi souvent mal à l’aise, que j’ai peu de certitudes. Je t’invite juste à sortir avec moi, sortir d’une logique pour rentrer dans une autre, pour en ressortir ensuite, pour changer de trajectoire ne serait-ce que pour un instant ; volons un moment, toi et moi.

1. Le genre et les discours littéraires

  • 5 Jacques Derrida, Marges de la philosophie, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 392-393.

4En tant que manière de faire de la recherche et d’enseigner, le postnormâle relève de l’interventionnisme, des domaines de la théorie féministe et queer et des études de genre, et est influencé par les modes de pensée postmodernes ou poststructuralistes ainsi que par la déconstruction. Qu’est-ce qu’intervenir, comme dirait Jacques Derrida « dans le champ historique constitué », dans le « système conceptuel » et « l’ordre non conceptuel auquel il s’articule5 » ?

  • 6 Tuija Pulkkinen, « Identity and Intervention: Transdisciplinarity and Disciplinarity in Gender Stud (...)
  • 7 Joan Scott, Women’s Studies on the Edge, Durham/London, Duke University Press, 2008, p. 7.
  • 8 Clare Hemmings, Why Stories Matter: The Political Grammar of Feminist Theory, Durham, NC, Duke Univ (...)
  • 9 Tuija Pulkkinen, « The Role of Darwin.. », op. cit., p. 293 ; « Identity and Intervention… », op. c (...)

5Tuija Pulkkinen propose de qualifier l’intervention comme un mode de pensée critique et politique6. Elle l’associe aux études de genre en tant que discipline transdisciplinaire qui a son origine dans le mouvement féministe et qui s’est développée dans un rapport critique envers les disciplines traditionnelles. Rappelant l’apport de la théorie féministe, notamment les travaux de Joan Scott en ce qui concerne le criticaledge7 des études de genre ainsi que ceux de Clare Hemmings pour une pensée de l’intervention8, Pulkkinen définit cette dernière comme un mode de pensée « politique ». Celle-ci ne cherche pas à sortir de la contingence et de la contextualité de chaque communication – afin de fixer un phénomène sous l’observation, pour l’expliquer, le définir, pour en tirer des conclusions/structures générales sur lesquelles s’appuyer ; elle cherche plutôt à prêter attention aux pratiques et positionnements dans l’ici et maintenant9. La question que je me pose est alors la suivante : que pourraient vouloir dire ces actions-là – questionner et politiser – dans différentes situations de recherche et d’enseignement de la littérature ?

  • 10 Je remplace ici son domaine, la linguistique, par le nôtre. Claire Michard et Claudine Ribery, Sexi (...)
  • 11 Afin de montrer à la fois la continuité et la rupture entre ces deux concepts et leur utilisation d (...)
  • 12 Kathy Mezei donne un résumé utile de ce développement dans son « Introduction. Contextualising Femi (...)
  • 13 Susan Lanser, « Toward a Feminist Narratology », Style, vol. 20, no 3, 1986.
  • 14 C’est ainsi que Lire dans la gueule du loup d’Hélène Merlin-Kajman – un livre qui cherche à problém (...)

6Dans Sexisme & sciences humaines, Claire Michard exprime en 1982 les difficultés de l’inscription féministe dans un domaine théorique : « Compte tenu de la manière dont l’objet d’étude est circonscrit […], nous avons pu constater facilement que nous ne pouvions utiliser ces cadres théoriques puisque, dans leurs perspectives, nos préoccupations n’étaient pas d’ordre [littéraire]10». Les penseuses de la théorie féministe proches de la littérature et du poststructuralisme, comme Luce Irigaray et Hélène Cixous, mais également Monique Wittig, ont commencé à conceptualiser et mettre en mots, dès les années soixante-dix en langue française, la manière dont le système sexe/genre11est sans cesse produit dans les théories philosophiques, littéraires, psychanalytiques. Ces réflexions ont été reprises dans le domaine de la théorie littéraire par les pionnières de la narratologie féministe anglophone, Mária Minich Brewer (1984), Susan Lanser (1986) et Robyn Warhol (1989)12. C’est surtout Lanser qui appelle à une narratologie féministe qui étudierait le rôle du sexe/genre dans la construction des théories du récit13. Elle exprime le problème en construisant une opposition entre les approches qui mettent l’accent sur les aspects représentationnels de la fiction et celles qui se concentrent sur les aspects sémiotiques. Dans une situation où le sexe/genre est d’habitude relégué dans le hors-texte, du côté du« contenu référentiel », dans un domaine qui ne concerne pas la véritable analyse littéraire14, il devient important, pour une narratologie féministe, de démontrer que le sexe/genre est toujours déjà présent dans le champ de la narratologie : dans les concepts, les catégories, les notions mêmes avec et à travers lesquels on fait de l’analyse littéraire.

1.1. Des imaginaires genrés

  • 15 Je modifie ici la notion de l’« imaginaire linguistique » développé par Anne-Marie Houdebine dès 19 (...)

7Cette conviction selon laquelle le sexe/genre se situe en dehors des questions proprement littéraires devient vite redoutable si l’on cherche à analyser les imaginaires linguistico-littéraires15 liés à nos « outils », à voir comment les catégories de l’analyse littéraire s’appuient toujours déjà sur des métaphores et métonymies genrées, binaires, hiérarchisées et hiérarchisantes.

  • 16 Jagna Oltarzewska, « Projecting Wor(l)ds: The Descriptive in Theory and Fiction », Polysèmes, no 9, (...)

8Prenant l’exemple du trope de la description littéraire, je suis frappée, après Jagna Oltarzewska, par la définition « obstinément genrée16 »qu’en propose Gérard Genette :

  • 17 Gérald Genette, « Frontières du récit », Figures II, 260, 1969. Genette cite une (1) autrice dans c (...)

La description pourrait se concevoir indépendamment de la narration, mais en fait on ne la trouve pour ainsi dire jamais à l’état libre ; la narration, elle, ne peut exister sans description, mais cette dépendance ne l’empêche pas de jouer constamment le premier rôle. La description est tout naturellement ancillanarrationis, esclave toujours nécessaire, mais toujours soumise, jamais émancipée. Il existe des genres narratifs, comme l’épopée, le conte, la nouvelle, le roman, où la description peut occuper une très grande place, voire matériellement la plus grande, sans cesser d’être, comme par vocation, un simple auxiliaire du récit17.

9La description est introduite comme esclave et servante – de plus, une esclave « toujours soumise », « jamais émancipée ». Ce choix de vocabulaire nous renvoie à un imaginaire linguistico-littéraire spécifique, historique, politique. Il communique avec des imaginaires sexistes qui se révèlent également coloniaux et racistes ; imaginaires qui servent à expliquer et définir un concept littéraire d’une manière apparemment neutre et qu’on pourrait dire utilitariste.

  • 18 Je remercie Frédéric Regard d’avoir attiré mon attention sur ce point lors de la soutenance de ma t (...)
  • 19 Hélène Cixous, « Sorties », dans Hélène Cixous, Le rire de la Méduse et autres ironies, Paris, Gali (...)

10Il ne s’agit pas d’accuser de sexisme Gérard Genette, qui dialogue ici avec une tradition théorique qui remonte jusqu’à Platon et Aristote18. Toutefois, il est problématique de passer sous silence le sexisme de cette tradition dans laquelle s’inscrit Genette ainsi que nous tous et toutes, les littéraires d’aujourd’hui, à force de répéter les mêmes habitudes de citation des textes classiques. Par sexisme, j’entends ici tout simplement le recours insistant à la binarité du masculin/féminin dont la pensée féministe a démontré le caractère hiérarchisant19. Luce Irigaray, Teresa de Lauretis, Eve Sedgwick, David Halperin ou encore Gregory Bredbeck analysent cette tradition à l’aide des concepts d’hommo-socialité et d’hommo-sexualité en indiquant comment le sexe/genre construit la pensée tout en disparaissant de vue, et ceci aussi longtemps que nous restons convenablement « entre hommes » (ou « entre masculins neutres »), dans un champ historique et un discours où, pour prendre la parole et pour agir, nous nous déclinons tous au masculin.

11Evoquant l’image de la « servante toujours soumise », ancillanarrationis, Genette remet en scène « tout naturellement » les termes genrés dans une tragi-comédie littéraire qui se joue autour d’une opposition binaire, laquelle nous renvoie en miroir le rapport entre le masculin(isé) et le féminin(isée), ou encore le colon et la/le colonisé.e. Mais qu’arrive-t-il si tu prêtes attention aux images sexistes et racistes ? Si tu mets en suspens l’idée que les scènes littéraires véhiculent ces images « comme par hasard » ou« tout naturellement » ? Les questions qui émergent alors sont tout d’abord les suivantes : pour qui ces descriptions ne posent-elles pas problème, qui peut les lire sans ressentir la violence implicite aux imaginaires qu’elles évoquent« en toute innocence », sans les commenter ?

1.2. Des communautés littéraires

  • 20 « A l’exception de certains usages du pronom “le” en position de COD », comme me l’a rappelé Tiphai (...)
  • 21 Eliane Viennot étudie le sexisme de la grammaire française et incite à utiliser un français plus in (...)
  • 22 L’article d’Audrey Lasserre « La volonté de savoir », résume les travaux menés jusqu’en 2010 par de (...)

12L’intervention postnormâle ne peut pas ne pas prêter attention au fait qu’il n’y a pas de neutre dans la langue française20, alors que les deux genres grammaticaux existent. Les chercheurs et chercheuses francophones en sciences humaines et sociales, et notamment en études littéraires, habitent souvent dans un monde de pensée où continuent d’être évacuées un certain nombre de questions liées aux rapports de pouvoir, dont celle de sexe/genre. Elles et ils s’identifient soit « tout naturellement » soit stratégiquement au masculin neutre, en même temps que dans la grammaire française, le masculin l’emporte toujours sur le féminin21. La critique littéraire féministe a rendu lisible et visible le manque d’autrices dont le travail figurerait dans les programmes scolaires, les histoires littéraires. Et ceci alors qu’il existe une constante production littéraire des autrices dans la littérature en langue française depuis des siècles22.

  • 23 Gérald Genette, op. cit.
  • 24 Philippe Hamon, « Introduction », dans La Description littéraire. Anthologie de textes théoriques e (...)

13Le monde littéraire se construit encore aujourd’hui comme un domaine où celui qui parle et agit possède a priori un genre masculin prétendument neutre. À titre d’exemple, une des phrases servant d’illustration dans la démonstration de Gérard Genette, dans l’article déjà cité : « l’homme s’approcha de la table et prit un couteau23 ».En fait, il n’y a pas, dans cet article, de phrases exemples où la personne qui agit serait au féminin. Toujours à propos de la description, les travaux de Philippe Hamon participent d’une même logique, avec des phrases comme : « La description est (…) l’un des principaux moyens sémiotiques dont dispose l’homme pour dire le réel et le maîtriser (ou pour l’enseigner)24. »

  • 25 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, 8, 1966, p. 9.

14Tu peux te dire que « l’homme » ici n’a pas de sexe/genre et fait référence à tout être humain. Mais, en premier lieu, les activités de « l’homme » sont particulières : il dispose d’outils (le couteau, le stylo, la description), il va « dire », « maîtriser », et, éventuellement, « enseigner » le « réel » qui se trouve à sa portée. Qui est cette personne pour laquelle le monde est là, maîtrisable ? Ce n’est pas n’importe quelle dame en détresse dont il s’agit : la position de conquête et maîtrise du monde extérieure est traditionnellement associée à l’activité des hommes. Chez Roland Barthes, qui étudie le fonctionnement idéal de l’analyse structurale des récits, c’est carrément « Bond, James Bond » qui est le héros de ses phrases exemples, empruntées à Ian Fleming25 !

15On voit que le masculin s’impose à plusieurs niveaux, pour réitérer la norme mâle qui apparaît dès lors tellement omniprésente qu’elle en devient invisible. Ainsi, il est toujours possible de continuer à transmettre la littérature sous forme de corpus entièrement masculins et blancs sans faire attention aux questions liées à différentes formes du sexisme et/ou du racisme, sans non plus se rendre compte qu’affirmer que le « nous » littéraire est constitué par des « auteurs », des « écrivains », des « chercheurs », des « narrateurs », des « lecteurs », rend invisible la part d’agir des autrices, des chercheuses, des théoriciennes. C’est un choix politique que chacune et chacun fait dans ses pratiques quotidiennes, peut-être dans l’espoir de rejoindre un certain « nous » littéraire. Que se passe-t-il quand tu mets ces pratiques en suspens, quand tu les questionnes, ne serait-ce que pour un moment ?

1.3. Des inventions féministes

16L’intervention postnormâle qui met en suspens les pratiques normâles doit dès lors se doubler d’inventions conceptuelles. Comme l’a montré la narratologie féministe et queer, il s’agit d’abord de refuser de choisir entre l’approche littéraire et contextuelle, puis d’inventer des notions et des pratiques qui permettent de saisir certains phénomènes de l’entre-deux.

17Théoricienne, écrivaine, poétesse féministe et lesbienne, Audre Lorde explique, dans sa prise de parole lors d’un colloque en recherches féministes en 1979, comment le principe de fonctionnement d’une communauté basée sur le sens commun – c’est-à-dire, le sens et les « on-dit » qui font partie de la clôture référentielle d’une communauté – empêche de reconnaître les problèmes ou les soucis (concerns) qui ne concernent pas ceux qui sont déjà présents dans la configuration :

  • 26 Ma traduction. Audre Lorde, « The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House », dans Ch (...)

On exige toujours des femmes d'aujourd'hui qu'elles fassent l'effort de franchir le fossé de l'ignorance masculine et qu'elles éduquent les hommes quant à notre existence et quant à nos besoins. C'est là une vieille technique élémentaire de tous les oppresseurs, qui maintiennent les opprimés occupés des intérêts du maître. À présent, on entend dire que c'est aux femmes de couleur, malgré une résistance prodigieuse, d'éduquer les femmes blanches quant à notre existence, nos différences, nos rôles relatifs dans notre survie commune. C'est là une dérivation des énergies et une répétition tragique de la pensée raciste patriarcale26.

18Ce passage critique les mécanismes de reproduction d’une pensée hiérarchique et disciplinaire. Audre Lorde y dessine une analogie entre la demande impossible adressée aux « femmes » dans le savoir normâle (mais aussi dans les conversations banales et quotidiennes) de se justifier avec les concepts qui font déjà partie de ce savoir –– et la tâche que les féministes blanches attribuent aux femmes noires.

19Il s’agit d’une demande que les uns – ceux qui se situent dans la perspective normâle et qui ont ainsi le pouvoir de définition, le privilège de rester aveugle au sexisme, au racisme – adressent aux autres, pour que ces dernières « nous » éduquent sur les « différences entre nous ». Ces différences sont définies à l’avance à partir de la perspective de l’un, celui qui a le pouvoir de définir l’autre ou de l’ignorer. En effet, par les « outils du Maître », Audre Lorde n’entend pas uniquement les concepts ou le vocabulaire normâle : il s’agit aussi des attitudes et des pratiques quotidiennes par lesquelles on reproduit, on performe sans cesse l’horizon, la clôture du normâle.

  • 27 Par référence aussi au terme anglais, othering : Hetta Rundgren, Vers une théorie du roman postnorm (...)

20Je prendrais comme exemple de l’invention conceptuelle nécessaire la notion d’altérisation27, un néologisme développé dans ma thèse en lien avec la narration réaliste. Ce concept désigne le processus par lequel l’écriture littéraire renforce un personnage dans son altérité. Parler d’altérisation rend lisibles les discours normatifs, dont la lectrice ou le lecteur mesurera alors la portée. Lire devient ainsi un processus où l’on peut suivre l’affranchissement du personnage. Dans une analyse de la trilogie Millénium de Stieg Larsson, j’ai cherché à démontrer comment la narration du roman contribue à mettre en scène une perspective déterminée par le sens commun, par le discours social, dont on peut étudier les contradictions et les limites. La question de la réitération des discours normatifs – du point de vue du normâle – est ainsi traitée, entre autres, en étudiant les tactiques de dédoublement d’une narration réaliste qui à la fois rend visible le mécanisme altérisant du discours social et continue à reproduire de l’altérisation par différents choix, comme ceux de l’« hypervisibilisation » ou du manque de parole accordé à certains personnages plutôt qu’à d’autres.

1.4. Des pratiques de citation

21Au niveau des pratiques de citation, l’intervention postnormâle met en lumière le fait que parler de la littérature en se référant quasi exclusivement aux auteurs et chercheurs hommes est une des normes du partage littéraire contemporain. On peut devenir conscient de nos pratiques de citation tout d’abord, avec un petit exercice simple : en comptant le nombre d’autrices et de non-blanc.he.s dans nos travaux ou lectures.

22Ainsi, dans le livre de François Cusset, Queer critics. La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs, l’auteur associe le « queer » uniquement à l’homosexualité mâle (et blanche). Le ton ironique du livre, perceptible dès le titre, indique par ailleurs le mépris que l’auteur voue à un sujet qu’il connaît « mâle ». Au début de chaque chapitre, les citations mettent en exergue Félix Guattari, Michael Warner, Roland Barthes, Anonyme, Rabelais, Jean-Francois Lyotard, Baudelaire, Marcel Proust et Jacques Lacan mais presque rien n’est dit de l’apport pourtant central des théories féministes et lesbiennes – et évidemment pas non plus des féministes « of color » – dans la « critique queer ». De nouveau, l’auteur ne fait que suivre le courant neutre : ces choix sont conditionnés, rendus possibles et même probables, par la culture normâle des sciences humaines. Le livre manifeste un aveuglement au masculin-neutre, tandis que son titre évoque une image binaire classique où le féminin est dévoilé (« déshabillé ») par un groupe masculin.

23Les pratiques de citation ne changent pas sans efforts conscients de la part de chacune et chacun. Si on n’y prête pas garde, on se retrouve vite dans la compagnie rassurante des noms masculins-neutres. Les chercheuses ont d’ailleurs intérêt à manifester et même à exagérer leur alliance avec le monde masculin-neutre, pour témoigner de leur maîtrise de la littérature, pour avancer dans leurs carrières, pour enseigner sans que pèsent trop les doutes sur leurs compétences. Or, chère lectrice, les doutes à ton encontre ne disparaitront pas toutes seules et jamais entièrement, même au moment où tu auras grimpé plus haut dans la hiérarchie littéraire. C’est pour ça que tu te sens peut-être déjà prête à jouer un autre jeu, à former des alliances différentes (entr’elles, par exemple), à inventer de nouveaux je(ux).

2. De genre et du jeu des mâles à l’aise

24Pour pratiquer un savoir situé, je vais partager avec toi un incident banal de parcours littéraire. Sa protagoniste est une doctorante en littérature et études de genre. Elle assiste à un séminaire de littérature où un chercheur plutôt renommé présente son dernier livre, dans lequel il évoque un sujet qui semble à notre protagoniste être un phénomène très genré. Elle éprouve un sentiment de malaise en comprenant que ces enjeux-là sont complètement exclus de la présentation. Feuilletant le livre, elle se rend compte que dans la bibliographie ne figure qu’une autrice, le philosophe [sic] Hannah Arendt. Elle se dit qu’elle ferait bien de poser une question là-dessus.

25Elle hésite à s’exprimer. Elle a peur que sa prise de parole soit perçue comme déplacée ou trop agressive. Si elle prenait la parole, elle évoquerait des questions qui ne relèvent pas du domaine conçu comme relatif à la discussion. Si elle parlait, elle risquerait de dépasser une certaine « clôture référentielle » et ainsi, au passage, les limites du sens commun. Elle sent (dans sa peau) que ses propos paraitront d’abord suspects, et qu’elle s’aventure dans un terrain incertain.

26Quand elle dira qu’il manque de références à des théoriciennes, des autrices et des écrivaines – eh bien on lui répondra que c’est faux, parce qu’il y a Arendt. Quand elle demandera à l’auteur comment il a pris en compte sa propre position en tant que chercheur qui lit d’autres chercheurs et s’identifie à cette position masculine-neutre, sa question le laissera perplexe : il porte un regard littéraire, de chercheur, c’est vrai, mais sinon, d’ailleurs, il ne se sent pas tellement masculin mais plutôt… différent. Ça lui arrive, à lui aussi, de devenir femme, de temps à autre.

  • 28 Diana Fuss, Essentially Speaking: Feminism, Nature and Difference, New York, Routledge, 1989.

27Pour comprendre les enjeux du partage littéraire normâle, je veux te parler d’une discussion entre deux théoriciennes féministes également enseignantes en littérature, bell hooks et Diana Fuss. La seconde questionne ce qu’elle appelle l’« autorité de l’expérience », qu’elle associe à l’« essentialisme », par opposition au « constructivisme »28. L’interprétation de Fuss vise notamment à problématiser l’idée qu’il existe quelque chose comme une « expérience noire », une « expérience des juives », ou une « expérience féminine », entendues comme références stables. Elle s’inquiète à l’idée que ce type d’« autorité de l’expérience » ne permette plus aux autres participant.e.s une entrée immédiate dans la discussion.

  • 29 bell hooks, « Essentialism and Experience », American Literary History, vol. 3, no1, 1991.

28En réponse à Fuss, hooks théorise, en 1991, la prise de parole des groupes marginalisés29. Elle montre que dans son analyse Fuss détermine l’autorité de l’expérience comme stratégie essentialiste dans laquelle on se référerait à son « vécu » comme une chose immédiatement saisissable, telle quelle, comme si aucune idéologie ne participait à sa construction. Cette expérience serait ainsi liée à une « identité » à critiquer (du point de vue « poststructuraliste »), puisqu’elle deviendrait une autorité qu’on ne pourrait plus interroger, une origine immuable des vérités incontestables.

29Pourtant, bell hooks montre que « l’autorité de l’expérience » est loin d’être la première autorité restrictive introduite dans l’espace du séminaire. hooks remarque comment, pour Diana Fuss, l’« essentialisme » et le recours « pas assez critique » à l’expérience sont toujours les péchés des « autres ». Ainsi Fuss évite-t-elle de se demander où ces autres vont pêcher cette stratégie « essentialiste » et si cette stratégie ne fait pas déjà partie de la mise en scène du séminaire. hooks écrit :

  • 30 Ma traduction, bell hooks, op. cit., p. 175 : « Fuss does not aggressively suggest that dominant gr (...)

Fuss n’affirme pas, de manière agressive, que les groupes dominants — les hommes, les blancs et les blanches, les hétérosexuels et les hétérosexuelles — perpétuent l’essentialisme. Dans son récit, c’est toujours l’autre marginal qui est essentialiste. Pourtant la politique de l’exclusion essentialiste, comme moyen d’affirmer sa présence, son identité, est une pratique culturelle qui n’émerge pas uniquement du sein des groupes marginalisés. Et lorsque ces groupes emploient l’essentialisme afin de dominer dans un cadre institutionnel, ils sont souvent en train d’imiter les paradigmes de revendication de subjectivité qui font partie des dispositifs à l’œuvre dans les structures de domination. Il est certain que de nombreux étudiants blancs viennent assister à mes cours accompagnés d’une insistance sur l’autorité de l’expérience, cette expérience qui leur permet d’avoir la conviction que tout ce qu’ils ont à dire mérite d’être écouté, et qu’en effet, ce sont leurs idées et leurs expériences qui devraient être le point focal de la discussion en classe. La politique de race et de genre dans le patriarcat suprématiste blanc leur accorde cette ‘autorité’ sans qu’ils soient obligés de nommer leur désir de l’exercer. Ils n’assistent pas au cours en disant : ‘Je pense que je suis intellectuellement supérieur à mes camarades de classe parce que je suis blanc et mâle et mes expériences valent plus que celles de n’importe quel autre groupe.’ Et pourtant leur comportement annonce une telle manière de penser l’identité, l’essence, la subjectivité30.

30L’argument est simple : un cours à l’université ou un séminaire se situent dans une société et une mini-communauté où, pour pouvoir participer aux discussions, il est essentiel de comprendre les points de vue disponibles, et de saisir ce qui fait partie de la situation et ce qui lui est extérieur. C’est par cette compréhension que « nous » savons quels arguments et quelles expériences raisonnent dans l’espace en question. Là où Diana Fuss est prête à attribuer l’invention de l’autorité de l’expérience à « l’autre », bell hooks dit que le recours à l’autorité de l’expérience ne fait qu’imiter les « paradigmes d’affirmation de subjectivité qui font partie du dispositif de contrôle dans les structures de domination ».

31Pour affirmer sa subjectivité – « prendre » la parole – dans une telle situation, on est face à celui qui « donne » la parole. Tout le monde y participe par référence à l’autorité qui est finalement en correspondance avec des expériences spécifiques, historiques et ainsi également politiques. S’il y a une expérience qui ne doit pas dire son nom, c’est celle qui est dominante, celle qui passe pour normâle. Le normâle, c’est l’expérience qu’on connaît, à laquelle on a appris à s’identifier, le savoir pertinent à la situation ; la norme mâle et la norme blanche qui passent inaperçues.

Sors

32Continuer à enseigner et étudier des canons masculins-neutres-blancs-hétérosexuels, à utiliser le masculin comme le genre neutre, ne pas faire attention au racisme et au sexisme qui se répandent dans le partage littéraire actuel, sont autant de choix politiques quotidiens des chercheurs et chercheuses. Puisqu’il s’agit des pratiques ordinaires de tous les jours, le changement est également à la portée de nous tous et toutes : chacune et chacun peut choisir de faire autre chose du jour au lendemain. Cela l’amènera sans doute à s’aventurer dans un territoire où ille n’a pas tous ses repères, changer sa pratique citationnelle et pédagogique qui ne pourra plus correspondre exactement à une pratique hiérarchique et hiérarchisante (la relation Maître-élève, le jeu de la maîtrise). Changer ses pratiques est difficile, parce que cela implique qu’il faut avouer son ignorance et ses incertitudes, mais encore plus effrayant, pour le présent des études littéraires, est de choisir à chaque moment de continuer à perpétuer une active ignorance du normâle, qui est également une ignorance des « autres ».

  • 31 Marie-Jeanne Zenetti, « Une grammaire de comment », communication au Colloque international Emmanue (...)
  • 32 Hetta Rundgren, Vers une théorie du roman postnormâle… op. cit., p. 409.

33En tant que pratique féministe queere, l’intervention postnormâle est « à recontextualiser et à renouveler à chaque lecture. C’est avec toi et pour toi, chère lectrice31, que « je suspens mon geste d’interrogation sans le conclure »32.

Haut de page

Bibliographie

Barthes (Roland), « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, 8, 1966, p. 1-27.

Berger (Anne), Le Grand théâtre du genre : Identités, sexualités et féminismes en‘Amérique’, Paris, Éditions Belin, 2013.

Bredbeck (Gregory W.), « Anal/yzing the Classroom: On the Impossibility of a Queer Pedagogy », dans Haggerty (George E.) et Zimmerman (Bonnie) (dir.), Professions of Desire. Lesbian and Gay Studies in Literature, New York, The Modern Language Association of America, 1995.

Brewer (Mária Minich), « A loosening of Tongues: From Narrative Economy to Women Writing », Modern Language Notes no 99,.5, 1984, p. 1141-1161.

Cixous (Hélène), Le rire de la Méduse et autres ironies, Paris, Galilée, 2010 ; tr. finnoise Sevón (Aura) et Rundgren (Heta), Medusan nauru ja muita ironisia kirjoituksia, Helsinki, Tutkijaliitto, 2013.

Collectif, Le sexisme ordinaire, préface de Simone de Beauvoir, Paris, Seuil, coll. Libre à Elle, 1979.

Cusset (Francois), Queer critics. La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

De Lauretis (Teresa), « Sexual Indifference and Lesbian Representation », Theatre Journal, vol. 40, no. 2, 1988, p. 155-177.

Derrida (Jacques), Marges de la philosophie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972.

Feminist Readings [en ligne] https://feministreadings.org/, consulté le15 juillet 2017.

Fuss (Diana), Essentially Speaking: Feminism, Nature and Difference, New York, Routledge, 1989.

Genette (Gérard), « Frontières du récit », Communications, no 8, 1966, p. 152-163 ; repris dans Figures II, Paris, Éditions du Seuil, 1969, p. 259-263.

Halperin (David), « Why Is Diotima a Woman? », dans Halperin (David), One Hundred Years of Homosexuality: And Other Essays on Greek Love, New York, Routledge, 1990.

Hamon (Philippe), La description littéraire. Anthologie de textes théoriques et critiques, Paris, Macula, 1991.

Hemmings (Clare), Why Stories Matter: The Political Grammar of Feminist Theory, Durham, NC, Duke University Press, 2011.

hooks (bell), « Essentialism and Experience », American Literary History, vol. 3, no 1, 1991, p. 172-183.

Houdebine (Anne-Marie), « Sur les traces de l’imaginaire linguistique », dans Aebischer (Verena) et Forel (Claire) (éd.), Parlers masculins, parlers féminins ?, Neuchâtel/Paris, Delachaux/Niestlé, 1983, p. 105-139.

Irigaray (Luce), « Ce sexe qui n’en est pas un », Les Cahiers du GRIF, no 5, 1974, p. 54-58.

--, Speculum de l’autre femme, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

Kizzi (Akila), L’accord im/possible. Ecriture, prise de parole, engagement et identités multiples chez Marie-Louise Taos Amrouche, thèse de doctorat en études de genre et littérature française soutenue le 21novembre 2016 sous la direction de Nadia Setti, Saint-Denis, Université Paris 8 Vincennes, 2016.

Lanser (Susan) et Warhol (Robin), Narrative Theory Unbound. Queer and Feminist Interventions, Columbus, The Ohio State University Press, 2015.

Lanser (Susan), « Toward a Feminist Narratology », Style, vol. 20, no 3, 1986, p. 341–363.

Lasserre (Audrey), « La volonté de savoir », Fabula-LhT, n°7, « Y a-t-il une histoire littéraire des femmes ? », avril 2010 [en ligne], http://www.fabula.org/lht/index.php?id=836, consulté le 14 juillet 2017.

Lorde (Audre), « The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House », dans Moraga (Cherríe) et Anzaldúa (Gloria) (éd.), This Bridge Called My Back. Writings By Radical Women of Color, New York, Kitchen Table. Women of Color Press, 1981, p. 98-101.

Massey (Doreen), « Flexible Sexism », Environment and Planning D: Society and Space, no 9, 1991, p. 31-57 ; repris dans Massey (Doreen), Space, Place and Gender, Oxford, Polity Press, 1994, p. 212-248.

Mezei (Kathy), Ambiguous Discourse. Feminist Narratology & British Women Writers, Chapel Hill and London, The University of North Carolina Press, 1996.

Michard (Claire) et Ribery (Claudine), Sexisme & sciences humaines, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1982.

Morrison (Toni), Playing in the dark. Whiteness and literary imagination, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1992.

Oltarzewska (Jagna), « Projecting Wor(l)ds : The Descriptive in Theory and Fiction », Polysèmes, no 9, 2007, p. 187-199.

Pulkkinen (Tuija), « The Role of Darwin in Elizabeth Grosz'sDeleuzian Feminist Theory: Sexual Difference, Ontology, and Intervention», Hypatia, no 32, 2017, p. 279–295.

--, « Feelings of injustice: The institutionalization of gender studies and the pluralization of feminisms », Differences, no27 (2), 2016, p. 103–124.

--, « Identity and intervention: Transdisciplinarity and disciplinarity in gender studies », Theory, Culture & Society, no32 (5-6), 2015, p. 183205.

Reid (Martine), Des femmes en littérature, Saint-Jus-la-Pendue, Éditions Belin, 2010.

Robert-Foley (Lily), Poétique et politique du tiers texte. Une expérience de lecture de L’Innommable/The Unnamable de Samuel Beckett, thèse de doctorat en littérature comparée, soutenue le 27 Juin 2014 sous la direction de Tiphaine Samoyault, Saint-Denis, Université Paris 8-Vincennes, 2015.

Scott (Joan Wallach) (éd.), Women’s Studies on the Edge, Durham, NC, Duke University Press, 2008.

Rubin (Gayle), « The Traffic in Women: Notes on the Political Economy of Sex », dans Reiter (Rayna R) (éd.), Toward an Anthropology of Women, New York & London, Monthly Review Press, 1975.

Rundgren (Heta) et Robert-Foley (Lily) (tr. anglaise), « Postnormâle, modes d’emploi/User’s Guide to the Postnormale » [en ligne] https://feministreadings.org/termes/postnormale/, consulté le 19 juillet 2017.

Rundgren (Heta), Vers une théorie du roman postnormâle. Féminisme, réalisme et conflit sexuel chez Doris Lessing, MärtaTikkanen, StiegLarsson et Virginie Despentes, thèse de doctorat en études de genre et littérature comparée sous la direction d’Anne E. Berger et Tuija Pulkkinen (Université de Helsinki), Université Paris 8, Vincennes - Saint-Denis, soutenue le 12 décembre 2016.

--, « Des héroïnes violentes et du “normâle” chez Stieg Larsson et Virginie Despentes », dans Bray (Suzanne) et Préher (Gérald) (dir.), Un Soupçon de crime : Représentations et médiatisations de la violence, Paris, L’Harmattan, coll. Audiovisuel et communication, 2015, p. 249-270.

Sedgwick (Eve Kosofsky), Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990.

--, Between Men: English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Columbia University Press, 1985.

Spivak (Gayatri Chakravorty), Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003.

--, « A literary representation of the subaltern. A Woman’s Text From the Third World », dans Spivak (Gayatri Chakravorty), In Other Worlds: Essays in Cultural Politics, New York, Methuen, 1987, p. 241-268.

Tomiche (Anne) et Zoberman (Pierre), Littérature et identités sexuelles, Paris, SFLGC, Diffusion les Belles-lettres, 2007.

Viennot (Éliane), Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin. Petite histoire des résistances de la langue française, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2014.

Wittig (Monique), The Straight Mind and OtherEssays, Boston, BeaconPress, 1992, la version française La pensée straight, en partie traduite par Marie-Hélène Bourcier, Paris, Éditions Balland/ Éditions Amsterdam, 2001/2007.

Woolf (Virginia), A room of one’sown, London, Hogarth Press, 1929 ; tr. française Clara Malraux, Une chambre à soi, Paris, Gonthier, coll. Femme, 1965.

Zenetti (Marie-Jeanne), « Une grammaire de comment : anamorphose et dispositif poétique », communication au Colloque international Emmanuel Hocquard : la poésie mode d’emploi, Paris, Maison de la recherche de Paris—Sorbonne, 1er-3 juin 2017.

Haut de page

Notes

Je remercie la fondation Koné (Koneensäätiö) qui a financé la thèse sur laquelle s’appuie cet article ; mes relectrices Marie-Jeanne Zenetti et croche-pattes pour leurs suggestions et corrections ; le comité de rédaction de la revue Trans pour leurs commentaires ; Gonzalo Yañez Quiroga et Lily Robert-Foley pour les traductions ; les chattes pour tout ; bien évidemment toutes les maladresses qui pourraient demeurer ne relèvent que de ma responsabilité.

1 * Je remercie la fondation Koné (Koneensäätiö) qui a financé la thèse sur laquelle s’appuie cet article ; mes relectrices Marie-Jeanne Zenetti et croche-pattes pour leurs suggestions et corrections ; la comité de rédaction de la revue Trans pour leurs commentaires ; Gonzalo YañezQuiroga et Lily Robert-Foley pour les traductions ; les chattes pour toute ; bien évidemment toutes les maladresses qui pourraient demeurer ne relèvent que de ma responsabilité.

Robert-Foley, Poétique et politique du tiers texte. Une expérience de lecture de L’Innommable/The Unnamable de Samuel Beckett.

2 En tant que blanche, je me dois de me situer justement en tant que telle ; et de me taire parfois. Toni Morrison a rendu lisible la « blanchité » de la « littérature américaine » dans Playing in the dark. Whiteness and literary imagination, Londres, Harvard University Press, 1992 ; pour un questionnement récent de la littérature française du point de vue intersectionnel, voir Akila Kizzi, L’accord im/possible. Ecriture, prise de parole, engagement et identités multiples chez Marie-Louise Taos Amrouche, thèse de doctorat sous la direction de Nadia Setti, Saint-Denis, Université Paris 8, 2016.

3 Traduction de Clara Malraux, A room of one’s own,ch. 6 : « It is fatal for anyone who writes to think of their sex ». Pour une analyse postcoloniale du texte, voir Gayatri Spivak, Death of a Discipline, New York, Columbia University Press, 2003, p. 32-53.

4 L’expression est d’Hélène Merlin-Kajman dans sa défense de la littérature où il s’agit : « de circonscrire un partage spécifique (plutôt qu’un corpus spécifique) essentiel à la subjectivation des citoyens en démocratie pour ses valeurs non seulement cognitives, mais aussi esthétiques, voire thérapeutiques », Lire dans la gueule du loup, Paris, Gallimard, 2016, p. 17-18.

5 Jacques Derrida, Marges de la philosophie, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 392-393.

6 Tuija Pulkkinen, « Identity and Intervention: Transdisciplinarity and Disciplinarity in Gender Studies », Theory, Culture & Society, no32 (5-6) ; « Feelings of injustice: The institutionalization of gender studies and the pluralization of feminisms », Differences, no27 (2), 2016 ; « The Role of Darwin in Elizabeth Grosz'sDeleuzian Feminist Theory: Sexual Difference, Ontology, and Intervention », Hypatia, no 32, 2017.

7 Joan Scott, Women’s Studies on the Edge, Durham/London, Duke University Press, 2008, p. 7.

8 Clare Hemmings, Why Stories Matter: The Political Grammar of Feminist Theory, Durham, NC, Duke University Press, 2011, p. 16, 20.

9 Tuija Pulkkinen, « The Role of Darwin.. », op. cit., p. 293 ; « Identity and Intervention… », op. cit., p. 199-200.

10 Je remplace ici son domaine, la linguistique, par le nôtre. Claire Michard et Claudine Ribery, Sexisme & sciences humaines, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1982, p. 11.

11 Afin de montrer à la fois la continuité et la rupture entre ces deux concepts et leur utilisation dans la théorie féministe, j’utilise ici le concept de sexe/genre, introduit sous la forme de sex/gender system, par Gayle Rubin en 1975 dans « The Traffic in Women: Notes on the Political Economy of Sex », dans Rayna R. Reiter (éd.), Toward an Anthropology of Women, New York & London, Monthly Review Press, 1975.

12 Kathy Mezei donne un résumé utile de ce développement dans son « Introduction. Contextualising Feminist Narratology », Ambiguous Discourse. Feminist Narratology & British Women Writers, Chapel Hill and London, The University of North Carolina Press, 1996, p. 1-20. Voir aussi Anne Tomiche et Pierre Zoberman, Littérature et identités sexuelles, Paris, SFLGC, Diffusion les Belles-lettres, 2007.

13 Susan Lanser, « Toward a Feminist Narratology », Style, vol. 20, no 3, 1986.

14 C’est ainsi que Lire dans la gueule du loup d’Hélène Merlin-Kajman – un livre qui cherche à problématiser l’exclusion des contextes et des affects conçus comme extra-littéraires du partage littéraire – rejoint une démarche importante dans la critique féministe.

15 Je modifie ici la notion de l’« imaginaire linguistique » développé par Anne-Marie Houdebine dès 1983 dans son article « Sur les traces de l’imaginaire linguistique », dans Verena Aebischer et Claire Forel (éd.), Parlers masculins, parlers féminins ?, Neuchâtel/Paris, Delachaux/Niestlé, 1983, p. 105-139.

16 Jagna Oltarzewska, « Projecting Wor(l)ds: The Descriptive in Theory and Fiction », Polysèmes, no 9, 2007, p. 188 : « One cannot help but be struck by the persistent gendering of description, most commonly (and predictably) organized around the “static/dynamic” binary ». Je traduis : « Il est frappant de voir comment la description est obstinément genrée, le plus souvent (et de façon prévisible) autour du binarisme “statique/dynamique”. »

17 Gérald Genette, « Frontières du récit », Figures II, 260, 1969. Genette cite une (1) autrice dans cet article : Sapho.

18 Je remercie Frédéric Regard d’avoir attiré mon attention sur ce point lors de la soutenance de ma thèse.

19 Hélène Cixous, « Sorties », dans Hélène Cixous, Le rire de la Méduse et autres ironies, Paris, Galilée, 2010, p. 69-80 ; Marilyn Frye, « Oppression », dans Marilyn Frye, The Politics of Reality. Essays in Feminist Theory, Trumansburg, NY, Crossing, 1983, p. 1-16 ; Collectif, Le sexisme ordinaire, Paris, Seuil, coll. Libre à Elle, 1979.

20 « A l’exception de certains usages du pronom “le” en position de COD », comme me l’a rappelé Tiphaine Samoyault dans mon rapport de thèse.

21 Eliane Viennot étudie le sexisme de la grammaire française et incite à utiliser un français plus inclusif dans son ouvrage Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française.

22 L’article d’Audrey Lasserre « La volonté de savoir », résume les travaux menés jusqu’en 2010 par des chercheuses comme Christine Planté, Martine Reid, Eliane Viennot, etc. Voir aussi le recueil Femmes dans la critique et l’histoire littéraire.

23 Gérald Genette, op. cit.

24 Philippe Hamon, « Introduction », dans La Description littéraire. Anthologie de textes théoriques et critiques, Paris, Macula, 1991, p. 6.

25 Roland Barthes, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, 8, 1966, p. 9.

26 Ma traduction. Audre Lorde, « The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House », dans Cherríe Moraga et Gloria Anzaldúa (éd.), This Bridge Called My Back. Writings By Radical Women of Color, New York, Kitchen Table. Women of Color Press, 1981, p. 100 : « Women of today are still being called upon to stretch across the gap of male ignorance and to educate men as to our existence and our needs. This is an old and primary tool of all oppressors to keep the oppressed occupied with the master's concerns. Now we hear that it is the task of women of Color to educate white women in the face of tremendous resistance as to our existence, our differences, our relative roles in our joint survival. This is a diversion of energies and a tragic repetition of racist patriarchal thought. »

27 Par référence aussi au terme anglais, othering : Hetta Rundgren, Vers une théorie du roman postnormâle, thèse de doctorat en études de genre et littérature comparée sous la direction d’Anne E. Berger et Tuija Pulkkinen (Université de Helsinki), Université Paris 8, Saint-Denis, 2016, p. 192-200.

28 Diana Fuss, Essentially Speaking: Feminism, Nature and Difference, New York, Routledge, 1989.

29 bell hooks, « Essentialism and Experience », American Literary History, vol. 3, no1, 1991.

30 Ma traduction, bell hooks, op. cit., p. 175 : « Fuss does not aggressively suggest that dominant groups—men, white people, heterosexuals—perpetuate essentialism. In her narrative it is always a marginal ‘other’ who is essentialist. Yet the politics of essentialist exclusion as a means of asserting presence, identity, is a cultural practice that does not emerge solely from marginalized groups. And when those groups do employ essentialism as a way to dominate in institutional settings, they are often imitating paradigms for asserting subjectivity that are part of the controlling apparatus in structures of domination. Certainly many white male students have brought to my classroom an insistence on the authority of experience, one that enables them to feel that anything they have to say is worth hearing, that indeed their ideas and experience should be the central focus of classroom discussion. The politics of race and gender within white supremacist patriarchy grants them this ‘authority’ without their having to name the desire for it. They do not attend class and say, ‘I think that I am superior intellectually to my classmates because I am white and male and that my experiences are much more important than any other group’s.’ And yet their behavior often announces this way of thinking about identity, essence, subjectivity. »

31 Marie-Jeanne Zenetti, « Une grammaire de comment », communication au Colloque international Emmanuel Hocquard : la poésie mode d’emploi, Maison de la recherche de Paris - Sorbonne, 1er-3 juin 2017, pour la p(rop)osition de lectrice.

32 Hetta Rundgren, Vers une théorie du roman postnormâle… op. cit., p. 409.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Heta Rundgren, « Vers un partage postnormâle de la littérature », TRANS- [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 24 octobre 2017, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/trans/1711 ; DOI : 10.4000/trans.1711

Haut de page

Auteur

Heta Rundgren

A soutenu une thèse en littérature générale et comparée et études de genre intitulée « Vers une théorie du roman postnormâle. Féminisme, réalisme et conflit sexuel chez Doris Lessing, MärtaTikkanen, StiegLarsson et Virginie Despentes » en décembre 2016 à l’Université Paris 8 Vincennes—Saint-Denis, sous la direction d’Anne E. Berger et TuijaPulkkinen (Université de Helsinki). Elle a traduit Cixous en finnois avec Aura Sevón (Medusan nauru ja muita ironisia kirjoituksia, Helsinki, 2013, Tutkijaliitto). En français, elle a publié un article intitulé « Des héroïnes violentes et du ‘normâle’ chez StiegLarsson et Virginie Despentes » (in Suzanne Bray & Gérald Préher (éd.), Un Soupçon de crime : Représentations et médiatisations de la violence, Paris, 2015, L’Harmattan). Elle travaille au Laboratoire d’études de genre et de sexualité (LEGS, UMR 8238), au GIS Institut du Genre, avecLectures féministes—FeministReadings—Feministisiäluentoja (feministreadings.org), en chantant, avec les chattes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page