Navigation – Plan du site

Littérature comparée et Gender

Anne Isabelle François et Pierre Zoberman

Texte intégral

  • 1 Ce programme de recherche s’inscrit explicitement dans la suite des réflexions en termes de poétiqu (...)
  • 2 Joan W. Scott, « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », 1986 ; « Genre : une catégorie (...)
  • 3 Sur ces questions, lire aussi : Christine Planté, « Genre, un concept intraduisible ? », 2003 ; Nic (...)

1Le présent volume est né des réflexions menées en commun dans le cadre des activités du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (CERC – EA 172), lors de trois journées (2015-2016) consacrées à l’exploration des rapports entre les champs de la littérature comparée et des études de genre, dans l’idée qu’ils s’enrichissaient mutuellement ; plus précisément, pour reprendre le titre général du cycle, il s’agissait de rapprocher le domaine comparatiste et une catégorie analytique, le gender1. Le terme anglais n’était pas employé (en tout cas pas seulement) pour mettre en exergue l’altérité culturelle de la notion (encore qu’historiquement, le gender soit bien une catégorie d’analyse qui a été repérée et construite de l’autre côté de l’Atlantique2). Adopté sous cette forme, le terme évite les ambiguïtés qui caractérisent au contraire celui de genre – avec, en particulier les genres littéraires, qu’on peut d’ailleurs eux-mêmes mettre en relation avec la question d’une écriture genrée. La question de ce que le gender fait à la littérature comparée semblait s’imposer, ne serait-ce que du fait de l’ancienneté relative et du caractère apparemment établi de la discipline comparatiste. Mais cette évidence nous paraissait aussi devoir être dépassée ou en tout cas questionnée : les interrogations et analyses liées au gender s’inscrivent en effet elles-mêmes dans des contextes linguistiques, culturels et épistémologiques différents et divers, terrain qui est justement celui de la littérature comparée3.

  • 4 On ne peut ainsi que regretter le nombre très restreint d’entrées consacrées précisément aux problé (...)
  • 5 Voici quelques exemples de publications portant sur la littérature qui s’emparent de cette probléma (...)

2Une telle enquête apparaissait alors d’autant plus pertinente que le contexte politique et social, au moins en France, mettait au premier plan les débats autour du gender : les remous publics autour de la menace que poserait une prétendue « théorie du genre » étaient alors au comble de leur effervescence, témoignage clair, s’il en était besoin, de ce que le genre soulève, dès qu’on veut faire bouger les lignes, bien des questions dérangeantes et toujours d’une grande acuité. L’interrogation restait d’autant plus urgente que les conceptions genrées dominantes dans la société, les œuvres littéraires et les productions culturelles ne vont jamais de soi. Cependant, si le contexte politico-social renforçait la pertinence de ces rencontres, c’est surtout la promesse d’une avancée sur le plan scientifique qui motivait l’entreprise et qui la rend toujours à nos yeux nécessaire4. Du canon à l’analyse des textes ou des genres littéraires, les Gender Studies qui se sont développées à partir des travaux des féministes des années 1970 et 1980, ont étendu les questionnements (au sens d’enquête, certes, mais aussi de remise en question) aux identités déviantes/dissidentes (LGBTQI) et, dans la perspective de la théorie queer (après Sedgwick et Butler entre autres), à la résistance aux identités. Dans la dernière décennie, la dénaturalisation des genres sexués (et des rôles socialement assignés aux genres) a atteint aussi la masculinité, qui a perdu son caractère d’évidence5. La prise en compte de ces développements théoriques dans les études littéraires a eu pour effet de rendre problématiques les objets culturels transmis de génération en génération de chercheurs et de chercheuses. Il s’agit par exemple d’une réflexion sur le rôle des femmes dans l’émergence du roman en Europe aux débuts de l’époque moderne, ou de la mise en évidence d’une invisibilité culturellement produite de certains objets, de l’effacement ou de l’évaluation négative de tout un pan de la production littéraire et artistique en fonction de critères explicites ou implicites de genre (gender) – donc questions de canon – ou d’une relecture des textes (déjà reconnus ou non par la culture dominante) qui mette en évidence la représentation, la reproduction ou la construction d’identités et de rôles (le masculin, le féminin).

  • 6 Le premier volume de l’Histoire de la sexualité, La Volonté de savoir (1976), qui faisait naître la (...)

3Mais une étude fondée sur une vision du genre comme critère indépendant risquerait de réintroduire les conceptions essentialistes en réaction auxquelles les Gender Studies se sont développées. D’où l’importance de considérer (surtout dans le contexte actuel notamment des études postcoloniales et des Cultural Studies) les approches qui tiennent compte d’autres déterminations sociales (la classe, la « race », etc.), approches qui relèvent de ce qu’on appelle l’intersectionnalité : ces manières de soumettre les textes et objets d’étude à de nouveaux croisements et à de nouveaux regards produisent un effet de mise à distance, qui revient à construire de nouveaux objets – donc un effet heuristique de défamiliarisation. Une approche comparatiste du gender et une réflexion sur le comparatisme au prisme du gender soulèvent également la question de l’historicisation des catégories, comme cela fut (et reste) le cas dans les études liées à la sexualité (après Foucault, au-delà de Foucault, voire parfois, contre les conceptions historicistes rigides que sa chronologie a pu inspirer)6. En outre, même en tenant compte de ces remises en cause, la réflexion sur les constructions du genre court toujours le risque de perpétuer une forme d’assignation fixée du genre. D’où l’importance de tenir compte des développements de la/des théorie/s queer, surtout dans ce qu’elle/s implique/nt de fluidité et de remise en cause de la notion même d’identité.

  • 7 Cf. Donna J. Haraway, « A Cyborg Manifesto: Science, Technology and Socialist-Feminism in the 1980s (...)
  • 8 On nous permettra de citer, même si le passage est bien connu, l’extrait de « Queer and Now » : « t (...)
  • 9 Lire par exemple : Spivak Gayatri Chakravorty, « Imperialism and Sexual Difference », 1986.
  • 10 Ce point était en particulier au centre de la réflexion, toujours en cours, qui a été présentée par (...)

4De là le questionnement qui a guidé l’entreprise et les échanges très riches qui en ont résulté. Comment les nouvelles approches et les nouveaux champs renouvellent-ils les objets littéraires et culturels auxquels la littérature comparée comme discipline s’intéresse ? Les questionnements et méthodes comparatistes articulées à ceux qui sont issus des études de genre permettent-ils de faire émerger de nouveaux objets et perspectives d’étude, ou même de penser des objets absents ? Comment le gender modifie-t-il, théoriquement et concrètement, nos pratiques comparatistes ? Pour être vraiment fructueuses, ces questions devaient être posées tant pour l’Antiquité que pour les débuts de l’époque moderne ou l’époque contemporaine, tant dans le domaine occidental que dans les domaines extra-occidentaux. Le texte de Paul Allen Miller (« Queering Plato : Foucault on Philosophy as Self-fashioning and Resistance in Plato’s 7th Letter »), qui lit Foucault lecteur de Platon, circule précisément entre ces déterminations d’époque et de culture, en un croisement particulièrement révélateur pour la problématique du volume. Les études de genre et les Queer Studies, dans leur logique de remise en cause des évidences de l’identité, ont aujourd’hui partie liée, pour leurs méthodes mais aussi pour leurs objets, avec les approches intersectionnelles. C’est d’ailleurs la problématisation de la notion même de croisement, au fondement de l’intersectionnalité qui constitue le point focal. Ainsi, l’article d’Alexandra Bourse, « Analyse intersectionnelle d’identités qui “passent pour” dans la littérature des Amériques », propose de voir dans la littérature, et en particulier dans les fictions du passing, un site privilégié où Postcolonial Studies et Gender Studies se croisent de manière productive. La figure du métis, ou plutôt de la métisse, lui sert de point de départ pour cette entreprise de reconceptualisation du croisement. Il s’agit donc ici de réexaminer les modalités et formes que la notion revêt – croisement littérature comparée et gender, croisement des champs et disciplines, bien sûr, mais aussi problématique intersectionnelle, on l’a vu, ou même intermédialité. Le réflexion de Liedeke Plate (« Moving Words, Crossing Boundaries : Anne Carson’s Queer Books and the Material Turn in Comparative Literary Studies »), par exemple, analyse les effets que produisent sur les pratiques comparatistes l’attention portée à la matérialité du texte comme objet, et plus généralement le material turn qui caractérise la culture actuelle, aussi en ce que les changements de paradigme de lecture et de maniement des textes sont profondément articulés à des déterminations et stratégies genrées. On peut alors se demander dans quelle mesure il est possible de repenser les déterminations qui constituent la notion même d’intersectionnalité, hors de la triade classique « race, class, gender », en fonction des différents contextes sociaux, culturels, historiques, etc., en combinant d’autres facteurs (géographique, politique, idéologique, générationnel, d’intégrité physique, etc.). Déstabilisant les catégories, cette lecture rejoint immédiatement la problématique plus générale du queer, avec l’œuvre d’Anne Carson et ses livres queer. Peut-être faut-il envisager l’hypothèse selon laquelle intriquer la discipline de la littérature comparée et la catégorie du gender produirait un effet toujours potentiellement queer. Danielle Perrot-Corpet, dans son article « Affinité de la littérature et du comparatisme au prisme de la théorie queer : à propos de la ‘vertu’ foucaldienne selon Judith Butler », s’appuie aussi, comme Paul Allen Miller, sur la lecture d’une lecture. Cette fois, c’est Foucault qui est lu, et la lectrice est Butler. Il s’agit à la fois de montrer les limites du tournant culturaliste d’un certain comparatisme français et la capacité que littérature et théorie queer partagent de faire advenir l’imprévisible et de donner aux êtres que la normativité sociale marginalise leur pleine humanité. Au moment même où la réflexion sur le gender se déplace vers les remises en cause queer de l’identité, on voit se profiler d’autres enjeux : le recentrement de l’humain n’implique-t-il pas, du même coup, une réflexion sur le post-humain7 ? En tout cas le queer, dans sa relation d’opposition avec le normal, le dominant, le légitime, constitue de fait une formidable puissance d’ébranlement dont les fondements et effets rejoignent et redoublent ici ceux qui sont mis en œuvre par les perspectives comparatistes. Forces de perturbation, le queer comme la littérature comparée ouvrent décidément les frontières pour bousculer les régulations, normativités et hiérarchies8. Cela permet également de rappeler, si besoin était, les articulations fondamentales entre les questionnements qui sont ceux des études de genre et ceux des études postcoloniales, les enjeux de circulations et d’échelles, qui s’ancrent solidement dans le champ des recherches comparatistes9. Cela conduit enfin à questionner nos propres ancrages et les territoires à partir desquels nous interrogeons les objets de recherche10.

  • 11 Cela serait alors aussi à articuler à une réflexion intermédiale : le « male gaze » et le principe (...)

5Si les frontières disciplinaires et les bases sur lesquelles ont peut penser les relations réticulées de manière plus ou moins complexe entre la littérature comparée et le gender se trouvent ainsi remises en cause, c’est aussi la chronologie du genre et de la sexualité qui demande à être explorée. De fait, ce volume accorde une large place aux productions des débuts de l’époque moderne. La réflexion de Guiomar Hautcœur sur les novelas d’une auteure que la critique récente a souvent caractérisée comme proto-féministe, María de Zayas (« Lire les novelas de María de Zayas aujourd’hui : défense des femmes et pensée du genre »), met en exergue une auteure d’autant plus intéressante pour la littérature comparée qu’elle a été traduite en France dès le dix-septième siècle à plusieurs reprises, par des écrivains hommes et a donné lieu à des polémiques sur la reconnaissance du talent des écrivaines. Véronique Lochert s’intéresse, quant à elle, à la fois à la figure de la spectatrice de théâtre en France et en Angleterre et aux spectatrices réelles de l’époque (« Gender et réception : pour une étude des spectatrices de théâtre aux xvie et xviie siècles »), autre occasion de réfléchir à la place des femmes dans la culture européenne des débuts de l’époque moderne et d’ouvrir la question passionnante des réceptions genrées qui demanderait à être élargie (à d’autres époques et d’autres pratiques que le théâtre) et approfondie11. C’est aussi sur les femmes que porte l’article de Kim Anh Chevalier, et plus précisément sur la conception d’une méchanceté spécifiquement féminine (« La méchanceté des femmes dans la littérature du xviie siècle : un imaginaire spécifiquement masculin ? »). On voit comment des catégories comme le gender ou le queer sont, non seulement pertinentes, mais utiles et même nécessaires pour la constitution et l’étude d’objets culturels et littéraires. On constate aussi à quel point la prise en compte des spécificités des périodes considérées permet de combiner les apports des théories contemporaines et un historicisme responsable – ce qui est une manière de répondre aux accusations d’anachronisme régulièrement portées à l’encontre des chercheuses et chercheurs qui s’intéressent au gender au passé comme autant de dispositifs littéralement conservateurs.

  • 12 Cela place aussi cet ensemble de réflexions dans la continuité d’un autre programme de recherche du (...)

6Nouveaux croisements, intermédialité, remise en cause des périodicités et remise en cause des identités figées elles-mêmes : l’interaction entre littérature comparée et gender apparaît ainsi clairement comme dynamique et fructueuse. Mais penser la littérature en termes de croisements et de passage, c’est aussi penser en termes de traduction – d’autant plus si l’on tient compte du titre même de la revue qui accueille le présent ensemble de réflexions : Trans–. Lily Robert-Foley interroge précisément la traduction, non seulement au prisme du genre, par exemple à travers la sexualisation de l’activité même de traduction dans les descriptions et métaphores rendant compte de la pratique, mais plus précisément comme un geste subversif, en évoquant « La traduction queere », qui explore l’impact de la pensée queer sur la traductologie et les études de traduction, et propose une remise en cause du rapport entre original et traduction, en termes genrés, en rejetant le primat de l’origine12. La question de la traduction traverse du reste beaucoup plus largement les textes que nous avons réunis, dans la mesure où elle touche directement aux enjeux de circulation – des textes, des théories, des concepts – qui reposent toujours déjà sur des rapports de pouvoir complexes et tendus, mais aussi à la définition même de la traduction et de ce qui s’y joue, concrètement comme théoriquement.

  • 13 Sans être exhaustifs, citons Tristan Alonge, Anne-Marie Auger, Maël Baussand, Alexandra Bourse, Kim (...)

7Il n’y a, au terme du parcours proposé, d’autre conclusion que la constatation de l’efficacité du questionnement et des remises en question qu’engendre la question précisément de ce que le gender fait à la littérature comparée et de la manière dont la littérature comparée, en retour, affecte la pensée et les théories sur le genre. Délimitations chronologiques et frontières géographico-culturelles se trouvent bousculées par une mise en regard de la littérature comparée et du gender. Les effets s’en ressentent aussi bien dans l’interprétation des canons littéraires et culturels que dans l’appréciation des genres littéraires ou des territoires culturels eux-mêmes. Nous avons pu en particulier le mesurer lors de ces trois journées grâce à des interventions et participations de jeunes docteur.e.s et doctorant.e.s venu.e.s présenter des travaux achevés ou en cours et prendre part à nos discussions, qui ont permis d’appréhender à la fois la richesse des recherches en cours, la dimension résolument internationale des réseaux et synergies de recherche et la fécondité des problématiques13. Nous espérons que les réflexions et perspectives ouvertes lors de nos échanges et dans les textes publiés ici continueront d’innerver nos travaux de recherche.

Albenga, Viviane, « Stabiliser ou subvertir le genre ? Les effets performatifs de la lecture », Sociologie de l’Art, n° 2, 2011, p. 31-43.

Albert, Nicole G., « Genre et Gender : un outil épistémologique transdisciplinaire », Diogène, n° 225, 2009, p. 3-4.

Banoun, Bernard, Tomiche, Anne, Zapata, Monica (dir.), Fictions du masculin dans les littératures occidentales, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Biasio, Anna de (dir.), Per uno studio materialistico della letteratura, Allegoria, n° 61 : « Declinare il Maschile », 2010.

Cervulle, Maxime, Farges, Patrick, François, Anne Isabelle (dir.), Marges du masculin. Exotisation, déplacements, recentrement, Paris, L’Harmattan, coll. « Identités, Genre, Sexualités », 2015.

DeJean, Joan, « Lafayette’s Ellipses : the Privileges of Anonimity », PMLA, n° 99.5, oct. 1984, p. 884-902.

Détrie Muriel, Le Blanc Claudine, « Des copies originales. Les traductions sans texte premier », TRANS–, n° 22, 2017, en ligne. Consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/​trans/​1611

Ferguson, Gary (dir.), L’Homme en tous genres. Masculinités, textes et contextes. Itinéraires. Littératures, Textes, Cultures, n° 1, 2008.

Foucault, Michel, Histoire de la sexualité. vol. 1, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

Halperin, David, How to Do a History of Homosexuality, Chicago, University of Chicago Press, 2004.

____, One Hundred Years of Homosexuality and Other Essays on Greek Love, New York, Routledge, 1990.

Haraway, Donna J., « A Cyborg Manifesto : Science, Technology and Socialist-Feminism in the 1980s », Socialist Review, n° 80, 1985, p. 65-108 ; Manifeste Cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils Éditeur, 2007.

Horlacher, Stefan (dir.), Configuring Masculinity in Theory and Literary Practice, Leyde/Boston, Brill/Rodopi, 2015.

Krammer, Stefan, « Fiktionen des Männlichen. Männerforschung als literaturwissenschaftliche Herausforderung », in Krammer, Stefan (dir.), MannsBilder : Literarische Konstruktionen von Männlichkeiten, Vienne, WUV, 2007, p. 15-36.

Martínez, Oliva Jesús, El desaliento del guerrero. Representaciones de la masculinidad en el arte de las décadas 80 y 90, Murcia, CENDEAC, 2005.

Miller, Nancy K., « Emphasis Added : Plots and Plausibilities in Women’s Fiction », PMLA, n° 96.1, janv. 1981, p. 36-48.

Mulvey, Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, vol. 16, n° 3, 1975, p. 6-18 ; « Plaisir visuel et cinéma narratif », trad. Gabrielle Hardy, mis en ligne le 20 février 2012. Consulté le 17 janvier 2018. URL : http://www.debordements.fr/​spip.php?article25

____, « Afterthoughts on ‘Visual Pleasure and Narrative Cinema’« , Framework, n° 15-16-17, 1981, p. 12-15.

Murphy, Peter F., « Introduction : Literature and Masculinity », in Murphy, Peter F. (dir.), Fictions of Masculinity. Crossing Cultures, Crossing Sexualities, New York, New York UP, 1994, p. 1-17.

Parini, Lorena, « Le concept de genre : constitution d’un champ d’analyse, controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », Socio-logos, n° 5 [En ligne], 2010. Consulté le 17 janvier 2018. URL : http://socio-logos.revues.org/​2468

Planté, Christine, « Genre, un concept intraduisible ? », in Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, et al. (dir.), Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 127-136.

Pollock, Griselda, Differencing the Canon : Feminism and the Histories of Art, Londres, Routledge, 1999.

Reddock, Rhoda E. (dir.), Interrogating Caribbean Masculinities, Kingston, The University of the West Indies Press, 2004.

Rennes, Juliette (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, 2016.

Scott, Joan W., « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, vol. 91, n° 5, déc. 1986, p. 1053-1075 ; « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », trad. Éléni Varikas, in Joan Scott. Le Genre de l’histoire, Cahiers du GRIF, printemps 1988, p. 125-153.

____, « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, n° 225, 2009/1, p. 5-14. Consulté le 23 janvier 2018. URL : https://www.cairn.info/​revue-diogene-2009-1-page-5.htm

Sedgwick, Eve Kosofsky, « Queer and Now », Tendencies, Durham (NC), Duke UP, 1993, p. 1-20.

Seifert, Lewis C., Manning the Margins : Masculinity and Writing in Seventeenth-Century France, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2009.

Spivak, Gayatri Chakravorty, « Imperialism and Sexual Difference », Oxford Literary Review, vol. 8, n° 1-2, 1986, p. 225-244.

Stephan, Inge, « “Gender”. Eine nützliche Kategorie für die Literaturwissenschaft », Zeitschrift für Germanistik, n° 11/1, 1999, p. 25-35.

Tholen, Toni, « Männlichkeiten in der Literatur. Überlegungen zu einer männlichkeitssensiblen Literaturwissenschaft », in Behnke, Cornelia, Lengersdorf, Diana, Scholz, Sylka (dir.), Wissen – Methode – Geschlecht : Erfassen des fraglos Gegebenen, Wiesbaden, Springer, 2014, p. 235-247.

Tomiche, Anne, Zoberman, Pierre (dir.), Littératures et identités sexuelles, Publications de la SFLGC, Nîmes, Champ social, coll. « Poétiques comparatistes », 2007.

Vincendeau, Ginette, Reynaud, Bérénice (dir.), CinémAction, « Vingt ans de théories féministes sur le cinéma », n° 57, 1993.

Zhong, Xueping, Masculinity Besieged? Issues of Modernity and Male Subjectivity in Chinese Literature of the Late Twentieth Century, Durham (NC), Duke UP, 2000.

Haut de page

Notes

1 Ce programme de recherche s’inscrit explicitement dans la suite des réflexions en termes de poétiques comparatistes, qui avaient ouvert la voie il y a dix ans : Anne Tomiche et Pierre Zoberman (dir.), Littérature et identités sexuelles, 2007. Nous tenons d’ailleurs à remercier Anne Tomiche qui avait accepté notre invitation à ouvrir ce programme de recherche avec une réflexion générale intitulée « Croiser littérature comparée et études de genre. Le cas des avant-gardes » (6 février 2015).

2 Joan W. Scott, « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », 1986 ; « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », trad. Éléni Varikas, 1988. La question posée alors est encore pour elle d’actualité : « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », 2009. Mentionnons aussi, outre-Rhin, l’article d’Inge Stephan, « “Gender” : une catégorie utile pour les études littéraires », qui fait expressément écho au texte de référence de Scott pour ancrer, dès 1999, le genre (ou plutôt le gender, puisque Stephan garde le terme anglais) dans le vocabulaire théorique contemporain : « “Gender”. Eine nützliche Kategorie für die Literaturwissenschaft », 1999.

3 Sur ces questions, lire aussi : Christine Planté, « Genre, un concept intraduisible ? », 2003 ; Nicole G. Albert, « Genre et Gender: un outil épistémologique transdisciplinaire », 2009 ; Lorena Parini, « Le concept de genre : constitution d’un champ d’analyse, controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », 2010.

4 On ne peut ainsi que regretter le nombre très restreint d’entrées consacrées précisément aux problématiques des études littéraires en général et de la littérature comparée en particulier, dans l’Encyclopédie critique du genre pourtant excellente qui vient de paraître. Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, 2016.

5 Voici quelques exemples de publications portant sur la littérature qui s’emparent de cette problématique : Peter F. Murphy, « Introduction: Literature and Masculinity », 1994 ; Xueping Zhong, Masculinity Besieged? Issues of Modernity and Male Subjectivity in Chinese Literature of the Late Twentieth Century, 2000 ; Rhoda E. Reddock, (dir.), Interrogating Caribbean Masculinities, 2004 ; Jesús Martínez Oliva, El desaliento del guerrero. Representaciones de la masculinidad en el arte de las décadas 80 y 90, 2005 ; Stefan Krammer, « Fiktionen des Männlichen. Männerforschung als literaturwissenschaftliche Herausforderung », 2007 ; Gary Ferguson (dir.), L’Homme en tous genres. Masculinités, textes et contextes, 2008 ; Lewis C. Seifert, Manning the Margins: Masculinity and Writing in Seventeenth-Century France, 2009 ; Anna de Biasio (dir.), Per uno studio materialistico della letteratura, 2010 ; Bernard Banoun, Anne Tomiche, Monica Zapata (dir.), Fictions du masculin dans les littératures occidentales, 2014 ; Toni Tholen, « Männlichkeiten in der Literatur. Überlegungen zu einer männlichkeitssensiblen Literaturwissenschaft », 2014 ; Stefan Horlacher (dir.), Configuring Masculinity in Theory and Literary Practice, 2015 ; Maxime Cervulle, Patrick Farges, Anne Isabelle François (dir.), Marges du masculin. Exotisation, déplacements, recentrement, 2015.

6 Le premier volume de l’Histoire de la sexualité, La Volonté de savoir (1976), qui faisait naître la sexualité comme discours et comme composante de l’identité au milieu du xixe siècle, est à l’origine d’une chronologie dogmatique, reprise et rigidifiée en particulier par David Halperin (One Hundred Years of Homosexuality, 1990). Malgré quelques correctifs, son How to Do a History of Homosexuality (2004) rejetait toujours toute possibilité de penser les paradigmes antérieurs en termes d’identité sexuelle, et, implicitement, de genre. La réflexion des féministes américaines comme Nancy Miller (« Emphasis Added : Plots and Plausibilities in Women’s Fiction » 1981) et Joan DeJean (« Lafayette’s Ellipses : the Privileges of Anonimity » 1984) sur le xviie siècle, avait déjà ouvert la voie. Les travaux de bien des chercheuses et chercheurs ont depuis aidé à repenser cette périodisation (certains ont été cités plus haut, et les contributions de ce volume qui renvoient aux débuts de l’époque moderne, ou même à l’Antiquité, sont un bon témoignage de la vitalité des recherches sur la sexualité, le gender et le queer avant l’avènement de la sexualité selon Foucault).

7 Cf. Donna J. Haraway, « A Cyborg Manifesto: Science, Technology and Socialist-Feminism in the 1980s », 1985 ; Manifeste Cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, 2007. Cette question, en lien avec les enjeux de biopolitique du genre, était aussi au cœur de la réflexion, s’inscrivant dans une recherche en cours, de Marie de Gandt. Sa présentation était intitulée : « La théorie des règles : objet absent, objet impropre ? ».

8 On nous permettra de citer, même si le passage est bien connu, l’extrait de « Queer and Now » : « the open mess of possibilities, gaps, overlaps, dissonances and resonances, lapses and excesses of meaning when the constituent elements of anyone’s gender, of anyone’s sexuality aren’t made (or can’t be made) to signify monolithically. The experimental linguistic, epistemological, representational, political adventures attaching to the very many of us who may at times be moved to describe ourselves as (among many other possibilities) pushy femmes, radical faeries, fantasists, drags, clones, leatherfolk, ladies in tuxedoes, feminist women or feminist men, masturbators, bulldaggers, divas, Snap! queens, butch bottoms, storytellers, transsexuals, aunties, wannabes, lesbian-identified men or lesbians who sleep with men, or… » (Sedgwick 1993 : 8).

9 Lire par exemple : Spivak Gayatri Chakravorty, « Imperialism and Sexual Difference », 1986.

10 Ce point était en particulier au centre de la réflexion, toujours en cours, qui a été présentée par Inès Horchani sur « Gender Studies et littératures issues du monde arabe » : d’où appréhendons-nous les textes littéraires et comment nous situons-nous à leur égard ? Quelles sont les légitimités différenciées d’un regard interne et participant (aussi impliqué dans une dimension militante) par rapport à un point de vue exogène, à distance (linguistiquement, culturellement, historiquement) ? Ces questions des savoirs situés et de la position du chercheur ou de la chercheuse, centrales, ne sont en l’occurrence pas propres à une aire spécifique, mais traversent nos pratiques comparatistes et la recherche.

11 Cela serait alors aussi à articuler à une réflexion intermédiale : le « male gaze » et le principe de regard genré ont déjà été bien explorés dans les domaines des beaux-arts ou du cinéma ; la question de la lecture genrée en revanche n’a guère encore été pensée. Voir, pour le cinéma : Laura Mulvey, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », 1975 ; « Plaisir visuel et cinéma narratif », trad. Gabrielle Hardy, 2012. Une traduction partielle était déjà parue dans Ginette Vincendeau, Bérénice Reynaud (dir.), Vingt ans de théories féministes sur le cinéma, 1993. Le modèle proposé par Mulvey en 1975 a été soumis à de nombreuses révisions, y compris par son auteure : en 1981, la théoricienne et cinéaste britannique admet les limites d’une analyse qui assigne au sujet féminin une place nécessairement passive et reconnaît la possibilité d’une identification au-delà du binarisme masculin/féminin (Laura Mulvey, « Afterthoughts on ‘Visual Pleasure and Narrative Cinema’ », 1981). Pour les beaux-arts, on se reportera en particulier aux historien.ne.s d’art féministes, par exemple Griselda Pollock, Differencing the Canon: Feminism and the Histories of Art, 1999. En France, voir les travaux de Catherine Gonnard, Fabienne Dumont ou Elisabeth Lebovici. Concernant les textes littéraires et la lecture analysée au prisme du genre, des travaux, menés souvent dans une perspective didactique, ont commencé à voir le jour. Par exemple : Viviane Albenga, « Stabiliser ou subvertir le genre ? Les effets performatifs de la lecture », 2011.

12 Cela place aussi cet ensemble de réflexions dans la continuité d’un autre programme de recherche du CERC, « Des copies originales : les traductions sans texte premier » dirigé par Muriel Détrie et Claudine le Blanc, qui s’est développé en parallèle du nôtre, faisant émerger des résonances et convergences affirmées. Ce programme est publié dans le numéro 22 de la revue en ligne TRANS– (2017).

13 Sans être exhaustifs, citons Tristan Alonge, Anne-Marie Auger, Maël Baussand, Alexandra Bourse, Kim Anh Chevalier, Melinda Cro, Sandra Folie, Matthieu Dupas, Viviane Griveau-Genest, Marie-Pierre Harder, Shiau-Ting Hung, Audrey Lasserre, Amanda Murphy, Heta Rundgren, Émilie Thomas-Mansour, Florent Wurth. C’est aussi par leur présence active et dynamique que ces journées ont été aussi riches. C’est enfin l’occasion pour nous de remercier ici nos collègues du CERC qui ont permis ces échanges et y ont pris activement part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Isabelle François et Pierre Zoberman, « Littérature comparée et Gender », TRANS- [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 11 novembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/trans/1828 ; DOI : 10.4000/trans.1828

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page