Navigation – Plan du site

Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature

Roberto Saviano: the representation of criminal powers of the mafia and the conflict between justice and literature
Roberto Saviano: la rappresentazione dei poteri criminali mafiosi e il conflitto tra giustizia e letteratura
Ketty Zanforlini

Résumés

Les hors-la-loi, ainsi que les aspects exceptionnels et obscurs de leurs vies, sont, le plus souvent, l’apanage des romans policiers ou noirs ainsi que celui de la presse. En revanche les délits à caractère mafieux semblent faire exception puisque nous les retrouvons dans une littérature définie par Vincenzo Consolo comme « ambiguë ». Au début des années deux-mille en Italie ce panorama se complique et Roberto Saviano, avec la publication, en 2006, de Gomorra – ouvrage décrivant les dynamiques de pouvoir de la camorra, la mafia napolitaine – bouleverse le paysage littéraire italien. Nous étudierons quelle représentation de la camorra donne cet écrivain pour en mettre en évidence le discours original et complexe et pour analyser les implications très fortes de la réception de son écriture. Ceci nous amènera ensuite à réfléchir sur le conflit entre loi juridique et loi littéraire qui semble caractériser de manière inédite la production littéraire contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Folio Gall (...)

1L’écrivain napolitain Roberto Saviano a sans aucun doute su braquer les projecteurs sur les dynamiques des pouvoirs mafieux dès la publication, en 2006, de son premier ouvrage Gomorra1 qui relate les agissements de la camorra – l’organisation mafieuse historiquement originaire de Naples – de la fin des années 1990 au début des années 2000, et bouscule les codes littéraires par une écriture difficilement classable. Ceci a valu à Saviano non seulement d’âpres critiques dans le milieu littéraire, mais également plusieurs procès qu’il a parfois perdus. Comment alors expliquer qu’un auteur qui a voulu dénoncer les méfaits du pouvoir de la camorra ait lui-même eu des problèmes avec la justice ? Avant d’analyser de quelle manière Saviano représente la camorra et de voir quelles seraient les raisons des difficultés rencontrées par cet auteur, nous verrons très brièvement pourquoi les mafieux constituent, à notre avis, une catégorie de hors-la-loi un peu particulière, voire paradoxale, et difficile à représenter pour la littérature italienne.

La mafia : un cadre réglementaire illégal

  • 2 Voir à ce propos : Antoine Ducoux, « 1. Introduction de la séance », in https://seminairehll.hypoth (...)
  • 3 Trésor de la langue française, http://atilf.atilf.fr/, page consultée le 12 septembre 2019.
  • 4 Pour une définition succincte du substantif mafia et de ses connotations : « mafia avec un m minusc (...)

2En reprenant la définition donnée par Antoine Ducoux, « l’expression même » de hors-la-loi « fondée sur une métaphore spatiale, définit ce dernier par exclusion. Le hors-la-loi naît en effet de la proscription, c’est-à-dire d’une institution légale de l’exception »2. Le Trésor de la langue française rappelle également qu’en 1832 le mot hors-la-loi indiquait « la situation de celui qui n’est plus protégé par la loi »3. Les mafiasétant des organisations clandestines nées à des fins criminelles, nous pouvons dire que les membres de ces associations peuvent rentrer dans cette définition du hors-la-loi à plus d’un titre : parce que leurs actions se situent hors cadre légal ; parce qu’ils sont attaqués, et non défendus, par la justice ; parce que l’origine des mafias vient du banditisme et, étymologiquement, le bandit est celui qui est banni de la société4.

  • 5 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 60. Nous traduisons.

3Néanmoins, comme le précise l’écrivain sicilien Vincenzo Consolo, dans un recueil d’articles paru de manière posthume, les mafias « peuvent surgir dans les structures les plus variées de la vie sociale ; dans les structures économiques, politiques, etc. » et, d’après une définition du magistrat Giuseppe Ayala, la mafia est une « organisation […] avec des règles juridiques et avec un système de sanctions qui en garantit le fonctionnement. Ce système diffère de celui de l’État uniquement pour ses finalités »5. Par conséquent ceux qui appartiennent à une mafia vivent certes en dehors du cadre du droit légal commun mais ils ne vivent pas en dehors de la société et ils fonctionnent grâce à une structure assez similaire à la structure législative – faite de lois et de sanctions – qui, paradoxalement, finit par constituer le cadre de loi du milieu où ils opèrent. Nous ajoutons le fait qu’une mafia, traditionnellement – quoiqu’aujourd’hui on assiste sans doute à une évolution, nous le verrons – se construit sur la base de liens de sang ou d’affiliations par des rituels qui ne font qu’accentuer l’organisation hiérarchique de sa structure.

4Les mafieux sont alors souvent bien intégrés dans la société et dans la vie politique : ils ont un entourage et un réseau très forts et, en raison de leur pouvoir et parce qu’ils arrivent à imposer une certaine forme d’ordre, ils sont parfois perçus sous un jour positif, tels des héros. Lorsqu’elle ne les admire pas, la population les craint car elle perçoit l’impossibilité de se révolter sous peine de se retrouver en dehors des lois mafieuses et donc en dehors de leur système de protection. De là le phénomène bien connu de l’omerta, à la lettre la « loi du silence ».

Littérature italienne et mafia : « un binôme souffert »6

  • 6 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 128 : « Mafia e letteratura… un binomio sofferto. ». Nous traduisons
  • 7 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 31. Nous traduisons.

5La littérature italienne s’occupe du phénomène des mafias presque dès l’apparition de celles-ci et reflète sa complexité par le grand nombre de genres littéraires à travers lesquels il a été abordé, comme le souligne Vincenzo Consolo : « la littérature sur la mafia est très vaste : scientifique, de divulgation, mémorielle, et documentaire, littéraire au sens strict, folklorique et donc souvent ambiguë. Une littérature qui naît en même temps que le phénomène (après 1860 environ) et qui arrive jusqu’à nos jours »7.

  • 8 Antonio Altomonte, Mafia, briganti, camorra e letteratura, Milan, Pan Editrice, 1979 [1971].
  • 9 Ibid., p. 65. Nous traduisons.
  • 10 Ibid., p. 53.
  • 11 Ibid., p. 72-73.
  • 12 Leonardo Sciascia, Letteratura e mafia, in id., Cruciverba, Turin, Einaudi, 1983, p. 145. Nous trad (...)
  • 13 Voir à ce propos : Leonardo Sciascia, Appendice, in id., Il giorno della civetta, Milan, Adelphi, 2 (...)
  • 14 Pour Italo Calvino nous renvoyons, notamment, à La spéculation immobilière, Paris, Gallimard, 1958, (...)

6L’écrivain et journaliste Antonio Altomonte a retracé dans le détail comment la littérature traite de ce phénomène depuis ses origines jusqu’aux années 1970 dans un essai8 : il nous rappelle que, si Cosa Nostra – l’organisation criminelle sicilienne – fait son entrée sur la scène littéraire par le théâtre, la camorra est abordée, au début, par les feuilletons. Altomonte souligne que ce genre constitue la forme la plus adaptée pour raconter la camorra car il s’agit, pour les auteurs, de transmettre une « vérité humaine »9 et elle permet de mettre en évidence le caractère de « justice privée » des actions des camorristi, tout en exaltant le côté spectaculaire10. Il rappelle également que certains écrivains et intellectuels, parmi lesquels Matilde Serao, voyaient dans les premières actions de la camorra une forme positive d’association, tandis qu’ils considéraient que, au début du XXe siècle, elle s’était progressivement transformée en « malavita », gérée par des voyous11. Les productions littéraires de la fin du XIXe siècle contribuent alors à la création du mythe de la camorra. Nous pouvons donc comprendre pourquoi la littérature se trouve face à un dilemme : comment représenter de façon fidèle les faits et gestes des camorristi sans les édulcorer ni les noircir et sans que l’auteur ne se mette en danger ? L’auteur sicilien Leonardo Sciascia, en prenant en considération cette situation de manière générale, exprimait ainsi cette dichotomie : « la situation paradoxale pour toute littérature qui, s’engageant à ne pas trahir la vérité, à rendre compte de la réalité, face à la mafia a observé une sorte d’omerta ou en a donné une représentation plus empruntée aux sens étymologiques et philosophiques abstraits [...] qu’à la réalité factuelle de la chose »12. Les écrivains doivent alors à la fois conserver la dimension réelle de ce phénomène tout en préservant leur vie. Ils doivent également impliquer le lecteur sans courir les risques ni d’une identification ni d’une révolte. De surcroît il était difficile, encore dans les années 1960, de rendre compte d’un phénomène dont on niait officiellement l’existence13. D’autres écrivains comme Calvino ou Pasolini14, pour n’en citer que deux parmi les plus célèbres et emblématiques, ont préféré aborder le problème de la corruption au sens large au lieu de décrire les dynamiques des pouvoirs criminels mafieux de façon spécifique.

  • 15 Nous renvoyons au volume suivant : Maria Pia De Paulis, Silvia Contarini, Ada Tosatti (éds), Nuovi (...)
  • 16 Voir à ce propos : Martine Bovo-Romoeuf, Stefania Ricciardi (éds), Frammenti d’Italia. Le forme nar (...)
  • 17 Antonio Franchini, L’abusivo, Venise, Marsilio, 2001.
  • 18 Diego De Silva, Certi bambini, Turin, Einaudi, 2001.
  • 19 Voir à ce propos : Diego De Silva, Mia suocera beve Turin, Einaudi, 2010. Nous pourrions en traduir (...)

7Cependant, au début des années deux mille en Italie, un intérêt grandissant pour la réalité et le passé proche gagne les écrivains et les cinéastes italiens qui s’emparent de sujets brûlants, parmi lesquels les années de plomb et les mafias, et en font un sujet central de leur production artistique15. Au même moment on assiste à une contamination de plus en plus fréquente entre écriture journalistique et écriture romanesque16 : un exemple significatif de cette contamination est le fait que Giancarlo De Cataldo, ancien magistrat auteur de Romanzo criminale (2002) et Carlo Bonini, journaliste, aient écrit à quatre mains Suburra (2013), un roman qui a anticipé les découvertes faites sur la corruption à Rome par l’enquête Mafia Capitale. Pour restreindre notre discours à des exemples concernant la camorra, en 2001 Antonio Franchini publiera L’abusivo17, un roman au caractère composite, à la fois autobiographie et chronique, sur l’assassinat d’un journaliste, Giancarlo Siani, par des mafieux napolitains. Ou, encore, Diego De Silva, auteur de programmes télévisés et de romans sentimentaux, écrit, la même année, Certi bambini18, un roman qui raconte l’histoire d’un baby tueur à gage et, par la suite, fait rentrer la camorra dans ses récits comme si elle relevait de la banalité de la fictionnalisation du quotidien19. Ces ouvrages, néanmoins, sont loin d’avoir déclenché autant d’implications que la narration de Roberto Saviano.

L’univers de Gomorra : sommes-nous tous des hors-la-loi ?

8Roberto Saviano s’impose dans le domaine de la littérature italienne avec la publication de Gomorra en 2006 mais il se situe, tout comme son premier ouvrage, à la lisière entre journalisme et littérature. De 2003 à 2006, il publie à la fois des récits sur les actions de la camorra dans des revues littéraires, comme Nuovi Argomenti, créée par Alberto Moravia, et des articles pour L’Osservatorio della camorra, un bulletin mensuel d’information sur le phénomène de la camorra édité par le quotidien Il Corriere del Mezzogiorno. Gomorra est le fruit de ce double travail d’écriture journalistique et littéraire puisque son texte est en partie composé de ces récits et articles déjà parus, remaniés ou non. En ce sens, Saviano est en phase avec la tendance déjà évoquée plus haut qui consiste à rendre moins nets les contours entre reportages, essais et romans. Il introduit cependant plusieurs nouveautés dans la représentation des pouvoirs criminels : nous en évoquerons ici les principales.

9Saviano rompt avec une description de la camorra vue de l’extérieur pour plonger le lecteur à l’intérieur du phénomène. Ainsi, nous apprenons le vrai nom de cette organisation, Saviano étant le premier à diffuser auprès du grand public que le nom de l’organisation mafieuse qui a ses origines dans le territoire napolitain n’est pas camorra mais « Sistema » :

  • 20 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op.cit., p. 67.

Système : un mot qu’ici tout le monde connaît mais qui, pour les autres, reste encore à déchiffrer, une référence inaccessible à ceux qui ignorent quelles sont les dynamiques du pouvoir de l’économie criminelle. Le mot camorra n’existe pas, c’est un mot de flics, utilisé par les magistrats, les journalistes et les scénaristes. Un mot qui fait sourire les affiliés, une indication vague, un terme bon pour les universitaires et appartenant à l’histoire. Celui que les membres d’un clan utilisent pour se désigner est Système : ‘‘J’appartiens au Système de Secondigliano.’’ Un terme éloquent, qui évoque un mécanisme plutôt qu’une structure. Car l’organisation criminelle repose directement sur l’économie, et la dialectique commerciale est l’ossature du clan.20

10Cette révélation a pour finalité non seulement de communiquer au lecteur qu’il est amené derrière les coulisses du phénomène de la camorra mais aussi de rendre notoire ce que nous avons montré plus haut et qui, jusqu’ici, avait été difficilement abordé en littérature, à savoir le caractère organisé des mafias. De plus, à la fin du passage cité ci-dessus, l’auteur en dévoile également l’ancrage aux dynamiques économiques du capitalisme – nous reviendrons sur ce point.

11Ensuite, lorsque Saviano commence son activité d’écriture pour raconter cette forme spécifique de hors-la-loi que sont les camorristi, il décide de le faire sans rien occulter : les membres des clans sont nommés de manière précise et leurs crimes sont relatés en faisant référence à des enquêtes judiciaires. Nous pouvons en trouver de nombreux exemples dans les chapitres La guerre de Secondigliano et Femmes dans Gomorra, où le lecteur est submergé par des listes de noms et par les informations concrètes sur les membres des clans. Cependant la manière choisie pour les décrire est quelque peu originale :

  • 21 Ibid., p. 234-235.

Celeste a tout de la Napolitaine typique, la gouape du centre historique : les cheveux blond platine, le regard clair et glacé noyé dans le fard à paupière noir. Elle gérait les activités économiques légales de la famille et, en 2004, tous les biens acquis grâce aux revenus de ces activités furent saisis, pour une valeur de vingt-huit millions d’euros : le poumon économique du clan. La famille possédait une chaîne de boutiques à Naples et dans toute la province, et une entreprise dont le nom était devenu fameux, grâce au sens des affaires et au poids économico-militaire du clan. Une marque dont le réseau de franchisés se compose de cinquante-six points de vente en Italie et à Tokyo, Bucarest, Lisbonne et Tunis.21

12Les descriptions physiques et caractérielles sont sommaires et les membres des clans sont définis non seulement comme des meurtriers mais aussi, et surtout, comme des hommes et des femmes d’affaires, des entrepreneurs et des entrepreneuses.

13Un autre aspect original de Gomorra – qui revient dans les autres ouvrages – est que Saviano ne s’intéresse pas qu’aux puissants chefs de clan mais à tous ceux qui gravitent autour des trafics et des actions mafieuses, sans pour autant appartenir à un clan par des liens de sang ou par un rituel d’affiliation, et qui, le plus souvent, ont des métiers à la lisière entre légalité et illégalité. Il relate ainsi le destin de Franco, un stakeholder des déchets, de Pasquale, un couturier travaillant au noir pour une usine de textile, ou, encore, de Pikachu et Tonino Kit Kat, enfants au service des clans pour des menus services comme la surveillance de lieux de vente de drogue ou la livraison de drogue. Si nous analysons la manière dont ces personnes sont évoquées dans le récit, nous remarquons qu’elles ne sont nommées que par leur prénom ou que par le sobriquet qu’on leur donne et par quelques rares détails physiques ou personnels : à la différence des membres des clans, elles ne peuvent pas être identifiées. Elles deviennent ainsi des personnages et, par contraste avec les camorristi dûment nommés, des exempla, des exemplifications de différentes possibilités d’implication dans un réseau de la camorra.

  • 22 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 67.
  • 23 Roberto Saviano, « Nella testa dei killer di Gomorra. Così l’orrore diventa routine », 18 janvier 2 (...)

14Les personnes impliquées et les activités reliées aux affaires de la camorra sont d’un si grand nombre que le lecteur finit par avoir l’impression qu’elles touchent à tous les domaines du quotidien et pas seulement le territoire napolitain. Il s’agit ici d’une autre spécificité de l’écriture de Saviano : il ne présente pas la camorra comme un fléau circonscrit à un territoire, celui de Naples et sa banlieue, et à une catégorie de personnes, les camorristi par filiation ou affiliation, qui seraient naturellement portés, par leur nature et par le conditionnement du milieu où ils vivent, à commettre des délits : « Chaque recoin de la planète pouvait être atteint par les entreprises, les hommes et les produits du Système […]. Le Système de Secondigliano détenait désormais tout le secteur textile »22. Nous remarquons dans ces extraits que l’une des figures de style caractérisant l’écriture de Saviano est l’hyperbole : « tout » est le mot-clé qui montre comment les activités illégales de la camorra sont très étendues et impliquent toute la vie quotidienne, voire tout le monde. Cette vision est confirmée par l’auteur dans un article de presse aux tons sombres paru en 2009 : « Dans la tête des serial-killers de Gomorra. Ainsi l’horreur devient routine »23.

  • 24 Alessandro Dal Lago, Eroi di carta. Il caso Gomorra e altre epopee con una postilla sul declino del (...)

15Ces passages et cet article ont fait l’objet de nombreuses critiques notamment de la part du sociologue italien Alessandro Dal Lago qui en souligne le caractère exagéré et invraisemblable dans un pamphlet24 publié en 2011 :

  • 25 Ibid., p. 85-88. Nous traduisons. Mots en italique dans le texte original.

Dans les textes plus ou moins occasionnels de Saviano, lorsqu’il s’agit de représenter la façon d’agir ou plutôt de vivre des camorristi, les traits monstrueux des hommes de la camorra prennent le dessus […]. Nous sommes tous des monstres. […] la camorra est une contamination et donc une corruption collective.25

16Malgré ces critiques, Saviano va plus loin encore dans Extra pure, son deuxième ouvrage publié en 2013 et se focalisant sur le trafic de cocaïne, où le lecteur lui-même est impliqué :

  • 26 Roberto Saviano, Extra pure, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2014, p. 13-16.

La coke, quelqu’un autour de toi en prend. Ton voisin de train [...] Mais, tout bien considéré, si tu penses qu’aucune de ces personnes n’est susceptible de consommer de la cocaïne, soit tu es incapable de le voir, sois tu mens. Ou bien ça signifie tout simplement que la personne qui en prend, c’est toi.26

  • 27 Roberto Saviano, Gomorra, dix ans après, in id., Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. (...)

17En réalité, l’auteur insiste sur une diffusion très vaste des activités de la camorra car la thèse de fond de Gomorra et d’Extra pure est de montrer que la camorra est un système généralisé et que l’économie capitaliste, avec sa course au profit, favorise ses activités illégales et en constitue un terrain très favorable sinon complice. Les camorristi sont donc des entrepreneurs car ils participent au cycle de la production économique. Cette thèse est confirmée par l’auteur lui-même dans une préface écrite pour les dix ans de la sortie de Gomorra : « l’économie légale et l’économie illégale ont un ADN commun, la même vie, le même objectif, mais des méthodes subtilement différentes pour y parvenir »27. La finalité de Saviano n’est pas de représenter les hors-la-loi mais les dynamiques hors-la-loi de la camorra.

  • 28 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 19. Nous traduisons.

18Dal Lago ne semble pas vouloir prendre en considération cette thèse, tout comme il ne donne finalement qu’une analyse partielle de l’univers représenté par Saviano, puisqu’il considère que la politique est totalement absente de Gomorra. Il affirme : « dans l’absence de la sphère politique dans cette “enquête” sur la camorra je vois la manifestation d’une rhétorique morale consolatrice et donc une idéologie : la bonté est toute du côté de l’État, selon l’opposition absolue Loi/ Crime »28. Nous nous opposons à cette lecture car, bien que les forces de l’ordre apparaissent comme très impliquées dans la lutte contre la camorra dans Gomorra et dans Extra pure, l’État ou, plutôt, les États, ne sont pas jugés d’une manière très positive : ce qui contribue à montrer que la complicité avec la camorra est très étendue. Nous en retrouvons un exemple dans le chapitre Kalashnikov :

  • 29 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 273-284.

La Kalachnikov a tué plus que les bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki […]. Au cours des trente dernières années, les armées de cinquante pays ont utilisé la Kalashnikov comme fusil d’assaut. D’après l’O.N.U., des tueries ont été perpétrées avec cette arme en Algérie, en Angola, en Bosnie, au Burundi, au Cachemire, […]. La question des armes reste soigneusement cachée dans les boyaux de l’économie, entourée d’une membrane de silence.29

19Une autre preuve de la corruption présente au sein de l’État est donnée par Saviano un peu plus loin :

  • 30 Ibid., p. 292.

Dans une interview donnée en 2005, Carmine Schiavone, un repenti du clan des Casalesi, fit une des déclarations qui m’ont le plus marqué au sujet de la mafia sicilienne. Il parlait de Cosa Nostra comme d’une organisation soumise aux hommes politiques […]. Le binôme État/ anti-État n’existe pas, il n’y a qu’un territoire sur lequel on fait des affaires : avec l’État, grâce à l’État, sans l’État.30

  • 31 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 52. Nous traduisons.
  • 32 Ibid., p. 60. Nous traduisons.

20Pourtant, comme nous l’avons dit, Dal Lago persiste dans son jugement et arrive à affirmer dans son pamphlet que dans Gomorra : « il y a un problème de vraisemblance […]. Nous devons nous demander […] si ce que Saviano raconte à la première personne est […] vraisemblable, c’est-à-dire conforme à la connaissance morale de la camorra »31. Il dit également que « il existe une littérature qui transfigure la réalité sans la trahir et une autre, que je n’hésite pas à définir comme mauvaise, qui la rend fausse quelque soient ses intentions »32, en classant l’écriture de Saviano dans la deuxième catégorie.

Témoins, « super-témoin » : un pacte ambigu avec le lecteur

  • 33 Voir à ce propos : Redazione di Carmilla, « L’uomo che sparò all’autore », in Carmilla online, 22 j (...)

21Le pamphlet de Dal Lago a déjà fait l’objet non seulement de nombreuses critiques mais de relectures attentives qui en ont ponctuellement et minutieusement démonté le discours33. Toutefois, sa publication pousse à se poser quelques questions. Comment expliquer que Dal Lago propose une si forte critique de Gomorra et en arrive au point de parler d’un problème de vraisemblance, d’adéquation à la « connaissance morale de la camorra » ? Cela semble découler d’un souci de cohérence de genre littéraire provoqué par l’écriture de Saviano car nous ne sommes pas face à un reportage ou à une enquête au sens strict. Nous avons montré plus haut que les activités illégales des clans sont exposées de manière détaillée. Dans Gomorra et dans Extra pure la parataxe et l’enchaînement de données factuelles donnent un style journalistique à ces passages. Dans certains cas l’auteur cite comme ses sources des articles de presse ou des rapports d’enquête. Cependant nous nous n’avons pas de retranscriptions, nous n’y retrouvons pas une bibliographie ni un référencement précis mais des références assez vagues.

  • 34 Voir à ce propos : Bruno Pischedda, Altre tirature. Dalla nicchia al mainstream : dieci anni di ‘‘S (...)
  • 35 Voir : http://www.gallimard.fr/searchinternet/advanced?all_title=saviano&SearchAction=1, page consu (...)

22Le classement des ouvrages de Saviano proposé par les maisons d’édition est symptomatique de cette ambiguïté. Gomorra et Extra pure ont été publiés, le premier, dans la collection Strade blu de la maison d’édition Mondadori et le deuxième dans la collection I Narratori de Feltrinelli, les deux collections étant consacrées, à l’époque de la publication des ouvrages de Saviano, essentiellement à des récits et à des romans34. En France, en revanche, dans le catalogue de la maison d’édition Gallimard, Gomorra apparaît sous le genre ‘‘Documents et reportages’’ et Extra pure dans la catégorie ‘‘Essais’’35.

  • 36 Le sous-titre de l’édition italienne est « Voyage dans l’empire économique et dans le rêve de domin (...)

23Cette difficulté de classement découle du fait que Gomorra – qui se propose de conduire le lecteur dans un voyages aux enfers de la camorra, donc au cœur de cette réalité sombre36 – et Extra pure reposent, en grande partie le premier et pour certaines parties le deuxième, non pas sur des documents mais sur des témoignages. Cependant ces témoignages sont indirects. Nous pouvons citer en guise d’exemple la scène, à l’impact très fort, par laquelle Gomorra commence : celle de cadavres de Chinois qui tombent d’un container s’ouvrant par erreur dans le port de Naples. La description est détaillée, très réaliste mais, à la fin du récit, le lecteur apprend qu’elle n’a pas été vue ou vécue directement par le narrateur :

  • 37 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 16. À propos de ce passage, Rob (...)

Quand le grutier du port m’a raconté cette histoire, il a placé ses mains sur son visage en continuant à me regarder à travers ses doigts écartés, comme si ce masque lui donnait le courage de poursuivre […]. Il n’arrivait toujours pas à y croire, il espérait que c’était une hallucination provoquée par un surcroît d’heures supplémentaires. Il a serré les doigts pour se couvrir complètement le visage et continué à parler en pleurnichant, mais je ne comprenais plus ce qu’il me disait.37

24On comprend, de surcroît, par la réaction de l’ouvrier, que celui-ci n’a pas dénoncé ce qu’il a vu aux autorités, donc nous ne disposons pas d’un témoignage officiel. De la même manière, le témoin principal qu’est le narrateur est impliqué, lui aussi, dans des activités illicites : il travaille pour le transport de marchandises du chinois Xian et pour le stakeholder des déchets Franco.

25Le fait que les témoignages tiennent non pas sur la vue ou le vécu mais sur la parole, y compris celle de quelqu’un impliqué dans des affaires illégales, amènent à mettre en évidence le problème de la véracité du récit ou, plutôt, de son manque de fiabilité, alors que le but de Saviano est, paradoxalement, d’affirmer la puissance de celui-ci. Au cœur de Gomorra nous retrouvons ce passage devenu célèbre :

  • 38 Ibid., p. 237.

Je sais et j’ai les preuves. Je sais comment naissent les affaires et d’où vient leur odeur. […] je le sais. Et la vérité de la parole ne fait pas de prisonniers, elle dévore tout et tout lui sert de preuve. Elle n’a pas à s’embarrasser de preuves à décharge ni d’instruction […]. Elle sait.38

  • 39 Pier Paolo Pasolini, « 14 novembre 1974. Il romanzo delle stragi », op. cit., nous traduisons.
  • 40 Roberto Saviano, Gomorra, dix ans après, op. cit., p. III.

26Si Pasolini admettait « Je sais mais je n’ai pas de preuves »39, Saviano affirme que ses paroles ont, d’elles-mêmes, une valeur de connaissance : elles apportent les noms et la connaissance des mécanismes du pouvoir des camorristi. Plus spécifiquement, pour Saviano le témoignage, dans et par sa forme littéraire, doit servir à étayer une vérité : « Je voulais qu’il parvienne à une vérité plus complexe que celle véhiculée par un essai, une enquête ou des reportages dans la presse »40.

27Cette vision du témoignage qui se suffit à lui-même et qui sort renforcé de sa mise en récit peut être rapportée à celle qui s’est affirmée dans le problème de transmission de la mémoire de la Shoah, comme l’analyse Giorgio Agamben dans son essai Ce qui reste d’Auschwitz, où il distingue deux sortes de témoins :

  • 41 Giorgio Agamben, Ce qui reste d’Auschwitz. L’archive et le témoin, in id., Homo sacer III, trad. pa (...)

Le latin a deux termes pour désigner le témoin. Le premier, testis, dont vient notre ‘‘témoin’’, signifie à l’origine celui qui se pose en tiers entre deux parties (terstis) dans un procès ou un litige. Le second, superstes, désigne celui qui a vécu quelque chose.41

28Agamben ensuite applique ces définitions à la posture adoptée par Primo Levi dans Se questo è un uomo publié en 1947 et affirme :

  • 42 Ibid., p. 18.

Il est clair que Levi n’est pas un tiers ; il est, de part en part, un rescapé. Cela veut dire que son témoignage ne concerne pas l’établissement des faits en vue d’un procès (il n’est pas assez neutre…). […] De fait, il semble ne s’intéresser qu’à ce qui rend le jugement impossible, cette ‘‘zone grise’’ où victimes et bourreaux échangent leurs rôles.42

29Saviano semble vouloir occuper, dans Gomorra et dans Extra pure une position similaire à celle de Primo Levi mais en l’affirmant très clairement et ouvertement lorsqu’il dit « Je sais ».

  • 43 Tiziano Scarpa, « L’epica-popular, gli anni Novanta, la parresìa », in id., Il primo amore, https:/ (...)
  • 44 Daniele Giglioli, Senza trauma. Scrittura dell’estremo e narrativa del nuovo millennio, Macerata, Q (...)

30Cette posture – le fait de vouloir transmettre la vérité par un témoignage qui vaut comme preuve et non pas par des preuves – a conduit soit à des réaction de légitimation comme, par exemple, celle de l’écrivain Tiziano Scarpa43 soit, le plus souvent, à des critiques négatives. Outre les avis déjà cités de Dal Lago et Antonio Pascale, le critique italien Daniele Giglioli souligne dans l’essai Senza trauma que « le “j’étais là” de Saviano fait écho au notre “je n’y étais pas” », et que Gomorra « parle de notre besoin d’en être et de notre peur de ne pas en être »44, en remarquant ainsi que l’écriture de l’auteur napolitain favorise une sorte de curiosité morbide chez le lecteur.

31De manière plus générale, l’historienne Annette Wieviorka avait également souligné les dérives d’une sur-évaluation de la parole du témoin à laquelle on assiste de nos jours, dans ce qu’elle a défini comme « l’ère du témoin » :

  • 45 Annette Wieviorka, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage. Entretiens avec Séverine Ni (...)

Telle que je la définis, l’ère du témoin est celle où le récit historique se fait à la première personne. Elle est intimement liée à la démocratie qui postule que toutes les paroles se valent – celle de l’historien, celle de l’expert et celle du témoin – et à l’individualisme qui est la marque de nos sociétés.45

  • 46 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 20. Nous traduisons.

32La méfiance vis-à-vis de ces témoignages indirects qui ont valeur de vérité est renforcée par d’autres choix stylistiques faits par Saviano. Tout d’abord, dans Gomorra comme dans Extra pure l’ordre chronologique est quelque peu confus : les repères temporels sont assez vagues et les événements se situent le plus souvent dans une sorte de présent pérenne. Ce choix, qui présentifie les actions des camorristi jusqu’à les rendre éternelles est l’un de ceux critiqués par Dal Lago : « Saviano arrive [...] à une sorte d’exaltation romantique et anti-historique de la lutte contre les criminels en tant que geste moral »46.

  • 47 Matilde Andolfo, Mario Fabbroni (éds), Il diario di Annalisa, Naples, Tullio Pironti Editore, 2005.
  • 48 Voir à ce propos la lettre citée par Antonio Pascale et que Matilde Andolfo aurait écrite : Antonio (...)

33Par ailleurs, il faut souligner que le but de dénonciation, intrinsèque à l’usage des témoignages pour étayer les méfaits de la camorra, risque d’être perdu de vue à cause d’un recours à la fictionnalisation des faits racontés. Le recours à cette technique a été notamment mis en évidence dans un passage très controversé de Gomorra, celui relatant l’histoire d’Annalisa, adolescente victime innocente d’une fusillade, en 2004. Le narrateur décrit la manière dont Annalisa Durante était habillée le soir de sa mort et raconte ses funérailles en précisant y avoir assisté. Ce récit avait été publié par Saviano en 2004 dans la revue littéraire Nuovi Argomenti et, en 2005, dans l’anthologie d’extraits littéraires éditée par l’écrivain Antonio Pascale, Best Off : il sera ensuite inséré dans Gomorra. Après la publication de Gomorra, la journaliste Matilde Andolfo, qui avait édité en 2005 une retranscription de certaines parties du journal intime de la jeune fille47, soutient que ce que Saviano raconte au sujet du soir de la mort d’Annalisa et de ses funérailles n’est pas totalement vrai. En particulier, que la jeune fille n’était pas habillée de façon très féminine, son portable n’a pas sonné, posé sur son cercueil, et les membres du clan Giuliano n’étaient pas présents aux obsèques48. Nous pouvons remarquer que ce sont des détails qui ne font que renforcer le pathos du récit : il s’agit d’un procédé récurrent dans Gomorra lorsqu’il s’agit de représenter des victimes de la camorra ou de manière plus générale des pauvres diables comme Pasquale, le couturier. Saviano y a recours dans Extra pure également, par exemple dans la narration de l’histoire du mannequin Natalia Paris et du trafiquant colombien Salvatore Mancuso.

  • 49 Antonio Pascale, op. cit., p. 81. Nous traduisons.
  • 50 Ibid., p. 81. Nous traduisons.
  • 51 Antonio Pascale (éd.), Best Off. Il meglio delle riviste letterarie italiane, Rome, Minum Fax, 2005 (...)

34La nature problématique des témoignages que Saviano propose, le quotient de fiction injecté dans une narration qui se veut factuelle et les incertitudes dans le classement éditorial de ses œuvres contribuent à instaurer un pacte ambigu avec le lecteur. Cette ambiguïté est d’autant plus mal tolérée qu’elle surgit dans des textes et des ouvrages s’attaquant à la représentation d’activités criminelles et de leurs victimes. L’écrivain Antonio Pascale lui-même souligne cette nature problématique de l’écriture de Saviano et de sa réception lorsqu’il affirme que, bien qu’un écrivain puisse sacrifier une partie de la vérité pour des besoins de justice et pour plus d’efficacité narrative, les détails qui ont été montrés comme étant faux dans Gomorra – le portable qui sonne, etc., dans le cas de funérailles d’Annalisa Durante – non seulement ne sont pas nécessaires mais ils invalident toute la narration49. Pascale déplace ainsi la question du plan du vraisemblable à celui de la vérité et arrive à poser la question suivante : pour atteindre la vérité, « dans un reportage, dans une interview, quel est alors le taux légitime d’invention ? »50. Sur ce point il rejoint les accusations d’Alessandro Dal Lago et accuse Saviano de mauvaise littérature, au sens moral du terme – alors qu’il avait publié le récit des funérailles d’Annalisa Durante par Saviano dans une anthologie recueillant « le meilleur des revues littéraires italiennes »51.

Les procès : l’auteur hors-la-loi, le lecteur comme juge

  • 52 L’épisode est relaté dans : Carla Benedetti, « Roberto Saviano. Gomorra », in Allegoria, n 57, Pale (...)
  • 53 Pour un résumé de l’affaire, voir : Vincenzo Iurillo, « Camorra, il boss Iovine e le minacce a Savi (...)

35De toute évidence, comme nous l’avions souligné en citant Sciascia, lorsque la littérature s’occupe de mafia et de victimes de la mafia cela conduit à un problème sinon moral du moins éthique, voire déontologique. Dans le cas d’Annalisa Durante, Saviano n’a pas fait l’objet d’une plainte, néanmoins nous pouvons affirmer, à la lumière de ce qui a été dit, qu’une sorte de procès moral a été intenté contre l’auteur par d’autres écrivains. Cependant, plusieurs vrais procès ont été instruits par ou contre lui. Parmi ces procès, nous pouvons en citer trois, emblématiques de cette relation ambiguë entre réalité et littérature. Tout d’abord, paradoxalement, Saviano a été attaqué pour diffamation par des camorristi. Il s’agit d’un paradoxe car, lorsque Gomorra avait été publié en 2006, certains affiliés à la camorra avaient essayé de minimiser la portée du livre en le qualifiant de « roman »52. Toutefois, en 2008, l’avocat du clan des Casalesi, Michele Santonastaso, dans le procès Spartacus, a demandé, suite à une requête de ses clients, que le procès soit instruit ailleurs qu’à Santa Maria Capua Vetere car les juges auraient pu être influencés de manière négative par la lecture de Gomorra et par les publications de la journaliste Rosaria Capacchione, reconnaissant ainsi à l’ouvrage de Saviano la même valeur factuelle que celle d’une enquête journalistique. Le procès n’a finalement pas changé de tribunal d’instruction et le tribunal de Naples a jugé l’avocat coupable de menaces et intimidation, mais en 2017, le tribunal de Rome a révoqué la condamnation de l’avocat53.

  • 54 Voir à ce propos la page de wikipedia consacrée à Roberto Saviano : https://it.wikipedia.org/wiki/R (...)

36Ensuite nous pouvons évoquer un procès pour plagiat instruit par un journaliste contre Saviano et Mondadori. L’auteur et sa maison d’édition ont été condamné en appel car 0,6 % de Gomorra a été reconnu comme étant le fruit « de la reproduction de deux articles de deux quotidiens locaux »54. Gomorra, tout en paraissant sinon comme un roman du moins comme une narration atypique, aurait dû citer ses sources tel un essai.

  • 55 Roberto Saviano, Felicia, in id., La beauté et l’enfer, trad. par Marguerite Pozzoli, Paris, Robert (...)
  • 56 Maria Carola Catalano, « Telefonata con Felicia Bartolotta, il gip dà torto a Saviano : ma lo scont (...)

37Saviano a lui-même déposée une plainte pour diffamation contre le professeur de sociologie et journaliste Paolo Persichetti. Celui-ci, dans le quotidien Liberazione, contestait la véracité des faits relatés par Saviano dans un article écrit pour le quotidien La Repubblica et publié ensuite dans le recueil La beauté et l’enfer55, dans lequel l’écrivain napolitain raconte avoir reçu un coup de téléphone de la part de Felicia Impastato, mère de Peppino, connu pour avoir défié le boss Gaetano Badalementi, un puissant chef de clan sicilien mais également son oncle. Persichetti a reçu le soutien de la belle fille et de la petite fille de Felicia Impastato – qui ont soutenu sa version – et l’affaire s’est conclue par un non-lieu, le tribunal ayant reconnu que Persichetti avait correctement exercé sa liberté d’expression et d’information en respectant la déontologie qui prévoit notamment de recueillir des témoignages jugés fiables56. Cependant, à notre connaissance, aucun jugement n’a été rendu au sujet de la véracité du coup de téléphone.

38Ces faits mettent en évidence que Saviano défend son écriture de la réalité au point d’encourir le mépris et les démentis, qui, en effet, n’ont pas tardé à arriver. Ils soulignent également les risques inhérents à une écriture qui vise à traiter de pouvoirs criminels sans se situer, avec clarté, dans un genre défini.

  • 57 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

39Nous pouvons dire que Saviano a adopté la position d’un hors-la-loi d’un point de vue littéraire, son écriture se situant en dehors des règles qui d’habitude définissent les genres et les délimitent. Françoise Lavocat a consacré une étude très approfondie au sujet des frontière entre récit fictionnel et récit factuel57 qui montre également les conséquences d’un dépassement de ces frontières. À ce propos elle reprend les théories du sociologue Olivier Caïra exposées dans Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs. Caïra relevait déjà que :

  • 58 Olivier Caïra, Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, p.  (...)

L’appréhension juridique de l’expression fictionnelle se heurte à de nombreux obstacles […]. Comment avancer des preuves, alors même que les deux opérations élémentaires, le recoupement et l’isomorphisme, sont dénuées de caractère contraignant ? Cette zone de non-droit apparaît aujourd’hui comme le sanctuaire de tous les règlements de comptes, de toutes les atteintes à la vie privée, de tous les messages inacceptables dans la communication documentaire.58

  • 59 Françoise Lavocat, op. cit., p. 276.
  • 60 Ibid., p. 279-280.
  • 61 Ibid., p. 282.

40À ces considérations Françoise Lavocat répond en proposant en revanche de prendre en compte cette situation d’un point de vue littéraire. Elle remarque que « aussi, bien loin d’être une “zone de non-droit”, la fiction est le lieu d’une négociation constante de cet équilibre »59 et que « là où Caïra déplore l’impunité de la fiction, avocats, journalistes et écrivains parlent d’une déferlante d’affaires [...] et d’un véritable carcan juridique visant à cloîtrer la fiction dans son monde »60. En rappelant l’article 1936 :320 de la Jurisprudence générale Dalloz – « un romancier a le droit incontestable de puiser dans la vie des matériaux nécessaires à son œuvre, ce droit est limité par le respect de la personnalité morale ou physique d’autrui »61 – Françoise Lavocat tire les conclusions suivantes :

  • 62 Ibid., p. 293.

La pratique interprétative des juges met en évidence la perméabilité des frontières de la fiction et leur paradoxe […]. Ce paradoxe est que notre époque ne peut s’empêcher de présupposer ces frontières et de les poser comme une exigence normative, sans que leur tracé soit explicité ni stabilisé.62

41Il nous semble que ces observations peuvent s’appliquer au cas de Saviano, ramenant notre discours au problème de la réception de ses œuvres. Les procès n’ont pas pu et ne peuvent pas trancher sur l’ambiguïté du pacte avec ses lecteurs : il est éminemment littéraire même s’il vise à raconter une réalité et à déclencher une réaction extra-littéraire.

42Saviano semble se rendre compte de ce que Gomorra a provoqué et dans Extra pure, il confirme sa confiance dans le pouvoir de la parole tout en rajoutant que la véritable arme de l’écrivain est le lecteur :

  • 63 Roberto Saviano, Extra pure, op. cit., p. 419.

Que risque-t-on à lire ? Gros, très gros. Ouvrir un livre et feuilleter ses pages, c’est dangereux. Quand on a lu Zola ou Chalamov, on ne peut plus revenir en arrière. Je le crois profondément. Mais souvent, le lecteur lui-même ignore le danger qu’il court du simple fait de connaître ces histoires. Il ne le mesure pas. Si je devais évaluer le tort que peut causer au pouvoir le regard de quelqu’un qui sait, quelqu’un qui veut savoir, j’essaierais de tracer un schéma : on y verrait que les arrestations, les procès et les détentions pèsent moitié moins lourd que le péril représenté par la connaissance des mécanismes et des faits, par la conscience que ces récits vous concernent, qu’ils sont proches de vous.63

43La représentation des dynamiques de pouvoir des hors-la-loi dans Gomorra et Extra pure a donc pour finalité explicite de leur nuire à travers la diffusion d’une parole qui a recours non seulement au factuel mais aussi à la fiction. Saviano y a cru et dit y croire et a obtenu comme résultat le fait d’atteindre un vaste public.

  • 64 La paranza dei bambini et Bacio feroce ont été publiés en France chez Gallimard, respectivement sou (...)

44Toutefois, les nombreux problèmes légaux et les ambiguïtés de réception ont eu, eux aussi, des conséquences directes sur la production de l’écrivain. Si, suite au succès de Gomorra, Saviano peut inclure dans Extra pure un passage explicite sur le rôle du lecteur comme celui cité ci-dessus, il a, par la suite, progressivement abandonné l’écriture hybride pour arriver à une narration romanesque plus traditionnelle – celle de La paranza dei bambini et Bacio feroce publiés en Italie respectivement en 2016 et en 201764. Ces deux ouvrages ont toujours pour thème principal les dynamiques des pouvoirs de la camorra : ils nous plongent dans l’univers d’un gang d’adolescents en passant, cependant, par le filtre de l’invention déclarée. Ils ont été publiés par Feltrinelli avec la mention romanzo, « roman ». De plus, l’auteur a aussi décidé de faire précéder le texte de ces ouvrages par un avertissement s’inspirant des disclaimers que l’on trouve avant le début des films :

  • 65 Roberto Saviano, Piranhas, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2018, p. 9.

Les personnages de ce livre sont imaginaires, de même que leurs vicissitudes personnelles. Tout lien avec des personnes ou des faits réels suggéré par sa lecture ne peut être que le fruit du hasard ; les éléments historiques et les faits divers cités, ainsi que les noms de personnes, de marques ou d’entreprises, ont pour seul but de donner de la vraisemblance au récit, sans aucune volonté de dénigrement ni préjudice pour leur détenteur. Vaut pour mon roman ce qui apparaît en ouverture du film de Francesco Rosi Main basse sur la ville : les personnages et les faits sont imaginaires, mais le milieu et la réalité sociale qui les ont produits sont authentiques.65

  • 66 Propos tenus lors des rencontres organisées dans le cadre du Festival Italissimo à la Maison de la (...)

45Saviano revient à une forme de récit qui doit en effet beaucoup au néoréalisme, non seulement cinématographique, de Francesco Rosi, qu’il cite, mais aussi de Pasolini, plus particulièrement celui de Ragazzi di vita. La narration se fait par une focalisation externe mais elle ne nous donne pas, pas plus que dans Gomorra, un accès à la psyché et aux motivations profondes des camorristi : on suit des dynamiques de pouvoir. La forme romanesque semble avoir été choisie pour des raisons, entre autres, pragmatiques : l’auteur lui-même a affirmé dans des rencontres publiques que, las des problèmes juridiques que ses précédents ouvrages lui ont posés, il a préféré revenir à une forme se prêtant moins à des contestations66. Il a également fait remarquer que le choix d’écrire un roman est en partie dû à un défaut d’expérience directe :

  • 67 Charles Haquet, « Roberto Saviano, ‘‘Je n’arrive pas à me taire’’ » , in www.lexpress.fr, 09 octobr (...)

Je ne peux plus arpenter les rues pour enquêter, ce que j’aimais tant faire avant d’être menacé de mort par la mafia... Je me documente auprès des tribunaux et des policiers. J’ai eu accès à des documents judiciaires et à des écoutes téléphoniques, j’ai également pu interviewer des membres du gang. Les rares qui avaient survécu et qui sont aujourd’hui en prison.67

  • 68 Charles Haquet, op. cit.
  • 69 Diana Ligorio, Conchita Sannino, ES 17. Dio non manderà nessuno a salvarci, Italie, 42° Parallelo, (...)

46Toutefois, Saviano n’a jamais caché s’être inspiré, pour le personnage principal de La paranza dei bambini, de la vie d’Emanuele Sibillo, décédé en 2015 à 19 ans, qui avait créé un gang d’adolescents68. L’auteur napolitain apparaît d’ailleurs comme le créateur du documentaire ES 17 réalisée par 42° Parallelo pour le quotidien La Repubblica69.

Conclusion

47Pour résumer ce que nous avons voulu mettre en évidence ici, la mafia produit une catégorie de hors-la-loi avec des spécificités propres, véritables pièges pour les auteurs qui voudraient la représenter. Roberto Saviano décide de faire de la camorra et des pouvoirs criminels mafieux le sujet privilégié de ses ouvrages et, dès lors, de s’exposer directement pour en raconter les évolutions. Si Vincenzo Consolo relevait que la littérature s’occupant des mafias est souvent « ambiguë », Gomorra, tout particulièrement, constitue un ouvrage qui inaugure une écriture difficile à classer.

  • 70 Françoise Lavocat, op. cit., p. 115.

48Dans Fait et fiction Françoise Lavocat s’interroge sur le brouillage de plus en plus fréquent dans la littérature contemporaine entre récit factuel et récit fictionnel et se demande : « Est-ce à dire que ceux qui contrarient le savoir et les croyances majoritaires se prévalent de la fiction, tandis que ceux qui les confortent brandissent la caution du réel et de l’histoire ? »70. Dans Gomorra et dans Extra pure l’auteur contrarie les savoir majoritaires – le fait que la camorra ne soit qu’un univers criminel bien limité, circonscrit au territoire napolitain, par exemple, ou que le trafic et la consommation de cocaïne soient des phénomènes somme toute limités – tout en se servant de la caution du réel et de l’histoire pour défendre une mise en récit qui a pour protagoniste le « je » de l’auteur. Cette posture, qui reprend celle du superstes postulée par Agamben, soulève bien plus de problèmes qu’elle n’en résout et des interrogations sur la véracité et la fiabilité du récit qui ont créé des problèmes de réception des textes. Cette hypertrophie de l’auteur, après sa mort décrétée par le structuralisme, déroute. Il est vrai que le pacte que Saviano instaure avec le lecteur dans Gomorra et Extra pure est ambigu et pose problème, à tel point qu’il décide de changer et de revenir à des formes plus traditionnelles. Néanmoins Saviano a eu le mérite d’avoir revalorisé le caractère performatif de la parole littéraire. Nous pensons que c’est dans cette rencontre, entre désir de performativité de la parole exprimé par l’écrivain et impact des ouvrages publiés, que se situe l’une des nouveautés les plus remarquables portée par l’écriture de Saviano. Bien qu’il s’insère dans un contexte où la littérature italienne renoue avec la réalité historique, il est le seul à revendiquer une posture qui, depuis Pasolini, n’avait pas été assumée avec une telle conviction au sein des œuvres.

  • 71 Luca Pocci, Saviano e la ‘‘new italian po-ethic’’, in Luca Somigli (éd.), Negli archivi e per le st (...)

49Pour prendre en compte cet aspect original, il semble nécessaire de ne pas perdre de vue la dimension littéraire des ouvrages de Saviano : ils convoquent le lecteur comme juge en raison de leur forme et de leur contenu car ils se veut l’expression d’une « po-éthique »71 qui a l’ambition d’intervenir sur la réalité.

  • 72 Voir à ce propos : Cosa Vostra (éd.), Mafie. D’après une idée d’Attilio Bolzoni, in La Repubblica.i (...)

50À ce propos nous souhaitons évoquer rapidement l’un des premiers effets sur le monde du journalisme que l’écho médiatique de Gomorra et de son auteur a engendré : nous n’avons pas la possibilité de l’approfondir ici mais il peut sans doute ouvrir à des réflexions sur l’interaction entre écriture journalistique et romanesque. Bien qu’en Italie aux débuts des années deux mille des écrivains comme Antonio Franchini ou Diego De Silva s’intéressent à la camorra, il faudra attendre une dizaine d’années pour que la presse nationale s’empare du sujet. Les grands quotidiens nationaux, en effet, jusque-là, ne rendaient quasiment jamais compte des crimes et des délits à caractère mafieux – sauf dans le cas d’attentats ou de victimes célèbres, car, le plus souvent, ils n’étaient relayés que par des éditions locales. Cependant, vers 2010, la presse nationale commence à donner une certaine visibilité aux délits mafieux et, depuis 2017, le site Internet de La Repubblica accueille, le blog Mafie72. Encore une fois, il ne nous semble pas hasardeux de dire que le succès de Roberto Saviano et sa collaboration avec les plus importants quotidiens italiens (dont La Repubblica), outre certains étrangers, ont contribué à impulser ce changement.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles de SAVIANO, Roberto :

Gomorra. Viaggio nell’impero economico e nel sogno di dominio della camorra, Milan Mondadori, 2009 [2006].

Gomorra. Dans l’empire de la camorra, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Folio Gallimard, 2018 [2007].

Extra pure, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2014, page 13-16.

Piranhas, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2018, p. 9.

Felicia, in id., La beauté et l’enfer, trad. par Marguerite Pozzoli, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 92-93.

« Nella testa dei killer di Gomorra. Così l’orrore diventa routine », 18 janvier 2009, in La Repubblica.it, https://www.repubblica.it/2009/01/sezioni/cronaca/camorra-7/camorra-7/camorra-7.html, page consultée le 12 septembre 2019.

Articles de presse sur Roberto Saviano :

DANNA, Serena, Roberto Saviano, nel nuovo libro la ‘‘paranza’’ dei bambini che hanno perso il futuro, in Corriere.it, 12 novembre 2016, https://video.corriere.it/roberto-saviano-corriere-sera-racconto-bambini-senza-futuro/6fe9668a-a834-11e6-b076-c4200a7222c9 ?refresh_ce-cp, page consultée le 12 septembre 2019.

HAQUET, Charles, « Roberto Saviano, ‘‘Je n’arrive pas à me taire’’ » , in www.lexpress.fr, 09 octobre 2018, https://www.lexpress.fr/culture/roberto-saviano-je-n-arrive-pas-a-me-taire_2038716.html, page consultée le 12 septembre 2019.

Références sur les procédures judiciaires citées dans l’article de et contre Roberto Saviano (voir note 50 à ce propos) :

Auteurs inconnus, https://it.wikipedia.org/wiki/Roberto_Saviano#Procedimenti_giudiziari, page consultée le 12 septembre 2019.

CATALANO, Maria Carola, « Telefonata con Felicia Bartolotta, il gip dà torto a Saviano : ma lo scontro continua », 16 maggio 2013, in Palermo Today, https://www.palermotoday.it/cronaca/saviano-perde-causa-persichetti-felicia-impastato.html, page consultée le 12 septembre 2019.

IURILLO, Vincenzo, « Camorra, il boss Iovine e le minacce a Saviano : “Ma che ce ne importa di questo” », in Il fatto quotidiano online, 9 juin 2014, https://www.ilfattoquotidiano.it/2014/06/09/camorra-il-boss-iovine-e-le-minacce-a-saviano-ma-che-ce-ne-importa-di-questo/1021225/, page consultée le 12 septembre 2019.

Littérature italienne et mafia, ouvrages et articles :

ALTOMONTE, Antonio, Mafia, briganti, camorra e letteratura, Milan, Pan Editrice, 1979 [1971].

CALVINO, Italo, « Apologo sull’onestà nel paese dei corrotti », in La Repubblica, 15 marzo 1980, disponible en ligne : http://temi.repubblica.it/micromega-online/italo-calvino-racconta-la-controsocieta-degli-onesti/, page consultée le 12 septembre 2019.

–, La spéculation immobilière, Paris, Gallimard, 1958.

CONSOLO, Vincenzo Cosa loro. Mafie tra cronaca e riflessione, Milan, Bompiani, 2017.

PASOLINI, Pier Paolo, « 14 novembre 1974. Il romanzo delle stragi », in id., Scritti corsari, Milan, Garzanti, 2008 [1975], p. 88-93.

SCIASCIA, Leonardo, Appendice, in id., Il giorno della civetta, Milan, Adelphi, 2006 [1993], p. 133-137.

–, Letteratura e mafia, in id., Cruciverba, Turin, Einaudi, 1983, p. 140-143.

Romans et ouvrages contemporains sur la camorra :

DE SILVA, Diego, Certi bambini, Turin, Einaudi, 2001.

–, Mia suocera beve Turin, Einaudi, 2010.

FRANCHINI, Antonio, L’abusivo, Venise, Marsilio, 2001.

ANDOLFO, Matilde, FABBRONI, Mario (éds), Il diario di Annalisa, Naples, Tullio Pironti Editore, 2005.

Théorie et critique :

AGAMBEN, Giorgio, Ce qui reste d’Auschwitz. L’archive et le témoin, in id., Homo sacer III, trad. par Pierre Alfieri, Paris, Rivages, 1998.

BENEDETTI, Carla, « Roberto Saviano. Gomorra », in Allegoria, n° 57, Palerme, Palumbo editore, janvier/ juin 2008, p. 173-180.

BOVO ROMŒUF, Martine, RICCIARDI, Stefania (éds), Frammenti d’Italia. Le forme narrative della non-fiction : 1990-2005, Florence, Cesati, 2006.

CAÏRA, Olivier, Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011.

DE PAULIS, Maria Pia, CONTARINI, Silvia, TOSATTI, Ada (éds), Nuovi realismi. Il caso italiano: definizioni, questioni, prospettive, Massa, Transeuropa, 2016.

GIGLIOLI, Daniele, Senza trauma. Scrittura dell’estremo e narrativa del nuovo millennio, Macerata, Quodlibet, 2011.

LAVOCAT, Françoise, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

PASCALE, Antonio (éd.), Best Off. Il meglio delle riviste letterarie italiane, Rome, Minum Fax, 2005. Nous traduisons.

–, Il responsabile dello stile, in RAIMO, Christian, Il corpo e il sangue d’Italia. Otto inchieste da un paese sconosciuto, Rome, Minimum fax, 2007.

PELLINI, Pierluigi, « Lo scrittore come intellettuale. Dall’affaire Dreyfus all’affaire Saviano : modelli e stereotipi », in Allegoria, n° 63, Palerme, Palumbo editore, janvier/ juin 2011, p. 135-163.

PISCHEDDA, Bruno, Altre tirature. Dalla nicchia al mainstream : dieci anni di ‘‘Strade blu’’, in SPINAZZOLA, Vittorio (éd.), Tirature ’10. Il New Italian Realism, Milan, Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori, Il Saggiatore, 2010, p. 72-76.

POCCI, Luca, Saviano e la ‘‘new italian po-ethic’’, in SOMIGLI, Luca (éd.), Negli archivi e per le strade. Il ritorno della realtà nella narrativa di inizio millennio, Rome, Aracne, 2013, p. 589-604.

REDAZIONE DI CARMILLA, « L’uomo che sparò all’autore », in Carmilla online, 22 juin 2010, https://www.carmillaonline.com/2010/06/22/luomo-che-spar-allautore-di-gomorra/#13, page consultée le 12 septembre 2019

SCARPA, Tiziano, « L’epica-popular, gli anni Novanta, la parresìa », in id., Il primo amore, https://www.ilprimoamore.com/blog/spip.php ?article2314, page consultée le 12 septembre 2019.

WIEVIORKA, Annette, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage. Entretiens avec Séverine Nikel, Paris, Albin Michel, 2011.

Autres références citées :

COSA VOSTRA (éd.), Mafie. D’après une idée d’Attilio Bolzoni, in La Repubblica.it, http://mafie.blogautore.repubblica.it/?ref=RHRS-BH-I0-C6-P20-S1.0, page consultée le 12 septembre 2019.

DUCOUX, Antoine « 1. Introduction de la séance », in https://seminairehll.hypotheses.org/, page consultée le 12 septembre 2019.

LIGORIO, Diana, SANNINO, Conchita, ES 17. Dio non manderà nessuno a salvarci, Italie, 42° Parallelo, 2018.

Haut de page

Notes

1 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Folio Gallimard, 2018 [2007].

2 Voir à ce propos : Antoine Ducoux, « 1. Introduction de la séance », in https://seminairehll.hypotheses.org/, page consultée le 12 septembre 2019.

3 Trésor de la langue française, http://atilf.atilf.fr/, page consultée le 12 septembre 2019.

4 Pour une définition succincte du substantif mafia et de ses connotations : « mafia avec un m minuscule : un substantif, un nom commun qui indique un certain phénomène historico-social : à savoir brigandage, piraterie, banditisme, contrebande… Nombreuses sont les mafias : il y en a d’anciennes et de modernes, d’européennes, d’Amérique du Nord et du Sud », Vincenzo Consolo, Cosa loro. Mafie tra cronaca e riflessione, Milan, Bompiani, 2017, p. 10. Nous traduisons.

5 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 60. Nous traduisons.

6 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 128 : « Mafia e letteratura… un binomio sofferto. ». Nous traduisons.

7 Vincenzo Consolo, op. cit., p. 31. Nous traduisons.

8 Antonio Altomonte, Mafia, briganti, camorra e letteratura, Milan, Pan Editrice, 1979 [1971].

9 Ibid., p. 65. Nous traduisons.

10 Ibid., p. 53.

11 Ibid., p. 72-73.

12 Leonardo Sciascia, Letteratura e mafia, in id., Cruciverba, Turin, Einaudi, 1983, p. 145. Nous traduisons.

13 Voir à ce propos : Leonardo Sciascia, Appendice, in id., Il giorno della civetta, Milan, Adelphi, 2006 [1993], p. 135 : « Ho scritto questo racconto nell’estate del 1960. Allora il Governo non solo si disinteressava del fenomeno della mafia, ma esplicitamente lo negava […] appena tre anni dopo entrava in funzione una commissione parlamentare d’inchiesta sulla mafia » (« J’ai écrit ce récit durant l’été 1960. À l’époque le gouvernement non seulement se désintéressait du phénomène de la mafia mais il le niait explicitement […] à peine trois ans plus tard entrait en fonction une commission parlementaire d’enquête sur la mafia », nous traduisons).

14 Pour Italo Calvino nous renvoyons, notamment, à La spéculation immobilière, Paris, Gallimard, 1958, et à l’article « Apologo sull’onestà nel paese dei corrotti », in La Repubblica, 15 marzo 1980, disponible en ligne : http://temi.repubblica.it/micromega-online/italo-calvino-racconta-la-controsocieta-degli-onesti/, page consultée le 12 septembre 2019. Pour Pier Paolo Pasolini, voir l’article « 14 novembre 1974. Il romanzo delle stragi », in id., Scritti corsari, Milan, Garzanti, 2008 [1975], p. 88-93. Cet article anticipe Petrolio, ouvrage sorti posthume en 1992.

15 Nous renvoyons au volume suivant : Maria Pia De Paulis, Silvia Contarini, Ada Tosatti (éds), Nuovi realismi. Il caso italiano: definizioni, questioni, prospettive, Massa, Transeuropa, 2016.

16 Voir à ce propos : Martine Bovo-Romoeuf, Stefania Ricciardi (éds), Frammenti d’Italia. Le forme narrative della non-fiction: 1990-2005, Florence, Cesati, 2006.

17 Antonio Franchini, L’abusivo, Venise, Marsilio, 2001.

18 Diego De Silva, Certi bambini, Turin, Einaudi, 2001.

19 Voir à ce propos : Diego De Silva, Mia suocera beve Turin, Einaudi, 2010. Nous pourrions en traduire le titre par Ma belle-mère boit : parmi les personnages de ce roman aux tons légers, on retrouve un camorrista.

20 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op.cit., p. 67.

21 Ibid., p. 234-235.

22 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 67.

23 Roberto Saviano, « Nella testa dei killer di Gomorra. Così l’orrore diventa routine », 18 janvier 2009, in La Repubblica.it, https://www.repubblica.it/2009/01/sezioni/cronaca/camorra-7/camorra-7/camorra-7.html, page consultée le 12 septembre 2019. Nous traduisons.

24 Alessandro Dal Lago, Eroi di carta. Il caso Gomorra e altre epopee con una postilla sul declino dello spirito critico in Italia. Non si scherza con i santi!, Rome, Manifestolibri, 2011.

25 Ibid., p. 85-88. Nous traduisons. Mots en italique dans le texte original.

26 Roberto Saviano, Extra pure, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2014, p. 13-16.

27 Roberto Saviano, Gomorra, dix ans après, in id., Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. IX.

28 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 19. Nous traduisons.

29 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 273-284.

30 Ibid., p. 292.

31 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 52. Nous traduisons.

32 Ibid., p. 60. Nous traduisons.

33 Voir à ce propos : Redazione di Carmilla, « L’uomo che sparò all’autore », in Carmilla online, 22 juin 2010, https://www.carmillaonline.com/2010/06/22/luomo-che-spar-allautore-di-gomorra/#13, page consultée le 12 septembre 2019 ; Pierluigi Pellini, « Lo scrittore come intellettuale. Dall’affaire Dreyfus all’affaire Saviano : modelli e stereotipi », in Allegoria, n° 63, Palerme, Palumbo editore, janvier/ juin 2011, p. 135-163.

34 Voir à ce propos : Bruno Pischedda, Altre tirature. Dalla nicchia al mainstream : dieci anni di ‘‘Strade blu’’, in Vittorio Spinazzola (éd.), Tirature ’10. Il New Italian Realism, Milan, Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori, Il Saggiatore, 2010, p. 72-76. Actuellement Gomorra est édité par Mondadori dans la collection Oscar absolute qui inclut « les romans et les essais des auteurs les plus aimés », https://www.oscarmondadori.it/collana/absolute/, page consultée le 12 septembre 2019. Nous traduisons. Le paragraphe présentant la première édiction italienne de Gomorra dans la troisième de couverture décrivait l’ouvrage comme « un libro anomalo » (« un livre constituant une anomalie », nous traduisons).

35 Voir : http://www.gallimard.fr/searchinternet/advanced?all_title=saviano&SearchAction=1, page consultée le 12 septembre 2019.

36 Le sous-titre de l’édition italienne est « Voyage dans l’empire économique et dans le rêve de domination de la camorra », Roberto Saviano, Gomorra. Viaggio nell’impero economico e nel sogno di dominio della camorra, Milan Mondadori, 2009 [2006]. Nous traduisons. Nous rappelons que ce sous-titre a été résumé en « Dans l’empire de la camorra » pour l’édition française.

37 Roberto Saviano, Gomorra. Dans l’empire de la camorra, op. cit., p. 16. À propos de ce passage, Roberto Saviano a publié un post sur sa page officielle Facebook pour rendre public le fait que « Le collaborateur de justice, Alfonso Mazzarella, du clan du même nom, confirme ce que j’ai écrit dans les toutes premières lignes de Gomorra, à savoir l’existence de l’activité, gérée par la Camorra, du rapatriement illégal en Chine des corps de citoyens chinois décédés à Naples », , 07 juin 2019, https://www.facebook.com/RobertoSavianoFanpage/photos/a.402350881863/10156446846106864/ ?type =1&theater, page consultée le 12 septembre 2019. Nous traduisons. Ceci prouve, une fois de plus, les difficultés qu’a rencontrées l’auteur pour affirmer la véracité de son récit.

38 Ibid., p. 237.

39 Pier Paolo Pasolini, « 14 novembre 1974. Il romanzo delle stragi », op. cit., nous traduisons.

40 Roberto Saviano, Gomorra, dix ans après, op. cit., p. III.

41 Giorgio Agamben, Ce qui reste d’Auschwitz. L’archive et le témoin, in id., Homo sacer III, trad. par Pierre Alfieri, Paris, Rivages, 1998, p. 17. Le mot latin superstes a donné en italien le mot superstite, survivant. Toujours en italien, nous retrouvons également le mot superteste (ou super-testimone), qui indique, dans une affaire judiciaire, un témoin dont le témoignage est crucial.

42 Ibid., p. 18.

43 Tiziano Scarpa, « L’epica-popular, gli anni Novanta, la parresìa », in id., Il primo amore, https://www.ilprimoamore.com/blog/spip.php ?article2314, page consultée le 12 septembre 2019. Dans cet article Tiziano Scarpa reprend, comme l’avait fait Carla Benedetti pour Pasolini, un concept élaboré par Foucault, celui du parrèsiaste, à savoir de celui qui doit dire et dit toute la vérité à son risque et péril. Scarpa attribue le rôle de parrèsiaste à Roberto Saviano en établissant une continuité entre celui-ci et Pasolini.

44 Daniele Giglioli, Senza trauma. Scrittura dell’estremo e narrativa del nuovo millennio, Macerata, Quodlibet, 2011, p. 61. Nous traduisons.

45 Annette Wieviorka, L’heure d’exactitude. Histoire, mémoire, témoignage. Entretiens avec Séverine Nikel, Paris, Albin Michel, 2011, p. 152.

46 Alessandro Dal Lago, op. cit., p. 20. Nous traduisons.

47 Matilde Andolfo, Mario Fabbroni (éds), Il diario di Annalisa, Naples, Tullio Pironti Editore, 2005.

48 Voir à ce propos la lettre citée par Antonio Pascale et que Matilde Andolfo aurait écrite : Antonio Pascale, Il responsabile dello stile, in Christian Raimo, Il corpo e il sangue d’Italia. Otto inchieste da un paese sconosciuto, Rome, Minimum fax, 2007, p. 82. Nous traduisons. Nous ne disposons pas d’une référence directe vers la lettre originale.

49 Antonio Pascale, op. cit., p. 81. Nous traduisons.

50 Ibid., p. 81. Nous traduisons.

51 Antonio Pascale (éd.), Best Off. Il meglio delle riviste letterarie italiane, Rome, Minum Fax, 2005. Nous traduisons.

52 L’épisode est relaté dans : Carla Benedetti, « Roberto Saviano. Gomorra », in Allegoria, n 57, Palerme, Palumbo editore, janvier/ juin 2008, p. 173-180.

53 Pour un résumé de l’affaire, voir : Vincenzo Iurillo, « Camorra, il boss Iovine e le minacce a Saviano : “Ma che ce ne importa di questo” », in Il fatto quotidiano online, 9 juin 2014, https://www.ilfattoquotidiano.it/2014/06/09/camorra-il-boss-iovine-e-le-minacce-a-saviano-ma-che-ce-ne-importa-di-questo/1021225/, page consultée le 12 septembre 2019. Nota bene : pour cette référence et pour les suivantes concernant les procès judiciaires, il n’est pas aisé de retrouver des articles à la fois fiables, détaillés et, surtout, neutres. Nous avons choisi de signaler ceux qui pouvaient s’approcher le plus de ces trois critères ou, à défaut de pouvoir respecter l’ensemble des trois critères, les articles qui nous paraissaient les plus clairs et fiables. Le lecteur appréciera, le cas échéant, le manque d’impartialité d’un article.

54 Voir à ce propos la page de wikipedia consacrée à Roberto Saviano : https://it.wikipedia.org/wiki/Roberto_Saviano#Procedimenti_giudiziari, page consultée le 12 septembre 2019.

55 Roberto Saviano, Felicia, in id., La beauté et l’enfer, trad. par Marguerite Pozzoli, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 92-93. D’après l’article cité, Felicia Impastato aurait appelé Roberto Saviano pour l’encourager à poursuivre son travail. Persichetti et les parents proches de Felicia soutiennent en revanche que celle-ci, dans les années ayant précédées son décès, n’était plus capable de téléphoner. Saviano a par la suite précisé que Felicia Impastato l’avait appelé par l’intermédiaire d’une amie.

56 Maria Carola Catalano, « Telefonata con Felicia Bartolotta, il gip dà torto a Saviano : ma lo scontro continua », 16 maggio 2013, in Palermo Today, https://www.palermotoday.it/cronaca/saviano-perde-causa-persichetti-felicia-impastato.html, page consultée le 12 septembre 2019.

57 Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

58 Olivier Caïra, Définir la fiction : du roman au jeu d’échecs, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, p. 166.

59 Françoise Lavocat, op. cit., p. 276.

60 Ibid., p. 279-280.

61 Ibid., p. 282.

62 Ibid., p. 293.

63 Roberto Saviano, Extra pure, op. cit., p. 419.

64 La paranza dei bambini et Bacio feroce ont été publiés en France chez Gallimard, respectivement sous les titres Piranhas (2018) et Baiser féroce (2019).

65 Roberto Saviano, Piranhas, trad. par Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, 2018, p. 9.

66 Propos tenus lors des rencontres organisées dans le cadre du Festival Italissimo à la Maison de la poésie de Paris et à L’institut Culturel Italien de Paris, respectivement le 30 et le 31 mars 2017. Dans une vidéo-interview Saviano dit avoir « libéré son écriture de la nécessité d’une preuve » : Serena Danna, Roberto Saviano, nel nuovo libro la ‘‘paranza’’ dei bambini che hanno perso il futuro, in Corriere.it, 12 novembre 2016, https://video.corriere.it/roberto-saviano-corriere-sera-racconto-bambini-senza-futuro/6fe9668a-a834-11e6-b076-c4200a7222c9 ?refresh_ce-cp, page consultée le 12 septembre 2019. Nous traduisons.

67 Charles Haquet, « Roberto Saviano, ‘‘Je n’arrive pas à me taire’’ » , in www.lexpress.fr, 09 octobre 2018, https://www.lexpress.fr/culture/roberto-saviano-je-n-arrive-pas-a-me-taire_2038716.html, page consultée le 12 septembre 2019.

68 Charles Haquet, op. cit.

69 Diana Ligorio, Conchita Sannino, ES 17. Dio non manderà nessuno a salvarci, Italie, 42° Parallelo, 2018. Ce documentaire a été également diffusé comme web-série : https://video.repubblica.it/webseries/es17/es17-dio-non-mandera-nessuno-a-salvarci-il-promo/304106/304736, page consultée le 12 septembre 2019.

70 Françoise Lavocat, op. cit., p. 115.

71 Luca Pocci, Saviano e la ‘‘new italian po-ethic’’, in Luca Somigli (éd.), Negli archivi e per le strade. Il ritorno della realtà nella narrativa di inizio millennio, Rome, Aracne, 2013, p. 589-604.

72 Voir à ce propos : Cosa Vostra (éd.), Mafie. D’après une idée d’Attilio Bolzoni, in La Repubblica.it, http://mafie.blogautore.repubblica.it/?ref=RHRS-BH-I0-C6-P20-S1.0, page consultée le 12 septembre 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ketty Zanforlini, « Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature »TRANS- [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/trans/3044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trans.3044

Haut de page

Auteur

Ketty Zanforlini

Ketty Zanforlini, professeure agrégée d’italien, est doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en Études italiennes sous la direction de Madame le Professeur Maria Pia De Paulis. Sa thèse de doctorat porte sur l’écriture de Roberto Saviano. Elle s’intéresse à littérature non-fictionnelle, aux nouveaux réalismes et à la transmédialité dans la littérature italienne du début du XXIe siècle. Elle a publié, en 2017, l’article Le Vieux de De Cataldo, une spectralisation des fondements de l’écriture, in Aubry-Morici Marine et Cucchi Silvia (éds), Spectralités dans le roman contemporain. Elle a également organisé, en 2018, la journée d’étude Lieux et sujets périphériques dans la littérature du XXe et du XXIe siècle dont elle a édité les Actes (Giusi La Grotteria, Ketty Zanforlini (éds), Périphéries dans la littérature contemporaine, dans Les Cahiers Traits-d’Union [En ligne], n°1, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals