Navigation – Plan du site

Étudier la transmission littéraire à l’ère du numérique : des grands écrivains à l’analyse des cocitations

Carolina Ferrer

Résumés

Du point de vue théorique, cette étude se trouve au croisement de la sociologie de la littérature et de la scientométrie. Grâce à l’intégration de méthodes quantitatives et en s’appuyant sur la loi des grands nombres, cette recherche a pour objet l’analyse des cocitations entre des écrivains appartenant à différentes époques et latitudes. À travers la compilation de plusieurs indicateurs, il est alors possible de visualiser le réseau de relations entre les prédécesseurs, les successeurs et les écrivains contemporains, permettant ainsi de mieux comprendre le phénomène de la transmission littéraire. De plus, cet article est une démonstration de comment l’analyse des métadonnées constitue une approche novatrice qui implique un changement épistémologique en études littéraires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jorge Luis Borges, « Kafka et ses précurseurs », Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque (...)
  • 2 Ibid., p. 751.
  • 3 Ibid., p. 753.
  • 4 Sophie Rabau, L’intertextualité, Paris, Flammarion, 2002.
  • 5 Ibid., p. 41.
  • 6 Pierre Bayard, Le plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, 2009, p. 15.
  • 7 Ibid., p. 66.
  • 8 Ibid.
  • 9 À ce sujet, voir par exemple : Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Éditi (...)

1Dans le texte de Jorge Luis Borges « Kafka et ses précurseurs1 », publié initialement en 1952 en espagnol, le narrateur se donne la mission d’identifier les traces de l’écrivain pragois dans des textes qui le précédent. Selon lui, « je crus reconnaître sa voix, ou du moins sa manière, dans des textes de diverses littératures et de diverses époques2 ». À la fin du texte, il affirme : « Le fait est que chaque écrivain crée ses précurseurs. Son apport modifie notre conception du passé aussi bien que du futur3 ». Évidemment, étudier des œuvres littéraires afin d’y dévoiler des précurseurs est un exercice délicat et non dépourvu de subjectivité. Cinquante ans plus tard, Sophie Rabau introduit le concept de la « poétique de l’intertextualité possible4 ». Selon cette approche : « chaque texte littéraire contient d’une manière plus ou moins forte des textes en puissance qui attendent d’autres auteurs pour être développés5 ». En 2009, Pierre Bayard reprend cette notion dans Le plagiat par anticipation, livre « qui se propose de réfléchir sur l’influence de l’avenir6 ». En remontant au texte de Borges mentionné ci-dessus, il s’attarde sur « l’influence rétrospective7 » pour signaler que cette idée « ne se joue pas seulement à deux, mais à trois. Ce n’est pas Kafka seul, par l’intensité de sa présence, qui remanie les textes de ces prédécesseurs, c’est le lecteur […] qui relit autrement les textes antérieurs à la lumière de l’œuvre de Kafka8 ». Ainsi, la détection des précurseurs d’un écrivain se base non seulement sur les écrivains et leurs textes, mais aussi sur les lecteurs de ces derniers. La question renvoie alors, conceptuellement, à la théorie de la réception9.

  • 10 Par rapport au concept de big data, voir : Danah Boyd et Kate Crawford, « Critical Questions for Bi (...)

2Du point de vue empirique, ceci signifie qu’afin d’identifier les relations entre les écrivains, il serait nécessaire d’accéder aux lectures des œuvres littéraires afin d’y retracer ces liens.Dans cette étude, en mettant à profit l’essor du numérique, avec ses données massives ou big data10, nous montrerons que cette disponibilité d’information, auparavant inimaginable, peut contribuer à l’avancement de la connaissance du champ littéraire et, dans ce cas précis, à l’identification des relations entre les écrivains ainsi qu’entre les écrivains et les œuvres qui les précèdent ou les succèdent. En effet, les publications de la critique littéraire académique, répertoriées dans les bases de données électroniques, constituent des lectures en profondeur des œuvres littéraires. Ainsi, à travers l’analyse métacritique de plus de deux millions de références, qui sont le résultat d’une communauté de chercheurs du monde entier, nous serons en mesure d’identifier les liens entre les écrivains. Bien que notre but ne soit pas de prédire l’intertextualité future, nous dévoilerons comment se fait la transmission littéraire à travers le temps et l’espace. Ainsi, notre recherche ne repose pas sur le regard qu’un auteur individuel pose sur l’œuvre d’un écrivain en particulier, mais sur les publications cumulées sur une longue période. Par conséquent, elle s’appuie sur la loi des grands nombres.

Approches théoriques

  • 11 Pierre Bourdieu, Méthodes pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 119.

3Selon Pierre Bourdieu, « le monde social moderne se décompose en une multitude de microcosmes, les champs, dont chacun possède des enjeux, des objets et des intérêts spécifiques (champ littéraire, scientifique, politique, universitaire, juridique, des entreprises, religieux, journalistique)11 ». Comme nous l’avons déjà mentionné, nous nous attarderons sur un aspect particulier du champ littéraire, celui des relations dans le temps entre les écrivains. En ce sens, il est pertinent de rappeler, toujours selon le sociologue français, comment se forment ces liens, non seulement entre les auteurs, mais aussi par rapport aux agents et aux institutions qui constituent le champ :

  • 12 Pierre Bourdieu, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, avec la présentation, les notes et la (...)

En termes analytiques, un champ peut être défini comme un réseau, ou une configuration de relations objectives entre des positions. Ces positions sont définies objectivement dans leur existence et dans les déterminations qu’elles imposent à leurs occupants, agents ou institutions, par leur situation (situs) actuelle et potentielle dans la structure de la distribution des différentes espèces de pouvoir (ou de capital) dont la possession commande l’accès aux profits spécifiques qui sont en jeu dans le champ, et, du même coup, par leurs relations objectives aux autres positions (domination, subordination, homologie, etc.)12.

  • 13 Kees Van Rees, « Modelling the Literary Field: From System-Theoretical Speculation to Empirical Tes (...)

4Cette description met en lumière la complexité qui caractérise la configuration des champs. En même temps, nous remarquons, comme le souligne Kees van Rees en 1997 que : « les théoriciens […] normalement se concentrent sur des discussions théoriques ou philosophiques […], [mais] se tiennent à l’écart de la recherche empirique qui a pour but de tester des hypothèses spécifiques13 » (Rees 1997, 91).

  • 14 Carolina Ferrer, « El boom hispanoamericano: del texto a la pantalla », dans Santiago Juan-Navarro (...)
  • 15 Derek de Solla Price, Little Science, Big Science, New York, Columbia University Press, 1963.
  • 16 Thomson Reuters Web of Knowledge [en ligne] http://www.isiwebofknowledge.com.

5Justement, un de nos objectifs sera d’articuler des concepts théoriques avec la recherche empirique. Pour y parvenir, nous utilisons l’approche de la criticométrie14 que nous avons introduite en 2011 en nous inspirant de la scientométrie. Initialement développée par Price15, la scientométrie doit son existence aux instruments mis au point par Eugene Garfield, fondateur de l’Institute for Scientific Information, aujourd’hui devenu Thomson ISI16. L’objectif de la scientométrie est de mesurer et d’analyser l’activité dans les sciences et la technologie. Par analogie, nous avons appelé cette approche la criticométrie, puisqu’elle a pour objectif de mesurer l’activité critique en arts, et plus particulièrement en littérature. La méthode ici proposée correspond à l’adéquation des indicateurs scientométriques à la réalité des bases de données utilisées en sciences humaines et en arts. Ainsi, elle se base sur l’exploitation des métadonnées des publications critiques répertoriées dans les bases bibliographiques.

6Il existe deux catégories d’indicateurs scientométriques, à savoir, les indicateurs d’activité et les indicateurs relationnels. Selon Callon :

  • 17 Michel Callon et al, La Scientométrie, Paris, Presses universitaires de France, Que Sais-Je ?  2727 (...)

Les premiers fournissent des données sur le volume et l’impact des activités de recherche, tandis que les seconds recherchent les liens et les interactions entre chercheurs et domaines, de manière à décrire les contenus des activités et leur évolution17.

  • 18 Kees van Rees, op. cit. p. 93. Notre traduction.

7Le plus simple des indicateurs descriptifs est le dénombrement des publications. Un autre indicateur descriptif est le dénombrement des citations. Celui-ci correspond au nombre de fois qu’un texte est cité dans une autre publication. En principe, cet indicateur signale la qualité d’une publication. Cependant, cet argument a été longuement débattu et il en résulte qu’il est préférable de le considérer comme un indicateur de visibilité. Dans le cas de la criticométrie, nous retiendrons le point de vue de Kees van Rees, selon qui « un indicateur fiable de la qualité attribuée à une œuvre d’art est l’attention permanente et intense sous la forme de discours18 ».

  • 19 Henry Small, « Knowledge Representation Via Co-Citation-Clusters », Proceedings of the American Soc (...)
  • 20 Loett Leydesdorff, « Theories of Citation? », Scientometrics, vol. 43, n°1, 1998, p. 5-25.

8Afin de pallier les défaillances de l’indicateur des citations, Henry Small a créé celui des cocitations19. Il s’agit de comptabiliser le nombre de fois où deux références apparaissent simultanément dans les articles. Comme le souligne Loett Leydesdorff, il est important de désagréger les différentes dimensions qui s’enchevêtrent dans les citations20.

9En poursuivant notre analogie, nous constatons qu’en études littéraires il est essentiel de déterminer, selon les niveaux d’analyse, les types de relations que potentiellement entretiennent les différents éléments dans une citation. Ainsi, nous observons plusieurs couches de relations :

10Dans le cadre d’une publication critique, l’écrivain et l’œuvre littéraire analysés sont des objets d’étude pour l’auteur du document en question. En suivant van Rees, comme mentionné ci-dessus, la référence critique constitue une reconnaissance de l’écrivain de la part du critique, alors que son texte établit une relation discursive avec l’œuvre analysée. Par rapport aux écrivains qui sont cocités dans une publication critique, ceux-ci peuvent entretenir une relation de prédécesseur/successeur ou bien, il peut s’agir d’auteurs contemporains. Dans tous les cas, ce sont des écrivains que le critique veut comparer en fonction d’une thématique ou d’une approche quelconque.

  • 21 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, 1982, p. 7.

11De plus, les ouvrages littéraires cocités peuvent entretenir des relations transtextuelles ou bien être simplement l’objet d’une étude comparée. Selon Genette, « la transtextualité, ou transcendance textuelle du texte […] [est] tout ce qui le met en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes21 ». D’une façon ou d’une autre, nous sommes d’emblée dans la situation indiquée par Bayard concernant la fonction que joue le lecteur dans l’identification des relations entre les écrivains ainsi qu’entre les œuvres littéraires. Dans le cas précis des références bibliographiques contenues dans les bases de données, le lecteur est le critique, c’est-à-dire l’auteur de la publication répertoriée. De cette façon, nous pouvons apprécier pleinement à quel point la criticométrie constitue une approche métacritique.

Approche méthodologique

  • 22 Modern Language Association International Bibliography [en ligne] www.mla.org
  • 23 Nous avons omis les thèses, car elles sont restreintes à celles publiées aux États-Unis, ce qui int (...)
  • 24 Voir Jiawei Han et al., Data mining. Concepts and techniques, Waltham, Morgan Kaufmann, 2012 ; ains (...)

12Dans cette recherche, nous avons exploité la base de données Modern Language Association International Bibliography22, désormais MLAIB, qui constitue la plus importante base de données en études littéraires. Elle contient plus de 2,5 millions de références bibliographiques et couvre 4 400 périodiques, ainsi que des livres et des thèses de 1850 au présent. Nous avons retenu les livres, les chapitres de livres, les recueils, les éditions et les articles de périodiques23. Afin d’obtenir les références, nous avons utilisé la technique de forage de données, ou data mining24.

13Dans un premier temps, nous avons interrogé la section « littérature nationale » de la MLAIB en utilisant les 212 littératures nationales comme mots-clés, soit : « littérature française », « littérature italienne », etc. L’échantillon obtenu couvre la période de 1850 à 2010 et comporte plus de 1,5 million de références. Dans un deuxième temps, pour chacune des littératures nationales, l’outil author as subject of study nous a permis d’identifier les écrivains par littérature nationale. Finalement, nous avons sélectionné un sous-ensemble de 30 écrivains pour l’analyse des cocitations.

Résultats

14Le Graphique n°1 montre le volume de données par continent. L’Europe représente 71% des références et domine très clairement la scène mondiale. Avec 27% de l’échantillon, le Nouveau Monde occupe la deuxième place. L’Asie, l’Afrique et l’Océanie se trouvent dans une situation nettement minoritaire à l’échelle mondiale.

15Graphique n°1

16Publications par continent MLAIB 1850-2010

  • 25 Nous avons constaté que dans MLAIB il existe deux erreurs dans le classement des écrivains. D’une p (...)
  • 26 Nous avons conservé les noms des écrivains selon leur épellation dans MLAIB.

17Le Tableau n°3 correspond à la liste des littératures nationales où il y a des écrivains qui ont été l’objet d’étude de plus de 1000 publications : il s’agit de 27 littératures nationales et de 209 individus25. Encore une fois, nous observons une grande concentration d’écrivains dans un petit nombre de pays. Afin de surmonter, au moins en partie, l’eurocentrisme que nous dévoilent ces données, parmi les écrivains qui ont été l’objet de plus de 1000 publications, nous avons sélectionné, pour chaque pays, l’écrivain et, le cas échéant l’écrivaine, cumulant le plus grand nombre de publications26.

18Les deux dernières colonnes montrent la sélection par littérature nationale, totalisant 26 hommes et 4 femmes. Ainsi, l’échantillon est composé de 17 écrivains européens, dont 2 femmes, 10 écrivains des Amériques, dont 2 femmes, 2 Africains et 1 Asiatique.

19Pour chaque écrivain sélectionné, nous avons compilé des indicateurs, comme nous pouvons l’apprécier dans le Tableau n°4 : références (ou nombre de citations), nombre d’œuvres citées dans 100 publications ou plus, nombre d’écrivains cocités dans 10 publications ou plus, nombre de périodiques contenant 100 ou plus articles sur l’écrivain en question. Nous avons trié ces données selon la date de naissance des écrivains.

  • 27 Dans les 3 cas, le coefficient de corrélation est supérieur à 0,97.

20Sans l’ombre d’un doute, William Shakespeare est l’écrivain le plus étudié selon les références répertoriées dans MLAIB. Par ailleurs, nous constatons que la plupart des indicateurs bibliométriques calculés, notamment, le nombre d’œuvres étudiées dans 100 ou plus publications, le nombre d’écrivains cocités dans 10 ou plus publications et le nombre de périodiques avec 100 ou plus articles sur l’écrivain, montrent une corrélation forte et positive avec le nombre de références27.

  • 28 Le coefficient de corrélation entre le nombre de références et le nombre de langues de publications (...)

21Cependant, la corrélation entre le nombre de références et le nombre de langues dans lesquelles les documents sont publiés est faible28. Nous avons donc analysé les publications du point de vue linguistique, selon plusieurs indicateurs, comme nous pouvons le voir dans le Tableau n°5. Le nombre de langues de publication des documents varie entre 10 et 38. Nous avons aussi recensé les 3 principales langues de publication des textes critiques pour chaque écrivain. L’anglais est la principale langue dans la moitié des cas (15), suivi de l’espagnol (8). L’anglais est aussi majoritaire pour la deuxième langue de publication (15), suivi du français (8). L’allemand est, bien entendu, la principale langue de publication des textes qui portent sur Goethe, ainsi que la deuxième ou troisième langue pour plusieurs autres auteurs. Certains écrivains sont l’objet de publications prioritairement en d’autres langues : l’italien pour Dante, l’ukrainien pour Shevchenko, le roumain pour Eminescu et le portugais pour Pessoa.

22Aussi, nous constatons des pourcentages importants pour la deuxième langue dans plusieurs cas : le danois pour Kierkegaard, le russe pour Dostoevskiĭ, le norvégien pour Ibsen et le suédois pour Strindberg. Curieusement, nous observons la présence de publications en japonais, alors qu’il n’y a pas d’écrivain japonais dans cet échantillon.

23Tableau n°4

24Écrivains sélectionnés

Pays

Écrivain

Références

Œuvres 100

Cocitations

10

Périodiques

100

Italie

Dante (1265-1321)‎

11 037

7

85

10

Pays-Bas

Erasmus, Desiderius (1469-1536)‎

1 443

1

13

0

Espagne

Cervantes, Miguel de (1547-1616)‎

6 689

4

51

4

Royaume-Uni

Shakespeare, William (1564-1616)‎

41 681

58

244

43

Allemagne

Goethe, Wolfgang von (1749-1832)‎

9 999

9

96

9

France

Sand, George (1804-1876)

1 589

1

13

1

Danemark

Kierkegaard, Soren (1813-1855)

1 542

0

19

0

Ukraine

Shevchenko, Taras (1814-1861)‎

1 500

0

4

2

Russie

Dostoevskiĭ, Fedor (1821-1881)‎

4 300

5

48

3

Norvège

Ibsen, Henrik (1828-1906)‎

2 455

3

18

2

États-Unis

Dickinson, Emily (1830-1886)

2 789

0

18

5

Suède

Strindberg, August (1849-1912)

1 398

0

6

1

Roumanie

Eminescu, Mihai (1850-1889)‎

1 486

0

2

3

Cuba

Martí, José (1853-1895)

1 045

0

8

0

Nicaragua

Darío, Rubén (1867-1916)

1 177

0

12

0

France

Proust, Marcel (1871-1922)‎

4 306

2

46

2

Irlande

Joyce, James (1882-1941)‎

10 334

5

80

7

Royaume-Uni

Woolf, Virginia (1882-1941)‎

5 159

10

50

3

Rép. Tchèque

Kafka, Franz (1883-1924)

5 131

6

56

1

Portugal

Pessoa, Fernando (1888-1935)‎

1 036

0

8

0

États-Unis

Faulkner, William (1897-1962)

6 335

7

43

2

Argentine

Borges, Jorge Luis (1899-1986)

4 144

3

42

3

Chili

Neruda, Pablo (1904-1973)

1 130

0

8

0

Colombie

García Márquez, Gabriel (1928-2014)

1 767

2

13

0

Mexique

Fuentes, Carlos (1928-2012)

1 242

2

7

0

Nigéria

Achebe, Chinua (1930-2013)

1 277

3

10

0

Pérou

Vargas Llosa, Mario (1936- )

1 089

0

6

0

Canada

Atwood, Margaret (1939- )

1 271

3

6

0

Afrique du Sud

Coetzee, J. M. (1940- )

1 252

3

9

0

Inde

Rushdie, Salman (1947- )

1 218

4

8

0

25Tableau n°5

26Distribution linguistique des publications

Écrivain

Références

Langues

Langue n°1

%

Langue n°2

%

Langue n°3

%

DL

Dante

11 037

34

Italien

46%

Anglais

41%

Français

4%

0,62

Erasmus

1 443

23

Anglais

56%

Français

23%

Allemand

9%

0,63

Cervantes

6 689

32

Espagnol

53%

Anglais

37%

Français

4%

0,58

Shakespeare

41 681

37

Anglais

88%

Allemand

4%

Français

3%

0,22

Goethe

9 999

33

Allemand

56%

Anglais

34%

Français

4%

0,57

Sand

1 589

18

Français

58%

Anglais

36%

Italien

3%

0,54

Kierkegaard

1 542

29

Anglais

59%

Danois

13%

Allemand

10%

0,62

Shevchenko

1 500

19

Ukrainien

80%

Anglais

11%

Russe

5%

0,34

Dostoevskiĭ

4 300

38

Anglais

49%

Russe

28%

Allemand

6%

0,67

Ibsen

2 455

32

Anglais

67%

Norvégien

12%

Allemand

6%

0,54

Dickinson

2 789

22

Anglais

94%

Français

1%

Japonais

1%

0,11

Strindberg

1 398

26

Anglais

46%

Suédois

33%

Allemand

7%

0,67

Eminescu

1 486

11

Roumain

84%

Anglais

7%

Français

5%

0,29

Martí

1 045

10

Espagnol

83%

Anglais

2%

Allemand

1%

0,30

Darío

1 177

13

Espagnol

83%

Anglais

13%

Français

1%

0,29

Proust

4 306

33

Français

44%

Anglais

41%

Allemand

5%

0,63

Joyce

10 334

33

Anglais

89%

Français

3%

Italien

2%

0,21

Woolf

5 159

31

Anglais

90%

Français

3%

Japonais

2%

0,20

Kafka

5 131

32

Anglais

47%

Allemand

36%

Français

7%

0,65

Pessoa

1 036

17

Portugais

52%

Anglais

21%

Espagnol

9%

0,67

Faulkner

6 335

25

Anglais

90%

Français

3%

Japonais

2%

0,19

Borges

4 144

30

Espagnol

54%

Anglais

33%

Français

7%

0,59

Neruda

1 130

22

Espagnol

64%

Anglais

24%

Français

5%

0,53

García Márquez

1 767

24

Espagnol

52%

Anglais

37%

Français

3%

0,59

Fuentes

1 242

16

Espagnol

55%

Anglais

34%

Français

6%

0,57

Achebe

1 277

15

Anglais

94%

Français

4%

Espagnol

1%

0,12

Vargas Llosa

1 089

19

Espagnol

60%

Anglais

31%

Français

2%

0,54

Atwood

1 271

16

Anglais

93%

Allemand

2%

Français

1%

0,13

Coetzee

1 252

18

Anglais

89%

Français

3%

Espagnol

2%

0,21

Rushdie

1 218

19

Anglais

89%

Français

4%

Allemand

2%

0,20

27Le haut pourcentage que représentent globalement les publications en anglais pourrait être dû à un biais de la MLAIB vers cette langue, puisque, malgré sa vocation internationale, elle est une base étatsunienne.

  • 29 Voir Orris C. Herfindahl, Concentration in the U.S. Steel Industry, unpublished doctoral dissertati (...)
  • 30 Douglas Rae, The Political Consequences of Electoral Laws, New Haven, Yale University Press, 1967.

28Afin de mesurer la diversification linguistique des publications, nous avons élaboré l’indicateur DL. Il s’inspire, d’une part, de l’indice de Herfindahl-Hirschmann29, utilisé en sciences économiques pour mesurer le degré de concentration des marchés et, d’autre part, de l’indice développé en sciences politiques par Douglas W. Rae30, dont le but est de mesurer la fractionnalisation des systèmes de partis politiques. Un des avantages de cet indicateur, c’est qu’il permet de comparer des systèmes avec des nombres de composantes différentes.

29L’indicateur de diversification linguistique (DL) ici présenté est analogue à celui de Rae.

30La valeur de DL varie entre 0 et 1. Lorsqu’une langue concentre une proportion importante des publications, l’indicateur se rapproche de 0. Au contraire, lorsque les publications sont partagées entre plusieurs langues relativement équivalentes, l’indicateur tend vers 1.

31Le Tableau n°5 et le Graphique n°2 nous permettent d’observer l’indicateur DL que nous avons compilé pour les publications qui portent sur les 30 écrivains retenus. Nous constatons que pour la plupart des écrivains anglophones, la diversification linguistique est assez basse : Dickinson 0,1149 ; Achebe 0,1212 ; Atwood 0,1330 ; Faulkner 0,1914 ; Woolf 0,1968. C’est aussi le cas des publications sur Shakespeare : même si l’écrivain britannique est le plus étudié des écrivains répertoriés dans MLAIB, son DL est de 0,2230. Au contraire, les publications sur les écrivains européens non anglophones montrent le plus haut niveau de diversification linguistique : Strindberg 0,6721 ; Pessoa 0,6714 ; Kafka 0,6478 ; Proust 0,6326 ; Dante 0,6177.

32L’analyse de ces indicateurs linguistiques nous permet d’observer dans quelle mesure l’intérêt pour un écrivain est de caractère local ou international. En ce sens, ils nous aident à saisir l’étendue géographique de la transmission qui a lieu entre les écrivains.

33Graphique n°2

34Indicateur de diversification linguistique des publications

35Par rapport au nombre de périodiques ayant publié 100 articles ou plus, nous avons constaté que, dans plusieurs cas, il existe des revues dédiées à l’étude d’un seul écrivain. En particulier, parmi les périodiques répertoriés dans MLAIB, nous avons identifié 12 revues dédiées à Shakespeare (dont une spécifiquement à Hamlet) ; 5 périodiques dédiés à Dante, Dickinson, et Proust, respectivement ; 4 à Goethe ; 3 à Ibsen, Joyce (dont un spécifiquement à Finnegans Wake), Woolf et Faulkner, respectivement ; 2 à Cervantès, Kafka, Kierkegaard et Strindberg, respectivement ; et un périodique dédié à Atwood, Borges, Dostoevskiĭ, Erasmus et Sand, respectivement. À notre avis, ceci est une marque évidente du niveau d’institutionnalisation des études sur ces écrivains.

36Finalement, nous avons analysé les relations de cocitation. Premièrement, pour chaque écrivain de l’échantillon, nous avons identifié les autres écrivains qui sont cocités dans 10 publications ou plus. Le nombre de cocitations varie énormément : entre 242 écrivains dans le cas de Shakespeare et 2 écrivains dans le cas d’Eminescu.

  • 31 À ce sujet, voir, entre autres : Carment Leccardi et Carles Feixa, « El concepto de generación en l (...)
  • 32 Ibid.

37Nous avons classé, deuxièmement, les écrivains cocités selon leur relation chronologique avec l’écrivain analysé. La question du classement en termes générationnels est complexe et a été longuement débattue en sciences humaines et sociales31. En suivant Ortega y Gasset32, nous avons pris en considération la date de naissance de chaque écrivain et nous avons établi une marge de +/- 15 ans. Nous avons décidé d’utiliser 3 catégories : prédécesseurs, contemporains et successeurs. Si l’écrivain comparé se trouve à l’intérieur de ce rang, il est son contemporain, s’il est né avant l’âge de naissance de l’écrivain moins 15 ans, il est son prédécesseur. Au contraire, si l’écrivain cocité est né 15 ans après la naissance de l’écrivain analysé, il est son successeur. Nous insistons sur notre choix selon lequel, à la différence de Borges et de Bayard, nous avons restreint les options à des caractéristiques strictement temporelles, sans nous prononcer sur les possibles liens d’influence entre les écrivains. Ici, il ne sera donc pas question de précurseurs, mais de prédécesseurs.

38Le Graphique n°3 représente, pour chacun des 30 écrivains de l’échantillon, le nombre d’écrivains cocités dans au moins 10 publications, selon le classement générationnel décrit ci-dessus : prédécesseurs, contemporains et successeurs. Parmi les écrivains nés avant le xvie siècle se démarquent Shakespeare, Dante et Cervantès. Goethe, né en 1749, et Dostoevskiĭ, né en 1821, reviennent aussi de façon récurrente. Ensuite se distingue un petit groupe né après 1870 : Proust, Joyce, Woolf et Kafka. Les seuls écrivains non européens à avoir un certain nombre de successeurs sont Faulkner et Borges.

39Afin de comparer les écrivains selon ces catégories sans tenir compte du volume de cocitations, dans le Graphique n°4, nous avons représenté ces données en pourcentages. Nous constatons alors que, plus on recule dans le temps, plus élevé est le pourcentage des successeurs. C’est le cas de Shakespeare, Dante, Cervantès et Goethe. Eminescu constitue un cas limite, car il est cité exclusivement avec des successeurs. Au contraire, les écrivains plus récents sont plus fréquemment cocités avec des prédécesseurs ou des contemporains. En effet, pour les écrivains nés au xxe siècle, il y a un maximum d’un successeur cocité. Probablement, les successeurs de ces écrivains n’ont pas encore cumulé 10 références dans MLAIB, d’où leur nombre restreint. De plus, plusieurs écrivains non européens, Darío, Neruda, Fuentes, Vargas Llosa, Achebe et Rushdie, sont cocités de préférence avec leurs contemporains, montrant ainsi une sorte de cohésion générationnelle.

40Graphique n°3

41Prédécesseurs, contemporains et successeurs

42Graphique n°4

43Prédécesseurs, contemporains et successeurs en pourcentages

  • 33 Dans ce cas-ci, nous avons considéré simplement l’année de naissance pour le classement chronologiq (...)

44Troisièmement, nous avons compilé, pour les 30 écrivains de l’échantillon, le nombre de cocitations entre eux, indépendamment du nombre de publications. Ceci nous a permis d’élaborer une matrice de cocitations. Ensuite, nous avons transformé ces chiffres en pourcentages, ce qui correspond au Tableau n°6. Verticalement, pour chaque écrivain, les prédécesseurs se trouvent au-dessus de la diagonale, indiquée en rouge, et les successeurs, au-dessous33. Nous avons indiqué en jaune les cocitations qui représentent 1,5% et plus, en vert celles qui se situent entre 0,5% et 1,5%, en gris celles supérieures à 0%, mais inférieures à 0,5%.

45Nous constatons des relations plus intenses entre certains écrivains : Strindberg et Ibsen, Martí et Darío, Woolf et Joyce, Kierkegaard et Kafka, Pessoa et Borges, Coetzee et Kafka, Coetzee et Dostoevskiĭ, Borges et Cervantès, García Márquez et Faulkner. Nous observons aussi des liens entre certains sous-ensembles d’écrivains contemporains, tels que, Proust, Joyce, Woolf et Kafka, ou les Hispano-américains Borges, Neruda, García Márquez, Fuentes et Vargas Llosa, ou encore Achebe, Rushdie et Coetzee.

46Au contraire, certains écrivains se caractérisent plutôt par leur isolement : Shevchenko, Eminescu, Achebe. À l’exception de Woolf, les femmes ne présentent pas de cocitations très significatives. Quant à la lecture horizontale de la matrice, elle nous permet de voir quels sont les écrivains les plus cocités à travers le temps : Shakespeare, Cervantès, Joyce, Kafka.

47Pour terminer, à partir des renseignements concernant les liens entre les écrivains, nous avons interrogé à nouveau les références de MLAIB, afin d’examiner les relations entre les œuvres littéraires qui sous-tendent ces cocitations. À titre d’exemple, la relation de Borges et Cervantès est en grande partie due aux liens transtextuels extrêmement forts entre « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », de l’écrivain argentin, et Don Quichotte, de Cervantès. Dans le cas de la relation de Coetzee avec Dostoevskiĭ, il s’agit des relations entre Le maître de Petersburg, du lauréat du prix Nobel, et Les démons, de l’écrivain russe. Quant aux cocitations entre García Márquez et Faulkner, les principaux textes à l’étude sont Cienaños de soledad, de l’écrivain colombien, et Absolom ! Absolom ! de Faulkner.

48Tableau n°6

49Cocitations des écrivains sélectionnés

  • 34 Sophie Rabau, op. cit., p. 15.

50Possiblement, une certaine lecture de ces œuvres, en ayant en tête l’idée du plagiat par anticipation, nous permettrait d’affirmer que Faulkner est le précurseur de García Márquez, Dostoevskiĭ celui de Coetzee et Cervantès celui de Borges. Cependant, ceci demeure une perspective subjective. En ce sens, nous préférons l’approche de Sophie Rabau qui considère que l’intertextualité « engage à repenser notre mode de compréhension des textes littéraires, à envisager la littérature comme un espace ou un réseau, une bibliothèque si l’on veut, où chaque texte transforme les autres qui le modifient en retour34 ». Nous sommes convaincus que cette étude permet, justement, de dévoiler ce réseau, dans la mesure où elle fait ressortir les liens entre les écrivains, ainsi qu’entre les œuvres, tel qu’ils ont été formulés, analysés et corroborés par des milliers de chercheurs du monde entier depuis plus de 150 ans. En ce sens, en s’appuyant sur la loi des grands nombres, elle constitue une première visualisation de la transmission littéraire dans le temps et l’espace.

Réflexions finales

51Depuis l’essor des humanités numériques, nous disposons de volumes immenses d’information. Dans le cas de cette étude, nous avons fait le choix d’exploiter la plus importante base de données bibliographiques en études littéraires afin d’analyser les relations entre les écrivains les plus étudiés depuis 1850. En introduisant des méthodes quantitatives, notamment en utilisant l’approche de la criticométrie, nous avons exploité les métadonnées de la Modern Language Association International Bibliography dans le but de dévoiler le réseau des cocitations d’écrivains. À partir de l’analyse métacritique des publications portant sur 30 écrivains issus d’époques et de latitudes différentes, nous avons observé les modalités de transmission littéraire.

52Ainsi, nous pouvons confirmer que les cocitations dépendent des fenêtres temporelles d’observation : un écrivain du Moyen Âge, par exemple, a beaucoup plus de possibilités d’avoir des successeurs qu’un écrivain né au xxe siècle. Le nombre de successeurs est aussi plus élevé pour les écrivains européens, comme conséquence de l’eurocentrisme qui prédomine en études littéraires, malgré le processus de mondialisation actuel.

53Nous avons aussi constaté que les publications sur les écrivains non anglophones sont beaucoup plus diversifiées du point de vue linguistique. Un autre élément intéressant est la corrélation entre le volume de références sur un écrivain et le nombre de cocitations, le nombre d’ouvrages analysés et le nombre de périodiques dédiés à l’écrivain. Ces indicateurs sont une confirmation du processus d’institutionnalisation des études littéraires, phénomène spécialement observé en Europe et aux États-Unis.

54Concernant les relations entre les ouvrages littéraires, nous avons observé que lorsque nous sommes en présence de liens importants entre écrivains, généralement, ceux-ci sont dus à l’existence de relations transtextuelles clairement identifiées et à maintes reprises étudiées dans des publications critiques.

55Dans cette recherche, nous illustrons comment l’avènement des nouveaux observables de l’ère numérique, analysés en utilisant des méthodes quantitatives, constitue un bouleversement épistémologique dans la façon d’envisager la discipline. Cependant, nous voulons souligner que le travail traditionnel des chercheurs en études littéraires joue un rôle fondamental dans la découverte des relations, d’héritage ou d’influence, entre les écrivains. En effet, alors que ces différents types de liens font l’objet de publications qui s’attardent sur l’interprétation détaillée des œuvres, la criticométrie se base sur l’ensemble de ces publications, à condition que celles-ci soient répertoriées dans les banques bibliographiques. Grâce à la compilation des métadonnées associées aux références, l’approche criticométrique permet l’observation de la fréquence des liens préalablement identifiés. Ainsi, en se basant sur des centaines, voire des milliers d’analyses classiques, il devient possible de constater l’importance et les modalités de transmission et de partage entre œuvres et écrivains.

56Nous considérons que les résultats obtenus constituent un avancement de la connaissance, dans la mesure où ils reposent sur la loi des grands nombres, ont été générés par des méthodes vérifiables et peuvent être constamment mis à jour par d’autres chercheurs. En particulier, nous espérons avoir réussi à montrer l’énorme potentiel que représentent les flux de données massives ou big data, ainsi que l’intégration de méthodes quantitatives, pour le développement de la recherche empirique en études littéraires. À notre avis, cette nouvelle approche permet d’accéder à une tout autre perspective de l’histoire et du champ littéraires.

Haut de page

Bibliographie

Bayard (Pierre), Le plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, 2009.

Borges (Jorge Luis). « Kafka et ses précurseurs », Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2010, p. 751-753.

Bourdieu (Pierre), Réponses : pour une anthropologie réflexive, avec la présentation, les notes et la bibliographie de Loïc J. D. Wacquant, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

--, Méthodes pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997.

--, Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

Boyd (Danah) et Crawford (Kate), « Critical Questions for Big Data Provocations for a Cultural, Technological, and Scholarly Phenomenon », Information Communication & Society 15.5, 2012, p. 662-679.

Callon (Michel), Courtial (Jean-Pierre) et Penan (Hervé), La Scientométrie, Paris, Presses universitaires de France, Que Sais-Je ?  2727, 1993.

Cukier (Kenneth) et Mayer-Schoenberger (Viktor), « The Rise of Big Data How It's Changing the Way We Think About the World », Foreign Affairs 92.3, 2013, p. 28-40.

Even-Zohar (Itamar), « Factors and Dependencies in Culture: A Revised Outline for Polysystem Culture Research », Canadian Review of Comparative Literature/Revue Canadienne de LittératureComparée, March/mars 1997, p. 15-34.

--, « Polysystem Theory », Poetics Today 11, 1990, p. 1-268.

Ferrer (Carolina), « El boom hispanoamericano: del texto a la pantalla », dans Juan-Navarro (Santiago) et Torres-Pou (Joan) (éd.), Nuevas aproximaciones al cine hispánico: Migraciones temporales, textuales y étnicas en el bicentenario de las independencias iberoamericanas (1810-2010), Barcelona, Promociones y Publicaciones Universitarias, 2011, p. 79-101.

Fish (Stanley), Is there a text in this class? The authority of interpretive communities, Cambridge, Harvard University Press, 1980.

Genette (Gérard). Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, 1982.

Han (Jiawei), Kamber (Micheline) et Pei (Jian), Data mining. Concepts and techniques, Waltham, Morgan Kaufmann, 2012.

Herfindahl (Orris C.), Concentration in the U.S. Steel Industry, unpublished doctoral dissertation, Columbia University, 1950.

Hirschman (Albert O.), National Power and the Structure of Foreign Trade, Berkeley, University of California Press, 1945.

Iser (Wolfgang). L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985.

Jauss (Hans Robert), Pour une esthétique de la réception, Paris, Éditions du Seuil, 1990.

Leccardi (Carmen) et Feixa (Carles), « El concepto de generación en las teorías sobre la juventud », Última década n°34, 2011, p. 11-32.

Leydesdorff (Loet), « Theories of Citation? », Scientometrics, vol. 43, n°1, 1998, p. 5-25.

Marías (Julián), El método histórico de las generaciones, Madrid, Revista de Occidente, 1949.

Mayer-Schönberger (Viktor) et Cukier (Kenneth), Big data. A revolution that will transform how we live, work, and think, Boston/New York, Houghton Mifflin Harcourt, 2013.

Modern Language Association International Bibliography [en ligne] www.mla.org

Ortega y Gasset (José), « La idea de las generaciones », dans El tema de nuestro tiempo, Obras completas, Madrid, Revista de Occidente (1923), 1966.

Price (Derek de Solla). Little Science, Big Science, New York, Columbia University Press, 1963.

Rabau (Sophie). L’intertextualité, Paris, Flammarion, 2002.

Rae (Douglas W.), The Political Consequences of Electoral Laws, New Haven, Yale University Press, 1967.

Small (Henry), « Knowledge Representation Via Co-Citation-Clusters », Proceedings of the American Society for Information Science 18, 1981, p. 330.

Thomson Reuters Web of Knowledge [en ligne].http://www.isiwebofknowledge.com/

Van Rees (Kees), « Modelling the Literary Field: From System-Theoretical Speculation to Empirical Testings », Canadian Review of Comparative Literature/Revue Canadienne de LittératureComparée, March/mars 1997, p. 91-101.

Witten (Ian H.), Frank (Eibe) et Hall (Mark A.), Data Mining. Practical Machine Learning Tools and Techniques, 3e édition, Waltham, Morgan Kaufmann, 2011.

Haut de page

Notes

1 Jorge Luis Borges, « Kafka et ses précurseurs », Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2010, p. 751-753.

2 Ibid., p. 751.

3 Ibid., p. 753.

4 Sophie Rabau, L’intertextualité, Paris, Flammarion, 2002.

5 Ibid., p. 41.

6 Pierre Bayard, Le plagiat par anticipation, Paris, Éditions de Minuit, 2009, p. 15.

7 Ibid., p. 66.

8 Ibid.

9 À ce sujet, voir par exemple : Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Éditions du Seuil, 1990 ; Wolfgang Iser, L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985 ; Stanley Fish, Is there a text in this class ? The authority of interpretivecommunities, Cambridge, Harvard University Press, 1980.

10 Par rapport au concept de big data, voir : Danah Boyd et Kate Crawford, « Critical Questions for Big Data Provocations for a Cultural, Technological, and Scholarly Phenomenon », Information Communication & Society 15.5, 2012 ; Kenneth Cukier et Viktor Mayer-Schoenberger, « The Rise of Big Data How It's Changing the Way We Think About the World », Foreign Affairs 92.3, 2013, p. 28-40 ; Viktor Mayer-Schönberger et Kenneth Cukier, Big data. A revolution that will transform how we live, work, and think, Boston/New York, Houghton Mifflin Harcourt, 2013.

11 Pierre Bourdieu, Méthodes pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 119.

12 Pierre Bourdieu, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, avec la présentation, les notes et la bibliographie de Loïc J. D. Wacquant, Paris, Éditions du Seuil, 1992, p. 72.

13 Kees Van Rees, « Modelling the Literary Field: From System-Theoretical Speculation to Empirical Testings », Canadian Review of Comparative Literature/Revue Canadienne de LittératureComparée, March/mars 1997, p. 91. Notre traduction.

14 Carolina Ferrer, « El boom hispanoamericano: del texto a la pantalla », dans Santiago Juan-Navarro et Joan Torres-Pou (éd.), Nuevas aproximaciones al cine hispánico: Migraciones temporales, textuales y étnicas en el bicentenario de las independencias iberoamericanas (1810-2010), Barcelona, Promociones y Publicaciones Universitarias, 2011.

15 Derek de Solla Price, Little Science, Big Science, New York, Columbia University Press, 1963.

16 Thomson Reuters Web of Knowledge [en ligne] http://www.isiwebofknowledge.com.

17 Michel Callon et al, La Scientométrie, Paris, Presses universitaires de France, Que Sais-Je ?  2727, 1993, p. 39.

18 Kees van Rees, op. cit. p. 93. Notre traduction.

19 Henry Small, « Knowledge Representation Via Co-Citation-Clusters », Proceedings of the American Society for Information Science 18, 1981.

20 Loett Leydesdorff, « Theories of Citation? », Scientometrics, vol. 43, n°1, 1998, p. 5-25.

21 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, 1982, p. 7.

22 Modern Language Association International Bibliography [en ligne] www.mla.org

23 Nous avons omis les thèses, car elles sont restreintes à celles publiées aux États-Unis, ce qui introduit un biais considérable dans les données.

24 Voir Jiawei Han et al., Data mining. Concepts and techniques, Waltham, Morgan Kaufmann, 2012 ; ainsi que Ian H. Witten et al., Data Mining. Practical Machine Learning Tools and Techniques, 3e édition, Waltham, Morgan Kaufmann, 2011.

25 Nous avons constaté que dans MLAIB il existe deux erreurs dans le classement des écrivains. D’une part, les références sur Samuel Beckett sont incluses dans la littérature irlandaise et dans la française, provoquant ainsi des doublons. Nous avons donc enlevé ses références de la littérature française. D’autre part, Franz Kafka est considéré comme un écrivain allemand. Nous avons donc transféré ses références de la littérature allemande vers la littérature de la République tchèque.

26 Nous avons conservé les noms des écrivains selon leur épellation dans MLAIB.

27 Dans les 3 cas, le coefficient de corrélation est supérieur à 0,97.

28 Le coefficient de corrélation entre le nombre de références et le nombre de langues de publications est de 0,54. La corrélation entre le nombre de références et l’indicateur de diversification linguistique est pratiquement inexistante : -0,15.

29 Voir Orris C. Herfindahl, Concentration in the U.S. Steel Industry, unpublished doctoral dissertation, Columbia University, 1950 et Albert Hirschman, National Power and the Structure of Foreign Trade, Berkeley, University of California Press, 1945.

30 Douglas Rae, The Political Consequences of Electoral Laws, New Haven, Yale University Press, 1967.

31 À ce sujet, voir, entre autres : Carment Leccardi et Carles Feixa, « El concepto de generación en las teorías sobre la juventud », Última década n°34, 2011 ; Julián Marías, El método histórico de las generaciones, Madrid, Revista de Occidente, 1949 ; José Ortega y Gasset, « La idea de las generaciones », dans El tema de nuestro tiempo, Obras completas, Madrid, Revista de Occidente (1923), 1966.

32 Ibid.

33 Dans ce cas-ci, nous avons considéré simplement l’année de naissance pour le classement chronologique, sans la marge des 15 ans.

34 Sophie Rabau, op. cit., p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Ferrer, « Étudier la transmission littéraire à l’ère du numérique : des grands écrivains à l’analyse des cocitations », TRANS- [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 24 octobre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/trans/1719 ; DOI : 10.4000/trans.1719

Haut de page

Auteur

Carolina Ferrer

Université du Québec à Montréal

ferrer.carolina@uqam.ca

Professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada, des recherches portent sur les nouveaux observables de l’ère numérique — notamment en études littéraires —, la circulation de concepts, les relations entre littérature et sciences et les rapports entre fiction et histoire. Elle a aussi travaillé sur le canon et les prix littéraires, la diffusion et la réception de l’œuvre de certains écrivains, l’évolution de mouvements et de styles littéraires contemporains et la constitution des littératures nationales, en particulier en Amérique latine. Carolina Ferrer développe, dans une perspective métacritique, des modèles visant à étudier les dynamiques culturelles et à cartographier la littérature mondiale. Elle a coédité, avec Lucille Beaudry et Jean-Christian Pleau, Art et politique. La représentation en jeu (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011). Avec Isaac Bazié, elle a coédité Écritures de la réclusion (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015), ainsi que l’anthologie Imaginer la violence. Perspectives Nord-Sud (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page