Navigation – Plan du site

Vers une traduction queere

Lily Robert-Foley

Résumés

Cet article vise à cartographier un ensemble de convergences qui existent entre les deux champs de recherche que sont la Traductologie et la pensée Queer. Il commence en se situant dans le contexte culturel de sa langue ; le français, et considère ensuite l’histoire de la réception du mot « queer » en France (écrit ici avec l’accord au féminin : traduction queere). Il poursuit avec l’analyse des points d’intersection, notamment en ce qui les critiques qui tournent autour de certaines notions clés telles que : l’origine, la performance et la performativité, le détournement et les binaires régénératifs. Il conclut enfin en proposant une piste de recherche pour l’avenir qui s’écarterait de la théorie pour chercher une pratique de la traduction queere.

Haut de page

Texte intégral

« Traduction donc : ordure, taré, pédé, anormal, gouine, trou du cul, malsain, vraiment bizarre ! »
Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, 150

1. Décalage horaire

  • 1 J’emploierai les majuscules lorsqu’il s’agit des champs de recherche.
  • 2 Heike Bauer (dir.), Sexology and Translation, 2010 ; Christopher Larkosh (dir.), Re-Engendering Tra (...)
  • 3 B.J. Epstein et Robert Gillet, Queer in Translation, 2017.
  • 4 Brian James Baer et Klaus Kaindl, Queering Translation/Translating the Queer: Theory, Practice, Act (...)
  • 5 « Queerying translation can also be seen as part of an active construction of queer identity/ies ac (...)

1Jusqu’à 2017, penser ensemble le Queer et la Traduction1 restait une activité secondaire des réflexions sur le genre et la traduction2, qui restait elle-même une sous-activité de la traductologie dans les écrits universitaires en anglais comme en français. Mais les années 2017 et 2018 voient une véritable explosion des écrits sur la question, notamment à travers la parution de deux grands volumes : Queer in Translation3 et Queering Translation/Translating the Queer: Theory, Practice, Activism4. Dans les deux cas, la question se pose : est-ce que l’on considère ce que la Traduction fait au Queer ou est-ce que l’on considère ce que le Queer fait à la Traduction ? Nous allons davantage nous intéresser à cette dernière, tout en sachant qu’une séparation nette est insuffisante et impossible. Penser la Traduction au sein du Queer, penser ce que la Traduction fait au Queer, implique forcément de se poser la question de la construction de catégories d’identités, comme dans la notion de « queerying translation » chez Shalmee Palekar, que je traduis ici par « enqueerer » afin de tâcher de reconstruire la paronomase entre « queer » et « query » (enquêter) : « Enqueerer la traduction peut également être considéré comme faisant partie d’une construction active de l’identité ou des identités queere.s à travers des contextes culturels différents5. » Enqueerer reviendrait donc à penser l’identité en traduction, c’est-à-dire à travers les constructions mouvantes ancrées dans des spécificités culturelles qui la génèrent.

2Queer in Translation, le premier des deux volumes parus, se préoccupe justement en grande partie de la Traduction du Queer, et de la traduction des identités queeres à travers une diversité de cultures. Il porte donc une attention particulière à la façon dont

  • 6 « Culturally specific literary practices and communities are often appropriated and decontextualize (...)

les pratiques et communautés littéraires culturellement spécifiques sont souvent appropriées et décontextualisées par les chercheur.e.s en quête d’une preuve d’une expérience/identité queere qui pourrait être traduite de façon lisible et transparente à travers le monde6.

  • 7 Kimberlé Crewnshaw, « Mapping the Margins : Intersectionality, Identity Politics, and Violence Agai (...)
  • 8 Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », 1988.
  • 9 Sara Ahmed, « A Phenomenology of Whiteness », 2007.

3Il cherche ainsi à réfléchir le « Queer en Traduction » sans mettre à l’écart les enjeux postcoloniaux. On retrouve là le souci de la préoccupation anti-essentialiste de ne pas agglomérer tous les engagements ensemble, dans une même rubrique d’abstraction universaliste impensée et blanche par défaut. C’est un souci qui traverse les sciences humaines en langue anglaise, notamment le féminisme, depuis presque cinquante ans, et que je ferais remonter de façon symbolique à la sortie de This Bridge Called My Back en 1981 (Anzaldúa/Moraga éds.). Dès lors, cette thématique réapparaît de façon canonique à travers les notions telles que l’« intersectionnalité » chez Kimberlé Crenshaw7, la « positionnalité » chez Gayatri Spivak8, et la réflexion sur la « blanchitude » ou « blanchité » (whiteness) chez Sara Ahmed9. Ce souci touche également à la pensée de la signification et du signe en traduction, comme nous allons le voir, en ce qui concerne l’hégémonie d’un signifié transcendant et transparent qui régit les phénomènes particuliers, et éclipse l’expression de leurs différences spécifiques (Epstein et Gillet : 2 ; Niranjana 55, cité ci-dessous).

4Le deuxième ouvrage, qui paraît en 2018, Queering Translation/Translating the Queer: Theory, Practice, Activism, s’avère, quant à lui, s’intéresser davantage à ce que le Queer peut faire pour la Traduction, en se posant la question suivante :

  • 10 « How might the rendering of queer phenomena across languages and cultures challenge our understand (...)

De quelle façon la représentation des phénomènes queers à travers les langues et les cultures peut-elle poser un défi à notre compréhension de la traduction comme théorie et comme pratique ? Et en même temps, une attention portée à la traduction peut maintenir l’intégrité des études sur le Queer, les aider à ne pas perdre le fil de leur trame anti-hégémonique, et obliger les chercheur.e.s à en interroger les profonds présupposés occidentaux qui sont peut-être par ailleurs spécifiquement anglophones10.

  • 11 Pour mesurer le temps de la traduction des études de genre, il suffit de comparer la trajectoire de (...)
  • 12 L’exemple par excellence de ce mépris et refoulement au sein de l’université française est sans dou (...)

5Alors, au cœur de la conjugaison de Queer et Traduction à l’ère très actuelle de la recherche universitaire anglophone, se trouve la nécessité de savoir se situer, comme processus de mise en cause des pratiques essentialistes qui figent l’identité ou qui rassemblent des phénomènes sous un même signe masculin, blanc, ou anglophone. Réfléchir à la traduction, et au queer en traduction, demande forcément un savoir situé, ne serait-ce que parce que personne ne peut parler toutes les langues. Un premier décalage entre nous et ces deux ouvrages s’annonce d’emblée : bien que cet article soit écrit par une anglophone, il n’est pas destiné à une culture de réception anglophone. C’est pourquoi nous allons nous poser la question de la « Traduction Queer», à savoir, une réflexion sur la Traduction et le Queer, en traduction, en France. Les deux ouvrages cités plus haut n’étaient pas encore disponibles en France au moment de la finalisation de cet article (qui a d’abord été écrit en 2016, avant la parution des deux ouvrages). Ils existent en format e-book, mais à des prix prohibitifs, selon les pratiques d’exclusion des cultures universitaires et éditoriales qui les ont produits (les deux sont publiés par Routledge). Pour une chercheuse en poste à l’université, le processus de demande d’achat des livres est lent et compliqué, surtout pour une excentrée, et pour une chercheuse en précarité, potentiellement impossible. Nous ne faisons pas ce constat uniquement pour nous plaindre, mais aussi pour attirer l’attention sur un effet de « décalage », qui ressemble fortement à celui déclenché par l’hégémonie de la langue anglaise. Ce décalage engendré par le délai de l’accès aux livres vient redoubler un effet de retard qui est justement aussi le propre de la traduction11. En France il existe actuellement un article sur la Traduction et le Queer (2008), de Nadia Louar, en poste aux États-Unis, ce qui n’est sans doute pas anodin. Et les réflexions sur le postcolonial mises en avant dans les deux ouvrages cités ci-dessus vont de pair avec une injonction pour toute recherche souhaitant s’interroger sur le privilège blanc et US/euro-centré qui demeure très fort dans nombre d’universités. Pourtant, cette injonction est très souvent confrontée en France à des malentendus, sinon du mépris, ou pire encore, un silence et un refoulement12. En cela aussi, nous avons du retard.

6 Réfléchir sur la traduction pose d’emblée, et à chaque fois, un tourbillon d’enjeux de rapports de pouvoir à trajets et à interstices multiples et conflictuels, tout comme la pensée de la construction des identités queer(es) en traduction. Et il ne sert à rien de s’obstiner dans le refoulement. Toute réflexion sur une pratique de Traduction Queere doit commencer par se situer, et, pour nous, cela voudra tout d’abord dire se situer dans la langue française, avec l’accord grammatical entre l’adjectif du mot « queer », le mot au féminin « la traduction », accord qui marque la différence entre « queer » et « queer ». Cela signifiera également se situer au sein de l’Université en France, et donc avec un peu de décalage horaire. Nous explorerons quelques connexions (problématiques) entre la pensée de la traduction et la pensée queere, pour ensuite conclure sur la proposition d’une pratique qui se veut « traduction queere ».

2. Retour vers les futurs féministes

  • 13 « […] translation (as woman) and original (as husband, father) » (Chamberlain 2000 : 315).
  • 14 Jerome McGann et Lisa Samuels, « Deformance and Interpretation » : http://www2.iath.virginia.edu/ (...)

7C’est en 1986 que l’expression « feminist translation » a vu le jour dans le cadre d’un titre de panel organisé par Sherry Simon à un colloque sur la traduction littéraire. Si la traduction féministe peut être une optique de lecture qui cherche à mettre en valeur le travail des traductrices ou à exposer des instances de misogynie dans l’histoire de la traduction, elle peut également concerner une lecture féministe des discours qui entourent la traduction, lecture qui expose alors leur dimension genrée, par exemple dans celle que propose Lori Chamberlain des « belles infidèles », où la traduction est codée comme contrat de fidélité entre « la traduction (comme femme) et l’original (comme mari, père)13 ». De même, elle peut concerner une lecture des architectures misogynes de la langue (entre français et anglais dans le cas de Lotbinière-Harwood), au niveau de la grammaire, lorsqu’on adopte le masculin comme forme de neutre par exemple, ou dans son métadiscours, par exemple dans une série d’homologies qui lierait le corps à la femme et l’esprit à l’homme. Enfin, chez Susanne de Lotbinière-Harwood et plus tard dans le travail de Luise von Flotow, la traduction féministe devient une pratique. Von Flotow caractérise cette pratique par le paratexte (« prefacing and footnoting ») et les interruptions : « supplementing » (nuancer), « highjacking » (s’approprier). Une analogie thématique s’annonce ainsi entre l’invisibilité du traducteur et celle de la femme. Cette pratique de traduction féministe va à l’encontre de la doxa de la traduction, car il s’agit de changer l’original et de « trahir » l’autorité de la voix de l’auteur. La traduction devient alors le lieu d’une négociation de pouvoir, voire d’une administration de justice – elle n’est plus une activité transparente : elle ne veut pas préserver les injustices du passé, elle voudrait les changer, et elle s’appuie sur la capacité transformante, voire déformante14 offerte par la traduction pour le faire. Une alliance s’annonce donc au niveau d’une pratique de texte : entre nier le privilège ontologique de l’origine du sens, et se l’approprier ou détourner l’autorité d’un texte comme acte de résistance politique. C’est donc une pratique qui réécrit, non seulement le texte, mais aussi un discours sur les rapports de signification.

  • 15 Les « troubling dualisms »: « self/other, mind/body, culture/nature, male/female, civilized/primiti (...)

8Faire le lien entre le genre et les rapports de signification peut engendrer un système d’« inquiétants dualismes », une chaîne homologique qui nouerait ensemble une série de rapports binaires. Pour cet article j’adopterai celle de Donna Haraway, qui dresse ainsi la série suivante : « soi/autre, corps/esprit, nature/culture, mâle/femelle, civilisé/primitif, réalité/apparence, tout/partie, agent/ressource, créateur/créature, actif/passif, vrai/faux, vérité/illusion, total/partiel, Dieu/homme15 » (Allard/Haraway 2007 : 75). La domination, dans ce modèle, est (post)structurelle, elle se rattache à la structure binaire et se perpétue ainsi. Cette pensée de reproduction structurelle appelle à défaire les hiérarchies binaires, en espérant qu’un renversement quelque part dans la chaîne accomplira le même travail ailleurs. Elle élabore de même une certaine histoire partagée entre le féminisme et le queer : si la catégorie « femme » est une invention de la domination masculine-hétérosexiste, on ne peut pas revenir sur cette catégorie sans que toute l’armature qui l’a générée tombe en panne : lutter c’est découpler.

3. Effets d’histoire

  • 16 « Translation is no longer restricted to a particular object of investigation, but moves right acro (...)

9Chercher à établir un rapprochement entre la Traduction et le Queer implique de faire dialoguer deux champs immenses, polyglottes et polyphones, interdisciplinaires et transversaux. C’est ce que Doris Bachmann-Medick signalait en 2009 en employant la notion du « translational turn », suite au « cultural turn », dans son introduction à un numéro spécial de la revue Translation Studies consacrée à la notion : « La traduction n’est plus limitée à un objet d’enquête en particulier, mais traverse les disciplines en tant que nouveau mode de savoir et catégorie analytique infléchie par la méthode16 ». La Traduction et le Queer partagent donc ceci dans un premier temps : être moins un objet d’étude qu’un outil ou une optique de lecture. Ils appartiennent tous les deux à l’ère des turns, dont la prolifération fait penser à ce qu’on appelle un spaghetti bowl aux États-Unis pour désigner un entrecroisement de voies et de routes, qui se superposent et se rencontrent, se chevauchent et s’écartent. Et cette prolifération, génératrice de nouvelles créations à partir de l’hybridité, est motivée par un désir d’arriver à la next thing : la traduction queere dans ce sens serait semblable au sushi burrito, délire de la cuisine fusion, certes commercial, mais délicieux. Les facettes néo-libérales du Queer et de la Traduction ont du reste déjà été bien documentées (Alderson 2005 ; Petäjäniemi-Brown 2013 ; Epstein et Gillet 2017 ; Baer et Kaindl 2018).

  • 17 Valérie Traub cite Carla Freccero, Jonathan Goldberg et Madhavi Menon.

10La richesse et les malentendus de l’interdisciplinarité s’y mêlent. Cette interdisciplinarité peut produire des connexions étonnantes et fécondes, mais elle peut aussi conduire à des crispations disciplinaires. Dans un article de 2013, Valerie Traub défend ainsi les méthodes de la discipline de l’Histoire contre les penseurs de la « temporalité queere »17, qui viseraient

  • 18 « […] a mode of inhabiting time that is attentive to the recursive eddies and back-to-the-future lo (...)

un moyen d’habiter le temps qui fait attention aux tourbillons récursifs et aux boucles de retour-vers-le-futur qui passent souvent inaperçus ou sans être valorisés sous les récits officiels de la séquence linéaire qui est considérée comme ce qui structure la vie normative18.

  • 19 « […] empiricism and periodization are judged inimical to queer. » (2013 : 28).

11Cette pensée de « temporalité queere » s’opposerait à une « temporalité hétéro (straight) », linéaire et téléologique, dans laquelle, selon Traub, « on estime l’empirisme et la périodisation comme les ennemis du queer19 ».

  • 20 Selon une intervention de Heta Rundgren au colloque Itinéraires croisés : genre, féminismes et poli (...)

12Ce conflit peut rappeler la dimension du mot « queer » entendue moins dans un sens unique que comme un point de rencontre de plusieurs vecteurs, comme un spaghetti bowl. L’article de Valerie Traub soulève une autre tension importante qui existe au cœur du mot queer : celle entre l’Université et la Rue20. La notion de Queer a été reprise – notamment à partir des écrits d’Eve Kosofsky Sedgwick – comme un outil de recherche qui sert à mettre les termes en mobilité et à déstabiliser les points d’ontologie fixe :

  • 21 « One of the things queer can refer to [is] the open mesh of possibilities, gaps, overlaps, dissona (...)

une des choses à laquelle le queer peut faire référence est le filet de possibilités, d’écarts, de chevauchements, de dissonances et de résonances, de lapsus, et d’excès de signification qui s’ouvre lorsque l’on tente de forcer (souvent sans le pouvoir) les éléments constitutifs du genre ou de la sexualité de quelqu’un à signifier de façon monolithique21.

  • 22 « Identities may be fictions… but they are weighty ones and still do important work » (Traub 2013 : (...)

13Quoique Sedgwick elle-même occupe un espace nuancé entre le dedans et le dehors de la recherche universitaire, les multiples redéploiements par la suite du mot ont parfois eu l’effet de déplacer le terme de son engagement politique et militant vers une appropriation au sein de plusieurs disciplines universitaires. C’est l’usage du mot qui se signale par l’emploi du verbe en anglais « to queer » ou en français, chez Bourcier, « queeriser ». Selon la lecture de Traub, les penseurs de la « temporalité queere » renient toute référence à une identité fixe, tandis que « pour fictionnelles qu’elles soient, les identités possèdent néanmoins un poids non négligeable et font encore un travail important22 ». Dans quelle mesure une critique de l’ontologie téléologique peut-elle nuire aux stratégies politiques du monde « réel » ? Pour le savoir universitaire, s’approprier le mot « queer », n’est-ce pas instaurer un mécanisme de privilège – intellectuel et de classe – qui va tout à fait contre son projet même, lequel consiste à découpler les binarismes de domination ?

  • 23 « […] if queer is maybe used as a definition that queer is anything that deviates from the normal…  (...)
  • 24 Online Etymology Dictionary (page consultée le 15 octobre, 2017), http://www.etymonline.com/word/qu (...)

14Cette tension qui tâtonne, qui reproduit les mécanismes mêmes qu’elle cherche à défaire par sa propre recherche, existe aussi dans les tensions de la traduction, à commencer par la traduction du mot queer. Selon la terminologie de la traductologie, ce mot est un « emprunt », transposé depuis l’anglais sans modification. Mais la traduction modifie toujours, et tout particulièrement quand elle se veut transparente (comme les idéologies qui embrouillent les optiques de domination) ; c’est une allégorie du phénomène des idéologies qui se cachent en pleine vue, comme la notion du « nor-mâle » chez Heta Rundgren (2017). Considérons l’exemple du mot « cake », dont l’emprunt n’a rien à voir avec la traduction (« cake » = « gâteau »). Il s’en va de même pour « queer » qui ne veut pas dire queer, pas exactement. D’abord à l’oreille, « queer » pourrait désigner un matériau pour vêtement ou meuble, ou bien un procédé culinaire. En anglais le sens du mot queer le rapproche des thématiques de la pensée de la traduction : il veut dire « étrange », « bizarre », « monstrueux ». Dans certains cas limites de son usage, queer comme verbe pourrait dire alors « rendre étrange »23, ce qui peut rappeler Antoine Berman sur la traduction et le rapport à l’étranger : « le développement d’une culture propre et nationale peut et doit passer par la traduction, c’est-à-dire par un rapport intensif et délibéré à l’étranger » (Berman 1984 : 56-57). Avant d’être redéployé dans son sens politico-sexuel d’aujourd’hui, dans sa forme verbale, « to queer » pouvait dire « mettre en danger », « interrompre », ou « gâcher ». Ses racines le lient également en proto-indo-européen à terkw : « to turn, twist, wind24 » (tourner, tordre, lover). L’histoire étymologique – performative ou empirique, la question n’est pas là – le relie donc aussi à la traduction, ou du moins à la « version », vertere (tourner).

  • 25 Cox cite la préface de Cusset à la traduction anglaise de son livre The Inverted Gaze: Queering the (...)

15Queer est par ailleurs une appropriation d’un terme péjoratif, qui – même si on le sait – n’aura sans doute pas la même résonance pour un francophone que pour un anglophone qui a connu la violence de ce terme. Ce francophone ne connaîtrait donc pas la force de son appropriation. Le mot « queer », dès lors, raconte une histoire, plusieurs histoires qui prolifèrent en traduction. C’est ce que Lara Cox démontre dans son article « Reaching for Archive Fever : A Tall Tale about Queer ‘Made in France’ » ou elle démêle quelques récits d’origines concernant l’arrivée du mot « queer » en France, notamment celui de François Cusset, qui revendique le statut d’introducteur de la notion en France25 en 2002, juxtaposé avec la publication du livre Q comme queer en 1998 par Le Zoo, un groupe d’activistes, et les Queer Zones de Marie-Hélène Bourcier. Dans l’article de Cox, les échanges entre l’Université et la Rue se chassent et s’entrecroisent, et il en va de même lorsque Bourcier retrace et trouble les lignes de hiérarchies construites dans l’archive. Dans le récit de Cusset, le Queer est défini d’abord par son rapport au phallique (son livre Queer Critics commence par un développement sur le « glory hole »), pour mieux en faire le lieu d’une déstabilisation du canon littéraire. C’est une version des choses. Les écrits de Bourcier en présentent une autre, selon laquelle le Queer serait un entremêlement de théorie et d’engagement politique très noué à la pensée féministe, ce qui est relativement éclipsé dans le livre de Cusset. Cox met en évidence le processus d’effacement des voix militantes de femmes et de queers – à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Université – dans les voies de transmission de ces deux visions.

16Si je parviens à soulever des thématiques communes entre ces deux champs, c’est au moins en partie parce que je les présente dans la lignée d’un héritage post-structuraliste partagé. Je vais donc être appelée à m’appuyer sur beaucoup d’architextes ou d’archicitations. Pour lutter contre le risque que ces références se transforment en clichés, je vais chercher autant que possible à interroger les positionnements de citationnalité qui font de ces textes des autorités dans un genre qui cherche malgré tout à défaire les rapports d’autorité. Les connexions que je cherche à établir sont par ailleurs assez ambitieuses, et regroupent beaucoup de travaux très hétérogènes. Ce faisant, j’effectue sans doute un processus de monumentalisation qui est tout à fait antithétique des ambitions de beaucoup de chercheur.e.s travaillant dans les deux champs. Je le fais quand même, en acceptant la part de paradoxe que cela induit.

  • 26 Elle nous fait penser ici aux travaux de Donna Haraway, Judith/Jack Halberstam et Béatriz/Paul B. P (...)
  • 27 « What makes feminist translation context unique is the transliteration of these concepts that for (...)
  • 28 « Unity-through-domination or unity-through-incorporation » (Haraway 1991 : 8).
  • 29 « What kind of politics could embrace partial, contradictory, permanently unclosed constructions of (...)

17Afin de chercher à remettre en cause la dépendance d’un processus de monumentalisation intellectuelle (de thématiques et de figures de chercheur.e.s) qui continue à ancrer les deux champs de Traduction et de Queer, et qui est un effet secondaire du privilège universitaire, je m’appuie sur un article inédit écrit par une traductrice freelance finlandaise, Soili Petäjäniemi-Brown. Petäjäniemi-Brown propose comme modèle de traduction le mode d’emploi d’un appareil d’assistance de vie. Elle se situe ainsi dans toute une lignée de discours féministes et queers dans lesquels la technologie s’articule avec la biologie pour défaire les binaires humain/machine et, par conséquent, sujet/objet26. La figure du cyborg traverse ses analyses puisque la traductrice est associée voire assimilée à une machine (la traductrice se sert aussi des machines) qui doit suivre la logique comptable du travail de la traduction : elle est payée au mot, et doit travailler très vite sans commettre d’erreurs. Petäjäniemi-Brown traite les points de convergence et de divergence entre les pratiques à l’œuvre dans le marché du travail et la théorisation dans la traduction féministe. Pour ce faire, elle se sert de la notion derridienne de la traduction comme contrat, comme échange et comme économie. Or, bien que Petäjäniemi-Brown relève et dépende du même récit d’origine post-structuraliste que moi, elle marque un point de rupture important : « Ce qui fait de la traduction féministe un contexte unique est la translittération en pratiques de traduction explicitement politiques de ces concepts qui, pour Derrida, signalent une ‘loi de la traduction27’ ». Comme dans la lecture que Cox fait du Queer, la traduction est marquée par sa situation entre théorie et pratique. Par conséquent, les chercheur.e.s auront souvent un désir de s’engager concrètement dans les luttes politiques, et d’explorer quels enjeux pourraient entamer les pratiques textuelles et identitaires contre l’« unité-à-travers-la-domination ou l’unité-à-travers-l’incorporation28 » : « Quel genre de politique pourrait être capable d’accueillir des constructions d’identités personnelles et collectives qui soient à la fois partielles, contradictoires, et ouvertes de façon permanente, et en même temps demeurer féministes-socialistes fidèles, efficaces – et de manière ironique29 ? » Dans la dernière partie de cet article, je proposerai de remettre en cause cette théorisation en montrant que la traduction relève de la pratique : on ne fait pas que penser la traduction, on traduit.

4. Point d’origine

  • 30 « It seems more urgent than ever to be aware of the instability of the ‘original,’ which can be met (...)
  • 31 « […] the cyborg skips the step of original unity » (Haraway 1991 : 3).

18Dans l’expression « point d’origine », il demeure une ambiguïté qui exprime la tension et la difficulté que rencontre la notion d’origine à travers les deux champs que nous essayons de tisser ensemble. « Point d’origine » comme le lieu où se situe l’origine ? Ou « point d’origine » comme « pas d’origine » ? Autrement dit, quelle chronologie, quelle narration peut-on construire pour cette origine ? L’original d’une traduction par exemple, est-ce ce qui précède la traduction, ce qui lui donne tout son sens ? Ou bien la traduction est-elle constituée en amont, fournissant un « originel » qui ne prend sens qu’à partir de la traduction : « Il apparaît qu’il est plus urgent que jamais de se sensibiliser à l’instabilité de l’‘original’, lequel peut être dévoilé à travers la pratique de la traduction30 ». La machine à traduire pourrait donc être conçue comme une sorte de cyborg au sens de Haraway : « Le cyborg saute l’étape de l’unité originelle31 » (Allard/Haraway : 32).

  • 32 « […] origin, a time before what some would call ‘patriarchy’ » (Butler 1990 : 47).

19Nous ne pouvons qu’appliquer ce questionnement à notre propre démarche, où beaucoup de liens tissés vont émaner d’un même « point d’origine » post-structuraliste, selon Bourcier qui, parlant de la théorie queere, y voit un « hypertexte constant qui s’est fait et se refait dans le sillage de la déconstruction » (Bourcier 2001 : 139). Bourcier critique le positionnement de Butler comme archithéoricienne du Queer, et rappelle dans Queer Zones la bifurcation dès l’origine de son usage universitaire des définitions du mot queer, cette « traduction littérale impossible » (150) : « Teresa de Lauretis allait lui donner une tout autre signification qui ne devrait rien à Judith Butler celle-ci ayant d’ailleurs été estampillée reine de la théorie queer par d’autres » (151). Ce questionnement du statut de l’origine est lui-même devenu un mythe d’origine, comme Cox le souligne avec justesse dans sa critique du discours qui place la « French Theory » à l’origine de la pensée queere. La pulsion à re-instaurer le centre est une addiction pharmacopornographique (Preciado), un piège duquel nous ne pourrions nullement sortir, une machine à traduire qui traduit toujours les mêmes syntagmes par les mêmes syntagmes, alors que ces traductions ne font aucun sens dans le contexte, qui se reproduit/régénère comme un virus. Cette machine ne règlerait pas seulement le discours qui entoure la pensée queere, mais son argumentation et son architecture même. Si Butler, dans Gender Trouble notamment, mène une chasse aux récits ontologiques des penseurs de la psychanalyse et du féminisme en visant à exposer toute trace d’identité ou d’essence universelle discursive avant ou après sa construction culturelle, elle fait de cette chasse son propre centre, une « origine, une ère antérieure à ce que certaines appelleraient ‘patriarcat32’ » (Kraus/Butler 2005 : 113). Et comme la machine à traduire, il faudrait critiquer de même le retour constant à l’anglais, langue hégémonique par où Google Translate repasse à chaque traduction entre deux langues qui n’ont pas un dictionnaire bilingue en commun. Par exemple, pour traduire entre le créole haïtien et l’azéri-turc, ou azerbaïdjanais, Google Translate va traduire le créole haïtien vers l’anglais et l’anglais vers l’azéri-turc.

  • 33 « […] converted into a set of demands that govern translators’ translation practices » (Petäjäniemi (...)
  • 34 « The contract… is characterized by a certain excessiveness of immoderation which bespeaks this ine (...)

20La remise en cause du statut de l’origine prend forme dans la pensée de la traduction tout d’abord comme une remise en cause du statut de l’original, et le rapport de pouvoir qui s’y inscrit et s’y reproduit. La dépendance à l’original est liée à l’importance accordée à l’autorité de la voix de l’auteur et à la téléologie herméneutique d’un sens unique : elle repose sur l’idée qu’il peut et doit y avoir une signification définitive et repérable. Privilégier le texte de la traduction et le travail du traducteur est, selon ce modèle, s’engager envers les rapports de pouvoir au sein du signe lui-même. Le privilège donné à la voix de l’auteur de l’original est incarné également dans les rapports du marché du travail de la traduction, où les demandes des contrats de traduction sont « convertis en un ensemble de demandes qui régissent les pratiques de traduction des traducteurs et des traductrices33 » ; « [l]e contrat est caractérisé par un certain excès de démesure qui est témoin de cette inégalité de pouvoir34 ».

  • 35 « The invention of the idea of the original coincides with the period of early colonial expansion w (...)

21Ce rapport à l’autorité confié à l’original a été repensé pour explorer ce que l’optique de la traduction peut faire en conjonction avec la pensée postcoloniale. Dans leur introduction à l’ouvrage collectif Post-Colonial Translation, Susan Bassnett et Harish Trivedi signalent que « l’invention de l’idée de l’original coïncide avec le début de la période de l’expansion coloniale, quand l’Europe a commencé à chercher en dehors de ses propres frontières des territoires à s’approprier35 ». Dans ce modèle, privilégier l’original va de pair avec un discours occidental-colonial. Remettre cela en cause serait donc poser un défi, voire faire un geste émancipateur. Dans un premier temps, ce geste peut prendre la forme d’une critique où le privilège accordé à l’original est associé à une certaine construction du texte, où l’auteur est vu comme « propriétaire » de son texte. Or il y a d’autres manières de penser la traduction – et donc le texte et son auteur. Il suffit en Europe de remonter dans le temps (Berman 1988), ou bien de chercher dans d’autres cultures, où les traductions sont toujours vues comme faisant partie des variations infinies, ou comme les suppléments ou réécritures d’un texte. Shalmee Palekar, citant Sujit Mukherjee, donne l’exemple de l’Inde :

  • 36 « The act of translation has long been an inherent practice in India – the Hindi/Marathi terms ‘anu (...)

L’acte de traduire demeure depuis longtemps une pratique intrinsèque en Inde – le terme en hindi/marathi ‘anuvad’ (parler après ou en suivant) et ‘rupantar’ (changement de forme), comme nous le rappelle Sujit Mukherjee, ‘sont les sens les plus répandus du mot ‘traduction’ en Inde, et ni l’un ni l’autre des deux termes n’exige la fidélité à l’original’ (1994 : 80)… La traduction est le contexte indien36.

  • 37 « Translation… has traditionally been viewed by literary critics in the West (at least since the Re (...)
  • 38 « Its notions of text, author, and meaning are based on an unproblematic, naively representational (...)

22En effet, une critique postcoloniale de la pensée humaniste et universaliste de l’Occident, met l’accent souvent sur sa tendance naturalisante, laquelle peut avoir pour effet d’effacer les spécificités historiques en ramenant tout au « même » du sujet européen, blanc, masculin et hétéronormé. Chez Tejaswini Niranjana la vision humaniste de la traduction tend à effacer les asymétries de pouvoir : « La traduction... est traditionnellement vue par les critiques littéraires de l’Occident (au moins depuis la Renaissance) comme la tâche altruiste qui consiste à jeter les ponts entre les peuples, comme la réalisation humaniste par excellence37 » ; « [s]es notions de texte, auteur et signification sont basées sur une théorie du langage naïvement représentationnelle et dont le manque de problématisation est lié à un refus de considérer les questions de pouvoir et d’historicité38 ». Butler, de même, s’appuie sur la traduction dans sa critique de l’universalisme, qu’elle associe à une économie du même au service d’une connaissance transparente :

  • 39 « Translation cannot be simply assimilation of what is foreign into what is familiar; it must be an (...)

La traduction ne peut pas être limitée à l’assimilation de l’étranger au familier ; elle doit s’ouvrir vers ce qui n’est pas familier, être une dépossession du terrain antécédent, et même une volonté de céder du terrain à ce qui n’est pas d’emblée connaissable au sein des champs épistémologiques établis39

  • 40 « […] the great Original, the starting point, and the colonies were therefore copies or ‘translatio (...)

23Comme pour la traduction féministe, ces asymétries sont visibles également dans les tropes et les métaphores sur la traduction. D’abord, dans les métaphores qui positionnent l’Europe comme « le grand original, le point de départ, et où les colonies étaient donc les copies ou les ‘traductions’ de l’Europe, qu’elles se devaient de dupliquer40 ». Nous pouvons entendre, sans doute, des résonances avec la lecture par Chamberlain de la métaphore des « belles infidèles », où la traduction est la femme et l’original est le mari ou le père. Or ces métaphores peuvent être retournées, ou détournées : ainsi la métaphore du cannibale, tirée du Manifesto Antropófago d’Oswald de Andrade par Haraldo de Campos, définit la pratique de la traduction comme dévorant les textes canoniques de l’Empire pour se nourrir, se régénérer par la voie de l’hybridité, en basculant les asymétries de pouvoir :

  • 41 « ‘Cannibalistic logic’ is a logic of copia. It seeks radical mixing (of genres, registers, sociole (...)

‘La logique cannibale’ est une logique de copia. Elle cherche le mélange radical (de genres, registres, sociolectes), la reformulation abondante, et les re-conceptualisations inédites, et ce faisant, elle se fait nouvelle autrice de textes ‘sources’... ces archives nous provoquent et nous incitent à repenser le pouvoir culturel et sociopolitique, l’héritage colonial de l’oppression raciale, et la façon dont le capital mondial est lui-même une forme d’oppression institutionnalisée41

  • 42 « Twentieth-century notions of private property, patriarchy, and sovereignty are deeply intertwined (...)
  • 43 « Voler, c’est le geste de la femme, voler dans la langue, la faire voler [...] Ce n’est pas un has (...)

24Dans « Poetry is Theft » (La Poésie c’est le vol), Rachel Galvin lie les métaphysiques de l’origine à l’auteur et donc à la propriété privée : « les notions du vingtième siècle comme la propriété privée, le patriarcat, et la souveraineté se mêlent profondément avec la métaphysique de l’origine42 ». La question de la propriété privée a été aussi, bien sûr, un enjeu féministe, et pour Cixous, la figure du « vol » est fondatrice43. La figure du cannibale réécrit ainsi un système de binaires métaphysiques, où la poétique n’émane pas du génie de l’âme (associée ici à l’origine et la propriété) ; elle la déplace vers une rhétorique de processus corporels afin de concevoir les textes dans le contexte des asymétries de pouvoir.

25L’article de Galvin détourne un reflet de la structure origine-source inscrite dans les asymétries entre les pouvoirs colonial et postcolonial tels qu’ils se reproduisent au sein de nos propres pratiques universitaires, en déployant les outils théoriques de l’Amérique du Sud pour relire l’écriture conceptuelle (l’« uncreative writing » de Kenneth Goldsmith) de l’Amérique du Nord. Ne pourrait-on dès lors emprunter sa stratégie pour notre objectif : élaborer une pratique de « traduction queere » ?

5. Détournement et perméabilité : pratiques corporelles 

  • 44 « The replication of heterosexual constructs in non-heterosexual frames brings into relief the utte (...)
  • 45 Cette étrange harmonie produite entre la théorisation de drag et celle de la traduction se trouve é (...)
  • 46 « As in the existential dialectic of misogyny, this is yet another instance in which reason and min (...)

26Le détournement de la structure d’« original » et « copy » joue un rôle également très important dans le Queer et dans les réflexions sur le drag et le camp, notamment théorisés par David Halperin et Judith Butler et qui relèvent la dimension performative de l’identité considérée comme « originale » ou « primaire » : « que des cultures non hétérosexuelles reproduisent la matrice hétérosexuelle fait ressortir le statut fondamentalement construit de ce prétendu original hétérosexuel. Le gay ou la lesbienne est donc à l’hétérosexuel non pas ce que la copie est à l’original, mais plutôt ce que la copie est à la copie44 » (Kraus/Butler 2005 : 107). Prise isolément, cette citation pourrait presque être lue comme un commentaire sur la traduction45. Autrement dit, déplacer le privilège de l’original vers la traduction offrirait donc un récit parallèle à celui qui déconstruit les ontologies identitaires dans les performances parodiques du genre. Dans les deux cas, la déconstruction opérée entre dans une critique métaphysique par ce qu’elle implique pour la division hiérarchique entre corps et esprit : le corps est-il une représentation d’un esprit originel de l’être ? Ou l’esprit est-il généré – comme l’original d’une traduction – après coup, à travers une performance du corps ? Les féminismes nous ont montré que la division entre corps et esprit est bien genrée : « une fois encore, comme on peut déjà le voir dans la dialectique existentielle de la misogynie, la raison et l’esprit sont associés à la masculinité et à la capacité d’agir, tandis que le corps et la nature sont réduits à cet état de fait silencieux qu’est le féminin, et à attendre leur signification de la partie adverse, le sujet masculin46 » (Kraus/Butler 2005 : 117).

27Cette division entre corps et esprit de la lettre est aussi très importante pour la Traduction lorsqu’on parle du corps et de l’esprit de la langue. La question de savoir ce qui règle la traduction, le corps ou l’esprit, est souvent invoquée dans le débat entre sourciers et ciblistes – le sourcier étant celui qui reste au plus près de la lettre/corps des mots en traduisant le plus littéralement possible, et le cibliste étant celui qui reste au plus près de l’esprit du mot. Cette distinction est théorique et, comme c’est souvent le cas en Traduction (ou en traduction), se trouve déconstruite en pratique, où traduire le « corps » des mots peut parfois impliquer une démarche cibliste à l’extrême lorsqu’elle vise à traduire un motif formel intraduisible. Dans sa thèse de doctorat, Ludivine Bouton-Kelly démontre ainsi en quoi la littéralité peut être « gage de littérarité » (153), et dans sa traduction d’At Swim Two-Birds de Flann O’Brian, son choix de laisser les mots irlandais tels quels peut être lu comme un choix sourcier à l’extrême. Or ce choix introduit dans le texte français l’étrangeté que représentent ces mots dans le texte anglais, indiquant une défamiliarisation de la langue d’arrivée tout à fait cibliste. La distinction entre sourcier et cibiliste n’est sans doute nulle part aussi nettement articulée que dans la division pédagogique entre thème et version, comme on peut le constater dans l’exemple que fournit le TLF pour le « thème » : « Un enfant qui fait un thème a des idées dont il cherche des mots, et celui qui fait une version a des mots dont il cherche les idées ». Mais comme pour la pratique de la traduction, cette distinction, pour la pédagogie, est purement théorique, surtout lorsqu’il s’agit de cours bi- ou multilingues.

28En tant que distinction théorique, la préférence pour le corps ou l’esprit de la langue s’articule selon les biais idéologiques. Une vision de la traduction qui privilégie l’« esprit » entre ainsi dans un système de binaires, lesquels pourraient donc avoir tendance à renforcer certaines idéologies occidentales qui effaceraient les différences et les asymétries non seulement dans les pratiques textuelles, mais aussi dans le modèle du signe lui-même :

  • 47 « As Barbara Johnson points out, translation ‘has always been the translation of meaning.’ The idea (...)

Comme Barbara Johnson le souligne, la traduction ‘a toujours été la traduction du sens’. L’idée que le signifié et le signifiant puissent être séparés participe de la conception classique de la philosophie ainsi que de celle de la traduction. Derrida prétend depuis longtemps que la traduisibilitié comme transfert de sens est la thèse même de la philosophie. La notion du signifié transcendantal qui, pour lui, est le concept fondateur de la Métaphysique occidentale, prend forme au sein de l’horizon d’une traduisibilité entièrement pure, transparente et inéquivoque. Le concept de la traduction qui fonde la Métaphysique occidentale est le même que celui qui domine les commencements du discours de l’Orientalisme. Ni l’un ni l’autre ne sont prêts à reconnaître au sein d’un humanisme et d’un universalisme qui leur sont propres, l’existence d’une hétérogénéité qui contamine d’emblée ce « pur sens », qui, de même, obstrue le projet de la traduction47.

29Penser la traduction à travers le corps serait donc un angle d’approche pour une critique des idéologies de la métaphysique de présence au sein du discours de la traduction. Dans un article pour un numéro spécial de la revue Comparative Literature Studies consacré aux liens entre la Traduction et le Queer, Aaron Lacayo propose ainsi de penser la traduction comme une pratique incarnée et queere, un « embodied queer praxis », par où les corps de la langue sont relus à travers la notion de la différence dans la lecture que propose Elizabeth Grosz de Luce Irigaray. Dans cette lecture, les corps (des textes) se multiplient, ils deviennent épais, denses et perméables, ils ouvrent vers des énièmes possibles, débordent leurs cadres et produisent des restes, des « remainders ». Ce discours de perméabilité rappelle peut-être l’expérience de Béatriz Preciado dans Testo Junkie où elle écrit chaque chapitre après une infusion de testostérone. Elle change son corps en écrivant, elle infiltre l’espace du patriarcat en sens inverse, par la perméabilité de sa propre peau. Comme elle le raconte, la testostérone passe facilement de corps en corps : « Il suffit de l’approcher de la peau, pour que d’un simple voisinage avec le corps, elle disparaisse et se dilue dans mon sang » (Preciado : 64). Cette perméabilité défait la division des corps en sexes ; « le corps sexuel est le produit d’une division sexuelle de la chair » (44). Lorsqu’il s’agit du cyborg traduisant (le cas de la plupart des traducteurs et traductrices de nos jours), cette perméabilité entre corps et textes se perpétue dans la perméabilité entre les codes : les codes linguistiques, numériques, algorithmiques et les codes qui écrivent, construisent et régissent nos pratiques corporelles.

  • 48 « […] the translation of the world into a problem of coding, a search for a common language in whic (...)
  • 49 « Cyborg writing is about the power to survive, not on the basis of original innocence, but on the (...)

30La rhétorique de perméabilité peut être retracée jusque dans les écrits de Donna Haraway, où la perméabilité (20), l’interruption ou l’effondrement (breakdown) (24) des oppositions et des matrices de domination qui y sont inscrites servent d’armes contre l’« informatique de la domination » (Allard/Haraway : 48) qui prend forme justement dans une sorte de traduction : « le monde devient un code à découvrir. Celui de la translation, de la traduction, de la recherche d’un langage commun dans lequel toute résistance au contrôle instrumental disparaît et où toute hétérogénéité peut être soumise au démantèlement, au réassemblage, à l’investissement et à l’échange48 » (Allard/Haraway : 53). Chez Haraway, la logique de quantification (la même que l’on emploie pour noter les étudiant.e.s) est liée à celle de l’universalisme. Ce mariage entre la quantification et l’universalisme ferait la technè de la domination et de l’oppression, structure qui traverse l’histoire des rôles genrés ainsi que celle du colonialisme. Le mode de résistance dans cette armature de pouvoir serait précisément l’écriture cyborg : « L’écriture cyborgienne a trait au pouvoir de survivre, non sur la base d’une innocence originelle, mais sur celle d’une appropriation des outils qui vous permettent de marquer un monde qui vous a marqué comme autre49 » (Allard/Haraway: 71).

  • 50 « […] this trading in signs is done in words conceived as countable, calculable, exchangeable » (Pe (...)
  • 51 « […] is […] always breaking with contract » (Petäjäniemi-Brown : 8).
  • 52 « […] the translator seeks to jam the machine that supports the life of patriarchy in language » (P (...)
  • 53 « What in the freelance translation scenario would be mistranslation becomes political action » (Pe (...)

31Toujours selon Petäjäniemi-Brown, cet usage de la traduction – comme métaphore d’une logique qui vise l’universel par la quantification des unités –, peut se situer en position critique de Derrida, chez qui la traduction est conçue en tant qu’économie : comme compte et calcul, comme division entre propre et autre, « ce commerce de signes se fait par les mots conçus comme comptables, calculables, échangeables50. » Cette économie, qui chez Derrida déborde et résulte en un mauvais calcul qui déstabilise par ailleurs l’économie du « propre » et de l’« autre », est reprise et remaniée chez Petäjäniemi-Brown dans le contexte de la réalité du marché de la traduction et de la situation des traducteurs (pour Petäjäniemi-Brown, des traductrices en particulier). L’économie comptable n’est donc pas présentée uniquement comme l’échange des unités signifiantes, mais comme partie d’une démarche technologisante, par où les structures de domination au sein du marché du travail se voient sensibles à la brisure cyborg. Cette lecture situe le véritable travail du traducteur au sein de l’informatique de la domination. La traductrice, entendue chez Petäjäniemi-Brown comme celle qui « toujours rompt son contrat 51», se prête alors à l’écriture cyborg : « la traductrice cherche toujours à enrayer la machine dont dépend la vie du patriarcat au sein de la langue52 » ; « [c]e qui, dans la scène de la traduction freelance serait une fausse traduction devient une action politique53 ».

  • 54 « […] constraints… inherent in the translation process itself » (Baker 1993 : 246).
  • 55 « […] a preference for conventional grammaticality » (Baker 1993 : 244).
  • 56 « One is too few, and two is only one possibility » (Haraway 1991 : 180) ; « The machine is us, our (...)

32Il n’est donc pas anodin que la logique de la quantification soit très forte dans un autre domaine de recherche sur la traduction qui dépend de l’étude des « normes » (Gideon Toury) de la traduction. Mona Baker, Ria Vanderauwera, Shoshana Blum Kulka, Sara Laviosa-Braithwaite et Linn Øverås, s’efforcent dans leurs recherches de découvrir les « universaux » de la traduction : processus de transformation linguistique qui seraient propres à la traduction, issus des « contraintes qui sont intrinsèques au processus même de la traduction 54», comme la tendance à l’« explicitation », à la « désambiguïsation » et à « une préférence pour la grammaticalité conventionnelle55 ». Pour ce faire, elles se servent de la science de la linguistique de corpus, qui en effet cherche à diviser, quantifier et compter les occurrences des phénomènes linguistiques, à cueillir les données pour tabuler la fréquence des traductions de certains énoncés. Mais dans cette démarche, la division entre sujet et objet est brouillée par un biais tout à fait cyborg : ce sont les machines qui font une première étape d’interprétation. L’unité de la chercheuse « humaine » est ainsi déstabilisée, de même que le compte et le calcul de l’être post-humain, « Un, c’est trop peu, mais deux, c’est déjà trop » (Allard/Haraway : 76) : « La machine est nous, elle est nos processus, un aspect de notre incarnation » (Allard/Haraway : 80)56.

6. Signes perméables et performatifs, binaires régénératifs

  • 57  « In other words, if the model of a more diffuse and antigenital sexuality serves as the singular (...)

33Une approche ludique qui cherche à détourner l’origine pour défaire le compte est aussi une manière de repenser, de re-concevoir le signe linguistique et le déroulement de ses homologies structurelles et post-structurelles. Trop souvent, le post-structuralisme est pris pour un anti-structuralisme, qui efface l’importance de la répétition des structures dans les écrits qui s’y inscrivent. Tant que l’origine se situe dans une structure binaire, opposée aux copies, elle est susceptible d’être lue au sein d’une série de rapports binaires, comme celle de Haraway citée plus haut. Ce binaire (post)structurel reproduit et induit une prolifération des rapports hiérarchiques qui sont constitutifs du binaire, et en même temps se régénère et s’auto-prolifère. « Autrement dit, si le modèle d’une sexualité plus diffuse et anti-génitale fonctionne comme la seule possibilité de résister à la structure hégémonique de la sexualité, dans quelle mesure ce rapport binaire est-il voué à se reproduire à l’infini ? Est-il possible de défaire la binarité oppositionnelle elle-même57 ? » (Kraus/Butler 2005 : 100).

  • 58 « […] determine sex once and for all, and to determine it as one sex or another » (Butler 1990 : 15 (...)
  • 59 « […] beyond the law » (Butler 1990 : 49, 52, 127).

34La lectrice sensible aux effets de rhétorique ne peut manquer de remarquer cette expression « Autrement dit » (« In other words ») qui marque le discours de Butler comme les clicks d’une machine régulatrice en marche. Et comme une machine, elle sonne quand elle y est parvenue, pour annoncer la matérialisation d’un résultat, ou d’une définition. Il y a par ailleurs une performativité poétique dans la traduction, qui dit les « autres mots » (other words) « autrement ». S’exprimer « in other words » c’est aussi traduire (Mona Baker : 1992). Nous constatons chez Butler un désir de construire un discours sur l’identité qui ne présupposerait pas d’ontologie hégémonique cherchant à « déterminer le sexe une fois pour toutes et [à] le déterminer comme un sexe plutôt que l’autre58 » (Kraus/Butler : 222). Ce discours, de même, aurait le désir de ne pas se reposer sur cette ontologie, de ne pas être construit par elle. Mais ce qui déclenche ce désir serait synonyme de ce qui l’empêche. Chercher à construire ce discours sans origine « au-delà de la loi59 » (Kraus/Butler 2005 : 115, 118, 198) semblerait, formellement, déclencher l’obsession de le re-signifier. Cela rappelle la traductrice devant son texte qui tâtonne pour un mot, avant d’arriver au mot qui convient, qu’elle trouvera peut-être, ou peut-être pas. La traductrice arrive-t-elle jamais à trouver le « mot juste » ? La traduction n’appelle-t-elle pas un fonds d’intraduisible ?

  • 60  « The notion of an ‘original’ sexuality forever repressed and forbidden thus becomes a production (...)

35Je lis les « autre mots » (« in other words ») de Butler comme un bégaiement maniaque, une logorrhée obsessionnelle : la pulsion multiplicative du signifiant performatif dans sa mission d’échapper au leurre du centre ontologique, lequel se crée en paradoxe contre la volonté de se sortir des oppositions binaires qui se créent dans n’importe quel discours ayant postulé une origine. En effet, nous pouvons peut-être reconnaître une démarche commune aux chaînes de signifiants en voie de déconstruction entre une version de la traduction qui se sert de l’intraduisible et la construction de l’identité chez Butler : « L’idée d’une sexualité originelle à jamais refoulée et interdite devient donc une production de la loi fonctionnant après coup comme sa prohibition… Autrement dit, la loi qui prohibe cette union est celle-là même qui l’encourage60 » (Kraus/Butler 2005 : 174). Dans cette citation, Butler analyse la place de l’inceste (en le comparant à l’homosexualité) comme prohibition qui fonde les ontologies identitaires nécessaires pour que la matrice de l’hétérosexualité se reproduise et s’impose. En traduction aussi, il existe un mythe fondateur qui prohibe et qui donc fonde la possibilité ou l’impossibilité de la traduction : la tour de Babel. « C’est ce qui se nomme ici désormais Babel : la loi imposée par le nom de Dieu qui du même coup vous prescrit et vous interdit de traduire en vous montrant et en vous dérobant la limite » (Derrida, cité dans Brisset : 42).

  • 61 « Both translation and performativity are similar in their potential for transformation owing to th (...)

36Ces deux discours sur la Traduction et le Queer (très universitaires, blancs, euro-américains, et, je le répète, très loin d’être les seuls) dépendent d’une version performative du signe. Par performative nous pouvons entendre non seulement qui fait ce qu’il dit, mais aussi qui se construit en se faisant. C’est alors la performance qui génère un récit de l’origine qui précède la performance : cette origine n’est qu’une chimère, un simulacre. Dans son article traitant les politiques de la traduction chez Butler, Iwona Janicka postule que « [p]our la traduction comme pour la performativité, il existe un potentiel de transformation dû au fait que renouveler, chez eux, veut dire de même et de façon intrinsèque, échouer61 ». Le modèle performatif du signe permet donc un renouvellement à chaque énonciation, ouvrant vers une vision mobile de l’identité, laquelle accueillerait potentiellement davantage d’énonciations aux marges (il n’y a pas de dehors) de la matrice de l’intelligibilité. En revanche, le rôle de la performativité dans les réflexions sur la Traduction s’articule différemment que dans le Queer : la performativité n’est pas le mouvement du signe qui permet une autre vision des choses, mais la traduction offre le modèle de performativité qui permet une autre vision des choses. La traduction, dans ces discours est synonyme de performativité :

  • 62 « By translation I first of all mean a process by which, in order to objectify cultural meaning, th (...)

Par traduction, je veux dire tout d’abord un processus par lequel, afin d’objectiver la signification culturelle, il doit toujours y avoir un processus d’aliénation et de secondarité, par rapport à soi-même. C’est ainsi qu’il n’existe pas de « en soi » ni de « pour soi » au sein des cultures : elles sont toujours soumises aux formes de traductions intrinsèques. Cette théorie de la culture est proche d’une théorie de la langue, comme partie d’un processus de traduction – en utilisant ce mot comme ci-dessus, pas comme la traduction au sens strict du mot, comme « un livre traduit du français vers l’anglais », mais comme un motif ou un trope, tel que le suggère Benjamin pour désigner l’activité de déplacement au sein du signe linguistique62.

37Dans la critique de la présence métaphysique de Homi Bhabha, la traduction, comme dans la citation ci-dessus, est un « motif ou un trope », mais ceux-ci ne sont pas entendus comme ce qui couvre, dissimule ou représente une vérité « originale ». Les tropes, eux aussi, sont performatifs, et construisent le discours. La métaphore de la traduction, prise comme rouage performatif dans les écrits de Bhabha, opère un autre mouvement du signe, in other words, cherche à garder le signe en mobilité, comme « queer » chez Sedgwick, citée plus haut. Si le signe est mobile, il est donc également temporalisé, décalé ou disjoint dans le temps : « l’activité de déplacement au sein du signe linguistique ». Ceci est la force de la construction du discours chez Petäjäniemi-Brown, qui non seulement tourne autour du trope de l’appareil d’assistance de vie, mais se constitue par sa figuration même.

38Le signe en traduction est donc entendu dans les deux sens : comme un modèle du signe proposé par la traduction, et comme le signe en voie de traduction. Théorie et pratique s’imitent, et cette imitation est une autre dimension de la performativité dans la traduction. Bhabha passe à côté de la richesse que peut offrir une vision des choses où le « sens strict du mot [traduction] » rejoint son sens de « motif ou trope ». La multiplicité du signe pensée à travers la traduction, la multiplication de ses facettes, de ses usages, devises et interprétations n’est nulle part plus évidente que dans la démarche de la traductrice elle-même, dans ses recherches, ses hésitations, ses choix impossibles et ses échecs.

  • 63 « The injunction to be a given gender produces necessary failures, a variety of incoherent configur (...)

39Le mauvais calcul chez Haraway est conçu comme quelque chose de positif : comme cette chose qui est en mesure d’interrompre et de faire s’effondrer l’informatique de la domination. Or le mauvais calcul peut être conçu dans les réflexions sur la traduction comme l’inéquivalence, associée ainsi à un discours sur l’échec inévitable de la traduction. Le discours sur l’échec (failure) a été très critiqué au sein des penseurs de la traduction des trente dernières années. Le discours selon lequel le traducteur fera toujours moins que l’auteur est un discours qui, justement, doit être relu à l’aune des écrits qui positionnent le traducteur comme créateur de plein droit. Cette notion de failure a été également employée dans la pensée queere pour repenser ce que réussir voudrait dire – intégrer correctement la matrice d’intelligibilité, et être conforme aux normes de l’identité. L’art de l’échec a été notamment théorisé chez Judith/Jack Halberstam dans The Queer Art of Failure. Chez Butler, « l’injonction d’être un genre donné produit forcément les échecs, un ensemble divers de configurations incohérentes qui, par leur multiplicité, excèdent et défient l’injonction qui les a générées au départ63 ».

  • 64 « […] that of identifying with, and showing active and concrete public support for, people differen (...)

40Ce qui est très intéressant dans ces discours sur l’échec, c’est qu’ils n’échouent pas, ou plutôt, ils n’échouent plus. Comment faire pour qu’ils recommencent à échouer ? Une voie possible, c’est que les universitaires pratiquent ce que Christopher Larkosh appelle la « politique de l’altérité » dans l’introduction à l’ouvrage collectif Re-Engendering Translation : Transcultural Practice, Gender/Sexuality and the Politics of Alterity (2011), qui consiste à « s’identifier et montrer du soutien public et actif aux gens qui sont différents d’eux/nous-mêmes64 ». Les articles recensés dans cet ouvrage cherchent à redonner plus de visibilité à l’identité queere dans la traduction (ou à la manière dont la traduction en a rendu compte) et à examiner comment les enjeux de gender et queer peuvent être relevés et/ou soulevés à travers les pratiques de la traduction. L’énonciation des silences est donc un dernier point commun très fort entre les travaux à l’intersection de la Traduction et du Queer.

7. La traduction queere

  • 65 « […] marking thereby what Derrida calls in ‘Des Tours de Babel’ a ‘displacement’ from the syntagma (...)

41À la fin de son Siting Translation, Tejaswini Niranjana propose une lecture « stéréoscopique » (pour emprunter un terme de Marilyn-Gaddis Rose) de trois traductions d’un vacana, un fragment d’un texte sacré du sud de l’Inde. Pour la troisième traduction, elle propose une traduction monstrueuse – c’est-à-dire une traduction trop littérale, qui interrompt la logique de la langue d’arrivée, « qui marque donc ce que Derrida appelle dans ‘Des Tours de Babel’ un ‘déplacement’ du niveau syntagmatique au niveau paradigmatique, et qui donc interpose ma traduction au sein de l’attaque contre les récits continus et homogénéïsants65 ». Cette stratégie fait partie de ce que je voudrais proposer comme un type de « traduction queere », par où les catégories linguistiques seraient décalées à travers la différence de la traduction. Un autre exemple se trouve dans la traduction par le jeu sonore « Tupi or not tupi, that is the question » dans le Manifesto Antropófago d’Oswald de Andrade. Dans la traduction sonore, le corps du mot ne rencontre jamais son esprit, le sens n’est pas objet de la traduction, et corps traduit corps. Corps ne donne pas esprit, esprit ne donne pas corps.

42Peut-être pourrions-nous utiliser un autre nom pour ce type de traduction, qui serait ainsi « créative » pour emprunter l’appellation donnée par Santiago Artozqui dans un article récent dans En attendant Nadeau : « la traduction créative [...] vise prioritairement à rendre des composantes d’un texte autres que le sens » (2017). Artozqui cite notamment le travail d’ « Outranspo66 » (Ouvroir de Translation Potencíal), groupe de traducteurs et traductrices expérimentales qui s’attachent à trouver les procédés de traduction qui s’écartent, sinon à chaque fois du sens des mots, du moins du sens du mot « traduction », tel qu’on l’entend habituellement.

43Ce que je voudrais proposer pour conclure cet article, comme pratique de traduction « queere » diffère légèrement de ce qu’Artozqui entend par « traduction créative », car il ne s’agirait pas uniquement de traduire autre chose que le sens. Ce mode de traduction que j’appellerais « la traduction queere » serait redevable de façon très profonde à la tradition de la traduction féministe (comme la pensée queere l’est à la pensée féministe), avec les outils de von Flotow (notamment le hijacking). Pour revenir au début de l’article et au procédé post-post-structuraliste : « lutter c’est découpler ». Une pratique de traduction queere impliquerait le fait de bousculer, déboussoler, couper et recoller en désordre les correspondances traditionnellement couplées, de langue à langue, de signifié à signifiant, d’auteur à traducteur, c’est-à-dire ces « binaires troublants » de la pensée de la traduction.

44Je ne suis pas du tout convaincue que suivre la logique de classification et de regroupement, ou même que se soumettre à la « pression définitionnelle » (Bourcier : 149) sera la bonne démarche pour la traduction queere. Néanmoins je vais sans doute tâcher de faire ainsi dans un prochain article. Mais en attendant, je me contente d’exposer une expérimentation entreprise autour d’« une seconde re-traduction du terme ‘queer’ » (Bourcier : 150), en m’appuyant sur la citation placée en exergue de cet article :

Traduction donc : Ordure, taré, pédé, anormal, gouine, trou du cul, malsain, vraiment bizarre !

45Dans le cadre d’une tentative d’exploitation échouée, j’ai demandé aux étudiant.e.s d’un cours de version pour anglophones (où, paradoxalement, « version » voulait dire, non pas vers sa langue maternelle, mais vers le français), à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 en 2016, de (re)traduire cette citation de Bourcier en anglais. Cela a donné des résultats bien queers :

arsehole, unhealthy, really weird ! 
rubbish, weird, arsehole, unhealthy, completely nuts
rubbish, weird, arshole, unhealthy, very strange
trash, abnormal, asshole, really weird
trash, queer, gay, abnormal, asshole, really strange/really weird
rubbish, perverted, abnormal, asshole, unhealthy, really strange !
queer, abnormal, dyke, arsehole, unhealthy, really bizarre
rubbish, pissed off, abnormal/atypical, asshole, unhealthy
waste, daft, poof, abnormal, asshole, wholesome, truly bizarre !
gay, abnormal, bum hole, unhealthy, very weird/ bizarre !
problem, pissed off ( ?), abnormal, asshole, very weird
rubbish, peado, asshole, unhealthy, that’s so weird !
rubbish, perverted, abnormal, asshole, unhealthy, really strange !

Haut de page

Bibliographie

Ahmed, Sara, « A Phenomenology of Whiteness », Feminist Theory, n° 8/2, 2007, p. 149-168.

Albert, David, « Queer Cosmopolitanism : Place, Politics, Citizenship and Queer as Folk », New Formations, n° 55, 2005, p. 73-88.

Anzaldúa, Gloria E., Moraga, Cherrie (dir.), This Bridge Called My Back: Writing by Radical Women of Color, Watertown (Mass.), Persephone Press, 1981.

Artozqui, Santiago, « L’Outranspo et la traduction créative », En Attendant Nadeau : Dossier Traduction, 2017, en ligne. URL : https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/07/18/outranspo-traduction-creative/ [consulté le 26 octobre, 2017].

Bachmann-Medick, Doris, « Introduction: The Translational Turn », Translation Studies, n° 2/1, 2009, p. 2-16.

Baker, Mona, « Corpus Linguistics and Translation Studies. Implications and Applications », M. Baker, G. Francis and E. Tognini-Bonelli (dir.), Text and Technology: In Honour of John Sinclair, Amsterdam et Philadelphia, John Benjamins, 1993, p. 233-250.

Baer, Brian James et Kaindl, Klaus (dir.), Queering Translation, Translating the Queer: Theory, Practice, Activism, New York et Londres, Routledge, 2018.

Bassnett, Susan et Trivedi, Harish (dir.), Post-Colonial Translation. Theory and Practice, London & New York, Routledge, 1999.

Bauer, Heike (dir.), Sexology and Translation: Cultural and Scientific Encounters Across the Modern World, Philadelphia (PA), Rome et Tokyo, Temple University Press, 2015.

Berman, Antoine, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

— « De la translation à la traduction », TTR : traduction, terminologie, rédaction, n° 1/1, 1988, p. 23-40.

Bhabha, Homi K. The Location of Culture, New York, Routledge, 1989.

— et Rutherford, Jonathan, « The Third Space », interview with Homi K. Bhabha in Identity : Community, Culture, Difference, London, Lawrence & Wishart, 1990, p. 207-221.

Blum-Kulka, Shoshana, « Shifts of Cohesion and Coherence in Translation », J. House and S. Blum-Kukla (dir.), Interlingual and Intercultural Communication: Discourse and Cognition in Translation and Second Language Acquisition Studies, Tübingen, Gunter Narr, 1986, p. 17-35.

Bourcier, Marie-Hélène, Queer Zones, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Q comme Queer, Lille, Gai Kitsch Camp, 1998.

Bouton-Kelly, Ludivine, « Traduire (en) plus d’une langue : At Swim Two Birds de Flann O’Brien », thèse de doctorat de littérature générale et comparée, Paris, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2014.

Brisset, Annie, « Retraduire ou le corps changeant de la connaissance. Sur l’historicité de la traduction », Palimpsestes, n° 15, 2004, p. 39-67.

Butler, Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990.

— Trad : Cynthia Kraus, Trouble dans le Genre : Le féminisme et la subversion de l’identité Paris, La Découverte, 2005.

—« From Parody to Politics », Burke, Lucy (éd.), The Routledge Language and Cultural Theory Reader, New York et Londres, Routledge, 2000.

Parting Ways: Jewishness and the Critique of Zionism, New York, Columbia University Press, 2012.

Cixous, Hélène, Le Rire de la Méduse et Sorties, Paris, Galilée, 2010 (1975).

Cox, Lara, « Reaching for Archive Fever: A Tall Tale about Queer ‘Made in France’ » Paragraph, n° 39/3, 2016, p. 319-334.

Chamberlain, Lori, « Gender and the Metaphorics of Translation », Lawrence Venuti (dir.), Translation Studies Reader, New York, Routledge, 2000, p. 314-329.

Crenshaw, Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, n° 43, 1991, p. 1241-1299.

Cusset, François, Queer Critics. La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs, Paris, PUF, coll. « Perspectives critiques », 2002.

De Andrade, Oswald, « Cannibalist Manifesto » ; trad. : Leslie Bary, Latin America Literary Review, n° 19/38, 1991, p. 38-47.

Epstein, B.J. et Gillett, Robert, Queer in Translation, New York et Londres, Routledge, 2017.

Flotow, Luise von, « Feminist Translation : Contexts, Practices and Theories », TTR : traduction, terminologie, rédaction, n° 4/2, 1991, p. 69-84.

Fraser, Ryan, « Travestic Disorders: Homophonic Translation and the Counter Culture of Drag », communication au colloque Sound/Writing: On Homophonic Translation, Paris, 17-19 novembre 2016. Article prévu courant 2018.

Gaddis-Rose, Marilyn, Translation and Literary Criticism: Translation as Analysis, Manchester, St. Jerome Publishing, 1997.

Galvin, Rachel, « Poetry is Theft », Comparative Literature Studies, n° 51/1, 2014, p. 18-54.

Halberstam, Judith/Jack, The Queer Art of Failure, Durham, Duke University Press, 2011.

—« Automating Gender: Postmodern Feminism in the Age of the Intelligent Machine », Feminist Studies, n° 17/3, 1991.

Halperin, David M., How to Do the History of Homosexuality, Chicago, Chicago University Press, 2002.

Haraway, Donna, « A Cyborg Manifesto; Science, Technology and Socialist Feminism in the late 20th Century », Simians, Cyborgs and Women: The Reinvention of Nature, New York, Routledge, 1991.

—Trad : Allard, Laurence, « Manifeste cyborg : science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle », Manifeste cyborg et autres essais : sciences-fictions-féminismes, Paris, Exils éditeurs, 2007, p. 29-92.

Janicka, Iwona, « Hegel on a Carrousel: Universality and the Politics of Translation in the Work of Judith Butler », Paragraph, n° 36/3, 2013, p. 361-375.

Jagose, Annamarie, « Feminism’s Queer Theory » Feminism and Psychology, n° 19/2, 2009, p. 157-174.

Lacayo, Aaron, « A Queer and Embodied Translation: Ethics of Difference and Erotics of Distance », Comparative Literature Studies, n° 51/2, 2014, p. 215-230.

Larkosh, Christopher (dir.), Re-Engendering Translation: Transcultural Practice, Gender-Sexuality and the Politics of Alterity, Manchester, St. Jerome Publishing, 2011.

Laviosa-Braithewaite, Sara, « The English Comparable Corpus: A Resource and a Methodology », L. Bowker, M. Cronin, D. Kenny and J. Pearson (dir.), Unity in Diversity: Current Trends in Translation Studies, Manchester, St. Jerome Publishing, 1998, p. 101-12.

Lotbinière-Harwood, Susanne, Re-belle et infidèle, la traduction comme réecriture au féminin/ The Body Bilingual, Translation as Rewriting in the Feminine, Québec, Les Éditions du remue-ménage/Women’s Press, 1991.

McGann, Jerome et Samuels, Lisa, « Deformance and Interpretation » sur le site du Institute for Advanced Technology in the Humanities. URL : http://www2.iath.virginia.edu/jjm2f/old/deform.html [consulté le 1er septembre 2016].

Niranjana, Tejaswini, Siting Translation: History, Post-Structuralism, and the Colonial Context, California, University of California Press, 1992.

Øveras, Linn, « In Search of a Third Code: An Investigation of Norms in Literary Translation », Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators’ Journal, n° 43/4, 1998, p. 557-570.

Palekar, Shalmee, « Re-Mapping Translation: Queerying the Crossroads », Epstein, B.J., Gillet, R. (dir.), Queer in Translation, London & New York, Routledge, 2017, p. 8-24.

Petäjäniemi-Brown, Soili, « Cultural/Feminist/Non-Literary Translation and the Manual for a Life-Support Machine », intervention au colloque Truths and Tales – Gender and Cultural Studies Conference, 28-30 novembre 2013, University of Lapland, Rovaniemi, Finland.

Preciado, Beatriz, Testo Junkie, Paris, J’ai lu, 2014 (2008 en espagnol).

Rundgren, Heta, « L’opposition rue/université, une construction réaliste ? », intervention au colloque Itinéraires croisés : genre, féminismes et politique dans le cadre des Quarante Vies du Centre d’Etudes Féminines et Etudes de Genre, 28 mars 2014.

– « Vers un partage postnormâle de la littérature », TRANS, n° 22: Hériter, partager la littérature, 2017. URL : http://journals.openedition.org/trans/1712 [consulté le 26 janvier 2018].

Sedwick, Eve Kosofsky, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990.

Tendencies, London, Routledge, 1994.

Simon, Sherry, Gender in Translation: Cultural Identity and the Politics of Transmission, New York et Londres, Routledge, coll. « Translation Studies Series », 1996.

Spivak, Gayatri, « Can the Subaltern Speak? », Nelson, Cary et Grossberg, Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, London, Macmillan, 1988.

Spurlin, William J. (dir.), The Gender and Queer Politics of Translation: Literary, Historical, and Cultural Approaches, numéro spécial de Comparative Literature Studies, n° 51.2, 2014.

Traub, Valérie, « The New Unhistoricism in Queer Studies », PMLA, n° 128/1, 2013, p. 21-39.

Vanderauwera, Ria, Dutch Novels Translated into English: The Transformation of a “Minority” Literature, Amsterdam, Rodopi, 1985.

Haut de page

Notes

1 J’emploierai les majuscules lorsqu’il s’agit des champs de recherche.

2 Heike Bauer (dir.), Sexology and Translation, 2010 ; Christopher Larkosh (dir.), Re-Engendering Translation, 2011 ; William J. Spurlin (dir.), The Gender and Queer Politics of Translation: Literary, Historical, and Cultural Approaches, 2014.

3 B.J. Epstein et Robert Gillet, Queer in Translation, 2017.

4 Brian James Baer et Klaus Kaindl, Queering Translation/Translating the Queer: Theory, Practice, Activism, 2018.

5 « Queerying translation can also be seen as part of an active construction of queer identity/ies across different cultural contexts » (Palekar 2017 : 10). Sauf indication contraire, nous traduisons.

6 « Culturally specific literary practices and communities are often appropriated and decontextualized by researchers in search of proof of a globally legible and transparently translatable queer experience/identity » Ibid.

7 Kimberlé Crewnshaw, « Mapping the Margins : Intersectionality, Identity Politics, and Violence Against Women of Color », 1993.

8 Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », 1988.

9 Sara Ahmed, « A Phenomenology of Whiteness », 2007.

10 « How might the rendering of queer phenomena across languages and cultures challenge our understanding of translation as theory and practice ? At the same time, attention to translation can keep queer studies honest - that is, true to its anti-hegemonic orientation, by forcing researchers to interrogate deep-seated Western, and perhaps specifically Anglophone biases ».

11 Pour mesurer le temps de la traduction des études de genre, il suffit de comparer la trajectoire de Gender Trouble de Judith Butler, publié en 1990 et finalement traduit en français en 2005, à celui du Rire de la Méduse d’Hélène Cixous, publié pour la première fois en 1975 et traduit dès 1976 en anglais.

12 L’exemple par excellence de ce mépris et refoulement au sein de l’université française est sans doute le concours de l’agrégation en lettres modernes où il n’y a jamais eu aucune autrice de couleur.

13 « […] translation (as woman) and original (as husband, father) » (Chamberlain 2000 : 315).

14 Jerome McGann et Lisa Samuels, « Deformance and Interpretation » : http://www2.iath.virginia.edu/jjm2f/old/deform.html (dernière consultation le 17 janvier 2018).

15 Les « troubling dualisms »: « self/other, mind/body, culture/nature, male/female, civilized/primitive, reality/appearance, whole/part, agent/resource, maker/made, active/passive, right/wrong, truth/illusion, total/partial, God/man » (Haraway 1991 : 27).

16 « Translation is no longer restricted to a particular object of investigation, but moves right across the disciplines as a new means of knowledge and a methodologically reflected analytical category » (Bachmann-Medick 2009 : 4).

17 Valérie Traub cite Carla Freccero, Jonathan Goldberg et Madhavi Menon.

18 « […] a mode of inhabiting time that is attentive to the recursive eddies and back-to-the-future loops that often pass undetected or uncherished beneath the official narrations of the linear sequence that is taken to structure normative life » (Jagose 2006, cité dans Traub 2013 : 22).

19 « […] empiricism and periodization are judged inimical to queer. » (2013 : 28).

20 Selon une intervention de Heta Rundgren au colloque Itinéraires croisés : genre, féminismes et politique, le 28 mars 2014 : « L’opposition rue/université, une construction réaliste ? ».

21 « One of the things queer can refer to [is] the open mesh of possibilities, gaps, overlaps, dissonances and resonances, lapses and excesses of meaning when the constituent elements of anyone’s gender or anyone’s sexuality are made (or can’t be made) to signify monolithically » (Sedgwick 1994 : 7). Comment se peut-il que ce livre n’ait toujours pas été traduit en français ?

22 « Identities may be fictions… but they are weighty ones and still do important work » (Traub 2013 : 33).

23 « […] if queer is maybe used as a definition that queer is anything that deviates from the normal… », Gently Used, « Virtual Queerness/Queering the Virtual : A Conversation with Gently Used », entretien avec Meredith Kooi, March 18, 2016, Art+Design, http://artsatl.com/gently-used/ (dernière consultation le 19 janvier 2018).

24 Online Etymology Dictionary (page consultée le 15 octobre, 2017), http://www.etymonline.com/word/queer.

25 Cox cite la préface de Cusset à la traduction anglaise de son livre The Inverted Gaze: Queering the French Literary Classics, 2011 : « my book being the first one with the word ‘queer’ in its title to have been written in the language of Proust and Balzac ».

26 Elle nous fait penser ici aux travaux de Donna Haraway, Judith/Jack Halberstam et Béatriz/Paul B. Preciado.

27 « What makes feminist translation context unique is the transliteration of these concepts that for Derrida signal a ‘law of translation,’ into political translational practices » (Petäjäniemi-Brown : 6).

28 « Unity-through-domination or unity-through-incorporation » (Haraway 1991 : 8).

29 « What kind of politics could embrace partial, contradictory, permanently unclosed constructions of personal and collective selves and still be faithful, effective, and ironically, socialist-feminist ? » (Haraway 1991 : 9).

30 « It seems more urgent than ever to be aware of the instability of the ‘original,’ which can be meticulously uncovered through the practice of translation » (Niranjana : 186).

31 « […] the cyborg skips the step of original unity » (Haraway 1991 : 3).

32 « […] origin, a time before what some would call ‘patriarchy’ » (Butler 1990 : 47).

33 « […] converted into a set of demands that govern translators’ translation practices » (Petäjäniemi-Brown : 3).

34 « The contract… is characterized by a certain excessiveness of immoderation which bespeaks this inequality of power » (Petäjäniemi-Brown : 5).

35 « The invention of the idea of the original coincides with the period of early colonial expansion when Europe began to reach outside its own boundaries for territory to appropriate » (Trivedi et Bassnett : 2).

36 « The act of translation has long been an inherent practice in India – the Hindi/Marathi terms ‘anuvad’ (‘speaking after or following’) and ‘rupantar’ (‘change in form’), as Sujit Mukherjee reminds us, ‘are the commonly understood sense of translation in India, and neither term demands fidelity to the original’ (1994 : 80).... Translation is the Indian context » (Palekar : 17).

37 « Translation… has traditionally been viewed by literary critics in the West (at least since the Renaissance) as the noble task of bridging the gap between peoples, as the quintessential humanistic enterprise » (Niranjana : 47).

38 « Its notions of text, author, and meaning are based on an unproblematic, naively representational theory of language [connected to] the refusal to consider questions of power and historicity » (Niranjana : 49).

39 « Translation cannot be simply assimilation of what is foreign into what is familiar; it must be an opening to the unfamiliar, a dispossession from prior ground, and even a willingness to cede ground to what is not immediately knowable within established epistemological fields » (Butler 2012 : 12, cité dans Iwona Janicka 2013 : 366).

40 « […] the great Original, the starting point, and the colonies were therefore copies or ‘translations’ of Europe, which they were supposed to duplicate » (Bassnett et Trivedi : 4).

41 « ‘Cannibalistic logic’ is a logic of copia. It seeks radical mixing (of genres, registers, sociolects), abundant reformulation, and reimagining, and in the process re-authors its ‘source’ texts… this archive offers a provocative rethinking of cultural and sociopolitical power, colonization’s legacy of race-based oppression, and the ways in which global capital is a form of institutionalized oppression » (Galvin : 22).

42 « Twentieth-century notions of private property, patriarchy, and sovereignty are deeply intertwined with the metaphysics of origin » (Galvin : 24).

43 « Voler, c’est le geste de la femme, voler dans la langue, la faire voler [...] Ce n’est pas un hasard si ‘voler’ se joue entre deux vols, jouissant de l’un et l’autre et déroutant les agents du sens. Ce n’est pas un hasard : la femme tient de l’oiseau et du voleur comme le voleur tient de la femme et l’oiseau : illes passent, illes filent, illes fouissent de brouiller l’ordre de l’espace, de le désorienter de changer de places les meubles, les choses, les valeurs, de faire des casses, de vider les structures, de chambouler le propre. Quelle est la femme qui n’a pas volé ? » (Cixous 1975 : 49).

44 « The replication of heterosexual constructs in non-heterosexual frames brings into relief the utterly constructed status of the so-called heterosexual origin. Thus, gay is to straight not as copy is to original, but rather, as copy is to copy » (Butler 1990 : 43).

45 Cette étrange harmonie produite entre la théorisation de drag et celle de la traduction se trouve également chez Epstein et Gillet (3) et chez Ryan Fraser (2018).

46 « As in the existential dialectic of misogyny, this is yet another instance in which reason and mind are associated with masculinity and agency, while the body and nature are considered to be the mute facticity of the feminine, awaiting signification from an opposing masculine subject » (GT 50).

47 « As Barbara Johnson points out, translation ‘has always been the translation of meaning.’ The idea that signified and signifier can be separated informs the classical conception of philosophy as well as translation. Derrida has long contended that translatability as transfer of meaning is the very thesis of philosophy. The notion of the transcendental signified that for him is a founding concept of Western metaphysics takes shape within the horizon of an absolutely pure, transparent, and unequivocal translatability. The concept of translation that grounds Western metaphysics is the same one that presides over the beginnings of the discourse of Orientalism. Neither is prepared to acknowledge, in its humanism and universalism, the heterogeneity that contaminates ‘pure meaning’ from the start, occluding also the project of translation » (Niranjana : 55).

48 « […] the translation of the world into a problem of coding, a search for a common language in which all resistance to instrumental control disappears and all heterogeneity can be submitted to disassembly, reassembly, investment and exchange » (Haraway 1991 : 15).

49 « Cyborg writing is about the power to survive, not on the basis of original innocence, but on the basis of seizing the tools to mark the world that marked them other » (Haraway 1991 : 25).

50 « […] this trading in signs is done in words conceived as countable, calculable, exchangeable » (Petäjäniemi-Brown : 2, à propos de Derrida).

51 « […] is […] always breaking with contract » (Petäjäniemi-Brown : 8).

52 « […] the translator seeks to jam the machine that supports the life of patriarchy in language » (Petäjäniemi-Brown : 8).

53 « What in the freelance translation scenario would be mistranslation becomes political action » (Petäjäniemi-Brown : 7).

54 « […] constraints… inherent in the translation process itself » (Baker 1993 : 246).

55 « […] a preference for conventional grammaticality » (Baker 1993 : 244).

56 « One is too few, and two is only one possibility » (Haraway 1991 : 180) ; « The machine is us, our processes, an aspect of our embodiment, we are they. » (Haraway 1991 : 81).

57  « In other words, if the model of a more diffuse and antigenital sexuality serves as the singular oppositional alternative to the hegemonic structure of sexuality, to what extent is that binary relation fated to reproduce itself endlessly ? What possibility exists for the disruption of the oppositional binary itself ? » (Butler 1990 : 37).

58 « […] determine sex once and for all, and to determine it as one sex or another » (Butler 1990 : 150).

59 « […] beyond the law » (Butler 1990 : 49, 52, 127).

60  « The notion of an ‘original’ sexuality forever repressed and forbidden thus becomes a production of the law which subsequently functions as its prohibition…. In other words, the law which prohibits that union is the selfsame law that invites it » (Butler 1990 : 104).

61 « Both translation and performativity are similar in their potential for transformation owing to the failure inherent in their renewals » (Janicka 2013 : 369).

62 « By translation I first of all mean a process by which, in order to objectify cultural meaning, there always has to be a process of alienation and of secondariness in relation to itself. In that sense there is no ‘in itself’ and ‘for itself’ within cultures because they are always subject to intrinsic forms of translation. This theory of culture is close to a theory of language, as part of a process of translation – using that word as before, not in the strict sense of translation as in a ‘book translated from French into English’, but as a motif or trope as Benjamin suggests for the activity of displacement within the linguistic sign » (Bhabha 1990).

63 « The injunction to be a given gender produces necessary failures, a variety of incoherent configurations that in their multiplicity exceed and defy the injunction by which they are generated » (Butler 2000 : 177).

64 « […] that of identifying with, and showing active and concrete public support for, people different from them/ourselves » (Larkosh : 9).

65 « […] marking thereby what Derrida calls in ‘Des Tours de Babel’ a ‘displacement’ from the syntagmatic to the paradigmatic level, and inserting my translation into the attack against homogenizing and continuous narratives. » (Niranjana : 185).

66 http://www.outranspo.com/; http://www.drunkenboat.com/db24/outranspo (dernière consultation le 22 janvier, 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lily Robert-Foley, « Vers une traduction queere », TRANS- [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/trans/1864 ; DOI : 10.4000/trans.1864

Haut de page

Auteur

Lily Robert-Foley

Lily Robert-Foley est maîtresse de conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où elle est spécialiste de traductologie. Elle est l’auteure notamment de Jiji, un livre de poésie en prose et écriture conceptuelle (Omnia Vanitas, 2016), Money, Math and Measure (Essay Press, 2016), m, un livre de poésie-critique-collage (Corrupt Press, 2013), graphemachine, un mini-livre de poésie visuelle (Xerolage, 2013), et la traduction de La Chambre sous le saule de Sophie Loizeau (The Room under the Willow Tree).

Lily Robert-Foley is Associate Professor of Translation Studies at Université Paul-Valéry Montpellier 3. She is the author of Jiji, a book of prose poems and conceptual writing (Omnia Vanitas Press, 2016), Money, Math and Measure (Essay Press chapbook series, 2016), m, a book of poetry-critique-collage (Corrupt Press, 2013), graphemachine, a chapbook of visual poetry (Xerolage, 2013), and the translation of Sophie Loizeau’s La Chambre sous le saule (The Room under the Willow Tree).

 

 

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page