Navigation – Plan du site

Lire les novelas de María de Zayas aujourd’hui : défense des femmes et pensée du genre

Guiomar Hautcœur

Résumés

L’article porte sur les deux recueils les plus importants de María de Zayas : Novelas amorosas y ejemplares (1637) et Desengaños amorosos (1647). Traduites immédiatement et français au xviie siècle, les nouvelles de Zayas ont été ostracisées par la critique espagnole du xixe siècle puis redécouvertes au xxe siècle par les tenants des gender studies notamment. Nous examinons la question de l’exemplarité propre à la nouvelle dans le cadre d’une énonciation féminine qui utilise la fiction comme une tribune : il s’agit de montrer aux hommes leurs tromperies et de prévenir les femmes pour qu’elles n’en soient pas victimes. Aussi cette « exemplarité genrée » est-elle doublée, implicitement, d’un discours fantasmatique sur les rapports entre genres qui dépasse la finalité initiale du recueil.

Haut de page

Texte intégral

1Les deux recueils de nouvelles de María de Zayas, Novelas amorosas y ejemplares et Desengaños amorosos, parus respectivement en 1637 et 1647, ont connu un grand succès au moment de leur parution – ils ont été traduits en français, d’abord par Scarron, d’Ouville et Boisrobert de façon partielle, puis par Vanel – avant d’être censurés au xixe siècle pour leur vulgarité et leur indécence prétendues et exclus du canon littéraire officiel du Siècle d’Or pendant de longues années. Redécouverts au xxe siècle par la critique espagnole et nord-américaine et notamment par les tenants des gender studies (Greer, 2000), les récits María de Zayas occupent aujourd’hui une place importante dans la littérature espagnole du xviie siècle : deux traductions, l’une en anglais (Greer & Rhodes, 2009) et l’autre en français (Costa-Pascal, 2013), ont récemment rendu ces textes accessibles à un public non hispanophone.

2Les nouvelles de Zayas – qu’on appelle parfois le Decameron espagnol – sont insérées dans un récit-cadre dont le personnage principal, une jeune aristocrate appelée Lisis, souffre d’une fièvre intermittente (fiebre cuartana) ; aussi cette dernière demande-t-elle à ses amies Lisarda, Matilde, Nise et Filis, d’organiser un sarao, sorte de réunion festive, afin de la divertir. L’action principale des recueils se déroule à Madrid, quelques jours avant Noël, et la compagnie – composée de jeunes femmes et de jeunes gens, tous nobles – se réunit plusieurs soirs de suite pour chanter et danser en musique, dîner, et écouter des histoires. Au fil du temps et des rencontres, un certain don Juan – amant attitré de Lisis –, tombe amoureux de Lisarda au grand dam de la première qui accepte, par dépit plus que par amour, les hommages de don Diego. Alors qu’au début du second volume Lisis est formellement promise à don Diego, elle finit, à la toute fin du recueil, par renoncer au mariage en faveur du couvent.

  • 1 Traduit par nous. « […] de aviso para que no se arrójen al mar de sus desenfrenados deseos, fiadas (...)

3La déception amoureuse de Lisis dans le récit principal fait écho aux sujets des nouvelles rapportées au cours du premier sarao et consacrées au destin malheureux des femmes. Ces infortunes, les femmes en sont parfois responsables, comme le déclare Lisarda, la toute première devisante : son récit doit leur servir d’avertissement pour qu’elles « évitent de se lancer dans la mer de leurs désirs avec pour seule protection la barque de leur faiblesse1 ». Mais, au fur et à mesure que le sarao avance, les récits insistent davantage sur la responsabilité des hommes au point que le second sarao s’ouvre sur la déclaration de Lisis que voici :

  • 2 Traduit par nous. « […] en primer lugar, que habían de ser las damas las que novelasen (y en esto a (...)

Lisis commença par imposer aux dames de raconter chacune une nouvelle (s’accordant ainsi avec l’opinion des hommes qui les tiennent toujours pour affabulatrices) ; puis elle déclara que les cas rapportés devaient être véridiques et porter le nom de « désillusions » (je ne suis pas certaine que cela satisfit les hommes car leur but étant de les abuser ils souffrent difficilement qu’elles soient désabusées). Lisis prétendait par là défendre la réputation des femmes, si souvent rabaissée et humiliée par les méchants jugements des hommes (car il ne s’en trouve presque aucun qui en dise du bien). Car comme ce sont les hommes qui commandent en toutes choses, ils ne racontent pas tant les mauvais tours qu’ils infligent que ceux dont ils sont la cible. Ils devraient pourtant reconnaître que ce sont eux les coupables, quoiqu’en pensent les femmes elles-mêmes dont l’opinion se calque souvent sur celle des hommes ; en vérité, il n’y aurait pas de mauvaises femmes s’il n’y avait pas des hommes mauvais. […] Je parle de ceux qui, oubliant leurs devoirs, font le contraire de ce qui est juste ; ceux-là ne sont pas des hommes mais des monstres ; et s’ils le sont tous [des montres] alors je m’adresse à eux tous […]2.

  • 3 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage Parentés franco-espagnoles. Poétique de la nouvelle de Cerv (...)
  • 4 « [l]os casos de honra son los mejores / porque mueven con fuerza a toda gente » Lope de Vega Carpi (...)

4Les expressions volver por la fama (défendre la réputation) et casos verdaderos (cas véridiques) exigent un éclaircissement. La novela espagnole du xviie siècle est affiliée au modèle italien de l’histoire tragique : les « cas » racontés dans le second recueil de María de Zayas sont, comme les nouvelles de Matteo Bandello, des fait divers tragiques et violents ayant pour but de mettre l’effroi des lecteurs au service de leur instruction. La plupart des novelas publiées par les contemporains de Zayas (Cervantès, Castillo Solórzano et Lope de Vega parmi tant d’autres3) rapportent en effet des anecdotes tragiques spécifiques qu’on appelle casos de honra. Cette expression figée – le cas d’honneur –, qui relève d’abord du vocabulaire juridique, est définie par les dictionnaires espagnols de l’époque comme un « conflit engageant la réputation de la personne » (lance en que está empeñada la reputación personal, diccionnaire de Covarribuas). Très fréquents dans une société où le code traditionnel de l’honneur constitue le cadre de pensée dominant, ces conflits sont jugés par les tribunaux ordinaires selon le droit coutumier. Les fictions du Siècle d’Or, la novela mais aussi la comedia, s’en emparent (il s’agit de viols, d’adultères, de mariages clandestins, de promesses de mariage non tenues, de jeunes filles déshonorées) pour en faire le nœud de très nombreuses intrigues si on en croit Lope de Vega pour qui « [l]es cas d’honneur sont les meilleurs / car ils émeuvent avec force toutes sortes de personnes4 ». Aussi le « cas » mis en scène par Cervantès dans sa nouvelle intitulée La Force du sang nous permettra-t-il, par comparaison, de mieux saisir le projet de Zayas.

  • 5 Cervantès, Nouvelles exemplaires, « La Force du Sang », p. 236-237. « […] sin saber si sería bien d (...)

5Dans la novela cervantine, la jeune Leocadia est enlevée par une compagnie de jeunes nobles alors qu’elle se promène avec sa famille un soir d’été. Désespérés, les parents de la jeune fille rentrent chez eux sans savoir « s’il conv[ient] de faire part de leur malheur à la justice, de crainte de devenir eux-mêmes l’instrument d’un déshonneur public5 ». Leocadia, qui a été violée alors qu’elle gisait sans connaissance, parle ainsi à son ravisseur lorsqu’elle reprend conscience :

  • 6 Ibid., p. 238. « Atrevido mancebo, que de poca edad hacen tus hechos que te juzgue, yo te perdono l (...)

Téméraire jeune homme – car tes actes me portent à te croire jeune encore –, je te pardonne l’offense que tu m’as faite seulement si tu me promets et jures que, tout comme tu l’as couverte de cette obscurité, tu la recouvriras d’un perpétuel silence, sans en rien dire à personne. […] C’est entre moi et le Ciel que s’élèveront mes plaintes, sans vouloir que le monde les entende, car il ne juge pas choses par leurs circonstances, mais par la façon dont elles se présentent à son entendement6.

  • 7 Ibid., p. 242.

6Un peu plus tard – Leocadia est rentrée chez elle sans se faire remarquer de personne – son père lui déconseille vivement d’avoir, en pareil cas, recours à la justice car, dit-il, « une once » de déshonneur public fait plus de dégâts que « cent livres d’infamie secrète7 ».

7La réaction de Leocadia et l’avis paternel renvoient bien entendu au fait que l’honneur (celui des femmes au premier chef) réside avant tout dans l’opinion que l’on a d’elles : Leocadia ne peut pas faire reposer son honneur sur l’intime conviction que ce dernier est intact, car cette conviction ne vaut rien si l’honneur ne reçoit pas de confirmation publique. Leocadia et son père savent que la réputation de la jeune fille ne dépend pas que d’elle, mais d’un jugement public sur lequel ils n’ont que peu de prise. La jeune fille se rend donc à l’avis de son père, accouche dans le plus grand secret et laisse le hasard ou la Providence – on ne sait jamais très bien chez Cervantès –, rétablir son honneur moyennant la reconnaissance de l’enfant par son grand-père, le père de l’agresseur. À la toute fin de la nouvelle les parents du violeur amènent leur fils à épouser Leocadia pour réparer son honneur, ce que celle-ci accepte d’ailleurs sans broncher.

  • 8 Zayas, Desengaños amorosos, Introducción, p. 118.
  • 9 Traduit par nous. « […] ni comedia se representa, ni libro se imprime que no sea todo en ofensa de (...)

8María de Zayas s’intéresse, comme Cervantès, aux casos de honra ; mais, contrairement à Cervantès, elle rend explicite que l’opinion dont dépend la réputation des femmes est dictée par les hommes et dominée par leurs intérêts. L’honneur de Leocadia dépend de la discrétion de son violeur. Publié, son cas aurait dépendu du crédit donné par les juges – toujours des hommes – à son innocence. Sa réputation serait entre temps passée entre les mains d’une opinion (voisins, connaissances, amis) dont l’autorité s’appuyait, au xviie siècle, sur la simple appartenance au sexe masculin. Dans son malheur, Leocadia a la chance – c’est loin d’être toujours le cas – que son père la considère comme innocente et ne veuille pas lui faire porter le poids d’une faute supposée en l’enfermant dans un couvent ou en la punissant. Chez Zayas, Lisis décide de faire parler des jeunes femmes car les hommes, « qui commandent en toutes choses8 », racontent plus volontiers les fautes des femmes dont ils sont victimes que celles dont ils sont responsables. On peut noter, cela est très important, que Lisis ne vise pas uniquement les juges, les pères ou les maris qui assistent au sarao ; elle vise aussi les auteurs, ses contemporains, lorsqu’elle fait dire à Zelima, une de ses devisantes, « que les comédies qu’on représente et les livres qu’on imprime ont tous pour but d’offenser les femmes sans en épargner aucune9 ». Il s’agit donc pour Zayas d’investir la fiction de son temps en lui imposant un point de vue capable de défendre les femmes, c’est-à-dire un point de vue féminin puisque, dans le second sarao, seules les femmes prennent la parole. En interdisant aux hommes de raconter des histoires dans le récit-cadre du second volume, Lisis a pour objectif de faire entendre la voix d’une Leocadia ulcérée par l’injonction qui lui est faite de taire son agression (injonction que, dans le cas de la fiction cervantine, Leocadia fait sienne au point d’accepter d’épouser l’auteur de ses malheurs). Le sarao fournit à n’en pas douter une tribune fictionnelle à la voix des femmes.

  • 10 Cervantès, Novelas ejemplares I, Prólogo al lector, p. 52.

9Ce faisant, María de Zayas fait subir à la question de l’exemplarité, traditionnellement liée à la nouvelle, un infléchissement de poids. Il ne s’agit plus pour elle, comme c’est le cas pour Cervantès, de s’adresser à un public neutre du point de vue du genre et de justifier l’exemplarité de ses fictions en prenant appui sur les lois universelles de la raison et du christianisme10. Ayant pour but de contrer l’opinion masculine sur les femmes, les novelas de Zayas ne sont pas justifiables d’une norme morale prétendument universelle. Les novelas de Zayas construisent au contraire une exemplarité genrée qui signale la norme habituellement acceptée de façon à en dévoiler la partialité. Ce travail de déconstruction de la norme aboutit par ailleurs à une réception elle aussi genrée dans la mesure où les nouvelles s’adressent aux hommes pour tenter de les corriger, de modifier leur opinion, et aux femmes pour les prévenir. Mais nous tenterons également de montrer que les nouvelles de Zayas ne sont pas réductibles à une visée exemplaire et réformatrice. Dans ses novelas, le docere semble concurrencé par une vision du rapport entre les sexes qui ne laisse pas de place à l’espoir d’une réformation et se nourrit plutôt d’une conception fantasmatique des rapports entre les genres.

Prévenir les femmes et amender les hommes : des exempla d’une nouvelle sorte

10Pour atteindre ce but qui consiste à modifier l’opinion que l’on se fait habituellement des femmes, les nouvelles de Zayas concentrent leur attention sur les relations entre les sexes et sur l’imposture qui fonde ces relations.

  • 11 Traduit par nous. «  que los hombres, en estando en posesión, la voluntad se desvanece como humo. »(...)

11Les devisantes du sarao ont compris que ce qu’on appelle communément « amour » repose bien souvent sur un leurre dans la mesure où la rhétorique galante cache, non pas des sentiments épurés, mais le simple désir de jouissance (le verbe gozar – jouir – est omniprésent dans les deux recueils). Le vocabulaire et les gestes de l’amour qui s’appuient sur les codes de représentation néo-platoniciens sont avant tout destinés à faire céder la dame courtisée. On pense notamment aux nombreux poèmes composés par les personnages masculins, mais aussi aux lettres qu’ils font parvenir clandestinement aux dames – des modèles de rhétorique sentimentale – ou aux sérénades qu’ils leur offrent et qui finissent par toucher même les plus vertueuses d’entre elles. Naïves et crédules, les dames auxquelles s’adressent ces galanteries comprennent ces poèmes, ces lettres et ces chansons de façon littérale : elles croient aux promesses de mariage qu’on leur fait et se donnent à leurs amants sans se douter que « […] l’amour des hommes disparaît comme de la fumée lorsque la possession est atteinte11 ». En dévoilant cette imposture de nouvelle en nouvelle, Zayas rend explicitement les hommes responsables de la prétendue « facilité » avec laquelle les femmes se laissent séduire, ce qui est une façon de rétablir leur réputation (fama). Contrairement au lieu commun qui fait de la femme une bête concupiscente, la plupart des hommes font naître des désirs qu’ils frustrent aussitôt en abandonnant les femmes à leur sort après les avoir possédées. Le désir féminin, et c’est là une constante chez Zayas, est injustement condamné par ceux-là mêmes qui l’ont attisé à leur seul profit. Ses nouvelles révèlent ainsi un monde où, sous couvert d’amour et de galanterie, les hommes agissent en prédateurs sexuels ; un monde où les femmes se laissent d’autant plus facilement berner qu’elles sont jeunes, ignorantes et vivent confinées dans l’espace domestique avec, pour seule vie sociale, la fréquentation des servantes et de la famille la plus proche.

  • 12 Traduit par nous. « Mandasteme señora mia, que contase esta noche un desengaño, para que las damas (...)
  • 13 Traduit par nous. « […] tengo por cierto que, si bien estaban […] determinadas a tratar con rigor l (...)

12L’imposture masculine est-elle volontaire ? On remarque, à lire les recueils de Zayas, que les tromperies des hommes sont parfois préméditées mais pas systématiquement. Beaucoup croient aimer alors même qu’ils ne cherchent que leur plaisir. La pulsion sexuelle masculine revêt ainsi un caractère quelque peu irrépressible dont tout porte à croire qu’il est conçu, implicitement, comme « naturel » plutôt que comme le résultat d’un certain état de culture. La mise en évidence de l’imposture masculine, quelle qu’en soit la nature, a en revanche explicitement pour but de corriger cet état de fait. En effet, les interpellations du public féminin ou masculin par les devisantes sont constantes. Il s’agit d’avertir, de détromper, de désillusionner les unes : « Vous m’avez ordonné, Madame, de raconter ce soir une désillusion pour que les dames s’avisent des tromperies et des ruses des hommes12 » ; et, dans le même temps, de corriger et d’amender les autres : « je suis certaine que les dames s’étaient donné pour but de juger avec rigueur les mœurs des hommes non pas par haine mais par souci de les corriger […]13 ». Cette dernière citation est importante : il ne s’agit pas de haïr les hommes mais de les corriger. Alors que dans la plupart des nouvelles du Siècle d’Or la « pulsion » sexuelle masculine est traitée avec une relative indulgence – comme c’est le cas chez Cervantès – elle est, chez Zayas, considérée comme une des causes du dérèglement des rapports entre les sexes. Aussi les hommes se doivent-ils de la réguler en admettant qu’elle aboutit à des effets néfastes. Le desengaño, cette notion que l’histoire littéraire espagnole a placée au cœur de la poétique baroque et qui est si souvent glosée par les spécialistes du Siècle d’Or en termes métaphysiques (on pense bien sûr au desengaño de Sigismond dans la Vie est un songe), recouvre chez Zayas une intention pédagogique dont les deux sexes se doivent de profiter.

13Les moyens utilisés par Zayas pour détromper (desengañar) les femmes et persuader les hommes de ne plus se comporter comme ils le font, appartiennent à l’arsenal expressif de la nouvelle tragique.

  • 14 Traduit par nous. « quiero callar, que el mismo suceso dice más que yo puedo decir. » Zayas, Deseng (...)

14Il s’agit en effet de choisir une anecdote aussi frappante que possible de sorte que la fiction parle, comme le dit Lisarda, d’elle-même : « il faudrait me taire car l’événement lui seul en dit plus que je ne pourrais dire14 ». Zayas choisit pour ce faire les casos de honra les plus cruels : quelques mariages forcés, des viols (celui d’Aminta par don Manuel dans la première nouvelle du second recueil) mais surtout, et c’est là un type d’anecdote tragique qu’on ne trouve nulle part dans les recueils espagnols de l’époque sauf chez elle, des descriptions saisissantes des mauvais traitements infligés aux femmes par les hommes.

  • 15 « […] no solo tratarla mal de palabra, mas a poner las manos en ella sin mirar que es infamia. » Za (...)

15Dans La fuerza del amor (cinquième nouvelle des Novelas amorosas y ejemplares) don Diego manque à ses promesses et finit pas insulter et même par frapper Laura quand elle le lui reproche : « [il ne se contentait pas] de l’agresser verbalement mais la battait sans considérer à quel point cela est infame15 ». La jeune doña Ana, héroïne de la huitième nouvelle des Desengaños amorosos, est vidée de son sang par un mari jaloux de son honneur puis jetée dans un puits après avoir été froidement égorgée. Dans Tarde llega el desengaño (quatrième nouvelle du même recueil) le mari de la vertueuse Hélène, se croyant (à tort) trompé par sa femme, enferme celle-ci dans un placard étroit et nauséabond et lui donne pour nourriture le strict nécessaire pour la maintenir dans une vie indigne de ce nom. Il finit par comprendre, mais trop tard, qu’il a été injuste envers Elena et devient fou en retrouvant celle-ci morte dans sa prison. Mais le sadisme masculin et l’esthétique spectaculaire ne sont jamais aussi puissants que dans la description de l’état dans lequel la justice retrouve la belle et vertueuse doña Inés, après qu’elle a passé six ans emmurée par la volonté de son mari. C’est là un exemple très réussi de l’art de l’hypotypose dans lequel excelle María de Zayas :

  • 16 Traduit par nous. « Aquí entra ahora la piedad, porque, cuando la encerraron allí, no tenía más de (...)

C’est maintenant que doit intervenir la pitié car, lorsqu’elle fut emmurée, elle n’avait pas plus de vingt-quatre ans ; avec les six qu’elle y avait passé cela lui en faisait trente, la fleur de l’âge. D’abord, quoiqu’elle eut les yeux clairs, elle était devenue aveugle à cause de l’obscurité (car il est établi qu’une personne trop longtemps privée de lumière perd la vue) ou des pleurs qu’elle avait versés. Ses beaux cheveux, semblables, quand elle fut enfermée, à des fils d’or et blancs comme neige, étaient emmêlés et pleins de ces bestioles qui apparaissent quand on ne les peigne pas. Son teint était celui des morts ; elle était si maigre que l’on voyait ses os comme si sa peau fût devenue une soie délicate. Des yeux jusqu’au menton, deux sillons creusés par les larmes auraient été capables de contenir une corde épaisse ; les habits transformés en cendre, découvraient presque toutes les parties de son corps. Nue des pieds et des jambes, ses excréments s’étaient consumés et avaient consumé jusqu’aux cuisses qui, couvertes de plaies et de verres, dégageaient une odeur nauséabonde. Il suffit de dire qu’elle causa à tous tant de peine qu’ils pleuraient comme si elle était la fille de chacun16.

16Ce sont certainement ces tableaux impressionnants des sévices infligés aux femmes que le xixe siècle a jugés du plus mauvais goût.

17Voici enfin un dernier exemple qui, pour être moins spectaculaire n’en est pas moins émouvant. Dans La fuerza del amor Laura subit les mauvais traitements de son mari sans que son père et ses frères, qui pourtant aiment la jeune fille, ne fassent quoi que ce soit pour la libérer de son tortionnaire :

  • 17 Traduit par nous. « temiendo don Antonio que si cada día había de haber aquellas ocasiones, sería p (...)

craignant que ces violences quotidiennes n’aboutissent à leur perte [le père de Laura craint que ses fils ne tuent le mari maltraitant], don Antonio décida de ne plus voir de ses propres yeux les mauvais traitements dont souffrait Laura, sa fille bien aimée. C’est pourquoi, dès le lendemain, il partit avec armes et bagages dans sa maison de Piedra Hita, abandonnant la pauvre Laura à sa malheureuse existence ; elle était quant à elle si triste et émue de voir partir son père et ses frères qu’il s’en fallut de peu qu’elle ne perdît la vie17.

18L’esthétique de l’histoire tragique a pour but de persuader tout en suscitant la terreur et la pitié du public. Aussi l’injustice des souffrances infligées aux femmes par les hommes est-elle d’autant plus frappante qu’elle est décrite de façon fort expressive.

  • 18 A propos de la tension entre féminisme et anti-féminisme chez Zayas, voir l’ouvrage de Nieves Romer (...)

19Toutefois, Zayas sait très bien que ses nouvelles ne peuvent pas complètement se substituer à l’éducation qui, seule, est susceptible de mettre les femmes à l’abri des abus masculins en les empêchant d’être des proies faciles. On sait qu’à l’époque où ces novelas sont écrites, l’infériorité intellectuelle des femmes était un fait établi qui justifiait leur soumission dans le mariage et leur exclusion des fonctions publiques18. Zayas revendique quant à elle, haut et fort, la capacité des femmes à atteindre un certain degré d’éducation, contre les préjugés de son temps. Voici comment l’auteur s’exprime dans le prologue du premier recueil :

  • 19 « Quién duda que habrá muchos que atribuyan a locura esta virtuosa osadía de sacar a luz mis borron (...)

Je ne doute pas qu’ils seront nombreux à tenir pour folle cette vertueuse audace qui consiste à publier mes brouillons étant, comme je le suis, une femme ; car pour bien des sots, être femme c’est être incapable. Il suffit pourtant d’être un tant soit peu courtisan pour ne pas s’étonner de mon action ni la juger extravagante. Car si la matière qui nous compose, hommes et femmes (qu’il s’agisse d’un mélange de feu et de boue ou d’une pâte mêlant terre et esprit) n’a pas plus de noblesse en eux qu’en nous, si nous avons un même sang, si nos sens, nos puissances et les organes qui les font agir sont équivalents, si enfin nous avons une même âme (car les âmes ne sont ni mâles ni femelles), alors pourquoi faut-il qu’ils soient savants et prétendent que nous ne pouvons pas l’être à notre tour ? […] la vraie raison pour laquelle les femmes ne sont pas savantes ne tient pas à leurs facultés mais à ce à quoi elles s’appliquent. Car si au lieu de nous élever en nous faisant faire de la broderie on nous donnait des livres et des précepteurs, nous serions aussi aptes que les hommes à occuper des charges et des chaires […]19.

  • 20 Juan Huarte de San Juan, Exámen de ingenios para las ciencias, p. 162-164.

20Dans le passage ci-dessus, Zayas prend le contre-pied exact de la théorie humorale selon laquelle la nature organique des humains, mélange du feu et de l’élément liquide, serait froide et humide chez les femmes tandis qu’elle serait chaude et sèche chez les hommes. Pour Huarte de San Juan20, la froideur des femmes est ce qui les rend incapables d’accéder à l’entendement rationnel. Or Zayas déclare que la nature matérielle et spirituelle des hommes et des femmes est identique (« les âmes ne sont ni mâles ni femelles »). L’infériorité intellectuelle de celles-ci et, partant, leur soumission, ne provient donc pas d’une différence de nature mais de l’absence d’éducation. C’est une des constantes des textes de Zayas que de s’opposer à une définition essentialiste du féminin qui ferait de la femme un être faible par nature.

21Dans les Desengaños amorosos, Lisis se fait l’écho du prologue des Novelas amorosas y ejemplares lorsqu’elle affirme que le meilleur desengaño réside dans la connaissance et qu’elle conseille aux femmes de délaisser le soin de leur apparence extérieure pour s’adonner à l’étude

  • 21 Traduit par nous. « ¡Ea, dejemos las galas, rosas y rizos, y volvamos por nosotras con el entendimi (...)

Allez, laissons de côté nos parures, nos roses, nos boucles et faisons usage de notre entendement pour nous défendre. Ce sera là la meilleure des désillusions, aussi bien aujourd’hui qu’à l’avenir21.

22La défense des capacités intellectuelles des femmes est une constante dans les deux recueils de María de Zayas. C’est l’accès des femmes à la culture qui, avec l’amendement des hommes, devrait constituer le fondement d’un nouveau rapport entre les sexes, différent de celui qui prévaut habituellement. On sait que Lisis doit épouser don Diego à la fin du second sarao, ce qui fait espérer au lecteur un « mariage final » capable d’incarner l’espoir d’une relation apaisée entre hommes et femmes. Ce dénouement semble d’autant plus probable qu’à plusieurs reprises, et notamment vers la fin du second sarao, les auditeurs masculins se disent convaincus par ce qu’ils ont entendu. Don Juan déclare ainsi :

  • 22 Traduit par nous. « Yo, en nombre de todos estos caballeros y mío, digo que queda tan bien ventilad (...)

23Au nom de tous ces gentilshommes et en mon nom propre je déclare convaincante et juste la cause défendue par ces dames dans leurs désillusions : elle ont eu raison de défendre les femmes. C’est pourquoi nous nous déclarons vaincus et nous avouons qu’il y a des hommes que leurs cruautés et leurs tromperies condamnent tout en excusant les dames. En entendant don Juan s’exprimer ainsi tous les gentilshommes présents soutinrent qu’il avait raison22.

24Pourtant le mariage entre Lisis et don Diego n’aura pas lieu. À la grande surprise des personnages présents dans le sarao Lisis clôt leur dernière réunion avec une déclaration, adressée à ses amies, empreinte de fatalisme :

  • 23 Traduit par nous. « ¿Pensais ser más dichosas que las referidas en estos desengaños ? Ése es vuestr (...)

Croyez-vous que vous serez plus heureuses que les héroïnes de ces désillusions ? Eh bien c’est là que vous vous trompez le plus ; car on s’aperçoit, jour après jour, que le monde va de mal en pis. Pourquoi voulez-vous risquer votre réputation et même votre vie (car les mains des hommes sont cruelles) pour une girouette aussi inconstante que l’amour d’un homme ? Je ne serai pas, pour ma part, aussi imprudente. Avouez, mon cher don Diego – dit-elle en se retournant vers celui qui espérait l’avoir pour épouse – qu’il serait déraisonnable que je me trompe moi-même après avoir voulu détromper les autres ; ce n’est pas que votre proposition (de mariage) soit trompeuse, mais il n’est pas juste que je fasse confiance au bonheur que vous me faites entrevoir23.

  • 24 Traduit par nous. « ¿Quién me ha de obligar a que entre yo en lid de que tantas han salido vencidas (...)

25Lisis a eu beau avoir écouté les desengaños rapportés par ses amies, elle a beau être pleine de sagesse, sa conclusion signale l’impossibilité de concevoir une issue heureuse pour les femmes : « Qui donc m’obligera à participer à cette guerre où tant de femmes ont succombé et continueront de le faire tant que le monde durera […] ?24 ». La conclusion du second recueil tend à démontrer que les femmes sont condamnées à subir la domination des hommes quoi qu’elles fassent.

  • 25 Traduit par nous. « […] porque en la estimación de los hombres el mismo lugar tiene la que habla co (...)

26C’est ce que l’on constate en comparant le destin de deux personnages tels Camila et Roseleta dans La más infame venganza (II-2). La jeune Camila ne dit pas à son mari qu’elle est sexuellement harcelée par don Juan jusqu’au jour où, violée par ce dernier, son déshonneur éclate sur la place publique. Le mari, qui la soupçonne de ne pas l’avoir prévenu parce qu’elle consentait secrètement aux avances de don Juan, empoisonne sa jeune et vertueuse épouse au lieu de s’en prendre à son violeur. Mais si Camille est morte pour n’avoir pas révélé à son mari qu’elle était courtisée, la Roseleta du desengaño suivant subit le même sort pour le lui avoir révélé « […] car les femmes qui parlent et celles qui se taisent sont jugées de la même façon par les hommes25 ».

27Pourquoi un tel fatalisme ? Pourquoi, chez Zayas l’exemplarité attachée au desengaño est-elle concurrencée par le sentiment de son inanité ?

Les rapports genrés chez María de Zyas : une impasse ?

28Il nous semble que si les desengaños conduisent les devisantes les plus sages à refuser le mariage, c’est que la possibilité d’une réforme des rapports genrés est considérée, dans le fond, comme impossible. Les nouvelles de Zayas proposent une vision des rapports entre les sexes qui, au-delà de l’imposture évoquée ci-dessus, s’apparente à un inévitable bras de fer.

29L’idée que l’élévation des femmes par l’éducation puisse être un ferment d’entente entre les sexes se voit en effet littéralement mise en pièces par le constat – très fréquent dans les nouvelles – que, quand bien même on admettrait que les femmes ont des capacités intellectuelles, l’exercice de ces capacités ne peut avoir pour corollaire qu’un nécessaire amoindrissement de la puissance masculine. Du moins les hommes interprètent-ils toujours ainsi les succès des femmes dans des domaines qui sont traditionnellement de leur ressort.

  • 26 Traduit par nous. « […] que hay algunos ignorantes que, como si las mujeres les quitaran el entendi (...)

30Dans « L’esclave de son amant », Aminta déclare « […] qu’il existe des ignorants qui s’exaspèrent des succès des femmes et considèrent que celles-ci leur volent leur intelligence par le seul fait d’être intelligentes elles-mêmes26 ». La reconnaissance des capacités intellectuelles des femmes n’est pas qu’une question de préjugé : elle met littéralement en danger l’identité masculine. C’est du moins ce que suggère Filis, une des devisantes du second sarao :

  • 27 Traduit par nous. « Demás de esto, como los hombres, […] temerosos quizá de que las mujeres no se l (...)

Les hommes craignent que les femmes leur ôtent leur pouvoir ; et en effet, il n’y a aucun doute que les femmes surpasseraient les hommes en toutes choses si seulement elles faisaient moins attention à leur apparence en se féminisant plus que Nature ne les a féminisées, et si elles passaient plus de temps à apprendre le maniement des armes et à étudier les sciences qu’à s’occuper de leurs cheveux et de leur teint. C’est donc pour éviter qu’elles s’emparent du pouvoir qu’on les accuse d’être faciles et peu courageuses et qu’on leur donne des travaux de couture dès qu’elles atteignent l’âge de raison. Et c’est un miracle si on leur apprend seulement à lire, car bien des pères refusent que leurs filles sachent lire et écrire pensant que ces occupations les rendront malhonnêtes (comme s’il n’y avait pas des femmes ignorantes et malhonnêtes). Et tout ceci est dû à leur envie naturelle et à leur crainte de les voir les dépasser en tout. C’est parce qu’ils ont peur qu’ils les rabaissent et les contraignent à s’occuper des soins du ménage27.

31Ce passage est particulièrement intéressant, car il suggère que l’identité masculine s’est construite sur la crainte (le mot temor est répété trois fois) de la supériorité des femmes et non pas sur la conviction de leur infériorité intrinsèque. Zayas montre que la faiblesse traditionnellement attribuée aux femmes n’est pas une donnée biologique, mais une construction masculine fondée sur la peur panique d’un éventuel amoindrissement de la puissance symbolique du sexe masculin. De la même façon, en déclarant que la femme est forcée de se féminiser plus que de nature, Zayas met en avant l’idée que la féminité dépend bien moins d’une assise « naturelle » que d’une injonction masculine parfaitement intériorisée. La féminité apparaît dans ces lignes comme une imposition genrée qui se surimpose au sexe biologique, le prolonge, l’oriente et qui est culturellement déterminée par la peur masculine de la capacité des femmes à l’égaler, voire à le surpasser. L’enjeu des nouvelles de Zayas n’est pas seulement de prouver l’inanité des théories humorales qui font de la femme un être inférieur susceptible de commettre des fautes et de perdre son honneur. Il consiste à montrer que c’est là une construction idéologique inventée par les hommes pour maintenir les femmes dans l’assujettissement. En somme, changer l’opinion des hommes sur les femmes est impossible, car c’est l’identité des hommes qui en serait ébranlée. Aussi, le sentiment de cette impasse dans les rapports sexués, suscite-t-il, dans certains textes, des fantasmes ou plutôt des fictions d’identité féminine qui se substituent à l’impossible espoir de voir les femmes échapper à leur sort.

  • 28 Traduit par nous. « Y es de créer que le fué necesario el ánimo que el traje varonil le iba dando p (...)

32Certaines nouvelles utilisent le motif du travestissement pour opérer des glissements entre genres, et rendre possibles, du moins fictionnellement, des identités qui ne seraient pas déterminées par le bras de fer évoqué plus haut. Un certain nombre de personnages féminins des novelas se déguisent en effet en homme et adoptent les caractères genrés du masculin. Il peut s’agir, comme c’est le cas dans La burlada Aminta, d’assouvir un désir de vengeance. Aminta se déguise en page pour entrer dans l’intimité de don Jacinto, qui l’a séduite et abandonnée pour une nouvelle maîtresse. Elle refuse fermement l’aide que don Martin veut bien lui prêter et tue son séducteur de plusieurs coups de poignard dans son sommeil. Voici ce qu’en dit le texte : « Et il faut croire qu’elle avait besoin du courage que lui infusait l’habit masculin pour ne pas montrer sa crainte et sa faiblesse28 ». Dans Le juge de sa propre cause, c’est davantage le désir de liberté et d’action qui amène Estela à emprunter l’habit de soldat, et à devenir vice-roi avant de se faire reconnaître par son amant. Ailleurs, dans S’aventurer en perdant, la toute première nouvelle des Novelas amorosas y ejemplares, l’intrépide Jacinta se déguise en homme pour courir les routes à la recherche de Celio, son amant inconstant. Aussi, Jacinta, n’a pas besoin d’être courtisée pour désirer un homme :

  • 29 Traduit par nous. « ¡Quién pensara, Fabio, que esto despertara mi cuidado, […] para mirarle con mas (...)

Qui aurait cru, Fabio, que cela [l’inconstance de Celio] éveillerait mon envie de le regarder plus que de raison ? En contemplant sa gaillardise je vis renaître en moi un peu de désir, et ce désir fit tarir mes larmes. Je recouvrai la santé et le souvenir [de don Felix] commença à s’estomper au point que j’en vins à l’aimer [Celio], et à souhaiter l’avoir pour époux. Je fis pourtant taire mon amour afin de ne pas paraître légère, jusqu’au jour où il trouva lui-même l’occasion [d’en parler]29.

33Dans cette nouvelle, le déguisement de Jacinta symbolise un désir féminin envisagé non pas sous la forme genrée de la passivité, mais sous celle d’une audace classiquement masculine. Dans les dernières lignes du récit, Jacinta accepte d’entrer dans un couvent mais sans s’engager dans les ordres, car son désir pour Celio l’emporte sur tout le reste :

  • 30 Traduit par nous. « Porque para admitir esposo, me lo estorba mi amor, y para ser de Dios, ser de C (...)

Mon amour pour Celio m’empêche de prendre un mari ou de me consacrer à Dieu. Car, quand bien même ce dernier état me serait avantageux, il est nécessaire d’être libre pour appartenir à Dieu. Je sais bien que je délaisse le Ciel au profit de cet enfer qu’est ma passion. Mais ce ne serait pas un vrai amour s’il ne me coûtait pas si cher. Je suis le Phénix de l’amour : j’ai aimé don Felix jusqu’à sa mort ; j’aime et j’aimerai Celio jusqu’à ce que cet amour m’ôte la vie. J’ai fait le choix d’aimer et j’y serai fidèle jusqu’au bout30.

34On évoquera enfin un dernier travestissement d’homme en femme cette fois-ci. Dans Aimer pour vaincre, le jeune Esteban se déguise en servante (tout en se faisant appeler Estefanía) pour avoir accès à l’intimité de la jeune Laurela. Or les agréments de la servante travestie sont tels que Laurela tombe amoureuse (a Laurela enamoró) de celle qu’elle croit être une fille. Voici un de leurs dialogues :

— Il est certain, Estefanía, que si tu étais homme au lieu d’être femme, ton amante pourrait se considérer bienheureuse.

— Peu importe en fait car, pour aimer, cela ne change rien d’être un homme ou une femme. Les âmes ne sont ni hommes ni femmes et le véritable amour tient à l’âme et non pas au corps ; car celui qui aime le corps avec le corps n’éprouve pas de l’amour mais des appétits, ce qui fait qu’il s’ennuie après la possession. Quand l’amour ne réside pas dans l’âme, le corps, qui est mortel, se lasse des meilleurs mets alors que l’âme spirituelle n’est jamais rassasiée.

— Oui mais quand une femme en aime une autre, leur amour est sans fruit.

  • 31 Traduit par nous. « – Cierto Estefanía que si fueras, como eres mujer, hombre, que dichosa se pudie (...)

— En effet et c’est le propre de l’amour véritable que de pouvoir s’en passer31.

35Esteban déguisé en femme correspond très précisément au fantasme féminin d’un amour hétérosexuel dépourvu de la violence associée à la pulsion masculine. Mais il s’agit peut-être aussi d’une fiction renvoyant de façon cryptée à l’amour entre femmes (Velasco, 2011).

36Cette dernière hypothèse pourrait bien être confirmée par l’amitié qui unit, dans le récit-cadre du second sarao, Lisis et une belle esclave mauresque à laquelle Lisis s’attache beaucoup et qui s’avère être une femme chrétienne :

  • 32 Traduit par nous, « Con esta hermosa mora se alegró tanto Lisis, que gozándose con sus habilidades (...)

Lisis était tellement heureuse auprès de la belle mauresque et le plaisir que lui procuraient ses talents et ses agréments était tel qu’il lui faisait oublier sa maladie. Elles s’aimaient à un point tel qu’elles n’étaient plus maîtresse et esclave mais ressemblaient plutôt à deux sœurs. Zelima savait comment s’attirer l’affection de Lisis et Lisis le lui rendait en l’aimant si fort qu’elle ne pouvait se passer d’elle32.

  • 33 Nous n’avons pas évoqué la nouvelle de María de Zayas la plus connue en France, La Précaution inuti (...)

37C’est avec la belle esclave mauresque libérée de son esclavage et devenue doña Isabel que Lisis se retire dans un couvent après avoir refusé d’épouser don Diego. Elle n’est pas la seule, d’ailleurs, à préférer le cloître à la vie conjugale : sa cousine Estefanía notamment se félicite d’avoir épousé Dieu plutôt qu’un homme. Mais le choix de Lisis qui décide, comme Jacinta, de ne pas professer, est ambivalent et a donné lieu à des interprétations contrastées. Il nous semble que, autant ou plus qu’un choix dicté par la dévotion, c’est le désir de vivre éloignée des hommes, au sein d’une communauté de femmes, qui s’exprime dans la conclusion du recueil33.

38Nous avons du mal aujourd’hui à mesurer l’impact des novelas de Zayas sur le public espagnol de la première moitié du xviie siècle. Mais il est certain que la publication de ces deux recueils de nouvelles a dû requérir beaucoup de courage de la part de son auteure, si on en croit les paroles de l’une des devisantes, Matilde lorsqu’elle déclare avoir prévu un cheval et des éperons pour préparer sa fuite en cas de besoin :

  • 34 Traduit par nous. « Pues si hoy las que estamos señaladas para desengañar, hemos de decir verdades (...)

Car si, aujourd’hui, celles parmi nous qui ont décidé de désabuser [les autres] doivent dire des vérités et les enseigner, que peuvent-elles attendre d’autre que de la haine et des querelles ? Je suis assurée que certains n’attendent que d’être sortis de ce lieu pour déverser par écrit et en parole la colère que notre sarao a provoqué en eux ; ainsi est-il bon que la poste soit prévenue et que les étriers soient prêts : cela seul m’empêche de mourir de peur34.

Haut de page

Bibliographie

Armas de, Frederick A., The Invisible Mistress: Aspects of Feminism and Fantasy in the Golden Age, Charlottesville, Biblioteca Siglo de Oro, 1976.

Bosse, Monika, Potthast, Barbara, Stoll, André (dir.), La creatividad femenina en el mundo barroco hispánico. María de Zayas – Isabel Rebeca Correa – Sor Juana Inés de la Cruz, Kassel, Reichenberger, 1999.

Brownlee, Marina S., The Cultural Labyrinth of María de Zayas, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000.

Cervantes, Miguel de, Novelas ejemplares, I-II, Madrid, Cátedra, 2005.

Cervantès, Michel de, Nouvelles exemplaires, Œuvres romanesques complètes II, trad. Claude Allaigre, Jean Canavaggio et Jean-Marc Pelorson, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 2001.

Cotoner Cerdó Luisa, Riera, Carme, « Zayas o la ficción al servicio de la educación femenina », Breve historia feminista de la literatura española (en lengua castellana). IV : La literatura escrita por mujer, Barcelona, Anthropos, 1997, p. 281-303.

Díez-Borque, Jose María, « El feminismo de doña María de Zayas », La mujer en el teatro y la novela del siglo XVII, Toulouse, Geste, 1978, p. 63-83.

El Saffar, Ruth, « Ana/Lysis/Zayas : Reflections on Courtship and Literary Women in María de Zayas’s Enchantments of Love [Novelas amorosas y ejemplares] », Indiana Journal of Hispanic literature n° 2/1, 1993, p. 7-28.

Foa S. M., Feminismo y forma narrativa, estudio del tema y las técnicas de María de Zayas y Sotomayor, Valencia, Albatros Hispanófila, 1979.

Gamboa Tusquets, Yolanda, Cartografía social en la narrativa de María de Zayas, Madrid, Biblioteca Nueva, 2009.

Goytisolo, Juan, « El mundo erótico de María de Zayas », Disidencias, Barcelona, Seix Barral, 1977, p. 63-115.

Grear, Margaret, María de Zayas Tells Baroque Tales of Love and the Cruelty of Men, Philadelphia, Pennsylvania State University Press, 2000.

Hautcœur, Guiomar, Parentés franco-espagnoles. Poétique de la nouvelle de Cervantes à Challe, Paris, Champion, 2005.

Heiple, Daniel L., « Profeminist Reactions to Huarte’s Misogyny in Lope de Vega’s La prueba de los ingenios and María de Zayas’s Novelas amorosas y ejemplares », in Stoll, Anita K., Smith, Dawn L. (eds.). The Perception of Women in Spanish Theater of the Golden Age, Lewisburg, Bucknell University Press, 1991, p. 121-134.

Langle de Paz, Teresa, ¿ Cuerpo o intelecto ? una respuesta fememina al debate sobre la mujer en la España del siglo XVII, Málaga, Universidad de Málaga, 2004.

Lope de Vega, Carpio, El Arte Nuevo de hacer comedias en este tiempo [1613], Madrid, C.S.I.C, 1971.

Ordóñez, Elizabeth J., « The Woman and Her Text in the Works of María de Zayas and Ana Caro », Revista de Estudios Hispánicos, n°19, 1985, p. 3-15.

Redondo, Aguntin (dir.), Images de la femme en Espagne aux xvie et xviie siècles. Des traditions aux renouvellements et à l’émergence d’images nouvelles, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1984.

Romero Díaz, Nieves, Nueva nobleza, nueva novela : reescribiendo la cultura urbana del barroco, Juan de la Cuesta, Newark Delaware, 2002.

Tilly Eva, « Maria de Zayas : une conscience féminine dans l’Espagne du Siècle d’Or », thèse de doctorat, décembre 2008, Université Caen Normandie, Caen.

Velasco, Sherry, Lesbians in Early Modern Spain, Nashville, Vanderbilt University Press, 2011.

Vollendorf, Lisa, Reclaiming the Body: María de Zayas’s Early Modern Feminism, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2001.

Zayas y Sotomayor, María de, Novelas amorosas y ejemplares [1637], Madrid, Cátedra, 2010.

Zayas y Sotomayor, María de, Desengaños amorosos [1647], Madrid, Cátedra, 2009.

Zayas y Sotomayor, María de, Exemplary Tales of Love and Tales of Disillusion, éd. et trans. Margaret R. Greer and Elizabeth Rhodes, Chicago, University of Chicago Press, 2009.

Zayas y Sotomayor, María de, Nouvelles amoureuses et exemplaires, trad. Anne-Gaëlle Costa-Pascal, Strasbourg, Circé, 2013.

Haut de page

Notes

1 Traduit par nous. « […] de aviso para que no se arrójen al mar de sus desenfrenados deseos, fiadas en la barquilla de su flaqueza […]. » Zayas, Novelas amorosas y ejemplares, « Aventurarse perdiendo », p. 173.

2 Traduit par nous. « […] en primer lugar, que habían de ser las damas las que novelasen (y en esto acertó con la opinión de los hombres, pues siempre tienen a las mujeres por noveleras) ; y en segundo que los que refiriesen fuesen casos verdaderos y que tuviesen nombre de desengaños (en esto no sé si los satisfizo porque como ellos procuran siempre engañarlas, sienten mucho se desengañen). Fue la pretensión de Lisis en esto volver por la fama de las mujeres (tan prostrada y abatida por su mal juicio, que apenas hay quien hable bien de ellas). Y como son los hombres quienes presiden en todo, jamás cuentan los malos pagos que dan, sino los que les dan ; y si bien lo miran, ellos cometen la culpa, y ellas siguen tras su opinión pensando que aciertan ; que lo cierto es que no hubiera malas mujeres si no hubiera malos hombres. […] Hablo de los que, olvidados de sus obligaciones, hacen diferente de lo que es justo ; estos tales no serán hombres sino monstruos ; y si todos lo son, con todos hablo […]. » Zayas, Desengaños amorosos, Introducción, p. 118 (souligné par nous).

3 Je me permets de renvoyer à mon ouvrage Parentés franco-espagnoles. Poétique de la nouvelle de Cervantes à Challe, chapitre 1 : « Contours de la novela espagnole du Siècle d’Or ».

4 « [l]os casos de honra son los mejores / porque mueven con fuerza a toda gente » Lope de Vega Carpio, El Arte Nuevo de hacer comedias en este tiempo, v. 327-328.

5 Cervantès, Nouvelles exemplaires, « La Force du Sang », p. 236-237. « […] sin saber si sería bien dar noticia de su desgracia a la justicia, temerosos no fuesen ellos el principal instrumento de publicar su deshonra. » Novelas ejemplares II, « La fuerza de la sangre », p. 78.

6 Ibid., p. 238. « Atrevido mancebo, que de poca edad hacen tus hechos que te juzgue, yo te perdono la ofensa que me has hecho con sólo que me prometas y jures que, como la has cubierto con esta escuridad, la cubrirás con perpetuo silencio sin decirla a nadie. […] Entre mí y el cielo pasarán mis quejas, sin querer que las oiga el mundo, el cual no juzga por los sucesos las cosas, sino conforme a él se las asienta en la estimación. » ibid., p. 80.

7 Ibid., p. 242.

8 Zayas, Desengaños amorosos, Introducción, p. 118.

9 Traduit par nous. « […] ni comedia se representa, ni libro se imprime que no sea todo en ofensa de las mujeres, sin que se reserve ninguna. » Zayas, Desengaños amorosos, Introducción, p. 124.

10 Cervantès, Novelas ejemplares I, Prólogo al lector, p. 52.

11 Traduit par nous. «  que los hombres, en estando en posesión, la voluntad se desvanece como humo. » Zayas, Desengaños amorosos, « La esclava de su amante », p. 139.

12 Traduit par nous. « Mandasteme señora mia, que contase esta noche un desengaño, para que las damas se avisen de los engaños y cautelas de los hombres […]. » Zayas, Desengaños amorosos, Intrducción, p. 124.

13 Traduit par nous. « […] tengo por cierto que, si bien estaban […] determinadas a tratar con rigor las costumbres de los hombres, no era por aborrecerlos sino por enmendarlos […]. » Zayas, Desengaños amorosos, Noche segunda, p. 258.

14 Traduit par nous. « quiero callar, que el mismo suceso dice más que yo puedo decir. » Zayas, Desengaños amorosos, « Desegaño segundo », p. 187.

15 « […] no solo tratarla mal de palabra, mas a poner las manos en ella sin mirar que es infamia. » Zayas, Novelas amorosas y ejemplares, « La fuerza del amor », p. 354-355.

16 Traduit par nous. « Aquí entra ahora la piedad, porque, cuando la encerraron allí, no tenía más de veinte y cuatro años y seis que había estado eran treinta, que era la flor de sus edad. En primer lugar, aunque tenía los ojos claros, estaba ciega, o de la oscuridad (porque es cosa asentada que si una persona entuviese mucho tiempo sin ver la luz cegaría) o fuese de esto u de llorar, ella no tenía vista. Sus hermosos cabellos, que cuando entró allí eran como hebras de oro, blancos como la misma nieve, enredados y llenos de animalejos, que de no peinarlos se crían en tanta cantidad, que por encima hervoreaban ; el color, de la color de la muerte ; tan flaca y consumida, que se le señalaban los huesos, como si el pellejo que estaba encima fuera un delgado cendal ; desde los ojos hasta la barba, dos surcos cavados de las lágrimas, que se le escondía en ellos un bramante grueso ; los vestidos hechos ceniza, que se le veían las más partes del cuerpo ; descalza de pié y pierna, que de los excrementos de su cuerpo, como no tenía donde echarlos, no solo se habían consumido, mas la propia carne hasta los muslos comida de llagas y gusanos, de que estaba lleno el hediondo lugar. No hay más que decir, sino que causó a todos tanta lástima que lloraban como si fuera hija de cada uno. » Zayas, Desengaños amorosos, « La inocencia castigada », p. 287.

17 Traduit par nous. « temiendo don Antonio que si cada día había de haber aquellas ocasiones, sería para perderse [teme que sus hijos maten al yerno] se determinó no ver por sus ojos tratar mal una hija tan querida como Laura. Y así otro día, tomando su casa, hijos y hacienda, se fue a Piedra Blanca, dejando a la pobre Laura en su desdichada vida, tan triste y tierne de verlos ir que le faltó muy poco para perderla. » Zayas, Novelas amorosas y ejemplares, « La fuerza del amor », p. 361.

18 A propos de la tension entre féminisme et anti-féminisme chez Zayas, voir l’ouvrage de Nieves Romero Díaz, Nueva nobleza, nueva novela, 2002.

19 « Quién duda que habrá muchos que atribuyan a locura esta virtuosa osadía de sacar a luz mis borrones, siendo mujer, que en opinión de algunos necios es lo mismo que una cosa incapaz. Pero cualquiera, como sea no más de buen cortesano, ni lo tendrá por novedad ni lo murmurará por desatino. Porque si esta materia de que nos componemos los hombre y las mujeres, ya sea una trabazón de fuego y barro, o ya una masa de espíritus y terrones, no tiene más nobleza en ellos que en nosotras ; si es una misma la sangre ; los sentidos, las potencias y los órganos por donde se obras sus efectos, son unos mismos ; la misma alma que ellos, porque las almas ni son hombres ni mujeres : ¿Qué razón hay para que ellos sean sabios y presuman que nosotras no podemos serlo ? […]. Y así, la verdadera causa de no ser las mujeres doctas no es defecto del caudal, sino de la aplicación. Porque si en nuestra crianza, como nos ponen el cambray en las almohadillas y los dibujos en el bastidor, nos dieran libros y preceptores, fuéramos tan aptas para los puestos y para las cátedras que los hombres […]. » Zayas, Novelas amorosas y ejemplres, « Al que leyere », p. 159.

20 Juan Huarte de San Juan, Exámen de ingenios para las ciencias, p. 162-164.

21 Traduit par nous. « ¡Ea, dejemos las galas, rosas y rizos, y volvamos por nosotras con el entendimiento […]. Y será el mejor desengaño para las que hoy son y las que han de venir. » Zayas, Desengaños amorosos, p. 231.

22 Traduit par nous. « Yo, en nombre de todos estos caballeros y mío, digo que queda tan bien ventilada y concluida la opinión de las damas desengañadoras y que con justa causa han tomado la defensa de las mujeres, y por conocerlo así, nos damos por vencidos y confesamos que hay hombres que, con sus crueldades y engaños, condenándose a si, disculpan a las mujeres. Que oyendo todos lo caballeros lo que don Juan decía, respondieron que tenía razón. » Zayas, Desengaños amorosos, p. 366.

23 Traduit par nous. « ¿Pensais ser más dichosas que las referidas en estos desengaños ? Ése es vuestro mayor engaño ; porque cada día, como el mundo se va acercando al fin, todo va de mal en peor ¿Porqué queréis, por veleta tan mudable como la voluntad de un hombre, aventurar la opinión y la vida en las crueles manos de los hombres ? […] Pues no he de ser yo así, que en mi no ha de faltar el conocimiento que en todas. Y así, vos, señor don Diego – prosiguió la sabia Lisis, vuelta al que guardaba verla su esposa –, advertid que no será razón que, deseando yo desengañar, me engañe ; no porque en ser vuestra esposa puede haber engaño, sino porque no es justo que me fie de mi dicha […]. » Zayas, Desengaños amorosos, p. 507-508.

24 Traduit par nous. « ¿Quién me ha de obligar a que entre yo en lid de que tantas han salido vencidas, y saldrán mientras durare el mundo, […] ? » Zayas, Desengaños amorosos, p. 508.

25 Traduit par nous. « […] porque en la estimación de los hombres el mismo lugar tiene la que habla como la que calla. » Zayas, Desengaños amorosos, « El verdugo de su esposa », p. 212.

26 Traduit par nous. « […] que hay algunos ignorantes que, como si las mujeres les quitaran el entendimiento por tenerle, se consumen de los aciertos ajenos. » Zayas, Desengaños amorosos, « La esclava de su amante », p. 128.

27 Traduit par nous. « Demás de esto, como los hombres, […] temerosos quizá de que las mujeres no se les quiten [el imperio], pues no hay duda que si no se dieran tanto a la compostura, afeminándose más que naturaleza la afeminó, y como en lugar de aplicarse a jugar las armas y a estudiar las ciencias, estudian en criar el cabello y matizar el rostro, ya pudiera ser que pasaran en todo a los hombres. Luego el culparlas de fáciles y de poco valor y menos provecho es porque no se alcen con la potestad. Y así en empezando tener discurso las niñas, pónenlas a labrar y hacer vainillas, y si las enseñan a leer es por milagro, que hay padre que tiene por caso de menos valer que sepan leer y escribir sus hijas, dando por causa que de saberlo son malas, como si no hubiera muchas mas que no lo saben y lo son, y ésta es natural envidia y temor que tienen de que los han de pasar en todo. […] según esto, temor es abatirlas y obligarlas a que ejerzan las cosas caseras. » Zayas, Desengaños amorosos, « Desengaño cuarto », p. 228-229.

28 Traduit par nous. « Y es de créer que le fué necesario el ánimo que el traje varonil le iba dando para no mostrar su sobresalto y flaqueza » Zayas, Novelas amorosas y ejemplares, « La burlada Aminta y venganza del honor », p. 238.

29 Traduit par nous. « ¡Quién pensara, Fabio, que esto despertara mi cuidado, […] para mirarle con mas atención que fuera justo ! De mirar su gallardía renació en mi un poco de deseo, y con desear se empezaron a enjugar mis ojos, y fui cobrando salud porque la memoria empezó a divertirse tanto que del todo le vine a querer, deseando que fuera mi marido, si bien callaba mi amor por no parecer liviana, hasta que él mismo trajo la ocasión por los cabellos […]. » Zayas, Novelas amorosas y ejemplares, « Aventurarse perdiendo », p. 202.

30 Traduit par nous. « Porque para admitir esposo, me lo estorba mi amor, y para ser de Dios, ser de Celio. Porque aunque es la ganancia diferente, para dar la voluntad a tan divino esposo, es justo que esté muy libre y desocupada. Bien sé lo que gano por lo que pierdo, que es el cielo o el infieno, que tal es el de mis pasiones, ; mas no fuera verdadero mo amor si no me costara tanto. […] Soy Fénix de amor : quise a don Felix hasta que me le quitó la muerte ; quiero y querré a Celio hasta que ella triunfe de mi vida Hice elección de amar y con ella acabaré. » Ibid., p. 210.

31 Traduit par nous. « – Cierto Estefanía que si fueras, como eres mujer, hombre, que dichosa se pudiera llamar la que tú amaras. – Y aun así como así – dijo Estefanía –, pues para amar, supuesto que el alma es toda una en el varón y en la hembra, no se me da más ser hombre que mujer ; que las almas no son hombres ni mujeres, y el verdadero amor en el alma está, que no en el cuerpo ; y el que amare el cuerpo con el cuerpo, no puede decir que es amor sino apetito, y de esto nace arrepentirse en poseyendo ; porque como no estaba el amor en el alma, el cuerpo, como mortal, se cansa siempre de un manjar, y el alma, como espíritu, no se puede enfastiar (hastiar) de nada. – Si, mas es amor sin provecho amar una mujer a otra – dijo una de las criadas. – Ése – dijo Estefanía – es el verdadero amor, pues amar sin premio es mayor fineza[…]. » Zayas, Desengaños amorosos, « Amar solo por vencer », p. 317.

32 Traduit par nous, « Con esta hermosa mora se alegró tanto Lisis, que gozándose con sus habilidades y agrados, casi se olvidaba de la enfermedad, cobrándose tanto amor que no era como de señora y esclava, sino de dos queridas hermanas : sabía muy bien Zelima granjear y atraer a sí la volontad de Lisis, y Lisis pagárselo en quererla tanto, que a penas se hallaba sin ella. » Zayas, Desengaños amorosos, p. 117.

33 Nous n’avons pas évoqué la nouvelle de María de Zayas la plus connue en France, La Précaution inutile, traduite par Scarron et d’Ouville et source d’inspiration pour L’École des femmes de Molière. Il nous semble que cette celle-ci (comme Le châtiment de l’avarice) est moins intéressante en termes de confrontation et de déplacement des catégories genrées que les nouvelles reposant sur un caso de honra. On n’y entend pas, comme dans les autres nouvelles, la volonté de rétablir la réputation des femmes ni le désir d’imaginer des identités féminines différentes de celles imposées par la société.

34 Traduit par nous. « Pues si hoy las que estamos señaladas para desengañar, hemos de decir verdades y queremos ser maestras de ellas ¿qué esperamos sino odios y rencillas ? Que aseguraré hay más de dos que están deseando salir de este lugar para verter de palabra y escrito la ponzoña que le ha ocasionado nuestro Sarao ; luego bien prevenida está la posta, y bien dispuesto el traer espuelas, y con todo eso no he de morir de miedo. » Zayas, Desengaños amorosos, p. 294-295.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guiomar Hautcœur, « Lire les novelas de María de Zayas aujourd’hui : défense des femmes et pensée du genre », TRANS- [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/trans/1901 ; DOI : 10.4000/trans.1901

Haut de page

Auteur

Guiomar Hautcœur

Guiomar Hautcœur est Maître de conférences-HDR en littérature comparée à l’Université Paris Diderot – Paris 7. Elle a travaillé sur les échanges littéraires franco-espagnols au XVIIe siècle (Parentés franco-espagnoles au XVIIe siècle. Poétique de la nouvelle de Cervantès à Challe, Paris, Champion, 2005) et a écrit de nombreux articles sur Cervantès. Elle s’intéresse au roman de l’époque moderne d’un point de vue qui intègre les théories contemporaines de la fiction notamment (Roman et secret. Essai sur la lecture du roman moderne à paraître en 2019) mais aussi les théories sur le genre.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page